Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 07:37

CHARMOY-CITY : EMBELLIR LA « BELLE ENDORMIE » ? - du 26 Septembre 2016 (J+2840 après le vote négatif fondateur)

Le numéro de septembre 2016 du Journal des maires de France présente un dossier dont la lecture nous a semblé intéressante à plus d’un titre.

Ce dossier, intitulé « Créer les centres-villes et bourgs de demain », traite d’un thème visiblement à la mode dans tout l’Hexagone, ce territoire de Gaulois moustachus où règnent depuis un demi-siècle les Césars et les Pompées de la grande distribution.

Conséquence logique, il n’est pas une petite ville, ou un bourg gaulois de quelque importance, dont les édiles ne se creusent la tête sur le remède à trouver au dépérissement constaté de leur centre pompé à mort et saigné à blanc par les grandes surfaces périurbaines qu’ils ont appelées de leurs vœux et de leurs voix.

Charmoy-City, notre bonne ville n’échappe pas, bien entendu, à cette tendance généralisée…

De revitalisation, chez nous aussi, on parle depuis deux ans. À travers des documents de presse, déroulons en bref le scénario de l’affaire.

Il y a deux ans, le 17 septembre 2014, un grand article du Bien Public titrait : « AUXONNE. Le maire Raoul Langlois évoque les réalisations et les réflexions de la municipalité. Tout sur les nouveaux projets ». Le chapeau introduisant l’article énumèrait ces projets : « Construction du centre commercial Leclerc, réflexion sur l’aménagement du centre-ville […] le maire revient sur ce qui attend les Auxonnais ».

C’est clair ! En bref, on construit d’abord Leclerc, on réfléchit ensuite sur l’aménagement du centre-ville !

En octobre 2014 Inf’Auxonne N° 46 annonce en page 2 « Projet de revitalisation du centre-bourg » et précise : « Le gouvernement a décidé de lancer un programme expérimental pour la revitalisation des centres-bourgs […] cette démarche vise à redynamiser l’économie locale, à maintenir le commerce de proximité et à améliorer l’habitat avec une rénovation des logements anciens et vétustes »

Un an plus tard, la perspective de la réalisation effective du projet semble s’éloigner si l’on en croit du moins les propos de Monsieur Langlois dans l’article du Bien Public du 19 septembre 2015 titré : « AUXONNE Tour d’horizon des dossiers avec le premier édile de la Ville Raoul Langlois « 432000 € en moins » ». L’article rapporte ainsi les propos du maire d’Auxonne : « Par exemple pour le centre-ville, au lieu de 2020, ce sera sans doute plutôt 2025 ou 2030 »

En octobre dans Inf’Auxonne N° 50, dans son « Édito » en page 2, le premier édile revient pourtant sur le projet concernant le centre-ville, non sans asticoter au passage les commerçants de ce centre-ville :

« Pour rester positif, je parlerai du futur : l’an dernier, nous avons travaillé sur un dossier centre-bourg. Si nous n’avons pas été retenu lauréat, comme la commune de Seurre [N.D.L.R. : il faut comprendre ici que la commune de Seurre n’a pas été non plus retenue, seul Montbard l’ayant été en Côte-d’Or], nous sommes néanmoins devenu “commune à suivre“ par la Préfecture. Notre travail a été reconnu de grande qualité. Nous avons un projet pour le centre-ville. Il revient aux commerçants de s’engager réellement dans cette démarche. Il est facile de pleurer. Nous souffrons de nombreuses fermetures. Elles ne sont pas dues à une arrivée de grande surface. Elle n’est pas ouverte. Demain, l’excuse sera facile ».

À chaque automne, comme les vendanges, revient le catalogue des projets. Il y a une dizaine de jours, on lisait donc dans la presse cette déclaration de Raoul Langlois : « On veut embellir notre centre-ville pour y faire revenir les habitants » ( Le Bien Public du 15 courant, article intitulé : « Revitalisation du centre-bourg : on entre dans le vif du sujet ! »)

C’est bien clair ! Ayant consacré le plus clair de ses deux mandats à faire aboutir deux projets essentiellement privés : un port de plaisance et surtout un hypermarché Leclerc, notre maire vient sans doute de réaliser que son centre bourg, où il déambule si fréquemment, souriant et devisant cordialement avec les habitants et poussant les portes des petits commerçants, a besoin d’un sérieux lifting ! Alors il se sent venir comme un petit repentir, et sur le tard il se découvre une vocation nouvelle… Laquelle ? Je vous le donne en mille, la vocation d’« embellisseur » !

Sur son site face book, le groupe d’opposition « Une dynamique pour Auxonne » semble accueillir favorablement cette décision tardive d’embellissement dont il revendique en même temps l’antériorité. Nous restons quant à nous plus sceptique car, pour reprendre les propos du dossier du Journal des maires de France cité plus haut, « en tout cas, une chose est sûre, un simple ripolinage des façades ne suffit pas à répondre aux mutations territoriales, économiques et sociales ».

Et ce dossier d’ajouter surtout un peu plus loin : « Le phénomène [N.D.L.R. phénomène de dégradation et de paupérisation du centre] est parfois tel qu’il est difficile de savoir comment agir. Surtout, on constate une certaine fébrilité en la matière avec des communes qui engagent d’onéreuses mesures de revitalisation en centre bourg mais continuent de signer des permis de construire pour des lotissements en extension ou autorisent l’installation de grandes surfaces en périphérie ».

Tout est dit ! Mais à Charmoy-City, mon kiki, on fait encore mieux ! Après avoir installé en catimini, contre un vote négatif du conseil municipal, un hypermarché en périphérie, on vient d’autoriser son extension programmée dans la foulée, tout en proclamant une volonté d’« embellir » le centre-ville !

PATRIMOINE ET CITOYENNETÉ (1) - du 17 Septembre 2016

Un beau cas d’école à publier dans le Journal des maires de France. Après le premier prix de « discrétion » décerné par Leclerc en 2009, notre maire devrait postuler pour un premier prix de cohérence auprès du Journal des maires de France.

Quant aux embellissements promis, il faut faire vite, car au train où vont les choses, c’est bientôt d’un thanatopracteur que notre centre-ville et son petit commerce de proximité auront besoin ! Embellir ou embaumer ? That is the question !

Dernière minute : En vis-à-vis de la mairie, de l’autre côté de la place, une nouvelle vitrine de plus sera très prochainement désertée, au grand dam de ses clients de proximité, dont certains sont franchement désolés. Inutile de dire le peu de crédit que ceux-ci accordent aux propos de notre « embellisseur » !

Notre « embellisseur » a-t-il au moins un jour poussé la porte de ce commerce qui va fermer et beaucoup nous manquer. Oui, a-t-il au moins un jour poussé la porte, en application de la profonde maxime de son édito ouvrant l’Agenda AUXONNE 2016 :

« Je vais, comme il se doit, remercier nos annonceurs. Grâce à eux, vous avez une nouvelle fois cet agenda entre les mains. Ils font un effort financier. Sachez les en remercier en prenant le temps de pousser la porte de ces commerces. Vous ne sortirez pas sans vous être allégé de quelques billets Vous contribuerez ainsi au dynamisme de la ville. Sans grand discours, vous aurez développé l’économie locale. Vos billets s’ajouteront à beaucoup d’autres et permettront à nos commerçants de vivre ».

Claudi vient d’imaginer un curieux effet miroir !

Charmoy-city. Trop facile de pleurer

Charmoy-city. Trop facile de pleurer

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 26 septembre 2016 (J+2840 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 07:14

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE TRIOMPHE AU CHARMOY - du 24 Septembre 2016 (J+2838 après le vote négatif fondateur)

Avant de vous en présenter sans doute ultérieurement une analyse plus détaillée, un petit mot de la CDAC du 13 septembre dernier dont le procès-verbal n’est toujours pas affiché en mairie d’Auxonne.

Tout baigne, le vote a été unanime, Monsieur Vadot et Monsieur Langlois ont marché main dans la main vers l’autel de la grande distribution unissant leurs OUIs (Non ! Pas l’Hôtel du Charmoy grand-père !!). Les aigreurs charmoysiennes des cantonales de 2011, c’est bien loin déjà ! Ces messieurs qui ont blanchi, depuis, sous le harnais ont actuellement d’autres soucis et d’autres projets en communauté !

HYPÈRE NOËL - du 25 DÉCEMBRE 2014

Le troisième motif (« considérant ») du procès-verbal de la CDAC indique en substance que, côté enveloppe architecturale, tout baigne, car notre hypermarché portait déjà dans ses cales, les 980 m² nécessaires à son extension. Au Charmoy, tout comme au Vannois sans doute, tout a été soigneusement étudié et prévu de longue date ! Ah ! Les études approfondies, y’a rien de tel !

Le cinquième motif note que « le projet renforcera le pôle de proximité d’Auxonne ». N’allez pas en conclure pour autant que les commerces de proximité du centre-bourg en voie de revitalisation verront leur attractivité augmentée. Un « pôle de proximité », c’est un terme lié au nouveau découpage administratif qui n’a pas grand chose à voir avec l’épicier du coin mais plutôt avec une autre épicerie !

Par le dixième motif, on apprend au passage l’existence de transports en commun qui – mais ceci n’est pas précisé – pour tout dire ne passent pas souvent. Il ne s’agit point sans doute du tramway de Notin, mais bien plutôt du minibus de 9h47, pour le moment sans impériale. À propos, Vittoriu et Bécanine n’ont toujours pas découvert l’impérial chapeau !

ACTUALITÉ DE COURTELINE, OU LE MINIBUS DE 9h47 - du 16 JUIN 2016

Claudi est convaincu que le « pôle éolien » du Charmoy est bien la cheville ouvrière d’un développement durable de qualité ! Président renouvelable ou président fossile ? Il est temps de sauver la planète !

Le Charmoy durable et son pôle éolien

Le Charmoy durable et son pôle éolien

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 24 septembre 2016 (J+2838 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Brèves

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Brèves
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 07:15

UNE PRESSE SUBVERSIVE À CHARMOY-CITY ? - du 22 Septembre 2016 (J+2836 après le vote négatif fondateur)

Les lecteurs attentifs d’Inf’Auxonne, le journal de tous les Auxonnais, qui n’est évidemment pas le journal subversif sur lequel nous nous interrogeons, connaissent bien les couplets moralisateurs de notre premier édile et /ou de son équipe de « passionnés ».

Les destinataires habituels de ces couplets sont les opposants siégeant au conseil, mais il peut y en avoir d’autres, Chantecler restant, bien entendu, toujours ignoré superbement.

PLUS FORT QU’UN PORTE-AVIONS, LE PORTE-PLUME - du 13 JUILLET 2016

Outre les opposants indécents (mais comment est-il Dieu possible de s’opposer à notre hyper-visionnaire discret ?), il arrive que les petits commerçants ou leurs représentants soient à leur tour morigénés, ou traités sans ménagement. À titre d’exemple :

« Malheureusement, jusqu’à présent nos appels n’ont pas reçu l’écho qu’ils méritaient. En effet, les représentants du commerce auxonnais, obnubilés par la lutte contre l’implantation d’une troisième grande surface se sont fourvoyés dans une alliance contre nature avec les grandes surfaces locales. Se mêlant ainsi d’un combat qui de toute évidence ne les concernaient [sic] pas, en scellant cette alliance de la carpe et du lapin, ils ont fait perdre de vue à leurs mandants les questions essentielles […] » (Inf’Auxonne N° 31 de janvier 2011 page 2)

« Nous avons un projet pour le centre-ville. Il revient aux commerçants de s’engager réellement dans cette démarche. Il est facile de pleurer. Nous souffrons de nombreuses fermetures. Elles ne sont pas dues à une arrivée de grande surface. Elle n’est pas ouverte. Demain, l’excuse sera facile. » ( Inf’Auxonne N° 50 Octobre 2015 page 2)

Propos empreints d’élégance et très réconfortants, surtout pour les commerçants actuellement en difficulté dont certains risquent de fermer, et sûrement pas de gaîté de cœur, privant leurs clients d’un service de proximité apprécié ! Mais rassurons-les, la revitalisation est en marche !

Oui, mais l’ennui, c’est qu’un commerce de centre-ville, c’est comme une dent, une fois dévitalisé, il l’est pour longtemps. Alors bonjour la revitalisation et la prothèse autocollante sur le rideau baissé ! Bonjour stickers et autres vitrophanies ! La vitrophanie, voilà le temps des Rois mages, le mirage de la revitalisation promise !

REDYNAMISATION EN TROMPE-L’ŒIL À CHARMOY-CITY ? - du 20 Septembre 2016

Mais ne soyons pas injuste, l’auteur de ces propos virils peut à l’occasion se montrer fort charitable, allant même jusqu’à s’attendrir et à tenir des propos pleins d’aménité à l’égard de ces mêmes commerçants :

« Je vais, comme il se doit, remercier nos annonceurs. Grâce à eux, vous avez une nouvelle fois cet agenda entre les mains. Ils font un effort financier. Sachez les en remercier en prenant le temps de pousser la porte de ces commerces. Vous ne sortirez pas sans vous être allégé de quelques billets Vous contribuerez ainsi au dynamisme de la ville. Sans grand discours, vous aurez développé l’économie locale. Vos billets s’ajouteront à beaucoup d’autres et permettront à nos commerçants de vivre ». (Édito du maire dans l’Agenda Auxonne 2016, cet édito se terminant par l’annonce de la « revitalisation »)

En attendant notre prêcheur – c’est un secret ce Polichinelle – concierge attitré du Charmoy, préfère quand même donner la clef à Leclerc en toute discrétion. .

Quant à « pousser la porte » des petits commerces du centre-ville et à s’y « alléger de quelques billets », on demande encore à voir ! Les conseilleurs ne sont pas les payeurs !

C’est vrai que plutôt que de se colleter aux réalités du terrain, où l’on n’est pas certain d’être bien reçu, il est plus confortable de lancer une réflexion in abstracto et ex cathedra sur la redynamisation, ça fait toujours couler de l’encre !

Mais tout cela, opposants taclés, petits commerçants snobés, Chantecler ignoré, n’est que broutille en regard de la récente admonestation à laquelle a eu droit la presse locale elle-même en ces termes exacts :

« L’édition du Journal Le Bien Public du jeudi 19 mai nous a réservé une belle surprise : une page complète consacrée à la politique municipale à Auxonne ! Enfin ce journal allait se préoccuper de nos projets, de nos réalisations !

Las, il ne s’agissait que de donner la parole à l’opposition au sein du Conseil Municipal… »

(Inf’Auxonne N° 53 juillet 2016 page 3)

À lire attentivement la presse quotidienne locale de ces derniers jours (« revitalisation du centre bourg » le 15, « caserne de gendarmerie flambant neuve » le 18), il semblerait bien que, depuis, « ce journal » ait fait amende honorable et ait fini par « se préoccuper de nos projets, de nos réalisations ». Il était temps !

Pourtant, soyons objectifs, il suffit de le lire de temps à autre pour constater que « ce journal », injustement tancé, n’a jamais rien eu de vraiment subversif, et qu’il prend toujours soin de rendre compte dans ses colonnes des projets les plus chers à notre premier édile, et souvent plutôt deux fois qu’une, comme dans le cas du projet du port et de son extension :

GALIONS ET DOUBLONS À L’OMBRE DU BASTION - du 20 MAI 2016

Le quotidien attentif n’oublie pas non plus le projet du Charmoy, qui constitue depuis huit ans le nec plus ultra indépassable et la panacée de la politique économique inspirée (par Vesoul) de Monsieur Langlois et de son équipe « passionnée », autant que passionnante !

C’est ainsi que dans « ce journal » la fin du chantier de l’hyper fut couverte dans les derniers mois de 2015 par un CPL zélé, et que rien moins que 11 articles y furent produits du 15 octobre au 11 décembre (15 et 22 octobre, 2, 6, 9, 13, 15, 20, 26, 28 novembre, 11 décembre enfin) au point de lasser, à juste titre, les lecteurs.

. Le projet enfin réalisé, il en a été encore question à maintes reprises depuis le début de cette année dans « ce journal » ! Les 12 et 14 janvier à propos de l’ouverture de l’hyper, les 19 et 28 janvier, ainsi que le 22 février à propos de l’ouverture des boutiques de la galerie marchande, le 10 février à propos du bilan des emplois créés, le 21 avril à propos de la fréquentation de l’hyper par les Dolois, le 18 mai et le 7 juin à propos de l’impact de l’ouverture de l’hyper sur le centre-ville, le 21 juin à propos de la desserte de l’hyper par le minibus, le 23 juin à propos de la future station-service, le 14 septembre à propos d’une extension annoncée. Ce qui fait encore une douzaine d’articles au moins.

Conclusion et tous comptes faits, en moins d’un an, une moyenne d’au moins deux articles par mois. Et dans tous ces articles, une absence remarquée, celle de la parole de Monsieur Langlois lui-même. Aurait-il perdu la voix sur le chapitre du Charmoy ? « Discrétion » oblige sans doute ! Dans ce domaine précis, qui est son pré carré de « cavalier seul » « partant au feu », notre édile semble avoir toujours préféré le geste à la parole. « Discrétion » oblige sans doute, car s’il est vrai que la parole est d’argent, le silence, lui, est d’or !

Heureusement qu’il arrive parfois qu’un pataquès de « ce journal » vienne rompre opportunément la « discrétion » de rigueur et qu’alors, le quotidien fasse un peu de subversion, comme Monsieur Jourdain, sans vraiment le savoir !

LE CHARMOY ET LE LIMOUSIN - du 05 MARS 2016

Charmoy-city, il faut préempter ce journal

Charmoy-city, il faut préempter ce journal

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 septembre 2016 (J+2836 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 07:32

REDYNAMISATION EN TROMPE-L’ŒIL À CHARMOY-CITY ? - du 20 Septembre 2016 (J+2834 après le vote négatif fondateur)

En Ardèche, il n’y a pas que des marrons, pas plus qu’à Auxonne il n’y a que des oignons ! Et à Cambrai que des bêtises ! Des bonnes idées, il y en a partout !

Un reportage de France 3 RA publié en novembre 2013 a particulièrement retenu notre attention en ces temps de redynamisation, où la presse locale nous annonce « Revitalisation du centre-bourg : on entre dans le vif du sujet » (Le Bien Public du 15 septembre)

On peut ainsi lire dans le reportage France 3 RA concernant la ville du Teil en Ardèche « Vitrines en trompe l'œil au Teil (Ardèche) »

« Plusieurs villes de la région ont décidé d'installer des stickers en trompe-l’œil sur les vitrines et les rideaux baissés de commerces désaffectés. Une initiative à l'approche des fêtes pour masquer les magasins vides et atténuer l’effet négatif des locaux vacants.

En Ardèche, la commune du Teil a aussi décidé de décorer ses vitrines vides à l'aide d'autocollants trompe-l’œil permettant de recréer l’intérieur d’un commerce. Le centre-ville compte 80 magasins en activité et une bonne trentaine de locaux vides. Vingt-et-un d'entre eux ont été habillés pour l'hiver. Coût de l'investissement : 25 000 euros. Les autocollants devraient rester en place durant deux ans. Car ces fausses vitrines n'ont pas qu'un but esthétique, elles sont également installées pour susciter des vocations et à terme redynamiser le commerce de centre-ville ».

« Susciter des vocations et à terme redynamiser le commerce de centre-ville ». Voilà le petit commerce «habillé pour l’hiver » ! À la bonne heure ! Cette idée en trompe-l’œil ne manque pas d’intérêt et son coût financier ne semble pas exorbitant.

Dans la chasse aux initiatives redynamisantes, la Côte-d’Or n’est pas en reste. Ainsi, dans un article du Bien public du 25 avril 2014, titré « Une ville de collections », Inès de la Grange décrivait comment « Les commerçants [de Saint-Jean-de-Losne] s’unissent pour redynamiser la commune ». Le procédé envisagé est le suivant « Les boutiques de la commune mettront à l’honneur, chaque mois, une collection différente. Des vieux postes de radio aux poupées, il y en aura pour tous les goûts ». En résumé, du commerce de proximité au vide-greniers, il n’y a qu’un pas à franchir !

Dans le même article, les devantures désertées, elles-mêmes, n’étaient pas oubliées: « l’objectif sous-jacent était également d’habiller les anciens commerces. L’association a contacté les propriétaires des anciens magasins afin d’installer des objets dans les vitrines vides ».

BOUTIQUES EN TOC - du 27 avril 2014

La solution est peut-être moins séduisante que celle des « stickers en trompe-l’œil » ardéchois, elle partage pourtant le même objectif : celui d’une habile thanatopraxie d’un commerce de proximité dont le taux de mortalité inquiète et dont les dépouilles aveugles finissent par déprimer le badaud arpentant des centres-bourgs tristounets vidés de leur substance par les zones commerciales périphériques !

Cette solution pourrait bien être celle que cherchent nos édiles « pour que les clients venant acheter dans la nouvelle grande surface, dont beaucoup ne venaient jamais à Auxonne auparavant, aient envie de venir arpenter les rues du centre ville, découvrir les services proposés par les commerçants auxonnais et profiter du futur hôtel ».(Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009)

Pour le « futur hôtel » vous repasserez. On attend une «caserne de gendarmerie flambant neuve pour 2018 » avec « quinze logements » (Le Bien public de ce matin), mais on ne voit toujours pas venir l’hôtel de 50 chambres ! Il est peut-être comme les carabiniers d’Offenbach…

https://www.youtube.com/watch?v=c6OXcda92qU

Une idée dynamisation en passant : on pourrait faire un 3 étoiles dans l’ancienne caserne de gendarmerie !

Pour rester au soleil, nous vous proposons une vidéo, certes un peu fantasmatique, mais qui évoque un certain état de fait, qui ne nous est pas tout à fait étranger. Parmi les commentaires sur cette vidéo :

« […] une zone commerciale qui s’agrandit avec de grosses enseignes en périphérie et voilà le résultat, les petits commerces accablés par les charges et l’incompréhension de nos politiques et voici le résultat c’est bien triste »

https://www.youtube.com/watch?v=2ptRdZG9rP0

Qu’importe, positivons ! S’inspirant des lumières ardéchoises, Claudi a esquissé une application possible de « stickers en trompe-l’œil » dans notre bonne ville de Charmoy-City, dont la revitalisation vient d’être clairement annoncée !

Réouverture prochaine de la chopine de Bonaparte

Réouverture prochaine de la chopine de Bonaparte

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 septembre 2016 (J+2834 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 08:49

PATRIMOINE ET CITOYENNETÉ (2) - du 18 Septembre 2016 (J+2832 après le vote négatif fondateur)

Pluie et grisaille ce matin, bonne occasion donc de découvrir le deuxième volet de notre étude patrimoniale et citoyenne.

Un des acquis et des garanties habituelles de la citoyenneté c’est le vote, patrimoine légué par la république. Nous avons vu hier, dans notre premier volet, le sort particulier qu’un casuiste inspiré, et sans doute bien conseillé, avait fait au vote négatif du conseil du 17 décembre 2008.

Aujourd’hui, nos réflexions concerneront à nouveau des votes : le fameux vote-plébiscite de la « consultation » de juin 2010 et, de façon plus anecdotique, l’entrée en scène de Leclerc dans celui des cantonales de mars 2011.

Mais avant d’en arriver à ces scrutins, retraçons brièvement la suite de l’histoire, après que nous en soyons restés à l’annonce fracassante au printemps 2009 de l’arrivée de 250 emplois et d’un hôtel de 50 chambres …

À la suite de la CDAC défavorable du 7 octobre 2009, qui devait décevoir ces espoirs, Le Bien Public du 12 octobre 2009 titrait : « Leclerc : le dossier sera porté plus haut ». À la fin de l’article, un cadre du Groupe Leclerc lançait « au maire [d’Auxonne] audacieux de soutenir le projet » cette injonction : « Faire un hypermarché sur sa commune, c’est partir au feu ». Le petit soldat du Charmoy recevait ainsi publiquement sa feuille de route. Après le prix de discrétion, il était adoubé officiellement pour la bonne cause, avec un bâton de maréchal (Leclerc) et des biscuits dans sa giberne…

Le même article précisait : « La population a largement pris parti. Une centaine de manifestants contre, dimanche 27 septembre – à l’appel de l’UCIA auxonnaise et de Clairobscur, association doloise – ; 1252 consommateurs pour, pétition « spontanée » déposée mardi soir en mairie et qui court toujours ». C’est clair, la fracture Leclerc s’installait dans la « population ». D’ailleurs dès le 8 avril 2009, dans un article mémorable, le « cavalier seul » Raoul Langlois, rompant sa « discrétion » avait mis la population dans le coup en « affirm[ant] avoir du soutien parmi la population et les commerçants.»

La pétition « spontanée » de 1252 signatures, n’était pas née d’une génération spontanée, il fallait bien des petites mains pour faire circuler les feuilles. C’est pourquoi, comme un rosé des prés après la pluie, une association de consommateurs ad hoc (AAC), émergeait en cet automne 2009. Inf’Auxonne N° 27 de janvier 2010, journal de Raoul Langlois, lui faisait une large publicité en page 2 : « Une nouvelle association est née : Auxonne Avenir consommateurs (A.A.C.) Son but statutaire est le suivant : « expression, représentation et défense des intérêts des consommateurs d’Auxonne et des communes environnantes. Nous sommes donc tous concernés. Son Président, M. Philippe Montial, est à votre disposition au 03 80 81 32 89 pour tous renseignements et/ou adhésion (5euros/an). »

Enregistrée en préfecture le 18 janvier 2010 seulement (identification R.N.A. : W212005106 (paru au J.O. du 30/01/2010 N° d’annonce : 310), elle devait être présidée par un illustre inconnu, proche de la municipalité en place, et qui a aujourd’hui son siège dans la majorité au conseil. Il se présente lui-même dans l’un de nos documents.

Le 20 janvier 2010, la CNAC refuse le projet du Charmoy, soulignant fort justement que celui-ci aurait un « impact significatif sur l’activité des commerces et services traditionnels situés en centre-ville », « ne manquer[ait] pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’Auxonne », et « contribuer[ait] à développer un nouveau pôle périphérique et […] ne participer[ait] pas ainsi, à un aménagement harmonieux du territoire de l’agglomération d’Auxonne ».

C’est alors qu’avec le concours du maire d’Auxonne, de la fraîche émoulue AAC, et d’autres groupes politiques ou associatifs le promoteur, qui tient déjà la maîtrise foncière des terrains, va trouver dans une consultation a posteriori la solution miracle pour donner une nouvelle audience à son projet ainsi que la consécration des urnes : « Aux Urnes citoyens ! », comme on pouvait le lire sur la calèche endiablée des journées de juin.

C’est en effet en juin que se tiendra cette consultation, plus précisément le 27. Son principe en avait été voté à l’unanimité en conseil du 15 avril 2010. À noter que l’opposition, dont la plupart des membres étaient opposés ouvertement, ou réservés sur le projet, vote le principe de cette consultation tout en négligeant de s’inscrire dans la campagne, laissant ainsi le champ libre à la clique des « OUIOUIstes ». Carence citoyenne affligeante aux conséquences pourtant prévisibles !

Le résultat ne se fait pas attendre : 80 % de OUI ! Aubaine que le maire d’Auxonne et le promoteur mettront en avant dans leurs déclarations, oubliant seulement qu’en fait moins d’un tiers des inscrits ont voté ce OUI. Moins d’un tiers ! malgré un racolage de procurations forcené et une campagne d’affichage sauvage voyante : ces fameux OUI en jaune fluo imprimés à LURE ! Bel exercice de démocratie participatatatative en promo que cette « consultation » dont nous vous proposons de revoir le film en affiches.

ALBUM - Impressions de la Consultation de juin 2010

Peine perdue que tout ce battage, la CDAC de mars 2011 refusait la nouvelle mouture du projet. Conséquence, Leclerc s’invitait dans la campagne des cantonales et les opposants à Monsieur Langlois étaient fustigés au nom de leur opposition supposée ou réelle au projet. Apparemment sans grand résultat !

Claudi a immortalisé pour vous en image « la calèche endiablée des journées de juin », figure majeure de cette geste héroïco-grotesque de la fameuse « consultation », et dont la mésaventure cruelle nous rappelle qu’il peut être parfois utile de connaître cet air bien connu du folklore russe « jamshik ne goni loshadey ». « Cocher, ralentis tes chevaux ! »

https://www.youtube.com/watch?v=8tkpoOFtv4Y

Patrimoine et citoyenneté au Charmoy

Patrimoine et citoyenneté au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 septembre 2016 (J+2832 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 06:42

PATRIMOINE ET CITOYENNETÉ (1) - du 17 Septembre 2016 (J+2831 après le vote négatif fondateur)

Ces 17 et 18 septembre se tiennent les Journées du Patrimoine sur le thème « Patrimoine et citoyenneté ». Citoyen et citoyenneté, voilà des mots revenus à la mode. « Patrimoine et citoyenneté », de quoi s’agit-il ? Car il convient tout d’abord, en les reliant, de définir les deux mots.

Nous proposons cette définition : le patrimoine c’est l’ensemble du legs du passé qui permet au citoyen libre et éduqué de vivre en lien avec ce passé en jouissant des œuvres de ses aînés tout en prenant conscience de leurs insuffisances et qui lui permet, à travers le temps, d’inscrire sa vie en cohérence et en continuité avec l’aventure humaine.

Dans le cas particulier où il est associé avec le concept de citoyenneté, le patrimoine peut s’affranchir quelque peu de son cadre habituel qui est généralement monumental, historique et artistique. On quitte alors le Louvre, le Château de Versailles ou les cathédrales, pour rejoindre des objets d’étude plus modestes. Le vieux papier, éventuellement numérisé, l’emporte alors sur le marbre, les ors et les bronzes. C’est ainsi que la lecture critique de la correspondance d’un Poilu, d’un décret de la Convention, d’un vieux journal, d’un tract, d’une affiche ou d’un procès-verbal de conseil municipal peut se révéler plus formatrice pour le citoyen qu’une ascension vertigineuse à la Tour Eiffel ou le frisson d’une visite au fond des Catacombes…

Ces prémisses ayant été précisées, posons-nous maintenant, en tant que rédacteur de ce blog consacré au Charmoy, devenu désormais classique et bientôt patrimonial, la question suivante : « Comment pouvons-nous contribuer à ces journées « Patrimoine et citoyenneté », tout en traitant de notre sujet de prédilection ? »

Le patrimoine bâti du Charmoy, bien que désigné en janvier dernier par un artiste local très décoré, comme étant « un des fleurons d’architecture et de l’emploi à Auxonne » ne peut faire l’objet de notre étude. Tout au plus s’inscrirait-il dans le thème « Patrimoine foncier et consumérisme » et encore faudrait-il lui laisser le temps d’achever sa croissance à laquelle la municipalité s’active toujours « avec une attention et une motivation décuplées » » (Inf’Auxonne n° 30 d’octobre 2010 page 2), conformément au premier précepte du dogme infaillible du développement par LECLERC : « La municipalité s’est engagée très clairement et très fermement pour l’aménagement d’une zone commerciale. L’enseigne Leclerc est la locomotive de cet aménagement » (Inf’Auxonne n° 26 d’octobre 2009 page 1). Complétons : « L’enseigne Leclerc est la locomotive de cet aménagement et le mécano Raoul et ses aides sont commis au graissage des bielles ! »

Sur cette épopée ferroviaire, beaucoup d’encre a coulé depuis dix ans et a fini par constituer un fonds d’archives assez conséquent, dont notre blog n’est pas le moindre.

Mais, quant à consulter des archives, mieux vaut consulter directement les sources primaires et les productions officielles de nos élus et de leurs amis embarqués derrière la loco du Charmoy. C’est pourquoi nous avons décidé d’offrir à nos lecteurs, à l’occasion de ces journées « Patrimoine et citoyenneté », la consultation d’un patrimoine écrit non directement accessible et dont la lecture, avec le temps, devient de plus en plus passionnante et révélatrice.

Deux journées, donc deux thèmes choisis :

Aujourd’hui nous vous proposons de découvrir sur pièces le jeu de bonneteau de l’hiver 2008-2009 aboutissant au retournement du vote négatif du 17 décembre 2008.

Demain nous redécouvrirons les richesses citoyennes du débat démocratique de la « consultation » de juin 2010, jointes aux petites gâteries charmoysiennes de la campagne des cantonales 2011

Sur le thème d’aujourd’hui, et afin d’apprécier à leur juste valeur les talents de contorsionniste sémantique du maire d’Auxonne autour du vote du 17 décembre, et la façon dont il finit par s’asseoir dessus sans complexes pour complaire à ses amis du groupe E.Leclerc, nous mettons à la disposition de nos lecteurs un certain nombre de documents en PDF qui ne sont plus accessibles en ligne.

À qui, sortant de la torpeur intellectuelle auxonnaise chronique, tentera de comprendre les entortillages amphigouriques qu’il ne manquera pas de rencontrer au fil de ces documents, il ne viendra sans doute à l’esprit que deux explications plausibles : incompétence à formuler en termes clairs et appropriés l’objet du discours, volonté pernicieuse et délibérée d’embrouiller. Chacun choisira la sienne, mais quoi qu’il en soit, ne sont-ce pas là deux vilains défauts rédhibitoires chez qui prétend montrer la route à ses concitoyens ?

Nous apportons aussi une contribution plus personnelle en proposant une sélection d’extraits de ces documents classés par ordre chronologique et commentés, ainsi que des extraits de presse en image.

Des études passionnantes et choisies pour des citoyens éduqués et responsables à qui on ne la fera plus !

Sans oublier l’image du jour…À demain !

Poster pédagogique citoyen du Charmoy

Poster pédagogique citoyen du Charmoy

Charmoy, cohérence dans la continuité

Charmoy, cohérence dans la continuité

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 17 septembre 2016 (J+2831 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 06:56

UNE HISTOIRE POUR LA RUE DU CHARMOY (4) - du 16 septembre 2016 (J+2830 après le vote négatif fondateur)

Nous croyions en avoir terminé avec notre histoire de la rue du Charmoy. Nous y revenons pourtant afin de dissiper un doute que nous aurions pu laisser dans l’esprit de nos lecteurs. Un examen attentif des procès-verbaux du Conseil municipal nous a en effet démontré qu’à ce jour la rétrocession évoquée dans la délibération 2015-124 « Dénomination de voirie zone du Charmoy » du conseil municipal du 7 octobre 2015 qui stipule que « la voirie sera rétrocédée à la Ville en fin de chantier », n’était toujours pas intervenue.

Or le chantier de l’hypermarché est terminé depuis fin 2015. Quelle peut donc être la cause de ce retard ? Ce pourrait être une simple négligence, bien excusable de la part de nos édiles surbookés.

Ce pourrait être aussi un problème de sémantique et d’interprétation, fait dont le premier de nos édiles est fort coutumier comme nous le démontrerons encore pièces en main très prochainement. Le grand écrivain Hermann Melville est l’auteur de Moby Dick, mais aussi du moins connu Pierre ou les ambiguïtés. Des chapitres entiers de notre blog pourraient être intitulés Raoul et les ambiguïtés. Et Moby Dick alors ? Cherchez vous le trouverez !

Rappelons tout d’abord que c’est la DDT qui a contraint Leclerc de prolonger la voie d’accès intérieure jusqu’en limite du Vieux chemin de Dole, ceci afin de ne pas compromettre le développement ultérieur du reliquat de la zone AU1c.

Ce que démontre le rapport du commissaire-enquêteur chargé de l’enquête publique fin 2013. En effet, le rapport précise en page 78 à propos de cette voie :

« A la demande de la Direction Départementale des Territoires (DDT), afin de respecter les orientations d’aménagement du plan local d’urbanisme (PLU) de la commune d’Auxonne et de ne pas compromettre le développement ultérieur du reliquat de la zone AU1c, le maître d’ouvrage a été contraint de prolonger la voie d’accès intérieure jusqu’en limite du Vieux chemin de Dole ».

. Mais jusqu’à preuve du contraire, la rue du Charmoy construite par Leclerc ne vous mènera pour l’instant que chez Leclerc !

Et pour longtemps sans doute car une pièce jointe au dossier de l’enquête publique précise :

« Merci de confirmer si dans l’attente de la construction de la zone du Charmoy, nous devons prévoir la condamnation provisoire de la connexion avec le « vieux chemin de Dôle », étant donné que ce dernier est un chemin communal qui ne peut manifestement pas recevoir le trafic en provenance de notre voie d’accès aux parkings et à la future zone du Charmoy » (Lettre RAR du 28 mars 2013, Monsieur Francis Tritant, représentant la SARL BOUXDIS, adressée au maire d’Auxonne).

À cette lettre le Maire répond avec sa précision habituelle :

« En réponse à votre courrier du 28 mars 2013, je valide les arguments présentés et vous confirme la condamnation provisoire de la connexion avec la rue du vieux chemin de Dole » (lettre RAR du maire d’Auxonne du 11 avril 2013)

En conclusion, cet échange épistolaire pourrait bien laisser supposer que la rue du Charmoy sera condamnée jusqu’à « la construction de la zone du Charmoy ». Or depuis début 2009, chacun sait, comme le démontre la lecture d’Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009, que le « reliquat de la zone AU1c » est devenu, de fait, une chasse gardée du groupe Leclerc. Et je vous laisse deviner qui en est le garde dévoué et « discret ». C’est que dans le « reliquat de la zone AU1c », on n’entre pas comme dans un moulin !

Et à propos de moulin, n’oublions pas les petits ! Nous avons beaucoup de lecteurs et, qui sait, ils nous lisent peut être aussi ?

https://www.youtube.com/watch?v=Pc5sKezQi0I

La fidèle sentinelle du Charmoy

La fidèle sentinelle du Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 septembre 2016 (J+2830 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 07:45

LES DERNIÈRES CONCLUSIONS DU SAVANT COSINUS - du 15 Septembre 2016 (J+2829 après le vote négatif fondateur)

Les fidèles lecteurs/trices de notre blog connaissent bien le Savant Cosinus. Ce savant est atteint d’une fort vilaine manie vérificatrice. Il ne se lasse pas, comme votre serviteur, d’examiner à la loupe les écrits que nos administrateurs locaux diffusent à leurs administrés sous le sceau de l’autorité dont ils sont investis, mon kiki !

S’il est vrai que le violon d‘Ingres de Cosinus, moins gratifiant que les sinécures électives tarifées et moins réjouissant aussi que les cocktails festifs et autres buffets divers, compte dans nos murs vraiment peu d’adeptes, il n’en est pas pour autant à mépriser.

Dans le courant du mois de juin dernier, notre ami le Savant Cosinus, ainsi que votre serviteur, s’étaient interrogés à propos d’une longue liste de numéros de parcelles cadastrales réparties le long de la nouvelle rue du Charmoy. Ces numéros, Cosinus les avait lus sur l’affichette d’un dépôt de permis concernant une station-service (affichage le 20 mai dernier sous le n° d’affichage 115/2016).

Nos deux amis, donc, bons connaisseurs du quartier de la rue du Charmoy, eurent vite fait de relever dans cette liste de numéros la présence d’un intrus et l’absence de trois oubliés. Or nul n’ignore, comme c’est la règle chez nous aux municipales, que ce genre de liste ne tolère ni radiation, ni panachage ! Dans l’intérêt général, et sans aucune « discrétion » ils avaient donc publié leur observation.

Leur expertise bénévole n’eut cependant aucun effet sur le contenu de l’affichage. Ce dont ils s’étonnèrent, mais pas plus que ça toutefois !

UN NOUVEAU CHAT DE SCHRÖDINGER AU CHARMOY ! - du 03 JUILLET 2016

Rappelons, pour mémoire, leurs conclusions du 8 juin dernier :

« À l’examen de la liste de parcelles actuelle : « AX 287, AX 630, AX 634, AX 635, AX 636, AX 638, AX 650, BT 11, BT 12, BT 126, BT 128, BT13, BT 14, BT 15, BT 16, BT 17 » j’ai cru comprendre que Cosinus ne s’étonnerait pas plus que ça qu’un nouvel affichage rectificatif succède assez rapidement, retirant AX 635 et ajoutant AX 648, BT 129 et BT 131.

Cosinus a-t-il encore une fois vu juste ? Nous aurons bientôt la réponse ! »

Il n’y eut pas de réponse à ce moment-là ! Mais voilà qu’une réponse officielle vient d’être donnée qui infirme la liste initiale, tout en confirmant les conclusions du Savant Cosinus. Chacun pourra s’en assurer en consultant, dans le permis de construire n° PC 021 038 16 ES008, accordé le 22 août dernier, l’annexe « références cadastrales ». Et constater, dans la liste des parcelles, qu’AX 635 a bien été retiré et AX 648, BT 129 et BT 131 ajoutés.

La parcelle AX 635, un temps malencontreusement empruntée sur le papier, a donc été rendue à sa propriétaire qui devrait bénéficier bientôt, grâce à « la maîtrise de l’évasion » d’une qualité de l’air hors-pair, mon pépère !

MONSIEUR PRUDHOMME AU CHARMOY - du 16 JANVIER 2016

« Le Bien Public » de ce matin titrait « AUXONNE URBANISME Revitalisation du centre-bourg on entre dans le vif du sujet ! ». Hier dans le même journal, c’était l’annonce de 1000 m2 de mieux au Charmoy ! On taillait là dans le vif du commerce traditionnel qui subsiste difficilement au centre-ville ! Belle cohérence dans la politique d’urbanisme auxonnais !

Comme dirait l’autre : « on ne peut pas être au bourg et au moulin » ! Et la CNAC du 20 janvier 2010 qui avait refusé le projet du Charmoy soulignait justement que celui-ci aurait un « impact significatif sur l’activité des commerces et services traditionnels situés en centre-ville », « ne manquer[ait] pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’Auxonne », et « contribuer[ait] à développer un nouveau pôle périphérique et […] ne participer[ait] pas ainsi, à un aménagement harmonieux du territoire de l’agglomération d’Auxonne ». Mais une CNAC, quand ça ne convient pas, on en refait une autre, on fait mine de diminuer le projet et puis quand on a décroché l’autorisation à l’usure, on fait des extensions !

En attendant sans solliciter ni commission, ni subvention, ni indemnité, Claudi a décidé d’ériger une statue du Savant Cosinus au rond-point ! Le Savant Cosinus a bien mérité de la Patrie !

Contes, décomptes et mécomptes du Charmoy

Contes, décomptes et mécomptes du Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15 septembre 2016 (J+2829 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 07:30

UNE HISTOIRE POUR LA RUE DU CHARMOY (3) - du 14 Septembre 2016 (J+2828 après le vote négatif fondateur)

Nous reprenons aujourd’hui notre « Histoire pour la rue du Charmoy », entamée le 29 août dernier. Nous en étions restés à une rue du Charmoy partant du Rond-point de l’Europe et venant buter sur une issue condamnée à sa jonction avec le Vieux Chemin de Dole.

Telle est la situation effective sur le terrain à l’heure actuelle.

À noter que depuis hier, à la suite de la CDAC, la rue du Charmoy devrait héberger un hyper de 4480 m2 au lieu de 3500 m2. Voilà qui va contribuer à l’animation du centre-ville ! La décision favorable devrait être affichée en mairie d’ici quelques jours.

Les décisions de CDAC en vue d’une extension sont généralement favorables et ce résultat n’a rien pour nous surprendre. De toute façon, dès 2009 la partie était jouée. Le pied ayant été mis dans la porte grâce la « collaboration » du très discret Monsieur Langlois retournant le vote négatif du 17 décembre 2008, il ne restait ensuite au promoteur qu’à s’armer de patience et de soutiens. C’est que dès avant d’avoir son fauteuil à la mairie comme aujourd’hui, le Groupe Leclerc y trouvait en avril 2008 un élément précurseur dévoué et « discret » !

Pour en revenir à la rue du Charmoy, nous ignorons encore si cette voie fait déjà partie du domaine public. À la lecture de la délibération 2015-124 « Dénomination de voirie zone du Charmoy » du conseil municipal du 7 octobre 2015 stipulant que « la voirie sera rétrocédée à la Ville en fin de chantier », on pourrait être en droit de le supposer.

Dans les projets grandioses de l’année 2009, une voie projetée partant du Rond-point de l’Europe, et qui ne portait pas encore le nom de « rue du Charmoy », suivait sensiblement le même tracé que cette dernière, mais se prolongeait au-delà du Vieux chemin de Dole (voir notre plan du jour).

Ces projets, Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009 les décrivait en détail sur trois grandes pages. Ce fabuleux numéro, dont la dialectique imparable tranchait sur le ronron habituel du magazine, n’est malheureusement plus en ligne. C’est pourquoi, nous en avons mis récemment un PDF à disposition de nos fidèles lecteurs/trices

Ils/elles y découvriront la voie correspondant grosso modo au tracé actuel de la rue du Charmoy. Ils pourront aussi constater que cette voie ne s’arrêtait pas, « condamnée » à sa jonction avec le Vieux Chemin de Dole, mais y formait un rond-point pour se poursuivre au-delà vers le sud-ouest sur des terrains constituant ce que le commissaire-enquêteur désigne dans son rapport comme étant le « reliquat de la zone AU1c »

UNE HISTOIRE POUR LA RUE DU CHARMOY (2) - du 31 Août 2016

Le dimensionnement du Vieux Chemin de Dole ne semblait donc pas avoir alors posé de problème.

Il faut dire aussi que la « maîtrise foncière de la zone » acquise par le Groupe Leclerc grâce à la diligente « discrétion » du maire d’Auxonne excédait alors largement l’emprise actuelle (4,6 ha). Elle portait en effet sur 19 hectares comme en témoignent ces questions-réponses relevées dans Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009, ce « catéchisme du Charmoy » en questions et réponses :

« Sur quelle surface porte le projet ?

Sur la moitié environ de la zone du Charmoy, soit approximativement 19 hectares.

Où en sont les acquisitions de terrains ?

Les propriétaires ayant réservé un très bon accueil aux propositions de l’acquéreur, 99 % des compromis ont été signés rapidement ».

On était alors vraiment dans le grandiose, et la municipalité, en dépit du vote négatif du 17 décembre 2009, abandonnait l’avenir de 19 ha à un seul promoteur.

Elle ne manquait pas en outre de faciliter sur le terrain les transactions directes et de gré à gré entre le promoteur et les propriétaires fonciers du lieu dans la « discrétion » la plus parfaite et avec des arguments convaincants, menaçant à l’occasion de son droit de préemption les dissidents ou déviants éventuels !

Un excellent montage d’économie mixte public-privé au service de l’intérêt général, chacun l’aura bien compris !

Pour les sceptiques qui douteraient de la véracité de nos dires en ce qui concerne les préemptions, la preuve est facile à produire. Un procès-verbal d’une séance du conseil municipal du début de cette année (2 mars 2016), approuvé en séance du conseil du 11 avril, rappelait il y a quelques mois ces préemptions passées, quoiqu’avec une datation fort approximative :

« […] j’ai cru comprendre [N.D.L.R. c’est le maire qui parle] qu’actuellement il y avait des tentatives d’achat spéculatif sur la zone du Charmoy. Pour éviter qu’il y ait des surenchères, et pour pouvoir maîtriser le devenir futur de cette zone, comme nous l’avons fait il y a 3 ou 4 ans [N.D.L.R. en fait, il conviendrait plutôt de doubler ces chiffres] sur une parcelle qui avait fait l’objet de surenchères, j’appliquerai le droit de préemption pour permettre un développement et ne pas bloquer une zone parce que certains veulent jouer sur les prix. Il faut que les choses puissent rester raisonnables [N.D.L.R. page 5 du procès-verbal]

[…] Je préviens donc que ce n’est pas la peine de faire de la surenchère, les vendeurs seront déçus puisque nous empêcherons une éventuelle spéculation. » [N.D.L.R. page 7 du procès-verbal]

On remarquera, qu’outre les préemptions passées, il est aussi question, dans cette déclaration comminatoire, de préemptions à venir !

Cette déclaration ne figurait pas dans le compte-rendu sommaire affiché, mais un pataquès de la presse en avait opportunément informé les lecteurs dans les jours suivant le conseil.

LE CHARMOY ET LE LIMOUSIN - du 05 MARS 2016

Notre image du jour permettra à nos lecteurs de situer la rue du Charmoy et l’hyper actuel dans le projet grandiose de 2009. En attendant de plus amples informations sur le détail des votes de la CDAC d’hier que nous ne manquerons pas de commenter, et les développements attendus des préemptions péremptoires annoncées…

Dernière minute : le double gag du "Bien Public" de ce matin :

gag titre : "La réalisation de l'extension du parking acceptée pour l'hypermarché E. Leclerc  [d'Auxonne]"

gag photo : photo d'archives reprise sur l'article du "Bien Public" en images du 13 janvier dernier relatif à l'ouverture (photos Michèle Syriex) et titré "l'hypermarché Leclerc fait déjà le plein de clients"      

La rue du Charmoy et le projet de 2009

La rue du Charmoy et le projet de 2009

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 septembre 2016 (J+2828 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 07:26

ALLEZ ! ENCORE UN PETIT COUP DE POUCE ! - du 12 Septembre 2016 (J+2826 après le vote négatif fondateur)

Un petit coup de pouce dont il n’est pas permis de douter, c’est le vote positif que notre premier magistrat devrait apporter demain à la CDAC devant statuer sur les projets d’extension de l’hyper du Charmoy. Il est certain que ce vote ne devrait avoir ni l’« ambiguïté » du vote historique du 17 décembre 2008, ni la « discrétion » des manœuvres foncières de début 2009 !

ENCORE UNE COMMISSION POUR LE CHARMOY ! - du 08 Septembre 2016

Dans un article déjà ancien nous faisions état de ces « coups de pouce » et autres coups de main que la municipalité alors en place, et depuis toujours en place, prodiguait sans compter au service de LECLERC. Aujourd’hui LECLERC, lui aussi, est en place : au Charmoy d’abord et, c’est évident, jusque dans le fauteuil du maire !

COUPS DE POUCE – du 31 janvier 2012

Dérouler le tapis rouge à LECLERC, tel aura été le job principal des deux mandats Langlois

Dans Inf’Auxonne n° 30 d’octobre 2010 (à présent inaccessible en ligne…), nos stakhanovistes municipaux avouaient se dépenser sans compter au service de l’enseigne : « le nouveau dossier [du projet LECLERC] est en préparation avec une attention et une motivation décuplées » (page 2). Impressionnant ! On transpirerait presque en lisant ça ! C’est que le temps était déjà passé, de cet hiver 2008-2009, où la « discrétion » régnait en maîtresse et où rien ne transpirait !

En cette année 2010, nos stakhanovistes avaient encore bien bossé quelques mois auparavant, à pied, à cheval et en voiture, pour orchestrer la consultation, chef-d’œuvre d’affichage imprimé à LURE et de démocratie participatatatative !

Au numéro suivant (Inf’Auxonne n° 31 de janvier 2011) un « porte-plume » municipal omniscient et vengeur admonestait et tançait pour finir les représentants des petits commerçants du centre-ville en ces termes :

« … les représentants du commerce auxonnais, obnubilés par la lutte contre l’implantation d’une troisième grande surface se sont fourvoyés dans une alliance contre nature avec les grandes surfaces locales. Se mêlant ainsi d’un combat qui de toute évidence ne les concernaient [sic] pas, en scellant cette alliance de la carpe et du lapin, ils ont fait perdre de vue à leurs mandants les questions essentielles, à savoir :

- que faire pour rendre le centre ville attractif ?

- quelles réformes entreprendre pour attirer le chaland et répondre aux besoins de la clientèle ?

- comment tirer parti d’un tourisme qui va se développer ?

En ce début 2011, notre équipe formule le vœu que la raison reprenne enfin ses droits, et qu’une interaction efficace se mette en place pour défendre réellement les intérêts du commerce auxonnais ».

Ce discours moralisateur autant que creux, n’était en fait que la reprise d’un vieux couplet déjà entonné en page 12 d’Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009, couplet qui déclarait en outre :

« [que faire] pour que les clients venant acheter dans la grande surface, dont beaucoup ne venaient jamais à Auxonne auparavant, aient envie de venir arpenter les rues du centre ville [N.D.L.R. Et leurs trottoirs !], découvrir les services proposés par les commerçants auxonnais et profiter du futur hôtel [N.D.L.R. Ah ! Ce fameux hôtel-fantôme !].

L’équipe d’ « Auxonne Passionnément » reste très attachée à la défense du petit commerce, mettra tout en œuvre pour l’aider, mais n’oubliera jamais que l’intérêt général des auxonnais prime sur tout intérêt particulier [N.D.L.R. Ah ! Comme cela est bien dit !]»

On suppose que, depuis, les doctes donneurs de leçons municipaux on trouvé la solution pour dynamiser le centre-ville. Pour l’instant, on ne peut dire que le résultat crève vraiment les yeux ! Quant à l’hôtel, on sait ce qu’il en est !

Le leader en titre de nos « passionnés », quant à lui, croit toujours avoir trouvé la solution miracle dans l’installation d’un hypermarché en zone périphérique. Hypervisionnaire à retardement qui adopte les schémas périmés de l’autre siècle !

Telle aura été pourtant l’obsession majeure de ses deux mandats, censée selon lui apporter du grain à moudre et de l’eau au moulin du petit commerce de centre-ville ! Rappelons le pari qu’il fit lors d’un reportage diffusé le 22 octobre 2014 sur France 3 Bourgogne

« Notre pari est de dire : si nous avons une grande surface, cela va attirer du monde, si les gens viennent à la grande surface, ils peuvent en profiter pour faire d’autres courses, d’autres achats sur la ville. C’est effectivement le point de désaccord avec l’Union commerciale qui, elle, pense plutôt qu’il y aura évasion. »

http://youtu.be/4PMrRymYg5s

Répondons pour finir à l’inénarrable diatribe du « porte-plume » municipal contre « les représentants du commerce auxonnais, obnubilés par la lutte contre l’implantation d’une troisième grande surface »

Ah ! Comme ils avaient raison d’être « obnubilés » les pauvres ! Même si à présent ils sont un peu flapis, et on les comprend. Cette « obnubilation » supposée n’était que juste clairvoyance. En dépit de la « discrétion » de rigueur, ils avaient senti venir le coup. Et aujourd’hui, ils n’ont pas encore tout vu !

S’il y eut jamais une « alliance de la carpe et du lapin », ce fut bien celle, très étroite, que la municipalité en place et des hommes d’affaires scellèrent en catimini, début 2009, sur les champs du Charmoy. Et qui perdure, apportant de l’eau au moulin des promoteurs !!

Pour ce qui en est maintenant de la prétendue « raison » appelée à « reprendre ses droits », plus que « ses droits », ce sont ses aises qu’elle vient de prendre encore en projetant, dans la foulée, et 6 mois après l’ouverture l’extension de l’hyper du Charmoy !

Car cette « raison », c’est toujours la raison du plus fort, celle du pouvoir aux manettes et des puissances d’argent ! Politiques et financiers, main dans la main !

Et voilà notre petit commerce de plus en plus menacé d’être écrasé sans merci, comme une puce entre deux pouces, dans la guerre acharnée des concurrences qu’aura allumée pour finir cette prétendue « raison » !

Il est à présent bien clair que « L’équipe d’ « Auxonne Passionnément » reste très attachée à la défense du petit commerce, [et qu’elle] mettra tout en œuvre pour l’aider [d’Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009 page 12]» !!

Les leçons du Collège du Charmoy

Les leçons du Collège du Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 septembre 2016 (J+2826 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions