Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 05:00

QUITTONS UNE FOIS CHARMOY-CITY POUR UNE SORTIE PÉDAGOGIQUE !  - du 13 septembre 2020 (J+4288 après le vote négatif fondateur)

     Ce blog a  maintenant plus de dix ans. Et toutes ses dents !

       Dans un esprit satirique et de libre parole, il met  à la disposition des citoyens avertis  des dossiers, autant que possible rigoureusement documentés, sur des thèmes politiques locaux.

       Des improvisations plus imaginatives, voire foutraques, tant graphiques que textuelles viennent pimenter le propos tout en ouvrant à l’occasion des perspectives culturelles variées et originales.

     Les images de Claudi, qui en constituent le volet coloré et ludique, tentent de résumer le propos d’une lecture nécessairement laborieuse. Comme disait notre électrique vieux maître Bouchard à la fac des Sciences de Dijon en crayonnant au tableau noir : « La pédagogie, c’est la couleur ! »

      Notre blog Chantecler, on aime, ou l’on n’aime pas ! Et quoi qu’il en soit, que t’aimes ou qu’t’aimes pas, la lecture de notre blog n’est pas comme l’école, obligatoire !

     L’école, voilà bien un sujet qui nous  a turlupiné tous ces temps-ci.

      Bien avant cet aveu, il est probable que certains de nos lecteurs aient senti dévier, sur un mode inhabituel, notre propos vers les sphères de l’Éducation Nationale, cette « institution » où nous avons servi dans le rang durant 38 ans, sans y perdre pour autant notre esprit critique. Tout au contraire !

    Ces 38 ans de métier, leurs joies, mais aussi leurs désagréments, dont nous t’épargnerons le détail, cher lecteur, nous ont conduit à la ferme conviction que l’enseignant, qui sert obscurément dans le rang, tout en tentant d’amender par son action de terrain les inévitables imperfections du système n’a pas moins de valeur humaine et spirituelle que ces prétendus réformateurs défrayant les plateaux télé et le monde éditorial des révolutions livresques.

       Nous acquiesçons donc aux réflexions qui suivent d’une instit de terrain en réaction au sensationnel journalistico-médiatique trop facile qui fait pleurer dans les chaumières.

https://lesvendredisintellos.com/2013/12/06/comment-lecole-fabrique-lechec-scolaire-et-apres/

    Nos préoccupations « scolaires » du moment, à mots plus ou moins couverts, avec plus ou moins de bonheur et d’originalité, nous avons déjà tenté de les exprimer dans de précédents articles. À quelle occasion et à quel propos ?

     La relecture  attentive de deux de nos précédents articles pourra utilement éclairer nos bienveillants lecteurs sur ces points.

CHARMOY-CITY : ICI COMME AILLEURS, DEMAIN C’EST LA RENTRÉE !  - du 31 août 2020

L’ÉCHEC SCOLAIRE N’EXISTE PAS, MAIS LES FABLES PÉDAGOGIQUES EXISTENT - du 7 septembre 2020

    Certes ce petit blog n’est pas le lieu rêvé pour diffuser largement des opinions.

     Néanmoins, ce blog Chantecler de rien du tout, sans réseau significatif, sans mécène et sans protecteurs, tout juste une grosse poignée de lecteurs, est tout de même un précieux outil de libre d’expression à Charmoy-City et qui sait, bouteille à la mer, bien au-delà !

    Récemment, une « auteure, essayiste, poète et dramaturge française d'origine italienne »  défrayait la chronique et hantait les plateaux télés en toute modestie, tout en faisant monter les like sur sa page facebook !

    Tout ce ramdam et ce barnum visait sans aucun doute à la promotion d’une production livresque intitulée L’Échec scolaire n’existe pas.

     Votre serviteur, obscur charmoysien,  n’a pas manqué d’acquérir et de parcourir cet ouvrage-confidence d’une révolutionnaire et démissionnaire-éclair d’une « institution »,  jugée selon les propos de l’auteur, « rigide », voire « maltraitante ». Quelle « institution », mon colon ? Rien moins que l’Éducation Nationale et son ministre !

     Pour autant, votre serviteur laisse à des critiques objectifs, gens de métier reconnus, le soin de faire une recension honnête et équilibrée de l’ouvrage. Recension qui pour l’heure semble se résumer, à notre connaissance du moins, à l’auto-promotion de l’auteure à laquelle se joint celle de son éditeur, ainsi qu’aux likes plus que lapidaires de ses supporters.

     Partageant avec l’auteure, sinon ses prises de position, du moins le même patronyme « d’origine italienne », votre serviteur n’en approuve pas pour autant cette démarche surprenante, notamment concernant une trentenaire qui avait fait le choix de candidater à un concours d’entrée dans l’ « institution ».  Maint(e) enseignant(e) de terrain, obscur(e)  et anonyme qui aura persévéré dans une tâche souvent ingrate ne manquera pas, sans doute, de s’étonner aussi d’une démission aussi théâtralisée !

      Des considérations d’ordre généalogique rendent, à l’évidence, notre position délicate.

      Cependant, le simple fait, purement contingent, de porter le même patronyme qu’un(e) auteur(e), nous obligerait-il pour autant à acquiescer ?

       Nous dispenserait-il de la liberté de penser ?

      Dans la Sicile des Corleone sans doute ! Et, dans une certaine mesure, en Corse aussi, peut-être ?!

     La lecture d’une autre production littéraire, cette fois dans une tout autre veine, de notre « auteure, essayiste, poète et dramaturge française d'origine italienne », vient d’ailleurs attester, pour notre auteure,  l’existence de certaines sympathies et accointances corses de haut vol !

      Les curieux trouveront plus de détails à propos de cet ouvrage collectif, dans le cours (Non ! Pas dans le Cours au Collège de France Pépère ! Un peu de patience !) d’un de nos précédents articles

QUITTONS CHARMOY-CITY ET L’ENNUI, POUR UN PETIT  RETOUR CHEZ LES « BOBOS MONTPARNOS » - du 13 juin 2020

    Rassurez-vous fidèles lecteurs charmoysiens, parents pauvres obtus d’une obscure cambrousse inculte, nous quitterons bientôt les sphères médiatiques et les « BOBOS MONTPARNOS » pour revenir bien vite à Charmoy-City où nous découvrirons, toujours dans la ligne pédagogique, des souvenirs locaux et personnels de la Maternelle ! (en pleine régression le vieux bouffon !)

     Régression ou pas, à défaut de révolution, nostalgie garantie !

      Eh oui, ainsi va le monde ! Si vous ne vous faites pas à vous-même des tas compliments en rameutant papa, maman et les « merveilleux enfants », personne ne viendra vous en faire ! Il faut savoir y faire Pépère !

      Pour avoir de l’entregent, Pépère, il faut d’abord devenir d’abord président-fondateur d’un mouvement ad hoc et,  peaufiner sa photo de profil ! Et surtout publier, publier pour ne pas périr ! Quelque chose, en vers, en prose, la vie en noir ou  bien en rose ! Oser enfin, car il faut que de toi l’on cause !

    Pour aujourd’hui, Claudi repasse une illustration qui a obtenu un franc succès d’estime !    

   Et enfin pour clore tout ce débat, une petite fantaisie pédagogique « d’origine italienne », comme il se doit, pour sûr, all’italiana et al dente, à destination des rêveur(e)s pédagogiques !

https://www.youtube.com/watch?v=0ilb71Duop0

FLASH DERNIÈRE

    Le battage médiatique autour de l’ouvrage de l’année, augurant un succès monstre, commençant à s’épuiser, on enfourche, telle la sorcière son balai, le thème inusable de la bien-pensance normalisante dopée à la moraline. Au train où vont les choses Blanche Neige et les Sept Nains sera bientôt censuré et anathèmisé !

     J’en ris comme un bossu ! (Gros yeux de la maîtresse !) Oh pardon maîtresse !

 https://www.facebook.com/Juliette-Speranza-182157248471188/?epa=SEARCH_BOX

L'échec scolaire n'existe pas, mais les fables pédagogiques existent  B.jpg

L'échec scolaire n'existe pas, mais les fables pédagogiques existent B.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 13 septembre 2020  (J+4288 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 05:00

L’ÉCHEC SCOLAIRE N’EXISTE PAS, MAIS LES FABLES PÉDAGOGIQUES EXISTENT - du 7 septembre 2020 (J+4282 après le vote négatif fondateur)

      Bizzare, bizarre, Chantecler, ce titre !

       Un titre où il n’est point question de Charmoy-City ?

       Rien de grave à cela, qui pourrait me dénier le loisir de regarder hors des murs de notre cité. Que je sache, je ne suis pas encore,  du moins pour le moment, confiné et assigné à résidence !!!

       Voyons Chantecler, ne se passe-t-il donc rien à Charmoy-City ?

       Mais si ! La Dynamique se la pète en vidéo et en drone sur la Saône ! À l’aise Blaise ! Vraiment très drone !

      Et concomitamment, l’Écho lâche un sacré « pélot », un brûlot comac, mon coco, qui risque de faire du bruit dans les bureaux de Landerneau !

     Tout ça serait bien beau, n’était la fièvre pédagogique qui  me tient depuis la rentrée. Ce genre de truc, c’est pas l’COVID, mais ça vous vide !

     Retraité, rebut suranné de l’école publique, je souffre en effet d’un mal psychopédagogique invétéré, le  terrible CRPRC  (Cauchemar de Rentrée Post-Retraite Chronique) contracté dans une Institution de la République.

CHARMOY-CITY : ICI COMME AILLEURS, DEMAIN C’EST LA RENTRÉE !  - du 31 août 2020

     En cette rentrée encore, rechute ! 

      Le cauchemar n’aura pas manqué ! La rechute s’avère très sévère ! Aucun espoir d’immunité ! Pour le coup pépère, comme le gruyère, c’est vraiment râpé !

      Pressé de soigner le mal par le mal j’ai pourtant ingurgité les mixtures de rentrée copieusement servies dans la presse. En vain !

     Un choc anaphylactique comique a fini par avoir raison de mes forces.

    S’il se répète à la cantonade selon les titres des journaux que « l’échec scolaire n‘existe pas », en revanche, l’échec thérapeutique existe, et plus qu’on ne croit ! Croyez-moi !

   Un vieux collègue, compagnon de galère en nationale éducation, m’a envoyé pour me soulager, un pot de miel accompagné d’une fable pédagogique.

   Oui, si « l’échec scolaire n‘existe pas », la fable pédagogique pour le coup ça existe. Et Fénelon, en matière d’éducation, pas un bleu mon colon, écrivit de ces fables à l’usage de la formation d’un jeune Duc de Bourgogne , dont il était le tuteur..

       Ces fables pédagogiques, comme celles de La Fontaine, renferment nombre de sujets animaliers. Elles furent publiées pour la première fois en 1718, peu après les disparitions du mentor et de son ducal élève.

    Claudi, notre infatigable illustrateur, a mis au net et illustré La rûche et la guêpe, production pédagogique et morale, dans la ligne de Fénelon, produite par notre vieux collègue, compagnon de galère en nationale éducation.

    Chacun(e) pourra donc faire son miel de cette production qui viendra agrémenter notre illustration du jour.

    Nous la diffusons par ailleurs en PDF pour un meilleur confort de lecture… 

FLASH DERNIÉRE

    Gagnez un tableau  dans la veine des potins de l’Écho !

https://www.facebook.com/watch/?v=2157270410984522

L'échec scolaire n'existe pas, mais les fables pédagogiques existent .jpg

L'échec scolaire n'existe pas, mais les fables pédagogiques existent .jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 7 septembre 2020 (J+4282 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : CE QUE NOUS DISENT LES FAUX-PROFILS (2) - du 3 septembre 2020 (J+4278 après le vote négatif fondateur)

      Quel titre bizarre pour un surlendemain  de rentrée des classes, alors qu’il y aurait encore tant et tant de choses à dire sur le sujet.

    Car la  rentrée des classes, et l’école en général, sont des thèmes proprement inépuisables dont on ne verra jamais le fond du cartable !

      Une mine d’or pour les médias et une occasion renouvelée pour les pédagogistes inspiré(e)s de prôner leurs remèdes-miracles aux parents affolés, et aux enseignants de terrain désemparés qui, eux, n’ont pas encore démissionné et sont restés, obscurs, dans le rang !

      Sont restés, obscurs, dans le rang à faire de leur mieux,  ne passant pas leur temps à hanter les écrans en y décrétant que l’échec scolaire n’existe pas !

     Si nous suivions notre pente du moment, nous nous laisserions volontiers aller un peu plus longuement à certaines digressions relatives à ce marché médiatique des remèdes miracles de rentrée diffusés sur la toile, et dont l’étiquette tend à se confondre avec une complaisante galerie de portraits variés de l’auteur(e) pimentée de quelques formules « révolutionnaires » !

https://www.youtube.com/watch?v=BXn7WEzsCis

CHARMOY-CITY : ICI COMME AILLEURS, DEMAIN C’EST LA RENTRÉE !  - du 31 août 2020

   . Mais n’allons pas ennuyer plus longtemps nos concitoyens avec nos lubies de vieux prof et tenons-nous en strictement au sujet que nous nous étions fixé pour aujourd’hui, et qui est de répondre en bref à cette question de société : « Ce que nous disent les faux-profils ».

     Question déjà abordée dans un précédent article.

CHARMOY-CITY : CE QUE NOUS DISENT LES FAUX-PROFILS (1) - du 12 août 2020

     Les faux-profils, la belle affaire, Chantecler !

     T’as rien compris Chantecler, la pédagogie révolutionnaire en chambre concoctée dans les beaux quartiers, et les  faux-profils, tout ça, mon vieux coq, on s’en bat !

       Nous ce dont on veut que tu nous parles, c’est du local municipal !

      Tiens ! Tu ferais mieux de nous parler du « portrait de maire »  de notre premier édile. Celui-ci s’exprimait, en effet, le 31 août dernier sous cette rubrique dans un grand article pleine page du Bien public papier intitulé « Auxonne Portrait de maire Jacques-François Coiquil : « Je sais où l’on veut mener la ville » ». Et sur un mode encore plus disert – version premium en quelque sorte pour les branchés – dans un article en ligne.

       On attend bessif ton point de vue sur cet article. « Auxonne Portrait de maire Jacques-François Coiquil : « Je sais où l’on veut mener la ville » ».  

      Promis, les copains, nous nous y attèlerons bientôt ! Mais puisqu’il s’agit seulement de projets évoqués dans la presse, vous avouerez que rien ne presse !

      D’autant plus qu’aux dires-mêmes de notre meneur de ville, il vaut mieux critiquer les projets a posteriori plutôt qu’a priori.

      Autrement dit,  et sur le mode proverbial :

    Que la caravane municipale menée vers quoi son guide sait déjà la mener passe d’abord, les chiens de la critique aboieront ensuite !

      Moralité  votre demande de revue de presse attendra !

      Mais les faux-profils, eux, je le répète, n’attendent pas !

      N’avions-nous pas pris en effet l’engagement, il y a trois semaines environ, de donner « au moins deux articles » sur ce sujet de société non dénué d’intérêt. Alors, puisque nous avons pris cet engagement, tenons-le aujourd’hui !

CHARMOY-CITY : CE QUE NOUS DISENT LES FAUX-PROFILS (1) - du 12 août 2020

         La récente publication (le 30 août dernier), sur la page facebook du groupe majoritaire municipal « Une dynamique pour Auxonne », d’un commentaire du « Marquis » à propos du projet de médiathèque nous en donnera l’occasion.

https://www.facebook.com/unedynamiquepourauxonne/?epa=SEARCH_BOX

      Chose promise, chose due ! Voici donc, aujourd’hui, avec un peu de retard, le deuxième article annoncé !

    Pas question pour nous de dénier à quiconque sa liberté d’opinion et d’expression qui ne seront jamais en butte à notre critique.

    Rappelons cependant notre position quant à l’usage de faux-profils.

   Cet usage outre qu’il n’est pas très courageux, peut être à la source de confusions regrettables. S’exprimer « masqué » peut en effet susciter, de la part de certains lecteurs du commentaire, des hypothèses fausses quant à  son origine réelle.

       On pourrait encore exiger à tout le moins, que l’amateur de faux-profil, qui peut viser tout simplement à se protéger, qu’il adopte prudemment et modestement un nom de faux-profil neutre, ainsi qu’une photo banale (une fleur, son chien…), voire pas de photo du tout.

     Nom et photo non connotés ou absente, qui n’inciteront pas l’utilisateur à gamberger, au-delà de la lecture des commentaires, sur les connotations induites par ce nom et cette photo d’emprunt.    

     Tel n’est pas le cas de notre « Marquis » qui semble, en matière de nom d’emprunt et de photo, donner franchement  (et gratuitement ?) dans le gore !

    Un masque, vous l’avouerez peu adapté, pour émettre des avis en matière de gestion communale !

    À propos de « Marquis », il était justement question de médiathèque dans son dernier commentaire.

   Ce commentaire dont nous laisserons à chacun le soin de prendre connaissance sur la page facebook du groupe majoritaire municipal « Une dynamique pour Auxonne », nous inspire cette conclusion :

    Il est permis d’espérer qu’au vu du gouffre financier que, selon  notre « Marquis », devrait représenter cette médiathèque, il sera au moins possible d’y découvrir l’ouvrage qui, visiblement,  aurait pu inspirer notre « Marquis » dans le choix de sa photo de faux-profil !

 

Les deux PDF ci-joints pourront sans doute convaincre nos lecteurs :

   Claudi, qui a tout compris, a déjà prévu une exposition « Marquis » pour cette future médiathèque !

   Frisson garanti !

 

FLASH DERNIÈRE

    Avec l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats rebaptisée, devant Monsieur le Maire,  Auxonne Live, promenons-nous (en vert) dans le bois pour voir si l’scolyte y’est pas !

      Encore une  « épidémie » (le terme invasion eût été sans doute plus propre !) ! Pour le coup, c’est vraiment pas drone !

     Les scolytes sont des coléoptères qui font des galeries sous l’écorce.  

     Et sous les Corses, alors, tremble le Chêne Napoléon ?

    Mais non, voyons ! C’est le Corse qui est sous le Chêne

ALBUM BONAPARTE À AUXONNE ou le Promeneur Solitaire Corse    

    À propos de drone, Chantecler a beaucoup apprécié son frère gallinacé, le coq du clocher sur la page Ville d’Auxonne.

     D’accord, ça fait un peu esprit de clocher, voire même un peu Clochemerle ! Mais c’est quand même très drone !

Charmoy-City, le Marquis à la médiathèque, c'est exquis .jpg

Charmoy-City, le Marquis à la médiathèque, c'est exquis .jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 3 septembre 2020 (J+4278 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 05:00

CHARMOY-CITY : ICI COMME AILLEURS, DEMAIN C’EST LA RENTRÉE !  - du 31 août 2020 (J+4275 après le vote négatif fondateur)

   Demain 1er septembre, un grand évènement annuel cher aux médias reviendra, un marronnier propice aux bons papiers des journalistes : la rentrée des classes. Une rentrée particulière dont l’ambiance générale devrait être marquée par la persistance de la pandémie de COVID 19.

    Un challenge de plus donc, pour des enseignants dont la mission est loin d’être simple !

    Pour quitter un instant les sujets sérieux, ce devrait être aussi la rentrée d’une institution typiquement charmoysienne : l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats  active depuis janvier 2019 et qui vient de changer de nom en devenant  Auxonne Live, comme nous l’avions déjà signalé avant-hier dans notre précédent article.

CHARMOY-CITY : « MINIMUM MINIMORUM » (CMGV-3) - du 29 août 2020

    Après ce détour par le firmament médiatique de notre belle cité, retournons pour un jour à l’école, à la veille de ce jour de rentrée !

     La rentrée… un évènement à présent un peu lointain pour votre serviteur qui a raccroché la blouse blanche depuis pas mal d’années, sans même avoir décroché les Palmes, et qui avait décroché son CAPES en…1968 ! La bonne cuvée, comme le sera sans doute la cuvée 2020 !

     N’empêche qu’il y a quelques jours,  j’ai fait un vrai cauchemar de rentrée….

    Vous savez, sans doute, de quoi je veux parler, cher(e)s jeunes collègues, un gentil cauchemar, du genre  de ceux où l’on se trompe de jour ou d’heure, où l’on trouve la salle qu’on vous avait désignée déjà occupée, ou mieux encore, bondée de sauvageons hilares campés sur les tables !

      De ceux encore où l’on parcourt la foule grouillante d’un immense préau avec un costume dont on a oublié d’enfiler le bas ou plus rarement le haut, et pour les enseignants d’aujourd’hui, dont on a oublié le masque ! Toutes ces horreurs oniro-psychiques dont on se réveille plein  de panique !

     Chaque métier laisse des séquelles. Pour l’enseignant de terrain au long cours, la sale vieille manie de pérorer, de vendre de la salive, et le cauchemar de rentrée peuvent être deux d’entre elles !

     Mais de ces deux séquelles, seule la seconde est véritablement spécifique de l’enseignant antique, blanchi sous le harnais. La première sévissant à présent dans une large fraction de la population de notre ère médiatique en toc.

    Par bonheur, Monsieur le Ministre de l’Éducation Blanquer vient d’annoncer un « Grenelle des professeurs » !

     À la bonne heure ! Je pense que c’est un bon créneau et l’occasion rêvée pour nous, de monter une association pour exiger, au profit des retraités affectés du CRPRC  (Cauchemar de Rentrée Post-Retraite Chronique), une juste indemnité !!!

    Des dollars pour nos cauchemars !

    Pourquoi se gêner en ces temps de révolution pédagogique !

    Révolution pédagogique ?

   Oui Madame ! À preuve, « L’échec scolaire n’existe pas » titre un ouvrage à paraître le 3  septembre prochain.

     Pour l’avoir bien souvent rencontré, cet échec, au cours d’une longue et obscure carrière d’enseignant titulaire du secondaire, nous nous garderons bien d’une affirmation aussi péremptoire !

    Mais une chose est sûre cependant : plus modestement le CRPRC  (Cauchemar de Rentrée Post-Retraite Chronique) existe bel et bien et nous l’avons rencontré ! Et aucune lecture de doctes pédagogues de plume et de chaire ne nous en guérira jamais ! Même s’ils nous jurent que « l’échec scolaire n’existe pas ».

     « Une fourmi de 18 mètres, ça n’existe pas », bien d’accord ! Mais la lutte contre l’échec scolaire qui existe lui, restera un travail de fourmi à charge des fantassins de terrain ! Et ne disparaîtra pas, par un coup de baguette magique du jour au lendemain. Pas vrai Albin ?

    Exceptons cependant de la prose pédagogique livresque Poème pédagogique témoignage d’Anton Makarenko, homme de terrain, ami  et disciple de Gorki.

    Ouvrage hélas bien oublié !

   Donnons en un court extrait tiré du chapitre 2 ( intitulé « Les débuts inglorieux [sic] de la colonie Gorki ») du tome 1 de l’édition en français en 3 volumes (pp.27-28) :

    « Les premiers mois de notre expérience ne furent pas seulement pour moi et mes camarades une période de désespoir et de tension impuissante, — ils furent aussi passés à la recherche de la vérité. De toute ma vie je n’ai lu autant d’ouvrages pédagogiques qu’en cet hiver de 1920. […]

     « Le principal bénéfice que je retirai de ces lectures, fut la conviction qui se mua soudain en certitude, qu’elles ne mettaient en main nulle science et nulle théorie, et qu’il fallait tirer celle-ci des phénomènes réels qui se passaient sous mes yeux. Je ne le compris même pas d’abord, mais je le vis simplement : je n’avais que faire des formules livresques, étant de toute façon incapable de les appliquer aux faits, mais j’avais besoin d’analyse immédiate et d’action immédiate. »

    Et Makarenko, poursuivit ainsi avec ténacité son cheminement pragmatique, ne réglant pas son sentiment de désespoir impuissant,  par une trop facile dérobade !

    Voilà aussi sans doute le destin de nombre d’enseignants obscurs de terrain…

L'échec scolaire n'existe pas.jpg

L'échec scolaire n'existe pas.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 31 août 2020  (J+4275 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 06:00

CHARMOY-CITY : CE QUE NOUS DISENT LES FAUX-PROFILS (1) - du 12 août 2020 (J+4256 après le vote négatif fondateur)

    Cette série, qui comprendra au moins deux articles, sera consacrée à l’examen de quelques faux-profils relativement aux réflexions que peuvent inspirer, à un esprit curieux et imaginatif, les noms ainsi que les photos de ces faux-profils.

    À l’origine de cette nouvelle étude, un récent commentaire d’un faux-profil prénommé Alphonse Donatien, posté sur Auxonne, l'Echo de la Place d'Armes, à propos du bulletin n°9. Rendons donc à Alphonse, ce qui est à Alphonse !

    Sur ce commentaire, nous reviendrons plus loin !

    Hormis la publication de ce commentaire, nous ne reviendrons pas aujourd’hui à l’examen détaillé de commentaires d’autres faux-profils.

    Travail que nous avons pu déjà entreprendre par ailleurs, à propos de l’un de nos faux-profils de prédilection !

CHARMOY-CITY : LE MARQUIS A PONDU SON DERNIER RAPPORT - du 30 juin 2020

   Nous ferons toutefois encore une exception en ce qui concerne un post du 14 février dernier de notre Marquis. Post dans lequel il défend sa théorie du « pseudonymat ».

    Chacun(e) pourra prendre connaissance de son contenu, de ses arguments, de ses sous-entendus sous le masque, mais nous ne perdrons pas notre temps à commenter cette prose qui renferme d’ailleurs une allusion à propos du faux-profil Alphonse Donatien

    Rappelons que notre sujet du jour concerne les  « réflexions que peuvent inspirer, à un esprit curieux et imaginatif, les noms ainsi que les photos de certains faux-profils ».

     L’amateur de faux-profil modeste, et qui vise simplement à se protéger, adoptera sans doute prudemment un nom de faux-profil neutre, ainsi qu’une photo banale (une fleur, son chien…), voire pas de photo du tout. Nom et photo non connotés ou absente, qui n’inciteront pas l’utilisateur à gamberger, au-delà de la lecture des commentaires, sur les connotations induites par le nom et la photo.

    Mais il est aussi  des faux-profils moins discrets, plus baroques voire carrément surprenants !

       Passons à présent, comme nous l’avons annoncé plus haut, à l’éclairage inédit (pas les leds des « hameaux » vantées par l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats décidément de plus en plus captivante !) que vient justement d’apporter Alphonse Donatien, sur la photo de profil d’un faux-profil prénommé Dominique et qui semble être, au vu de ses récents commentaires, celui d’une baigneuse très dynamique.

    Les curieux voudront bien se reporter au PDF d’un montage que nous avons réalisé et qui combine la recherche d’Alphonse Donatien (haut du document) et la nôtre induite par la première (bas du document). Surprenant !

    On espère au moins que « Dominique » ne se baigne pas avec sa kalash !

    Voilà un faux-profil prudent, et pas du tout connoté pour une amateure de faux-profil modeste !

     Le PKK,  et l’AK47, rien que ça !

     La suite au prochain numéro…

 

Charmoy-City, idées pour gloseurs en mal de faux-profil.jpg

Charmoy-City, idées pour gloseurs en mal de faux-profil.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 août 2020 (J+4256 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
1 août 2020 6 01 /08 /août /2020 06:00

 

CHARMOY-CITY : À PROPOS DU DERNIER CM  ET DU CONCEPT DE « NÉCESSITÉ » - du 1er août 2020 (J+4245 après le vote négatif fondateur)

   Dans un souci de large ouverture culturelle, loin des laborieuses déjections de certain « égout » découvert récemment sur les réseaux sociaux, contre la vanne éculée et la vidéo à deux balles, nous avons résolument décidé de prendre le parti d’une tentative d’analyse des notions et autres concepts apparus dans le paysage politique local.

     Ainsi, avions-nous développé et illustré récemment le concept d’ « ultracrépidarianisme »,  relevé dans un discours de notre premier édile.

CHARMOY-CITY : « À CHACUN SON MÉTIER LES VACHES SERONT BIEN GARDÉES » - du 27 juillet 2020

    « Cordonnier, pas plus haut que la chaussure » !  Frotté de philosophie, dans notre bonne ville, où tout un chacun est plus ou moins frotté d’oignon, nous ne revendiquons pas pour autant le statut de créateur de concepts et de notions, nous avons, en revanche, toujours grand plaisir à en deviser, sans trop de prétentions quoi qu’on en dise ! (Oui ! C’est bien « quoi qu’on » et pas « quoiqu’on » !)

    Passons au fait !

    Les spectateurs habitués des séances de conseil sont familiers de cette langue liturgique codée et stéréotypée employée lors des séances.

    Il faut avouer qu’un tel jargon administratif,  n’a vraiment rien pour passionner le profane tenu à l’écart et mal informé des arcanes des commissions et de l’inextricable jungle législative.

     Que dire alors de l’électeur d’hier, curieux venu naïvement s’asseoir en séance (où il n’a pas la parole) espérant y découvrir un monde nouveau œuvrant à son service ?

     Même sans masque, le curieux reconnaît à peine le tribun chaleureux de naguère, jargonnant maintenant plus sec qu’un notaire, mais qui pourtant, en campagne, trouvait si bien les mots pour faire vibrer son cœur simple d’électeur naïf à l’unisson, sur fond de vidéo léchée. 

     Ce ne sont à présent que des « vu le décret… » « Vu la loi… » et autres « considérant ». S’il n’a pas  été élevé au bon lait du  Dalloz le malheureux n’entrave rien à cette prose. On ne l’y reprendra pas de sitôt !

     Le  conseil du 30 juillet dernier, c’était un peu comme au tennis, un match à deux, lors duquel il revenait à notre premier édile d’exposer, et au chef de l’opposition d’interpeller.

     Rien que de plus normal ! À chacun son métier ! Il revenait aussi au premier adjoint de distribuer des pin’s tricolores aux élus en fin de séance… Rien que de plus normal ! À chacun son métier !

     Un concept aura retenu au passage notre attention : celui de « nécessité »

    Replaçons le d’abord dans son contexte en rapportant une phrase, par notre premier édile prononcée, et que nous n’avons pas omis de noter au crayon de papier sur notre A4 pliée en quatre.

« Considérant la nécessité de créer un emploi de collaborateur de cabinet faisant fonction de directeur de cabinet »

     Les mots nécessaire et nécessité ont une foule d’acceptions dans notre langue.

     On dira ainsi : « Pour vivre il est nécessaire de respirer » ou encore « Respirer est une nécessité vitale », c’est pour cela, d’ailleurs, que l’on a construit des respirateurs, dont on peut dire qu’ils sont « nécessaires à la lutte contre la COVID ».

     Que dire maintenant, en regard, de la nécessité d’un « nécessaire de toilette », ou d’un « nécessaire à chaussures ».

     De la nécessité absolue et vitale à la nécessité relative, voire futile et injustifiée, le spectre des nécessités peut s’avérer très large.

     Dans son poème Le mondain (1736), le grand Voltaire vantant tous les bienfaits dont pouvait et devait jouir l’homme nouveau, vivant affranchi des nécessités vitales auxquelles étaient confrontées ses ancêtres, va jusqu’à déclarer dans un vers : « Le superflu, chose très nécessaire »

    Près de trois siècles plus tard, reconnaissons que ce vers a beaucoup vieilli et qu’appliqué à l’humanité, il met en péril son avenir même.

    Nombre de nos politiques, qui en jouissent, refusent de remplacer ce goût du superflu par un éloge sincère de la frugalité et du dégraissage d’appareils hypertrophiés autant qu’opaques.

    Le monde chauffe, la maison brûle, mais les ors des ministères ne sont pas près de fondre !

    C’est pas gai, tout ça, diront nos lecteurs !

     Eh oui ! La nécessité, c’est pas vraiment la joie, tous les nécessiteux vous le diront.

    La nécessité est universelle, elle est partout, la pudibonderie victorienne qui régnait sur l’Europe guindée du dix-neuvième siècle a été jusqu’à la loger dans un chalet : le « chalet de nécessité », circonlocution pompeuse désignant des toilettes publiques, autrement dit des cabinets !

    Il est vrai que p… surtout quand, écrasés de soleil, on boit sec dans les guinguettes peut se révéler une incontournable nécessité.

    De cela nous avions déjà parlé. C’était donc une nécessité de le rappeler.

DE LA NÉCESSITÉ D’UN CHALET - du 14 Août 2016

    Dans un temps où l’argent liquide manquait, il y avait  aussi des monnaies de nécessité, « jetons maison » qui permettaient de pallier ce manque.

    Nous avons dégotté l’image d’un jeton du Cercle mess des Sous-offs du 8ème Chasseurs à Cheval qui caserna à Marey-Monge.

    Claudi a profité de l’aubaine pour remettre en scène un héros proustien, aristocrate de la plus belle eau, et héros authentique, qui ne connaissait pas  la nécessité.

   Les fanas du vrai grand style pourront le retrouver à partir de l'article en lien suivant.

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (7)- du 4 décembre 2018

 

 

FLASH DERNIÈRE

   Le Bien Public titrait hier en ligne « Auxonne Conseil municipal Une création de poste crispe (encore) l’opposition »

    Nous aurions écrit, pour notre compte :

« Auxonne Conseil municipal Une deuxième création de poste crispe à nouveau l’opposition »

   Jamais deux sans trois ?

   Nous reviendrons ultérieurement sur cet article…

 

Nouvelles de l’« égout »

   L’ « égout » publiait récemment ce titre, illustré d’une vidéo : « Là-bas au Connemara, on sait tout le prix du silence ».

   Message apparemment bien reçu par toutes les pages de la galaxie dynamique et consorts, officielles et moins officielles, qui nous jouent « le silence des agneaux » depuis quelques jours…

    Heureusement, il y a la canicule, la COVID et  les guinguettes.

    Penser quand même à commander une sur-blouse assez large pour le DIRCAB 

Charmoy-City proustien, pour le MDL de Saint-Loup, nécessité rimait déjà avec monnaie.jpg

Charmoy-City proustien, pour le MDL de Saint-Loup, nécessité rimait déjà avec monnaie.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er août 2020 (J+4245 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 05:00

CAP VAL DE SAÔNE, ÉLECTION À LA PRÉSIDENCE : DE 2017 À 2020   - du 20 juillet 2020 (J+4233 après le vote négatif fondateur)

    Après plusieurs publications en ligne, au nombre desquelles le trombinoscope des 11 élu(e)s à la présidence et aux vice-présidences, Le Bien public publiait avant-hier 18 juillet un article pleine page intitulé « AUXONNE-PONTAILLER-VAL DE SAÔNE Politique Com’com : la présidente réélue malgré une candidature surprise »

     Les vice-président(e)s ayant, par ailleurs, été élu(e)s lors de la même séance selon un scénario réglé au millimètre, une grande photographie illustrant l’article présente, à l’issue de la séance, les onze élu(e)s échelonné(e)s sur l’escalier de la grande salle « L’EMPIRE ».

   Un escalier sans grand style, mais à présent immortalisé tant par la PQR qui en publie la photo « présidentielle » de face, que par l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats qui en avait précédemment publié une photo « présidentielle » de biais « en live ».

CHARMOY-CITY : UN NOUVEAU TRIO DANS LE CONCERT MUNICIPAL - du 17 juillet 2020

   Dans les deux cas, la légende de la photo ne précise d’ailleurs pas si le bon mot historique de Cécile Sorel (« l’ai-je bien descendu ? ») a été répété par les heureux/ses élu(e)s à cette occasion. Voir la vidéo…  

https://www.youtube.com/watch?v=wmQ_DY3aV9U

   Mais à présent, trêve de galéjades !

  Et d’abord, pourquoi, ce titre « CAP Val de Saône, élection à la présidence, de 2017 à 2020 » ?

    Parce qu’il est souvent instructif de se référer au passé pour juger des évolutions d’une institution.

    En janvier 2017 donc, lors des premières élections de la toute nouvelle CAP Val de Saône, dont alors on essuyait les plâtres, Raoul Langlois, maire de Charmoy-City, ci-devant Auxonne, était sur les rangs pour  l’élection à la présidence qui devait se dérouler le samedi 7 janvier 2017 à Poncey.

     À propos de cette candidature, précisons que la presse du 4 janvier ayant annoncé la décision  de Jean-Paul Vadot, ancien président de l’ancienne comcom, de ne pas présenter sa candidature, le maire d’Auxonne avait alors annoncé in extremis la sienne (voir article en ligne du Bien Public du 5 janvier 2017, intitulé « CÔTE-D’OR POLITIQUE Communauté de communes CAP Val-de-Saône : Raoul Langlois candidat à la présidence ».

    Et le même jour à l’heure de l’apéritif, le site du Bien Public titrait : « CÔTE-D'OR - POLITIQUE Marie-Claire Bonnet-Vallet élue présidente de la com'com CAP Val-de-Saône ».

   Un court article suivait qui précisait : « Marie-Claire Bonnet-Vallet, élue de Pontailler et conseillère départementale divers droite, a été élue en recueillant 38 voix sur les 57 conseillers communautaires participant à l'élection. L'autre candidat, Raoul Langlois, maire d'Auxonne, a recueilli pour sa part 18 voix ».

    Précisons que l’élection des vice-présidents, beaucoup plus mouvementée et sujette à rebondissements que celle de cette année, véritablement réglée au millimètre, devait se dérouler plus tard à la Salle événementielle d’Auxonne, actuelle salle « L’EMPIRE », le mercredi 18 janvier à 18h00.

    Nous n’entrerons pas dans le détail à ce propos, précisant seulement que le 1er vice-président Raoul Langlois, candidat unique à ce poste, était alors élu sans surprise au premier tour et à la majorité absolue avec 47 voix. Son successeur actuel à la mairie était récemment élu au même poste le 16 juillet dernier sans avoir, pour sa part, postulé à la présidence…

    Voilà pour le retour en arrière.

    Et maintenant, à quoi bon remuer toute cette poussière d’archives lorsque l’on sait que le nombre de  voix recueillies par Madame la présidente lors de ses deux élections est resté significativement le même, passant de 38 en 2017 à 36 en 2020 pour un nombre inchangé d’électeurs (57). Avouons que cette seule donnée numérique ne traduit pas, en elle-même, à proprement parler, une quelconque usure du pouvoir !?

    Et pourtant l’article du Bien public du 18 juillet dernier, intitulé « AUXONNE-PONTAILLER-VAL DE SAÔNE Politique Com’com : la présidente réélue malgré une candidature surprise », titre l’un de ses paragraphes « Une victoire avec avertissement ».

       Dans un scénario 2020,  certes réglé comme à la parade et beaucoup mieux  qu’en 2017, cette « candidature surprise », peut certes interroger, mais à peine plus, me direz-vous, que la candidature de dernière heure de Raoul Langlois en 2017.

     Au fond, s’il s’agit d’une surprise ce n’est pas, tout à fait une nouveauté…

    Mais alors qu’y-a-t-il de changé dans le microcosme de la CAP Val de Saône par rapport à janvier 2017 ?

    N’étant pas un fin politique adepte de la langue de bois, nous répondrons, comme à l’accoutumée, avec l’aide de Claudi, sur un mode imagé et impressionniste.

    Serions-nous en présence d’un quasi changement climatique ?

   Cette neige de bulletins blancs et assimilés (12+9=21) tombant en plein juillet sur les urnes avouez quand même que ça peut jeter un froid sur une victoire.

    Sur un autre mode, inattendu cette fois, serions-nous  ramenés aux frimas d’un hiver politique dont pâtit, en janvier 2017, notre ancien maire Raoul Langlois ?

SCRUTIN GLACIAL À DAWSON-CITY ? - du 16 janvier 2017

 

Charmoy-City, élections communautaires et dérèglement climatique.jpg

Charmoy-City, élections communautaires et dérèglement climatique.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20  juillet 2020 (J+4233 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions Archives
6 juillet 2020 1 06 /07 /juillet /2020 06:00

CHARMOY-CITY VU PAR LE MARQUIS : « IMMENSES CHANTIERS » ET « RESPONSABILITÉS ÉNORMES » - du 6 juillet 2020 (J+4219 après le vote négatif fondateur)

 

   Nous examinions récemment, sans grandes prétentions ni grandes considérations, l’élection de notre nouveau maire

CHARMOY-CITY : L’ÉLECTION DU MAIRE PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE - du 4 juillet 2020

    Notre Marquis, grand expert anonyme, n’est pas homme à s’accommoder de pareilles vétilles.

     Le Marquis, c’est du lourd et du sérieux, il joue dans la cour des grands. C’est ainsi que nous le retrouvions récemment grand architecte des « immenses chantiers » qui se préparent.

CHARMOY-CITY : LE MARQUIS A PONDU SON DERNIER RAPPORT - du 30 juin 2020

    À preuve, ne déclarait-il pas dans sa profonde analyse du 29 juin (à propos du second tour du 28), relayée illico par l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats.

« Nous espérons que les choses s’apaiseront rapidement car nous avons besoin de tout le monde et de toutes les forces vives pour concrétiser les immenses chantiers que la majorité des votants a approuvés. »

    Et voilà qu’il est réapparu avant-hier 4 juin, encore et toujours sur l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats, apportant un nouveau commentaire aux résultats de l’élection du maire et des adjoints.

     Après les « immenses chantiers que la majorité des votants a approuvés. », voici les « responsabilités […] énormes et nécessaires ». Immenses, énormes, toujours dans le superlatif et dans l’enflure notre Marquis !  

    Mais laissons parler le Marquis derrière le judas de son anonymat !

« Si nous prenons uniquement les 2 premiers adjoints, je me demande comment ceux-ci pourront faire cohabiter leur vie professionnelle, leur vie privée et les missions que l’on vient de leur confier.

Les responsabilités sont énormes et nécessaires.

Je ne doute pas de leurs compétences, mais nous demandons à des « bénévoles » d’accomplir des tâches qui nécessiteraient un travail à plein temps et une rémunération adaptée.

Cela prouve que le système actuel n’est plus adapté à notre époque. »

Conclusion modeste : avant de concrétiser les immenses chantiers, il conviendrait d’abord tout bonnement de réformer le système actuel

    On attend maintenant le projet de réforme du Marquis !

    Quant aux deux premiers adjoints de la liste on pourra découvrir leurs portraits ainsi que leurs « responsabilités […] énormes et nécessaires », selon le Marquis, en légende de leurs portraits.

https://www.bienpublic.com/edition-plaine-de-saone-dijonnaise/2020/07/03/auxonne-decouvrez-les-nouveaux-conseillers-municipaux

 Nous les rappelons ici, nous référant à l’article cité du Bien Public

« Karim Zouine, chargé de la tranquillité publique et de la prévention de la délinquance, coordonnateur du projet municipal, en charge des animations sportives, du sport et handicap, ainsi que des infrastructures sportives. »

 

« Maud Barcelo, deuxième adjointe, chargée de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire, du développement durable, de l’attractivité, du commerce et de l’artisanat, du cadre de vie. »

 

    De la maison de poupée à l’urbanisme, il n’y a certes qu’un changement d’échelle, mais un changement de taille vous en conviendrez !

    Voilà donc deux jeunes et sympathiques adjoint(e)s pour le coup rudement chargé(e)s. Sherpas héroïques montant vers les sommets qu’on nous a promis, derrière le « premier de cordée ». Des sherpas en Val de Saône, peu banal !

    Claudi, a illustré plaisamment, mais plus prosaïquement, les propos de l’impayable Marquis…

 

FLASH DERNIÈRE

   Nous venons de découvrir l’existence d’une nouvelle page facebook intitulée Auxonne, l’Écho de la Place d’Armes

https://www.facebook.com/Auxonne-lEcho-de-la-Place-dArmes-103459568104103/?ref=nf&hc_ref=ART5FreqdK48fnk2ApuL65IuZFgiHgW_aJ-_dhtvElkJEEginne0ZNLmvpKFc7s5emc

    Encore une gazette sous couvert d’anonymat.

     Afin de lever toute ambiguïté, la rédaction de Chantecler déclare n’avoir, pour l’heure, aucun rapport éditorial avec cette nouvelle officine dont on discerne sans peine l’orientation.

    Le monde de Charmoy-City est restreint et les sujets évoqués peuvent bien entendu coïncider. Mais les styles ne sauraient être confondus !

    Et celui d'Auxonne, l’Écho de la Place d’Armes nous semble à première vue, quelque peu daté et sans grande fantaisie.

    Mais après tout, il y a de la place pour tout le monde.

    Bienvenue donc à l’Écho de la Place d’Armes dont la rédaction nous dira peut-être un jour son nom.

     Car lorsqu’on veut parler à ses concitoyens, il convient de le faire à visage découvert !

     Pas vrai Marquis ?

    

Charmoy-City, vers l'élaboration d'un nouveau plan de circulation

Charmoy-City, vers l'élaboration d'un nouveau plan de circulation

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 6 juillet 2020 (J+4219 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
24 juin 2020 3 24 /06 /juin /2020 07:00

CHARMOY-CITY : ESTHÈTE DE MARQUIS - du 24 juin 2020 (J+4207 après le vote négatif fondateur)

    Plus je lis et relis les productions du Marquis, plus je me dis qu’elles sont un esthète avisé, d’un homme de goût, plein d’entregent et de rondeur.

       Sans doute fut-il nourri dans le sérail des bobos dijonnais, où la cravate est malvenue et le rasage de près prohibé, car il ne partage pas ces manières disgracieuses, et parfois rugueuses, qu’ont souvent les Charmoysien(ne)s mal dégrossi(e)s et mal fagoté(e)s, dont modestement je suis. Dommage qu’il soit fana du masque !

     Dommage qu’il se terre ainsi dans l’anonymat. Il gagnerait tant à se faire connaître. Et l’on ne peut imaginer que nos concitoyen(ne)s distingué(e)s qui likent ses brillants propos n’ait pas eu l’insigne privilège de le connaître personnellement et de participer aux raouts de son salon, ou de son boudoir. Le cercle du Marquis doit être un cercle très huppé.

       C’est en effet un homme dont l’écriture révèle des manières policées, un expert en polices de caractères, un communicant brillant qui en impose par ses lumières comme il vient de nous le démontrer encore récemment dans  son dernier post. Un post surplombant, objectif, « au-dessus de la mêlée ».     

       Et qui sait reconnaître la qualité de certaines productions de campagne, tout en ayant la modestie de ne pas en revendiquer le génie inspirateur.

https://www.facebook.com/marquis.desade.37051579/posts/290964655361742     

    Alors si dans ses raouts, il régale aussi brillamment qu’il pérore et qu’il glose, pour le gourmand que je suis, l’eau  m'en vient déjà la bouche, mais aussi les larmes aux yeux, de réaliser que j’y trouverai toujours porte close !

     Un démenti, je ne suis pas le Marquis, bruit qui courut par nos rues pourtant il y a plus d’un an ! Mésaventure qui arriva encore à d’autres…

CHARMOY-CITY : LA MAIN DESSUS, LA MAIN À LA PÂTE ET LA MAINMISE - du 10 mai 2019

     Une chose cloche cependant, chez ce communicant averti, chez cet esthète avisé, chez cet homme de goût, plein d’entregent et de rondeur…. Laquelle ?  Notre Marquis a une photo de profil franchement  trop gore, ma chère !

CHARMOY-CITY : LE MARQUIS POURSUIVI PAR LA POLICE… DES CARACTÈRES - du 23 juin 2020

    Cet homme de goût, plein d’entregent et de rondeur et si policé, cacherait-il au fond de son anonymat un fieffé provocateur, un ennemi résolu des bonnes mœurs et de la bonne société bourgeoise ? On n’ose le croire !!!

   Pour mettre fin à ce soupçon qui, à notre sens le dessert dans une bonne réception de sa communication, par ailleurs brillante, nous lui suggérons d’amender avantageusement son profil en l’agrémentant de cet accessoire de bon aloi que porte si bien la fine fleur municipale dijonnaise et qui semble avoir fait chez nous un groupe d’imitateurs dynamiques et de bon goût.

    Cet accessoire adoucirait quelque peu le trait cruel qui défigure son profil.

   Conseil de communication gratuit, qui ne sera pas facturé par Chantecler !

 

FLASH DERNIÈRE

      Le Marquis c’est dépassé, une nouvelle étoile monte à présent dans le firmament dynamique tenant dignement le haut de l’affiche !

     Avec le soutien et la force de Xavier, le jeune et fringant gravier dans la chaussure de Monsieur Vauchey, et son puissant commentaire homologué, Jacques-François est sûr de gagner !

DERNIÈRE MINUTE  

   Tiens, tiens, le commentaire a été retiré !

   Quel dommage !

Charmoy-City,  côté Marquis, une Justine réparée c'est capital.jpg

Charmoy-City, côté Marquis, une Justine réparée c'est capital.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, du 24 juin 2020 (J+4207 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 07:30

CHARMOY-CITY : FUSIONS ET EFFUSIONS DANS LES BRANCHES DU CHÊNE ÉLECTORAL (2) - du 6 juin 2020 (J+4189 après le vote négatif fondateur)

   Le 1er  juin dernier, alors que des rumeurs de fusion enflaient à propos du deuxième tour des municipales du 28 juin prochain, nous avions publié un article rétrospectif autour des fusions des élections passées.

CHARMOY-CITY : FUSIONS ET EFFUSIONS DANS LES BRANCHES DU CHÊNE ÉLECTORAL - du 1er juin 2020

   Pour en revenir au présent, les rumeurs de fin mai se sont maintenant confirmées, et la composition de la nouvelle liste commune « Auxonne ville d’avenir », fusionnée pour le deuxième tour, a été publiée dans Le Bien Public du 3 juin dans l’article intitulé «  AUXONNE Politique locale Le second tour sera bien un duel »

    L’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats se livrait hier à une comptabilité quelque peu mesquine des « virés » (« you’re fired ») respectifs des deux listes qui fusionnaient.

     Au soir du 28 juin, c’est certain, il y aura tout autant de « virés », mais il est vrai, aussi, qu’un candidat, placé par exemple en 5ème position sur une liste, est statistiquement assuré de  n’être pas viré.

CHARMOY-CITY : CITOYENS, À VOS CALCULETTES ! - du 04 mars  2020

     Assuré de n’être pas viré, mais pas pour autant de ne pas se sentir esseulé comme l’arbre resté au milieu des abattis…

    Claudi publie aujourd’hui son image actualisée du chêne électoral, qu’il réactualisera encore, en tricolore, après le 28 juin, pour peu que d’ici-là, en ces temps incertains, Dieu lui prête vie !

CHARMOY-CITY : ACTUALITÉ FORESTIÈRE - du 28 mai 2020

 

P.S.

    Hier, dans un nouveau communiqué, un site local très dynamique revendiquait sur le papier une « clairvoyance économique et stratégique ».

    Le  corollaire logique de cette « clairvoyance économique et stratégique », opposée à l’« immobilisme » borné, pourrait être certes un « développement de l’attractivité de notre ville »…

     Pour peu qu’en vue du décollage promis, le mot corollaire retrouve cette l, qu’en pleine envolée verbale, il a malencontreusement perdue en marche dans le texte cité.

 

Charmoy-City, un chêne remarquable de la forêt municipale(2).jpg

Charmoy-City, un chêne remarquable de la forêt municipale(2).jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 6 juin 2020 (J+4189 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions