Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 09:24

CHARMOY-CITY : CHAPEAU, LES PETITS CHASSEURS ! - du 10 avril 2017 (J+3036 après le vote négatif fondateur)

Du nouveau enfin dans la quête désespérée du Chapeau que menaient Bécanine et Vittoriu depuis l’été dernier.

« QUAND ON NE CHERCHE PAS LE CHAPEAU, ON LIT LES JOURNAUX » - du 05 Septembre 2016

Notre album d’hier, le premier à relater la chasse cacaotée et revitalisante, annonçait déjà à cors et à cris cette surprenante nouvelle :

Le Lion du jardin

A fait ce matin

Un bel œuf tout brun

Pour les petits lapins !

ALBUM DU CHOCOLAT CHARMOY

Un bel œuf tout brun et de fort belle taille ! Plus précieux et plus rare qu’un œuf de dinosaure ! Ce matin les deux petits lapins malins, heureux découvreurs de la ponte léonine, n’en ont pas cru leurs yeux.

C’est, en effet, un spectacle inouï qui s’offrait à ces yeux rieurs et juvéniles. Un spectacle dépassant tous les fastes festifs de Charmoy-city : le bel œuf tout brun et de fort belle taille a éclos, découvrant le fabuleux Chapeau.

« Le Lion avait pondu, l’Aigle était revenu ! »

Non, ce n’est pas de Victor Hugo !

Charmoy-city l'oeuf miraculeux

Charmoy-city l'oeuf miraculeux

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 10 avril 2017 (J+3036 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Flash info

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Flash-info
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 15:32

VAGUE DE FROID À CHARMOY-CITY - du 07 janvier 2017 (J+2943 après le vote négatif fondateur)

Ce matin, à l’heure de l’apéritif, le site du Bien Public titrait : « CÔTE-D'OR - POLITIQUE Marie-Claire Bonnet-Vallet élue présidente de la com'com CAP Val-de-Saône ».

Un court article précisait : « Marie-Claire Bonnet-Vallet, élue de Pontailler et conseillère départementale divers droite, a été élue en recueillant 38 voix sur les 57 conseillers communautaires participant à l'élection. L'autre candidat, Raoul Langlois, maire d'Auxonne, a recueilli pour sa part 18 voix ».

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 18 voix, ce n’est pas 18/20 mais 18/57 ! Nous aimons notre ville natale et ce résultat pourrait nous affliger.

Cependant, il n’en est rien, vous l’aurez compris, car il nous plaît d’imaginer que, plus que le maire d’Auxonne, c’est celui de Charmoy-City qui a été battu à plate-couture. L’homme du vote retourné du 17 décembre 2008, des amphigouris, des discrétions feutrées et des préemptions véhémentes, l’homme qui partit au feu sous la bannière d’une grande enseigne en prenant les petits commerçants de haut et qui aura bien du mal à présent à revitaliser notre centre-bourg.

Un homme qui dès ce soir ne pèse plus bien lourd dans le territoire comme le démontrent les chiffres de son thermomètre électoral au plus bas.

Un homme duquel je n’envie pas la place à la tribune des vœux ce soir. Cela dit sincèrement.

Coup de gel au pays des Ouillottes

Coup de gel au pays des Ouillottes

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 janvier 2017 (J+2943 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Flash info

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Flash-info
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 17:00

ENCORE UNE COMMISSION POUR LE CHARMOY ! - du 08 Septembre 2016 (J+2822 après le vote négatif fondateur)

Encore une commission pour le Charmoy !!!

Après la CDAC du 7 octobre 2009 (négative), la CNAC du 20 janvier 2010 (négative), la CDAC du 8 mars 2011 (négative), la CNAC du 21 décembre 2011 (décision non prise), la CNAC du 17 janvier 2012 (positive), la CDAC du 16 décembre 2014 (positive), la CNAC du 3 juin 2015 (s’étant déclarée incompétente), voilà qu’une huitième commission statuera le 13 septembre prochain sur l’avenir de Leclerc au Charmoy !

Il s’agit cette fois, parmi ces huit commissions, de la quatrième CDAC (Commission Départementale d’Aménagement Commercial).

Cette CDAC se tiendra le 13 septembre prochain à Dijon et statuera sur l’extension de la surface de vente de l’hypermarché LECLERC du Charmoy de 3500 m2 à 4480 m2

Remercié en 2009 par l’enseigne pour sa « discrétion » Monsieur Raoul Langlois, véritable cheval de Troie et commis-voyageur dévoué de l’enseigne, avait alors permis à celle-ci d’obtenir « la maîtrise foncière de la zone » en dépit du vote négatif du 17 décembre 2008… Démocratie et intérêt général obligent !

Il s’avère aujourd’hui que le cheval de Troie en question pourrait bien être la locomotive d’une kyrielle d’extensions successives au profit du même promoteur sur la zone du Charmoy. Depuis qu’il est parti au feu, on ne peut plus l’arrêter ce monsieur !

PARTIR AU FEU À AUXONNE, PASSIONNÉMENT ! - du 1er mars 2014

De quoi booster le commerce de centre-ville ! Avec les marchés nocturnes sans doute ! Voilà, pour sûr, ce qui va dynamiser le centre-bourg ! Bourg et bourg et ratatam !

POLITIQUE ALIMENTAIRE À CHARMOY-CITY - du 29 AVRIL 2016

Pour les amateurs studieux d’histoire, qui lisent autre chose que les prospectus de promo et la prose filandreuse du « porte-plume » : tout sur les précédentes décisions des CDAC concernant le Charmoy.

Le petit train discret du Charmoy

Le petit train discret du Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 08 septembre 2016 (J+2822 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Flash info

 

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Flash-info
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 08:54

HISTOIRES D’ENSEIGNES (2) - du 14 AOÛT 2015 (J+2431 après le vote négatif fondateur)

Un des charmes particuliers du dialecte alsacien, c’est sa capacité à produire expressions imagées et sobriquets. De mes premières armes au lycée technique nationalisé mixte de Guebwiller, je garde la nostalgie de cette liberté et de cette plasticité de langage. Pickerlamörder (assassin des petits pichets), c’est ainsi, par exemple, que l’on désignait plaisamment l’un des employés de l’établissement qui aimait les libations.

Pour en revenir à Seppi, l’ancêtre-coiffeur de Claudi – car je n’ai pas l’intention de vous infliger par le menu ma biographie – le qualificatif de Schnützalamörder (assassin des moustaches) lui conviendrait mieux. C’est du moins, d’après les documents rapportés par Claudi, celui qui courut dans Niederziwweldorff après l’épisode des remontrances de Herr Polizei Schwob au sujet de l’enseigne en français.

Il suffit d’ouvrir le cahier d’écolier où s’alignent en rangs serrés sur le papier réglé et truffées de charmants croquis, les confidences de notre figaro alsacien, pour découvrir cette histoire de moustaches.

Ayant admonesté Seppi le coiffeur, Herr Polizei Schwob entra donc chez l’unique coiffeur de Niederziwweldorff pour se faire rafraîchir le tour d’oreille et tailler la moustache (Schnützel). En effet, de coiffeur, à moins de vivre dans les bois, on ne saurait guère se passer, et puis une séance chez Seppi ça valait une heure de psychanalyse chez Sigmund.

Ayant posé le casque à pointe et avec lui, la raideur professionnelle, Herr Polizei Schwob s’était abandonné sur le fauteuil aux soins diligents de Seppi. Lotions et serviettes produisaient leur effet émollient et les pensées du guerrier germain s’envolaient à présent, languides, vers Gertrude, sein Schatz (son trésor), la serveuse du café Langfeld. Une manœuvre inhabituelle de Seppi interrompit soudain sa rêverie et déclencha un violent éternuement. La France avait perdu l’Alsace et, dans le miroir, Herr Polizei Schwob constata avec stupeur qu’il venait de perdre la moitié de sa moustache !!

Seppi, quant à lui venait de perdre un client. Herr Polizei Schwob, la trogne encore moussante, se leva comme un diable de son fauteuil arrachant la serviette et éructant des jurons de Kaserne. Le casque à pointe enfoncé jusqu’aux oreilles, l’air menaçant, il s’en fut trouver Herr Bürgermeister, dont le bureau était juste en face sur la place, au pied du clocher en bulbe, classé deux étoiles dans le guide vert-de-gris du Professor Knatschke.

Seppi le coiffeur, qui n’assistait pas à l’entrevue, ne donne pas de détails à ce propos, sinon qu’il y perdit un autre client : Herr Bürgermeister lui-même. Seppi note toutefois que les occupations contraignantes de ce dernier, ne lui permettaient que de très rares apparitions sur le fauteuil devant la glace. La consultation des agendas de Seppi montre néanmoins une augmentation sensible du nombre de coupes mensuelles à partir de cette date, Seppi constate lui-même qu’il a de nouveaux adeptes et écrit patriotiquement : « coiffeur toujours, Friseur jamais ! »

Avec un soin documentaire particulier, Claudi s’est attaché à offrir à nos fidèles lecteurs/trices une illustration crédible de la scène conclusive de l’attentat contre la moustache.

HISTOIRES D’ENSEIGNES (2) - du 14 AOÛT 2015 (J+2431 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 août 2015 (J+2431 après le vote négatif fondateur)

 

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Flash-info
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 08:34

TWIN-HYPERS : UNE DIPLOPIE PASSAGÈRE - du 04 AOÛT 2015 (J+2421 après le vote négatif fondateur)

Diplopie : vision double occasionnée par un trouble fonctionnel ou organique ou encore provoquée par la consommation de drogues diverses.

Notre article d’hier, traitait d’une diplopie d’un type bien particulier, dit syndrome diplopique de Ducharmoy. Ce syndrome est induit par un état de confusion administrative et présente donc une origine commune avec le syndrome dit du 17 décembre 2008 qui vous fait prendre un NON pour un OUI et dont nous subissons les séquelles multiformes depuis 2421 jours !

Ayant constaté jusqu’à vendredi dernier inclus, sur le panneau d’affichage officiel de notre maison commune, la présence d’un permis déposé le 09 février 2015 sous le n° PC 021 038 15 E 0003, avis de dépôt affiché le 13/02/15 (n° affichage 025/2015) et concernant un magasin d’une surface de plancher de 9945 m², identique à celle du magasin actuellement en construction en vertu du permis modificatif délivré le 30/12/14 sous le n° PC 021 038 13 E0005-M01, nous avions posé la question suivante :

Doit-on en conclure qu’un hyper jumeau pourrait émerger à son tour à l’horizon du Charmoy ?

En bonne logique, en effet, lorsque l’on dépose une demande de permis, c’est bien pour en obtenir un !

Cependant – et c’est là le motif du présent article – passant hier après-midi devant le panneau de notre maison commune, nous y avons constaté la disparition inopinée du formulaire relatif au permis déposé le 09 février 2015 sous le n° PC 021 038 15 E 0003.

Nous étant enquis de la date de retrait de celui-ci auprès du service compétent, nous avons été informé que le dit formulaire avait été retiré précisément vendredi dernier 31 juillet comme en attestait par ailleurs le tampon dateur.

Le 31 juillet dernier, donc, précisément la veille de la publication du grand article du Bien Public de samedi 1er août, intitulé « Leclerc : dernière ligne droite avant l’ouverture ». Faut-il établir un lien entre les deux faits ? Nous nous en garderons bien pour l’instant.

Pour ne rien laisser au hasard, nous avons ensuite vérifié que l’arrêté accordant le permis en question n’avait pas été conséquemment fraîchement affiché. RIEN !!!

C’est donc avec mille excuses que nous devons informer aujourd’hui nos lecteurs/trices que la question posée plus haut, tout comme l’article qui la formulait, sont à ce jour devenus caducs.

 

Ne subsiste donc plus à présent au tableau que le document enregistré sous le n° AT 021 038 15 E 0001 avis de dépôt affiché le 13/02/15 (n° affichage 024/2015) déposé et affiché conjointement avec le précédent, aujourd’hui disparu, le 09 février 2015, et relatif, comme ce dernier, à une surface de plancher 9945 m² au Charmoy

Il s’agit d’une demande d’autorisation de travaux (art. L111-8 du Code de la Construction et de l’Habitation), procédure qui en règle générale concerne tous travaux (ex : réagencement intérieur d’un commerce sans création ou modification des ouvertures en façade extérieure) non soumis à permis de construire et modifiant l’aménagement intérieur d’un ERP (établissement recevant du public).

Le délai d’instruction maximum en est de 5 mois. L’autorisation devrait donc être incessamment accordée, si elle ne l’est déjà, pour un simple réaménagement intérieur.

Conclusion : plus de TWIN-HYPERS à l’horizon, et seulement un HGM (hyper génialement modifié) ! Belle trouvaille en effet que ce passage en-dessous des 10000 m², la suite logique au passage de 1000 à 3500 en 2008-2009 ! Si le titre n’en était pas déjà pris par Michel Butor, tout ce roman pourrait être intitulé La modification ! Reste à écrire à présent…. La momification (du centre-ville) !

LES FANTÔMES DU PATRIMOINE - du 20 septembre 2014

Ah ! Les Fanfans, les Fanfans, les fantômes, c’est comme les Toutous, les Toutous, les Touristes !

Claudi, qui ne souffre pas de diplopie et n’a pas les yeux dans sa poche, nous a pondu ce matin une « œuvre » (pendant qu’on y est !) fouillée et très synthétique que d’aucun(e)s pourraient juger hermétique ou absconse (c’est un gros mot ça ?), nous renvoyons donc nos lecteurs/trices néophytes ou occasionnel(le)s vers quelques articles susceptibles de les éclairer.

FINS DE SÉRIES AU CHARMOY - du 25 OCTOBRE 2014

HYPÈRE NOËL - du 25 DÉCEMBRE 2014

TWIN-HYPERS : UNE DIPLOPIE PASSAGÈRE - du 04 AOÛT 2015 (J+2421 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 août 2015 (J+2421 après le vote négatif fondateur)

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Flash-info
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 07:56

COUAC ! - du 30 JUIN 2015 (J+2386 après le vote négatif fondateur)

Bizarre, ce titre ! Il m’a été soufflé par Claudi ! En attendant, restons sérieux et venons-en au fait !

Dans le courant de la journée d’hier est apparu un dernier élément d’information, superbe et dernier fleuron venu orner les diverses pièces du blason déjà compliqué du Charmoy, et venant brocher sur le tout !

De quel fleuron s’agit-il me direz-vous ? Du texte intégral de la décision N° 2565T de la CNAC du 3 juin dernier, mis en ligne justement hier !

Son libellé résumé, publié sur le site de la « Commission nationale d’aménagement commercial » » annonçait déjà au public, depuis près d’un mois et en toutes lettres : « N° 2565 T Auxonne (Côte-d’Or) - recours exercé par SAS « LAUCEL » admis ; Création refusée d’un ensemble commercial de 4000 m² de surface vente composé d’un hypermarché « E. LECLERC » de 3500 m² et d’une galerie commerciale attenante [etc…, etc…] »

D’abord localisé à SCIONZIER (Hte Savoie) sous le N° 2065 T, le libellé avait retrouvé par la suite son adresse et son numéro exacts…

MAIS OÙ EST DONC PASSÉE LA 7ième COMMISSION ? - du 10 JUIN 2015

RECOURS TOUJOURS - du 13 JUIN 2015

Nous devons toutefois confesser – passons sur l’erreur d’aiguillage anecdotique ! – que ce premier « aperçu » de décision – dans la radicalité de ses termes – n’avait pas laissé de nous étonner !

Aussi avons-nous été moins surpris par son développement, mis en ligne hier 29 juin sur le site de la « Commission nationale d’aménagement commercial ». Nous nous permettrons de faire remarquer toutefois, qu’à notre humble avis, ce dernier ne semble pas coïncider en substance avec l’annonce initiale (rectifiée), qu’encore une fois, nous ne jugeons pas inutile de rappeler ici : « N° 2565 T Auxonne (Côte-d’Or) -recours exercé par SAS « LAUCEL » admis ; -Création refusée d’un ensemble commercial de 4000 m² de surface vente composé d’un hypermarché « E. LECLERC » de 3500 m² et d’une galerie commerciale attenante [etc…, etc…] »

Nos lecteurs/trices en jugeront par eux/elles-mêmes, en consultant le texte intégral, dans lequel il ne semble être question, ni de « recours admis », ni de « création refusée », et qui devrait bientôt orner le panneau d’affichage de notre maison commune

Comme l’orna déjà, il y a plus d’un lustre, la décision 317D de la CNAC du 20 janvier 2010. Au fait, cette décision 317D de la CNAC du 20 janvier 2010 n’était, aux dernières nouvelles toujours pas accessible, dans son détail sur le site de la « Commission nationale d’aménagement commercial » ?!

Une chose est sûre, après cette « décision-abstention » de la CNAC, on ne doit pas s’attendre à une nouvelle consultation, la Cheville ouvrière du projet n’ayant cette fois vraiment plus aucune raison de s’inquiéter des « décisions défavorables des Commissions d’Aménagement Commercial [qui] rejetant le projet Leclerc ont suscité diverses et nombreuses réactions » ( Inf’Auxonne N° 28 de mai 2010, page 2 ). Le référendum, à présent, c’est bon pour les Grecs ! À LURE, les imprimeries vont chômer !

Conclusion : L’amateur éclairé, le vrai, n’en finira jamais de s’étonner de toutes les subtilités et méandres de cette affaire depuis le fameux vote négatif fondateur d’il y a 2386 jours ! Nous sommes, quant à nous fier d’avoir été l’Homère bénévole de cette Odyssée… et de son improbable Ulysse ! Claudi, quant à lui, jette l’éponge à sa manière et avoue y perdre définitivement son latin !

Mais pour reprendre les propos récents d’un artiste en vogue, ce sont sans doute les « radis qui cache[nt] le champ »© !

À bientôt !!

N.B. : Cet article comporte environ 3800 caractères

COUAC ! - du 30 JUIN 2015 (J+2386 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 30 juin 2015 (J+2386 après le vote négatif fondateur)

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Flash-info
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 08:18

MAIS OÙ EST DONC PASSÉE LA 7ième COMMISSION ? - du 10 JUIN 2015 (J+2366 après le vote négatif fondateur)

Dans un précédent article, nous avions annoncé la tenue d’une commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) ce 3 juin à Paris. L’annonce avait été faite lors du Conseil municipal de la veille par notre premier magistrat, qui avait annoncé à ce propos sa montée à Paris pour la circonstance.

CNAC N°4 - du 03 JUIN 2015

Rappelons que cette commission était, à ce jour, la septième tenue à propos du projet du Charmoy. Si vous êtes sceptique, nous vous proposons de recompter (une : CDAC du 7 octobre 2009, deux : CNAC du 20 janvier 2010, trois : CDAC du 8 mars 2011, quatre : CNAC du 21 décembre 2011 (décision non prise), cinq : CNAC du 17 janvier 2012, six : CDAC du 16 décembre 2014, et sept : CNAC du 3 juin 2015 !)

L’avis de résultat de cette septième commission vient d’être officiellement publié et l’on imaginera aisément, à sa lecture, que l’équipée de notre maire dans la capitale ait pu en être quelque peu gâchée. Ce résultat ne manque pas d’intérêt, en effet, même s’il a pris de l’altitude en s’égarant quelque part dans les Alpes : à Scionzier plus précisément, charmante bourgade savoyarde où l’air est pur !

Claudi, le veinard est donc parti en reportage chez les Savoyards, il m’a déjà envoyé une petite carte de Scionzier que je vais pouvoir revendre sur e-bay ! Chic !

MAIS OÙ EST DONC PASSÉE LA 7ième COMMISSION ? - du 10 JUIN 2015 (J+2366 après le vote négatif fondateur)

Le résultat de la CDAC du 16 décembre dernier ne s’était-il pas déjà retrouvé à Beaune !

On va finir par croire qu’il s’agit de commissions du tourisme !

EN VOILÀ ENCORE UNE BIEN BEAUNE ! - du 30 DÉCEMBRE 2014

Pour en revenir aux choses sérieuses, si l’on peut dire, voilà, d’après une capture d’écran, prise hier à 18h00, un extrait de cet avis officiel.

MAIS OÙ EST DONC PASSÉE LA 7ième COMMISSION ? - du 10 JUIN 2015 (J+2366 après le vote négatif fondateur)

Voilà qui donne à penser…. En clair, la CNAC refuse ce que la CDAC du 16 décembre dernier avait accordé presque comme un seul homme, c’est-à-dire la création au Charmoy d’un hyper avec galerie marchande et drive.

En attendant plus de détails avec la publication à venir des motifs (« considérant ») de la décision de la CNAC, ou des explications et interprétations de notre maire, le quidam voudra bien considérer que la zone du Charmoy est, jusqu’à preuve du contraire, régie par les lois de la physique quantique puisque, dans le même temps, la création d’un hyper y est refusée tout en allant bon train sur le terrain. Nom d’un chien ! Tout cela est aussi fort que le Chat de Schrödinger !

Rappelons que toute cette affaire avait commencé par le premier épisode quantique du vote négatif fondateur du 17 décembre 2008

« EFFET TUNNEL » AU CHARMOY- du 25 août 2013

Suivi dans la foulée d’un deuxième

LES CHARMOISES DE SCHRÖDINGER-du 28 août 2013

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 10 juin 2015 (J+2366 après le vote négatif fondateur)

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Flash-info
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 00:00

EN VOILÀ ENCORE UNE BIEN BEAUNE ! - du 30 DÉCEMBRE 2014 (J+2204 après le vote négatif fondateur)

    Par les temps qui courent, les informations concernant la zone du Charmoy sont plus que parcimonieuses dans la presse locale. À notre connaissance, pas le moindre entrefilet concernant la CDAC qui s’est tenue il y a quinze jours à Dijon à ce sujet. C’était pourtant la sixième commission d’aménagement commercial à se tenir sur le projet (CDAC en 2009, CNAC en 2010, CDAC en 2011, CNAC en 2011 puis en 2012 après une décision à surseoir).

   Six commissions, vous réalisez ? Un plein caddie de commissions ! Voilà, Madame, un scoop qui n’est pas banal ! Mais après tout, pourquoi mentionner ce record de commissions quand les Pères Noël de tout poil ont vite fait de vous remplir cinq bonnes pages, photos à l’appui, barbes au vent et les doigts dans le nez, comme dans un fauteuil !

    En cherchant bien sur le net vous trouverez quand même l’annonce légale de la décision de la CDAC du 16 décembre dernier sur le site « Eurolégales /Le Bien public ».

   Cette annonce référencée « EBM-631981000 » est intitulée :

« CDAC/EXTRAIT DECIS.- CREATION ENS. COMERC. LECLERC AUXONNE »

     Une surprise attend toutefois le lecteur à la lecture de l’extrait figurant sous le titre. Il y est en effet question d’une extension à BEAUNE !

    Cliquez 2 fois sur l'image pour l'agrandir  Euro légales Beaune Auxonne

 

   Allons, Monsieur, il n’y a vraiment pas là de quoi faire un drame ! Allons Monsieur, il est grand temps de vous montrer adaptable et créatif  et de cesser d’être grincheux comme un vieux fonctionnaire ou un cardinal de la curie romaine ! Pour connaître l’extrait de décision concernant effectivement Auxonne, faites donc d’abord un peu preuve d’initiative et vivez avec votre temps. Reportez vous tout « beaunement » à l’annonce « EBM-631984100 » portant le titre

« CDAC/EXTRAIT DECIS.-EXTENSION LE MARCHE AFFAIRES  A BEAUNE »

     Vous trouverez là une décision de derrière les fagots concernant notre Charmoy bien à nous ! À déguster, mais avec modération !

      Avouons que voilà tout de même une confusion d’étiquette regrettable entre un Beaune AOC et un vin d’oignon de notre Val de Saône !

     Notre panneau d’affichage local n’avait-il pas d’ailleurs déjà révélé il y a quelque temps à ses lecteurs assidus – ils sont rares – sur la demande de permis modificatif relative au même projet, une confusion entre « surface de terrain » et « surface de plancher ». Du coup, un mois après, il avait fallu procéder à un nouvel affichage. Quel boulot !

   Mais comme dirait Samuel Johnson : « Il est parfois fort dangereux, surtout en Écosse, de confondre une théière et une cornemuse ! »

    Il ne manquait plus que cette citation du jour ! D’ailleurs ce Samuel Johnson, d’où sort-il ? Ça, vous le découvrirez très bientôt…

   En attendant, pour les amateurs qui ne confondent pas Beaune AOC et vin d’oignon du Val de Saône, nous proposons à nouveau une dégustation plus approfondie de la sixième cuvée du Charmoy.

HYPÈRE NOËL - du 25 DÉCEMBRE 2014

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 30 Décembre 2014  (J+2204 après le vote négatif fondateur)

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Flash-info
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 00:00

LA « LOCOMOTIVE » DU CHARMOY ALLONGE SON TRAIN DE COMMISSIONS - du 05 DÉCEMBRE 2014 (J+2178 après le vote négatif fondateur)

     Remarque préliminaire : notre titre n’a rien à voir avec la grève actuelle des contrôleurs SNCF qui manifestent contre la perspective de trains bientôt désertés par les employés.

  Nous manifestons, pour notre part, contre la désertification d’un centre-ville déjà sinistré, dont il se pourrait bien, comme l’avait estimé la CNAC de 2010 que l’animation soit encore réduite par la création d’un pôle commercial périurbain sur des terres agricoles.

 DÉCISION CNAC 20/01/2010

   Mauvaise nouvelle justement à propos du centre-bourg, la presse des derniers jours nous apprend que la candidature d’Auxonne n’a pas été retenue. Comme dirait Jacques Chirac dans son langage fleuri : « Les merdes volent en escadrille »

http://www.bienpublic.com/edition-haute-cote-d-or/2014/11/29/fiers-d-avoir-ete-retenus

Regrettable nouvelle mais qui n’est pas pour nous surprendre, dans un moment  où l’énergie de nos édiles semble moins concentrée vers le centre-ville qu’excentrée vers la périphérie, et largement dévolue au service de LECLERC.

 Certes  « les échanges entre la direction du grand-est du groupe et la mairie qui a délivré le permis  sont réguliers et fructueux ». [Pays dolois N° 164 d’octobre 2014, page 4 actu]. Mais « fructueux » pour qui, au juste ?

   Dans notre précédent article, nous avions fait le bilan des informations relatives au Charmoy pour la période des deux derniers mois.

   À ce propos nous avions récapitulé les  annonces successives du maire d’Auxonne en conseil ou dans les médias :

 « Affaire BOUXDIS : « le permis de construire est suspendu car l’étude complémentaire acoustique aurait dû être transmise pendant l’enquête publique. Le projet est retardé » (8 octobre)

« L’interruption pourrait durer plusieurs mois » « Le porteur du projet n’a pas l’intention de reculer » (21 octobre)

« On va demander la suspension de la décision sur le fond, le temps de démarrer une nouvelle enquête publique qui prenne en compte l’étude acoustique. Cela pourrait prendre au moins six mois, même si on ne maîtrise absolument pas les délais » « Le projet continue. Il y aura donc certainement un permis modificatif qui sera déposé pour tenir compte de cette situation » ( 22 octobre)

« l’entreprise a fait le choix de réduire la surface à moins de 10 000 m² par la suppression d’un décrochement prévu pour des réserves » (18 novembre 2014)

     À cette kyrielle d’informations diverses, il en manquait cependant une de taille, celle de la tenue prochaine d’une CDAC concernant le projet BOUXDIS au Charmoy, le 16 décembre prochain.

    Cette information a dû être omise par inadvertance…À noter pourtant que le dossier a été déposé en préfecture  le 6 novembre dernier. Il est fort probable que notre premier magistrat était depuis lors dans la confidence. Discrétion oblige…

    Voilà un extrait du programme de la commission :

« 14 H 30 – Création d'un ensemble commercial LECLERC à AUXONNE :

– dossier n° 533 enregistré le 6 novembre 2014

– demandeur : SARL BOUXDIS

– surface de vente : 4000 m² (hypermarché : 3500 m² + galerie marchande : 500 m²) »

   À remarquer que la définition du projet en matière de surface de vente « 4000 m² (hypermarché : 3500 m² + galerie marchande : 500 m²) » reste la même que pour la précédente CDAC du 8 mars 2011 qui avait vu le rejet du projet.

     Nos lecteurs/trices pourront se reporter au site officiel

http://www.cote-dor.gouv.fr/IMG/pdf/CDAC_16-12_ordre_du_jour.pdf

    Nous en sommes donc aujourd’hui au sixième passage en commission (départementale ou nationale) pour un projet qui en a déjà connu 5 depuis 2009 : CDAC du 7 octobre 2009, CNAC du 20 janvier 2010, CDAC du 8 mars 2011, CNAC du 17 décembre 2011, CNAC du 17 janvier 2012.

     D’octobre 2009 à janvier 2012, de nombreux titres du Bien Public témoignent de ce long parcours du projet de commission en commission :

« La CDAC se prononcera le 7 octobre »  (Le Bien Public du 30 septembre 2009)

« AUXONNE PROJET  LECLERC REFUSÉ PAR LA CDAC »(Le Bien Public du 08 octobre 2009)

« AUXONNE. Le projet de l’hypermarché vient d’essuyer un premier revers en commission départementale. Mais le jeu n’est pas fini. LECLERC EN ÉCHEC » (Le Bien Public du 08 octobre 2009)

« AUXONNE. Le refus de la commission départementale suscite les                                                                                                                                                                                                                       commentaires LECLERC : LE DOSSIER SERA PORTÉ PLUS HAUT » (Le Bien Public du 12 octobre 2009)

« AUXONNE LE PROJET  LECLERC  « REFUSÉ » » [N.D.L.R. Chantecler : refusé en CNAC] (Le Bien Public du 27 février 2010)

 « COMMERCE LE PROJET  LECLERC  REJETÉ » [N.D.L.R. Chantecler : refusé en CNAC] (Le Bien Public du 27 février 2010)

 « Révision du plan local d’urbanisme » « Un nouveau dossier pour l’aménagement d’une surface commerciale (Leclerc) a été déposé auprès de la CDAC. Il sera examiné le 8 mars prochain à 10 heures » (Le Bien Public 26 février 2011)

« COMMERCE. A nouveau refusé [sic], l’implantation d’un magasin envenime le débat politique LECLERC À AUXONNE : C’EST FINI ? » (Le Bien Public du 10 mars 2011)  « AUXONNE FEU VERT POUR LE PROJET LECLERC » [N.D.L.R. Chantecler : feu vert en CNAC](Le Bien Public du 20 janvier 2012)

 « AUXONNE. La commission nationale d’aménagement commercial a donné son feu vert à la SARL Bouxdis pour l’implantation de l’hypermarché LECLERC REFAIT SURFACE (Le Bien Public du 23 janvier 2012)

 « COMMERCE. Après des années de tractations, la SARL Bouxdis peut développer sa zone commerciale LE FEUILLETON LECLERC CONTINUE » (Le Bien Public du 23 janvier 2012)

 Dans la perspective de la tenue prochaine d’une nouvelle CDAC, nous proposons à nos lecteurs/trices une compilation détaillée des décisions des précédentes commissions.

     À la lumière de ces documents, ils/elles pourront juger des nombreuses contradictions que révèlent leur examen attentif, ils pourront aussi rafraîchir leurs connaissances sur la composition et le fonctionnement d’une CDAC.

DÉCISION CDAC 07/10/2009

DÉCISION CDAC 08/03/2011

DÉCISION CNAC 17/01/2012

    Gageons que la soirée du prochain conseil municipal, annoncé pour le 16 décembre à 21 heures (PV du conseil du 18/11/14), juste à la veille du sixième anniversaire du « vote fondateur »* sera riche en annonces, pas forcément bonnes, mais déterminantes pour l’avenir de notre centre-bourg !

* Rappelons ici pour mémoire la question et la réponse de ce « vote fondateur » :

Question : « Etes vous favorable à l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire sur la zone du Charmoy ? »

Résultat du vote :

- Nombre d’électeurs : 22 ;

- Nombre d’enveloppes : 22 ;

- Nombre de suffrages exprimés : 21 ;

- 21 bulletins « non » ;

- 1 vote blanc

(Cf. PV du conseil du 17/12/09)

 La locomotive du Charmoy et son train de commissions

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 5 Décembre 2014  (J+2178 après le vote négatif fondateur)

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Flash-info
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 00:00

DU BRUIT DANS LANDERNEAU - du 09 OCTOBRE 2014 (J+2121après le vote négatif fondateur)

     Nous écrivions hier :

« Dernière minute : Si l’on en croit certaines rumeurs, une entreprise de l’est aurait tout récemment décommandé les mobiles homes réservés pour son personnel dans un camping local. Cet évènement aurait-t-il par hasard un rapport avec le chantier du Charmoy et, si oui, quelle pourrait bien être la cause de cette annulation et les incidences de cette dernière sur le « rythme soutenu » à venir du chantier ? À suivre … »

      La réponse à nos interrogations ne devait pas se faire attendre. En effet, lors de la séance du conseil municipal d’hier soir, 8 octobre, le maire d’Auxonne a spontanément informé l’assistance d’une suspension du permis de construire concernant le LECLERC. Il a fait mention d’un recours émanant d’un particulier dont il a cité le nom. Toujours selon les propos de notre premier magistrat, ce recours serait fondé sur des insuffisances relatives à des études acoustiques relatives aux nuisances sonores éventuelles du projet.

    Selon toute probabilité, compte tenu notamment du nom du particulier mentionné hier soir publiquement par le maire d’Auxonne, il pourrait s’agir du recours ayant déjà fait l’objet d’un vote (abstention de l’opposition) lors de la séance du conseil municipal du 23 avril dernier ou encore… de ses suites. En ce qui concerne le recours initial, on lit en page 24 du procès-verbal de la séance du 23 avril dernier:

« 24. 2014-98 Autorisation donnée au maire de défendre les intérêts de la Ville devant toute juridiction dans l’affaire Gilles ROCHE c/Commune d’Auxonne

Vu le courrier de la société inter-barreaux « DSC AVOCATS », en date du 24 février 2014, informant le Maire d’un recours en annulation,  exercé auprès du Tribunal administratif de DIJON, à l’encontre de l’arrêté municipal du 23 décembre 2013 accordant à la SARL BOUXDIS un permis de construire N° PC 02103813E0005, l’autorisant à construire un hypermarché à l’enseigne « E. LECLERC » et une galerie marchande avec partie drive et clôture, pour une surface de plancher créée de 11407 m² ;

Vu le courrier du Tribunal administratif de DIJON, en date du 4 mars 2014, communiquant une requête administrative présentée par Monsieur Gilles ROCHE, enregistrée le 20 février 2014 sous le numéro 1400598-1[…] »

   Il est à noter que, dans le dossier d’enquête publique, ainsi que, par la suite, dans le rapport du commissaire enquêteur, le volet acoustique avait été, à plusieurs reprises, évoqué. À l’intention de nos fidèles lecteurs/trices, nous avons fait le point documentaire sur  la question en leur livrant, sans commentaire, les extraits correspondants des documents officiels :

 Dans le « Mémoire en réponse aux questions et observations adressées au maître d’ouvrage par le commissaire enquêteur le 29 juillet 2013 [Inséré dans le dossier le 20 août par le commissaire enquêteur, 12 pages et un bordereau] » la question est déjà évoquée. Dans l’image figurant ci-dessous (page 7 du mémoire), le commissaire-enquêteur pose une question relative à la page 35 de l’« Étude d’impact sur l’environnement » produite par le promoteur. La réponse de ce dernier figure en bas en bleu (italiques)

MémoireDans le  « Rapport du commissaire-enquêteur », partie  « conclusions et avis motivé du commissaire enquêteur », nous avons  surligné les références aux questions acoustiques :

« - Les nuisances sonores

Le dossier d’enquête n’apporte aucun élément permettant d’affirmer que le projet sera, dans ce domaine, conforme à la réglementation en vigueur. Dans ces conditions, il semble indispensable que l’autorité décisionnaire dispose, au préalable, des éléments d’appréciation nécessaires du point de vue acoustique pour éclairer sa décision.

Par ailleurs, lors de la phase d’exploitation du centre commercial, il y aura lieu de réaliser des mesures acoustiques pour s’assurer de la conformité du site par rapport aux impératifs fixés par la réglementation en vigueur. » [Rapport p. 92 partie conclusion]

« Observant toutefois que :

- le dossier d’enquête, assez volumineux, est complet sur la forme mais le fond de certaines parties aurait pu être plus précis et de meilleure qualité, notamment en ce qui concerne les thèmes relatifs au trafic routier, aux mesures acoustiques ou encore aux volumes d’eaux consommés et rejetés,

- les deux registres utilisés ont permis de recueillir 99 contributions consignées directement ou exprimées par courriers annexés qui se répartissent en 58 positions défavorables ou réservées sur le projet et 41 avis favorables,

- le dossier ne comporte pas une analyse détaillée de l’impact sonore du futur centre commercial garantissant que le projet respectera la réglementation en vigueur,

- le site du projet n’est actuellement pas desservi par un service de transport en commun régulier et le maître d’ouvrage n’a pas démontré, aussi bien dans le dossier d’enquête que dans le mémoire en réponse, que ce mode de déplacement pourra être opérationnel à l’ouverture du centre commercial,

- Le dossier d’enquête n’a pas analysé précisément l’impact du projet sur le trafic routier et le mémoire en réponse n’a pas apporté de réponses convaincantes sur ce point,

 émet un AVIS FAVORABLE à la demande présentée le 25 avril 2013 par la SARL BOUXDIS sise rue du Ladhof 68025 Colmar Cedex en vue d’obtenir l’autorisation de construire une surface de plancher nouvelle à usage de commerce supérieure à 10 000 m2 sur le territoire de la commune d’Auxonne (Côte d’Or).

 Avec la réserve suivante :

- Réaliser, préalablement à la délivrance de l’autorisation de construire, une étude acoustique afin de vérifier la compatibilité du projet avec la réglementation en vigueur et proposer, si nécessaire, des mesures destinées à réduire l’impact sonore sur l’environnement, »

[Rapport p. 96 partie conclusion]

  Beaucoup de son, donc, aujourd’hui, mais pour une fois, pas d’image. Ce sera pour la prochaine fois. En attendant, nous restons à l’écoute.

P.S. :   Un journaliste de la région nous ayant manifesté de l’intérêt, ce qui est rare, nous l’en remercions vivement. Nous l’encourageons, à défaut de notre personne, à faire connaître notre blog qui est beaucoup plus passionnant. En citant ses sources, bien entendu !

 

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 09 Octobre 2014  (J+2121 après le vote négatif fondateur)

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Flash-info