Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 05:00

CHARMOY-CITY : UN CHÊNE POUR NOTRE-DAME- du 27 MARS 2021 (J+4483 après le vote négatif fondateur)

      Le Bien Public papier du 22 courant publiait un article en pleine page avec deux photos intitulé :   « AUXONNE Chêne pour Notre-Dame de Paris : la commune toujours dans la course »

    L’article précisait : « Auxonne, qui possède une grande richesse forestière, fait partie des communes qui s’étaient proposées pour donner des chênes pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, dévastée par un incendie les 15 et 16 avril 2019. Une proposition qui n’a pas été retenue… pour le moment. »

    Notre lecteur aura remarqué qu’entre les propositions passées et le titre concernant l’actualité, le mot chêne est passé au singulier. La proposition de don, si elle est retenue, ne concernera cette fois qu’un seul chêne.

     Rappelons que la proposition passée, officialisée  par une délibération du conseil municipal du 23 mai 2019, concernait deux chênes.

   Nous avions mentionné cette décision dans un précédent article

CHARMOY-CITY : DEUX CHÊNES POUR NOTRE-DAME - du 24 mai 2019

   De cet article foisonnant d’informations qui ont désormais perdu leur caractère d’actualité, nous ne retiendrons que l’illustration !

   Et Claudi a le plaisir et l’avantage de la rediffuser pour vous !

   Depuis, les chênes métaphoriques autant qu’euphoriques figurant sur l’illustration et qui veillaient sur notre forêt sont tombés dans les coupes électorales municipales.

    D’autres les ont remplacés depuis, qui continuent la promotion de notre forêt…

    Cette forêt n’est-elle pas en effet le poumon et la respiration de la région ?

    Du moins si l’on en croit notre ex-premier édile qui déclarait le 28 août 2018 à la salle événementielle, à l’occasion de la signature du contrat Revitalisation Centre-bourg entre la Ville d’Auxonne et la Région Bourgogne-Franche-Comté :

     « Et comme vous le savez, Auxonne est maintenant non pas le cœur de notre nouvelle région, une ville proche [N.D.L.R. Chantecler : il s’agit de Dole] revendique cette place, mais en est très certainement les poumons. Personne n'y a pensé et pourtant, les poumons c'est la respiration. Comme le cœur, ils sont indispensables. Nous pouvons revendiquer cette place qui est justifiée.

Vous savez l'importance de notre forêt, la plus importante en surface et en qualité de l'ancienne Bourgogne. Ici, nous respirons le bon air. »

     Respirer le bon air ! Dans le temps présent où la respiration s’avère un bien précieux autant que menacé, ces paroles prennent un nouveau relief !

Charmoy-City, au Conseil, deux chênes pour Notre-Dame.jpg

Charmoy-City, au Conseil, deux chênes pour Notre-Dame.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 27 mars 2021 (J+4483 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 05:00

CHARMOY-CITY : 2021, UNE ANNÉE SANS CARNAVAL (2) - DU 07 MARS 2021 (J+4463 après le vote négatif fondateur)

    Dans notre précédent article relatif à la suppression exceptionnelle de notre Carnaval local cette année, nous avions annoncé un second article sur le sujet pour aujourd’hui.

CHARMOY-CITY : 2021, UNE ANNÉE SANS CARNAVAL (1) - DU 04 MARS 2021

    Chose promise, chose due ! Au risque de décevoir nos lecteurs friands d’actualité, nous tenons notre engagement en rappelant les termes de notre annonce : « pour ce dimanche prochain 7 mars sans carnaval notre rédaction prépare un article original à propos d’un carnaval très ancien dont votre serviteur, encore en culottes courtes, fut le spectateur, et qui se passait justement un 7 mars ».

    Il est vrai, cependant, que des titres d’actualité pourraient sembler, à juste titre plus appropriés.

     Tenez ! Pour les nostalgiques proustiens amis des arbres À l’ombre des robiniers en fleurs.

    Et pour les amateurs de cuisine chinoise : du riz à la cantonaise au Rififi cantonal

    Mais notre engagement était pris, et nous le tenons !

    En route, donc, dans notre machine à remonter le temps,  vers  le 7 mars 1954. C’était le Carnaval ce jour-là, un des premiers carnavals auxquels, gamin en culotte courte, je devais assister, et c’est le seul de mes carnavals d’enfance, dont j’aie gardé le souvenir d’un détail particulièrement précis et disons-le, assez cru, comme nous le verrons plus tard.

    Ce détail, en effet je m’en suis toujours souvenu ! Je n’aurais pu cependant jurer de l’année précise… Si, par bonheur, un vieux numéro jauni du Bien Public n’était venu récemment à mon secours !

     Par la vertu de l’archive je vous propose de découvrir, sans les bruits, les odeurs et les couleurs, hélas, le défilé du 7 mars 1954 

Vous y découvrirez en photo le « Fonfonse » juché sur le char des Sioux, avec 20 ans de moins que dans notre précédent article. Et peut-être d’autres souvenirs, si vous avez de la bouteille !

    Les enfants et les jeunes-loups, car chez Chantecler il n’y en a pas que pour les croulants, pourront découvrir dans le texte, un nom de char propre à les faire rêver: « Ramu enfant-loup ».

     Avec « Ramu enfant-loup » ou mieux, « Ramu l’enfant-loup », nous entrons, c’est le cas de le dire, dans le vif du sujet…

     Voilà l’histoire….

     Un communiqué Associated press relayé à la une par Le Bien Public du 10 février 1954 relatait la découverte, en Inde, d’un enfant-loup.

     Au bout du compte, ce soi-disant « enfant-loup » devait se révéler n’être qu’un malheureux enfant hémiplégique abandonné.

     Mais la nouvelle était lancée, elle devait défrayer la chronique et, surtout, inspirer nos carnavaliers !!

    D’où le char, saignant, de « Ramu l’enfant-loup », dont j’ai gardé le souvenir.

    Revenons en cette fin d’hiver 1954, un hiver particulièrement rigoureux, celui de l’appel de l’Abbé Pierre au profit des sans-logis. Imaginez une France pauvre et tristounette à peine sortie des restrictions de la guerre, sur fond de guerre d’Indochine, de tractions-avant, de grands pardessus, de gabardines, de canadiennes, de bérets et de chapeaux mous.

     Et dans ce décor, sur un trottoir bondé de la rue Thiers, un gamin de sept ans un peu palot venu avec papa maman et le petit frère regarder le carnaval.

     Il fait encore frisquet, le gamin n’a pas bien chaud, les grosses têtes en carton chalonnaises qui dominent les assistants lui paraissent effrayantes, les grosses caisses des fanfares l’assourdissent et vibrent dans sa poitrine, et voilà que dans le défilé il voit venir le char de Ramu !

    Ramu, pour le coup, c’est le Popol Larue, qui n’a plus rien d’un enfant, sinon la petite taille qu’accentue encore un dos voûté. Je le reconnais aussitôt, c’est une des vedettes du jeu de boules de l’Iliotte que fréquente assidument mon père, lui aussi fana de la « lyonnaise », tout comme le Colonel Maurice et tant d’autres…

     Le populaire Popol était aussi un fameux pêcheur, qui savait à point nommé récolter la manne, du temps que le Père Darche, avec maître Taupenot, faisait des pêches miraculeuses au carrelet dans le contre-fossé. C’étaient des temps bibliques que l’on peut à peine imaginer.

LES BOUTIQUES ÉPHÉMÉRES, UNE MANNE POUR LE COMMERCE DE CENTRE-BOURG ? - du 30 juin 2017

     Ce jour-là, juché sur son char, le petit Popol ne pointe pas le cochonnet, n’embrasse pas la Fanny, et ne ferre pas le gros poisson, mais le nez sous une guirlande d’authentiques lambeaux de bidoche, il fait mine de les mâchonner, visiblement avec plaisir.

    Imaginez l’effet produit sur un enfant qui n’aime pas la viande, et la mâche sans fin jusqu’à la recracher, ce qui lui vaut la vindicte paternelle et la compassion maternelle qui lui mouline son steak pour le mêler à la purée !

   Claudi n’a pas trouvé de photo du char pour s’en inspirer. Il s’est rabattu sur la couverture du numéro 263 du 21 février 1954 du magazine à sensation Radar

    Pas en reste, Paris-Match  n° 256 du 20 février parlait aussi de ce pauvre Ramu.     

FLASH DERNIÈRE

    Un clin d’œil rétrospectif à l’actualité récente dans notre PQL, entre « Ma cabane au Canada » et le TOP budget cantonal. Préludes à une nouvelle glaciation ?

SCRUTIN GLACIAL À DAWSON-CITY ? - du 16 janvier 2017

Charmoy-City, pas de carnaval 2021, et pas de repas végane pour Ramu.jpg

Charmoy-City, pas de carnaval 2021, et pas de repas végane pour Ramu.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 mars 2021  (J+4463 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
4 mars 2021 4 04 /03 /mars /2021 08:58

CHARMOY-CITY : 2021, UNE ANNÉE SANS CARNAVAL (1) - DU 04 MARS 2021 (J+4460après le vote négatif fondateur)

    Avant d’entrer dans le vif du sujet, permettez tout d’abord à notre rédaction d’adresser un salut oxygéné à une personnalité locale en marche par monts et par vaux, et qui se reconnaîtra

https://www.youtube.com/watch?v=dkTWHSWA3aU

    Rappelons, à ce propos, les exploits de Monsieur Langlois

CHARMOY-CITY : QUAND MONSIEUR LE MAIRE S’ESCLAFFE (2) - du 2 juillet 2019

   Et entrons enfin dans le vif du sujet !  

Hebdo 39 du lundi 1er mars dernier publiait un article ainsi intitulé : « Dans l’attente du 100ème Carnaval d’Auxonne » ;

    On pouvait y lire en particulier : « la crise est passée par là, avec annulation du Carnaval 2020 et annulation du Carnaval 2021 ».

    Une chose est certaine, l’édition 2021 est définitivement annulée, mais en revanche l’édition 2020 avait bien eu lieu le 1er mars 2020, même si une météo venteuse et pluvieuse avait écourté la fête n’autorisant qu’un seul tour de ville...

    Nous avions même commis un court article sur le sujet

CHARMOY-CITY : IL CONDUIRA LE CHAR DU CHARMOY POUR LA DERNIÈRE FOIS - du 01 mars  2020

    À partir de cet article, et grâce aux liens, nos fidèles lecteurs pourront remonter à des articles plus anciens sur le même thème.

    Revenons un moment sur ce Carnaval 2020 qui aura eu chaud ! Il est certain qu’il a eu la chance de passer entre les gouttes et le virus !

      Cumulant la menace météorologique nous sentions confusément que pesait, déjà suspendue  sur nos têtes, l’épée de Damoclès sanitaire !!

    Et pourtant, à l’abri des rafales de vent mouillé, on se serrait très fort, on buvait sec et on parlait haut dans les bistrots. Écrivant cela aujourd’hui, il nous semble rêver d’un temps très ancien…

    On comprend, dès lors, mieux cette  « attente du 100ème Carnaval d’Auxonne »

exprimée dans l’article cité plus haut.

    Voilà à présent une année que la situation sanitaire nous impose des « jours sans » et le dimanche qui vient sera, pour le coup, sans Carnaval…

    Au fait, pour ce dimanche prochain 7 mars sans carnaval notre rédaction prépare un article original à propos d’un carnaval très ancien dont votre serviteur, encore en culottes courtes, fut le spectateur et qui se passait justement un 7 mars. À bientôt ! Et n’oubliez pas les masques !!

   Dans l’illustration du jour, Claudi rend hommage à une grande figure des carnavals auxonnais des Trois Glorieuses qui marqua son temps : le « Fonfonse » !

   FLASH DERNIÈRE (05/03/21 09h00)

    Une image pieuse à destination de L’Écho dont Théodule semble l’idole et le saint patron

Charmoy-City, une grande figure carnavalesque de  l'autre siècle.jpg

Charmoy-City, une grande figure carnavalesque de l'autre siècle.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 mars 2021  (J+4460 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 08:43

CHARMOY-CITY : BONAPARTE    MENACÉ PAR LES DÈBOULONNEURS ? (2) - DU 23 FEVRIER 2021 (J+4451 après le vote négatif fondateur)

     À l’heure où une vague de déboulonnages de statues défrayait la chronique dans notre beau pays et de par le monde, nous nous étions interrogé sur l’éventualité de menaces pesant sur la statue de Bonaparte, fleuron de notre Place d’Armes (et de son Écho !!!)

CHARMOY-CITY : BONAPARTE    MENACÉ PAR LES DÈBOULONNEURS ? (1) - du 15 juin 2020

       Il est bon de rappeler à ce propos qu’en mai 2020, on avait pu lire, entre autres,  ce titre dans la presse : « Deux statues de Victor Schœlcher brisées par des manifestants en Martinique »

        Dès lors, il pouvait paraître pertinent, dans une conjoncture aussi surchauffée, de s’interroger à propos d’une vindicte potentielle contre les statues de Napoléon Bonaparte,  ne serait-ce qu’au titre de vainqueur de Toussaint-Louverture en Haïti.

     Pour l’heure, la fièvre déboulonneuse semble marquer le pas.

    Autre signe encourageant, notre statue de Bonaparte connaîtrait plutôt un regain d’audience dans la presse.

    Presse nationale tout d’abord.  Le n°1 du magazine Le Point Hors-série de décembre 2020, consacre en effet un article aux années d’apprentissage du jeune Napoléon dans notre bonne ville sous le titre « Auxonne (Côte d’Or) Le discret héritage napoléonien » (pp. 49-50).

     Les premiers mots de l’article viennent cependant souligner le caractère « discret » de notre  « héritage napoléonien » : « En quête de Napoléon, nous n’explorons pas Auxonne comme nous avons parcouru Brienne. Difficile d’y trouver un héritage ostensible de l’Empereur ». Comparaison peu flatteuse pour notre ville !

      Par bonheur, en tête d’article, un cliché en couleurs de notre statue de Bonaparte légendée « La statue de Bonaparte l’une des dernières traces de Napoléon à Auxonne » vient sauver la mise !!!

     Presse quotidienne locale ensuite, et ce, tout récemment.

   Dimanche dernier, Le Bien Public titrait dans sa rubrique LOISIRS COTE-D’OR ET RÉGION (page 36) : « CÔTE-D’OR Napoléon Bonaparte, fierté d’Auxonne ». Une « Bona-pride » en quelque sorte et un « coming-out » en contrepoint de la « discrétion » soulignée par l’article du Point Hors-série de décembre 2020 !

     Un cliché en couleurs illustre l’article dont l’abondante érudition, visiblement puisée aux bonnes sources, est toutefois tempérée par la forme adoptée : celle d’un dialogue  entre le rédacteur et la statue.

    Nous retiendrons la dernière question posée à la statue : « Et tout là-haut, les dernières baisses de température ne vous ont pas glacé le sang … », ainsi que cette partie de l’impériale réponse : « Souvenez-vous tout de même que j’ai mené la douloureuse et cruelle campagne de Russie »

    De cette « douloureuse et cruelle campagne de Russie », nos lecteurs curieux trouveront une illustration, à l’anglaise, dans notre article en lien ci-dessous :

CHARMOY-CITY : NAPOLÉON CHEZ LES  LAPONS (1) - du 28 décembre 2020

   Donnant toujours la parole à Bonaparte et joignant passé et présent, l’article « CÔTE-D’OR Napoléon Bonaparte, fierté d’Auxonne »  se termine opportunément par des considérations d’actualité : « …j’ai surtout hâte de revoir du monde. Depuis quelque temps, avec cette maudite pandémie, la place est bien vide. »

     Bonaparte en aurait-il ras-le-bol du masque et autres mascarades ?

CHARMOY-CITY : UN MASQUE POUR BONAPARTE  - du 24 mars 2020

   Un seul bémol pourtant,  à propos de cette citation apocryphe, placée bien en vue au centre de la page occupée tout entière par l’article, et explicitement attribuée à Napoléon Bonaparte :

      « C’est le sculpteur François Jouffroy qui m’a représenté. Il me connaissait car il avait déjà réalisé un buste à mon effigie »

    Avec les immenses ressources offertes par le net, l’emploi de la citation a été mis à la portée de tous. Du sénateur à la crémière, chacun(e) peut citer sans peur Schopenhauer  …

     Qui sait si quelque internaute en mal de statufication n’ira pas un jour agrémenter sa page facebook  de la dernière citation attribuée à Napoléon : « C’est le sculpteur François Jouffroy qui m’a représenté. Il me connaissait car il avait déjà réalisé un buste à mon effigie »

   À cette citation apocryphe, Claudi répond par une illustration apocryphe déjà publiée dans l’un de nos précédents articles.

CHARMOY-CITY : NAPOLÉON CHEZ LES  LAPONS (4) - du 07 janvier 2021

    Une preuve évidente, qu’en matière d’inspiration, la figure de Bonaparte demeure vraiment un sujet incontournable  et un marronnier deux fois centenaire !

    Un dernier mot pour conclure par une réflexion dans l’air du temps : gardons-nous de déboulonner les statues existantes car il n’est pas sûr, à l’âge de la fonte des glaces, que la forte empreinte carbone laissée par la fonte d’une statue, nous permette encore longtemps d’en ériger de nouvelles, sinon sur un mode virtuel !!!

 

A Charmoy-City, un peintre conjugue l'amour du renne et le souvenir de Bonaparte.jpg

A Charmoy-City, un peintre conjugue l'amour du renne et le souvenir de Bonaparte.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 23 février 2021  (J+4451 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 09:32

CHARMOY-CITY : CITY MATCH AU SALON DES HALLES - du 1er février 2021 (J+4429 après le vote négatif fondateur)

    Dans notre précédent article, il était question de mêlée, et plus précisément d’un capitaine au-dessus de la mêlée

CHARMOY-CITY AU-DESSUS DE LA MÊLÉE - du 28 janvier 2021

    Aujourd’hui, comme l’indique notre titre, nous resterons dans la même veine en rendant brièvement compte d’un match d’un genre particulier.

    Un match sans public pour cause de couvre-feu.

    Avant de traiter ce sujet du jour, nous prions nos fidèles  lecteurs de bien vouloir nous accorder un peu d’indulgence pour la chronique sportive un peu particulière qui va suivre.

    Précisons que n’étant pas présent dans les tribunes, nous sommes au  regret de servir à nos lecteurs un témoignage de seconde main et de jouer en quelque sorte à « l’homme qu’a vu l’homme qu’a vu l’ours »

    Vendredi dernier 29 janvier, Le Bien Public en ligne titrait « Auxonne Débat autour du futur terrain multisport »

    Le chapeau précisait à la suite : « Délocalisé, jeudi soir, pour la première fois, dans le salon d’honneur des Halles, le conseil municipal a permis d’aborder l’un des projets de la nouvelle municipalité : la création d’un city stade. »

   On apprenait, dans le cours de l’article, que le leader de l’opposition avait « longuement pris la parole pour donner le sentiment de son groupe sur ce projet »

    L’article se terminait par cette conclusion : « La délibération a été adoptée par les élus de la majorité, les membres de l’opposition s’abstenant « sur la pertinence du terrain ».

   Indiquons pour finir que nous ignorons enfin si la fabuleuse vidéo de campagne du groupe Une dynamique pour Auxonne, qui  vantait avec un art consommé de la communication la nécessité et les mérites de ce city stade,  a été visionnée lors de la soirée.

     Il faut dire que ce morceau de bravoure avait littéralement scotché l’assistance lors de la réunion de campagne dynamique du 6 mars à laquelle nous assistions, une dizaine de jours avant que le COVID nous cloître, et dont nous avions rendu compte

CHARMOY-CITY : PREMIER APERÇU SUR UNE « TRÈS BELLE PREMIÈRE RÉUNION » - du 07 mars  2020

    Rendu compte, sans mentionner toutefois la prouesse vidéastique !

    Négligence coupable que nous nous hâtions de réparer quelques jours plus tard !

CHARMOY-CITY : V COMME VANNOIS,  COMME VIDÉO… ET COMME VICTOIRE ? - du 11 mars  2020

    On pourra  découvrir ou redécouvrir cette vidéo grâce au lien qui suit (publicité gratuite) https://www.facebook.com/unedynamiquepourauxonne/videos/2652896234823103

     une vidéo dynamique qui n’a pas manqué d’inspirer Claudi qui ne désespère pas  d’assister aux prochains matchs…  du salon !!

    Pour le city stade on verra plus tard.

 

P.S. à destination des lecteurs qui regretteraient que je n’aborde pas  l’inépuisable sujet en vogue

CHARMOY-CITY : LE DÉPUTÉ ET LE CHAUSSEUR - du 04 novembre 2020

 

FLASH DERNIÈRE (01/02/21 12h00)

   Si nous nous gardons d’aborder l’ « inépuisable sujet en vogue », L’Écho de la Place d’Armes, lui,  s’en charge comme le démontre son Bulletin n° 18 d’hier dont nous venons de prendre connaissance.

   Pour le coup, un vrai bulletin de santé !

  Un texte qui, par ailleurs, cultive le « en même temps » !

   Comment ?

   En fustigeant d'abord les gouvernants « Nous jeterons [sic] un voile pudique sur l’incompétence de nos gouvernants » pour terminer en concluant « Plus les efforts collectifs seront importants, plus vite nous en aurons fini avec ce satané virus !!!! ».

   Or, ce dernier slogan rappelle étrangement ceux  que diffusent les radios nationales et, dans une certaine mesure aussi, un tweet récent du Président Macron diffusé samedi dernier, et que citait hier Le journal du dimanche : « J’ai confiance en nous. Les heures que nous vivons sont cruciales. Faisons tout pour freiner l’épidémie ensemble »

 

 

 

Charmoy-City, de la dynamique des projectiles aux projets de la dynamique.jpg

Charmoy-City, de la dynamique des projectiles aux projets de la dynamique.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er février 2021 (J+4428 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 10:07

CHARMOY-CITY AU-DESSUS DE LA MÊLÉE - du 28 janvier 2021 (J+4425 après le vote négatif fondateur)

     Que dire de ce dernier numéro d’Inf’Auxonne, le n° 69, qui est tombé dès hier dans notre boîte aux lettres, sinon qu’on y retrouve les illuminations de Noël et les rennes et, qu’à le lire, le bon citoyen qui croit au Père Noël se sentira enfin rassuré.

    À tel point qu’il pourra s’imaginer que bientôt, entre deux patrouilles de nuit dans sa « petite ville de demain », on viendra le border dans son lit.

   Là tout n’est que douceur et tranquillité, bienveillance et solidarité.

   Mais après tout, la république est encore en état de marche, et chacun est encore libre de penser et de dire ce qu’il veut !

   Une petite note d’amertume cependant dans ce bel entremets sucré numéro 69 tout truffé de fruits confits de production locale aux aguichantes couleurs naturelles.

   Vous la trouverez au café, après le dessert, dans la tribune libre.

   Un brin d’amertume à destination d’une opposition ingrate qui « loin de saluer cette importante avancée démocratique [N.D.L.R. Chantecler : l’attribution d’un espace d’expression équivalent à celui de la majorité dans le magazine ] a cherché à pointer des irrégularités imaginaires. ». Et de poursuivre : « Nous vous laissons apprécier leur fair-play ».

     Mais bref, tout cela n’est que pinaillage stérile de  notre part, et qui plus est, manquant de fair-play !

   Venons-en donc à l’essentiel.

   Au nombre des signataires du groupe majoritaire Une dynamique pour Auxonne, on note encore une fois une absence flagrante, celle du capitaine !

— Mais dis donc Chantecler, de quoi tu t’mêles ! N’est-ce pas un droit pour notre bon maire de préférer le sucré à l’amer et de rester au-dessus de la mêlée quand ça secoue dans les tribunes libres du city-stade municipal ?

—  Sans doute !! Mais il nous semble avoir déjà pointé cette attitude surplombante « au-dessus de la mêlée », dès Inf’Auxonne n° 68 !

CHARMOY-CITY LYRIQUE : QUAND LE TÉNOR NE SE JOINT PAS AU CHŒUR DYNAMIQUE - du 23 octobre 2020   

   Dans notre titre du jour, il est question de mêlée, Claudi ne s’est pas pour autant fatigué à figurer le stade de Charmoy-City pour une épique partie de rugby entre les deux équipes !

    Il a tout bonnement relooké sa précédente métaphore lyrique ! Le changement, ce sera pour plus tard ! Pas vrai Bob ?

CHARMOY-CITY : BOB DERRIÈRE L’ÉCHAUGUETTE (3) - du 26 janvier 2021

Charmoy-City, soirée lyrique à l'opéra dynamique (bis).jpg

Charmoy-City, soirée lyrique à l'opéra dynamique (bis).jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 28 janvier 2020 (J+4425 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 05:00

CHARMOY-CITY  2021, UN NOUVEL AN QUI S’OUVRE SUR UN « TROU BÉANT » - du 12 janvier 2021 (J+4409 après le vote négatif fondateur)

   Tournant hier au coin la rue de la Paix sur le trottoir de la rue Émile Gruet, j’ai vu d’abord le petit groom aux fleurs — pas réchauffé —, l’ayant dépassé, j’ai aussitôt avisé la traditionnelle affiche jaune d’annonce du quotidien local devant la vitrine de notre Maison de la Presse, désormais unique.

    Il m’a semblé entendre le petit groom éternuer, mais je ne me suis pas retourné, trop absorbé que j’étais dans la lecture de l’affiche.

    Vous jugerez qu’en ces temps d’incertitude, une pareille annonce ne pouvait manquer d’attirer et de retenir mon attention. Je vous en livre le contenu : « AUXONNE HABITANTS VOICI CE QUI VOUS ATTEND EN 2021 »

    La queue n’était pas longue devant  la boutique, et l’annonce trop engageante pour ne pas s’y arrêter. Par un guichet dans le plexiglas, sur lequel je venais de faire tinter mes piécettes, une charmante personne m’a glissé le numéro du jour du Bien Public et un sourire réconfortant en ces temps de glace. Du coup, oublié le petit groom enrhumé !

     Remontant, le cœur en paix, la rue du même nom, j’ai jeté un coup d’œil sur la une : « VŒUX Auxonne : La ville dévoile ses projets »

    En écrivant ces derniers mots, un souvenir me revient à présent en mémoire…Celui d’une statue, que du temps où je montais souvent à Paris, je ne manquais pas de croiser dans le hall de l’ancienne Faculté de Médecine en me rendant à la bibliothèque de celle-ci. Je dois avouer que je suis fan d’histoire des Sciences, et de la Médecine en particulier. Quelques échantillons gratuits,, sans prétention, à l’appui.

CHARMOY-CITY : QUAND L’HYPERMARCHÉ « REVITALISE » LE PETIT COMMERCE - du 22 octobre 2017

DÉBROUILLARDISE PAR TEMPS DE CRISE : UN « PIPILINE » POUR LA PÉNICILLINE (2) - du 27 avril 2020

     Il est vrai que l’ambiance actuelle est très médicale !

    Au fait, si vous souhaitez voir la statue, empruntez le lien ci-dessous

http://www.paristoric.com/index.php/paris-d-hier/statues/autres-statues/3521-la-statue-la-nature-se-devoilant-devant-les-sciences    

    Et maintenant, passons au « trou béant ». Au, et pas à travers !

    Instruit par la vidéo de notre premier édile, nous en avions déjà dévoilé l’existence dans notre précédent article.

CHARMOY-CITY  2021, « À TUE ET À TOIT » - du 09 janvier 2021

   Et voilà qu’on le retrouve bille-en-tête dans l’article annoncé plus haut et intitulé : « AUXONNE Politique locale Pour 2021, une médiathèque, mais pas que… »

     Passé le chapeau, on peut lire en effet, dès les premières lignes : « La toiture du bâtiment des Petites Forges doit être entièrement restaurée, mais aussi celle de l’école Pasteur, où un trou béant est existant »

    Bien entendu, dans l’article, reconnaissons-le, il est question de beaucoup d’autres choses. Mais ce « trou béant » pour ouvrir l’article qui ouvre l’année, avouez quand même que ce n’est pas très communicant !

   Au fait ! Dans l’article d’Hebdo 39  d’hier, sur le même sujet, intitulé « Projets en cours et à venir à la mairie d’Auxonne », il n'est pas question de  « trou béant » à l’École Pasteur. Il est vrai que Pasteur est né à Dole !

Charmoy-City, le trou béant fait enrager Pasteur.jpg

Charmoy-City, le trou béant fait enrager Pasteur.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 janvier 2021 (J+4409 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 10:14

CHARMOY-CITY : QUAND LA RUE THIERS REPREND DES COULEURS ! - du 21 décembre 2020 (J+4387 après le vote négatif fondateur)

    Décidément, en dépit de la grisaille virale, les titres de Chantecler ont la pêche !

   Hier déjà nous découvrions dans notre bonne ville un trésor d’optimisme

UN TRÉSOR À CHARMOY-CITY : L’OPTIMISME ! - du 20 décembre 2020

     Et voilà qu’aujourd’hui la rue Thiers reprend des couleurs.

     Le virus des rideaux fermés faisait pourtant, il n’y a pas si longtemps, dans cette rue jadis commerçante, des ravages que nous déplorions.

CHARMOY-CITY : LE COMMERCE DE LA RUE THIERS NE SERA-T-IL BIENTÔT PLUS QU’UN SOUVENIR ? - du 16 janvier 2019

     A-t-on découvert depuis un vaccin ? Pas vraiment, mais il semble que d’éphémères perfusions soient à l’œuvre…

     À l’œuvre ??? Oui Madame Dupont ! Je dirai même plus à l’œuvre d’art.

    Hier, dimanche 20 décembre  Le Bien Public en ligne titrait ainsi : « AUXONNE | Culture

Une exposition éphémère en marge du marché artisanal »

       La lecture de l’article nous informait qu’une « exposition éphémère de tableaux » se tenait « dans le local de l’ancienne maroquinerie Aubertin » 

       Et que cette manifestation était en quelque sorte une version hivernale des « expositions estivales aux Anciens Abattoirs Auxonnais »

       Remarquons que Claudi, dont le papa vendait autrefois des petits pois régénérés dans la rue Thiers, avait  brillamment mis en image l’évènement dans un précédent article.

CHARMOY-CITY : SOUTINE  À L’ABATTOIR - du 5 septembre 2020

     Notre rédaction a décidé d’exposer à nouveau son illustration. Comme dirait l’autre une vraie tuerie !

Charmoy-City, Soutine à l'Abbatoir.jpg

Charmoy-City, Soutine à l'Abbatoir.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 21 décembre 2020 (J+4387 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 09:55

UN TRÉSOR À CHARMOY-CITY : L’OPTIMISME ! - du 20 décembre 2020 (J+4386 après le vote négatif fondateur)

 

     Le temps et la conjoncture ne sont pas – reconnaissons-le – au beau fixe. Un bon remède à cela : chanter sous la pluie !

      À Charmoy-City, on ose croire au Père Noël, et on le fait savoir, en dépit des méchants Pères Fouettards

CHARMOY-CITY, ENTRE PÈRE NOËL ET PÈRE FOUETTARD (3) - du 17 décembre 2020

      Et comme, il se doit, l’exemple vient d’en haut, comme nous allons le montrer.

      Le Bien Public titrait ainsi avant-hier 18 décembre

          « Côte-d'Or – Économie Finances publiques décentralisées : Auxonne n’a (toujours) pas été retenue »

         Pas de quoi perturber notre premier édile qui déclare, entre autres, dans l’article :

    « C’est un choix qui a été fait. Mais nous avons eu la chance d’être retenus pour  le programme national Petites villes de demain, qui sera certainement plus prégnant pour notre attractivité ».

     Comme dirait Jean de La Fontaine, les raisins du Trésor étaient sans doute trop verts !

 

         LE RENARD ET LES RAISINS

 Certain Renard gascon, d'autres disent normand,

 Mourant presque de faim, vit au haut  d'une treille

           Des raisins mûrs apparemment,

           Et couverts d'une peau vermeille.

 Le Galand  en eut fait volontiers un repas ;

      Mais comme il n'y pouvait point atteindre :

 Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats.

           Fit-il pas mieux que de se plaindre?

Charmoy-City à défaut se mieux, il nous reste le puits du trésor public.jpg

Charmoy-City à défaut se mieux, il nous reste le puits du trésor public.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 décembre 2020 (J+4386 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
17 décembre 2020 4 17 /12 /décembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY, ENTRE PÈRE NOËL ET PÈRE FOUETTARD (3) - du 17 décembre 2020 (J+4383 après le vote négatif fondateur)

    Nous arrivons aujourd’hui au troisième et dernier article de notre série.

     Petit résumé pour nos lecteurs prenant le train en marche : une récente  création d’emploi, dans la sphère sportive, par la  municipalité avait fait l’objet d’un certain nombre de remarques de la part de l’opposition, ce dont nous avions rendu compte

SPORTS DIVERS : SUR LA PISTE DES REMONTÉES À CHARMOY-CITY - du 08 décembre 2020

     Plus récemment, L’Écho de la Place D’Armes publiait son Bulletin N° 16 à propos du même sujet.

     Rappelons que c’est précisément ce Bulletin N° 16, et non les remarques de l’opposition  évoquées plus haut, qui constituent l’objet d’étude de notre série « Charmoy-City, entre Père Noël et Père Fouettard »

     Ajoutons en outre que, plus que le contenu de ce Bulletin, dont nous laissons la responsabilité à ses auteurs, c’en est le style particulier qui a éveillé notre curiosité et motivé nos recherches.

CHARMOY-CITY, ENTRE PÈRE NOËL ET PÈRE FOUETTARD (2) - du 15 décembre 2020

    Dans notre précédent article mis en lien ci-dessus nous avions mis notre limier Sherlock en chasse à partir d’un indice relevé dans le texte : celui de l’emploi archaïsant de l’interjection « las » pour « hélas » :

 « Las, au grand dam de l’intéressé, la Ligue de l’Enseignement a préféré nommer quelqu’un de ses rangs comme gestionnaire de la base de plein air. »

   Arrivons-en aujourd’hui aux conclusions et à un peu plus de précisions relativement à certaines « parentés de plume ».

    Nous exhiberons à cette fin deux documents extraits d’Inf’Auxonne n° 53 de juillet 2016 introuvable en ligne…

    Précisons que dans ces documents on voit deux têtes de groupes d’opposition d’alors, Messieurs  Coiquil et Vauchey, livrés à la vindicte du « porte-plume » du maire d’alors !

      Et, comme par hasard, ce « porte-plume » se révèle être un adepte de l’emploi archaïsant de l’interjection « las ».

      Bizarre ?!

      Nous n’étions pas resté indifférent à cette parution d’Inf’Auxonne n° 53 de juillet 2016 à laquelle nous avions même consacré un article dont la relecture nous a paru pouvoir intéresser les plus sagaces de nos lecteurs.

PLUS FORT QU’UN PORTE-AVIONS, LE PORTE-PLUME - du 13 JUILLET 2016

     Claudi en a profité pour repasser en illustration son terrible char porte-plume et n’a pas manqué de remarquer que Bonaparte, mis en lumière il y a peu, bénéficiait en pleine lumière d’un fort éclairage arrière !

CHARMOY-CITY EN CHALEUR : DES FEUX DE L’UCIAA À L’INCENDIE DE MOSCOU - du 04 décembre 2020

 

P.S.

    Nous avons assisté avant-hier soir 15, à la dernière séance du CM, entre 19h30 et 19h55 seulement compte-tenu des contraintes imposées par le couvre-feu.

    Monsieur le Maire a ouvert la séance en donnant de très utiles détails sur les modalités du concours des décorations de Noël. Que les Anciens se rassurent, ils  ne seront pas oubliés.

    Voilà pour l’essentiel de ce que nous avons pu entendre.

     En effet, pour la raison évoquée plus haut, nous avons dû quitter la salle au moment de l’évocation du point 7 :« Présentation globale du projet « revitalisation du centre-bourg ».

    En bref, Nelson a succédé à Caroline, mais il semble que le projet reste dans la continuité des orientations prises depuis quelques années. En résumé, pas de coup de Trafalgar en perspective.

     Nous ne pouvons nous montrer plus disert à ce propos, notre départ anticipé ne nous ayant pas permis de profiter des remarques et précisions complémentaires éventuelles de Madame l’Adjointe à l’urbanisme…On fait ce qu’on peut, mon bon Monsieur !

   

FLASH DERNIÈRE   

    Ce matin, 17 décembre, Le Bien Public, titrant à la une : « AUXONNE  Le futur centre-bourg dévoilé » venait combler providentiellement notre connaissance des informations concernant le centre-ville (tronquées compte-tenu du couvre-feu) par un article en double-page intérieure sous le titre « AUXONNE Politique locale Centre-bourg : ce qu’il faut savoir sur le projet de revitalisation »

    Décidément les temps changent et il serait bien injuste d’accuser cette fois Le Bien Public, comme tel fut le cas pour son édition du 19 mai 2016 aux dires de la majorité du temps, « de donner la parole à l’opposition au sein du conseil municipal », plutôt que de « se préoccuper [des] projets, [et des] réalisations [de la majorité] » (voir PDF cité plus haut).

Charmoy-City, quand la Place d'Armes résonne de l'Écho des joutes verbales.jpg

Charmoy-City, quand la Place d'Armes résonne de l'Écho des joutes verbales.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 17 décembre 2020 (J+4383 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse