Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 08:27

BONAPARTE ET LES GRIMPEURS DE LA LIBÉRATION - du 09 septembre 2017 (J+3188 après le vote négatif fondateur)

      « Bonaparte et les grimpeurs de la Libération », telle pourrait être la légende d’une photo d’archives parue dans Le Bien Public d’hier qui nous montre, sous le regard d’un Bonaparte de bronze au premier plan, « André Simonet et Marcel Gauer dit « Cocotte » mont[ant] au clocher de Notre-Dame d’Auxonne pour y déposer le drapeau de la libération.»

       Un article de témoignage relatant l’évènement accompagne la photo sous le titre « AUXONNE COMMÉMORATION Libération de la ville : deux Auxonnais étaient montés au clocher ».

    Nous avons bien connu ces grimpeurs et surtout leurs descendants. Même s’ils grimpaient aux poteaux électriques par profession, il fallait avoir du cran ! Et pas qu’aux chaussures !

     Un tel élan vers le haut n’est pas, en effet, chose commune dans notre plaine !

     Gaston Bachelard (1884-1962) philosophe champenois (oui Peupeune !) et bourguignon, conte dans un de ses ouvrages (La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, José Corti, 1948 pp. 344-345)  son ascension proprement vertigineuse et traumatisante jusqu’à la lanterne de la flèche ajourée de la Cathédrale de Strasbourg en 1904.

    Le rapport du philosophe avec l’altitude est ambigu, car s’il tremble encore de son ascension de Strasbourg, il n’en  vante pas moins dans son dernier ouvrage (La flamme d’une chandelle (1961)), au chapitre la verticalité des flammes, les valeurs de « verticalité ».

      C’est avec sa collaboration inspirante et, bien entendu avec Claudi, que nous rendons aux grimpeurs le franc hommage  qu’ils méritent, en image !

     Et pour les amateurs de hauteur, qui n’ont pas le vertige, nous proposons enfin une petite sélection d’articles qui « montent » (en tout bien tout honneur !) et que le « Cocotte » aurait sans doute appréciés !

CHARMOY-CITY, UN TOURISTE DANS NOTRE CIEL - du 30 juillet 2017

AH ! SI GAGARINE AVAIT CONNU NOTIN - du 26 AVRIL 2016

VERS DES LENDEMAINS QUI CHANTENT ? (3) - du 19 DÉCEMBRE 2015

Bonaparte et les grimpeurs de la Libération

Bonaparte et les grimpeurs de la Libération

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 09 septembre 2017 (J+3188 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 10:00

CHARMOY-CITY : INVASION 2017 - du 4 septembre 2017 (J+3183 après le vote négatif fondateur)

     C’est aujourd’hui précisément le 147ème anniversaire de la proclamation de la République lors de l’invasion allemande de 1870.

      Curieuse coïncidence pour vous parler d’une autre invasion relatée dans la presse d’aujourd’hui !

     Le Bien Public d’aujourd’hui titre en effet « AUXONNE SANTÉ PUBLIQUE Les riverains enragent contre les rats ». La légende d’une photo précise : « les rats ont envahi le secteur à une vitesse exponentielle ». N.D.L.R. : il s’agit du secteur de la rue Jean Vachon.

   Une riveraine posant pour la photo s’alarme : « Aujourd’hui c’est chez nous, mais les rats envahissent les alentours à une de ces vitesses ! ».

     Une véritable invasion doublée d’une guerre des nerfs ! La conclusion de l’article en témoigne : « Une chose est sûre, les petits nuisibles ne font pas que ronger les berges : ils sont en train de ronger les nerfs des riverains » …et plus encore sans doute, comme on peut le supposer, les nerfs des riveraines …

     Nous laissons à nos fidèles lecteurs le soin de découvrir l’article en pleine page.

    Sur la photo, en bas à droite, on peut y voir le cadavre d’un envahisseur gisant sur le couronnement du mur de soutènement au bord de la Brizotte. Ce mur est d’ailleurs déjà bien connu des lecteurs du Bien Public

ENTRE QUATRE MURS - du 09 février 2017

     Aux grands maux, les grands remèdes. En 1870, les Prussiens nous envahissaient, mais depuis, la Prussienne Angela Merckel est devenue notre amie. Et c’est en Prusse dans la bonne ville de Hammeln que se trouve peut-être le remède à nos maux présents.

Die Zauberflöte ( La flûte enchantée) - du 15 décembre 2012

Charmoy-City Invasion 2017, les rats à l'assaut du mur

Charmoy-City Invasion 2017, les rats à l'assaut du mur

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 4 septembre 2017 (J+3183 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 07:50

CHARMOY-CITY : UN MOULIN POUR LE ROND-POINT - du 29 août 2017 (J+3177 après le vote négatif fondateur)

     Double peine pour Chantecler aujourd’hui !

      Nos lecteurs écologistes se sont plaints de notre promotion éhontée des sports mécaniques fumants et bruyants, et les  bonapartistes nous ont accusé de trahir l’Empereur en abandonnant encore une fois  notre cycle au titre pourtant prometteur : « BONAPARTE à AUXONNE ou le Promeneur Solitaire Corse ».

      Il est vraiment difficile de satisfaire tout le monde et, chez nous comme ailleurs, la rentrée s’annonce difficile !

      Nous espérons cependant rassurer notre fidèle lectorat en donnant satisfaction dès aujourd’hui aux écolos et en reprenant notre cycle « BONAPARTE à AUXONNE ou le Promeneur Solitaire Corse » aussitôt après !

      En attendant la suite, rassurons d’abord nos écolos. La photo que vient de nous transmettre l’un de nos lecteurs les plus assidus nous y aidera grandement !

       Le cliché représente un charmant moulin de paille, découvert sur le bord d’une route au pays des Ouillottes.

      Claudi, fan d’Alphonse Daudet doublé d’un Don Quichotte de l’image, s’en est emparé bien vite. Voilà du bon grain à moudre qui lui permettra d’opérer un virage sur les chapeaux de roues à faire hurler les pneus et à faire rosir de plaisir notre bon ministre de l’écologie !

BONNES VACANCES AU SAHARA, MONSIEUR HULOT ! - du 21 mai 2017

       Il faut dire que son projet initial de scénographie du rond point de l’Europe n’était pas vraiment écolo-compatible, et, cerise sur le capot, quelque peu faunesque et indécent comme l’a déploré Mademoiselle Lelongbec qui menaçait déjà d’aller draper elle-même d’une toge le coruscant discobole !

CHARMOY-CITY : PLUS DE DISCOBOLES QUE DE BÉNÉVOLES ? - du 27 août 2017

     Claudi va donc revoir sa copie et opérer sa transition graphique en deux coups de crayons.

     Une conversion vers une scénographie douce et compatible avec un développement durable et avec la décence. Moins d’essence et plus de décence !

      Le matériau mis en œuvre pour cette conversion est putrescible ou plutôt… biodégradable, le terme est plus porteur. C’est en effet de la paille !

      De la vraie, de cette paille bien française inspirée dont la mère de Charles Péguy rempaillait les chaises ! Pas de la paille pour batifoler, Mademoiselle Lelongbec peut être rassurée !

     Et encore moins de la paille tréfilée en tige de 6 à l’usage des faucheurs de ronds points artistiques.

LES BLÉS D’OR (2) - du 26 JUIN 2015

      Non, ne craignez rien non plus, bonapartistes, ce n’est  pas de « la paille au nez » !

    Et puis, bien que Bonaparte n’ait jamais été à Valmy, à l’ombre du célèbre moulin, le moulin, à vent ou à eau, reste une figure tutélaire pour laquelle bat le cœur généreux de notre France rurale : « le moulin mout le grain tic-tac, tic-tac ! ».

   Superbe, sans prétention, respectueux  des bonnes mœurs et de la planète, tel sera ce petit moulin du pays des Ouillottes dressé sur le bord de l’ancienne « Route blanche », blanche comme de la fine fleur de froment (c’est le nom que l’on donnait à l’ancienne route royale de Paris à Genève)

     Voilà qui devrait satisfaire tout le monde. Allez ! Chauffe Marcel !

https://www.youtube.com/watch?v=dozmiHL9bIs

     Pas vrai ! Ne me dîtes pas que vous ne connaissez pas le pays des Ouillottes !

UN VOTE AU PAYS DES OUILLOTTES - du 05 janvier 2017

     Le pays des Ouillottes  fait son vide-grenier le 10 septembre prochain. Et c’est pour annoncer l’évènement que les Ouillottes ont fait ce petit moulin très chou, pas vrai Michou, avec ses petites zailes se profilant sur un ciel tout bleu !

https://www.youtube.com/watch?v=QRRYvGDVamQ

    C’est pourquoi aujourd’hui,  Chantecler, ami des meuniers et aussi des meunières  fait de la pub pour leur petit moulin si chou et tous les moulins à eau, à vent, à voile et à vapeur de notre belle France profonde !

 ATTENTION ! : Si vous empruntez la rue du Sabot pour aller voir notre rond-point, soyez prudents, lisez d’abord l’article du Bien public d’hier 28, relatif aux « ralentisseurs ». Selon l’article ceux-ci mesureraient « près de 14 centimètres » et seraient « bien trop raide[s] »… Alors, prudence !

MINUTE PAPILLON ! : Il ne s’agit plus de ralentir à présent, mais de faire un arrêt sur image.

    Le même quotidien annonce ce matin, dans un petit coin de page consacrée aux fastes de nos confréries : « CÔTE-D’OR NATURE Auxonne : un sphinx tête de mort en goguette ». Un trouble-fête en quelque sorte faisant irruption au sein des « ripailles » et des « intronisations » !   

    Mais à bien regarder la photo, Claudi qui est un peu entomologiste, y voit, plutôt qu’un spécimen d’Acherontia atropos L. (Sphinx tête de mort), un autre, plus commun et moins spectaculaire d’Agrius convolvuli L. (Sphinx du liseron).  Avouez quand même que ça fout moins les boules !

Charmoy-City, le moulin des ouillottes

Charmoy-City, le moulin des ouillottes

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 29 août (J+3177 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
27 août 2017 7 27 /08 /août /2017 07:23

CHARMOY-CITY : PLUS DE DISCOBOLES QUE DE BÉNÉVOLES ? - du 27 août 2017 (J+3175 après le vote négatif fondateur)

      Le 3 février dernier, nous citions ce titre prometteur du Bien Public : « AUXONNE VIE LOCALE Un label pour le sport en attendant plus »,

     Nous rapportions ensuite quelques citations tirées de l’article correspondant :  

      « Auxonne sera-t-elle la ville la plus sportive de Bourgogne-Franche Comté » « la ville compte plus de 2000 licenciés dans les associations sportives, et ce pour une ville de 8000 habitants, trois gymnases […]. Sans oublier les deux stades [etc …] ».

RÉVEIL MUSCULAIRE À CHARMOY-CITY - du 03 février 2017

     Vous comprendrez donc, chers lecteurs, qu’après cet enthousiasme, un très récent titre du même  Bien Public ait pu nous laisser songeur.

      Le quotidien titrait en effet vendredi dernier 25 : « AUXONNE ÉVÈNEMENT Le triathlon manque de bénévoles ».

      Dès lors, un constat s’impose que nous pourrions formuler ainsi :

    « Dans notre nouvelle Olympie du Val-de-Saône qui s’enorgueillit et se targue pourtant d’un récent label pour le sport,  de  2000 licenciés, de trois gymnases, et de deux stades, les bonnes volontés en matière d’organisation et d’encadrement de manifestations sportives se feraient rares. »

     Ce que Claudi, amateur de formules lapidaires, traduit en raccourci : « Charmoy-City compterait-elle plus de discoboles que de bénévoles ? »

     De discoboles, mais de boulistes aussi, de pongistes et de cyclistes, et aussi de tireurs, j’en passe et des meilleurs, sans oublier bien entendu les sports mécaniques ! Soyons éclectiques !

    Faire l’opportune synthèse des graisseurs et de la Grèce antique, voilà l’idée directrice qu’il faut voir en filigrane dans le projet de scénographie sportive éclectique que propose aujourd’hui Claudi pour le rond-point de l’Europe.

      La volonté de doter ce rond point d’une scénographie n’avait-elle pas d’ailleurs été annoncée dès l’an dernier par nos autorités municipales ? 

       Certes, le thème n’en avait pas été divulgué ‒ discrétion oblige ‒ et l’on ignore encore si elle devait être éclectique…

      Mais ce qui est certain, c’est qu’elle devait bénéficier des lumières, sinon d’un artiste, du moins d’un éclairage électrique.  

CHARMOY-CITY, ROND-POINT DE L’EUROPE DES LUMIÈRES  - du 3 décembre 2016

      Pour remédier aux carences en matière de bonne volonté et consacrer le statut de nouvelle Olympie de notre ville, Claudi, en authentique bénévole, offre donc aujourd’hui son obole artistico-sportive à ses concitoyens :

       un projet original de discobole pour l’embellissement de notre hyper rond point !

      C’est qu’on a les bénévoles qu’on pneu, mon bon Monsieur ! 

Charmoy-City, le discobole du rond-point de l'Europe

Charmoy-City, le discobole du rond-point de l'Europe

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 27 août (J+3175 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de  presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 09:48

CHARMOY-CITY : ÇA BRASSE ENCORE ET TOUJOURS SOUS LES PLATANES - du 24 août 2017 (J+3172 après le vote négatif fondateur)

   Jamais deux sans trois ! L’adage se vérifie ce matin à la lecture du Bien public du jour qui publie un article sous le titre : « AUXONNE ANIMATION Dernière nocturne pour le marché », après deux autres articles du même tonneau et toujours la même photo !

CHARMOY-CITY : UN MARRONNIER SOUS LES PLATANES ? - du 18 août 2017

     Des fois qu’on ait oublié !

    L’article précise : « le site sur lequel s’installe les exposants est un lieu qui brasse beaucoup de monde. »

    Propos sincères et vérifiés car  le cœur du marché est une imposante et excellente brasserie en plein air !

    L’on y chante aussi à l’occasion.   

SÉRÉNADE À RAOUL À CHARMOY-CITY - du 22 juillet 2017

    Après trois articles sur le même sujet et trois fois le même cliché, voilà enfin consacré le refrain de l’été. La petite musique de nuit est à présent dans toutes les têtes, bien pleines, de la plaine !

     Dans son Edito d’Inf’Auxonne N° 55 de janvier 2017, notre premier édile déclarait : «  Les marchés aux asperges et aux choux-fleurs sont magnifiques sur les cartes postales du siècle précédent. Qui envisagerait de les retrouver aujourd’hui ? »

CHARMOY-CITY : LES VIEUX MARCHÉS, C’EST DU PASSÉ, MAIS L’OIGNON FAIT ENCORE PLEURER) - du 26 janvier 2017

      À défaut de retrouver ces vieux marchés, nos lecteurs sont sûrs de retrouver leurs succédanés nocturnes dans leur quotidien et toujours la même carte postale ! Des succédanés qui font le succès éditorial de l’année !

Charmoy-City, le refrain des gradins tube de l'été

Charmoy-City, le refrain des gradins tube de l'été

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 24 août (J+3172 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 07:38

CHARMOY-CITY : UN MARRONNIER SOUS LES PLATANES ? - du 18 août 2017 (J+3166 après le vote négatif fondateur)

  On attribue à Héraclite cette citation : « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » et Hegel disait en substance que la lecture du journal du matin est la prière de l’homme moderne.

    Une chose est certaine, pour les adeptes de la PQL, ces fidèles de la nouvelle religion, c’est qu’ils ont souvent la désagréable impression de se baigner plus d’une fois dans le même fleuve de l’actualité.

     Nous parlions hier d’un cliché recyclé dont la légende avait subi une métamorphose digne de celles d’Ovide

CHARMOY-CITY, CES CLICHÉS DE TROTTOIRS QU’ON NOUS RESSERT - du 17 août 2017

     Un souvenir portuaire un peu plus lointain vient de surgir de notre mémoire qui traduit bien cette impression de déjà vu, si souvent ressentie à la lecture de certaines colonnes.

GALIONS ET DOUBLONS À L’OMBRE DU BASTION - du 20 MAI 2016

     Du nouveau port qui, à en croire la PQL, n’en finirait pas de doubler, revenons à l’ancien port aux gradins qui sera notre sujet du jour.

    Non ne me dites pas que vous ne connaissez pas notre ancien port aux gradins, ces gradins au bas desquels j’appris à nager au bout d’une perche sous la férule de mon professeur Henri Berger, non sans boire quelquefois la tasse.

     Ces gradins, d’où à la fin de l’hiver 1955-56, nous venions voir sauter, à coups de cheddite, les embâcles de glace sur la Saône en amont du barrage. Une vraie petite Bérésina ! Le musée Bonaparte n’était pas encore en retraite…

     Ces gradins en haut desquels on se presse en foule maintenant pour manger des frites et entendre la Sérénade à Raoul.

SÉRÉNADE À RAOUL À CHARMOY-CITY - du 22 juillet 2017

     Je me souviens que dans les années 50, du temps où les laveuses étendaient leur linge entre les platanes, il y avait un marronnier d’Inde, juste à droite du petit pont que l’on traverse en venant de la place de l’Iliotte.

     Il fleurissait tous les printemps et sous son ombre s’asseyait, non pas Bonaparte, mais une ravaudeuse de sacs qui logeait non loin de là, près de l’abattoir qui était encore en activité.

     Le marronnier a été abattu depuis bien longtemps, mais il semble bien, que par la vertu revitalisante des marchés nocturnes, il n’en finisse pas de refleurir dans la presse !

Charmoy-City, le marché nocturne, un marronnier sous les platanes

Charmoy-City, le marché nocturne, un marronnier sous les platanes

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 août 2017 (J+3166 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 07:56

CHARMOY-CITY, CES CLICHÉS DE TROTTOIRS QU’ON NOUS RESSERT - du 17 août 2017 (J+3165 après le vote négatif fondateur)

     Alors qu’à Bure, dans la Meuse, on manifeste contre l’enfouissement des déchets nucléaires, l’actualité de Charmoy-City s’émeut du problème persistant des déjections canines. La crotte de chien c’est sans doute plus dangereux que les transuraniens ! De Canigou à Hiroshima, il n’y a sans doute qu’un pas !

    Le Bien Public d’hier 16 août titrait en effet sur une pleine page  « AUXONNE PROPRETÉ Déjections canines dans les rues : un fléau toujours pas éradiqué ».

    Aux grands maux les grands remèdes !

    À l’ampleur du fléau constaté résonne, dans le même article, un mot d’ordre édilitaire marqué au coin du   bon sens : « Quand on a un chien on s’en occupe »

     Nous voilà rassurés.

     Un cliché d’archives illustrant l’article a toutefois retenu notre attention. Ce cliché montrant  un riverain accompagné de son petit chien blanc tout mélancolique  nous  rappelait quelque chose…

      Ça y est, j’y suis ! Il me rappelait un vieil article du Bien Public du 24 novembre 2016 intitulé « AUXONNE Voirie Le mauvais état d’un trottoir inquiète les riverains ».

      Mais, j’y pense, nous avions justement consacré un article à ce numéro du Bien Public

INQUIÉTANTE ÉROSION À CHARMOY-CITY - du 26 novembre 2016

      Du coup, pourquoi se gêner, Claudi ne s’est pas trop fatigué en refourguant son illustration du 26 novembre réadaptée au thème du jour. Il peut être parfois utile de s’inspirer des vrais pros !

Moralité : « Quand on a un chien on s’en occupe » et « Quand on a des trottoirs défectueux on s’en préoccupe »

Charmoy-City, des trottoirs ou des crottoirs

Charmoy-City, des trottoirs ou des crottoirs

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 17 août 2017 (J+3165 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 07:25

CHARMOY-CITY : L’ART (ÉPHÉMÈRE) DE REMPLIR LES VITRINES VIDES - du 11 août 2017 (J+3159 après le vote négatif fondateur)

      Le Bien Public d’avant-hier 9 août publiait un article sous le titre : « AUXONNE PORTRAIT Quand l’art remplit les vitrines vides »

      L’article précise : « 17  C’est le nombre de dessins que Yannick Haff expose depuis la semaine dernière, derrière la vitrine vacante rue du Bourg ».

     La rédaction de notre blog souhaite en passant bonne chance au jeune artiste qui déclare à propos de « sa passion pour l’héroïc fantasy » : « Ce n’est pas de la provocation. C’est mon style ».

     Claudi Hoffnung, notre illustrateur, délaissant momentanément Bonaparte et son PSC, reprend volontiers cette déclaration à son actif !

     Il a d’ailleurs largement mis en scène, depuis quelques mois, cette fameuse vitrine vacante de la rue du Bourg et son indécollable affiche sur la porte. La richesse de son album en témoigne à elle seule !

ALBUM LE RÉVEIL DU CENTRE-BOURG

     Cet album s’enrichira sous peu de la production que lui a inspirée aujourd’hui le voisinage particulièrement réussi de l’un des dessins de Y.H. et de l’affiche de Kalinka très judicieusement préservée dans l’opération de revitalisation artistique de la vitrine.

     Le voisinage incongru et génial  de l’ancienne affiche et des récents dessins, comme la rencontre « d’un parapluie et d’une machine à coudre sur une table de dissection » stimule ainsi et féconde l’imagination du passant !

     Petite remarque en passant à propos du chapeau (de l’article, bien entendu, pas de Napoléon) : précisons qu’avant de prendre « des allures de galerie d’art éphémère » cette « ancienne vitrine d’un magasin de chaussures », exposa d’abord pendant quelques années les charmantes fanfreluches de la sympathique Kalinka dont la courageuse affiche, à présent mise en art, perpétue heureusement la mémoire !

     Ah ! Dieu que tout est éphémère !

LES BOUTIQUES ÉPHÉMÉRES, UNE MANNE POUR LE COMMERCE DE CENTRE-BOURG ? - du 30 juin 2017

Charmoy-City, l'affiche de Kalinka vue par des yeux d'artiste

Charmoy-City, l'affiche de Kalinka vue par des yeux d'artiste

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 août 2017 (J+3159 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 07:38

CHARMOY-CITY : UN PSC POUR BONAPARTE ! (ÉPISODE N°5) - du 1er août 2017 (J+3149 après le vote négatif fondateur)

    Voilà posée la cinquième pièce du puzzle et avec elle un nouveau cliché de la galerie des anecdotes napoléoniennes : celui du rapport de l’Empereur aux oreilles de ses grenadiers.

       Votre serviteur vous le dit : « Croyez m’en, il y a de l’oreille dans l’air : des oreilles dures et même des oreilles qui tintent !»

       Pour la petite histoire, si l’Empereur tirait avec bonhomie les oreilles, il savait aussi reconnaître les vrais mérites ! Il avait en effet beaucoup de charisme et beaucoup d’attention à l’égard de ses personnels.

     Et ses vieux soldats le lui rendaient bien. Les adieux de Fontainebleau à la Vieille Garde (20 avril 1814) montrent bien l’attachement réciproque, fondé sur la confiance, du grand chef et de ses soldats. L’Empereur savait renvoyer l’ascenseur !

     Tout comme le jeune Bonaparte à Auxonne, talentueux bombardier, avait su bombarder le baron de Münchhausen au dessus de notre clocher en vrille. Il n’était pas encore reconstruit me direz-vous…Mais est-ce donc si grave ?

CHARMOY-CITY, UN TOURISTE DANS NOTRE CIEL - du 30 juillet 2017

     Une chose est sûre au moins, l’Empereur savait renvoyer l’ascenseur !

    Autres temps, autres mœurs, me direz-vous…

    Une chose est sûre, le clocher est à présent en vrille… il peut en être de même de certaines descentes !

LETTRE M.SPERANZA-MAIRE D’AUXONNE 18 NOVEMBRE 2013

LETTRE MAIRE D’AUXONNE-M.SPERANZA 10 FÉVRIER 2014

    Et surtout, n’oubliez pas : rendez-vous sans faute le 3 août pour notre dernier épisode de la série qui décoiffe ! Même Napoléon, qui pour le coup, va nous tirer son chapeau !

Charmoy-City, un PSC pour Bonaparte, épisode 5

Charmoy-City, un PSC pour Bonaparte, épisode 5

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er août 2017 (J+3149 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Jeux

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 07:58

CHARMOY-CITY, UN TOURISTE DANS NOTRE CIEL - du 30 juillet 2017 (J+3147 après le vote négatif fondateur)

    Encore pas de puzzle aujourd’hui.

     Et pour cause, nous devons suivre l’actualité de la presse.

     Encore pas de puzzle, mais patience, la dernière pièce est prévue pour le jeudi 3 août sans faute ! Pourquoi ce délai impératif ? Patience, la réponse viendra en son temps !

    Tout vient à point pour qui sait attendre !

    Venons-en maintenant à l’actualité de la presse. Le Bien Public d’hier 29 juillet titrait sur une pleine page : « AUXONNE DÉCOUVERTE Le patrimoine auxonnais vu du ciel ».

      Outre de nombreuses photos, le texte de présentation nous fait découvrir « le passage de hauts personnages de l’Histoire, de Vauban, chargé d’édifier la tour [?] et la Porte Royale, à Napoléon Bonaparte venu jusqu’aux confins du département faire ses classes militaires, à partir de juin 1788 »

     Vauban n’a jamais édifié de tour à Auxonne. Foin de pédantisme ! Ça n’empêche pas pour autant d’admirer d’en haut le paysage ou, à défaut, d’admirer les photos.

     Le baron de Münchhausen, grand touriste devant l’Éternel, l’a bien compris, qui ne pouvait pas admirer les photos et pour cause ! Il a donc convaincu le lieutenant Bonaparte, artilleur hors-pair, de le bombarder au-dessus de notre clocher !

     On connaissait l’expression « jeter son bonnet par-dessus les moulins » – qu’est-ce qui ne va pas, elle ne nous plaît pas cette expression, vous n’aimez donc pas les moulins à vent, ou alors vous préférez peut-être les moulins à eau ? – en voilà une autre créée : « bombarder Münchhausen par-dessus le clocher ». Et que pourrait bien signifier cette expression ? C'est simple : user et abuser de ses fonctions ou compétences professionnelles pour complaire à un copain…

     Bonaparte qui n’est pas un naïf et qui s’impatiente de voir rouvrir son musée, lui a confié au passage un PSC à déposer, auprès de qui-vous-savez !

Münchhausen en touriste chez Bonaparte

Münchhausen en touriste chez Bonaparte

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 30 juillet 2017 (J+3147 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse