Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

31 mai 2021 1 31 /05 /mai /2021 08:34

CHARMOY-CITY : DES FAÇADES ET DES PAGES FACEBOOK À RAFRAÎCHIR - du 31 mai 2021 (J+4548 après le vote négatif fondateur)

    Le 18 mai dernier,  Le Bien Public titrait en ligne « AUXONNE Un plan pour rénover les façades ».

    Ce titre faisait écho à l’approbation par le  Conseil Municipal de la veille d’une « Demande d'inscription de la ville d'Auxonne sur la liste départementale des villes pouvant prescrire le ravalement obligatoire des immeubles »

Le procès-verbal, depuis diffusé, précise à ce propos dans son paragraphe 12, à la page 11 :

« Considérant que la Ville d'Auxonne est constituée principalement d'immeubles anciens et comporte un nombre important d'édifices classés qui demandent un entretien régulier de la part des propriétaires, idéalement selon un rythme décennal ;

Considérant que dans les faits, de nombreuses façades ne font plus l'objet d'un entretien suffisant ;

Considérant que la mise en place d'une campagne de ravalement obligatoire permet d'assurer l'entretien régulier des façades »

   La chose est claire, les propriétaires d’immeubles anciens vont devoir mettre la main à la poche pour un lifting !

   Il convient de remarquer toutefois, que si quelques rares heureux propriétaires privés  le sont d’immeubles inscrits, aucun d’entre eux ne semble cependant être le propriétaire d’un immeuble classé.

     Ces derniers se révélant être la propriété du domaine public.

    À toutes fins utiles, le lecteur pourra juger sur pièces

      En conclusion, le « nombre important [ N.D.L.R. Chantecler pas si important que ça] d'édifices classés qui demandent un entretien régulier de la part des propriétaires » désigne un certain nombre d’édifices communaux dont on aura trouvé l’inventaire dans le PDF ci-dessus.

    Nous n’en sommes pas au premier « flou » concernant l’information de nos élus relativement aux MH. Cette question semble constituer à elle seule un versant inattendu de notre  riche patrimoine historique

CHARMOY-CITY : LE CHÂTEAU LOUIS XI, UN CHÂTEAU BIEN DÉFENDU - du 12 SEPTEMBRE  2019

      Pour en revenir aux façades, il est clair que la nouvelle municipalité souhaite rafraîchir son décor urbain dans un souci d’attractivité touristique et commerciale. Quelques artères du centre-bourg ripolinées et animées à la mode Boboland et voilà le jackpot décroché !

    Cet effort louable en soi ne saurait pourtant cacher l’envers du décor et le phénomène de précarité sociale croissante de nombreux résidents du centre-ville, processus observé depuis plusieurs décennies, ainsi que ses conséquences.

    Nous sommes à l’ère de l’image et de la communication et le hiatus est souvent grand entre ce que l’on nous vante sur la toile et les réalités quotidiennes du terrain.

    Sur  Facebook, n’est-ce pas la fête tous les jours sous les lampions et le vedettariat à la portée de Tartampion ?

    Facebook, n’est-ce pas  le règne des trombines et des façades embellies ?

    Et comme une façade doit être ravalée fréquemment, il convient de rafraîchir sans cesse sa page facebook par de nouveaux posts pleins de bisous et de petits cœurs !

   Dans les avenues facebook du paysage politique charmoysien nous relevions ainsi depuis quelque temps deux « façades » un peu négligées et à l’abandon : Une dynamique pour Auxonne et L’Écho de la Places d’Armes respectivement en panne depuis le 8 mai et le 3 mai dernier.

   La seconde vient de réagir in extremis avec la publication de son Bulletin n° 35. Quant à la première, elle semble définitivement occupée au ramassage des déchets…

CHARMOY-CITY : PAS D’ARMISTICE POUR LA GUERRE MÉNAGÈRE -  du 10 MAI 2021

     Elle a oublié du même coup un évènement préfectoral dijonnais !

https://www.facebook.com/Prefet21.BFC/photos/pcb.1497223333958606/1497223250625281

     Arlette et Gaston sont propriétaires d’une gentille bicoque dans une rue du centre-ville dont les animations principales sont les pétarades de pot et le tapage nocturne. Arlette dort mal et du coup, son minois accuse le coup.

    Claudi a illustré pour vous les dilemmes de façade des heureux propriétaires….

FLASH DERNIÈRE (31 mai 14h30)

   Bien inspirée sans doute par la lecture de notre publication de ce matin, la page facebook Une dynamique pour Auxonne rafraîchissait enfin, il y a une heure, sa devanture. La déjection canine et le papier gras, c’est pas vendeur, ma sœur !

    Jeudi 3 juin, animation en terrasse, mais pas sous les rascasses.

CHARMOY-CITY 1900 : EN TERRASSE  AU CAFÉ BROCHET-  du 20 MAI 2021

   Alors pas question de rester sous la couette. Pouet ! pouet !

https://www.youtube.com/watch?v=-2CAwM6COdE

 

 

 

Avec le ravalement décennal, Charmoy-City change de visage.jpg

Avec le ravalement décennal, Charmoy-City change de visage.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 31 mai 2021 (J+4548 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 05:00

« AVEC DIOGÈNE, BIEN VIEILLIR EN FÛT DE CHÊNE » - du 28 MAI 2021 (J+4545 après le vote négatif fondateur)

  Beaucoup de lecteurs nous taxerons sans doute de cynisme à la lecture de cet article. Rappelons en passant  que Diogène (–413, –327 av. J.C.), le plus célèbre représentant de l’école cynique, est réputé s’être contenté pour seul logement d’un tonneau (en fait une grande jarre) ! Du tonneau au fût de chêne, il n’y a qu’un pas qui justifie notre titre.    

       Si Diogène était cynique, il ne l’était pas dans le sens communément admis aujourd’hui, mais au sens littéral.  En effet, l’adjectif cynique tire son étymologie grecque du mot de cette langue désignant le chien.

    Petite parenthèse canine : la  déjection qualifiée de même, la crotte de chien, n’était pas encore, du temps de Diogène, l’obsession du genre humain !

RELENTS PARFUMÉS DU PASSÉ DE CHARMOY-CITY - du 23 MAI 2021

    Revenons à nos moutons. En un mot être cynique, philosophiquement parlant, c’est en quelque sorte mener une vie de chien. Le cynique oppose ainsi les valeurs d’humilité et de désinvolture aux prétentions des grands et des puissants du moment qui ont, bien entendu, leur cynisme à eux, tout autre que celui de Diogène.

    De notre temps, beaucoup de pauvres gens  mènent une vie de chien sous le talon de fer des puissants. Et s’ils sont de fait cynisés, ils ne sont pas pour autant cyniques et disciples de Diogène, qu’ils méconnaissent la plupart du temps !

    Si l’on en croit les historiens, Diogène vécut tout de même jusqu’à l’âge respectable de 86 ans. Les prudes et les méchants pourraient même dire que sa respectabilité se réduisit à celle de son score de longévité.

    Il paraît évident, que dans son tonneau, Diogène, s’il savait jouir de l’existence et de ses contingences, ne jouissait cependant pas du confort moderne, de l’eau et du gaz à tous les étages, selon la formule bien connue des collectionneurs de plaques émaillées et des urbanistes. 

   De Diogène on peut donc dire qu’il vieillit bien dans son tonneau, en dépit de l’inconfort manifeste de cet habitat, qui n’était pas aux normes, et que notre bureaucratie normalisatrice  et moralisatrice aurait qualifié de «superindigne », en qualifiant de même, au passage, son occupant.

     À propos d’eau et de gaz à tous les étages, il y a quelque chose du cynisme de Diogène dans un des refrains de Gainsbourg, qui pour être le plus court n’est certainement pas le meilleur !

 https://www.youtube.com/watch?v=Beh8Bjh2D6A

     Et voilà à présent, que les panneaux électoraux  fleurissent et qu’un parfum d’élections emplit l’air, éclipsant le virus.

    Demain on rasera gratis et nul ne manquera de l’« essentiel » retrouvé. Celui du monde des Bisounours ! Pas l’« essentiel »  selon Diogène !

QUAND LE « RETOUR À L’ESSENTIEL », À DIJON, C’EST CAPITALE ! - du 25 MAI 2021

      « Bien vieillir en Côte-d’Or », voilà entre autres un mot d’ordre en vogue glané dans le vent frais de ce printemps mouillé, printemps de fête à la grenouille !

    Faisons-le nôtre, en ajoutant : « Bien vieillir en Côte-d’Or  d’accord, mais bien vieillir en fût de chêne ».

   Préciser  « En Côte-d’Or », c’est mettre la petite touche localiste obligée à qui veut être entendu dans le grand bazar du concert planétaire, ajoutons-y seulement une petite touche de cynisme au sens de Diogène en ajoutant « en fût de chêne ».

      Le Général de Gaulle, qui ne fut pas toujours vieux, déclarait à propos du Maréchal Pétain : « La vieillesse est un naufrage ».

       En notre temps de bienveillance il nous faut tempérer et humaniser ce propos car il ne s’agirait pas de désespérer les têtes chenues, des cheveux d’argent et un électorat en or.

     Si la vieillesse est une descente, elle n’est pas systématiquement un naufrage, même si l’embarquement pour Cythère n’est plus vraiment son affaire !

   Notre municipalité, attentive aux têtes chenues, leur propose, pour sa part, une descente vers la Côte d’Azur et un  embarquement pour Carqueiranne…

    Seniors de Côte-d’Or, dont nous sommes, nous vous proposons,  de notre côté, de « Bien vieillir en fût de chêne » à la mode de Diogène ! Et si la vieillesse, hélas, est une  descente inéluctable, alors qu’elle soit au moins une descente de cave !

    Dans l’illustration du jour de Claudi, Arlette et Gaston en sont bien convaincus !

    L’œuvre qu’ils admirent est une adaptation d’un travail de sculpture sur bois dû à un Auxonnais bien connu, aujourd’hui disparu, et que d’aucuns, s’ils ont de la bouteille, reconnaîtront peut-être…Nous lui rendons hommage au passage !

FLASH DERNIÈRE

      Belle photo de deux membres du CMJ local dans une  solennelle cérémonie de mémoire.

https://www.facebook.com/Prefet21.BFC/photos/pcb.1497223333958606/1497223250625281

        Activité tellement plus formatrice que l’incontournable ramassage des papiers gras et autres joyeusetés pour laquelle notre communication locale en fait des kilos (180) et bientôt des tonnes ?

CHARMOY-CITY : CMJ D’AUJOURD’HUI…ET D’HIER -  du 12 MAI 2021

ÈPILOGUE :  CMJ : « LE RETOUR À L’ESSENTIEL » (du 29-05-21 09h00)

Avec Diogène, bien vieillir en fût de chêne.jpg

Avec Diogène, bien vieillir en fût de chêne.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 28 mai 2021 (J+4545 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 11:49

Figures libres

 

RELENTS PARFUMÉS DU PASSÉ DE CHARMOY-CITY - du 23 MAI 2021 (J+4540 après le vote négatif fondateur)

     Il ne pleut pas ce matin …Enfin !

      La lettre pour que la pluie cesse aura sans doute fait son effet !

CHARMOY-CITY : COURRIER DU CŒUR (DE BOURG)-  du 22 MAI 2021

      Mais il fait tout de même un peu frais en ce clair dimanche matin.

      Une fraîcheur propre à réveiller les souvenirs !

     Rien de tel que d’être sur le versant descendant de l’existence pour voir remonter inopinément ses souvenirs d’enfance. Ils se pressent en foule et au nombre d’entre eux, plein de souvenirs olfactifs que je m’en vais vous conter à la manière de Süsskind.

      J’ai vécu jusqu’à mes seize ans dans un vieil immeuble dont les cours et les passages communiquaient entre la rue de l’Hôpital (actuellement rue Gaston Roussel) et le tronçon de la rue Prieur de la Côte-d’Or devenu aujourd’hui rue d’Heidesheim.

    Je suis même né dans cet immeuble un soir d’automne, d’une jeune mère employée temporaire de mairie, accouchée par une sage-femme qui  était aussi conseillère municipale, madame Vital, à qui je rends hommage ici.

     Je n’hésite pas à exhiber la preuve de mes dires en affichant deux des listes municipales en lice (il y en avait 3) peu après ma naissance.

     Les connaisseurs s’ingénieront à retrouver les héritiers actuels de ces listes dans la permanence locale souterraine des clans et des tendances !

      Vous aurez constaté qu’il n’y a que des noms. L’art du trombinoscope n’était pas encore né.

     L’art d’exhiber avantageusement sa trombine n’était heureusement pas encore né !

      Tous ces gens qui sortaient d’une période noire avaient d’autres chats à fouetter que les crottes de chien, que nos contemporain(e)s, la bouche en cul-de-poule et la narine pincée désignent à présent en novlangue du terme choisi de « déjection canine ».

    Alors qu’à Bure, dans la Meuse, on manifeste contre l’enfouissement des déchets nucléaires, l’actualité de Charmoy-City s’émeut périodiquement du problème persistant des déjections canines. La crotte de chien c’est sûrement plus dangereux que les transuraniens, les perturbateurs endocriniens et autres néo-nicotinoïdes !

   De Canigou à Hiroshima, il n’y a sans doute qu’un pas !

   Ainsi, Le Bien Public du 16 août 2017 n’hésitait pas à titrer sur une pleine page  « AUXONNE PROPRETÉ Déjections canines dans les rues : un fléau toujours pas éradiqué ».

   Sur les réseaux sociaux le sujet atteint un degré d’hypertrophie inquiétant ! Et il arrive que plus d’un(e), à propos de crottes de chien, vous en chie une pendule.

    Comme toutes les modes, cette obsession de la crotte de chien nous vint un jour de Paris !

    Faut-il voir dans cette obsession une conséquence du néo-libéralisme et du règne tout-puissant de l’argent ?

    Tout bon psycho-politique connaît en effet le lien subtil entre excrément et argent développé en particulier par Freud.

    Sur un mode plus sympathique, nous proposons, à tous les amis des chiens un petit voyage dans le patrimoine canin. Ils y découvriront que le sympathique Claude Pichard, ancien maire, n’a pas seulement une rue à son nom, mais qu’il avait aussi un chien !

QUAND CHANTECLER CHANTE LE PATRIMOINE CANIN - du 16 septembre 2018

    Mais revenons aux années 50, où l’argent n’était pas encore roi ! Les eaux usées des éviers se déversaient encore dans les caniveaux des rues et plus d’un gamin jouait quand même « dans la rigole ».

     Quand un Auxonnais distrait posait son « écrase-merde » à « semelle crêpe » (pas vrai Monsieur Perriot) dans ce qui est devenu à présent une « déjection canine », un(e) autre en riant lui disait immanquablement : « Ça porte bonheur ! »

    Et la victime rageuse autant que parfumée,  grattait sa semelle sur le bord du trottoir ! On ne parfumait pas encore les rues.

    Aujourd’hui, dans la Cité des Ducs, parfumer les rues « À Dijon, c’est capitale ! ».

    On ne se rase plus guère, mais on parfume les rues.

     Comme me disait un vieux granger : « Dans le temps, on mangeait dedans et on sortait pisser dehors, maintenant ils mangent dehors et rentrent pisser à l’intérieur ! »

      Les gamins du quartier de l’Iiotte, ceux, comme moi, qui n’allaient pas au « patro », et ne prenaient pas de leçon de piano, improvisaient leurs jeux sauvages sur les remparts, dans les tours et les caveaux du  château ouverts  et à l’abandon. Par la porte de la cour de l’abattoir ouverte, horreur, ils regardaient, sous un auvent, tuer les cochons. Leurs cris (ceux des cochons) ameutaient le quartier et  le sang du sacrifice colorait le contre-fossé en rouge sous la Tour des Moulins.

     Un gamin du quartier de l’Iiotte, dans les années 1950, c’était Néron aux jeux du Cirque, Gladiator au naturel et en spectacle gratuit !

     Faute d’équipements coûteux, l’imagination était au pouvoir et se donnait libre cours ! Dans ce contexte, même la crotte de chien devenait source de jeu improvisé. Je connais un garnement fanas de pétards, ceux qui font boum car on ne parlait pas encore des autres, qui ne trouvait rien de mieux que de « dynamiter » les crottes de chiens, et autres, bien molles et opulentes, sentinelles qui montaient la garde devant le château !

    Cette horreur scatologique va faire grincer les dents à tous nos bien-pensants !

    Ce temps des ragazzi du quartier de l’Iiotte, m’a forgé assez d’imagination pour rire encore dans un temps où, avec le politiquement correct, la vie en  liberté s’est singulièrement rétrécie !  

      Claudi a retrouvé une excellente illustration qui a l’avantage d’aborder deux sujets-clés : déjection canine et voirie, dans un non moins excellent article

CHARMOY-CITY, CES CLICHÉS DE TROTTOIRS QU’ON NOUS RESSERT - du 17 août 2017

 

Charmoy-City, des trottoirs ou des crottoirs.jpg

Charmoy-City, des trottoirs ou des crottoirs.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 23 mai 2021 (J+4540 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 11:54

CHARMOY-CITY : COURRIER DU CŒUR (DE BOURG)-  du 22 MAI 2021 (J+4539 après le vote négatif fondateur)

   Ouvrir sa boîte aux lettres et y trouver une lettre affectueuse est devenu un plaisir rare depuis que règnent facebook et le mel.

    Il semblerait pourtant que notre bonne ville échappe, dans une certaine mesure, à cette loi d’airain.

    Nous l’avions souligné dans l’un de nos précédents articles.

CHARMOY-CITY, DYNAMIQUE RÉPUBLIQUE DES BOÎTES AUX LETTRES - du 20 février 2021

   Il y a quelques jours encore, la page facebook de notre bonne ville faisait un splendide écho à la réception d’une lettre enfantine adressée à notre bon maire, en ces termes :

 « Un grand merci à Louise pour son message : "Merci monsieur le maire d'avoir dit aux gens d'arrêter de laisser trainer les crottes et les masques et tous les déchets" »

    En dépit du caractère prosaïque du message, on sent bien… que le cœur y est, et nous nous devions d’adresser un compliment, à ce propos, au service communication de notre bonne ville !

    Tel est le principal objet de notre article.

     Comme disait le Maréchal Boulganine : « Rien de pire que la déjection canine ! ».

     Encore une citation rare, et qui ne manque pas de saveur, à destination des amateur(e)s !

     De son côté, Claudi que la pluie désespère, incite notre belle jeunesse à poster de nombreuses lettres pour que cela cesse !

    Vous en conviendrez : il ne suffit pas « d'arrêter de laisser trainer les crottes [de chien] », il est temps maintenant qu’il s’arrête de pleuvoir comme vache qui pisse !

    Le peuple aspire à se mouiller le gosier en masse et en terrasse sous les rascasses, il est donc temps d’arrêter les rabasses !

CHARMOY-CITY 1900 : EN TERRASSE  AU CAFÉ BROCHET-  du 20 MAI 2021

   Alors,  mes chers enfants, écrivez en masse !

Charmoy-City, une pluie de lettres enfantines.jpg

Charmoy-City, une pluie de lettres enfantines.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 mai 2021 (J+4539 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 08:16

CHARMOY-CITY 1900 : EN TERRASSE  AU CAFÉ BROCHET-  du 20 MAI 2021 (J+4537 après le vote négatif fondateur)

  

    Hier, un seul mot s’imprimait dans tous les journaux, faisant un tabac dans tous les médias et résonnant dans toutes les bouches.

    Quel mot ?

    Vous n’avez pas deviné, alors vous n’êtes pas dans le coup ! Car il faut savoir prendre le train de l’Histoire en marche, sous peine d’être ringardisé…

    Petit flash-back pour vous montrer qu’un mot suffit parfois à changer le monde. Avant-hier, c’était COVID, et en  1492, tombant des hunes des caravelles de Cristobal Colombo, c’était le mot « Terre » annonçant l’approche d’un monde nouveau, véritable Eldorado.

    Le monde est ainsi fait que toujours on nous mène en bateau, disait le Capitaine Nemo. Et il n’avait pas vraiment tort !

     Et le mot d’hier alors ?

     Hier ? C’est bien entendu le mot « terrasse » qui était à la une !   

     Hier malheureusement, l’on eut aussi des éclairs qui n’étaient pas au chocolat. Et de méchants petits grêlons tombant en mitraille, comme à la bataille. On aurait pu en ramasser des kilos, les mettre en sac et au frigo.

CHARMOY-CITY : PAS D’ARMISTICE POUR LA GUERRE MÉNAGÈRE -  du 10 MAI 2021

  Et puis encore,  « Que d’eau ! Que d’eau ! » comme aurait pu dire Mac-Mahon, s’il avait été là…

 . On ne put donc s’étonner que terrasse rimât souvent avec rabasse, sous les rascasses, loin de la mer des Sargasses où les anguilles s’enlacent et s’embarquent pour Cythère !

CHARMOY-CITY : POISSONS DU BOURG -  du 15 MAI 2021

    On ne peut que le déplorer, l’actualité météorologique reste désespérément fraiche et humide comme la truffe du meilleur ami de l’homme ! Et le jardin est une misère, ma chère !

    Claudi, qui en est désolé, a décidé malgré tout de vous payer un pot en terrasse. Il est monté fissa dans sa machine à remonter le temps  sans oublier son parapluie, et son « parad »

UN PARAD AU CHARMOY ? - du 16 JUIN 2015

    Bienvenue donc à une terrasse 1900, celle du Café du Commerce tenu par le Sieur Brochet ! Un roi de la cuiller…à absinthe !

   Après avoir connu divers avatars, l’endroit est devenu depuis le siège de l’épicerie de Fabienne Moreau. En fond de tableau, de l’autre côté de la rue de l’Hôpital (devenue rue Gaston Roussel) on devine la vitrine d’une petite épicerie, devenue depuis, le magasin « Aux Frivolités ». Toute boutique, comme les jours de l’homme, n’est-elle pas éphémère ?

    À votre santé quand même, en terrasse, en attendant que le virus COVID soit définitivement terrassé !

   Et que les verres qu’on vide, l’aient définitivement chassé !

Auxonne 1900, un quatuor souriant en terrasse.jpg

Auxonne 1900, un quatuor souriant en terrasse.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 mai 2021 (J+4537 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 17:19

CHARMOY-CITY : POISSONS DU BOURG -  du 15 MAI 2021 (J+4532 après le vote négatif fondateur)

   Nous parlions hier de la zone du Charmoy et de grande distribution

CHARMOY-CITY : QUOI DE NEUF SUR LA ZONE DU CHARMOY ? (1) -  du 15 MAI 2021    

     Avant de poursuivre plus avant, penchons-nous aujourd’hui sur la rue du Bourg et son petit commerce auquel nous dédions  ce couplet :

 

POISSONS DU BOURG

 

Mai de pluie, tu fais monter le pluviomètre

Et briller le pavé mouillé de la rue du Bourg

Où flottent les  gentils poissons qu’on vient d’y mettre.

Le touriste mouillé qui vient y faire un tour

Lève le nez contrit dessous son parapluie

Sans bistrots ni terrasses, la rue du Bourg s’ennuie.

Du soleil qui reviendra, elle attend le jour

Où le populo repeuplera  ses  terrasses

À l’ombre des rougets en fleurs et des rascasses.

Pour  enfin siroter le blancasse ou la Suze

Au fil de l’apéro, à deux pas des méduses

 

    Vous trouverez en PDF l’image de Claudi à partager sans modération comme « le blancasse ou la Suze, au fil de l’apéro, à deux pas des méduses »

Charmoy-City, poissons du Bourg.jpg

Charmoy-City, poissons du Bourg.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15 mai 2021 (J+4532 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 05:00

CHARMOY-CITY : TOPICS, COPOLS ET COVID - du 6 AVRIL 2021 (J+4493 après le vote négatif fondateur)

    Topics, Copols et Covid, un trio nickel, un peu comme Croquignol, Filochard et Ribouldingue. Un peu seulement, car le Covid, c’est pas vraiment la ribouldingue ! Sauf à Paris peut-être, et dans certains salons dorés sur tranche…

    Alors permettez-nous de passer très vite sur Covid pour nous consacrer pleinement à Topics et Copols

     Topics et copols, voilà semble-t-il les nouveaux mots à la mode dans le lexique politico-éclectique de Charmoy-City.

     Topic avec un C et pas avec un Q, car topique avec un Q, ça existe. Oui, ça existe en langage d’apothicaire. Un topique (du grec topos : lieu) est un médicament qui agit précisément à l’endroit où on l’applique. Exemple : un cautère sur une jambe de bois !

   En cette période printanière, autant que sanitaire, il y a du médicament dans l’air. Aux grands mots, les grands remèdes !

     « No parking, no business »  qui n’est pas un aphorisme de médecine hippocratique, était ainsi récemment remis à l’honneur par une sympathique apothicaire, mais prestement contré par le Marquis, à bicyclette !

CHARMOY-CITY : QUAND LE MARQUIS PRÔNE LES EMPLETTES À BICYCLETTE - du 3 AVRIL 2021

    Et voilà qu’à présent ça se complique encore et que les considérations autour des parkings et du stationnement en général font le buzz sur l’agora charmoysienne qui résonne du débat sur la question. Sonnant les cloches au « locataire », comme par hasard le jour de Pâques, L’Écho de la Place d’Armes y allait ainsi de son Bulletin n° 30 sur le sujet.

https://www.facebook.com/Auxonne-lEcho-de-la-Place-dArmes-103459568104103

   Rappelons que la limitation de la circulation et du stationnement automobile au centre-ville, ainsi que le traitement esthétique et paysager de celui-ci constituent la cure généralement en vogue pour une « revitalisation ».

    Nous avons pourtant connu jadis une Grande Rue bien vivante avec circulation à double-sens frôlant et enfumant des terrasses bondées de fumeurs, et qui pourtant  était noire de monde et respirait la bonne humeur.

    Nous nous garderons donc bien de parier sur le résultat annoncé par nos « revitalisateurs », constatant seulement que depuis près d’un lustre quelques officines et autres cabinets ont produit maintes études sur une question qui anime les débats depuis beaucoup plus longtemps encore.

REVITALISER LE CENTRE BOURG, C’EST HYPER IMPORTANT !-du 22 JUILLET 2014

     Reste à dire un mot des copols. En matière de projets, nous connaissions déjà le copil (comité de pilotage).

    Le copol (Comité politique), quant à lui semble généralement d’un usage plus restreint. Le lecteur curieux ne manquera pas d’en trouver  quelques occurrences sur le net en associant à Copol le sigle LREM.

   Nous en avons trouvé par ailleurs une occurrence locale sur un post, du 3 avril dernier, de la page facebook du groupe d’opposition  Auxonne ville d’avenir qui écrit :

« Le maire s'appuie sur des comités politiques (copol) auxquels bien sûr nous ne sommes pas invités pour échanger sur les projets, et il ne réunit pas les commissions municipales thématiques officielles installées il y a 8 mois. 

Difficile d'approuver une politique d'investissement que nous ne connaissons pas... »

https://www.facebook.com/Auxonnevilledavenir

   De source sûre, le terme copol aurait été prononcé par le maire lui-même lors des débats au dernier CM où le vote du budget investissements était à l’ordre du jour.

    Pourrait-on voir là un signe de « la contemporanéité de l’édile » évoquée par le Marquis dans un commentaire au post évoqué plus haut. Rappelons en effet, à ce propos, que la « contemporanéité », dans son acception habituelle, désigne le fait pour deux évènements de se dérouler « en même temps » !

Charmoy-city, à chaque mal son remède.jpg

Charmoy-city, à chaque mal son remède.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 06 avril 2021 (J+4493 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 05:00

CHARMOY-CITY : NAPOLÉON LE PETIT POISSON - du 1er AVRIL 2021 (J+4488 après le vote négatif fondateur)

    Un petit poisson, ça tombe à pic pour le 1er avril !

     Victor Hugo n’aimait pas beaucoup Napoléon III qu’il surnommait Napoléon le Petit.

     La passion de  Napoléon le Petit, son péché mignon, n’était pas de taquiner le goujon, ce petit poisson. Non, sa vraie passion,  son sport d’élite, c’était le plébiscite.

     Autrement dit, la voix unanime du peuple des Dindons pour sa plus grande satisfaction !

     Le grand gloussement démocratique faisant péter le score, toujours montant, de Badinguet prince-président !

     Il paraît que dans le cours de la nuit dernière du 31 mars au 1er avril un tableau d’une haute valeur artistique célébrant ce grand gloussement aurait été la cible d’énergumènes. Ces misérables n’auraient rien trouvé de mieux que d’y graffiter une bulle aussi stupide qu’incongrue, tant par sa facture grossière que par son anachronisme déplacé !

     On souhaite que les coupables de cette ignominie soient bien vite confondus et arrêtés pour la plus grande satisfaction des honnêtes likeurs du populaire empereur !

Si Badinguet avait connu facebook.jpg

Si Badinguet avait connu facebook.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er avril 2021 (J+4488 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 05:00

AMNÉSIE PORTUAIRE À CHARMOY-CITY ? - du 31 MARS 2021 (J+4487après le vote négatif fondateur)

  

    Cette amnésie n’est pas, comme l’anosmie, une séquelle du COVID et, Dieu le garde, ne concerne pas pour l’instant votre serviteur qui travaillait récemment à un article concernant le Port Royal, ce lieu d’agrément très apprécié des promeneurs, des canards et des plaisanciers.

    Un article ? Encore un ! Oui encore un !

     Pas un article à paraître dans Chantecler, mais un article académique archéologique et historique à paraître dans une revue sérieuse.

     Pas possible ! Mais vrai quand même !

     Je viens en effet de  passer quelques belles heures  de ce printemps-éclair à mettre en ordre et en article un dossier  de notes, photos et relevés, pris sur le terrain lors du chantier de 2010 en compagnie de mon épouse.

     Travail archéologique improvisé dans l’urgence qui, sans entrer dans le détail, arrangea bien des choses et pour lequel d’ailleurs, la municipalité alors en place nous remercia dans son Inf’Auxonne n° 30 d’octobre 2010 (page 2 colonne centrale)

    Nos lecteurs pourront le vérifier dans le PDF qui suit.

    Ce port qui est une réussite et qui fut un cheval de bataille pour l’ancienne majorité lors des municipales de 2014 n’a pas connu le même écho lors des dernières, détrôné dans les programmes, par la base nautique ou de loisirs ou les marchés nocturnes du vieux port à gradins !

   Force nous est donc de reconnaître que si le gabier est à la hune, le Port Royal n’est plus, pour l’heure à la une.

    Il fut un temps pourtant, où la presse annonçait son doublement tous les ans et Claudi s’en est souvenu !

    Comme disait le Maréchal Nouvoila : « Français, vous avez la mémoire courte ! »

FLASH DERNIÈRE

   On ignore encore quel 1er avril sanitaire nous sera réservé mais une chose est presque certaine, le Fonfonse et Ramu l’enfant-loup défileront à présent le dernier dimanche de février si l’on en croit Le Bien Public qui titrait hier en ligne :

« Côte-d'Or Carnaval d'Auxonne : la date du défilé 2022 modifiée pour éviter le mauvais temps »  

 En ajoutant : « Afin de mettre toutes les chances de leurs côtés, les organisateurs du carnaval d’Auxonne ont décidé d’avancer d’une semaine la date du défilé de l’édition 2022, qui marquera le centenaire de l’événement. Le but ? Éviter que la pluie ne vienne gâcher la fête. »

CHARMOY-CITY : 2021, UNE ANNÉE SANS CARNAVAL (2) - DU 07 MARS 2021

 

Un trésor de doublons autour du port royal.jpg

Un trésor de doublons autour du port royal.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 31 mars 2021 (J+4487 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 05:00

CHARMOY-CITY : PAR LE PETIT TROU DE LA LUNETTE - du 29 MARS 2021 (J+4485 après le vote négatif fondateur)

    Par quelque bout qu’on les regarde ces temps derniers les posts des pages facebook qui comptent dans le paysage médiatique charmoysien sont déprimants. Visiblement, l’inspiration est dans les chaussettes !

     Nous excepterons toutefois une plaisante histoire de « lunette »…

     Oui de lunette sans s !

     De lunette sans s, mais non sans surprise !

     Allons au fait : une consigne administrative circulait récemment à l’intention des usagers fort nombreux du « tout-à-l’égout ».

      « Tout-à-l’égout » ?! Oui, on nous excusera d’employer cette expression à présent surannée.

      Cette consigne disait : « Il est fortement recommandé pendant l’intervention de rabattre la lunette des toilettes afin d’éviter toute éventuelle projection d’eau »

     Ce conseil de prudence avisé, ne semble pas avoir eu l’effet escompté, à voir certains commentaires du moins…

     L’ « intervention » en question était un « curage dans les réseaux d’assainissement ».

     À la bonne heure ! Nos fidèles lecteurs n’ignorent pas que nous ne sommes pas de ceux qui oseraient blâmer ce genre d’interventions salutaires autant que sanitaires !

CHARMOY-CITY : IL EST CONSEILLÉ DE PASSER DIRECTEMENT PAR LE CANAL DE SUEZ - du 4 février 2021

    Jamais en reste, Claudi illustre cette sombre histoire de lunette par un audacieux raccourci !

FLASH DERNIÈRE

       L’Écho de la Place d’Armes a publié son Bulletin n° 28.

     Il n’y est pas question de lunette, mais de « ma pauv’Lucette »

      En ce lendemain de Rameaux, le propos est très éloigné de celui des plaisirs tranquilles du chœur de Castor et Pollux de Jean-Baptiste Rameau :

« Dans ces doux asiles

Par nous soyez couronné, venez.

Aux plaisirs tranquilles

Ces lieux charmants sont destinés.

Ce fleuve enchanté,

L’heureux Léthé

Coule ici parmi les fleurs :

L’on n’y voit ni douleurs,

Ni soucis, ni langueurs,

Ni pleurs. »

   À la lecture de ce n° 28, les lecteurs les plus endurcis risquent en effet  de mouiller leur mouchoir !  Aux larmes citoyens !

    Encore heureux qu’à la fin de l’article le lecteur rassuré reprenne quelque assurance en écho à ces alexandrins dynamiques de Corneille :

« Sous moi donc cette troupe s'avance,

Et porte sur le front une mâle assurance. »

     Et qu’il se dise enfin rassuré et pour le coup réassuré : «  Ah ! qu’ça va mieux ! »

CHARMOY-CITY : PAR LE PETIT TROU DE LA LUNETTE - du 29 MARS 2021 (J+4485 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 29 mars 2021 (J+4485 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres