Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 05:00

MARCHÉ DE CHARMOY-CITY : UN POT DE MIEL POUR ADOUCIR LES COMMENTAIRES - du 14 novembre 2020 (J+4350 après le vote négatif fondateur)

     L’annonce du marché dominical de demain, mise en ligne le 12 courant sur la page facebook Ville d’Auxonne aura été très commentée. C’est en effet pas moins de 70 commentaires et réponses qu’aura suscité l’annonce.

    Préférant ne pas allonger la liste déjà longue des commentaires sur le marché, nous nous permettrons cependant un  bref commentaire, nécessairement incomplet, sur les commentaires.

     L’annonce officielle précisait : « En soutien à l'économie locale, le marché de ce dimanche est maintenu. Toutefois, seuls des exposants proposant des produits alimentaires pourront être présents »

  Cette annonce nécessairement, restrictive en raison du confinement n’aura pas manqué de susciter quelques réactions amères.

    On peut le comprendre, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne (commerciale ou non),  chacun voit midi à sa porte, l’oignon fait la soupe et l’union fait la force !

    La politique partisane n’a pas manqué, par ailleurs, de montrer son nez dans le débat, phénomène inévitable mais particulièrement détestable lorsque le locuteur se masque derrière un faux-profil qui peut nous rendre dub…itatif !

    L’inénarrable Marquis, notre faux-profil préféré, s’est contenté, quant à lui, de planer au-dessus de la mêlée en déclarant tout de go : « Si nous faisions [sic] que des choix rationnels, nous ne fumerions pas, nous ne boirions pas, nous ne nous droguerions pas. Nous prenons souvent des décisions qui n'ont pas de rationalité, mais cela est notre nature. Nous sommes des êtres de pulsions avant tout. ».

      Bonjour à présent les achats compulsifs !              

      Finis les grands travaux pharaoniques, fumons à présent la moquette.

CHARMOY-CITY : LE MARQUIS A PONDU SON DERNIER RAPPORT - du 30 juin 2020

    Et le pot de miel alors ?

    Vous le trouverez au marché chez un petit producteur local dûment répertorié sur la liste officielle. Du bon miel pour adoucir la gorge et sucrer vos grogs bien arrosés !

     Et qui sait ?  Peut-être encore de la gelée royale pour remonter une libido dans les chaussettes et peut-être aussi de la propolis qui vous consolera des propos pas trop lisses des commentateurs sous profils factices.

    Et de la cire encore pour faire reluire le vieux bahut en noyer pour qu’il éclaire vos tristes soirées de novembre.

    Vous aurez dû renoncer au demi en terrasse ? Qu’importe, achetez du miel pour préparer votre hydromel que vous garderez pour Noël !

      Français, encore un effort ! Tous locavores !

CHARMOY-CITY : LOCAVORES DE TOUS LES PAYS UNISSEZ-VOUS ! - du 09 octobre 2020

    J’entends déjà les faux-profils, comme autant de faux-bourdons, chanter en chœur : « Chantecler tu nous enfumes ! ». L’apiculteur enfume bien les abeilles !  

    Alors, c’est promis, tous happy, chargez l’appli : « Tous chez l’api »

 

    Les amateurs éventuels de poésie inspirée par la rûche trouveront leur compte dans l’un de nos précédents articles à visée pédagogique. Une rûche-école en quelque sorte, où vous n’apprendrez toutefois pas à faire du miel !

ÉCHEC SCOLAIRE ET MISE EN SCÈNE - du 13 octobre 2020

   Claudi aura mérité un grog au miel bien arrosé 

Charmoy-City, bonne chance à l'apiculteur du marché.jpg

Charmoy-City, bonne chance à l'apiculteur du marché.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 novembre 2020 (J+4350 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
2 novembre 2020 1 02 /11 /novembre /2020 09:24

CHARMOY-CITY : RELIRE CLAUDE PICHARD POUR GARDER LE MORAL - du 2 novembre 2020 (J+4338 après le vote négatif fondateur)

      Les temps sont oppressants. Croyez m’en si vous le voulez, et à peine j’ose l’avouer : cette nuit j’ai fait de nouveau un CRPRC  (Cauchemar de Rentrée Post-Retraite Chronique) !

       Un syndrome onirique que j’avais déjà décrit dans un précédent article.

CHARMOY-CITY : ICI COMME AILLEURS, DEMAIN C’EST LA RENTRÉE !  - du 31 août 2020

     Mais cette fois, il s’agissait d’une forme aggravée de CRPRC car il me fallait revêtir, pour cette nouvelle rentrée, ma tenue de réserviste. Exercice peu compatible, sans compter mon état de septuagénaire, avec le catogan qui m’a poussé depuis le premier confinement. Imaginez quel « hussard noir » je pouvais faire ! Imaginez l’affreux dilemme, enfin dissipé au réveil !

    Je n’invente rien, et pour ceux et celles qui prendraient tout cela pour de la littérature, qu’ils en profitent en ces temps de librairies closes !

     Il faut dire qu’avec ce retour du confinement et tous ces vilains évènements, le moral est dans les rangers !

    J’ai donc décidé de revenir à la lecture de Claude Pichard, un personnage du cru attachant et passionnant à divers titres, et qui a laissé nombre d’écrits et d’opuscules pleins d’intérêt et de fantaisie et parfois de joyeuse malice…

   Claude PICHARD (1895-1883),  accomplit deux mandats de maire d’Auxonne durant la Monarchie de Juillet : (1832-1835) et (1843-1848). Son nom est actuellement attaché à une rue de notre bonne ville.

    Je relis toujours avec plaisir les petites brochures, pleines d’un humour sui generis, qu’il publia dans son âge mûr et sa vieillesse.

     Pour l'heure, je me contenterai  de vous donner un échantillon de l’optimisme résolu de Claude PICHARD à propos de l’épidémie de choléra de 1832.

       Cet échantillon est tiré de son opuscule intitulé Un jardin aux Granges d’Auxonne, publié à Auxonne en 1862, et qui traîne depuis le printemps sur ma table de chevet.

    Précisons que la Côte-d’Or connut deux vagues principales d’épidémie de choléra, la première en 1832, la seconde en 1854.

  Selon un article du Bien Public du 29 décembre 2012 intitulé « Il y a 180 ans, le choléra frappait la Côte-d’Or » des centaines, sinon des milliers de Côte-d’Oriens auraient été victimes de ces épidémies.

    Claude PICHARD aurait-il été un peu optimiste dans son témoignage ?

    En tout état de cause, le personnage ne devait manquer ni d’humour, ni d’un certain panache…

     N’avait-il pas été, dans ses jeunes années, Garde d’honneur de l’Empereur !

CHARMOY-CITY : UN FUTUR MAIRE D’ANTAN AU SERVICE DE L’EMPEREUR- du 20 septembre 2019

    Claude PICHARD est un peu oublié dans notre bonne ville où il a sa rue. Quant au souvenir de l’Empereur, il se porte, lui, comme un chêne !

    Claude PICHARD était un lecteur assidu du Charivari, journal de caricatures. Oui, ça existait déjà !

 

   Claudi a repris dans ses cartons une de ses  illustrations déjà publiée et très inspirée du Charivari. Elle n’aurait sans doute pas déplu à Claude Pichard !

Claude Pichard, un maire d'Auxonne optimiste, amateur de caricatures.jpg

Claude Pichard, un maire d'Auxonne optimiste, amateur de caricatures.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 2 novembre 2020 (J+4338 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 08:53

CHARMOY-CITY : UN MASQUE POUR BONAPARTE  (édition d’automne) - du 28 octobre 2020 (J+4333 après le vote négatif fondateur)

       Faut-il encore  ajouter à la cacophonie ambiante par une avalanche de repost inutiles ?

       À l’heure ou tant de groupes ou de particuliers se prennent pour autant de préfets, laissons aux autorités compétentes le soin de nous annoncer les mesures officielles.

      De nouvelles décisions concernant la deuxième vague nous pendent au nez (sous l masque !). Elles seront connues ce soir.

      Pour l’heure, et depuis les prodromes de la crise nous avons opté prudemment pour un regard un tant soit peu déconnecté de l’actualité brûlante. Nous ne nous joindrons pas au chœur des faux-profils voyants.

CHARMOY-CITY,  FÊTE FORAINE : DES FAUX-PROFILS VOYANTS MIS EN DÉFAUT - du 24 octobre 2020

     Y’a pas de mystère, les temps sont austères ! Chacun sait que la crise sanitaire lui vaudra, selon sa situation, l’occasion d’avaler quelques couleuvres supplémentaires.

    Pas de foire cette année, c’est pas vraiment le fête ! Tout juste, la fête à la grenouille !

CHARMOY-CITY : LA FOIRE AU BON VIEUX TEMPS DES AVALEURS DE GRENOUILLES - du 26 octobre 2020

     Aujourd’hui, dans une libre composition, nous nous permettons de resservir à nos lecteurs/trices une petite fantaisie en vers sur Bonaparte et le masque…

 

Un masque pour Bonaparte

 

Poème dédié à Gaston

 

Confiné sur mon piédestal  

En patience je prends mon mal

Et je ne peux même pas descendre,

Aux Invalides sont mes cendres.

 

Les hommes ont déserté la place,

Au vent du Nord mon sang se glace,

Si j’avais une plume là-haut

À Tissot j’écrirais un mot.

 

Vous ne connaissez pas Tissot ?

De l’Helvétie c’est un héros,

Ce grand médecin de Genève

Dont l’Avis, la santé relève !

     

Il me conseillerait sans doute

Comme Antomarchi à Longwood

Quand confiné à Sainte-Hélène

De l’Anglois je purgeais la peine.

 

Mais oublions ce triste temps

Pour en revenir au présent.

Et ne chinoisons pas sans cesse,

Il faut que l’épidémie cesse.

 

Miracle sur mon épaulette

Un pigeon s’arrête et volette

Je vais lui confier un message

Contenant ma décision sage.

 

Vole en Ardèche beau pigeon

Près d’Annonay à Vidalon

Là-bas se trouve une fabrique

D’un papier des plus magnifiques.

 

 

Voles-y, que le vent t’emporte

Prends cet écu et me rapporte

De chez Les frères Montgolfier

D’urgence des masques en papier.

 

                                          C.S.

    

    Bonaparte écrivit effectivement au célèbre Tissot. Les curieux en apprendront plus à ce sujet en relisant

BONAPARTE À AUXONNE ou le Promeneur Solitaire Corse (5) - du 17 septembre 2017

 

Bonne journée en attendant le discours à la veillée et à bientôt !

FLASH DERNIÈRE

     En ces heures difficiles, la page facebook Ville d’Auxonne  nous remontait le moral ce matin en remontant au filet du « City-stade ».

   Un projet naguère évoqué dans une vidéo de rêve d’avant l’ère COVID.

    Il sera peut-être bientôt interdit de sortir,  mais le rêve ne saurait être pris dans les filets du confinement  !

    Alors, en vidéo, encore quelques instants d’onirisme avant les réalités de 20 heures.

https://www.facebook.com/unedynamiquepourauxonne/videos/2652896234823103/

 

Charmoy-City, un masque pour Bonaparte (2ème éd.) .jpg

Charmoy-City, un masque pour Bonaparte (2ème éd.) .jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 28 octobre 2020 (J+4333 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 17:31

CHARMOY-CITY : IDYLLE PAYSANNE ET FORESTIÈRE AU COIN DU FEU (2) - du 19 octobre 2020 (J+4324 après le vote négatif fondateur)

     Les lecteurs qui auraient manqué le premier épisode de cette série pourront y retrouver les motifs qui nous avaient conduit, avec George Sand, jusqu’au bord de La Mare au Diable, dans la forêt de Chanteloup, pour un bivouac amoureux au coin du feu…

CHARMOY-CITY : IDYLLE PAYSANNE ET FORESTIÈRE AU COIN DU FEU (1) - du 15 octobre 2020

    Depuis la publication de ce premier épisode à propos de l’œuvre d’espoir de George Sand, vers laquelle un itinéraire de pure fantaisie nous avait conduit, notre actualité s’est encore assombrie.

    Plus que jamais, l’intention qui a guidé la créatrice de cette œuvre publiée en 1846, à la veille de la terrible Révolution de 1848 qui fit, lors des Journées de juin; des milliers de morts dans notre capitale, peut donner encore à son lecteur actuel des raisons d’espérer, sans grands discours fracassants, sans inutiles invectives.

   Cette révolution, George Sand semble d’ailleurs l’avoir pressentie dans son introduction de l’ouvrage intitulée « L’auteur au lecteur ».

     On retiendra les passages suivants (nous nous référons ici à l’édition originale de 1846, dédiée à « Mon ami Fréderick Chopin », publiée à Paris chez Desessart, et  disponible en ligne sur Gallica) 

     « Les mauvais riches d’aujourd’hui demandent des fortifications et des canons pour écarter l’idée d’une jacquerie [N.D.L.R. : révolte paysanne] […] Le gouvernement d’aujourd’hui calme l’inquiétude des riches en leur faisant payer beaucoup de gendarmes et de geôliers, de baïonnettes et de prisons. » (Op. cit. p. 18)

     En  juin 1848 il n’y eut pas à proprement parler de « jacquerie » mais un soulèvement des classes populaires parisiennes cruellement réprimé par le pouvoir bourgeois de la nouvelle république issue des journées de février.

     L’émigré russe Alexandre Herzen écrit à ce propos : « Je ne suis pas mort, mais j’ai vieilli, je dois me remettre des journées de Juin comme d’une maladie grave ».

    Toutes proportions gardées, ces lignes pourraient encore avoir pour nous  un écho au regard de l’ambiance générale de la période que nous traversons.

    Ne nous laissons pas aller à une déploration facile et revenons au volontarisme optimiste de George Sand qui fait de La mare au diable un pari déclaré de la vie contre la Mort à propos  notamment de la paysannerie.

   L’introduction intitulée « L’auteur au lecteur », dont nous avons déjà parlé plus haut s’ouvre sur la citation de ce  quatrain :

« À la sueur de ton visaige

Tu gaigneras ta pauvre vie.

  Après long travail et usaige,

    Voici la mort qui te convie. »

    L’auteur précise que ce « quatrain en vieux français » commente une gravure d’Holbein « d’une tristesse profonde dans sa naïveté ».

        Cette gravure exécutée par Hans Holbein (1497-1543), mort en pleine gloire à Londres au cours d’une épidémie de peste, ne figure pas en illustration dans l’ouvrage de George Sand.

       Elle représente un vieux laboureur en haillons poussant sa charrue derrière un attelage exténué que fouette un personnage fantomatique. Détail cru que n’a pas souligné George Sand, l’un des chevaux crotte…

    George Sand ajoute que la gravure figure dans un recueil de « sujets philosophiques et religieux, à la fois lugubres et bouffons, intitulée les Simulachres de la mort ».

   La gravure n’est pas figurée dans l’édition originale de l’ouvrage de George Sand.

   Pour son illustration du jour, Claudi a donc choisi de représenter la gravure en question.

   Il l’accompagne  de quelques brefs passages du texte  de George Sand soulignant le contraste entre l’introduction lugubre et les intentions optimistes de son roman (pages citées en référence à l’édition originale de 1846  disponible en ligne sur Gallica). 

FLASH DERNIÈRE

    Le Bien Public en ligne titrait ce matin :

« Loisirs Auxonne : un concours d’histoires effrayantes au collège »

Précision indispensable : comme le précise la légende du cliché suggestif illustrant l’article, ce concours se déroulait dans le cadre d’une « Journée Halloween ».

   Notre concept de CRPRC  (Cauchemar de Rentrée Post-Retraite Chronique), défini dans l’un de nos précédents articles en lien ci-dessous, nous a semblé pouvoir faire écho au thème de ce concours.

CHARMOY-CITY : ICI COMME AILLEURS, DEMAIN C’EST LA RENTRÉE !  - du 31 août 2020

 

 

CHARMOY-CITY : IDYLLE PAYSANNE ET FORESTIÈRE AU COIN DU FEU (2) - du 19 octobre 2020 (J+4324 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 19 octobre 2020 (J+4324 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 09:43

CHARMOY-CITY : IDYLLE PAYSANNE ET FORESTIÈRE AU COIN DU FEU (1) - du 15 octobre 2020 (J+4320 après le vote négatif fondateur)

   Notre tâche d’échotier se complique en ces temps où l’actualité locale s’endort, comme la Nature, avec l’automne et où les perspectives de veillées conviviales s’amenuisent avec le couvre-feu annoncé.

     Quand certain(e)s proposent des remèdes à l’échec scolaire, le Président, patron du ministre Blanquer, vient présenter les siens à l’échec sanitaire.

ÉCHEC SCOLAIRE ET MISE EN SCÈNE - du 13 octobre 2020

    Petite incise sur un succès de librairie de la rentrée, après la mise en scène, la mise en vente : sur la page facebook de l’auteure vous pouvez à présent appuyer sur le bouton « Acheter » !

    Où va se nicher le commerce !

    Après cet aperçu de l’actualité nationale, il nous faut revenir à notre actualité locale maraîchère et forestière : des laitues qui croissent sur les limions fertiles de nos plaines aux mares ressuscitées de notre Forêt des Crochères.

    En ce qui concerne le volet maraîcher de cette actualité, nous avons évoqué récemment les laitues et le sympathique Éric qui les repique, rendant espoir à la survivance de nos traditions maraîchères.

CHARMOY-CITY : LOCAVORES DE TOUS LES PAYS UNISSEZ-VOUS ! - du 09 octobre 2020

    En ces temps où l’annulation du prochain Salon de l’Agriculture est annoncée, voilà une raison d’espérer pour nos paysans !

    Quant aux mares de notre Forêt des Crochères,  nous en avions déjà parlé il y a bien longtemps.

CMJ DE CHARMOY-CITY : UN PAVÉ DANS LA MARE - du 23 janvier 2018

    Il est vrai que comme nous l’annoncions honnêtement à propos de l’article en lien :    « En dépit des apparences notre article ne traitera qu’incidemment de têtards, et encore, seulement dans l’illustration »

    Confidence du jour de Claudi : il avoue avoir emprunté sa mare aux têtards à un cliché récent d’une mare légendaire de la littérature : La Mare au Diable du roman éponyme de George Sand.

     Georges Sand, une célèbre féministe objectivement plus douée pour l’écriture que notre Marlène nationale !

QUITTONS CHARMOY-CITY ET L’ENNUI, POUR UN PETIT  RETOUR CHEZ LES « BOBOS MONTPARNOS » - du 13 juin 2020

    Aujourd’hui, Claudi récidive (bonjour l’amende !), s’inspirant encore une fois de La Mare au Diable !

    Il illustre ainsi le premier épisode de notre série « Idylle paysanne et forestière au coin du feu »  en adaptant une gravure du temps qui montre le bivouac amoureux de Germain et Marie, les protagonistes de La Mare au Diable, dans la forêt de Chanteloup.

    La forêt de Chanteloup ? Une Crochère berrichone, ma bonne !

    Dans notre ou nos prochain(s) épisode(s) nous donnerons quelques aperçus du roman social et paysan optimiste de George Sand à relire en ces temps pour le moins moroses…

    

Charmoy-City, une Mare au Diable dans la Crochère.jpg

Charmoy-City, une Mare au Diable dans la Crochère.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15 octobre 2020 (J+4310 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
5 octobre 2020 1 05 /10 /octobre /2020 05:23

CHARMOY-CITY : TOMBE LA PLUIE - du 05 octobre 2020 (J+4310 après le vote négatif fondateur)

     Dans le courant des derniers jours notre bonne ville aura connu une pluviosité importante. Le cumul approximatif des précipitations  correspondant à cette décade particulièrement pluvieuse et ventée représente,  en effet, 15 à 20 % de la moyenne annuelle des précipitations.

    Cet arrosage intempestif autant que nécessaire aura marqué la fin d’un été particulièrement sec et l’arrivée brutale de l’automne.

    Le clapotis des gouttières, le gargouillis des gargouilles dans des rues soudain inondées et refroidies vient succéder aux dimanches mercatico-festifs où l’on se pressait aux terrasses.

    La rue du Bourg en berne vient de perdre ses rubans multicolores qui depuis juillet ondoyaient au vent d’été.

     Ces rubans, nous n’avions pas manqué de saluer leur arrivée dans un précédent article.

CHARMOY-CITY : 14 JUILLET  SANS TAMBOURS NI TROMPETTES - du 14 juillet 2020

      Voilà les rubans partis, chassés par la pluie, et,  pour comble d’ennui, Octobre n’aura pas sa foire du dernier lundi, c’est certain. Pour le coup voilà un octobre plus morose que rose !

CHARMOY-CITY : FAUTE DE GRANDE FOIRE 2020, QUELQUES SOUVENIRS - du 11 septembre 2020

   Aucune réunion de conseil municipal non plus, du moins pas avant novembre….

 Quant au Carnaval de mars prochain, rien n’est encore certain, s’il l’on en croit du moins Le Bien Public qui titrait le 30 septembre dernier « AUXONNE Évènement Carnaval : des interrogations pour la prochaine édition »

      Sous la pluie et sous le masque, il faudra donc une certaine dose d’optimisme pour trouver encore, à la vie de Charmoy-City, un petit côté fantasque.

     Comble de malchance, la Miss préférée d’Auxonne live, en dépit de tant d’allées et venues en vidéo sur facebook, n’aura pas été retenue.

    En ce début d’automne rien ne va.

    La nouvelle mandature avait pourtant débuté, comme à la plage, sous un radieux soleil d’été.

      Par bonheur, les deux personnels attendus en renfort ont été accueillis, comme prévu dans notre maison commune le 1er de ce mois.

 CHARMOY-CITY : RESTER UN CITOYEN(NE) BIEN INFORMÉ(E), ÇA DEMANDE UN PEU DE TRAVAIL (1) - du 23 septembre 2020

   Force est de constater que, côté météo, cette arrivée aura été bien arrosée !

   Mais c’est bien clair, aujourd’hui encore, tombera la pluie et tombera la feuille morte emportée par le vent….

   Le bel été est derrière nous.

   La bella estate du mélancolique Pavese est partie et pourtant :

« A quei tempi era sempre festa. Bastava uscire di casa e attraversare la strada, per diventare come matte, e tutto era così bello, specialmente di notte, che tornando stanche morte speravamo ancora che qualcosa succedesse. »

   « En ces temps c’était toujours la fête. Il suffisait de sortir de la maison et de traverser la rue, pour devenir comme folles, et tout était si beau, particulièrement la nuit, que rentrant mortes de fatigue nous espérions encore que quelque chose arrive. » (traduction C.S.)

   Oui le mélancolique Cesare Pavese accordait dans ses romans une grande place aux femmes, lui qui fut pourtant dans sa vie l’amant malheureux qu’il décrit dans « Le métier de vivre » (Il mestiere di vivere).

     « Le métier de vivre », voilà bien un thème pour ce monde plein de COVID où rien ne va plus, quand  au pays des cow-boys, que Cesare affectionnait tant, tout se détraque et que Donald est tout patraque.

    Du coup, Claudi a brossé une illustration pleine de mélancolie, et le voilà qui songe déjà à l’hiver qui vient…

https://www.youtube.com/watch?v=aMOcmmgu9v8

FLASH DERNIÈRE

   Ce début d’automne est vraiment terrible. En effet, la rédaction d’Auxonne live nous signale de nombreuses chutes d’arbres tombés avant leurs feuilles. Moralité : par les vents qui courent mieux vaut être un roseau sur les rives de Saône qu’un chêne en forêt des Crochères !

 

Charmoy-City,tombent la pluie et la feuille morte.jpg

Charmoy-City,tombent la pluie et la feuille morte.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 05 octobre 2020  (J+4310 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : LE SPECTACLE VA CONTINUER- du 02 octobre 2020 (J+4307 après le vote négatif fondateur)

   

     The show must go on !  - Le spectacle doit continuer !

    C’est bien clair, à Charmoy-City, depuis quelques mois, nous sommes en plein spectacle !    

   Et du coup, les organisateurs de spectacle, experts en communication sur facebook , tiennent le haut du pavé !

    S’il est une dynamique en marche dans notre cité, c’est bien celle du spectacle permanent !

   L’ex-page facebook Auxonne Info - Actus & Débats et son concepteur, qui a maintenant un fauteuil en mairie, inondent la toile de leur langue de bois à travers les deux pages facebook Auxonne live (mutant « présentable » relooké de l’ex-incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats) et Ville d’Auxonne, sa sœur jumelle en tutelle.

   Et  comme pour accentuer ce sentiment de show permanent, Le Bien Public titrait avant-hier

en ligne, et hier en tirage papier, la photo de notre premier édile, jouxtant celle des premier(e)s communiant(e)s : « Auxonne Le maire devient entrepreneur de spectacle »

    Il ne s’agit en l’espèce que d’une décision administrative, au demeurant assez peu spectaculaire, prise lors du conseil du 21 septembre dernier, mais force est d’avouer qu’une certaine atmosphère planant depuis quelques mois dans nos rues et sur nos places vient conférer, de façon fort suggestive, un sens particulièrement « spectaculaire » à ce titre !

The show must go on !  - Le spectacle doit continuer !

     C’est évident ! Le spectacle avait déjà régné en maître lors de la campagne du premier tour.

    Retenons comme point marquant de ce spectacle particulièrement bien léché une vidéo à laquelle notre rédaction n’avait pas été insensible.

CHARMOY-CITY : V COMME VANNOIS,  COMME VIDÉO… ET COMME VICTOIRE ? - du 11 mars  2020

https://www.facebook.com/unedynamiquepourauxonne/videos/2652896234823103/

    Pour le coup, les « ploucs » du cru qui ne copinent pas avec le Grand Dijon pouvaient direct aller se rhabiller ! Et « on » ne s’est pas privé de le leur rappeler constamment et sans beaucoup de ménagement !

     Mais les « ploucs », corne de bouc ! il y en a  partout Môsieur !

    Nos lecteurs intellos de tout bord pourraient maintenant nous reprocher, dans un article aussi « spectaculaire » (pas vrai Mémère !) de ne même pas citer Guy Debord (1931-1994) et son ouvrage-culte La Société du Spectacle (1967).

    Alors prudence ! Pour notre clientèle choisie, faisons amende honorable et citons !

    Quoi de plus beau en effet qu’aller piquer une citation sur la toile pour faire reluire sa pomme, mon bonhomme (ou ma bonne dame ), sur facebook !

    Nous ne citerons pas La Société du Spectacle (1967) ouvrage trop galvaudé, mais Commentaires sur la Société du Spectacle (1988) du même auteur :

   « Jamais censure n’a été plus parfaite. Jamais l’opinion de ceux à qui on fait croire encore, dans quelques pays, qu’ils sont restés des citoyens libres, n’a été moins autorisée à se faire connaître, chaque fois qu’il s’agit d’un choix qui affectera leur vie réelle. Jamais il n’a été permis de leur mentir avec une si parfaite absence de conséquence. Le spectateur est seulement censé ignorer tout, ne mériter rien. Qui regarde toujours, pour savoir la suite, n’agira jamais : et tel doit bien être le spectateur. »

(Guy DEBORD Commentaires sur la Société du Spectacle, Paris, Gallimard folio, 1992, pp. 37-38)

 

      Et les prétendus   « Conseils citoyens », recyclant le « spectateur » en « marionnette » d’appoint n’y changeront à peu près rien !  

       Conclusion : The show must go on !  - Le spectacle doit continuer !

      

    Claudi ayant trouvé la citation de Debord plutôt vache, il n’a pas manqué de s’en inspirer pour son illustration du jour !

 

Charmoy-City, spectatrices (teurs), sur la voie de l'information .jpg

Charmoy-City, spectatrices (teurs), sur la voie de l'information .jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 2 octobre 2020  (J+4307 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
30 septembre 2020 3 30 /09 /septembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : LE PORT DE L’ÉCHARPE - du 30 septembre 2020 (J+4305 après le vote négatif fondateur)

    Que nos lecteurs se rassurent, contrairement à ce que pourrait suggérer notre titre, nous n’évoquerons pas dans cet article le projet de creusement d’un nouveau port dans notre bonne ville devenue enfin dynamique !

     Alors que la Nature commence à s’endormir, notre propos sera d’une tout autre nature. Chacun aura pu constater comme nous-même, en cette fin frisquette de septembre, avec l’arrivée des feuilles mortes sur la page facebook de notre bonne ville, une évidente raréfaction des nouvelles propices à commettre un article.

    Il semble que tout un chacun, derrière le masque, retienne son haleine avant l’arrivée,  dès demain, premier jour d’octobre, d’un duo de cadres féminins qui aura fait couler tant d’encre et noircir tant de papier, et qui, après le champagne de l’accueil, en fera sans doute encore couler beaucoup !

    Nous voici aujourd’hui au seuil de l’évènement et nous ne manquerons pas d’en observer les répercussions médiatiques de tout poil.

    D’ici-là, prenons un peu de détente ! Taquinons le petit poisson !

    Mais où donc ?

     Dans le port de l’écharpe pardi !

     Le port de l’écharpe tricolore bien entendu, avec ou sans masque, prescrit pour nos élus quand ils arborent la « tenue républicaine ».

       « Tenue républicaine » ?   Oui, ce vocable approprié nous a été inspiré par le bon mot récent de notre ministre de l’Éducation nationale en référence au public adolescent des établissements du second degré.

     Pour les élu(e)s frais/fraîche émoulu(e)s et presque encore adolescent(e)s il semblerait qu’un petit rappel des règles régissant  le port de l’écharpe soit nécessaire.

 

    Une photographie diffusée par la page facebook Auxonne live  à propos de la « Journée Nationale d'hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives » témoigne de cette nécessité

https://www.facebook.com/auxonnelive/?epa=SEARCH_BOX

    À propos d’écharpe, connaissez-vous la différence entre un maire et un sénateur ?

     Le sénateur est plus vieux ?

     Chez nous peut-être, mais pas toujours !

     Cette différence, la voilà ! Ils portent tous deux l’écharpe sur l’épaule droite et traversant le torse en diagonale vers le bas et vers la gauche ; mais pour le maire le bleu est près du col, alors que pour le sénateur, c’est le rouge ! Idem pour le député d’ailleurs !

     Les codes de la République, c’est toute une affaire !

     Félicitations en passant à Monsieur Patriat qui a gardé son écharpe !

     C’est la Vème République qui a généralisé le port de l’écharpe en diagonale, les ténors de la IIIème la portaient, eux, nouée à la ceinture.

    Nous évoquions le fait dans un article très anecdotique à propos d’écharpe

CHARMOY-CITY : AU BOUT DU CHEMIN, L’ÉCHARPE ! - du 25 février  2020

    S’il taquine parfois sans pitié le sénateur chevronné expert en chevrotine,

CHARMOY-CITY : CHASSE EN FORÊT DES CROCHÈRES POUR  LE « COMTE DE CHAMBORD » ?  - du 20 août  2020

   Claudi peut néanmoins se laisser émouvoir par la gaucherie juvénile de certain(e)s élu(e)s

FLASH DERNIÈRE

    À propos d’écharpe, la miss potentielle qui voudrait sans doute décrocher la sienne, n’arrête pas d’aller et venir sur les organes d’information municipaux facebook Ville d’Auxonne et Auxonne live.

    Vraiment quel métier ! Tout ça pour décrocher une écharpe ! Ce qu’il faut endurer pour se faire élire !

    Espérons que pour elle, les voix comme les feuilles mortes se ramasseront à la pelle !

Echarpe à droite ou écharpe à gauche.jpg

Echarpe à droite ou écharpe à gauche.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 30 septembre 2020  (J+4305 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : ÉCHOS DU DERNIER MARCHÉ DU DIMANCHE SUR UN AIR DE BÉCAUD - du 21 septembre 2020 (J+4296 après le vote négatif fondateur)

   Votre serviteur était présent au marché ce dimanche. Il a vu bien des choses et bien des gens, il a même vu de vrais perroquets de toutes les couleurs, de provenance locale sans doute.

     Secret d’alcôve, il a encore fait l’emplette d’un matelas bambou, le sien commençant à devenir mou.

   Afin de ne pas trop vous ennuyer, il a décidé de parodier une célèbre chanson d’un grand oublié : Gilbert Bécaud.

https://www.youtube.com/watch?v=ZLt_LT-TYTo

   Les plus courageux pourront tenter de reprendre les paroles qui suivent en karaoké derrière Gilbert Bécaud

 

   Les perroquets et leurs couleurs ont  bien inspiré Claudi qui a trouvé au prisme de ces brillants volatiles   une idée directrice pour son illustration du jour.

 

Charmoy-city, ça jasait dimanche chez les perroquets du marché.jpg

Charmoy-city, ça jasait dimanche chez les perroquets du marché.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 21 septembre 2020  (J+4296 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
21 août 2020 5 21 /08 /août /2020 06:00

CHARMOY-CITY : «NOUS N’IRONS PLUS AU BOIS»  - du 21 août  2020 (J+4265 après le vote négatif fondateur)

    La forêt des Crochères, sa flore, sa faune, et toute la fine fleur de  son petit monde, à pied, à cheval et en voiture ne quitte décidément pas le hit-parade de  notre actualité.

      Hier déjà, à propos de Sénat et de sénateur

CHARMOY-CITY : CHASSE EN FORÊT DES CROCHÈRES POUR  LE « COMTE DE CHAMBORD » ?  - du 20 août  2020

     Et aujourd’hui encore, depuis qu’hier, la voix inspirée des hautes futaies nous a quittés…

     Chacun(e) aura pu, en effet, le remarquer : un grand trou s’est ouvert dans le paysage médiatique charmoysien !

       Car depuis hier matin, l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats a disparu de façon inexplicable des écrans, au grand dam des vrais amateurs.

    Accident de drone, chute inopinée dans le bac de nettoyage de pinceaux des Services Techniques après une dernière visite à la pinacothèque des Anciens Abattoirs ?

   Le mystère reste entier jusqu’à présent et les likers de service s’affolent, qui n’ont plus rien à liker sur cette page dynamique de qualité !

   Disparu le petit bijou, qu’en sirotant leur café matinal, dégustaient nos enthousiastes clients du « changement c’est maintenant » !

    Notre rédaction ne pouvait rester indifférente à la disparition inopinée d’un joyau de notre faune médiatique sylvicole, signe avant-coureur du naufrage de la planète !

    Les mares des Crochères sont à sec, la canicule a tout évaporé, et l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats évaporée itou, comme les dinosaures il y a 66 millions d’années !

    Quelle météorite dynamique, quel volcan en éruption obscurcissant de ses projections le firmament aura bien pu être  la cause de cette extinction subite qui vient de causer la stupeur des enthousiastes clients du « changement c’est maintenant » !

    En attendant, voilà tout un lectorat branché  privé de son pain intellectuel quotidien à liker en ingurgitant la dernière lampée du café matinal.

       Dans la campagne charmoysienne dynamisée, un cri unanime s’élève et monte vers le ciel d’été soudain obscurci par cette disparition inopinée : « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ! ».

     Notre Marquis, du coup, en est tout contrit ! Faut-il voir dans cette regrettable éclipse, un prélude à la fin d’un grand rêve pharaonique collectif ?

CHARMOY-CITY VU PAR LE MARQUIS : « IMMENSES CHANTIERS » ET « RESPONSABILITÉS ÉNORMES » - du 6 juillet 2020

     André Malraux, s’il était encore parmi nous, aurait sans doute  tiré de la triste nouvelle, une dynamique resucée de son œuvre Les chênes qu’on abat, transposée de Colombey, à  La Feuillée.

    

     Jusqu’à preuve du contraire, nous n’irons donc plus au bois, nous n’irons plus à la glandée sous les frondaisons du grand chêne médiatique de La Feuillée, lire les pages inspirées aux fragrances boisées de l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats.

     Arlette et Gaston le déplorent, tout comme leur vieux tonton déplora, en son temps, la disparition de La Famille Duraton, son incontournable feuilleton.

      Mais le« changement c’est maintenant »  s’est mis en marche et tant pis pour les bougons !

     Et puis, surtout, il nous reste encore l’ « Égout » !

CHARMOY-CITY : L’ «ÉGOUT DE LA PLACE DRAME » BIENTÔT ASSAINI ? - du 13 août 2020

Charmoy-City, fin de l'idylle forestière dynamique.jpg

Charmoy-City, fin de l'idylle forestière dynamique.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 21 août 2020 (J+4265 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres