Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 08:00

CHARMOY-CITY : SAINT-CHRISTOPHE À LA MOISSON - du 1er juillet 2020 (J+4214 après le vote négatif fondateur)

    L’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats.ne cherche plus le trou dans la chaussée ou la bordure de route mal fauchée, elle est entrée en bienveillance et vous incite à la prudence !

     Aujourd’hui, elle nous chante son petit couplet « Saint-Christophe à la moisson » que nous relayons ne varietur sans corrections :

« Vous l'avez remarqué, la moisson a débutée à Auxonne, alors soyons prudents sur les routes ! Tracteurs, remorques, moisonneuses ... sont sur les routes, entre 25 km/h et 40 km/h max

Pensez à ralentir et faciliter leur passage. Ces engins agricoles sont longs, larges et lents

 Prudence et respect mutuel ! La vie est précieuse et les routes dangereuses »

    Après la grande moisson de voix, après le fauchage de Fauchey et de sa fusion, c’est plus l’moment d’faire les cons mon colon ! Auxonne Info - Actus & Débats, des engins dynamiques a « facilité le passage », c’est clair !

      Alors maintenant  « Prudence et respect mutuel ! »

     Devant ce monument de bienveillance, Chantecler dépose une gerbe que Claudi a ressorti de ses cartons. Une gerbe du temps où les moissonneurs avaient les mains calleuses, une gerbe du temps des glaneuses !

      À lire et à relire !

LES BLÉS D’OR (2) - du 26 JUIN 2015

 

Une gerbe pour le nouveau Saint-Christophe.jpg

Une gerbe pour le nouveau Saint-Christophe.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er juillet 2020 (J+4214 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Hommage

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage
22 février 2020 6 22 /02 /février /2020 06:00

HOMMAGE CHARMOYSIEN À MICHEL CHARASSE, UN MAIRE SUPER ET SANS HYPER - du 22 Février  2020 (J+4084 après le vote négatif fondateur)

    Une sourde rumeur nous apprend que l’on reproche à Chantecler de sortir des sentiers battus de son plat du jour habituel (tacos de Raoul à la sauce Charmoy) pour venir tracasser les listes en lice.

     Ce n’est sans doute qu’une impression car dès hier nous démontrions le contraire, ainsi que notre talent culinaire confirmé dans l’art d’accommoder les restes et de rattraper les sauces recuites ! Un vrai gargotier  qui sert du réchauffé ce Chantecler ! Attention ! Du réchauffé qui peut parfois vous donner le frisson !

    À l’heure où dans des réunions cordiales autant que constructives (« Embrassons-nous-Folleville ! ») on peaufine le look de notre artère principale, cette mule du Pape de Chantecler ramène inopportunément les vieilles querelles charmoysiennes !

CHARMOY-CITY : UN HYPER POUR REVITALISER LA RUE THIERS !- du 21 février  2020

     J’étais bien triste hier quand j’ai appris qu’un maire super et sans hyper nous avait faussé compagnie pour quitter notre planète. L’ancien maire auvergnat de Puy Guillaume pendant 33 ans Michel Charasse était un fort caractère, laïcard sans doute à outrance, et pas toujours dans la nuance, mais un sacré bonhomme, pas du genre à tergiverser et à vous regarder les yeux baissés !

       En matière d’hyper, il aura aussi apporté sa pierre à la légende. Un article du Canard enchaîné  de février 2013 vient en témoigner. Nous le diffusons aujourd’hui en guise d’éloge funèbre par procuration à Michel Charasse.

Citer clairement n’est pas plagier et s’inspirer n’est pas copier. Pour faire une juste mesure, Claudi a adapté pour vous le dessin du regretté Cabu illustrant l’article du Canard.

    Mais avant,  savourons quelques échantillons du dialogue passé municipalité-commerçants, du temps où on ne se congratulait pas encore dans des réunions-croupion à répétition sous de vénérables charpentes :

Tiré de Inf’Auxonne n° 31 de janvier 2011 (page 2), il y a 9 ans ! :

   « Reste un chantier important à mettre en œuvre […] : une politique concertée de revitalisation [du] centre-ville, dans une collaboration étroite avec les habitants et les commerçants. »

    « Malheureusement, jusqu’à présent nos appels n’ont pas reçu l’écho qu’ils méritaient. En effet, les représentants du commerce auxonnais, obnubilés par la lutte contre l’implantation d’une troisième grande surface se sont fourvoyés dans une alliance contre nature avec les grandes surfaces locales. Se mêlant ainsi d’un combat qui de toute évidence ne les concernaient [sic] pas, en scellant cette alliance de la carpe et du lapin, ils ont fait perdre de vue à leurs mandants les questions essentielles, à savoir :

-  que faire pour rendre le centre-ville attractif ?

- quelles réformes entreprendre pour attirer le chaland et répondre aux besoins de la clientèle ?

- comment tirer parti d’un tourisme qui va se développer ?

En ce début 2011, notre équipe formule le vœu que la raison reprenne enfin ses droits, et qu’une interaction efficace se mette en place pour défendre réellement les intérêts du commerce auxonnais ».

 

Tiré d’Inf’Auxonne n° 50 d’octobre 2015

 

 « Nous avons un projet pour le centre-ville. Il revient aux commerçants de s’engager réellement dans cette démarche. Il est facile de pleurer. Nous souffrons de nombreuses fermetures. Elles ne sont pas dues à une arrivée de grande surface. Elle n’est pas ouverte. Demain, l’excuse sera facile ».  (Inf’Auxonne n° 50 d’octobre 2015)

 

 

Tiré  de l’Édito de l’Agenda AUXONNE 2016 :     

     « Je vais, comme il se doit, remercier nos annonceurs. Grâce à eux, vous avez une nouvelle fois cet agenda entre les mains. Ils font un effort financier. Sachez les en remercier en prenant le temps de pousser la porte de ces commerces. Vous ne sortirez pas sans vous être allégé de quelques billets Vous contribuerez ainsi au dynamisme de la ville. Sans grand discours, vous aurez développé l’économie locale. Vos billets s’ajouteront à beaucoup d’autres et permettront à nos commerçants de vivre ».

 

 

IMPROMPTU

     Après Alain Proviste, un cinquième candidat entre en lice, un vrai dur dont la vidéo dernier cri  vous laissera coi !

     Coi ? QUOI ? De quoi?! Y'a pas de pourquoi !!

https://www.youtube.com/watch?v=cZpNxLs4Xpg

 

Petit glossaire pour les néophytes :

Nervi : homme de main

Faire des magnes : faire des manières

Tournante : Type de belote : belote tournante

Bataillons d’Afrique : unités jadis réservées aux durs et aux délinquants qui y subissaient des sévices en tous genres ( ces bat’d’af’ étaient encore appelés biribi)

Charmoy-City, prélude inspiré pour la revitalisation d'un centre-bourg.jpg

Charmoy-City, prélude inspiré pour la revitalisation d'un centre-bourg.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 février 2020 (J+4084 après le vote négatif fondateur)

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 08:56

CHARMOY-CITY : CHRYSANTHÈMES (réédition) - du 16 novembre 2019 (J+3986 après le vote négatif fondateur)

    Le 02 novembre 2014, nous publiions pour la première fois cet article, en réédition à inchangée aujourd’hui (à part la dédicace qui n’est plus d’actualité et le lien de fin d’article)

     Motif de cette réédition fleurie ?

     Faire une fleur au rédacteur mystère de la  page facebook Auxonne Info - Actus & Débats qui nous conduit aujourd’hui dans un cimetière vu par des yeux décidément très critiques.

      Le lieu est mélancolique certes, mais pas aussi désespérant qu’il nous le suggère, nous le voyons avec d’autres yeux…

 

CHRYSANTHÈMES (article original du 02 novembre 2014)

CHRYSANTHÈMES - du 02 NOVEMBRE 2014

     Chrysanthème, étymologiquement : fleur d’or.

     LURE, patrie du Sapeur Camember et du Savant Cosinus était déjà connue pour ses belles affiches jaune-fluo, elle le sera sans doute bientôt pour les chrysanthèmes jaune d’or de son Brico Jardi Leclerc.

      En effet « La Sarl Lure Brico a reçu, le 11 janvier 2013, l'accord de la CDAC de Haute-Saône pour la création d'un Brico Jardi Leclerc à Lure. Ce point de vente aura une surface de 7500m2, dont 2285m2 extérieurs. Ces derniers seront dédiés à une pépinière et une cour des matériaux. Le magasin sera situé : rue de l'Entreprise, Zone Industrielle aux Cloyes, à Lure ».

( Source : « Rayons-brico-jardin.com»).

     Vendredi dernier, je suis allé fleurir mes tombes, l’air était printanier, j’ai garé mon vélo sur le parking du cimetière, dans le champ d’en face, le nouveau gardien du cimetière arrachait ses pommes de terre, on s’affairait derrière l’arracheuse. Il est toujours émouvant de voir des hommes récolter les fruits de la terre, j’ai repensé au 15 septembre 2012 et à l’arrachage des patates à Champagnole

DU MILLET POUR LES PETITS OISEAUX - du 17 septembre 2012

     La terre, où nous finissons tous,  dispense ainsi ses bienfaits : des pommes de terre pour les vivants, des chrysanthèmes pour les disparus. J’ai retrouvé mon vieux copain Yves au beau milieu de ses chrysanthèmes ; rassurez-vous il était bien vivant ; choisissant mes pots, j’ai échangé avec lui quelques mots ! C’est qu’il était bien occupé, notre horticulteur ! Quand je suis sorti du cimetière, je me suis d’abord réjoui à l’idée que, pour le moment,  je pouvais encore en sortir après y être entré. Sur le parking, avec mon vélo,  j’ai retrouvé Yves qui discutait avec un vieux cousin de la tradition qui se perdait … les jeunes, tout ça, ça ne les intéressait plus guère. Eh oui ! Tout change !

    À l’horizon deux mille …vingt, trente (?), quand ils auront eux aussi un  Brico Jardi Leclerc les Auxonnais(e)s ne connaîtront plus cet heureux temps. Les chrysanthèmes, pour peu que la tradition en persiste, seront peut-être moins chers, mais le plaisir de discuter à la bonne franquette avec un vieux copain du terroir travailleur indépendant aura sans doute disparu.

     En illustration, Claudi nous a dégotté une vieille photo du temps de la fameuse consultation « participatatative » de juin 2010 et des belles affiches jaune-fluo de LURE. De quoi se retourner dans sa tombe !

 

IMPRESSIONS DE LA CONSULTATION 2010 - du 14 février 2013

CHarmoy-City, afficher jusqu'au cimetière

CHarmoy-City, afficher jusqu'au cimetière

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 novembre 2019 (J+3986 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Hommage

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage
14 novembre 2019 4 14 /11 /novembre /2019 09:21

CHARMOY-CITY : FLEURS LIVRÉES EN 4 HEURES (réédition) - du 14 novembre 2019 (J+3984 après le vote négatif fondateur)

    Le 13 juin 2018, nous publiions pour la première fois cet article en réédition inchangée aujourd’hui.

     Motif de cette réédition fleurie post-chrysanthèmes ?

     Faire une fleur au rédacteur mystère de la  page facebook Auxonne Info - Actus & Débats qui comparait il y a peu notre premier édile à Léon Blum.

    Comparer Raoul Langlois à Léon Blum, moustache à part, c’est vraiment lui faire une fleur !!!

    Notre rédacteur, à l’évidence très fleur bleue, publiait il y a 4 heures un post versant  une nostalgique larme sur le concours des maisons fleuries. C’est le bouquet !

      Nous espérons que cet envoi via Interflora le réjouira !

 

CHARMOY-CITY : FLEURS LIVRÉES EN 4 HEURES (article original du 13 juin 2018

 

CHARMOY-CITY : FLEURS LIVRÉES EN 4 HEURES - du 13 juin 2018

     Il y a une dizaine de jours, nous publiions un article déplorant l’absence de fleurissement des deux ronds-points trônant aux deux entrées de la rue du 8ème Chasseurs.

CHARMOY-CITY : QUE SONT DEVENUES LES FLEURS ? - du 04 juin 2018

    Miracle, télépathie ou coïncidence, une floraison de corolles venait le jour-même pallier instantanément cette carence florale, d’abord pour Arthur, l’ex-faucheur reconverti au tarare, puis dans la foulée pour Martin, le pêcheur !

     Et pourtant avec les orages de ces temps derniers, Dieu que le terrain était collant ! Il fallait vraiment avoir envie de faire des repiquages !

    Nous nous devions donc de signaler le fait à double-titre.

    Pour saluer le travail des horticulteurs d’abord, dont la météo ne facilite pas la tâche, et dont le vaillant labeur prolonge Floréal en Prairial !

FLORÉAL EST VRAIMENT FORMIDABLE À CHARMOY-CITY - du 07 mai 2018

    Et ensuite pour rendre hommage à Arthur et Martin, ces braves travailleurs du tarare et de la gaule qui ont bien mérité de la Patrie des ronds-points qu’est devenue notre douce France !

    En bon travailleur du clavier, nous peaufinions donc le présent article (initialement prévu pour le 6) lorsque le disque dur de notre ordinateur nous lâcha, nous obligeant à différer la livraison de nos fleurs de rhétorique…

CHARMOY-CITY : LE COQ ET LA PENDULE - du 08 juin 2018

    Aujourd’hui, enfin de bonnes nouvelles !

    Comme le titre Le Bien Public du jour « Auxonne inondations : la pompe est arrivée ».  Et comme tout arrive à point pour qui sait attendre, notre outil de travail revenu du dépannage a retrouvé sa forme. Le disque dur tout neuf tourne rond !

   Au risque de tourner en rond, nous reprenons donc le cours de notre chronique autour des ronds-points.

    D’aucuns prétendent que l’Élysée aurait en chantier dans ses cartons un plan « Ronds-points en marche ! ».

    Le corollaire de ce plan, imposé par le Ministre de l’Environnement, serait l’interdiction immédiate des néo-nicotinoïdes et du glyphosate sur les ronds-points labellisés « Ronds-points en marche ». Il s’agirait de faire, de ces lieux de créativité reconnus du génie de la France profonde, une vitrine nationale de la nature préservée, et de la biodiversité retrouvée. Voilà une affaire qui tourne !

      À la bonne heure ! Et comme en France tout finit par des chansons, nous dédions celle-ci à Martin le pêcheur…et sa barque !

https://www.youtube.com/watch?v=jq3KWKhjrUo

   « Sur la rivière qui fuit, les guitares jouent doucement, les barques glissent sans bruit sous un pont de lianes d’argent. Barques chargées de fleurs mirant leurs couleurs dans le bleu des eaux… ». Quelles magnifiques paroles. On est en plein dedans !

    Et dire que dans les années 50, en affreux garnements de la communale que nous étions, nous caricaturions cette chanson en chantant : « Dans la baignoire qui fuit, ma grand-mère apprend à nager, et mon grand-père qui la suit, n’arrive pas à la rattraper ! ».

      La France en reconstruction, qui n’était pas encore en marche, et qui ne tournait pas encore autour de myriades de ronds-points kitch, avait alors de l’avenir !

     Foin de regrets ! Claudi, ce vieux garnement, a revu pour vous aujourd’hui la partie de pêche.

     Non ! Pas la pêche aux subventions d’après Renoir !

 

CHARMOY-CITY, LA REVITALISATION « AU FIL DE L’EAU » (2) - du 30 mai 2018

       Tout simplement la partie de pêche de Martin le pêcheur…au fil de la circulation routière…Jusqu’à présent ça ne mordait guère…

Charmoy-City, une fleur pour Martin le pêcheur (bis)

Charmoy-City, une fleur pour Martin le pêcheur (bis)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 novembre 2019 (J+3984 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Hommage

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage
23 septembre 2019 1 23 /09 /septembre /2019 00:01

CHARMOY-CITY : UN DERNIER SALUT AU LIEUTENANT BONAPARTE - du 23 SEPTEMBRE  2019 (J+3932 après le vote négatif fondateur)

    Nous avons eu le plaisir de prendre part aux célébrations locales du 250ème anniversaire de la naissance de Napoléon Bonaparte ( le 15 août 1769) et nous en félicitons les acteurs : archivistes, conférencier, musiciens.

    Tous nous ont démontré que la personnalité de Bonaparte est richement inspirante et toujours à ressusciter et que chacun(e) peut y pourvoir avec son talent et ses moyens propres, l’éventail de la geste napoléonienne étant immense, de la misère à la gloire.

     Nous avons apporté notre modeste part, notre écot bonapartien, dans nos trois derniers articles.

CHARMOY-CITY : DES AIGLES QUI POURRAIENT FAIRE LA DIFFÉRENCE - du 21 SEPTEMBRE  2019

     Certes une statue honore en permanence sur notre place la mémoire du Corse de génie. Mais une statue de bronze est un objet statique et solennel et il faut tout le talent d’un Pouchkine, pour lui donner vie dans les mots d’un poème.

     Comme il est plus facile à un être de chair d’offrir un hommage vivant, fût-il modeste. Ces derniers jours nous l’ont démontré, même si nos élus locaux ne s’y sont pas toujours bousculés. Mais après tout,  un élu local est-il vraiment un être de chair ?

    Homme de chair et de plume, comme notre coq fétiche Chantecler, nous avons déjà pas mal fréquenté l’histoire de Bonaparte, certains diront, avec une moue, dans un but polémique.       

      Mais Polemos, la guerre, n’est-ce pas la grande affaire de Bonaparte, le fruit de ses lectures et de son génie propre.

     En proposant une histoire de la jeunesse de Bonaparte, respectueuse des sources, mais revue au prisme des préoccupations locales du jour, nous ne pensons pas avoir offensé sa mémoire.

    Aussi, avant que l’écho des manifestations des derniers jours retombe au profit de préoccupations plus immédiates, proposons-nous aux curieux une rediffusion de notre petit feuilleton. Les amateurs sauront bien y  trouver, parmi les vilains chardons de la satire quelques beaux épis d’histoire locale.

ALBUM BONAPARTE À AUXONNE ou le Promeneur Solitaire Corse

   Claudi a repris pour aujourd’hui la couverture de son album : c’est la faute à Rousseau !

 

Bonaparte et Rousseau, deux promeneurs solitaires

Bonaparte et Rousseau, deux promeneurs solitaires

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 23 septembre 2019 (J+3923 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Hommage

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 08:57

CHARMOY-CITY,  « LABEL » EN ANGLAIS POUR LES PASSIONNÉS DE LANGLOIS ! - du 1er FÉVRIER 2018 (J+3333 après le vote négatif fondateur)

      Sur la page facebook du site de la majorité municipale charmoysienne « Auxonne Passionnement 21 » s’affichait, il y a quelques jours, ce « label » en anglais :

« Auxonne Passionnement reached 50 likes ! »

     Ce satisfecit « téléphoné » automatiquement par l’administration de facebook, signifiait que nos passionnés avaient atteint 50 likes. Bonnes recrues donc, que ces passionnés, pour la boutique de Zuckerberg !

      Suivaient les remerciements :

« Thanks for being a part of the Auxonne Passionnement 21 community ! Share this Page with friends to help more people learn about it »

( Merci d'avoir fait partie de la communauté auxonne passionnement 21 ! Partagez cette page avec vos amis pour aider plus de gens à en apprendre plus)

     Quel bel objectif en effet que d’« aider plus de gens à en apprendre plus ». Jugez-en ! Sans la communication de nos passionnés, la relève du CMJ serait restée confidentielle !!

CMJ DE CHARMOY-CITY : DES « PETITS PROTÉGÉS », SOUS LA HOULETTE,  PASSIONNÉMENT - du 24 janvier 2018

   Et puis ce n’est pas Info’tweet N° 59  toujours pas diffusé, avec ses tribunes libres rétrécies au lavage, qui risque d’« aider plus de gens à en apprendre plus » !

CHARMOY-CITY : LA CITÉ AUX 330 CARACTÈRES - du 12 janvier 2018

      « Aider plus de gens à en apprendre plus », tel est aussi notre objectif, selon d’autres modalités sans doute.

   N’avons-nous pas à plusieurs reprises contribué à faire découvrir la page facebook en question. Et son avatar délicieux, si judicieusement tiré des collections d’un musée, depuis plus d’un lustre, fermé.

CHARMOY-CITY : AVATAR(S) POUR UN MUSÉE (1)  - du 09 octobre 2017

      Tout compte fait, en réfléchissant, il se pourrait bien, après tout,  que l’attribution du « label » « Auxonne Passionnement reached 50 likes ! » ne soit pas totalement étrangère à la large diffusion de nos articles se rapportant à cette page facebook !

     Alors, compte-tenu de cette promotion gratuite, nous espérons bien un renvoi d’ascenseur ! Après tout, ce serait la moindre des choses !

      À propos, au moment où nous publions cet article, toujours pas de nouvelles du nouveau CMJ tant dans la presse que sur le site officiel de la Ville.

   Pour avoir de l’info sur le sujet, passage obligé par le facebook des passionnés qui ramasse ainsi au passage des likes de parents, à vrai dire surtout passionnés par leurs enfants. Bien naturel !

      Peut-être aura-t-on des nouvelles des jeunes élus  dans Info’tweet N° 59 ? Sa parution retardée serait alors expliquée par la volonté de prendre en compte l’évènement !

Waite and see !

      En attendant, un petit coup d’œil sur le CMJ d’Evron, ses initiatives, et les « petits protégés » de Sandrine.

http://galgosespoir.over-blog.fr/article-conseil-municipal-des-jeunes-ville-d-evron-66760950.html

     Certains lecteurs préféreront peut-être les « petits protégés » de Simone qui témoigne à leur propos : « des jeunes qui donnent des conseils aux adultes. Ce n’est pas courant ». Iraient-ils jusqu’à donner des conseils au premier édile ?

https://www.ladepeche.fr/article/2011/03/26/1044291-castanet-tolosan-conseil-municipal-jeunes-passe-action.html

 

FLASH DERNIÈRE

     Après l’annonce, hier, de l’installation effective de deux médecins à Villers-les-Pots sous le titre « POLITIQUE LOCALE Deux médecins se sont installés à Villers-les-Pots » Le Bien Public rectifie aujourd’hui « VILLERS-LES-POTS –RECTIFICATIF Les médecins pas encore en poste ». Comme quoi, les diagnostics hâtifs des plumitifs, peuvent être sujets à caution ! Portez-vous bien !

ALBUM REVITALOLOGIE À CHARMOY-CITY

Charmoy-City, Le CMJ se met à l'anglais chez Langlois

Charmoy-City, Le CMJ se met à l'anglais chez Langlois

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er février 2018  (J+3333 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Hommage

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 07:15

CE QUE TCHEKHOV ÉCRIVIT À NICE N’A PAS VIEILLI - du 18 JUILLET 2016 (J+2770 après le vote négatif fondateur)

Chacun(e) s’interroge aujourd’hui sur le terrible évènement du 14 juillet dernier à Nice. L’écrivain russe Anton Tchekhov (1860-1904) séjourna à plusieurs reprises à Nice, en raison notamment de la tuberculose dont il était atteint, et qui devait l’emporter. Au-delà des propos attrape-tout dont l’actualité présente est riche, cet écrivain-médecin, grand clinicien de l’âme humaine, pourrait peut-être aider notre réflexion sur les racines profondes du mal qui travaille nos sociétés.

En septembre 1897, crachant le sang, il arriva à la Pension russe de Nice pour y passer l’hiver. Il y écrivit en particulier une courte nouvelle « Le Pétchénègue », c’est-à-dire, le barbare. Les thèmes évoqués dans cette nouvelle – que nous venons de découvrir – nous semblent entrer en résonance avec une certaine barbarie de notre présent. Au-delà des slogans en prêt-à-porter et des indignations de circonstance, nous proposons donc à nos fidèles lecteurs/trices de la découvrir.

Lire le Pétchénègue de Tchekhov après Nice

Lire le Pétchénègue de Tchekhov après Nice

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 juillet 2016 (J+2770 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Hommage

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 08:35

DU QUARTIER BONAPARTE AUX INVALIDES - du 20 AVRIL 2016 (J+2681 après le vote négatif fondateur)

Dans un parcours tragique, le destin des trois soldats du 511 tués au Mali semblerait presque avoir cheminé dans les pas du petit Corse. Instruits comme lui à Auxonne, ils sont revenus, comme lui, d’Afrique pour un hommage funèbre national aux Invalides.

Leur parcours fut beaucoup plus discret et plus bref que celui de l’Empereur, arrivé à Auxonne en 1788, et dont le retour des cendres attendit 1840. Pour nos trois soldats, l’hommage aura lieu aujourd’hui. Pour eux, pas de cénotaphe de porphyre, leur gloire sera brève, mais dans sa modestie même elle nous est tellement plus proche !

À ces jeunes braves et en dernière pensée, plus légère qu’une plaque de marbre, nous dédions la complainte imaginaire de Bonaparte.

Complainte de Bonaparte pour trois gars de son quartier

Complainte de Bonaparte pour trois gars de son quartier

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 avril 2016 (J+2681 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Hommage

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 08:52

RASSEMBLER SANS CONFONDRE - du 18 AVRIL 2016 (J+2679 après le vote négatif fondateur)

Devant la perte qui vient de frapper notre régiment, il serait difficile de rester indifférent, aussi ai-je tenté d’infléchir le cours habituel de mon blog pour m’essayer à un hommage. Je suis bien conscient de la difficulté de l’exercice. Un tel exercice, lorsqu’il s’écarte des schémas protocolaires ou convenus, est périlleux, particulièrement dans un blog dont la destination originelle est tout autre que de rendre des hommages ! Notre outil, avouons-le, est rien moins qu’adapté à cette tâche, et nous ne sommes pas du genre à nous peindre en tricolore, persévérons quand même !

Les manifestations d’hier, dimanche 17 ont rassemblé beaucoup de monde à l’église, sur la Place d’Armes ou au square du Souvenir français. Le nombre et la tenue des assistants divers suffiraient à eux seuls à témoigner de l’ampleur de l’hommage. À cela je pense qu’il est inutile de rien ajouter. Il n’y a pas eu de longs discours et ce n’était pas plus mal. Hormis quelques photographies, la presse locale papier ne vous donnera guère plus de détails sur ces émouvantes cérémonies. En particulier rien de la messe à laquelle assistait une foule nombreuse. Dans cette foule, des uniformes, dans le chœur des drapeaux et devant l’autel, les portraits des trois soldats morts en opérations.

J’ai admiré le talent du Curé d’Auxonne dans la belle construction de son homélie qui tout en rappelant sans concession les objectifs premiers de sa pastorale du jour, accueillait cordialement et avec chaleur une assistance variée qu’appelaient, en un lieu de culte et en un moment d’exception, des motivations et des convictions nécessairement diverses. La qualité et la rigueur de cette homélie, et de toute la cérémonie, resteront comme un sobre et bel hommage aux militaires disparus.

Un détail cocasse, cependant, et navrant aussi dans ce digne et beau tableau, un détail que ne peut vous épargner notre blog « poil à gratter ». Tel un Suisse muni de sa hallebarde, un paparazzi mitrailleur sillonnait allées et contre-allées, électron libre mû sans doute par l’agitation médiatique…Claudi, qui a beaucoup d’imagination, me rapporte qu’il l’aurait entendu murmurer, près du second pilier à droite du côté de la sacristie : « rien n’arrête l’ancien enfant de chœur des années 50 que je suis »…Pour immortaliser l’anecdote en image, Claudi s’est creusé la cervelle, et il a fini par avoir un flash !

Au fait, comme par hasard, le compteur a passé hier les 5000. Pauvres pioupious !

VOUS ME FEREZ 5000 TOURS DE COMPTEUR ! - du 14 MARS 2016

La cathédrale aux mille clichés

La cathédrale aux mille clichés

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 avril 2016 (J+2679 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Hommage

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 06:51

BONAPARTE, D’EYLAU À OSTERODE - du 16 AVRIL 2016 (J+2677après le vote négatif fondateur)

Une lectrice nous a interrogé sur ce dernier vers de « La complainte de Bonaparte » rapportée par Claudi : « Je ne peux même pas pleurer » le trouvant assez peu crédible.

Peut-on imaginer Napoléon Bonaparte, ce chef de guerre, cet « ogre » dévoreur de conscrits, ému par la souffrance et le sacrifice des soldats tués ou blessés au combat ? Telle est la question.

Certes, après deux siècles, les sensibilités ont changé. On peut même prétendre que la perte qui nous émeut aujourd’hui n’aurait peut-être pas ému Napoléon Bonaparte. L’associer au deuil actuel est sans doute totalement farfelu. Mais quand même, c’était les gars de son quartier, ils ont parcouru les mêmes couloirs et grimpé les mêmes escaliers qu’empruntait jadis le petit Corse quand il avait leur âge.

En modeste hommage aux militaires du 511ème régiment du Train d’Auxonne tués ou blessés au Mali le 12 avril dernier, nous voudrions tenter de montrer que l’Empereur n’était pas insensible à la perte et aux souffrances de ses soldats et qu’à travers le temps on peut imaginer qu’il aurait pu compatir au drame des tringlots d’aujourd’hui.

Le problème est que chez Napoléon tout est grand, de cela il résulte que la preuve que nous emprunterons à l’histoire et aux historiens sera nécessairement démesurée. Il faut nous en excuser. Mais la preuve existe. Cette preuve, les historiens l’ont trouvée en particulier dans les documents et les témoignages relatifs à bataille d’Eylau (Preussich Eylau) des 7 et 8 février 1807 et à ses suites.

Avant d’exhiber ces preuves, situons d’abord le théâtre de l’action. C’est la Prusse orientale, région actuellement partagée entre la Pologne et la Russie, dans l’arrière-pays du Golfe de Gdansk. Au centre de cet arrière-pays, à une centaine de kilomètres de la Baltique, Ostroda, ville polonaise. C’est alors la ville prussienne d’OSTERODE dont tous les tringlots connaissent le nom, car c’est là, le 26 mars 1807, que Napoléon signe le décret de création du train des équipages, dont l’actuelle Arme du Train est l’héritière.

A une centaine de kilomètres au nord-est d’Osterode, juste derrière la frontière russo-polonaise actuelle, en direction de Königsberg (actuelle Kaliningrad) se trouve Eylau (actuellement Bagrationovsk du nom du Prince Bagration mort au combat en 1812 et salué par Napoléon en ces termes : « Il n’y a pas de bons généraux russes, à l’exception de Bagration ! »).

Un mois et demi avant le décret d’Osterode, une sanglante bataille s’est déroulée à Eylau entre la Grande Armée et l’armée russe venue en renfort de la Prusse vaincue pour entraver la marche des Français vers Königsberg. Les Français, bien qu’ayant remporté le combat, renonceront à marcher sur Königsberg refluant vers Osterode pour y prendre leurs quartiers d’hiver.

Des témoins oculaires, des historiens et des écrivains ont noté que la bataille d’Eylau avait terriblement éprouvé la Grande Armée et son chef. Visitant, au lendemain des combats, le champ de bataille couvert de neige rougie, l’Empereur en a été très impressionné. Il est vrai aussi, que sur le front des troupes, il ne pouvait laisser libre cours à son émotion. Le 9 février, lendemain de la bataille, remarquant « qu’un bataillon du 43ème régiment d’infanterie de ligne a attaché à son aigle des crêpes noirs en mémoire du colonel Lemarrois tué à la bataille de la veille, il s’écrie : « Je ne veux pas voir mes drapeaux en deuil, nous avons perdu bon nombre de nos amis et de nos braves compagnons mais ils sont morts au champ d’honneur, leur sort est à envier. Occupons-nous de les venger et non de les pleurer car les larmes ne conviennent qu’aux femmes » ».

Le même jour, l’Empereur écrit cependant à son épouse Joséphine : « Mon amie, il y a eu hier une grande bataille, la victoire m’est restée mais j’ai perdu bien du monde ; la perte de l’ennemi qui est plus considérable encore ne me console pas ». Il déclare le 12 février 1807 : « un père qui perd ses enfants ne goûte aucun charme à la victoire. Quand le cœur parle, la gloire même n’a plus d’illusion ».

Bonaparte pouvait donc se révéler un être sensible, bien que bridé par son rang et sa gloire. Pour parler comme Léon Bloy, qui sut si bien l’évoquer avec tant de force originale, il n’est donc pas impossible que « l’âme de Napoléon » se tourne aujourd’hui compatissante vers ses lieux de jeunesse.

Après Eylau, le printemps revenu, Bonaparte quitta Osterode le 1er avril pour repartir en campagne vers Friedland et Tilsit où il signa la paix avec le bel Alexandre vaincu. Pour peu de temps…

Sources bibliographiques :

Danielle et Bernard Quentin, La tragédie d’Eylau, 7 et 8 février 1807, Paris, 2006

Léon Bloy, L’âme de Napoléon, Paris, Gallimard, 1983

Jean Massin dir., Napoléon Bonaparte, l’œuvre et l’histoire, Paris, 1970

Au fait, le monde étant fait de contrastes, il arrive que dans notre blog, comme dans Shakespeare – modeste avec ça ! mais à Auxonne les modestes sont rares qui ne se bousculent pas en ce moment pour se faire tirer le portrait ! – la tragédie côtoie la farce.

BONAPARTE AU CABINET DES MÉDAILLES - du 12 MARS 2016

D'Eylau à Osterode

D'Eylau à Osterode

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 avril 2016 (J+2677 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Hommage

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Hommage