Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 11:40

ÉCHEC SCOLAIRE ET MISE EN SCÈNE - du 13 octobre 2020 (J+4318 après le vote négatif fondateur)

  

   Alors que les vacances d’automne approchent et que l’actualité locale marque le pas, revenons encore aujourd’hui à nos réflexions pédagogiques.

    Une longue carrière dans les rangs de l’Éducation nationale nous y incline naturellement. Cet article prolongera donc notre « pause pédagogique » du week-end dernier.

PAUSE PÉDAGOGIQUE À L’APPROCHE DES VACANCES - du 10 octobre 2020

    Cette « fibre » pédagogique n’est pas chez nous une nouveauté, nos fidèles lecteurs n’auront pas manqué de la remarquer et de la découvrir depuis longtemps au détour de l’un de nos articles ou de son illustration par Claudi.

     C’est que, bien que dépourvu de Palmes….Académiques, nous nous plongeons toujours avec plaisir dans ce grand fleuve pédagogique qui traversa le cours de notre vie et qui, comme celui que cite Héraclite, est l’objet de ces changements permanents qu’on appelle réformes…

     Petit échantillon d’articles pédagogiques déjà anciens.

ALLEZ ! ENCORE UN PETIT COUP DE POUCE ! - du 12 Septembre 2016

CHARMOY-CITY : COUP DE CŒUR À L’OMBRE DES ÉCOLIER(E)S EN FLEURS - du 03 février  2020

     À propos de « réformes », officielles ou rêvées, d’une « Institution » dans laquelle nous avons œuvré avec cœur, et sans concessions, pendant près de 40 ans, la découverte d’un article du Bien Public, mis en ligne dimanche dernier,  n’a pas manqué de titiller fortement notre « fibre » pédagogique !

    Sous la plume de Frédéric JOLY, le lecteur pourra ainsi découvrir que :

« La Dijonnaise Juliette Speranza, bientôt 35 ans, a enseigné pendant dix ans, avant de démissionner de l’Éducation nationale. Elle publie chez Albin Michel un essai « L’échec scolaire n’existe pas », qui rêve de renverser la table du système scolaire français. »

    Une démissionnaire très communicante qui  se voit poser cette question par le journaliste :

« Vous êtes aujourd’hui enseignante en classe prépa privée, vous formez les enseignants avant leur entrée dans un système que vous dénoncez dans un livre. N’est-ce pas un peu schizophrène ? »

     Et sans sourciller, y apporte cette réponse pour le moins décoiffante !

« J’essaie de leur apporter de la distance, de réveiller leur esprit critique, quitte à ne pas plaire à l’institution, et de leur donner les bons codes pour que cela se passe au mieux pour eux. Même si c’est vrai que pour moi, c’était trop de frustration et d’absurdité pour que je continue à être enseignante ».

      Sortir d’une « Institution », lieu de « frustration et d’absurdité »,  et néanmoins former ceux qui vont y entrer, voilà un grand écart, une conception du « en même temps » pour le moins très élargie, voire hyperbolique, sinon comique !

     À propos d’ « absurdité », maint lecteur de ces lignes aura pu avoir le sentiment vague de se trouver en plein théâtre de l’absurde….

     Serions-nous en présence d’un dilemme cornélien inspirateur d’un ouvrage dont l’auteur(e) s’affaire, par ailleurs, depuis quelques semaines à mettre en scène la parution.

  Sans omettre d’ailleurs, après tant de « frustration », de mettre en scène avantageusement, à travers une foule de médias, sa propre image, dans différentes versions très étudiées.

    Il est vrai que le monde du théâtre n’est pas étranger à notre réformatrice très éclectique.

    On se demande dès lors où placer justement le curseur entre révolution pédagogique « qui rêve de renverser la table du système scolaire français » et société du spectacle !

    Après tout, dans un monde où une essayiste ne craint pas de brocarder son ex-ministre de tutelle, un obscur professeur en retraite, qui n’a jamais démissionné, n’a vraiment plus aucune raison de se gêner !

     Dans un tel monde, selon le mot d'ordre de Max Stirner : "Rien n'est vrai, tout est permis !"   

     Claudi était fatigué et nous a conseillé de recycler en troisième édition une illustration qui fait un carton plein sur la toile !

   

 

L'échec scolaire n'existe pas, mais les fables pédagogiques existent 3 .jpg

L'échec scolaire n'existe pas, mais les fables pédagogiques existent 3 .jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 13 octobre 2020 (J+4318 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Pédagogie

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Pédagogie