Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 08:50

CHARMOY-CITY : LUCETTE AU PAYS DES SOVIETS - du 15 juin 2021 (J+4563 après le vote négatif fondateur)

    Le numéro 37 de L’Écho de la Place d’Armes vient de paraître et avec lui, l’incontournable Lucette cette fois « hors d’haleine et toute décoiffée ».

   Lucette aurait-elle échappé à un viol ? Il semble bien que non, son émoi semble avoir une toute autre cause

   Lucette goûtait en terrasse le printemps enfin retrouvé au seuil d’un été torride quand ses « copines Dynamiques » ont levé  pour elle un  coin du voile ! Alors, Le cauchemar a commencé !

    Nous laissons à nos lecteurs le soin d’aller découvrir eux-mêmes les révélations du numéro 37 de L’Écho de la Place d’Armes, ils y découvriront le cauchemar de Lucette transportée au Pays des Soviets !!

    

Le cauchemar de lucette au pays des soviets.jpg

Le cauchemar de lucette au pays des soviets.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15  juin 2021 (J+4563 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Libres propos

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Libres propos
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 00:49

CHARMOY-CITY : POUR PATIENTER UN PEU DANS LES QUEUES DE LA RUE ÉMILE GRUET (2)- du 16 février 2021 (J+4444 après le vote négatif fondateur)

    Nous voilà revenu dans les queues de la rue Émile Gruet.

CHARMOY-CITY : POUR PATIENTER UN PEU DANS LES QUEUES DE LA RUE ÉMILE GRUET (1)- du 13 février 2021

   Heureusement, il fait moins froid ! Et c’est presque un plaisir de rejoindre les rangs de la rue Émile Gruet.  

   La rue Émile Gruet et son petit groom aux fleurs, voilà le dernier forum local où les citoyens peuvent discuter à l’occcasion en attendant leur pain, leur canard ou leurs cigarettes.

    Quant à nos élus, les voilà cloîtrés en leurs séances, comme cardinaux en conclave. Au fait Gustave, t’oublieras pas de passer ton masque à l’autoclave !

    En ces temps tristounets,  les marques de sympathie sont toujours les bienvenues.

    C’est sans doute pour cette raison, que, sur le trottoir, comme le petit groom, en faction,  je n’ai jamais tant lu et relu les quelques mots gravés en lettre d’or sur la plaque de marbre apposée au numéro 87 de la rue Émile Gruet.

   Ces quelques mots les voici :

   

« EN CETTE MAISON EST DÉCÉDÉ

ÉMILE GRUET (1836-1907)

MAIRE D’AUXONNE

IL AIMA LES MALHEUREUX

COMME SES FRÈRES »

    

    Les mots de cette plaque, d’un ton presque évangélique, viennent nous rappeler notre humaine condition. Certes ils peuvent paraître un peu démodés en des temps où il semble qu’il soit obligatoire de positiver avec le clin d’œil et le sourire Colgate (sous le masque) à la clef.

    Nous verrons dans la suite que cette plaque, plus que centenaire, fut apposée, avec tant d’autres, pendant la Grande Guerre.

     À écouter les informations, il paraîtrait qu’à présent nous menions une autre guerre. Nous laissons à la réflexion de nos lecteurs le soin de faire le parallèle…

    À bientôt…Si tout va bien !

     

Charmoy-City, une plaque très lue en attendant son tour

Charmoy-City, une plaque très lue en attendant son tour

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 février 2021 (J+4444 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Libres propos

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Libres propos
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 13:31

CHARMOY-CITY : POUR PATIENTER UN PEU DANS LES QUEUES DE LA RUE ÉMILE GRUET (1)- du 13 février 2021 (J+4441 après le vote négatif fondateur)

      Nous commençons aujourd’hui une série, inspirée, comme le précédent album par une météo frisquette.

ALBUM « NAPOLÉON CHEZ LES LAPONS »

     Claudi nous conduit aujourd’hui en image, et à travers le temps et l’espace, de notre rue Émile Gruet  jusqu’à Moscou du temps de l’URSS (CCCP) ;

     Nous avons traduit l’enseigne de la boulangerie russe, dont nous pensons qu’elle ne devait pas être soumise à la TLPE (Taxe Locale sur la Publicité Extérieure) qui sera au programme du prochain Conseil (COBET en russe) municipal du 18 février.

    Nous reviendrons bientôt  dans la rue Émile Gruet pour y faire un peu d’histoire et patienter dans les queues sans histoires !

     

    Pour une mise en perspective résolument inimitable du Rond-Point de la Poste où aboutit la rue Émile Gruet, citons pour finir un texte du regretté rédacteur du Notin publié en 2010, en page 12 du magazine « Les aventures de NOTIN et ses amis » n°3.

    Pour les puristes, quelques précisions données par l’auteur à propos du magazine : « ISSN 2103-3501, dépôt légal fin août 2010, version papier de 84 pages distribuée par la poste sur tout le canton d’Auxonne »

     

« Auxonne : le Rond-Point de la poste

D’une architecture revisitée, ce lieu induit une aura indéfinissable. Une multitude d’émotions évoquent les identités remarquables des événements sociaux et d’urbanisation face à l’avenir. Aujourd’hui, le passé se conjugue avec le présent. En effet, la Porte de Comté jouxte avec ce qui il y avait encore peu de temps, constituait l’avenir ( la centralisation, préparation, conditionnement et mise en expédition des productions maraîchères locales). À présent l’immeuble de la poste assorti de son rond-point restitue une douceur géométrique. L’amplitude qui s’en dégage met en exergue la fluidité des lignes et des volumes ; comme pour polariser une grande puissance aérienne. Sur un autre azimut, à l’extrémité du boulevard Pasteur apparaissent les formes stigmatisées du quartier Bonaparte. En projetant le regard derrière soi, la rue Émile Gruet persiste à présenter l’allégresse du passé. Puis enfin, la rue du Colonel Redoutey en direction de Dole sculpte le futur commercial. Mais c’est aussi, la rue de l’expression artistique. Il y a encore peu de temps, deux galeries d’art professionnelles y avaient pignon sur rue. La dernière d’entre elles, la galerie d’art Sicare-Edition a fermé ses portes fin 2009, suite au départ à la retraite de la directrice. Une grande part de l’activité de la galerie Sicare a été reprise par mon Atelier d’artiste.

J’ai ouvert au printemps 2009 un espace d’exposition permanente au sein de cet atelier. Il est situé 8 C rue Rosière à Auxonne. Les visites du public sont organisées sur rendez-vous (tel 09 51 36 91 31). »

 

  Avouez quand même que ça vous en bouche un coin !

  De quoi inspirer les artisans de la revitalisation, mon colon !

 

Charmoy-City, Moscou, permanence de la queue.jpg

Charmoy-City, Moscou, permanence de la queue.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 13 février 2021 (J+4441 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Libres propos

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Libres propos
4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 08:49

CHARMOY-CITY : IL EST CONSEILLÉ DE PASSER DIRECTEMENT PAR LE CANAL DE SUEZ - du 4 février 2021 (J+4432 après le vote négatif fondateur)

   Chers lecteurs, vous apprendrez aujourd’hui qu’il est conseillé de passer directement par le canal de SUEZ, mais auparavant, il est  vivement indiqué de se boucher le nez.

    Voilà toute l’histoire. Votre serviteur ainsi qu’une de ses sympathiques voisines de la rue Landolphe ont vu se terminer hier les désagréments relatifs à l’écoulement de leurs eaux usées.

    Précisons que la destination commune de ces effluents est un regard (regard 1) de la rue Landolphe situé à l’entrée de ce que les vieux Auxonnais appellent la Cour des miracles.

     Cette Cour des miracles  est une sorte de place que tous les lycéens connaissent pour être le point d’embarquement et de débarquement des cars scolaires.

    Depuis une bonne dizaine d’années, il arrive épisodiquement que ce regard (regard 1) s’emplisse jusqu’au niveau de la trappe de visite et laisse échapper son trop-plein sur la voie publique.

    Le phénomène s’accompagne dans le quartier de divers désagréments olfactifs et de problèmes d’évacuation des eaux usées, en particulier pour les riverains branchés sur ce regard. Après quelques expériences de ce genre, votre serviteur et sa sympathique voisine de la rue Landolphe sont devenus spécialistes de la question. Je vous épargnerai un cours d’hydraulique.

ALBUM CHARMOY-CITY : DÉBORDEMENTS EN TOUS GENRES 

     Jusqu’à présent je connaissais parfaitement les symptômes de cette thrombose égoutière périodique. Mais depuis hier j’en ai appris la localisation exacte.

    Elle se situe sur la portion de conduite, longue d’une trentaine de mètres environ, située entre le regard 1 et un autre regard 2 situé, celui-là, à l’entrée de la rue Ledeuil.

     Mais, comme disait Napoléon, un bon croquis vaut mieux qu’un long discours.

   Cette précision m’a été fournie hier mercredi par deux sympathiques agents de SUEZ venus intervenir efficacement vers 16h00, soit six heures après mon appel au 09 7740 1126.

    Ouf ! Il suffisait d’appeler le bon numéro.

    Sans entrer dans le détail nous dirons que nos appels réitérés, ceux de ma sympathique voisine et les miens, tentés au cours des jours précédents tant au niveau de la commune que du canton se sont révélés, à l’usage, beaucoup moins opérants.

     S’il est conseillé d’acheter et de manger local, nous vous déconseillerons en revanche d’appliquer cette exigence de « localité » à un appel motivé par un tracas d’eaux usées.

   Notre récente expérience nous a appris, qu’en la matière, il est conseillé de passer directement par le canal de SUEZ.

     Pendant quelques jours, ma sympathique voisine et moi-même aurons vécu en outre une expérience inopinée de comité de quartier restreint, débrouillard, efficient et indépendant.

    Du Nanan, les enfants ! Pas un bidule parachuté et téléguidé du genre comité Théodule !

    Merci encore aux deux sympathiques et efficaces agents de SUEZ qui ont rétabli rapidement et  sans grands discours la circulation des effluents ! Pour notre plus grande joie !

    Ces « thromboses » répétées sur un tronçon de conduite à présent sexagénaire peuvent toutefois laisser songeur quant à l’avenir…

 

LU DANS « L’ÉCHO »

   Après les considérations vaccinales de son Bulletin n° 18 du 31 janvier dernier, L’Écho de la Place d’Armes publiait dans la foulée, hier et avant-hier, ses Bulletins n° 19 et 20 consacrés aux  deux premiers épisodes d’un commentaire très détaillé d’Inf’Auxonne  n° 69.

    D’autres suivront sans doute prochainement.

  Rappelons à ce propos notre contribution, beaucoup plus brève, consacrée à la même publication.

CHARMOY-CITY AU-DESSUS DE LA MÊLÉE - du 28 janvier 2021

FLASH DERNIÈRE ( 4 février 2021 à 16h00)

   En ces temps de panne médiatique, L’Écho de la Place d’Armes vient de nous étonner encore une fois en publiant, il y a une heure, son Bulletin n° 21.

  L’exercice ne manque pas d’intérêt, même s’il n’est pas exempt de quelques outrances.

  La dernière campagne des municipales ne fut-elle pas le lieu, elle-même, de quelques outrances du fait de certaines officines aujourd’hui disparues ?

   Il ne suffit pas de vaincre, encore faut-il vaincre avec fair play.

   De ce fair play  qui aurait pu faire défaut à un certain moment, L’Écho de la Place d’Armes n’est peut-être que la conséquence et le pendant nécessaire à certaines postures olympiennes ainsi qu’à  l’enthousiasme béat de commande  qui règne sur quelques  pages facebook.

DERNIÈRE MINUTE ( 4 février 2021 à 23h45)

   Un seul like à cette heure pour L’Écho de la Place d’Armes, mais une gerbe de commentaires à propos du cimetière.

   Cette constatation nous a suggéré de feuilleter, avant de trouver le sommeil, une brochure d’un fort sympathique ancien maire d’Auxonne,: Claude Pichard, intitulée Promenade sentimentale et pittoresque au cimetière d’Auxonne Souvenir septuagénaire (Auxonne, Cival, 1865)

   Relire Claude Pichard est toujours pour nous, et particulièrement en ces temps, un plaisir !

CHARMOY-CITY : RELIRE CLAUDE PICHARD POUR GARDER LE MORAL - du 2 novembre 2020

  

Charmoy-City, l'hydraulique de Vauban à Suez.jpg

Charmoy-City, l'hydraulique de Vauban à Suez.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 février 2021 (J+4432 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Libres propos

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Libres propos
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 03:00

CHARMOY-CITY : EN TRAVERSANT LA PLACE DÉSERTE - du 25 avril 2020 (J+4147 après le vote négatif fondateur)

      Chaque fois, que vers 9 heures matin, muni dûment de mon attestation dérogatoire, je pars chercher mon pain, j’emprunte le même itinéraire immuable : rue Carnot, rue de Berbis, rue du Bourg, rue Antoine-Masson et pour finir rue Émile-Gruet.

       Chaque fois le soleil brille, contrastant avec le caractère désolé des rues et places désertes. On ne peut dire « pas un chat », car des chats, il y en a, rue de Berbis. Plus que d’humains, jouissant du soleil du matin….

       Sur le dallage précédent le parvis de l’église, encore à l’ombre à cette heure du jour, le gazon  pousse déjà dans les joints des dalles. Le végétal reprend ses droits sur le minéral, comme les herbes folles sur une tombe abandonnée.

     Un grand soleil éclabousse la façade rose de l’Office du Tourisme, mais pas l’ombre d’un touriste !

      Autour de l’œil-de-bœuf surmontant la porte cintrée, chaque fois, immanquablement, cette inscription gravée retient mon regard :

« NOVS . SOMMES . TOUS . MORTELS . & . TOUS .HOMMES . SONT . SVBIETZ . À . DIEV »

     Dans le même immeuble, au détour de la rue Marin, on découvre une autre inscription, qu’un même propriétaire, sans doute, plein de sagesse, fit graver jadis.

« HVMILITÉ . ET . COVRTOISIE . FAY . BIEN . ET . BIEN . TE . VIENDRA »

     Humble et sévère salut matinal, adressé par-delà le temps et que le passant esseulé ne peut manquer de mieux recevoir et comprendre en ces temps !

     Les amateurs d’inscriptions lapidaires pourront lire ou relire :

CHARMOY-CITY : UNE BELLE DEVISE POUR TEMPS DE CRISE - du 30 mars  2020

     N’ayant plus d’autres vieilles pierres à nous mettre sous la dent, nous retrouverons prochainement le Général Leclerc… et la pénicilline

DÉBROUILLARDISE PAR TEMPS DE CRISE : UN « PIPILINE POUR LA PÉNICILLINE (1) - du 23 avril 2020

    Et bien entendu le jardin… Le jardin !!??

     Celui de Claude Pichard, bien entendu !!

CHARMOY-CITY : RETOUR AU JARDIN… DE CLAUDE PICHARD - du 17 avril 2020

Charmoy-City, les touristes sont partis, les inscriptions restent.jpg

Charmoy-City, les touristes sont partis, les inscriptions restent.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 25 avril 2020 (J+4147 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Libres propos

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Libres propos
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 09:52

« PRINTEMPS SILENCIEUX » À CHARMOY-CITY  - du 25 mars 2020 (J+4116 après le vote négatif fondateur)

    Il y a bientôt dix ans, nous placions notre blog et sa devise : « Je chante clair afin qu’il fasse clair », sous l’égide d’un oiseau célèbre immortalisé par Edmond Rostand : « Chantecler »

CHARMOY-CITY : HOMMAGE À L’AUTEUR DE CHANTECLER

      Avouons quand même, qu’en dépit de ce vers de Rostand placé dans le bec de Chantecler : « Et si de tous les chants, mon chant est le plus clair », il faut bien  reconnaître que le chant des passereaux est plus beau !

     Un phénomène de circonstance à noter à présent : les mesures de confinement, en diminuant considérablement la rumeur ambiante engendrée par les humains et leurs machines, ont quelque peu remis en avant le chant des oiseaux dans l’adagio de la symphonie rurbaine du moment.

    Quant aux grandes étendues rurales remembrées, sans l’ombre d’une haie, du genre plaine beauceronne, il semble que le chant de l’alouette y soit devenu plus rare qu’une présence humaine, hors cabine de tracteur où braille une radio…

    Dans un domaine agricole plus diversifié, un appel pour le « retour à la terre » se fait jour actuellement, face à la pénurie de main-d’œuvre saisonnière engendrée par les mesures de confinement.

    À 80 ans de distance, les propos du Chanoine Kir dans son éditorial du 1er septembre 1940 dans Le Bien du Peuple prendront-ils un nouveau relief  ? (l’article est disponible en PDF dans notre publication en lien ci-dessous).

CHARMOY-CITY : DES JARDINS OUVRIERS AU PORT ROYAL - du 13 OCTOBRE  2019

     Pour en revenir à notre titre « Printemps silencieux », précisons qu’il ne s’applique pas au « jacassin » médiatique du moment, tout autre que silencieux !!!

     « Printemps silencieux », c’est le titre d’un ouvrage cher aux vieux écolos, écrit par la biologiste américaine Rachel Carson (1907-1964). L’édition originale Silent Spring (publiée en 1962) évoquait les ravages des biocides de synthèse (DDT) sur la campagne américaine. Dans le premier chapitre « Fable pour nos fils », la biologiste écrit :

« Ce fut un printemps sans voix. Là où le lever du soleil avait été salué chaque matin par le chœur bruyant des grives, des colombes, des geais, des roitelets et de cent autres chanteurs, plus un son ne se fit entendre ; le silence régna en maître sur les champs, les bois, les marais. […]. Pourquoi les voix du printemps se sont-elles déjà tues en d’innombrables villages d’Amérique ? Ce livre essaie de l’expliquer. »

    Le livre fut traduit en français et publié en France dès 1963 aux éditions Plon.

    Il est toujours d’actualité. À relire en ce printemps de confinement, silencieux pour d’autres raisons, pour ne pas oublier un problème ancien…. Mais toujours présent.

    Claudi a sorti l’édition originale française de sa bibliothèque et sans trop se fatiguer, a copié la jaquette originale qui porte la reproduction  d’un envoi manuscrit du biologiste Jean Rostand (1894-1977) fils d’Edmond, et frère de Chantecler, en quelque sorte.

   Au fait, nos « préfets » improvisés continuent de reposter ou organisent des concours photos !!!

À lire à Charmoy-City par temps de confinement !!.jpg

À lire à Charmoy-City par temps de confinement !!.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 25 mars 2020 (J+4116 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Libres propos

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Libres propos