Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 00:00

ILS IRONT TOUS AU  PARADIS – du 18  avril 2013 (J+122 après le dépôt)

 

  Non, je ne vous parlerai plus aujourd’hui de la jachère de rêve aux Floralies 2013 du Charmoy. Je l’avoue, promis, juré, ce n’était qu’un rêve et les mornes éteules des champs délaissés n’ont pas fleuri depuis. A peine quelques « marguerites métalliques » ont-elles surgi aux « cinq entrées de la ville » selon Le Bien Public  ( page 4 du cahier local) du lundi 15 avril dernier. Le Charmoy n’a donc pas fleuri, mais ici, à défaut de fleurs, tout est encore calme.

   En revanche, à Champagnole, sur le chantier Leclerc de la route de Pontarlier, la noria des camions a évacué les milliers de  mètres cube de terre qui portèrent jadis le fruit du travail des hommes, une autre noria s’est ensuite affairée à combler de  stérile caillasse la plaie vive de la terre éventrée. Point n’est besoin d’humus vivant pour recueillir le profit juteux des bénéfices hors-sol !

Chantecler à Champagnole Feuilleter l' album Chantecler à Champagnole

 

 

 C’est en substance le message du dernier article  édité par le Champagnolais Michel Moreau dans son blog, daté du 7 avril et intitulé  « Leclerc, les Caddies du Paradis ». Le blogueur malicieux déclare « un m² d'hyper c'est un peu comme un m² de ce jardin d'Eden d'où furent exclus nos précurseurs bibliques » puis il ajoute « quel honneur pour Champagnole, petite ville de 8000 habitants, d'intéresser Leclerc. Notre maire ne pouvait que se montrer généreux envers la grande firme philanthropique, qui abondera sans doute les finances des associations locales, sportives, culturelles, et voire même l'Union Commerciale ».

      Sous le ciel bas d’un printemps désespérément gris et froid, les riverains jurassiens ont donc joui du spectacle rédempteur et grandiose du progrès en marche vers l’avènement du jardin d’Eden. Selon des sources locales bien informées, certains auraient été démarchés pour des offres d’achat de leur propriété voisine du chantier. Sans doute pour loger le futur directeur du magasin au plus près… du Paradis, comme il en aurait été question à Auxonne dans les diverses rumeurs nous parvenant de la zone du Charmoy !

        Le blog de Michel Moreau  est en lien avec le nôtre et je vous en conseille vivement la lecture.  Nombre de ses observations et de ses traits d’humour à propos de Champagnole et de sa municipalité éblouie, plutôt qu’éclairée par l’hyperdéveloppement peuvent être rapportés à notre situation locale.

    A Auxonne, l’ascension vers le Paradis a commencé bizarrement par des voies impénétrables et des opérations foncières « discrètes ». On disait des messes basses et les anges avaient laissé leurs trompettes au vestiaire ! Que voilà donc un Paradis bien terre à terre !          

Actuellement et après quatre ans de purgatoire, les artisans du salut par l’hyperdistribution rédemptrice attendent les yeux rivés sur la ligne bleue de l’horizon 2014, ils attendent et ils rêvent…. A pied, à cheval, ou en caterpillar !

 Chamoy's dream

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 avril 2013  (J+122 après le dépôt)

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Figures libres
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 00:00

TROIS  P’TITS CHATS (RMOY) - du 15 avril 2013 (J+119 après le dépôt)

    

«Un par un vont les petits Indiens, deux par deux vont les amoureux, trois par trois vont les p’tits soldats, et moi, je vais comme je veux »

     Bizarrement, cette petite ritournelle d’un autre siècle m’est revenue en tête après la lecture de l’article d’hommage à Jean-Claude Poirson paru dans Le Bien Public  ( page 4 du cahier local) du samedi 13  avril dernier, sous le titre « L’au revoir au président ».

     J’ai vite compris que la petite ritournelle venait en écho des  discours officiels relatés par l’article qui, en référence au fameux triple A (AAA), déclinaient chacun sur une lettre de l’alphabet, trois vertus du président partant.

    Trois officiels : le député, le conseiller général et le représentant du maire, décernaient chacun « trois labels » au petit soldat courageux d’un combat inégal.

    Mais au fait, l’article a oublié de parler du troisième homme qui était pourtant bien présent aux dires des témoins.

    Cette omission regrettable vient rompre la belle harmonie d’une valse à trois temps : 3 officiels, 3 discours, 3 labels.

    Nous allons tenter de la réparer en offrant à Jean-Claude Poirson trois petites variations sur le projet du Charmoy qui selon une expression maladroite de l’article cité « [lui] tient toujours à cœur ». Tout le monde aura bien compris !

     Il paraît que le discours manquant de monsieur C. improvisait sur la lettre C. Nous ferons de même. Va pour le C comme Charmoy ! C’est parti mon kiki ! En voiture Simone !

    C comme Consultation : Te rappelles-tu Jean-Claude, le bon moment que nous avons passé un soir de juin 2010, lors du dépouillement de cette consultation, perdus dans une assistance unanime et hostile de partisans du promoteur galvanisés par une campagne publicitaire musclée et le discours martial du « porteur » du projet ?

    C comme la Carpe et le lapin : T’en souvient-il, Jean-Claude, du gentil compliment à toi décerné en page 2 d’Inf’auxonne N° 31 de janvier 2011 : « les représentants du commerce auxonnais, obnubilés par la lutte contre l’implantation d’une troisième grande surface se sont fourvoyés dans une alliance contre nature avec les grandes surfaces locales. Se mêlant ainsi d’un combat qui de toute évidence ne les concernaient [sic] pas, en scellant cette alliance de la carpe et du lapin, ils ont fait perdre de vue à leurs mandants les questions essentielles ».

http://www.auxonne.fr/telechargements

    Il est vrai qu’à Auxonne, seul le mariage en grande pompe et en  jaune-fluo avec le Prince Charmoy Leclerc est de bon ton !

     C comme CNAC : Te rappelles-tu, Jean-Claude, comme ces messieurs « avaient faim » et « n’avaient pas que ça à faire » et comme ils te l’ont déclaré sans ménagement ni politesse en cette fin de matinée du 17 janvier 2012 !

    Eh oui ! Ils sont amers nos souvenirs du Charmoy, mais on n’en fera pas pour autant une jaunisse (en jaune-fluo !). Garde la forme Jean-Claude et rappelle-toi bien :

« Un foie, deux reins, trois raisons de boire Contrexéville !» 

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le  15 avril 2013  (J+119 après le dépôt)

 

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Revue de presse
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 00:00

ÉPISODE N° 19 : HYPERSAUVÉ - du 14 avril  2013 (J+118  après le dépôt)

 19 - Hypersauvé

N.D.L.R. :

     Cette œuvre étant de pure fiction, toute ressemblance avec des personnes existantes doit être considérée comme fortuite.

      Il est néanmoins possible que l’auteur ait jugé bon de s’inspirer librement de certains faits réels en relation avec la zone du Charmoy. A ce propos, le lecteur pourra se reporter utilement à notre rubrique ARCHIVES.

Bouton archives

ARCHIVES N° 19

Couverture album C.H.

FEUILLETER L’ALBUM

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 avril 2013 (J+118 après le dépôt)

 

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Feuilleton 1
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 00:00

ARCHIVES N° 19 – du 14 avril 2013 (J+118 après le dépôt)

DEMI-TOUR, DROITE !

     Un proverbe dit que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. C’est un propos de bon sens, à condition toutefois qu’il s’applique à l’aboutissement d’une réflexion libre et sans préjugés. Tout autres, cependant, sont ces voltes-faces opportunistes, pareilles à celles des girouettes qui vont au gré des vents dominants. Voilà pourtant ce qui advint le 17 janvier 2012 en CNAC à Paris, relativement à ce qui s’y était passé le 20 janvier 2010.

   Pour plus de détail, le lecteur pourra se reporter aux ARCHIVES N° 8 dont les analyses et les documents lui permettront de se livrer à une comparaison approfondie des deux décisions successives concernant les deux projets à deux ans d’intervalle.

    En ce qui concerne la question particulière des localisations respectives très proches de ces deux projets, dans un secteur reconnu objectivement « en limite de zone agglomérée sur des parcelles agricoles […] à l’écart du centre-ville [et] contribu[ant] [ainsi] à développer un nouveau pôle périphérique […] ne particip[ant] pas à un aménagement harmonieux du territoire de l’agglomération d’Auxonne»,  selon la première décision 317 D, mais « requalifié » acrobatiquement « à proximité de zones d’habitat » dans la seconde décision « volte-face »  917 D, on pourra se référer à  Chantecler, N° 12 du 27 janvier 2012donnant un plan et une vue des lieux.

N.D.L.R. :

       Le lecteur désireux de se divertir après la consultation austère des archives pourra goûter un moment de détente en rejoignant les « Esquisses pour un Journal du Charmoy », œuvre de pure fiction du dessinateur alsacien Claudi Hoffnung dont notre blog publie actuellement l’album dans sa rubrique « Feuilleton »

Couverture album C.H.

 

EPISODE N°19

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le  14 avril 2013 (J+118 après le dépôt)

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Archives
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 00:00

FLORALIES 2013 AU CHARMOY - du 11 avril 2013 (J+115 après le dépôt)

     Lavoirs fleuris mais désertés par le bavardage des laveuses et le rythme des battoirs, fontaines fleuries mais taries où l’on reste sur sa soif, autant d’objets fleuris qui émaillent nos campagnes, comme autant de tombes d’activités mortes. Mais la jachère fleurie, ça vit et ça met de la couleur dans nos campagnes !

   Quelle bonne idée donc, que cette jachère fleurie dont s’orne depuis quelque temps l’entrée de notre bonne ville d’Auxonne ! Descendant tout grelottant des pentes encore enneigées du Jura, le visiteur charmé la découvre, égayant de ses corolles diaprées les  mornes éteules des champs du Charmoy. Déjà, la renommée de ce panier fleuri posé aux portes de notre cité s’étend. On ne désespère pas de voir bientôt cette symphonie de couleurs orner la première page du magazine local ! Toutes ces fleurs dansant la salsa, ça vous aguiche le touriste un peu triste !

      Et puis, les faucheurs d’OGM ne vont pas s’y frotter, pour sûr qu’ils y laisseraient le fil de leurs faux !

      Bonne chance donc et surtout très, très longue vie à la jachère fleurie du Charmoy !

Jachère fleurie-1

   Pas mal ! Une jachère fleurie, voilà qui est moins banal que l’immanquable hyper qui trône bêtement à l’entrée de chaque ville avec son grand parking et qui de toute façon, se démode déjà, comme les lavoirs et les fontaines  se sont autrefois démodés !

     La différence, c’est que fontaines et lavoirs désaffectés peuvent être fleuris, mais un hyper vide, même fleuri, ça n’est pas très bandant, outre que ça prend beaucoup de place ! Alors gardons notre jachère fleurie et souvenons-nous des propos de notre ex-ministre NKM, la même qui repartit un jour de notre ville chargée d’oignons :

« les hypers, ça marche plus bien…Il faut faire un tour en ce moment dans les galeries commerciales et voir les rideaux fermés, ça marche plus bien, ça correspond plus vraiment à ce dont on a envie.

        « Alors vous comprenez, ces sociétés, elles sont en train de développer de nouveaux concepts : des marchés de cœur de ville, des…alors ça, c’est très, très bien. Mais qu’est ce qu’on fait de tous ces grands centres commerciaux qui sont en extérieur ? Qu’est ce qu’ils vont devenir ? C’est un vrai sujet.

          «  Et en même temps je vois qu’il y a encore des demandes de capacité pour des ouvertures, alors qu’il me semble qu’on est déjà très, très capacitaire. Moi, ça me soucie énormément ! Parce qu’il faudrait pas un jour qu’on se retrouve, après avoir des friches industrielles à gérer, avec des friches commerciales avec tout ce que ça représente en termes de zones de non-droit, de risque de violence etc…. et puis, tout simplement, de dégradation de l’environnement.

         « Je veux dire, c’est pas la peine d’avoir pris des champs pour aller construire de grands hypers et un jour se retrouver avec là-dessus les mêmes problèmes qu’on a déjà sur nos terrains pollués ! »

VOIR « Coup de gueule de NKM contre les hypers » sur boocan.com 

N.B. : Que nos fidèles lecteurs se rassurent, nous tenions à fleurir ce printemps un peu gris mais notre feuilleton reprendra sa place dans notre prochaine édition avec le 19ème de nos 44 épisodes programmés !

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le  11 avril 2013  (J+115 après le dépôt)

 

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Figures libres
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 00:00

DÉMOCRATIE DE RÊVE (SUITE)- du 9 avril 2013 (J+113 après le dépôt)

 

    Dans notre article d’avant-hier, intitulé « Démocratie de rêve » nous défendions, preuves à l’appui, le point de vue selon lequel, le 27 juin 2010, on avait fait voter les Auxonnais, non pour un hypothétique « développement d’Auxonne et de son Canton », mais bien au profit d’une enseigne virtuellement en place, car bénéficiant déjà de la maîtrise du foncier, mais qui peinait cependant à obtenir le feu vert des commissions.   

    Une campagne d’affichage sauvage d’envergure, menée avec du matériel imprimé à Lure, signait d’ailleurs clairement la localisation  géographique des intérêts privés en jeu.

     Le Bien Public du 1er juillet 2010 ne s’y trompait pas qui titrait aux lendemains du vote: «  Auxonne Les habitants disent « oui » au Leclerc. Les riverains sont à une large majorité en faveur de l’implantation de l’enseigne ».

      A l’attention d’éventuels lecteurs peu convaincus de notre démonstration, nous voudrions aujourd’hui apporter de nouvelles preuves. Rappelons d’abord à ces lecteurs que les 4 premières pages d’Inf’auxonne N° 25, incluant la lettre du promoteur attestant la « maîtrise foncière de la zone », constituent déjà, à elles seules, un élément précieux car elles montrent le « porteur » triomphant dévoilant sans prudence ses rapports initialement « discrets et non divulgués » avec le promoteur.

http://www.auxonne.fr/telechargements

A ce véritable « Manifeste pour un Leclerc au Charmoy » ajoutons encore deux preuves de l’omniprésence de « l’enseigne » dans le paysage politique, associatif et social auxonnais depuis fin 2008 et jusqu’à présent.

     Première preuve. La profession de foi de Monsieur Philippe Montial, président de l’AAC,  signée et datée du 19 janvier 2011 et jointe au dossier de « Demande d’autorisation d’un centre commercial » datée de janvier 2011 auprès de la CDAC par la SARL BOUXDIS Rue du Ladhof 68000 Colmar est instructive à ce sujet.

Elle ne laisse aucune ambiguïté quant à l’origine de l’association :

« L’association que je préside est née de la déception des consommateurs Auxonnais et des Communes environnantes suite à l’avis défavorable émis par la CDAC sur le projet d’implantation « Leclerc », zone du Charmoy à Auxonne »

Elle est tout aussi claire quant à son but :

« Les adhérents et sympathisants entendent assumer pleinement leur rôle de CONSOM-ACTEURS et peser dans les décisions à venir qui les concernent directement.

Tel est le cas du projet « Leclerc » qu’ils soutiennent sans restriction »

Cette origine et ce but ont  donc un seul et même objet ad hoc : le projet « Leclerc »

On trouvera la copie intégrale de ce document dans

 CHANTECLER N° 13

  Seconde preuve, un autre document, inédit jusqu’à présent sur notre blog. Il s’agit d’un tract diffusé autour du 10 mars 2011 et émanant du staff de campagne du candidat Raoul Langlois, porteur acharné du projet « Leclerc » et  alors candidat au poste de conseiller général. Ce document a été imprimé par l’imprimerie Vidonne

    Son texte révèle un usage politicien évident de la question du Charmoy, tout en s’abstenant prudemment de citer l’intitulé véritable de « l’enseigne » à laquelle il fait référence. Nous examinerons particulièrement ici le sens qu’il donne à la consultation du 27 juin 2010 :

 « Les Auxonnais avaient voté massivement lors de la consultation du 26 [sic] juin dernier en faveur du projet d’implantation d’une nouvelle enseigne »

       C’est bien clair le 27 juin 2010 on faisait voter les Auxonnais « en faveur du projet d’implantation d’une nouvelle enseigne » dont chacun connaissait le nom et non sur la question générale du « développement d’Auxonne et de son Canton ». Et le résultat de ce vote n’avait qu’un but : appuyer d’un nouvel argument prétendument « démocratique » un dossier difficile à  faire passer par la « nouvelle enseigne », pour lequel le maire d’Auxonne s’était d’abord impliqué beaucoup plus « discrètement », sans appel au peuple, et sans rien « divulguer »  au profit de  la seule « enseigne » en question !

       En conclusion, et pour reprendre certains termes du tract cité, il est tout aussi légitime de proclamer, comme nous le faisons depuis bientôt trois ans que, lors de la consultation, les Auxonnais « ont été pris en otage » par  un lobby local structuré, tout dévoué à l’ « enseigne » et qui a pesé de tout son poids politique et associatif, avec l’appui extérieur de LURE, sur une population indécise, travaillée  par la publicité de l’  « enseigne », mue par des intérêts économiques personnels petits ou grands et ne disposant généralement pas d’information objective ou alternative digne de ce nom sur la question générale du « développement d’Auxonne et de son Canton ».

    En résumé, répétons-le : Consultation, piège à cons !

Tract Bleu CG Elections

 

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 9 avril 2013  (J+113 après le dépôt)

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Analyses et réflexions
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 00:00

DÉMOCRATIE DE RÊVE - du 7 avril 2013 (J+111 après le dépôt)

 

 Les dernières nouvelles du monde politique montrent l’état de notre démocratie : préoccupant !

Par bonheur, à Auxonne, nous vivons dans une démocratie de rêve où les citoyens peuvent décider librement, en toute connaissance de cause et en toute transparence, de ce qui est bon pour le développement de leur cité.

Des preuves ? Elles ne manquent pas ! Tenez, celle-ci par exemple, lue dans Inf’Auxonne N° 29 de juillet 2010, en première page, dans l’édito du Maire :

« La Consultation des électeurs du 27 juin a révélé la véritable implication des citoyens dans la vie de leur cité : 38,25 % de participation, taux plus élevé que pour les élections européennes et régionales. Avec près de 80 % de OUI à la question posée, les auxonnais se sont clairement déterminés pour le développement d’Auxonne et de son Canton.

Sans relâche, la municipalité continuera son travail au service de la ville d’Auxonne et de tous ses administrés ».

Ce constat est particulièrement optimiste. Est-il pour autant le fidèle reflet de la réalité ? C’est ce que nous proposons d’examiner aujourd’hui.

        Qu’en est-il tout d’abord de « la véritable implication des citoyens dans la vie de leur cité » ?

Petit retour en arrière : Le 17 décembre 2008 le conseil municipal, émanation élue du vote des citoyens,  répond NON à la question : « Etes vous favorable à l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire sur la zone du Charmoy ? ».

http://www.auxonne.fr/conseil-municipal

Bizarrement, la question sera   retranscrite dans une version légèrement différente dans la délibération N°2008-255 déposée à la Préfecture de la Côte-d’Or le 9 janvier 2009 

 « Etes-vous favorable à l'implantation d'une grande surface à dominante alimentaire supérieure à 1000 m² sur la zone du Charmoy ? »

      Après ce vote « clairement » négatif des élus, émanation des « citoyens impliqués dans la vie de leur cité» que va-t-il se passer ? C’est ce que nous allons voir.

 

  Quelques mois plus tard, nonobstant ce vote négatif et contre toute attente, le maire d’Auxonne reçoit, à propos d’un projet d’implantation d’un hypermarché Leclerc (3500 m²) et d’un brico Leclerc au Charmoy, une lettre de satisfecit du Groupe Leclerc le remerciant dans ces termes :

« A ce jour, la maîtrise foncière de la zone est concrétisée grâce à votre discrétion. Nous sommes conscients des difficultés que vous rencontrez, mais l’enjeu est de taille. La divulgation aurait fait échoué [sic] le projet »

On lira cette lettre en page 4 d’Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009 qui annonce par ailleurs à cors, à cris et avec force détails la réalisation prochaine du projet.

http://www.auxonne.fr/telechargements

Pour le coup « la véritable implication des citoyens dans la vie de leur cité » avait subi comme une petite éclipse ! Il est vrai que  « la divulgation aurait fait échoué [sic] le projet ». Depuis quand faut-il donc agir avec tant « discrétion » et craindre la « divulgation » lorsque l’on travaille « au service de la ville d’Auxonne et de tous ses administrés » ? Nos élus seraient-ils donc des agents secrets et des démarcheurs au service d’investisseurs privés ?

     Autre question maintenant, qu’en est-il de cette affirmation : « les auxonnais se sont clairement déterminés pour le développement d’Auxonne et de son Canton » ?

 

    Lors de la consultation du 27 juin 2010, décidée après coup en raison des refus essuyés en commission, on fit prudemment silence sur l’hypermarché Leclerc et, dans une circulaire officielle diffusée par la mairie d’Auxonne (voir la pièce L1 de notre album « Impressions de la consultation de juin 2010 ») on annonça un « supermarché à dominante non alimentaire »  Une telle annonce était-elle vraiment claire ?



   Pour quoi et pour qui,  alors, faisait-on voter vraiment les Auxonnais ?

 

 Le titredu Bien Public du 1er juillet 2010 donne, sans le vouloir peut-être, la vraie réponse car personne n’était dupe : «  Auxonne Les habitants disent « oui » au Leclerc. Les riverains sont à une large majorité en faveur de l’implantation de l’enseigne ».

     Et là, démocratie et intérêt privé se mêlent de façon troublante, sinon trouble. Une grande enseigne forte de sa publicité obtient, à l’appui de son installation, les suffrages de « citoyens » appelés après coup à la rescousse et réduits en fait au statut et au rôle de « consommateurs » soucieux de consommer « malin ».

    Soyons clairs, cette consultation n’aura pas vu, sauf exception, des « citoyens [votant] pour le développement d’Auxonne et de son Canton », question d’ailleurs ardue dont les conditions de résolution dépassent la majorité d’entre eux,  mais bien plutôt des « consommateurs », voire des « paniers de la ménagère » votant pour Leclerc, dans l’espoir – fort hypothétique disons-le – de faire quelques économies. Cela se conçoit parfaitement en ces temps difficiles, mais nous sortons là du registre de la démocratie pour entrer dans  celui du commerce et des promotions. Il ne faut pas tout mélanger, et surtout pas le sacro-saint « intérêt général »  et l’intérêt d’un investisseur privé. Qu’une agence de publicité se livre à des sondages pour un client, c’est une chose, mais qu’une municipalité offre ses urnes et son personnel pour ce genre d’activité, c’en est une autre.

    On notera, en outre, le caractère ouvertement publicitaire de l’affaire, matérialisé par une floraison pléthorique et anarchique de centaines d’affiches imprimées à Lure qui faisaient oublier les panneaux électoraux officiels unanimement « ouiouistes » et plutôt tristounets ! Par quelle coïncidence ces affiches avaient-elles été imprimées à Lure, l’un des fiefs du promoteur ? On attend toujours la réponse à cette question !

   S’il y a lieu de souligner l’importance de l’évènement ce n’est donc sans doute pas pour son caractère de « véritable implication des citoyens dans la vie de leur cité» mais bien plutôt pour sa valeur d’exemplarité d’une situation mêlant de façon regrettable le politique et les intérêts privés commerciaux et fonciers.

   On nous reprochera sans doute la comparaison, mais tout compte fait, ce prétendu évènement démocratique n’était-il pas, à la vraie démocratie informée, réfléchie responsable et critique, ce que les slogans de mai 68 récupérés il y a quelques années par l’enseigne en question étaient à l’esprit original de mai 68 : une parodie publicitaire ?

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 7 avril 2013  (J+111 après le dépôt)

 

      

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Analyses et réflexions
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 00:00

ÉPISODE N° 18 : TOURISME  À  PARIS - du 4 avril 2013 (J+108 après le dépôt)

18 - Tourisme à Paris

N.D.L.R. : Cette œuvre étant de pure fiction, toute ressemblance avec des personnes existantes doit être considérée comme fortuite.

      Il est néanmoins possible que l’auteur ait jugé bon de s’inspirer librement de certains faits réels en relation avec la zone du Charmoy. A ce propos, le lecteur pourra se reporter utilement à notre rubrique ARCHIVES.

Bouton archives

 ARCHIVES N° 18

FEUILLETER L’ALBUM

Couverture album C.H.

 C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 4 avril 2013 (J+108 après le dépôt)

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Feuilleton 1
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 00:00
ARCHIVES N° 18 - du  4 avril 2013 (J+108 après le dépôt)
 
UN COUP POUR RIEN
 
       Après la surprise moussante des cantonales, les tenants du projet vont montrer une discrétion inaccoutumée. Chat échaudé…
 
      Il faudra donc attendre le 27 septembre 2011 pour avoir enfin un écho du projet dans la presse, plus précisément dans un article sur Auxonne paru dans Le Bien Public sous le titre enchanteur « Du charme et de l’ambition à revendre ». Dans un encadré « Questions A…Raoul Langlois Maire d’Auxonne » on apprend que : « Concernant la zone du Charmoy et l’implantation du Leclerc, le dossier est toujours en stand-by »
 
     Le temps du sensationnel et des déclarations fracassantes a donc fait place à une prudente concision. Concision et « discrétion » revenue sont à présent les deux mamelles du Charmoy !
 
      Le 21 décembre, le dossier passe enfin en CNAC à Paris. A la surprise générale, la commission ne tranche pas et demande un sursis à statuer, renvoyant la décision à une date ultérieure.
 
      A Auxonne le bruit court cependant que le dossier a reçu un solide appui « ministériel »,  que l’affaire est en bonne voie et que la prochaine fois, qui ne saurait tarder, sera enfin la bonne.      
N.D.L.R. :
       Le lecteur désireux de se divertir après la consultation austère des archives pourra goûter un moment de détente en rejoignant les « Esquisses pour un Journal du Charmoy », œuvre de pure fiction du dessinateur alsacien Claudi Hoffnung dont notre blog publie actuellement l’album dans sa rubrique « Feuilleton ».
Couverture album C.H.
 
C. S. Rédacteur de Chantecler,
Auxonne, le  4 avril 2013 (J+108 après le dépôt)
 
Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Archives
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 00:00

 

ÉTOILES  ET  NÉBULEUSES DANS LE CIEL DU CHARMOY- du 1er avril 2013 (J+105 après le dépôt)

 Dans un article précédent daté du 3 mars dernier, nous évoquions la présence d’Ovnis au Charmoy. A ce propos, Monsieur Tournachon nous avait transmis un cliché fort évocateur que nous nous étions empressé de publier. C’est à la perspicacité du Professeur Tryphon Tournesol, de l’Observatoire du Bief Pérou, que nous devons aujourd’hui l’explication scientifique du phénomène.

        Certes, nous n’avons ni l’intention, ni le droit de divulguer le détail de son compte rendu à l’Académie des Sciences et chacun sait d’ailleurs, qu’en matière de Charmoy, la « discrétion » s’impose…Néanmoins, le Professeur nous a permis de lever un coin du voile sur l’origine probable des engins observés, en nous confiant un cliché révélant la constellation et la nébuleuse nouvelles qu’il vient de découvrir dans le ciel du Charmoy. Le Prof. Commendatore  Zanipolo Stuzzicadenti, titulaire de la chaire de gondologie à l’Université de Venise est quant à lui formel, les reconnaissances d’ovnis sont le signe indubitable d’une invasion future de gondoles géantes intergalactiques et de caddies cosmiques en provenance de la Haute-Zone.

  Après 2009 et la « maîtrise foncière de la zone » assurée par des agents terriens locaux, après 2010 et l’acclamation aux voix savamment orchestrée par un publicitaire de la Haute-Zone et sa couverture en  jaune-fluo, les années à venir pourraient donc voir le débarquement de gondoles géantes intergalactiques sur la zone du Charmoy.

N.B. : La zone grisée remplissant l’espace interstellaire de la constellation Lupus Major est, de l’avis des spécialistes que notre rédaction a consultés, constituée de nuages moléculaires en pleine activité. La condensation de ces nuages  pourrait aboutir début 2014 à la naissance de nouvelles étoiles ou à la formation d’un trou noir. A vos télescopes !

 Cliquez ici pour voir dans le télescope   

Starwar au Charmoy

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er avril 2013 (J+105 après le dépôt)

 

Repost 0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Figures libres