Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

28 février 2019 4 28 /02 /février /2019 08:56

CHARMOY-CITY : MONTER LES DOSSIERS ET MONTER LA MAYONNAISE - du 28 février 2019 (J+3725 après le vote négatif fondateur)

    Auxonne Infos Actus & débats poursuit ce matin la publication de l’article d’Hebdo 39 n° 337 du 25 février intitulé « Différent entre la majorité municipale d’Auxonne et la Communauté de Communes : les trois groupes d’opposition du conseil municipal livrent leurs points de vue »

     Le rédacteur de la page Auxonne Infos Actus & débats affirme par ailleurs son espoir en publiant le troisième épisode en ces termes :

« En espérant également que ces trois réponses très sérieuses mettent un terme à cette pauvre polémique lancée par le maire d'Auxonne »

      L’espoir fait vivre… peut-être verrons-nous aussi quelques commentaires un peu moins indigents ou futiles que le lot habituel ?!

     Avouons que la moisson de commentaires est quelque peu décevante, même si la petite Amélie se démène en toute objectivité, likée pour ses prestations par « Madame l’adjointe ».

   Au fait, notre petite Amélie ne déraillerait-elle pas un peu quand elle parle de « personnes qui ont besoin de ce genre de magouille pour récupérer des voies [sic] c'est vraiment qu'elles ont un programme pourri...» pour le prochain scrutin municipal !

   Pour le coup, notre petite Amélie monte en ligne comme en 14 à la baïonnette ! Elle n’est pas « au-dessus de la mêlée » comme le Conseiller Wilfried !

     Visitant donc Auxonne Infos Actus & débats ce matin je relis la dernière prestation du Conseiller Jacques François et ce passage attire mon attention :

      « Le vote reproché de la Présidente de la Communauté de Communes lors de la CDAC du 21 décembre dernier a certainement provoqué la distribution du tract de la majorité municipale. Lors du dernier Conseil Communautaire, la Présidente s’est expliquée sur ce choix. Le dossier présenté comportait des inexactitudes. L’adjointe à l’urbanisme d’Auxonne m’a fait part que ce dossier avait été monté par l’investisseur lui-même. Ce qui est regrettable est certainement le manque d’accompagnement de la municipalité dans le montage de ces dossiers, et là, c’est un fait récurent dans notre commune. »

      Examinons les deux dernières phrases : 

« L’adjointe à l’urbanisme d’Auxonne m’a fait part que ce dossier avait été monté par l’investisseur lui-même. Ce qui est regrettable est certainement le manque d’accompagnement de la municipalité dans le montage de ces dossiers, et là, c’est un fait récurent dans notre commune. »

  

Ce « manque d’accompagnement de la municipalité dans le montage de ces dossiers, [qui] est un fait récurent dans notre commune. » si l’on parle, comme c’est le cas, de la zone du Charmoy et de l’enseigne à laquelle cette zone est dédiée depuis le début, permettez-moi d’en rire, quand tout prouve le contraire depuis le vote du 17 décembre 2008 !!!!

      On trouvera les preuves du contraire dans l’ensemble de notre blog. Et en plus de monter les dossiers, Ils n’hésitent pas à monter la mayonnaise politique autour !

CHARMOY-CITY : UN TRACTEUR POUR LE CHARMOY - du 16 février 2019

       Claudi vous ressert un vieux poster avec une autre adjointe à l’urbanisme !!! « Manque d’accompagnement » ?  Vraiment ?

Le staff Leclerc au Charmoy

Le staff Leclerc au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 28 février 2019 (J+3725 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Billet d’humeur

Le vote reproché de la Présidente de la Communauté de Communes lors de la CDAC du 21 décembre dernier a certainement provoqué la distribution du tract de la majorité municipale. Lors du dernier Conseil Communautaire, la Présidente s’est expliquée sur ce choix. Le dossier présenté comportait des inexactitudes. L’adjointe à l’urbanisme d’Auxonne m’a fait part que ce dossier avait été monté par l’investisseur lui-même. Ce qui est regrettable est certainement le manque d’accompagnement de la municipalité dans le montage de ces dossiers, et là, c’est un fait récurent dans notre commune. "

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Courrier du coeur Billets d'humeur
27 février 2019 3 27 /02 /février /2019 07:31

CHARMOY-CITY, REMPARTS ET INSCRIPTIONS AU CHÂTEAU LOUIS XI (1er épisode) - du 27 février 2019 (J+3724 après le vote négatif fondateur)

     Rassurez-vous, chers amis lecteurs, nous ne parlerons pas ici d’une vieille affaire de tags qui défraya la chronique à l’entrée de l’automne 2017, et qui récemment encore, était exhumée en images par Auxonne Infos - Actus & Débats, la page facebook  locale branchée. 

         Rappelons tout de même en passant quelques échos médiatiques de cette vieille affaire qui valut à notre premier édile, à son adjointe sportive et au fidèle Rex les honneurs de la vidéo (retirée depuis) sur France 3 : 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/tagueurs-ont-droit-cite-auxonne-1335093.html  

          Le 23 septembre 2017, Le Bien Public titrait de son côté en page 13 : « AUXONNE ARTS URBAINS Pas de sanction pour les tagueurs ».

      Un article au titre surprenant avec ce chapeau qui ne l’est pas moins : « La Ville d’Auxonne recherche l’auteur d’un tag. Non pour le sanctionner – au contraire – mais pour lui faire une proposition insolite »

    Les curieux pourront relire à ce propos notre article du moment sur le sujet :

CHARMOY-CITY : LE COÛT DES TAGS PERMANENT - du 26 septembre 2017

     Et localiser du même coup la production d’« art urbain », œuvre géniale d’un petit Basquiat local qui s’ignorait sans doute, et à qui la municipalité souhaitait « faire une proposition insolite ». L’œuvre de street art se trouvait précisément sur la face intérieure du rempart du front de Saône, près de l’Abattoir.

https://www.beauxarts.com/expos/a-t-on-retrouve-un-graffiti-de-jean-michel-basquiat-a-manhattan/

     Le temps a passé depuis, et aujourd’hui, c’est pile au revers du tag, sur la face extérieure du mur tourné vers la Saône qu’une équipe de maçons locaux s’active à restaurer le parement extérieur très dégradé de ce rempart. À la bonne heure !

       Nos maçons travaillent « sous contrat d’insertion avec l’entreprise Défi 21 » comme l’indique un article paru en page 12 dans Le Bien Public de lundi dernier 25 février.

      [N.D.L.R. Chantecler, il s’agit sans doute de « DÉFIS 21 - Avenir Environnement Association - Atelier et chantier d'insertion (ACI) »]

http://www.puissance-pro.fr/fiche-structure?lg=4.996104&lt=47.341665&activite=9872&page=5&structure=4353

    L’article est  par ailleurs abondamment documenté et les photos très évocatrices.

    Mais, rien n’étant parfait en ce bas monde sublunaire il y a tout de même un loup…

    Pas de panique, les maçons n’y sont pour rien, qui font de leur mieux. Mais ce  gros titre de l’article : « AUXONNE Patrimoine La rénovation du château Louis XI, un défi technique pour les ouvriers », d’après ce qu’on lit et qu’on voit dans le corps de l’article, ne trouvez-vous pas qu’il est un peu à côté de la plaque !

     Et dès la une du journal, cette annonce : « AUXONNE La rénovation du château avance à grands pas » ce n’est pas vraiment ça !

    À quoi servent donc les efforts louables de signalétique qu’évoque un candidat d’opposition sur son facebook  et celui de son groupe, tout en commémorant sa campagne passée ?

https://www.youtube.com/watch?v=3uKdgf0tu2c

    En matière d’efforts de signalétique, nos édiles ne sont sans doute  pas encore au top, mais citons quand même au passage un effort de signalétique d’une utilité indéniable à leur actif : la nomination fort opportune, bien que déjà ancienne de la rue privée du Charmoy.

RETOUR À LA RUE DU CHARMOY - du 09 avril 2018       

      Après ce retour à la rue du Charmoy, revenons à nos maçons et à leur « château ». Visiblement c’est sur le rempart à deux pas du château  que les maçons travaillent, mais pas au château, voyons !

    Voilà du moins ce que nous dit le corps de l’article et que nous montrent  les photos.

      Je sais bien, la critique est facile et j’entends déjà un petit malin me rétorquer « Le  titre de ton article, Chantecler, « c’est de la daube » : remparts d’accord, mais où sont tes foutues inscriptions ? »

     Pas d’affolement, l’affaire n‘est pas classée car mon article n’est pas encore terminé et tous les mots n’en ont pas été encore inscrits.

     C’est que je ne veux pas faire trop long, il paraît que les gens n’aiment pas ça. Alors si vous le voulez bien, cette histoire d’inscriptions, on en reparle, promis, mais une prochaine fois, dans un second épisode. (À suivre…)

    Et là, vous comprendrez encore mieux pourquoi il était nécessaire de bien faire le distinguo entre l’enceinte du  château proprement dite et le rempart d’à côté où travaillent les ouvriers….

  En attendant, Claudi a mis les petits lapins du CMJ dans le coup….C’est tout de même plus sympa de ramasser des compétences en matière de patrimoine que de ramasser les papiers…

ALBUM  Et si on nettoyait la nature ?

 

Le Bien Public titre ce matin

 « COTE-D'OR - ÉVÈNEMENT  Cette famille d'Auxonne vit le carnaval depuis quatre générations »

    À propos d’un autre « carnaval », la mascarade publicitaire de juin 2010 précédant la « consultation » du 27, je salue cordialement Brigitte qui intervient dans l’article.

    Alors commerçante sur la place d’Armes elle m’apporta sans compter son soutien matériel et technique  pour réagir à ce cirque digne d’une république bananière et me permit ainsi de diffuser largement les premières publications papier de Chantecler

Vive l’union du papier crépon et de l’A2 80 g !

IMPRESSIONS DE LA CONSULTATION 2010 - du 14 février 2013

 

Charmoy-City, les petits lapins du CMJ as du patrimoine

Charmoy-City, les petits lapins du CMJ as du patrimoine

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 27 février 2019 (J+3724 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
25 février 2019 1 25 /02 /février /2019 07:56

BONAPARTE  ET LA SAÔNE (2) : À QUAND L’INCONSTANT  AU PORT ROYAL ? - du 25 février 2019 (J+3722  après le vote négatif fondateur)

      À la fin de l’été dernier, l’actualité de la presse nous avait amené à commencer une nouvelle série intitulée Bonaparte et la Saône.

BONAPARTE  ET LA SAÔNE (1) - du 17 août 2018

    Nous nous y étions interrogé en particulier sur la réalité et les sources écrites d’un fait mentionné et répété à l’envi dans de nombreux ouvrages, en l’occurrence,  une noyade évitée de peu par Bonaparte lors d’une baignade dans la Saône.

    Nos recherches sur ce point sont actuellement en cours, mais les nombreux thèmes d’actualité qui ont mobilisé pour l’instant notre plume, ne nous en ont pas permis une exploitation sérieuse. Et Chantecler, c’est d’abord du sérieux ! Pas du sérieux pour rire, mais du sérieux qui fait quand même bien rire ! Même si Monsieur P.F n’est pas de cet avis !

    À propos de rire, et même de rire institutionnel, Auxonne infos actus et débats se rebranchait hier sur le carnaval, un thème en or qui fait l’unanimité.  

      Ayant évoqué, entre autres, pour cette année la présence du thème du cirque dans le corso il recevait ce commentaire délicieux : « Avec les articles sur la mairie et son conseil municipal c’est toute l'année le cirque non ? ». Inutile de vous dire qu’il n’émanait pas de Monsieur P.F. !

     Pour faire patienter les fans du Petit Caporal, et rester dans le ton circo-carnavalesque du moment nous nous livrerons donc aujourd’hui à une petite clownerie « bonapartiste » inspirée par un sujet sérieux : le bilan touristique local quelque peu morose de l’été dernier.

      En effet,  si l’on en croit  la presse régionale de la fin de l’été dernier, le tourisme local du moment ne semblait pas vraiment au mieux de sa forme.

   Le Bien Public du 28 août dernier titrait à ce propos en double page « AUXONNE TOURISME FLUVIAL Le port Royal boudé par les vacanciers ».

    Un constat préoccupant que traduit le chapeau de l’article : « Cet été, le port d’Auxonne a accueilli moins de visiteurs à la journée. Selon le responsable de l’accueil, John Stevenson, les plaisanciers venus de Haute-Saône ne s’arrêtent plus autant à port Royal ».

       Faut-il voir dans cette conjoncture l’une des causes possibles de la lenteur de concrétisation du projet de doublement du port, serpent de mer récurrent de l’actualité portuaire locale ?

    Le doublement revient en effet périodiquement à la une à propos du Port Royal, comme les marchés nocturnes reviennent à propos du vieux port.

GALIONS ET DOUBLONS À L’OMBRE DU BASTION - du 20 MAI 2016

    Retour encore du serpent de mer, jeudi dernier 21 février, lors de l’ « Assemblée Générale de la caisse locale du Crédit Agricole ».

     Le site facebook de Fabrice Vauchey précise à ce propos « En fin d’assemblée statutaire, deux gérants de la société H2O, exploitante du port Royal, ont présenté leur entreprise et ses activités, ainsi que le projet d’extension du port pour l’instant « en suspens ». Les échanges avec la salle ont porté sur l’attractivité du centre-ville du point de vue des plaisanciers, sur le nom du port et sur la problématique des eaux usées des bateaux ».

      Gageons que l’attractivité du centre-ville bientôt revitalisé justifiera bientôt, par un afflux de touristes renforcé, un prompt doublement du nombre des anneaux offerts aux plaisanciers.

CHARMOY-CITY, REVITALISATION : HÂTE-TOI  LENTEMENT ! - du 22 février 2019

     Reste un point que nous nous devons cependant d’évoquer, celui du renoncement possible de certains  plaisanciers, fans du Petit Caporal, de mouiller dans le port d’une ville dont le Musée Bonaparte est maintenant fermé depuis de nombreuses années.

      Il n’est pas impossible, en effet, que cette fermeture prolongée puisse être à l’origine d’un certain nombre de renoncements à visiter notre ville, quand elle ne cause pas, chez les visiteurs arrivés sur place, un cruel désappointement !

CHARMOY-CITY : « BONAPARTE NOUS VOILÀ ! » - du 14 mai 2018

     Il serait certes hâtif et prématuré de lier cette baisse de la fréquentation de notre port de tourisme fluvial à la seule défection des fans du Petit Caporal.

        Nous ne le ferons d’ailleurs pas, privilégiant résolument, contre la déploration stérile, la critique constructive à la mode du Conseiller Wilfried.

      Claudi, qui n’en manque pas, appelle l’imagination au pouvoir et propose une solution originale.

     Une réplique soignée, au besoin réduite, et  visitable de L’Inconstant, le célèbre brick qui ramena l’Aigle de l’Ile d’Elbe,  ne manquerait pas d’accroître l’attractivité de notre cité et de son port fluvial.

    Le mini-centre d’interprétation que pourrait abriter cette installation attractive permettrait dans une présentation audio-visuelle interactive d’approcher, virtuellement au moins, les quelques souvenirs du passage de Bonaparte à Auxonne, soustraits depuis bientôt dix ans à la vue du visiteur.

        Il est évident, enfin, que pour concilier histoire et environnement, L’Inconstant, qui malgré son nom, n’est pas incontinent, serait équipé d’un dispositif agréé de recueil des eaux usées inévitablement générées par  la fréquentation des visiteurs.

    Une idée à creuser peut-être…. avant le grand creusement pour l’instant « en suspens »…, tout comme « la problématique des eaux usées des bateaux »

 

 

Flash dernière : À propos de problématique des eaux usées on pourra lire dans Hebdo 39 n° 337 du jour cette remarque judicieuse du Conseiller Wilfried  à propos de la fameuse « lettre ouverte » de nos passionnés désappointés : « ce choix de lettre ouverte est calamiteux, le linge sale doit se laver en famille… »

CHARMOY-CITY : QUAND LES DÉSAPPOINTÉS NE POINTENT PLUS- du 31 janvier 2019

    L’article de Louis Lanni renfermant cette citation est intitulé : « Différent entre la majorité municipale d’Auxonne et la Communauté de Communes : les trois groupes d’opposition du conseil municipal livrent leurs points de vue »

    Les éclairages divers portés, dans ce long article, par la voix de trois conseillers d’opposition  sur la grande lessive, avec ou sans bouillir, entre détergent et soupline, méritent d’être examinés.

     Une remarque cependant, lorsque dans son chapeau le rédacteur fait mention d’une CDAC « (Commission Départementale d‘Aménagement Commercial) portant sur l'extension de la zone du Charmoy (Leclerc) », expression retrouvée dans la déclaration du Conseiller Wilfried, de telles inexactitudes entretiennent de facto une confusion, maintes fois dénoncée dans notre blog, entre Leclerc et la zone du Charmoy.

     Rappelons, en référence, le libellé exact de l’avis de la CDAC du 21 décembre dernier où il n’est pas question d’ « extension de la zone du Charmoy » :

« La commission départementale d’aménagement commercial ÉMET UN AVIS DÉFAVORABLE sur la demande de permis de construire valant autorisation d'exploitation commerciale présentée par la SCI HPS relative à l'extension de 2 175 m2 de la surface de vente de l'ensemble commercial E. LECLERC situé avenue du Général de Gaulle à AUXONNE, par la création d'un magasin spécialisé dans la solderie de 1 500 m2 de surface de vente, d'un magasin spécialisé non alimentaire de 550 m2 de surface de vente, et d'une boutique spécialisée dans l'équipement de la maison d'une surface de vente de 125 m2, portant la surface totale de vente de l'ensemble commercial à 7 155 m2 »

Charmoy-City nautique, l'Inconstant concilie histoire et environnement

Charmoy-City nautique, l'Inconstant concilie histoire et environnement

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 25 février 2019 (J+3722  après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 08:35

AVEC ÉDOUARD À CHARMOY-CITY : RÉFLEXIONS AGRICOLES À L’OCCASION DU SALON - du 23 février 2019 (J+3720  après le vote négatif fondateur)

     Je dois vous avouer que, devant le silence méprisant (ou gêné ?) des « cibles » de ma plume, devant l’écho trop confidentiel de mes travaux d’investigation (mentionnons toutefois à ce propos les récentes et excellentes initiatives de vulgarisation de la page facebook « Auxonne Infos, actus et débats » ,  devant l’indolence désarmante et la paresse intellectuelle de mes concitoyens, je me prends parfois à penser que je gâche mon encre.

      Mais cela ne dure jamais longtemps, car je trouve toujours mon réconfort dans la lecture de prédécesseurs illustres. Imaginez même qu’il y a quelques années,  j’ai découvert un frère de plume inattendu, sinon à Auxonne, du moins en Bretagne !

     En cette année 2014,  où l’on décapait au scrapper la terre arable des champs du Charmoy, une lecture attentive de quelques numéros du Soleil de l’Ouest, feuille polémique et décapante d’Édouard Leclerc, a suffi à me redonner du cœur à l’ouvrage.

      Merci Édouard !! (N.B. : dans tout cet article, il sera précisément question des textes écrits jadis dans Le Soleil de l’Ouest, sous sa signature ou sous un pseudonyme, par feu Édouard Leclerc, fondateur du mouvement éponyme, et en aucun cas des représentants actuels de ce mouvement).

    Quelques mots, tout d’abord, à propos du Soleil de l’Ouest. Il en est fait mention dans Wikipédia ainsi que dans la notice nécrologique « officielle » d’Édouard Leclerc en ces termes : « il lance, en 1973, un magazine, le Soleil de l’Ouest, diffusé dans la région brestoise ». Des journalistes ayant écrit sur le mouvement Leclerc qualifient ce magazine de « feuille de chou » (L. Chavane  dans Le phénomène Leclerc p. 31 ; F. Carluer-Lossouarn dans Leclerc : Enquête sur un système p. 122).

     Nous  avons, quant à nous, consulté avec beaucoup d’intérêt la collection incomplète du dépôt légal de ce magazine conservée à la Bibliothèque de Rennes. Il s’agit certes d’une presse atypique et originale (et introuvable à présent !) avec un caractère pamphlétaire marqué mais, à l’occasion, très roborative, une presse à laquelle le qualificatif de « feuille de chou » ne nous semble vraiment pas adapté ! Des « feuilles de chou » il y en a de pires, y compris de professionnelles ! Mais Monsieur P.F., le Monsieur Pompes Funèbres d’une réflexion de plus de trois lignes avec moins de trois fautes, dirait sans doute que « c’est de la daube » !

     Contre toute attente, et toutes proportions gardées, nous avons trouvé dans Le Soleil de l’Ouest un aîné inattendu de Chantecler, car Édouard Leclerc, avec quarante ans d’avance, aborde déjà précisément certains problèmes auxquels nous avons été confrontés dans notre Chantecler et il ne dédaigne pas, non plus, à l’occasion, d’illustrer ses propos acerbes de quelques croquis bien sentis et même de quelques vers !

     Aujourd’hui, jour de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, nous voudrions mettre à l’honneur quelques propos agricoles de notre Cher Édouard ! De l’inattendu !

 

      Ouvrons Le Soleil de l’Ouest N°2 de Mai 1973. En première page, l’éditorial signé Édouard Leclerc décrit la longue genèse historique du paysage de bocage breton et s’indigne contre sa destruction et « l’acharnement du Génie Rural à remembrer en arasant les talus et les haies ». En conclusion, il interroge : « Va-t-on rendre le Finistère inhabitable pour les quelques pourcentages que reçoit Génie Rural pour l’arasement des talus au cours des remembrements ? Il est vrai qu’il faudra d’autres pourcentages pour les reconstruire. »

    Dans l’une des pages suivantes, sous le titre « L’homme peut-il encore choisir ? » et sous le pseudonyme transparent de Jean Corrégou, il acquiesce sans illusion naïve à la prise de conscience, nouvelle encore, en ce début des années 1970, de la nécessité de protéger l’environnement :

« Il y a quelques années, il était presque malvenu de parler d’humanisme […] malvenu de parler du devenir de l’homme rebaptisé « consommateur », comme de parler de la protection de la nature et du monde paysan, malvenu, en résumé, d’avoir d’autre souci que la rentabilité »

« […] Le cycle infernal « Consommer pour produire, produire pour occuper les hommes » semblait engagé pour l’éternité. […] Il ne manquait pas de place pour cela, une fois chassés les paysans ! Le besoin que les citadins ont de la campagne, mais on y avait pensé voyons ! et l’on avait ménagé quelques parcs, aménagé, plutôt, car on n’avait pas oublié que ce serait des « consommateurs » qui s’y promèneraient. Les grandes entreprises agricoles menées par des milliardaires…entreprenants, guettaient la succession, toutes prêtes à produire à coups d’engrais super-actifs, sous la protection d’insectisides [sic] de plus en plus « efficaces », cette viande, ces légumes, ces fruits qui, ainsi que l’écrivait un savant, il y a quelque temps font cher du litre d’eau !

  [ N.D.L.R. Nos « consommateurs » locaux, dont une association fut créée ad hoc et ex nihilo (déclaration en préfecture le 18 janvier 2010) pour booster le projet Charmoy, et ses promoteurs en difficulté, jugeront eux-mêmes en quelle grande estime, notre Breton tenait alors le vocable de « consommateurs ]

CHARMOY-CITY 2010, BERCEAU ET MODÈLE DU VOTE D’INITIATIVE CITOYENNE  EN ZONE - du 18 décembre 2018

« […] Lorsqu’autour de nous, il nous arrivait d’aborder ce sujet, que de sourires amusés nous répondaient, que de thèses hâtivement construites sur l’impossibilité de renverser la vapeur ! Il est vrai que nos arguments naissaient du seul bon sens, de cette réflexion parfois lente, mais si féconde, mais si sûre, qui caractérise le monde rural et celui des marins »

     [ N.D.L.R. Notre Breton aurait été bien déçu, s’il avait pu connaître les « thèses » de représentants supposés du « monde rural », dans notre Conseil municipal, sur la question ! Tel qui selon son biographe, trayait les vaches à douze ans,  favorisa naguère le bétonnage de terres agricoles après en avoir assuré discrètement la « maîtrise foncière » aux promoteurs.  Mais notre Breton, comme nous, n’était pas dupe du discours des élus comme la suite va nous le démontrer.]

CHARMOY-CITY : UN TRACTEUR POUR LE CHARMOY - du 16 février 2019

 

« […] le Maire de Brest, par exemple, peut mentir à ses administrés et leur affirmer que leur ville est la plus verdoyante de toutes (mais sans doute parle-t-il du Bois d’Amour et de la jolie campagne de la Cavale Blanche qu’il s’apprête à détruire ?), il ne peut tricher avec le soleil, ni donc avec la vie et ses allées macadamisées et ses tristes zones de jeux gravillonnés sont bien incapables de photosynthèse…À ceux qui comme nous, connaissent Rotterdam ou Kiel, il ose pourtant parler de « politique audacieuse des jardins et des espaces verts  [ N.D.L.R. : Combien de fleurs ?]. Nous aurons donc à nous méfier de ceux qui, méprisant l’homme en général, croient encore possible de lui mentir, de l’étourdir de bonnes paroles. »

    Vraiment ce Soleil de l’Ouest, il savait bien éclairer là où ça faisait mal !

     Il y a quelques années, en une fin de mois d’août diluvienne, je passais sur le Vieux Chemin de Dole au pied d’un chantier. Une sombre plate-forme encaillassée  avait remplacé le vert coteau de terre arable et dégorgeait son eau boueuse dans les fossés alentour. Contemplant alors  ce triste spectacle – que des gogos et des badauds à courte vue « étourdis de bonnes paroles » venaient admirer je me suis alors dit :

    « Que sont les verts maïs devenus ? Si tu pouvais voir Édouard, mon pauvre Édouard, toi qui vitupérait les « allées macadamisées et [les] tristes zones de jeux gravillonnés » du maire de Brest.  Édouard, mon pauvre Édouard, si tu pouvais voir les méfaits qu’on commet sous ton nom ! »

    Claudi salue ce vieil Édouard qui, à l’occasion, contre les maires « qui mènent en bateau », savait manier la caricature !

BAS LES MASQUES ! - du 20 FÉVRIER 2015

 

Charmoy-City, hyperagriculture, du tracteur au scrapper

Charmoy-City, hyperagriculture, du tracteur au scrapper

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 23 février 2019 (J+3720 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 06:20

CHARMOY-CITY, REVITALISATION : HÂTE-TOI  LENTEMENT ! - du 22 février 2019 (J+3719  après le vote négatif fondateur)

        Un article du Bien Public titrait mercredi dernier 20 février  « CÔTE-D'OR - COMMERCE Revitalisation du centre-ville à Auxonne : elle mise sur les horaires ».

    Cette référence à la « Revitalisation du centre-ville à Auxonne » ne s’appliquait pas en fait à notre municipalité, mais à une sympathique couturière du centre-ville.

  En ce qui concerne le projet de revitalisation de la municipalité censé être mené « tambour battant », on en est encore, pour l’heure aux séances de présentation et d’ « essayage » de la nouvelle robe qui devrait comme par miracle « réveiller la belle endormie ».

     Plus que les horaires, on semblerait donc depuis quelque temps jouer les délais 

CHARMOY-CITY : UNE ASCENSION TAMBOUR BATTANT - du 04 février 2019

    Même le très modéré  Conseiller WILFRIED ne nous contredira pas sur ce point, qui écrivait hier, dans un commentaire  sur la page « auxonne-infos, actus et débats » :

 « le projet de revitalisation Centre Bourg est LE projet structurant des 10 prochaines années...quelque [N.D.L.R. Chantecler : permettez-moi de corriger, Conseiller WILFRIED : quelle que et non « quelque »] soit la future équipe élue en 2020. Le réduire à quelques réfections de trottoirs ou de façades, c'est ne RIEN avoir compris au projet. Par contre, ce projet prend trop de retard. »

    « Trop de retard » sans doute !

       Il serait toutefois injuste de notre part de ne pas mentionner l’affirmation, de longue date, d’une volonté de notre municipalité « passionnée » « de s’investir pleinement dans un développement harmonieux du commerce du Centre-Ville ».   

      Oui, nous ne divaguons pas !

     

  Cette volonté résolue s’exprimait déjà, à l’aube de l’année 2010, par la voix de Raoul Langlois dans son Édito d’ Inf’Auxonne numéro 27 de janvier 2010 (page 1)  

     Il est vrai qu’au paragraphe suivant, la bonne intention « de s’investir pleinement dans un développement harmonieux du commerce du Centre-Ville », s’assortissait de ce corollaire pour le moins étonnant ( !!!) :

 « Aussi, la municipalité s’est-elle engagée dans l’aménagement d’une zone commerciale au Charmoy » !

      Et de poursuivre allègrement : «  Nous répondons ainsi à l’attente de l’immense majorité de nos concitoyens [N.D.L.R. Chantecler : cette remarque ne fait évidemment pas référence à la fameuse consultation de juin 2010, décidée postérieurement pour sortir le projet de l’ornière à la suite du verdict de la CNAC confirmant le refus en CDAC du 7 octobre 2009, contre lequel, dans cet édito s’indigne notre élu]. La commission Départementale n’a pas retenu ce projet eu égard aux abstentions alors que les votes étaient largement favorables : 4 pour – 2 contre. Je me déplacerai pour soutenir le projet devant la Commission Nationale d’Aménagement Commercial.

[…] Aujourd’hui, la municipalité s’engage pour le futur de notre cité. La municipalité travaille ».

     La municipalité, c’est clair, travaillait déjà !

CHARMOY-CITY : LES TRAVAILLEURS DE LA MAIRIE - du 25 octobre 2018

      Elle travaillait déjà, et ce, dès le début, c’est bien clair, pour  LECLERC !

     La preuve ? Si elle était à faire, nous dirions que  quelques jours après la parution de cette brillante tirade, notre premier édile se déplaçait à Paris « pour soutenir le projet devant la Commission Nationale d’Aménagement Commercial. »

     Qui, elle, refusait le projet et désavouait carrément le « corollaire » de notre bon maire en ces termes :

« [le projet] aura un impact significatif sur l’activité des commerces et services traditionnels situés en centre-ville ; […] ainsi ce projet ne manquera pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’AUXONNE ;

Le projet qui n’est pas desservi par les transports collectifs, est situé en limite de zone agglomérée sur des parcelles agricoles, à l’écart du centre-ville[…]  il contribuera à développer un nouveau pôle périphérique et […] il  ne participera pas ainsi, à un aménagement harmonieux du territoire de l’agglomération d’AUXONNE »

   Il est bien sûr, qu’après ce coup dur, la bonne intention de nos « passionnés » « de s’investir pleinement dans un développement harmonieux du commerce du Centre-Ville » fut quelque peu mise en panne par leur investissement sur le projet du Charmoy. C’est certain ! On ne peut pas être au four et au moulin !

  Inf’auxonne N° 30 d’octobre 2010 témoignait ainsi clairement de l’effervescence laborieuse de la ruche de nos « passionnés » en ces termes :

« PROJET DE ZONE COMMERCIALE DU CHARMOY »

« Conformément à la volonté clairement exprimée par les Auxonnais(es) lors de la consultation du 27 juin 2010, le nouveau dossier est en préparation avec une attention et une motivation décuplées. Nous vous tiendrons informés dès qu’il sera finalisé. » (page 2)

    Petite incise en passant, si vous lisez la deuxième colonne du papier du port en bleu  sur la même page, vous aurez une surprise. Explication ?

    Mon épouse et moi-même avons mené spontanément et bénévolement en juin 2010 une opération de relevés photographiques et planimétriques sur le chantier du port car les services de l’archéo n’avaient pas été avisés. Cette initiative a évité une interruption du chantier le jour où la Préfecture, ayant découvert les photos du chef de chantier sur le net,  a fini par y  mettre son nez !

     Conclusion : Le seul cercle des élus ne renferme  pas en lui-même, fût-ce en son centre, le monopole de toutes les compétences et il doit être possible pour chacun d’apporter librement sa pierre à l’édifice. Discrètes ou bruyantes, ce sont les contributions de tous les citoyens qui font vivre une ville et non seulement celles d’une équipe, fût-elle « d’expérience » et « passionnée » !

   Mais tout ça me direz-vous, ce sont de vieilles affaires. Qu’en-est-il, neuf ans après, de la volonté de notre municipalité « de s’investir pleinement dans un développement harmonieux du commerce du Centre-Ville »

    Un coup d’œil à ce propos sur la récente déclaration de Raoul Langlois dans le gratuit Pays dolois n° 212 de ce mois :

     “Il est important que les travaux débutent... ”

  Voilà pour le titre, qui va satisfaire notre Conseiller WILFRIED.

      Passons au texte maintenant : « C’est un projet qui avance plutôt bien. On souhaiterait qu’il progresse plus rapidement pour qu’enfin de premiers éléments concrets apparaissent, que les travaux débutent. Je ressens en effet une certaine impatience... [N.D.L.R. Chantecler : celle du Conseiller WILFRIED sans doute ?]  Nous avons noté une bonne participation aux différentes réunions avec la présence des commerçants, des riverains, des propriétaires, des élus... [N.D.L.R. Chantecler : et des gilets jaunes à la dernière  ] ce qui nous permet aujourd’hui de dégager les grandes lignes du projet. Il est clair que si nous souhaitons améliorer la situation nous devons engager des travaux, des travaux importants même. […]»

    Nous voilà convaincus !

 

Charmoy-City, Revitaline, la tortue du projet

Charmoy-City, Revitaline, la tortue du projet

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 février 2019 (J+3719 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
21 février 2019 4 21 /02 /février /2019 08:32

EN ATTENDANT LA MÉDIATHÈQUE : DE SAINES LECTURES À CHARMOY-CITY - du 21 février 2019 (J+3718 après le vote négatif fondateur)

     Un petit clin d’œil de Chantecler au gérant de la page facebook  « auxonne-infos actus et débats » pour le cran qu’il a, à l’occasion, de relayer nos articles.

     Quoi qu’en disent certains de ses followers qu’il sait élégamment et honnêtement (au sens intellectuel) remettre en place à propos de leurs commentaires aussi creux qu’indigents concernant notre blog, Chantecler est au mieux de son audience !!

    Et tant pis pour les rancœurs rances !

Quand le débat s'élève à Charmoy-City

Quand le débat s'élève à Charmoy-City

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 21 février 2019 (J+3718 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Coup de coeur

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Coup de coeur
20 février 2019 3 20 /02 /février /2019 06:43

TENSION ET RANCŒURS À CHARMOY-CITY : LE FOND DU PROBLÈME - du 20 février 2019 (J+3717 après le vote négatif fondateur)

    

     Samedi dernier 16 février   Le Bien Public titrait en pleine page « AUXONNE Politique La majorité et l’intercommunalité s’expriment sur le climat de tension »

    Dans notre précédent article, nous avions mentionné cette parution tout en nous interrogeant sur l’existence simultanée de deux versions différant très sensiblement dans leurs développements.

CHARMOY-CITY : SELON QUE VOUS SEREZ BRANCHÉ OU PAPIER  - du 18 février 2019

  

 Les lecteurs de l’article, soucieux d’approfondir leur réflexion sur les causes de cet état de fait, trouverons dans notre publication du jour un tour d’horizon des étapes et des causes et de la montée en tension,

 

L’ORAGE ÉCLATE

      Fin janvier, l’orage éclate dans le ciel de la CAP Val de Saône qui depuis deux ans n’était pas vraiment sans nuages….

      Peu de temps auparavant, dans la patrie de Pasteur, chère à notre premier édile, résonnait un  « coup de tonnerre » économique, celui-ci, dans le ciel de la grande distribution doloise.

QUID DE CHARMOY-CITY APRÈS LA PRISE DE DOLE ? (1) - du 28 janvier 2019

         Et voilà  qu’un autre coup de tonnerre, politique celui-là, mais néanmoins en lien avec le débat communautaire sur l'extension « de la surface de vente de l’ensemble commercial » d'une grande enseigne, résonnait en forme de « Lettre ouverte aux Maires et aux délégués communautaires CAP Val de Saône », dans tout le territoire de la CAP Val de Saône

LES  DEUX CAUSES MAJEURES DU CONFLIT    

    Le 1er février Le Bien Public titre en première page « RÉGION AUXONNAISE Rififi entre Auxonne et la com’com’ » et consacre une page entière à l’évènement sous le titre « AUXONNE POLITIQUE LOCALE Des tensions entre la majorité et l’intercommunalité ».

      Dans le corps de l’article Raoul Langlois s’exprime sur la cause immédiate du conflit : « ce qui a mis le feu aux poudres, c’est le vote contre de la présidente de la comcom’ et du maire de Lamarche-sur-Saône lors de cette CDAC. Cela a provoqué la colère d’un certain nombre de délégués ».

     Cette CDAC, tenue le 21 décembre dernier, concernait, si l’on se réfère au texte officiel de la décision,  « une extension de 2175 m2 de la surface de vente de l’ensemble commercial E. LECLERC situé Avenue du GÉNÉRAL DE GAULLE à AUXONNE »

     Une autre cause plus lointaine de conflit était née avec la nouvelle communauté de communes elle-même en janvier 2017, ce que pointe la lettre ouverte en ces termes :  

« Cela a commencé lors de la séance qui a vu l’élection des vice-présidents, où la quasi-totalité des représentants des autres communes nous ont fait l’affront d’élire à un poste de vice-président un élu de notre opposition municipale, et ce malgré le fait que la nouvelle présidente ait été prévenue que ce cas de figure constituait pour notre commune un « casus belli » »

    On rapprochera cette dialectique de celle du passage d’un tract des cantonales de 2011 dirigé par le candidat Raoul Langlois contre son adversaire au deuxième tour (voir l’encadré dans le document suivant) :

    Les années passent et le style perdure dans sa magnanimité. Visiblement, les racines du mal sont profondes !

    Passons à un autre tract encore tout chaud, et tout aussi édifiant !

 

LE TRACT DU 8 FÉVRIER ET SES « APPROXIMATIONS »

   À partir du 8 février la majorité municipale charmoysienne distribue un tract intitulé « Lettre ouverte aux citoyens d’Auxonne »

    Ce tract constitue une reprise de la « Lettre ouverte aux Maires et aux délégués communautaires CAP Val de Saône ».

    Le seul changement d’importance qu’on y décèle est un long développement, relatif au refus en CDAC mentionné plus haut, que nous citons in extenso :

 

        « Une Commission Départementale d’Aménagement Commercial avait été déposée pour l’implantation de trois surfaces commerciales sur la zone du Charmoy (LECLERC). Il s’agissait en fait

- du déménagement de la société IZOPREMIUM trop à l’étroit dans ses locaux de la Rue Colonel Redoutey.

-de la construction d’un magasin d’exposition pour l’agence Renault, lui permettant de récupérer le magasin d’exposition actuel pour agrandir son atelier mécanique

-de l’implantation d’une solderie.

 Cette C.D.A.C a rejeté ce projet à cause du vote négatif de la Présidente de la Communauté de Communes, Madame Marie-Claire BONNET-VALLET, et de Monsieur Alain BRANCOURT, Maire de Lamarche-sur-Saône représentant les maires ruraux !!! I1 y avait vingt emplois à la clé, mais ils ont été délibérément sacrifiés pour des intérêts dont on ne perçoit pas vraiment la finalité. Ce refus entraine en plus un dégât collatéral : un commerce installé dans la rue Antoine Masson comptait reprendre le local d'IZOPREMIUM pour s'agrandir. Ce commerçant envisage maintenant de quitter notre Canton ».

 

Référons nous maintenant à l’objet de la CDAC tel que défini par la Préfecture on peut lire :

« 10 H 00 – Extension de l’ensemble commercial E. LECLERC à AUXONNE

–          dossier n° 577 enregistré le 31 octobre 2018

–          demandeur : SCI HPS

–          surfaces de vente créées : - solderie : 1 500 m2

- magasin spécialisé non alimentaire : 550 m2 - boutique vérandas : 125 m2

TOTAL : + 2 175 m2 »

  

     Il est bien clair que la présentation du tract ci-dessus n’est pas sincère  quand elle présente une  « extension de l’ensemble commercial E. LECLERC à AUXONNE » comme « l’implantation de trois surfaces commerciales sur la zone du Charmoy (LECLERC) » tout en développant longuement ce qui concerne IZOPREMIUM et RENAULT,  et en passant très rapidement sur le gros morceau (la solderie de 1500 m2). Plus grave le « magasin spécialisé non alimentaire : 550 m2 » est carrément omis.

      Précisons aussi que le « magasin d’exposition pour l’agence Renault » (204 m2) mentionné dans le tract n’est pas soumis à la décision  de la CDAC. Qui n’en fait d’ailleurs pas mention.

    Quant au « dégât collatéral » relatif à « ce commerçant [qui] envisage maintenant de quitter notre Canton », on sait à présent ce qu’il en est !!

     Ces détails n’engagent certes pas un lecteur averti et responsable à prêter foi aux autres arguments développés dans le tract !

CHARMOY-CITY : EN DANSEUSE SUR LE STRAPONTIN - du 13 février 2019

    

     Un tel procédé discursif entretenant la confusion n’est pas une nouveauté de la part de la majorité municipalité charmoysienne actuelle, très impliquée dès le début de son double mandat dans la défense des intérêts d’une grande enseigne que le tract du 8 février dernier ne cite qu’entre parenthèses. Ah ! discrétion !

    ET pourtant en 2009 les mérites du projet de cette enseigne avaient été largement vantés et son nom largement affiché dans le magazine municipal et sa lettre de remerciement publiée !!!

    En 2010, après le retoquage du projet LECLERC une consultation était lancée. Dans l’appel municipal pressant ( !!!) qui avait été envoyé sous pli timbré  aux électeurs, on ne trouvait pourtant plus trace du nom de l’enseigne

     Le premier intéressé, le Directeur de l’expansion de l’enseigne, ne faisait pas tant de cachotteries en déclarant, le 26 avril 2010 lors d’une réunion de travail du conseil municipal de CHAMPAGNOLE : « A AUXONNE, le Maire va demander à ses administrés de voter pour ou contre l'implantation d'un LECLERC ». (voir document ci-dessous page 4)

    Une réunion semblable s’était tenue à Auxonne le 23 avril  2009 (voir Inf’Auxonne n° 25 p. 2), à la différence de Champagnole, son compte-rendu ne fut jamais mis en ligne…discrétion !

       À l’issue du fameux scrutin, la presse du moment moins discrète, annonçait clairement la couleur dans un article du 1er juillet rendant compte du vote et de son objectif réel !

     Un autre motif de s’interroger sur le bien-fondé de l’indignation actuelle de nos cachottiers, c’est que le projet présenté dernièrement en CDAC est prévu pile sur l’emplacement précis où jadis nos passionnés nous avaient  tant vanté et promis, dans leur inénarrable Inf’auxonne n° 25, tenez-vous bien…. la construction d’un hôtel !

Ah ! les mentoux !

CHARMOY-CITY : HÔTEL DE LA RUE DU CHARMOY. ON SOLDE !!! (1) - du 2 décembre 2018

     Au bout du compte, l’hôtel promis ne voit jamais le jour et le citoyen touriste se retrouve le bec dans l’eau ! Coin ! Coin !

https://www.youtube.com/watch?v=1FPfUwcCz3I

   

  Ces rappels, un peu longs sans doute mais nécessaires,  nous ont paru être une introduction utile  à une analyse des arguments exposés dans l’article du Bien Public du 16 courant intitulé : « AUXONNE Politique La majorité et l’intercommunalité s’expriment sur le climat de tension »

   À bientôt !

   Claudi, qui a tout compris a déjà fait sa petite analyse en image en ce qui concerne les vieilles rancoeurs recuites ! Retour à l’isoloir !

CHARMOY-CITY : NAGUÈRE CAVALIER SEUL, À PRÉSENT « ISOLÉ » - du 21 janvier 2017

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 06:55

CHARMOY-CITY : SELON QUE VOUS SEREZ BRANCHÉ OU PAPIER  - du 18 février 2019 (J+3713 après le vote négatif fondateur)

    Pour commencer notre article nous partirons d’une citation « l’odeur du papier favorise plus la lecture que la tablette »

     Cette citation nous la tirons d’un article du Bien Public du 6 février 2018 intitulé : « AUXONNE CULTURE Plusieurs projets culturels se mettent en place à Auxonne »

     Dans cet article, on peut lire cette remarque de notre premier édile à propos de la médiathèque : « […] On part du principe que l’odeur du papier favorise plus la lecture que la tablette » estime le maire d’Auxonne, Raoul Langlois ». Nous l’avions déjà notée dans un précédent article.

CHARMOY-CITY, RETOUR SUR LE PSC - du 10 FÉVRIER 2018

     Entrons à présent dans le vif du sujet.

     Samedi dernier 16 février, Le Bien Public publiait un article pleine page relatif aux tensions dans le territoire et intitulé « AUXONNE Politique La majorité et l’intercommunalité s’expriment sur le climat de tension ».

     L’article est disponible tant en version papier que sur le site internet du journal. Amateur du papier dont l’odeur « favorise plus la lecture que la tablette » nous avions fait une lecture de la version papier, prêt à en tirer matière à penser pour notre blog, lorsqu’une incursion sur la toile nous permit d’y découvrir une version sensiblement plus longue que la version papier, disons-le, plus épurée.

    Ce phénomène nous semble rendre problématique la référence à la presse dès lors que deux commentateurs peuvent se référer à deux versions.

 

     Un exemple pour vous convaincre. Imaginons un citoyen qui s’intéresse à juste titre aux élections de 2020 et qui ait consulté la version papier

     Il pourra lire cette réponse de Raoul Langlois à la question de Fabrice SIRLIN à propos des récentes absences des élus de la majorité auxonnaise en conseil communautaire

« Ces actions traduisent-elles des ambitions pour l’an prochain ?

Non, ça n’a rien à voir. Même si ma décision est prise depuis longtemps, je ne veux pas me prononcer sur ma candidature ou non pour l’instant, car il y a encore du temps et du travail à faire jusqu’à mars 2020 ».

   

Le lecteur numérique plus jeune, ou simplement curieux pourra lire quant à lui :

 

« Ces actions traduisent-elles des ambitions pour l’an prochain ?

Non, ça n’a rien à voir. Même si ma décision est prise depuis longtemps, je ne veux pas me prononcer sur ma candidature ou non pour l’instant, car il y a encore du temps et du travail à faire jusqu’à mars 2020. [En revanche, Jacques Combépine, 1er adjoint, Martine Lassagne, 4e adjointe, et Jean-Paul Moindrot, 5e adjoint, ne brigueront pas de nouveau mandat, NDLR.] La campagne a encore le temps de s’engager. Ce qui m’importe, c’est le mieux-être des Auxonnais et ça ne passe pas forcément par une présidence d’un élu d’Auxonne. Que la présidente soit de Pontailler-de-Saône ne nous gêne pas du tout ».

 

Cette réponse envisage de manière plus large la question électorale de 2020 en englobant la question communautaire.

     Le lecteur numérique trouvera son pendant, inédit dans la version papier, en l’occurrence, la réponse de la présidente de la CAP Val de Saône à une question du journaliste absente de la version papier :

 

« Voyez-vous derrière ces actions une ambition de Raoul Langlois pour les élections municipales et communautaires en 2020 ?

Il faut laisser la question en suspens. Les habitants d'Auxonne sont assez clairvoyants pour tirer leurs conclusions. Je ne tiens pas à m’immiscer dans les élections de telle ou telle commune, il appartient aux habitants d’élire leurs représentants »

  

  Décidément, bien que « l’odeur du papier favorise plus la lecture que la tablette », le parfum électoral est plus capiteux dans la version numérique !

    Les variantes ne manquent d’ailleurs pas d’une version à l’autre et nous auront sans doute l’occasion d’y revenir.

     Car, rassurez-vous amis lecteurs, nos précisions éditoriales d’aujourd’hui, n’épuisent en rien l’abondante matière de nos commentaires à venir !

 

P.S. : Sur la page facebook en vogue, apparition du Conseiller Wilfried, « vêtu de probité et de lin blanc » dans un  commentaire irénique :

« Wilfried Le Goff  Dans cet article, on ressent à travers les lignes de la rancœur et de l'agressivité. La situation est compliquée et conflictuelle, c'est indéniable. Mais pour avoir échanger avec les élus, les propos tenus, même s'ils sont globalement fidèlement retranscrits dans le BP, sont heureusement exprimés oralement avec beaucoup moins d'agressivité de part et d'autre. Il y a donc une nuance entre l'écrit et l'oral et j'espère, pour le bien de tous, que les 12 ou 13 mois restants se feront justement dans cette nuance... »

 

 Il est toujours dangereux de se promener « à travers les lignes », même avec un drapeau blanc ! Il ne faudrait surtout pas que notre Conseiller « bons offices » connaisse le sort de Monseigneur Affre .

     Ça laisserait assurément un irréparable vide dans le paysage  politique charmoysien !

     Qui resterait alors pour « échanger avec les élus » dans le but d’apaiser, selon un autre commentaire, « ces guerres intestines [qui] fatiguent les Auxonnais ».

    Ne s’agirait-il pas plutôt de guerres auxonnaises qui fatiguent les intestins ! Le débat s’envole !

     Dans son illustration du jour, Claudi n’a pas manqué de faire à WLG une place méritée !

 

Mention spéciale : Coup de chapeau au spectacle de vendredi dernier, La Phobie des longueurs, qui contrairement à ce que pourrait suggérer le titre n’engendre pas l’ennui.

      Une mise en scène avec trois bouts de ficelle, et des kilomètres de fil électrique, que pallie un art évident de la jonglerie, des propos pleins d’une truculence sans complexe. En un mot l’art de faire beaucoup avec rien, sans esbroufe, et sans l’air d’y toucher.

     Thierry et Jean-Claude, nos sympathiques saltimbanques, sans bomber le torse et sans se la jouer, ont emporté l’adhésion d’un public familial et varié !

      Tout le contraire du spectacle que nous donnent les matamores de l’arène politique charmoysienne, et  dans lequel le talent comique brille par son absence !      

Charmoy-City : à l'école de la démocratie

Charmoy-City : à l'école de la démocratie

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 février 2019 (J+3715 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
16 février 2019 6 16 /02 /février /2019 08:36

CHARMOY-CITY : UN TRACTEUR POUR LE CHARMOY - du 16 février 2019 (J+3713 après le vote négatif fondateur)

   Nous vivons dans un monde plein d’ambiguïtés, et à Charmoy-City plus qu’ailleurs ! Le fait n’est plus à démontrer. Les annales de l’histoire du Charmoy en témoignent !

PATRIMOINE ET CITOYENNETÉ (1) - du 17 Septembre 2016

PATRIMOINE ET CITOYENNETÉ (2) - du 18  Septembre 2016

    L’ambiguïté est partout, notamment l’ambiguïté textuelle qui s’épanouit jusqu’à se vautrer dans les arrêts de notre bonne cité !

Si notre salle du conseil municipal avec ses strapontins-estrapades était un amphithéâtre, ce serait l’Amphi Goury !

      Dis donc Chantecler, tu nous la sors bonne !

      C’est vrai qu’il vaut mieux prendre le parti d’en rire ! Décennie Raoul, décennie maboule !

     Allez redescendons sur terre…. Tenez, même un tracteur c’est ambigu ! Vous dites tracteur et l’image vous vient d’un champ fraîchement labouré, image nostalgique surtout si vous êtes un enfant de la terre !

     Si vous êtes un enfant de la terre passé à la politique et, croyez-moi, de par chez nous ça ne manque pas,  alors depuis des lustres vous avez mieux à faire que de siéger sur un tracteur !      

    Ce qui n’empêche que votre cœur tout dévoué à l’intérêt général, peut s’attendrir quand même au mot de tracteur. Toutefois, éloigné depuis trop longtemps de l’engin labourant, c’est l’image d’un autre tracteur qui monte en votre cœur, celle du militant tractant par tous les temps. On en vit récemment par nos rues glissant des tracts dans nos boîtes et qui n’étaient pas de la poste ! Ah ! Quels braves gens ces militants !

 https://www.youtube.com/watch?v=_srFL6xXsQ0

     Et que leurs tracts sont charmants mes enfants !

   Tiens !  Le dernier encore, nous parlait encore longuement du Charmoy et des méchants qui mettent des bâtons dans les roues du tracteur du Charmoy !

      Le tracteur du Charmoy c’est un peu notre spécialité locale, il finira sans doute statufié sur un rond-point, sans doute au rond-point de l’Europe !

      Mais avant le tracteur, qui n’est que le vecteur, comme le facteur de la poste, du message, c’est d’abord le message qui compte, la prose imprimée sur le papier.

      Il paraît que le dernier message « aux Citoyens d’Auxonne » a connu un grand succès ! Du grand style, à lire en réunion à la veillée ! Il paraît même qu’il devrait être lu bientôt à la Chambre (à air !)

https://www.youtube.com/watch?v=VDt1poFpWmM

CHARMOY-CITY : « DÉSAPPOINTÉ(S) »… ET VOLEUR(S) DE BICYCLETTE(S) !!! - du 10 février 2019

    Allez, je vous sens alléché par tous ces bons papiers ! Il paraît qu’on les collectionne ! En attendant le grand, entrez dans mon petit musée !

     Votre petit musée ?

    Oui, quelques textes marquants sur A4 diffusés publiquement au fil du temps, concernant le Charmoy et son plus célèbre militant.

    Les tracts et le tracteur, un titre possible pour une belle histoire entre caddie et  urnes. Des grands moments de démocratie ! Des choses rares, comme les buvards, « à conserver » ! Sorties d’un vieux tiroir….mais qui n’ont pas vieilli !

    Si vous le voulez bien, la visite commencera par la fin !

Pour les amateurs plus gourmands, notre classique rétrospective de la consultation de 2010, un temps en jaune-fluo, où l’on se croirait aujourd’hui revenu !

IMPRESSIONS DE LA CONSULTATION 2010 - du 14 février 2013

    Et, bien sûr, l’image traditionnelle de Claudi pleine de bonnes vieilles maximes d’almanach sur fond de terre qui ne ment pas…ou presque !

 

P.S.   Chers lecteurs, j’avoue ne pas avoir encore pris connaissance de l’article du Bien Public de ce matin intitulé : 

« COTE-D'OR - POLITIQUE Auxonne : la majorité et l’intercommunalité s’expriment sur le climat de tension »

    Il est fort possible cependant que la visite du petit musée des tracts et tracteurs du Charmoy, que vous ne manquerez pas de faire en remontant le temps, jointe à la rétrospective « Impressions de la consultation  pourra vous éclairer grandement sur l’une des origines profondes du malaise actuel !

 

P.S.  Alors que nous continuons dans le registre « bas les masques », « Auxonne infos- actus et débats » ne rêve que de Carnaval.

Un petit clin d’œil au Charmoy carnavalesque !

REINE DU CHARMOY - du 11 FÉVRIER 2015

 

 

Charmoy-City, un tracteur pour la zone

Charmoy-City, un tracteur pour la zone

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 février 2019 (J+3713 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
15 février 2019 5 15 /02 /février /2019 07:23

CHARMOY-CITY : LES BRUITS DE COULOIRS ONT FAIT LEUR TEMPS (2ème diffusion) - du 15 février 2019 (J+3712 après le vote négatif fondateur)

   Cet article constitue une rediffusion d’un précédent article du 16 novembre dernier. Cette rediffusion fait écho, cum grano salis,  à un thème sportif «  nocturne » traité dans un article sportif du Bien Public.

    Depuis sa première diffusion, l’annonce d’une réelection à la présidence de l’OSA s’est concrétisée avec bonheur !

 

 La première publication du texte qui suit a eu lieu le 16 novembre dernier.

CHARMOY-CITY : LES BRUITS DE COULOIRS ONT FAIT LEUR TEMPS - du 16 novembre 2018

 Pour faciliter sa relecture nous avons reprécisé certaines dates entre crochets   

   

Dans les sombres « couloirs » du château Louis XI l’hibernation des pipistrelles a commencé depuis quelque temps.

    Elles pourraient dormir sur leurs deux oreilles puisque l’édition 2018 des « Couloirs du temps », qui a eu lieu le 11 octobre dernier [ 2018], a fait place depuis au calme de la saison d’hiver.

      Et pourtant, le visiteur tardif qui oserait s’aventurer encore en solitaire dans l’obscurité froide et humide des « souterrains » ne manquerait pas d’entendre le bruissement de la rumeur des chiroptères.

    C’est que deux d’entre elles ayant été mises en alerte, en octobre dernier [ 2018], par des bribes d’une conversation dans l’ombre entre deux coureurs, la communauté aux ailes de velours ne dort plus désormais que d’un œil.

CHARMOY-CITY : DES COULOIRS DU TEMPS AUX COULISSES DU POUVOIR ? - du 15 octobre 2018

     Depuis qu’une pipistrelle qui n’avait pas ses oreilles dans sa poche a entendu parler de « chats à fouetter » par un « président », l’angoisse s’est installée dans l’ombre des souterrains séculaires, rythmée par l’écho des gouttes d’eau suintant des voutes….

     L’image horrifique de hordes cruelles de félins, déboulant en feulant dans les sombres couloirs, leurs yeux phosphorescents en guise de lampes frontales, vient troubler le sommeil de nos pipistrelles.

      Que ne lisent-elles Hebdo 39, ce Monde diplomatique des élites régionales,  cette feuille bigarrée qui vous sert entre deux pubs quelques rondelles d’information !

      Il est vrai que nos chiroptères qui marchent au radar ont la vue basse, mais n’en est-il pas de même de plus d’un lecteur de journal !

      Trêve de persiflage ! Qu’as-tu donc trouvé dans Hebdo 39 pour crâner ainsi Chantecler ?

      Bien des motifs de rassurer nos pipistrelles !

      Il suffit de lire dans  le dernier Hebdo 39 N° 324 du 12 courant [12 novembre 2018], l’article «  TROIS QUESTIONS À JEAN-PIERRE ROUSSEL, PRÉSIDENT DE L’OFFICE DES SPORTS D’AUXONNE », vous y  trouverez cette réponse du Président à la deuxième question : « Je serais [sic] candidat pour être réélu au Comité directeur et pour une nouvelle mandatuture [sic] de président ». Passons sur les fantaisies orthographiques et autres coquilles, le message est clair ! En voituture Simone !

     Les pipistrelles peuvent donc dormir tranquilles, cette histoire de « chats à fouetter » ne tient pas debout et le coureur au dossard 2019, appelons-le Émilien Vapotek, aurait mieux fait de tenir sa langue !

     Et pourtant, sachez-le bien, c’est en bonne logique qu’Émilien Vapotek avait tiré sa conclusion selon laquelle il déclarait à son compère du dossard 2018, appelons-le Raoul Saroul : « En 2019, ton président il aura d’autres chats à fouetter ! »

    C’est qu’entre deux entraînements, Émilien Vapotek lit les journaux, et pas seulement Inf’Auxonne , mais encore Chantecler !

    Notre Émilien se souvenait donc bien de deux informations précédentes sans ambiguïté pour la suite, et qui permettaient, pour un esprit imaginatif, et celui de notre Émilien l’est bien, d’échafauder diverses hypothèses.

     Pour commencer, ce numéro 289 d’Hebdo 39  du 19 février dernier [ 2018] dans lequel le président évoquait la nécessité de « trouver un successeur »

  Et, dans la foulée, cet article du Bien Public du 21 février dernier [ 2018] dans lequel « le président tire sa révérence »

https://www.youtube.com/watch?v=I1OM2JWaMdk

    Il cogitait donc sur les motifs de cette révérence jusqu’à ce que le dernier Hebdo 39 N° 324 du 12 courant [12 novembre 2018] vienne déranger ses cercles !

    Moralité, il est venu rassurer les pipistrelles qui à présent pourront dormir tranquilles, mais, du coup, notre Emilien Vapotek, lui, ne sait plus à quel saint se vouer.

     Qui sait ? C’est peut-être en relisant l’éloge vibrant de notre premier édile aux associations dans son Édito d’Inf’Auxonne n° 56 que notre Président est revenu sur ses intentions déclarées ?

CHARMOY-CITY : LE N° 56, UN BOUQUET, DES LAURIERS ET DES LABELS ! (1)  - du 05 avril 2017

     Et puis, comme le précise le Président  sortant mais toujours partant, dans le dernier Hebdo 39 N° 324 du 12 courant [12 novembre 2018]: « Il y a beaucoup de travail en 2019 »

     Conclusion, à Charmoy-City, on ne devrait pas chômer l’an prochain surtout avec la perspective de l’année cruciale 2020 ! Sachant qu’il est parfois difficile d’être au four et au moulin !

CHARMOY-CITY : LES TRAVAILLEURS DE LA MAIRIE - du 25 octobre 2018

P.S. Nous saluons la page facebook « auxonne infos actus et débats » pour son travail malheureusement déserté par les commentateurs courageux !

      Il semble déjà loin le temps où notre Conseiller Wilfried pouvait y laisser ce commentaire ! « Un faux profil de plus...tout comme le vôtre.... en fait il n'y a guère que Anna Grapsa, Benoît Vallee et moi même pour publier régulièrement sur cette page sans avoir recours à un faux profil »

 

 

P.S. bis : Ajout 14h30 : En recherche d’audience pour une page peu fréquentée  concernant la voirie, « auxonne infos actus et débats » vient de déclencher une avalanche de crottes de chiens ! Mieux qu’une pluie de grenouilles ! Canigou élève le débat !

    Au fait quelle est la seule ville de France où les chiens glissent sur des merdes de vieux ?

    Vous donnez votre langue au chat ?

     Nice ! Pardi !

 

 

 

Charmoy-City, des bruits de couloirs qui ont fait leur temps

Charmoy-City, des bruits de couloirs qui ont fait leur temps

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15 février 2019  (J+3712 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Rediffusions

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Rediffusions