Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 07:26

ET SI LA ZONE DU CHARMOY N’ÉTAIT QU’UN MIRAGE ? - du 09 OCTOBRE 2015 (J+2487 après le vote négatif fondateur)

Dans le dossier d’enquête publique de 2013 concernant la construction d’un hypermarché E.LECLERC, on pouvait trouver, selon les termes du rapport, un « dossier de demande d’autorisation de construire » renfermant « un courrier de la SARL BOUXDIS du 28 mars 2013 concernant la connexion du projet avec le Vieux Chemin de Dole et la réponse du Maire d’Auxonne du 11 avril 2013 » ( Enquête publique E13000033/21 du 21/02/2013 – Construction surface commerciale Auxonne p. 47/91)

Nous avons déjà évoqué ces courriers dans un précédent article

QUEL CHOIX POUR LE CHARMOY ? - du 07 OCTOBRE 2015

Le courrier de la SARL BOUXDIS, adressé au Maire d’Auxonne, précisait :

« La voie d’accès au parking du futur hypermarché allant du « rond-point de l’Europe » au « vieux chemin de Dôle », est une route à 2 voies qui a pour but de desservir le parking et ultérieurement la future zone du Charmoy ».

« Merci de me confirmer si dans l’attente de la construction de la zone du Charmoy, nous devons prévoir la condamnation provisoire de la connexion avec le « vieux chemin de Dôle » étant donné que ce dernier est un chemin communal qui ne peut manifestement pas recevoir le trafic en provenance de notre voie d’accès aux parkings et à la future zone du Charmoy ». Par lettre du 11 avril 2013 le Maire d’Auxonne confirmait l’option de la condamnation provisoire « dans l’attente de la construction de la zone du Charmoy ».

Les termes de la lettre de BOUXDIS sont clairs, la voie d’accès « a pour but de desservir le parking et ultérieurement la future zone du Charmoy ». Il s’agissait donc bien d’abord de construire un hypermarché E. LECLERC… Charité bien ordonnée. Pour « la future zone du Charmoy », on verrait « ultérieurement ». D’ailleurs, dans le plan initial du dossier déposé en janvier 2011 la voie d’accès desservait visiblement le seul hypermarché.

Pourquoi, alors en juin 2010, dans le cadre d’une « consultation » fort discutable, puisque faite a posteriori, a-t-on dérangé les électeurs pour voter pour ou contre une zone commerciale au Charmoy ? Sous couvert de cette consultation, ne s’agissait-il pas d’abord et avant tout de faire plébisciter, avec l’appui logistique et publicitaire du promoteur, un projet revu à la baisse, après le refus par deux commissions successives, et réduit en fait au seul hypermarché E. LECLERC, comme le montre clairement le projet de janvier 2011 ?

La presse elle-même ne s’y était pas trompée, et le 1er juillet 2010, Le Bien Public titrait « AUXONNE LES HABITANTS DISENT « OUI » AU LECLERC ». Parmi les 1533 électeurs (30,3% des inscrits) qui votèrent alors OUI, combien, hormis les propriétaires fonciers (et encore !), profiteront un jour réellement des avantages et retombées tant vantés de cette fabuleuse et hypothétique zone du Charmoy ?

Ce n’est d’ailleurs qu’en 2013, suite à une intervention du Préfet, comme me l’a précisé le commissaire-enquêteur, qu’apparaît dans le plan consultable lors de l’enquête publique, un nouveau tracé susceptible d’assurer la « connexion avec le « vieux chemin de Dôle » », ainsi que la mention explicite « voirie à rétrocéder ultérieurement à la Commune ».

Cette rétrocession ultérieure interviendra, n’en doutons pas. Mais dans cet avenir plus ou moins proche, à l’heure du mariage Bourgogne-Franche-Comté, la proximité de Dole et des nombreux équipements commerciaux de sa périphérie sera plus que jamais une réalité criante. Ces équipements ont d’ailleurs connu un développement important au cours des dernières années, des commerçants auxonnais s’y sont implantés et y ont investi. La présence proche de ce pôle dolois risque bien de faire de l’ombre à l’avenir commercial du Charmoy.

De cette zone, il est fort probable, que pour de très longues années encore, nous n’aurons de concret qu’un nom, un nom de rue sur une plaque et dans l’annuaire : « rue du CHARMOY ». Ce nom, c’est celui que, sans surprise, nos édiles ont donné, le 7 septembre dernier, à la majorité des voix, à la « route à 2 voies qui a pour but de desservir le parking » de l’hypermarché E .LECLERC. Parmi diverses autres propositions qui ont été faites en séance nous retiendrons celle de « rue de LURE », car elle présente l’avantage de rendre à César ce qui est à César !

Le Charmoy a maintenant sa rue, à défaut d’avoir sa zone qui est pour l’instant encore « future ». Mais si le futur de cette zone reste encore hypothétique, son passé s’écrit depuis la fin du dernier siècle. Nous proposons pour finir à nos fidèles lecteurs/trices une relecture de ce passé, qui ne manque pas d’intérêt !

ARCHÉOLOGIE DU CHARMOY (1) - du 22 DÉCEMBRE 2014

ARCHÉOLOGIE DU CHARMOY (2) - du 27 DÉCEMBRE 2014

ARCHÉOLOGIE DU CHARMOY (3) - du 02 JANVIER 2015

ARCHÉOLOGIE DU CHARMOY (4) - du 04 JANVIER 2015

Mirage au Charmoy

Mirage au Charmoy

Ils ont dit oui à la rue du Charmoy

Ils ont dit oui à la rue du Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 09 Octobre 2015 (J+2487 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 08:21

QUEL CHOIX POUR LE CHARMOY ? - du 07 OCTOBRE 2015 (J+2485 après le vote négatif fondateur)

Ce soir, nos élus se réuniront en conseil. À l’ordre du jour de cette séance, un point particulier a retenu notre attention, le point 15.

Ce point 15 est précisément intitulé « Dénomination de voirie zone du Charmoy ». Toujours soucieux d’informer nos fidèles lecteurs/trices nous donnerons d’abord quelques précisions sur cette « voirie » qu’il s’agira de « dénommer ».

Lors de l’enquête publique, qui s’était tenue en septembre 2013, nous avions consciencieusement épluché le dossier. Des archives de cette recherche nous pouvons tirer aujourd’hui une définition précise de cette voirie, donnée par son financeur lui-même.

Selon les termes d’une lettre de la Société BOUXDIS au Maire d’Auxonne datée du 28 mars 2013 sous la signature de M. F. Tritant on peut apprendre que « la voie d’accès au parking du futur hypermarché allant du rond-point de l’Europe » au « vieux chemin de Dôle », est une route à 2 voies qui a pour but de desservir le parking et ultérieurement la future zone du Charmoy ».

La lettre ajoutait que « dans l’attente de la construction de la zone du Charmoy » il fallait prévoir « une condamnation provisoire de la connexion avec le « vieux chemin de Dôle » ». Un courrier du maire d’Auxonne daté du 11 avril 2013 confirme cette option de condamnation

Par la suite, la première mention de la réalisation effective de cette voirie sur le terrain avait été faite par notre premier magistrat lors du Conseil du 10 juillet 2014 (page 4) en ces termes précis : « Les travaux ont démarré. Certaines voies d’accès sont perceptibles. L’inauguration pourrait se faire en juin 2015 ». Si, début juillet 2014, « Certaines voies d’accès sont perceptibles », nous verrons plus loin que, début 2009, les voies d’accès administratives au projet se montraient beaucoup plus impénétrables !!!!

Cette voirie, initialement limitée à la zone de l’hyper LECLERC, est sans doute vouée à une rétrocession ultérieure à la commune, c’est du moins ce que m’avait laissé entendre le commissaire-enquêteur en 2013. Ce point sera peut-être abordé et précisé au Conseil de ce soir, dont l’ordre du jour prévoit au minimum de statuer sur la dénomination de cette voirie.

Nommer une rue, une place, une avenue ou un rond-point est un geste politique. On peut certes adopter une neutralité facile et prudente pour les rues d’un lotissement en recourant aux noms de fleurs, d’arbres, ou d’oiseaux… Mais dans le cas précis de la zone du Charmoy, le concept de neutralité semble difficilement applicable.

Cette voirie, remarquons le bien, ne conduira pour l’heure qu’au seul hypermarché E.LECLERC (et à son drive). Et l’hôtel alors et tout le reste ?

« Dans l’attente de la construction de la zone du Charmoy » comme l’écrit lui-même le promoteur, cette voirie est en fait une impasse en raison de la « condamnation provisoire de la connexion avec le « vieux chemin de Dôle » » et même une impasse privée jusqu’à la rétrocession.

Pour l’heure, la « construction de la zone du Charmoy » est encore en « attente », on verra « ultérieurement », comme la lettre de BOUXDIS semble le préciser, et c’est seulement un hypermarché E.LECLERC qui a été construit, en réponse originale sans doute et particulièrement adaptée « au vote négatif fondateur » du 17 décembre 2008 dont nous rappelons ici les termes :

« Question : « Etes vous favorable à l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire sur la zone du Charmoy ? »

Résultat du vote :

- Nombre d’électeurs : 22 ;

- Nombre d’enveloppes : 22 ;

- Nombre de suffrages exprimés : 21 ;

- 21 bulletins « non » ;

- 1 vote blanc » (Procès-verbal du Conseil du 17/12//08 page 25)

La rédaction de CHANTECLER propose donc aujourd’hui pour cette voirie le seul vrai nom crédible et porteur de sens, celui d’ « IMPASSE DU 17 DÉCEMBRE 2008 ». Notre proposition, nous en sommes bien sûr, ne sera pas retenue !

Notre premier magistrat inclinera plutôt vers des dénominations plus conformes à ses options ou – qui sait ? – porteuses d’une séduction artistique plus grande, telles que « Avenue de l’Attirance » ou « Boulevard du Charmoy de la Rosière », que l’on vit assez récemment fleurir avec des radis sur la toile. À moins que l’on ne débouche au bout du compte sur une banale « Rue du CHARMOY »…

Quelles seront les propositions originales d’une opposition, à présent tricéphale ? Une opposition à trois têtes, donc, pour nommer cette « route à 2 voies qui a pour but de desservir le parking et ultérieurement la future zone du Charmoy » ?

http://dole-auxonne.hebdo39.fr/article-trois-questions-a-wilfried-le-goff,7053.htm

Toujours est-il que nous attendons avec impatience le nom qui jaillira du brain-storming passionnant de ce soir, à moins que la gravité du sujet n’en fasse différer l’échéance à une séance ultérieure pour une plus mûre réflexion. Les grandes décisions, en effet, comme les pommes, gagnent à mûrir ! Rappelez-vous, le 17 décembre 2008, ce fut NON, mais un travail de réflexion mûre et élaborée mit fin à cette négativité stérile, pour conduire à un OUI sans réserves !

Mais au fait, je pense, au moment de nommer cette « route à 2 voies qui a pour but de desservir le parking et ultérieurement la future zone du Charmoy », rappelons à nos élus qu’il serait ingrat de leur part de ne point honorer et remercier de façon éclatante la vertu cardinale dont leur primus inter pares fut jadis la vivante preuve et l’incarnation !

Cette vertu qui présida à l’entre-deux feutré, fourré et lourd de surprises entre le 17 décembre 2008 et le 26 mars 2009, et qui fut reconnue expressément et par écrit par le promoteur, c’est la DISCRÉTION !... Optons donc encore pour « BOULEVARD DE LA DISCRÉTION » !!!

Comme dirait notre ami Michel Moreau de Champagnole dans son article « Leclerc, Champagnole, même combat » du 14 août dernier : « Le super grand de l'hyper commerce avait compris : cette ville était administrée par un édile à l'esprit éclairé et dont le regard portait loin ».

Mais nous allions oublier nos vaillants « Nettoyeurs de la Nature ». Émus par la qualité environnementale du projet, ils positivent et optent résolument pour le green….washing !! « ALLÉE DE L’AIR PUR » ou « COURS FLEURI DES CHAUVES-SOURIS », ils se disent voilà qui ne serait pas mal !!

Quel choix pour le Charmoy

Quel choix pour le Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 Octobre 2015 (J+2485 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 08:50

LE GRAND NETTOYAGE - du 05 OCTOBRE 2015 (J+2483 après le vote négatif fondateur)

Dans notre article du 30 septembre dernier, nous signalions, dans Le Bien public du même jour, la parution d’un article intitulé « AUXONNE Des collégiens écocitoyens ». Nous rappelions à ce propos que, ce que le quotidien qualifiait d’« opération nationale « Nettoyons le nature » » était, depuis 1997 année de son lancement, une initiative sponsorisée par l’enseigne E.LECLERC, détail d’importance que ne précisait cependant pas le quotidien.

Nous ajoutions qu’ainsi l’enseigne disposait, en la personne de nos élèves de l’école publique et de leurs enseignants collaborateurs, plus ou moins conscients du volet publicitaire de l’opération, d’une belle tranche de publicité dans la France profonde. Et nous nous interrogions : « Ce jour où la jeunesse française, mobilisée et équipée par l’enseigne E.LECLERC, se lève comme un seul homme pour ramasser mégots et papiers gras, quand microparticules et pesticides ont la vie belle, donne-t-il l’image d’une véritable conscience écocitoyenne ? À voir ! »

Force est de reconnaître que ce concert béat de Bisounours de Panurge exhale un subtil parfum de moraline, et que la bonne conscience s’y achète à bon marché par le ramassage de mégots et autres cannettes abandonnés par les incivilités coupables de mauvais écocitoyens réputés affreux, sales et méchants. Le méchant jeteur et le gentil ramasseur ! La Fontaine, comme tu nous manques pour donner une morale à cette fable dans laquelle les vrais grands pollueurs sont gentiment oubliés!

Chevalier blanc de cette croisade du propre, engagé pour un jour sous le logo d’un tee-shirt publicitaire, le parfait petit citoyen-consommateur de demain traque allègrement l’écume de la pollution visible et en vient presque à oublier des émissions beaucoup plus inquiétantes bien qu’invisibles (aérosols de pesticides, microparticules, métaux lourds, antibiotiques, perturbateurs endocriniens…)

Quelques déviants incivils osent tout de même se permettre d’apporter leur note discordante dans cette idyllique symphonie pour un monde enfin récuré

[Paysages de France] "Bâchage" du 29 septembre à Bourg-lès-Valence(Drôme) : pour le nettoyage du paysage !

http://yonnelautre.fr/spip.php?article9578

Il y a bientôt deux ans nous avions déjà apporté notre couac à l’harmonieux concert des violons et des pipeaux champêtres :

NETTOYONS LA PUB DE LURE (1) – du 13 janvier 2014

NETTOYONS LA PUB DE LURE (2) – du 15 janvier 2014

NETTOYONS LA PUB DE LURE (3) – du 17 janvier 2014

NETTOYONS LA PUB DE LURE (4) – du 21 janvier 2014

Notre Artiste va encore dire que c’est du réchauffé. Peut-être, mais ça peut tout de même rafraîchir la mémoire en nos temps d’amnésie et de lavage de cerveaux !

Dans sa collection, Claudi a dégotté une image pleine d’optimisme. Il l’a recyclée pour notre plaisir. Dame Nature va enfin s’épanouir au Charmoy. Célestin, le jardinier de l’Eden, a la main verte et plus d’un cactus dans sa serre. Adam et son Ève OUIOUI en sont tout esbaudis, bientôt, là-haut, ce sera le Paradis, pardi !

La nature enfin nettoyée

La nature enfin nettoyée

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 05 octobre 2015 (J+2483 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 07:07

KOLOSSAL ! - du 02 OCTOBRE 2015 (J+2480 après le vote négatif fondateur)

Hyper ! Colossal ! Titanesque ! À Auxonne, décidément, le superlatif est de mise ! Il n’est que de lire la presse locale pour s’en convaincre.

Dans Le Bien Public du 26 septembre dernier, on pouvait ainsi lire en introduction de l’article intitulé « Le château poursuit sa mue », sous la plume de Nicolas Rouillard, les propos suivants : « L’une des tours du château d’Auxonne achève d’être restaurée. Retour sur un chantier colossal [N.D.L.R. Chantecler : c’est nous qui soulignons] qui donne une cure de jouvence à l’un des joyaux de la ville »

Le 28 septembre dernier, le même quotidien titrait sous la même plume : « Le port d’Auxonne va doubler » et l’article s’ouvrait à présent sur cette introduction : « Le chantier s’annonce colossal [N.D.L.R. Chantecler : c’est nous qui soulignons] : la société qui gère le port d’Auxonne veut doubler le nombre d’emplacement [sic] »

Se fier à l’orthographe est devenu, de nos jours, fort périlleux, et il est bien sûr, en dépit de l’emploi du singulier, qu’il y a plus d’un emplacement au port et que leur nombre en doublant ne passera pas de 1 à 2 comme le laisserait entendre le singulier, mais de 150 à 300 anneaux ! Le chantier s’annonçant colossal, c’est donc le « Seigneur des Anneaux » qu’on va nous jouer en 3D et technicolor. Réellement colossale, semble être une question de taille évoquée dans l’article en ces termes :

« le stockage de la terre extraite au cours du chantier est plus problématique. Le volume est titanesque [N.D.L.R. Chantecler : c’est nous qui soulignons], puisqu’il a été estimé à 150 000 m3 »

Pour l’heure, la recherche d’une solution consiste en celle d’« un site qui soit le plus proche possible d’Auxonne ». À ce propos, nous avons fait un peu de prospective. La zone du Charmoy, malgré son éloignement du centre-ville, n’en est pas moins très proche et son ouverture ne saurait tarder. La zone du Charmoy est par ailleurs située sur un coteau. Le dénivelé a d’ailleurs nécessité d’importants travaux de terrassement déblayage/remblayage pour créer la plate-forme de l’hyper. Cette plate-forme surplombe à présent la partie plus basse de la zone. Cette partie en contrebas, voilà un colossal réceptacle capable d’accueillir un volume titanesque de 150 000 m3 de terre ! On ferait ainsi d’une pierre deux coups en faisant la joie de deux investisseurs privés qui pourraient alors, vent en poupe et maire en poche, prendre un peu plus d’ampleur ! Plus d’anneaux et plus de linéaires !

Je sens que je viens d’inspirer, une ampoule s’allume au sommet. Kolossal ! J’imagine notre premier édile déclarant : « Imaginez le fabuleux [N.D.L.R. Chantecler : c’est nous qui soulignons] chantier qui attend les entreprises de la région », propos qu’il tenait déjà dans le célèbre article du Bien Public du 26 mars 2009 intitulé « Leclerc arrive avec 250 emplois d’ici 24 mois ».

Permettez-nous ici une petite incise. Dans cet article-culte, le maire d’Auxonne, qui depuis n’a pas changé (qu’en dites-vous ?) témoignait, flanqué d’un adjoint et d’une adjointe. Tous trois, aux dires de la presse étaient « tout aussi excités qu’impressionnés par le projet ». À noter tout de même que l’adjointe pugnace et enthousiaste qui voulait réveiller « la belle endormie » a, depuis, mis en sommeil sa brillante carrière politique. Non sans avoir laissé son empreinte au Charmoy !

En attendant, car il s’agit bien d’attendre, le centre-ville attendra comme en témoigne encore la presse. Ainsi notre premier édile déclarait dans un article du Bien Public du 19 septembre dernier intitulé « 432 000 € en moins » : « Par exemple, pour le centre-ville, au lieu de 2020, ce sera sans doute plutôt pour 2025-2030 ». Une attente pour le moins colossale ! Qui vivra verra !

À propos d’attente, il semblerait qu’au centre-ville, on attende sans grande joie l’ouverture du fabuleux projet qui excitait et impressionnait tant nos trois édiles. C’est du moins l’impression que peut laisser la lecture d’un article du JDD, Le Journal du Dimanche du 20 septembre dernier, intitulé « Un mariage de raison », et troisième article d’une série « Le tour de France des régions ».

http://www.lejdd.fr/Politique/Regionales-en-Bourgogne-Franche-Comte-un-mariage-de-raison-751981

Dans cet article, sur lequel nous reviendrons probablement plus tard, c’est d’abord la position limitrophe de notre ville (« village frontalier entre deux rives ») entre les régions Bourgogne et Franche-Comté, à l’aube de leur fusion, qui a motivé l’intérêt du JDD pour Auxonne. De façon plus anecdotique, quelques aperçus croustillants, tant historiques que d’actualité, sont donnés sur notre « village frontalier entre deux rives », qui ne manquent parfois pas d’intérêt même s’ils noircissent volontiers le tableau. Ainsi des « cheminées bourguignonnes [qui] menacent de s’effondrer » ou des « jeunes chômeurs et désœuvrés qui boivent sur le parvis de l’Église » ! C’est un peu Albert Londres à Charmoy-City !

Sur le chapitre du commerce au centre-ville, une présidente localement bien connue des milieux touristiques « a fait le calcul : il ne reste que deux bouchers et un traiteur sur les 13 qu’elle a connus enfant ». L’article ajoute : « Trois grandes surfaces ont sapé la vitalité de la ville. « Ils vont en ouvrir une quatrième, peste un des derniers commerçants du centre-ville, on va tous mourir. Il n’y a même plus de boutique de téléphone, c’est dire ! » Là ce n’est plus Albert Londres, c’est carrément Fenimore Cooper et le Dernier des Mohicans !

Comme disait la chanson, dans l’un de nos précédents articles : « Visitez, plaisir garanti, Auxonne la nouvelle Pompéi ! ». Kolossal !

LES NOCTURNES-du 16 janvier 2012

Un colosse pour Charmoy-City

Un colosse pour Charmoy-City

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 02 octobre 2015 (J+2480 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 08:59

CHARMOY : UN EMPLOI POUR LE BIEF PÉROU - du 30 SEPTEMBRE 2015 (J+2478 après le vote négatif fondateur)

Chacun se rappelle de la CNAC du 17 janvier 2012 qui devait donner le feu vert au projet « colossal » du Charmoy, mais nombre d’entre vous ont probablement oublié le commentaire de notre premier magistrat à propos de ce retournement, pour le moins inattendu.

Dans un communiqué du Bien public du 19 janvier 2012, Raoul Langlois déclarait donc à propos de ce « feu vert » providentiel de la CNAC : « L’aspect environnemental a fait la différence au niveau du vote final. La société s’est notamment engagée à préserver un ruisseau et à respecter quelques contraintes architecturales »

Dans notre précédent article, nous avions déjà découvert un projet qui allait avoir « un impact positif sur la qualité de l’air ». L’eau, non plus, n’aura donc pas été oubliée avec cet engagement à préserver un ruisseau. S’il y a un lieu au monde où l’on se préoccupe de sauver la planète, c’est bien à Auxonne au Charmoy. On ne va pas tarder à voir rappliquer Ségolène et Jean-Vincent Placé. Le Charmoy, c’est en quelque sorte notre Parc de la Vanoise, qu’il ne faut surtout pas confondre avec le parc immobilier du Vannois !

Pour se convaincre du poids de « l’aspect environnemental [qui] a fait la différence au niveau du vote final » nos lecteurs/trices pourront consulter un de nos documents d’archives. Si ce document d’archive a un peu vieilli en ce qui concerne son appréciation de la qualité des bas-côtés de la D 905, depuis somptueusement aménagés et fleuris, le catalogue des préoccupations environnementales a, lui, gardé toute sa saveur !

CHANTECLER n° 7 – du 09 janvier 2012

Mais au fait, quel est donc ce ruisseau préservé dont il n’est pas question dans le document présenté. Non, ce n’est pas le célèbre Vannois, il s’agit tout simplement du Bief Pérou !

La COP 21 approche, les préoccupations environnementales seront bientôt plus que jamais à l’honneur. Iront-elles jusqu’à éclipser les préoccupations concernant l’emploi ?

Sur le Bief Pérou, un génial projet se dessine qui pourrait harmonieusement concilier les deux objectifs. Comment ? C’est simple : sur ce ruisseau préservé, sans qu’il soit besoin d’ouvrir un chantier « colossal », on pourrait installer judicieusement quelques hydroliennes pour la joie de Ségolène et de Jean-Vincent Placé !! Ce bon emploi du Bief Pérou, voilà un emploi-vert qui préserverait l’environnement, tout comme le projet du Charmoy ne manquera pas bientôt d’avoir « un impact positif sur la qualité de l’air » !! Réjouissons-nous donc, la Planète, plus que jamais, est en bonne voie !!

Pour découvrir un autre projet sur le Bief Pérou, revisitez notre article

GUINGUETTES - du 12 AOÛT 2014

Dernière minute : Le Bien public de ce matin 30 septembre titrait « AUXONNE Des collégiens écocitoyens ». Notre lecture attentive de l’article ne nous a révélé, à aucun moment, sous le patronage de quelle grande enseigne était placée cette « opération nationale « Nettoyons le nature » » devenue selon l’article « la règle » puisque « le collège La Croix-des-Sarrasins n’a pas échappé à la règle ». La vérité est que cette opération est placée sous l’enseigne LECLERC

L’enseigne dispose ainsi en la personne de nos élèves de l’école publique et de leurs enseignants collaborateurs, plus ou moins conscients du volet publicitaire de l’opération, d’une belle tranche de publicité dans la France profonde. Ce jour où la jeunesse française se lève comme un seul homme pour ramasser mégots et papiers gras, quand microparticules et pesticides ont la vie belle, donne-t-il l’image d’une véritable conscience écocitoyenne ? À voir ! Nous reviendrons ultérieurement sur cette question déjà évoquée dans notre blog. Pour l’heure Claudi annonce la couleur sur son illustration du jour !

Le Bief Pérou travaille pour vous

Le Bief Pérou travaille pour vous

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 30 septembre 2015 (J+2478 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 08:18

CHARMOY LAVE PLUS BLANC QU’UN DIESEL ALLEMAND ! - du 28 SEPTEMBRE 2015 (J+2476 après le vote négatif fondateur)

« Première journée nationale de la qualité de l’air » le 25 septembre dernier, journée sans voiture hier à Paris, la pureté de l’air est actuellement à l’ordre du jour. Un grand quotidien du soir en rendait compte très récemment à l’occasion justement de la « Première journée nationale de la qualité de l’air », tout en déplorant le pet inconvenant lâché dans l’air pur par une très respectable firme d’Outre-Rhin.

http://www.lemonde.fr/pollution/article/2015/09/25/premiere-journee-nationale-de-la-qualite-de-l-air-sur-fond-de-scandale-volkswagen_4771555_1652666.html

L’ouverture de la COP 21 approche (non, malgré son nom, ce n’est pas une institution côte-d’orienne visant à sauvader la planète, mais la Conférence de Paris sur le climat !) et surtout, plus localement, une autre ouverture, très attendue, approche. Quel rapport me direz-vous entre l’hyper-conférence mondiale et l’ouverture d’un hyper dans un chef-lieu de canton de la France profonde ?

Détrompez-vous, il y en a un, car les deux ouvertures devraient converger vers le même but salvateur du climat et ça je vais vous le démontrer !

En effet « …, le projet aura un impact positif sur la qualité de l’air grâce à la maîtrise de l’évasion de la clientèle »

Nous n’inventons rien, cette phrase figure textuellement en page 53 du dossier intitulé « demande d’autorisation de création d’un centre commercial » daté de janvier 2010 et réalisé par la BEMH S.A. (BORDEAUX) au profit de SARL BOUXDIS (COLMAR) travaillant pour le compte du Groupe LECLERC.

Elle est d’ailleurs précédée de cette autre, tout aussi rassurante :

« Le centre commercial ne sera pas à l’origine de rejets dans l’atmosphère en dehors de ceux liés à la circulation des véhicules »

Convaincant, lorsque l’on imagine les flux de véhicules divers que le projet attirera dans la zone !

Ce dossier, vraiment, il ne manque pas d’air !

Lors de l’enquête publique en septembre 2013, on pouvait en lire un peu plus dans le paragraphe « B3 Air », en page 8 du « Résumé non technique de l’étude d’impact » réalisé par la SOCOTEC (N° dossier Socotec : EAF9371 N° rapport : K1392A/12/940 V3 Date édition rapport : avril 2013)

« B3. Air

Les activités du site peuvent être à l'origine de plusieurs types d'impact sur la qualité de l'air :

- Les gaz d'échappement des véhicules,

- Les rejets de la chaudière.

Les teneurs déterminées montrent que l’impact de la circulation des véhicules in situ est important concernant les visites des clients.

Les matériels à moteur thermique appartenant à E.LECLERC seront régulièrement entretenus pour limiter toute émission intempestive.

Les poids lourds des entreprises de transport sont soumis aux visites techniques en application de l’article R 323 - 35 du Code de la Route. Les émissions de fumées noires sont contrôlées à cette occasion.

L’itinéraire emprunte les voies de circulation du secteur à savoir l’avenue du Général de Gaulle.

Le centre commercial disposera de chaudières. Ces appareils utilisent du gaz naturel comme combustible principal. Ils sont destinés au chauffage des locaux.

Ainsi, la chaufferie sera implantée dans un local spécifique.

Elle se composera d’un générateur de puissance unitaire de 800 kW.

Le gaz naturel a la réputation d'être peu polluant. Il est en effet composé de 99% de méthane, le soufre n'étant qu'à l'état de traces. Les rejets atmosphériques sont donc très négligeables et n’ont donc pas été mesurés.

L’article R. 512-8 du Code de l’environnement précise, depuis le 8 juillet 2009, que l’étude d’impact doit comporter une analyse des effets du site sur le climat. En effet, certains polluants atmosphériques rejetés par les sites industriels sont des gaz à effet de serre et contribuent au changement climatique.

Les émissions de gaz à effet de serre du site ne sont pas significatives et par conséquent leur impact peut être considéré comme négligeable ».

De cet empilement d’évidences très générales et de références réglementaires, il nous apparaît bien difficile de déduire de façon circonstanciée « un impact positif sur la qualité de l’air » et tout aussi difficile d’infirmer de façon circonstanciée un impact négatif sur la qualité de l’air !

Ces grands discours creux, on dirait bien que c’est du vent !

Il s’agissait d’illustrer tout cela ! Claudi a piraté pour la bonne cause l’affichette de la « Première journée nationale de la qualité de l’air » et divers logos qui rejoignent nos sujets de préoccupations locaux au Charmoy

En attendant que Ségolène, qui ne manque pas d’air et a le vent en poupe, vienne prendre un bon bol et un plein caddie d’air pur au Charmoy !

Actualité européenne : Si le diesel allemand fume en cachette, nos ami(e) catalan(e)s annoncent la couleur. L’image d’un de nos articles de l’an dernier nous a donc semblé plus que jamais d’actualité

LE CHARMOY À LA CATALANE - du 11 NOVEMBRE 2014

Un impact positif qui ne manque pas d'air !

Un impact positif qui ne manque pas d'air !

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 28 septembre 2015 (J+2476 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de Presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 09:09

L’OMBRE D’UN DOUTE - du 26 SEPTEMBRE 2015 (J+2474 après le vote négatif fondateur)

« L’ombre d’un doute » (Shadow of a Doubt), c’est le titre d’un célèbre thriller de Hitchcock (1943), précisons tout de suite que notre article ne s’appliquera pas à donner notre appréciation de ce film de vrai suspense.

Car en fait de vrai suspense, au Cinéma du Charmoy, il n’y a vraiment plus grand-chose à l’affiche. On connaît déjà la fin, qui justifie les moyens, et c’est comme si on avait déjà vu le film qui se déroulera selon le même scénario que toutes les versions et tous les remake qu’on en joue, qu’on en a joué et qu’on en jouera encore quelque part dans toutes les périphéries des villes de France !

Et voilà que dans le cours de son long article intitulé « Auxonne : un conseil municipal de rentrée bien paisible » (Hebdo 39 N° 174 de lundi dernier 21 septembre), C.K. tente, comme un défibrillateur, de faire palpiter notre cœur, non pas notre cœur de ville, bien que sur sa photo je reconnaisse les chats de ma rue au cœur de la ville, mais bien notre cœur de lecteur….

Sans crier gare, au détour de l’« ordre du jour routinier » de ce « conseil municipal de rentrée bien paisible », le suspense s’installe soudain et nous captive par l’apparition de ce sous-titre accrocheur : « L’ouverture de Leclerc toujours suspendue à une décision de justice ». Le cœur battant, la bouche sèche et les mains moites, on retient son haleine….

C.K. aurait-t-il l’intention de nous faire le coup de « L’épée de madame Oclès » ? Peine perdue ! On le sait bien, nous, que c’est plié. À travers votes, commissions, décisions de justice, le projet a toujours fini par passer comme une lettre à la poste. C’est comme l’eau, ce genre de trucs, ça finit toujours par passer, par le toit ou par la cave, ou encore… par le caveau ! Pot de terre contre pot fer ! Qu’on ne me fasse surtout pas dire pot de vin !

Alors, « L’ouverture de Leclerc toujours suspendue à une décision de justice » c’est un peu l’histoire du chat qui se fait peur avec sa queue, dans ma bonne rue Carnot ou ailleurs ! Après le contorsionnisme et la casuistique édilitaires de fin 2008-début 2009, après les retournements de la CNAC et des autres, il en faut plus qu’une soi-disant « ouverture de Leclerc toujours suspendue à une décision de justice » pour nous surprendre et nous tenir en haleine ! On est blasés depuis longtemps et baisés depuis encore plus longtemps, car avec tous ces oui, tous ces non, toutes ces commissions, on nous aura bien pris pour des c… !

Et puis, on a beau être amoureux de la formule, mais « ce magasin porteur d’espoir », vous ne trouvez pas que c’est un peu gros ? Ah ! Malraux, si tu le voyais ton Espoir, comme il est grand, comme il est beau ! Au Charmoy, regardez passer l’espoir humain à la caisse, en caddie, et en promo ! Édouard Detaille, le peintre de batailles peignit en son temps « Le rêve passe », on attend maintenant qu’un hyper Diego Rivera local nous brosse magistralement une grande fresque inaugurale pour l’ouverture. « L’espoir à gogos » ferait un bon titre !

Et puis plus modestement, sans aller chercher Malraux, Detaille ou Diego Rivera, « ce magasin porteur d’espoir », voilà une formule enthousiaste qui fait bon marché, ou plutôt bon hypermarché de l’opinion de nombre d’Auxonnais(es) qui ne partagent pas si naïvement cet « espoir », téléphoné de LURE !

Claudi a croqué pour nous deux OUIOUIstes convaincus qui ont mis leur OUI dans l’urne et tous leurs espoirs dans le Charmoy !

À propos de LURE et de la fameuse consultation de 2010, les amateurs d’histoire charmoysienne pourront découvrir sur Facebook un vestige archéologique dont nous ignorions encore récemment l’existence : le site groupe social « Une zone commerciale à Auxonne ? Moi, je vote OUI ! ». À la différence d’autres sites, cette hyper-Palmyre a survécu !

https://www.facebook.com/#!/groups/121467064533593/?fref=ts

Ami(e)s lecteurs/trices, faites un petit détour pour découvrir le site groupe social « Une zone commerciale à Auxonne ? Moi, je vote OUI ! », ses deux coruscantes égéries animatrices, son colleur d’affiches de service et surtout ses débats d’une haute tenue d’où émergent quand même quelques contradicteurs bien sympathiques que nous saluons rétrospectivement ! Passionnant ! Ça vaut son pesant de choucroute !

Dernière minute : Le Bien Public de ce matin titrait, sous la plume de N.R. : « Auxonne Des parties de foot qui font débat ». C’est vrai que le Charmoy serait un espace plus adapté à ce sport que le parvis de l’église ! C’est du moins ce que sembleraient démontrer nos très riches archives iconographiques !

Charmoy : l'espoir plus fort que la justice !!!

Charmoy : l'espoir plus fort que la justice !!!

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 26 septembre 2015 (J+2474 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de Presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 08:52

« AU CHARMOY, COMBIEN D’EMPLOIS, MONSIEUR LANGLOIS ?» - du 24 SEPTEMBRE 2015 (J+2472 après le vote négatif fondateur)

Compte-tenu de la richesse momentanée de l’information locale, nous quittons notre exploration des contrées haut-saônoises pour redescendre dans notre Val de Saône, et renvoyons à plus tard la suite de la publication de notre série documentaire « Le poids des mots ».

Le 19 septembre dernier, Le Bien public faisait « un tour d’horizon des dossiers avec le premier édile de la Ville [d’Auxonne] Raoul Langlois ». Ce tour d’horizon était titré en gros caractères : « 432 000 € en moins ».

« 432 000 € en moins » voilà une annonce bien pessimiste qui nous joue un bien mauvais tour d’horizon ! En effet, ce nombre est censé concerner la baisse des dotations de l’État à notre Commune, baisse des dotations contre laquelle notre premier édile déclarait manifester à Dijon le même jour : « Tous ensemble, tous ensemble, hé, hé !!! » Derrière Monsieur Baroin !!!

Le site de la Ville avait d’ailleurs été mobilisé pour la circonstance avec affichage « À la une » d’un grandiloquent « Avis à la population ». Un peu lourd et suranné tout cela ! Pour prendre un autre exemple, Alain Suguenot, maire de Beaune, quant à lui, annonce plus simplement le 18, sur son site Facebook, sa participation à la manifestation du 19 septembre ! On n’a rien vu de tel à Auxonne !

Il importe toutefois de relativiser en précisant que ce nombre de « 432 000 € en moins », qui n’est pas mis en perspective et en situation de façon précise dans l’article, c’est un peu la sardine qui bouche le Vieux Port ! Mais Monsieur Langlois ne nous a-t-il pas habitués depuis longtemps au maniement du flou et l’imprécision ?

Le procès-verbal du Conseil municipal du 8 avril dernier, dans ses pages 18 et 19, semblerait plutôt indiquer un consensus pour « 64 000 € » en moins entre 2014 à 2015. Ces « 432 000 € en moins » se situent donc dans le même registre d’exagération que le fameux « Leclerc arrive avec 250 emplois d’ici 24 mois » du Bien public du 26 mars 2009 !

À ce propos, si les dotations de l’État baissent pour notre commune, ça va beaucoup mieux en matière de manne privée. En effet, grâce à la diligence et surtout à la discrétion de notre maire, notre ville devrait bientôt bénéficier d’importants investissements privés sur la zone du Charmoy.

2471 jours après le « vote négatif fondateur », c’est-à-dire, après bientôt sept ans de péripéties et de rebondissements, voilà sans doute enfin venu le temps des annonces crédibles concernant le « magasin Leclerc ». Le fervent défenseur du projet s’en réjouit, qui déclare : « l’ouverture devrait se faire en décembre ».

Le jour n’est pas encore précisément fixé. Nous suggérons, quant à nous, le 17, jour anniversaire du vote négatif fondateur du 17 décembre 2008. Ce serait un choix idéal qui marquerait la constance et la cohérence des choix de nos représentants élus, du Président de la République, au maire d’un bourg de la ruralité.

ANNIVERSAIRE D’UN VOTE POUR RIEN - du 17 DÉCEMBRE 2014

Une chose apparaît probable, sinon souhaitable, c’est que le bon peuple des consultés de 2010 est à peu près sûr maintenant de pouvoir reprendre en chœur autour de la dinde en promo : « Il est né le divin HYPER ! ». Pour le bon peuple des consultés de 2010, à grand renfort de publicité de LURE, ce sera la fête et les lendemains qui chantent ! Au centre-ville, les lendemains de fête risquent sans doute d’être moins réjouissants !

Pourtant, on nous répète depuis longtemps qu’une des conséquences de cette ouverture, et pas la moindre, devrait être la création d’emplois. Sur ce chapitre, le tenant et décideur local du projet, se montre cette fois bien peu disert. En effet, loin de nous faire un coup de com, il déclare assez platement et sans grande conviction : « Niveau recrutement, il doit se tenir en octobre ou novembre avec Pôle emploi. Plusieurs dizaines de postes doivent être pourvus »

Un peu de tenue, voyons ! Un peu de charisme ! Il faut montrer plus de conviction, que diable ! Notre décideur et son Hypermania auraient-ils pris un sérieux coup de vieux ! C’est vrai que comme dit la chanson : « Avec le temps va, tout s’en va » ! Et l’excitation fébrile qui était de mise dans le célèbre article du Bien public du 26 mars 2009 – oui, vous vous rappelez « Leclerc arrive avec 250 emplois d’ici 24 mois » ! – aurait-elle fait place discrètement, sous la moustache, à une moue désabusée !!!

En attendant lisez et relisez « Leclerc arrive avec 250 emplois d’ici 24 mois » et le « blog » du grand débat, depuis prudemment passé aux oubliettes !!!

LA BONNE BLAGUE DU BLOG - du 22 FÉVRIER 2015

Où sont donc passées les vibrantes promesses d’ Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009, impeccable catéchisme pro-LECLERC, dans les colonnes duquel notre rédacteur en chef, houlette en main, se démenait et se montrait nettement plus convaincant qu’aujourd’hui :

« Combien d’emplois seront-ils créés ?

Outre les répercussions économiques directement liées aux travaux qui dureront environ 18 mois (marchés à portée des entreprises locales, logement et consommation des ouvriers …), environ 250 emplois « équivalents temps plein » pérennes seront créés sur la zone ».

« 250 emplois pérennes ». Tu parles !!

Faudrait-il en conclure que les offres d’emplois des investisseurs privés, vrais créateurs de richesse, selon le discours en vogue, connaîtraient le même fléchissement que les dotations de l’État aux Communes ?

Si ces dotations fléchissent, c’est peut-être parce que l’État n’en peut plus d’arroser et de faire des cadeaux aux patrons pour qu’ils créent de l’emploi à bon compte et aux frais du contribuable.

Et puis, pour en revenir à la dernière déclaration en date de notre premier édile : « Niveau recrutement, il doit se tenir en octobre ou novembre avec Pôle emploi…» Personne de charitable ne lui a donc soufflé, que par les temps qui courent, la référence à Pôle emploi n’est peut être pas forcément des plus opportunes. Essayez donc de taper Leclerc et Pôle emploi sur Google

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/distribution/20141120trib641b2e20b/comment-e-leclerc-profiterait-des-aides-de-pole-emploi.html

Un effort national est sans doute fait pour l’Emploi, mais à la fin des fins, on voudrait bien savoir à qui profite-t-il vraiment ?

Une petite lueur d’optimisme pour conclure. S’il reste encore à démontrer au Savant Cosinus que la statistique du chômage à Auxonne sera significativement améliorée par l’ouverture de l’hyper LECLERC, une chose est sûre au moins, c’est qu’en matière de densité commerciale alimentaire, notre commune est sûre de tenir le bon bout avec bientôt une densité commerciale en grandes surfaces alimentaires supérieure à 600 m² pour 1000 habitants, soit le double de la moyenne nationale ! Au niveau des normes d’accessibilité aux rayons alimentaires de la grande distribution, il n’y a guère que Champagnole qui fasse mieux ! Merci Monsieur Langlois, des linéaires vous êtes le roi !

DENSITÉ COMMERCIALE ALIMENTAIRE - du 28 SEPTEMBRE 2014

« AU CHARMOY, COMBIEN D’EMPLOIS, MONSIEUR LANGLOIS ?» - du 24 SEPTEMBRE 2015 (J+2472 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 24 septembre 2015 (J+2472 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de Presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 09:49

« LE MANITOUBA NE RÉPOND PLUS » - du 23 SEPTEMBRE 2015 (J+2471 après le vote négatif fondateur)

Cet article, en grande partie réécrit et actualisé, reprend néanmoins le thème du texte d’un précédent article

CONNECTEZ-VOUS ! - du 06 MAI 2015

L’automne est là, bientôt tomberont les feuilles mortes. Entre averses, bourrasques et éclaircies, que d’eau ! Que d’eau ! Comme disait le bon Maréchal Mac-Mahon, impuissant devant tant d’inondations ! Oui, beaucoup de flotte et un flottement certain. Nous avons pensé que c’était un flottement idéal pour aborder les îles innombrables de l’archipel Facebook. Et nous nous sommes mis en route vers les Îles Fortunées !

Il y a presque un an, mais depuis de l’eau a coulé sous les ponts…, Le Bien public du 25 octobre dernier publiait, sous la plume alerte de Nicolas Rouillard, un article intitulé : « Les élus sont-ils « connectés » à Auxonne et à Genlis ? » (cahier local p. 2 rubrique « Temps fort »).

La relecture de l’article de Nicolas Rouillard exhumé de notre coffre de vieux marin devait constituer le point de départ de notre croisière d’aujourd’hui vers un tout petit secteur de l’archipel Facebook.

Signalons d’emblée que nous ne sommes pas sur Facebook. Mais rien d’humain ne nous étant étranger, nous gardons néanmoins un œil très attentif sur les contenus publics qui peuvent y circuler. Dans ce sens, nous pourrions reprendre à notre compte les propos que notre premier magistrat exprimait dans l’article maintenant ancien de Nicolas Rouillard : « Facebook me permet de m’informer de ce qui est publié au sujet d’Auxonne ». C’est que, toujours selon l’article maintenant ancien Nicolas Rouillard, notre premier magistrat « lui aussi a pris le pli des réseaux sociaux »

Nous avions ainsi observé, à la suite des attentats du 7 janvier dernier, un « scénario » local Facebook typique dont nous avions rendu compte dans ce blog dès le 9 janvier.

L’ESPOIR FAIT VIVRE - du 09 JANVIER 2015

Inf’auxonne N° 48, gravant l’évènement dans le marbre, titrait en page 5 « Attentat contre Charlie Hebdo… Auxonne se mobilise », nous ne renions pas, quant à nous, notre scepticisme d’alors. Comme le déclarait Emmanuel Todd dans L’OBS n° 2634 du 30 avril au 6 mai 2015 (p. 74) : « Il faut aller au-delà du mensonge, au-delà des bons sentiments et des histoires merveilleuses que les gens se racontent sur eux-mêmes »

Facebook n’est-ce-pas le lieu idéal « des bons sentiments et des histoires merveilleuses que les gens se racontent sur eux-mêmes » ?

Même si, pour reprendre les propos de Nicolas Rouillard, « Le réseau social est aussi un lieu où ferraillent parfois les élus ». Inspirée sans doute du monde de l’escrime qui semble être l’un de ses pôles d’intérêt, cette incise du journaliste à propos des échanges entre le maire d’Auxonne et son opposition pouvait sans doute s’appliquer à la période des municipales de 2014. Car depuis, beaucoup d’eau a coulé…sous les ponts

Bien que n’ayant pas nous-même l’honneur et l’avantage d’être élu, nous ne répugnons pas pour autant à « ferrailler ». Diverses raisons nous maintiennent néanmoins hors des salles d’escrime de Facebook. Parmi ces raisons, citons au premier chef, le conformisme moutonnier, l’exhibitionnisme de mauvais goût ainsi que le simplisme qui y président assez généralement.

Sans exhibitionnisme exagéré, je vous fais une confidence : comme le Cardinal, j’aime beaucoup les chats ! Mais vous n’imaginez tout de même pas la photo de votre serviteur trônant réjoui et comblé, portant ses huit chats et chattes sur ses genoux et ses épaules, en vrai Léautaud de la Capitale de l’Oignon : un tel chromo digne des plus grands classiques du calendrier des postes, ne manquerait pourtant pas de faire monter ma cote dans les chaumières numériques, mais je dis non, merci !

Une bonne raison pour moi de ne pas m’exprimer sur ces réseaux, c’est que j’estime qu’un argumentaire sérieux ne se développe pas en quatre lignes mal ficelées et bourrées de fautes, prises en sandwich entre la photo de Mirza ou de Minette se limant les ongles, un « plein de bisous tout partout » à la grosse Georgette pour son anniversaire et la republication systématique de toutes les affiches qui traînent dans les vitrines du Val de Saône.

Cependant, je dois bien l’avouer, il me coûte parfois d’être seul à l’écart, hors de la grande cour de récréation des réseaux sociaux où pullulent tant d’« ami(e)s » aux vécus passionnants. Alors je me prends à rêver d’avoir, comme certain(e)s, des centaines d’ami(e)s. Don Juan ne revendiquait-il pas avant l’heure «mille e tre !», 1003 amies, bien entendu ! Était-il pour autant heureux ? L’histoire locale nous rapporte que 1664 ami(e)s, s’ils peuvent parfois vous faire mousser, ne suffisent pas pour autant à vous faire parvenir !

C’est clair, vous savez à présent pourquoi je ne suis pas sur Facebook. Mais vous ignorez sans doute pourquoi quelqu’un n’y est plus…Une disparition qui intrigue…Un S.O.S. déjà ancien faisant mention de pirates et puis soudain, survient le grand silence « Le Manitouba ne répond plus ». Mystère, donc, mystère… Qui sait ? Nicolas Rouillard qui s’intéresse à la connexion des élus nous donnera peut-être quelques éclaircissements à propos de cette inquiétante disparition…

Du coup, Chantecler a perdu un ami sur la page Facebook de fantaisie que Claudi lui avait fabriquée

 « LE MANITOUBA NE RÉPOND PLUS » - du 23 SEPTEMBRE 2015 (J+2471 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 23 septembre 2015 (J+2471 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 10:05

PORT DU CASQUE OBLIGATOIRE - du 22 SEPTEMBRE 2015 (J+2470 après le vote négatif fondateur)

Non, pour une fois, il ne sera pas question, malgré notre titre stéréotypé, d’un ènième article sur le chantier du Charmoy. Le Charmoy, c’est à présent une vieille histoire, dont les prolégomènes furent pourtant passionnants et resteront dans les annales, notamment l’épisode du « vote négatif fondateur » ; aujourd’hui, c’est une affaire presque classée qui suit son cours sans grande surprise. La surprise, elle se révélera, dans quelques mois ou quelques années…au centre-ville. Comme dit la goualante : « Visitez, plaisir garanti, Auxonne la nouvelle Pompéi »

LES NOCTURNES-du 16 janvier 2012

Mais arrêtons de jouer les Cassandre, le ciel ne va pas nous tomber sur la tête, quoique…

Le plafond de la Salle du Vannois défrayait récemment la chronique ( Le Bien Public d’hier 21 septembre « Inquiétude au Vannois »). Pour être à la page et faire le malin, nous avons cherché à y mettre notre grain de sel, n’en déplaise à l’artiste et à son Zinzin !

Nous n’avons trouvé que du réchauffé à proposer, mais du réchauffé de qualité, du réchauffé qui tient au ventre. Pour votre plaisir, voici donc un petit extrait de nos archives relatant une réunion épique, une réunion de sauvetage sauvadien à la Salle du Vannois où déjà l’on criait sauve qui peut… pour le candidat !

« En guise de grand soir, je me contenterai de vous relater, en bref, la soirée du 26 [26 mars 2014] au Vannois. Elle fut grande, en son genre, cette soirée ! Les acteurs : la tribune d’abord avec la liste « Auxonne-passionnément » sous la houlette de monsieur Raoul Langlois, l’assistance ensuite : une bonne centaine de personnes d’âge respectable en général, et peu suspectes d’animosité envers la tribune.

Au premier rang, venu en famille, notre Docteur ; à leur droite, un ancien maire de droite. Le docteur n’a pas coiffé son casque de chantier, bien qu’au dos du trombinoscope de sa liste, à présent dissoute, on puisse lire : « Savez-vous que les plafonds de la salle Vannois (sic) risquent de s’écrouler ? ». Et pourtant, le docteur n’a pas de casque, le Docteur est un intrépide et un patriote !

Quand je lui fais remarquer le caractère imprudent autant qu’héroïque de sa visite sous ces lambris branlants, il tente vainement de me clouer le bec. À ses yeux je ne suis sans doute qu’un fâcheux et dangereux addict de ses discours (il emploie pour de bon le mot « addict ») lol j’en raffole ! Si je ne fais pas monter son score, je fais au moins monter son adrénaline, un fan s’en inquiète et me tacle « Ça a été professeur » ! On ne touche pas au bon Docteur ! »

Pour ceux ou celles de nos lecteurs/trices qui voudraient lire ou relire la version complète et non expurgée d’où est tiré cet extrait :

LE SCOOP DU 26 MARS (BIS) - du 27 mars 2014

Il paraît qu’on s’oriente vers le Château Louis XI…

UN FANZINE PASSIONNANT (3) : VIE DE CHÂTEAU - du 27 AVRIL 2015

Port du casque obligatoire, demain on visite le Vanois

Port du casque obligatoire, demain on visite le Vanois

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 septembre 2015 (J+2470 après le vote négatif fondateur) 

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse