Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 07:04

GALIONS ET DOUBLONS À L’OMBRE DU BASTION - du 20 MAI 2016 (J+2711 après le vote négatif fondateur)

Nous rendions compte récemment d’un article du Bien Public annonçant le doublement de la surface du Port royal.

UN PORT, DES REPORTS, ET DES APPORTS (DE TERRE) - du 18 MAI 2016

Nous remarquions en particulier que cet article ne faisait que reprendre des informations déjà données à plusieurs reprises par le journal.

Un examen plus attentif de nos archives sur le sujet nous a permis de découvrir encore un autre article, ce dernier du 28 septembre 2015, omis dans notre récent inventaire. Cet article du 28 septembre 2015 au titre évocateur, « Le port d’Auxonne va doubler », avait d’ailleurs fait l’objet d’un commentaire dans notre blog. Nous y apportions déjà une solution originale au fameux problème du « tas de terre ».

KOLOSSAL ! - du 02 OCTOBRE 2015

Au train où vont les choses, c’est bientôt toute une pile de doublons de presse que nous pourrons exhiber à propos du doublement du port. Il serait peut-être bon de prévoir une île au trésor, au milieu du port, pour exposer toutes ces richesses éditoriales !

Un trésor de doublons autour du Port royal

Un trésor de doublons autour du Port royal

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 mai 2016 (J+2711 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de Presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 09:06

DU SILENCE ET DES OMBRES À CHARMOY-CITY - du 19 MAI 2016 (J+2710 après le vote négatif fondateur)

Si « une envie folle » est en train de croître à Charmoy-City, c’est bien celle d’une transparence et d’un éclairage accrus dans le domaine des affaires publiques.

Nos fidèles lecteurs/trices connaissaient déjà de longue date notre allergie à certaines « discrétions ». Aujourd’hui, c’est le lectorat de la PQL qui découvrira dans les déclarations de deux élus municipaux d’opposition, un constat commun d’ « opacité » et de manque de « transparence » dans la conduite des affaires municipales.

Jacques-François Coiquil et Fabrice Vauchey, élus municipaux respectivement à la tête des groupes d’opposition « Une dynamique pour Auxonne » et « Auxonne, territoire d’avenir » s’expriment aujourd’hui dans Le Bien Public en page 13.

Nous n’entrerons pas dans le détail de leurs déclarations, auxquelles, selon le quotidien, le maire d’Auxonne devrait répondre dès demain. Nous nous contenterons d’y relever les griefs convergents des deux élus, de sensibilités politiques pourtant différentes, à l’égard des traditions de « discrétion » pour le moins marquées du groupe de la majorité.

Jacques-François Coiquil déclare ainsi : « tout est décidé en amont, y compris lorsqu’on aborde un sujet en commission. Il y a peu de transparence dans les actions et les projets. C’est lorsque les choses sont décidées qu’elles sont annoncées. Les élus de la majorité ont-ils peur de la discussion et de l’échange ? »

Fabrice Vauchey, de son côté, constate : « Du côté de la majorité on travaille dans une certaine opacité. On a appris qu’il y aurait des travaux dans la salle du Vannois en découvrant le budget. Il n’y a eu aucune présentation ni analyse, pas d’étude comparative qui oriente le débat ».

Nous partageons largement ce constat. Et pour cause, notre blog est né d’un constat du même ordre à propos de l’installation d’un hypermarché Leclerc au Charmoy. Vous me direz, c’est une vieille histoire, mais elle devait donner le ton et annoncer la couleur pour toute la suite de la manœuvre ! Observez en détail l’affaire du Charmoy et vous comprendrez tout le reste !

UN « CHARMOY POUR LES MULES » : CHANTECLER n° 14 - du 16 MARS 2015

UN SUPPLÉMENT AU « CHARMOY POUR LES MULES » : CHANTECLER n° 14 bis - du 21 NOVEMBRE 2015

C’est donc d’anciennes images illustrant cette ténébreuse affaire qui viendront illustrer à propos notre article d’aujourd’hui. Au fait, Claudi, ne s’est pas foulé aujourd’hui, c’est vrai qu’il en a fait tout un tas (de terre) hier ! Il me confie qu’il a « une envie folle » de lire la réponse de notre maire. Soyons-en sûr, demain, enfin, il fera jour et toute la lumière sera faite ! Fiat lux sera donc notre conclusion.

Le Charmoy secret

Le Charmoy secret

La valse brune au Charmoy

La valse brune au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 19 mai 2016 (J+2710après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de Presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 07:39

UN PORT, DES REPORTS, ET DES APPORTS (DE TERRE) - du 18 MAI 2016 (J+2709 après le vote négatif fondateur)

On avait le vent en poupe à Charmoy-City hier matin, dans la PQL, du moins ! En effet sur le trottoir d’un magasin de presse, trônait cette affichette : « AUXONNE Un sacré projet pour le port royal »

Le Bien Public du 17 mai 2016, offrait ce titre à la une : « AUXONNE Un projet « pharaonique » pour le port royal »

Ouvrez le journal, vous tomberez en page 13 sur une pleine page avec ce titre : « AUXONNE INFRASTRUCTURE La surface du port royal va doubler ».

Sensass !! Mais tout ça a quand même un petit air de déjà vu. Rappelez-vous, dans Le Bien Public du 17 septembre 2014, cette annonce de notre premier édile : « Tourisme- L’année 2015 devrait également accueillir une extension du port d’Auxonne. Une réalisation entreprise par la société H2O+. La structure devrait être doublée avec, à la clé, de nouvelles créations d’emploi. ».

Non, je n’invente rien, c’est exactement ce que l’on pouvait lire alors dans cet article intitulé « AUXONNE Le maire Raoul Langlois évoque les réalisations et les réflexions de la municipalité Tout sur les nouveaux projets », précisément au paragraphe « Le port double sa taille »

Et puis, ce n’est pas tout, rappelez vous, lors des journées du Patrimoine, des 20 et 21 septembre 2014 à Saint-jean-de-Losne, « …Charles Gérard – fondateur de l'entreprise et manifestement fier de ses équipes et de la croissance rapide d'H2O – présentait les projets d'allongement des pontons de son port de Saint Jean de Losne : "un port aujourd'hui plein à craquer". Puis il annonçait le doublement de leur tout nouveau port à Auxonne : "Trois ans après son ouverture, "Port Royal" connaît déjà un si fort taux de remplissage que nous avons décidé d'en doubler la superficie, pour être en mesure d'y accueillir 300 bateaux" ».

Vous pourrez vérifier tout ça grâce au lien ci-dessous et vous y trouverez aussi, en avant-première, la maquette du projet

http://www.fluvialnet.com/murmures-actualites-journees-ports-ouverts-chez-h2o/9608

Mais revenons à l’actualité d’hier, 17 mai 2016. L’article pleine page est largement illustré par des photos actuelles du port ainsi que d’un plan détaillé d’avant-projet portant le logo de la société H2O daté du 27/05/14, et conforme à la précédente maquette.

Nous allons voir cependant, qu’à part ce plan de mai 2014, un peu plus détaillé que la maquette, l’article n’apporte à peu près aucun élément nouveau. On peut remarquer en outre qu’il ne renferme aucune déclaration officielle, tant de l’investisseur que de la municipalité d’Auxonne.

Au-delà du titre alléchant, « La surface du port royal va doubler », suggérant un futur proche, le lecteur attentif s’apercevra donc, en parcourant le texte, que le soufflé retombe bien vite

On y apprend en effet– c’était déjà le cas en 2014 ! – que « le projet d’agrandissement est toujours d’actualité » mais que « ce projet est programmé à long terme » sans autre précision de date car « des complexités administratives sont encore à régler ».

Rien de neuf, encore ici, par rapport à un autre article du Bien Public, celui-là du 19 septembre 2015, dans lequel notre premier édile déclarait :

« L’investisseur souhaite doubler la surface du port pour passer de cent cinquante à trois cents anneaux. C’est un gros projet privé que nous avons accompagné et qui marche bien. Cela ne pourrait pas être fait avant 2017 » (Cf. article « AUXONNE Tour d’horizon des dossiers avec le premier édile de la Ville Raoul Langlois « 432 000 € en moins » » paragraphe « Le port »)

Pas avant 2017, c’est sûr ! Seul fait vraiment nouveau dans l’article d’hier, l’évocation d’un problème de taille en ces termes : « la difficulté principale qui bloque aujourd’hui cette étude est la question du replacement de la terre [150 000 m3] qui sera extraite pour l’agrandissement du port », terre « qu’il est impossible de déposer dans des zones polluées ou inondables ».

Il est très probable que, comme dans le cas du chantier de 2010 qui nécessita l’évacuation d’une quantité de terre comparable, que ce soit la « DDT (Direction du Territoire) en collaboration avec les services de la Communauté de Communes et de la Mairie d’Auxonne [qui soit en charge d’instruire] le dossier de dépôt de la terre issue du port ». (Cf. inf’Auxonne N° 30 d’octobre 2010 (page 2 colonne centrale)).

Espérons quand même que, pour autant, le projet ne sera pas enterré et que cette fois-ci, au moins, les relevés archéologiques préalables n’incomberont pas à l’initiative de bénévoles.

En effet, durant l’été 2010 et devant certaines carences, nous avions travaillé mon épouse et moi-même sans indemnité, ni mandat, ni financement d’aucune sorte, à documenter et à décrire en urgence le substrat archéologique de la zone du port où subsistaient, en particulier, d’importants vestiges d’un ouvrage de fortification extérieur : la contregarde du Bastion royal datant du 17ème siècle. Cette contregarde se prolonge d’ailleurs, sur des dizaines de mètres dans la zone prévue d’extension. Pour en savoir plus, cliquer sur le lien

"LA CONTREGARDE DU BASTION ROYAL" CONFERENCE ANNONCEE POUR LE 15 JUIN 2016

Pour en revenir à nos fouilles improvisées de 2010, rappelons que cette contribution modeste, spontanée et bénévole, ne devait pas grever le budget de notre commune, qu’elle semble même avoir été fort opportune pour la continuité du chantier, évitant une interruption administrative, et enfin particulièrement appréciée, puisque nous en avons été officiellement remerciés dans inf’Auxonne N° 30 d’octobre 2010 (page 2 colonne centrale), et ce nonobstant mon activisme concomitant sur le présent blog à propos de LECLERC au Charmoy.

En attendant Claudi s’interroge et improvise sur les 150 000 mètres cubes à placer ! De quoi remplir un pot de fleur de belle taille pour chaque Français (e) ! Pourquoi pas une opération « 67 millions de géraniums » !

Charmoy-City, en attendant de creuser pour doubler le Port royal

Charmoy-City, en attendant de creuser pour doubler le Port royal

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 mai 2016 (J+2709 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de Presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 07:45

CIGOGNES ET BLANQUETTE DE VEAU AU CAVEAU DU CHÂTEAU - du 16 MAI 2016 (J+2707 après le vote négatif fondateur)

Dans un article intitulé « Auxonne : le MoDem cherche la lumière », Cyrill Bignault rendait compte, dans Le Bien Public du dimanche 15 mai, d’une réunion tenue la veille au caveau du Château Louis XI à Auxonne.

Précédemment, dans Le Bien Public du samedi 14, Bertrand Lhote avait annoncé l’évènement sous le titre : « Nathalie Griesbeck, visite d’une députée « euroréaliste »».

La conférence se tenait dans le cadre du programme « Mai 2016 Le joli mois de l’Europe en Bourgogne Franche-Comté ». Ce programme, placé, entre autres, sous l’égide de la région Bourgogne Franche-Comté annonçait, dans son dépliant, la conférence en ces termes :

« L’Union européenne face à la crise des migrants Avec Nathalie Griesbeck, eurodéputée et Jean-françois Kahn, journaliste. Château Louis XVI-Prost à Auxonne/Samedi 14 mai 15h »

Rendons à César, ce qui est à César. C’est en fait Château Louis XI qu’il fallait évidemment lire !

De cette conférence-débat, animée avec brio et bonne humeur par le tandem tonique Nathalie Griesbeck/JFK (Jean-François Kahn), autour des défis que doit et devra relever l’institution européenne on pourra garder, c’est selon, deux visions. Ces deux visions sont d’ailleurs bien rendues dans les articles cités plus haut.

La vision d’un débat sans fard autour des défis que le navire Europe, malmené par la tempête, embarquant des paquets d’eau et craquant de toutes ses jointures, doit et devra relever : flux migratoires, Brexit…Vision plutôt présente dans l’article du 14.

La vision d’une grand’messe régionale, opportune et préélectorale, du parti orange réunissant « la crème du MoDem local à Auxonne » mais encore « des conseillers régionaux de droite comme de gauche, mais aussi Dominique Girard, conseiller départemental LR, et Raoul Langlois, maire de la commune sous la même étiquette politique, était également présent au déjeuner ». « Présent au déjeuner », mais pas sous les voûtes du caveau, votre serviteur en témoigne, qui assistait à la conférence. Il est vrai que c’est la saison des mariages ! Vision plutôt présente dans l’article du 15.

Je dois reconnaître, en tant qu’auditeur lambda, que si la tambouille électorale n’était pas absente des cuisines du caveau, un débat proprement européen s’est tenu, jetant ses lumières tant sur les petitesses technocratico-bureaucratiques de l’institution que sur l’ampleur de ses dangers d’éclatement, ainsi que sur la nécessité de sa survie dans l’intérêt d’un-demi milliard d’Européens. « Quo vadis ?» « Où-vas-tu ? ». C’est ainsi que Nathalie Griesbeck a résumé les questions posées à l’institution, dont elle est une élue et une fervente partisane.

Un débat impossible à résumer en peu de mots, mais qui ne manquait pas d’intérêt, ni d’ailleurs de truculence et qui, hors du personnel politique, a été fort peu suivi par nos concitoyen(ne)s. Dommage !

Je n’avais pas rendu visite au caveau du Château Louis XI depuis les dernières élections municipales de 2014

LE CAVEAU DE MONTMARTRE - du 22 mars 2014

Dernièrement, des travaux y ont été effectués, et samedi après-midi, c’est un caveau relooké, moins sonore, plus sec et à l’atmosphère douillette, qui accueillait le public dans des conditions de confort grandement améliorées.

Et les cigognes, alors ? Et la blanquette de veau ? Patience, nous y arrivons.

Les cigognes, elles sont bien là, dans l’article du 15, qui se conclut ainsi : « Dehors, un couple de cigognes plane au-dessus du caveau ? Des oiseaux bien loin de leurs frontières habituelles. On n’en tirera pas de conclusion d’un point de vue politique. » Faut-il y voir un Schengen des cigognes ? Remarquons bien, en passant, que ces temps-ci les cigognes ne sont pas rares à Auxonne

BLUES DES CIGOGNES À CHARMOY-CITY - du 1er Mai 2016

Voilà pour les cigognes. Quant à la blanquette de veau, et plus précisément « la blanquette de veau à l’ancienne », c’est la vision, résumée en une image, d’un monde robotisé et déshumanisé dont nous ont fait part nos deux conférenciers. Cette « blanquette de veau à l’ancienne » offerte dans le tiroir du distributeur automatique alimentaire s’une station-service déserte, quelque part du côté de Saint-Dizier, à nos deux conférenciers en mal de casse-croûte, un soir que tout était fermé, restera visiblement, pour JFK en particulier, le summum de l’horreur alimentaire !

Il nous a même fait cette confidence après la réunion : pas plus que la « blanquette de veau à l’ancienne » des distributeurs automatiques alimentaires, JFK n’affectionne la grande distribution… à dominante alimentaire ! Il fustige aussi les votes retournés « en catimini », terme employé par lui explicitement au cours de la conférence à propos des suites données par les politiques au NON du référendum de 2005 sur la constitution européenne.

http://www.marianne.net/Six-ans-apres-le-referendum-de-2005-le-%E2%80%89oui%E2%80%89-meurt-de-honte_a206596.html

Claudi, quant à lui, applaudit des deux mains à ces propos de JFK, et, toujours grand amateur de libations, vous donne pour finir sa version en raccourci de la réunion…

Le cocktail du caveau du Château Louis XI

Le cocktail du caveau du Château Louis XI

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 mai 2016 (J+2707 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de Presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 07:45

RÉFLEXIONS AUTOUR DU BASSIN D’EMPLOI DU CHARMOY - du 14 MAI 2016 (J+2705 après le vote négatif fondateur)

À Pierre-Etienne qui côtoya quelque temps les Ernests de la rue d’Ulm

Le 12 janvier dernier, à la veille de l’ouverture de l’hypermarché Leclerc du Charmoy, un magazine en ligne publiait un article assorti d’une vidéo, intitulé « Le bassin d’emploi Auxonnais enfin amélioré ».

Précédemment, en juillet dernier, ce même magazine avait annoncé à son immense lectorat cette super-trouvaille : rien de moins que des « piranhas à Auxonne » ! Des piranhas, sans doute, pour le bassin d’emploi ! Dans ce même article, d’ailleurs, le rédacteur, sans pudeur, s’envoyait des fleurs en désignant sa production comme un « magazine qui contribue à la renommée d’Auxonne et de ses environs ». Super, Bébert !

Vous ne connaissez pas ce « magazine qui contribue à la renommée d’Auxonne et de ses environs » ! Ce n’est pas grave !

Vous en faire la publicité serait d’ailleurs futile et inutile car depuis quelques mois, la rédaction de ce magazine instille et distille son inimitable style dans les colonnes de notre PQL ( presse quotidienne locale) !

Mais revenons au bassin d’emploi, et à ses poissons, qui est le sujet du jour.

Voici d’abord ce qu’en dit le best-off de l’article « Le bassin d’emploi Auxonnais enfin amélioré » :

« Mercredi 13 janvier 2016, c’est environ 100 personnes embauchées, qui seront présentes à l’ouverture du Centre Commercial E. Leclerc à Auxonne 21.

[…] à la fin des années 1980, en ma qualité de chef d’entreprise industrielle, à l’époque, il m’a été agréable de renforcer le chiffre d’affaires de plusieurs sociétés d’Auxonne et du Val de Saône.

Dès 1990 […] j’ai embauché quelques dizaines de personnes à Auxonne. […]

Ce jour, en ma qualité de chef d’entreprise industrielle (à la retraite) une de mes multiples facettes, je salue par un grand bravo, le chef d’entreprise du E. Leclerc d’Auxonne.

NOTIN et ses amis visitent le Centre commercial E. Leclerc d’Auxonne, un des fleurons d’architecture et de l’emploi à Auxonne. »

Assez surpris par cette verve embaucheuse, nous avons cherché à retrouver les personnes bénéficiaires des embauches du « chef d’entreprise industrielle » des années 1990. Pour l’heure, même en cherchant bien, nous peinons à les trouver, et leur nombre semble tenir très largement sur les doigts d’une main !

Aucune de ces très rares personnes n’avoue d’ailleurs avoir gardé, de son séjour chez le « chef d’entreprise industrielle », un souvenir impérissable !

Mais qu’importent les fastes imaginaires d’un passé reconstruit par un « chef d’entreprise industrielle » et « ancien militaire des années 60 », notoirement expert en reconstructions artistiques du même genre. Ce sont les dures réalités du présent qui comptent !

C’est qu’après les promesses trompeuses, après les annonces sensationnelles, suivies de « coups de gueule » sans vrai lendemain et de rumeurs diverses, nombre de nos concitoyen(ne)s attendent aujourd’hui des éclaircissements et des précisions numériques sur le bilan effectif des embauches au Charmoy.

LE BASSIN D’EMPLOI ENFIN AMÉLIORÉ ? - du 01 MARS 2016

Car voilà maintenant quatre mois que les partisans et instigateurs déclarés du projet restent étrangement muets sur le sujet !

Il serait donc temps qu’enfin des questions soient posées par les personnes habilitées en un lieu tout désigné pour faire le bilan de la question : l’enceinte du conseil municipal où président les partisans et instigateurs déclarés du projet, et où ce projet fut présenté, défendu, refusé par le vote du 17 décembre 2008 et engagé, pour finir, dans des conditions quelque peu « discrètes » et rocambolesques !

À ce propos, nos fidèles lecteurs/trices redécouvriront avec profit une tranche du procès-verbal du Conseil municipal du 18 mai 2009, actuellement non disponible en ligne.

Cette tranche située aux pages 7, 8 et 9 traîte d’une cession de parcelle communale, située au Charmoy, à Leclerc.

Sa relecture présente plusieurs intérêts : elle est d’abord le seul document officiel faisant état d’un prix de vente uniforme de 10 €/m² par les divers propriétaires à Leclerc, réalité largement démentie par la rumeur et qui reste encore à démontrer.

Elle renferme ensuite une longue, courageuse et très éclairante intervention de Madame Nathalie Rochet, conseillère municipale et commerçante. Enfin, la remarque finale de Monsieur SANZ ancien maire et Conseiller général n’a pas pris une ride : « M. SANZ fait remarquer que si une telle implantation était la panacée, d’autres villes auraient ouvert les bras à Leclerc ». Cette remarque judicieuse met plus que jamais les pendules à l’heure quand un silence assourdissant règne au sommet sur les bienfaits de la « panacée »

Ces questions graves ayant été posées ou rappelées, revenons, pour finir, à la fantaisie. Qui sait ? Quelques piranhas dévoreurs d’emplois se sont peut-être glissés dans le bassin d’emploi ? Comme ce héron qui s’invita un jour à la pêche dans le bassin des Ernests de l’ENS (École Normale Supérieure de la rue d’Ulm)

http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2014/04/23/un-heron-admis-a-normal-sup-8170102.html

L’ENS (École Normale Supérieure de la rue d’Ulm) reste un lieu prestigieux mais non dépourvu d’humour. Je pense que personne ne s’y targuerait, comme notre célèbre et tant regretté B.N.I.A. (Bloc note intellectuel auxonnais), d’être l’« outil intellectuel » local et « la poignée de la porte de la connaissance » (Cf. Bloc note intellectuel auxonnais N°7 1er semestre 2006 pp. 32 et 36)

À preuve, les Ernests, poissons rouges pensionnaires du célèbre bassin, ont donné leur nom à un cycle de mini-conférences « Les Ernest 15 minutes pour changer notre vision du monde ». Des mini-conférences bien sympathiques qui nous font terriblement défaut à Charmoy-City où nos décideurs « discrets », hors des discours de circonstance, sont à peu près muets comme des carpes !

http://www.les-ernest.fr/

Alors, en désespoir de cause, nos petits lapins du Charmoy sont partis pour la rue d’Ulm et le bassin des Ernests.

Ceci, afin de commander aux Ernests une conférence enfin crédible sur les réalités de notre bassin d’emploi après le miracle annoncé au Charmoy !

Une petite conférence-débat de temps en temps, ça fait du bien et ça change un peu des parlottes « discrètes » entre soi !

L'emploi, du Charmoy à la rue d'Ulm

L'emploi, du Charmoy à la rue d'Ulm

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 mai 2016 (J+2705 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 08:37

GARES DE CHARME À CHARMOY-CITY ? - du 12 MAI 2016 (J+2703 après le vote négatif fondateur)

Les sujets ferroviaires sont rares dans notre blog. Et pourtant, la magie du rail a inspiré et inspire toujours de nombreux romans et de nombreux films.

Les tramways sont, eux aussi, plus que jamais à la mode ! Ils sont en vogue jusqu’à Charmoy-City ! À preuve, on pouvait lire en juin dernier, à propos de tramway, dans un magazine local de renom : « La Vache de NOTIN est tout émoustillée d’apprendre que dans un proche avenir, elle pourra prendre le tramway de la ligne A, à partir du rond-point de la poste jusqu’à la gare « Au Charme de la Rosière », en compagnie de NOTIN et ses amis »

« Au Charme de la Rosière », quel joli nom pour une gare tout là-haut sur le Charmoy ! La question est seulement de savoir si l’on s’y bouscule vraiment aux guichets !

LE TRAIN A DÉRAILLÉ, VIVE LE TRAMWAY ! - du 15 JUIN 2015

La gare « Au Charme de la Rosière » est une belle invention, mais je préfère, à tout prendre, notre vieille gare monumentale qui, bien qu’ayant perdu sa marquise et son buffet, mais pas encore ses créneaux néo-gothiques et ses guichets, conserve tout son charme. Je ne sais pas si c’est parce qu’elles se font de plus en plus rares que les guichetières me semblent de plus en plus sympathiques et dévouées. Les retrouver au guichet pour prendre mes billets par dix m’est toujours un plaisir !

« Pourvou qué ça doure ! » aurait dit Letizia, la maman de Bonaparte. En effet, un article du Bien Public d’hier 11 mai, intitulé « AUXONNE TRANSPORT Gare SNCF : les nouveaux horaires d’ouverture des guichets font débat » nous conduisait dans l’univers de gares décidément de plus en plus inaccessibles.

Le constat, d’emblée, était sans appel :

« Passant de vingt-sept à huit heures et quarante-cinq minutes, le nombre d’heures d’ouverture au public de la gare d’Auxonne a diminué de dix heures » [N.D.L.R. : par semaine évidemment]

Ce calcul introductif nous a toutefois laissé dans le doute car, visiblement, le compte n’y était pas. Ça clochait, comme la loco soufflante arrivant à la station de Dalton City où dort le chef de station plein de Bourbon sous sa visière verte !

Par bonheur, un petit encart providentiel indiquait dans l’article : « Horaires : Du lundi au jeudi : de 14 à 17 heures Le vendredi de 11 heures à 16 h45 ». Total fait : 17h 45 et non « huit heures et quarante-cinq minutes » ;

Un coup d’œil sur le site de la ville d’Auxonne, à la rubrique « autres services » nous livrait dans le même temps les horaires d’ouverture d’avant le 16 avril, non encore mis à jour :

« Horaires du guichet :

Lundi au jeudi : de 06 h 45 à 13 h 45.

Vendredi : de 06 h 45 à 15 h 00.

Samedi : de 08 h 00 à 14 h 45.

Dimanche : de 12 h 30 à 17 h 45 ».

Soit au total 28+8h15+6h45+5h15 = 48h15

On sera donc passé en réalité de 48h15 à 17h 45 d’ouverture de guichet par semaine et non de « vingt-sept à huit heures et quarante-cinq minutes » comme l’indiquait l’article.

La madone des sleepings peut donc dormir tranquille il lui reste encore17h 45 d’ouverture de guichet par semaine pour prendre ses billets pour l’Orient-Express à l’ancienne ! Il lui suffira pour cela de trouver le bon créneau !

À propos de calcul, petit supplément ardu pour les vrais amateurs de précision et d’exactitude :

QUEL PASTIS DANS LE 51 ! (3) : CMJ, LE COLLÈGE ÉVACUÉ ! - du 30 JANVIER 2016

Gare de Charmoy-City,  des créneaux et des guichets

Gare de Charmoy-City, des créneaux et des guichets

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 mai 2016 (J+2703 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 08:07

LE CENTRE-BOURG ENFIN REVITALISÉ ? - du 10 MAI 2016 (J+2701 après le vote négatif fondateur)

Dans Le Bien Public du 7 courant nous découvrions avec bonheur « Une ville sous surveillance » et « moins de jeunes en patins à roulettes sous le porche de l’église ».

"Moins de jeunes en patins à roulettes sous le porche de l’église"  À la bonne heure ! Merci Seigneur ! Mais pas forcément moins de patins, de potin et de popotins !

Dans le numéro d’hier du même quotidien, nous assistons cette fois, ravis et comblés, à un véritable coup de baguette magique. Sous le titre « Un soleil dominical et tout s’anime », c’est en effet le tableau saisissant d’un véritable constat de « revitalisation » de notre centre-ville qui nous est brossé de main de maître.

Le chapeau de l’article donne d’emblée le ton : « En ce premier dimanche ensoleillé de mai, la ville d’Auxonne semble revitalisée ». À la fin de l’article, une conclusion presque poétique vient d’ailleurs confirmer ce réveil musculaire et spectaculaire : « l’activité dans le centre-ville est intense et les conversations vont bon train. L’ambiance est bon enfant, il y règne un climat serein. Serein comme un dimanche ensoleillé à Auxonne. ».

Et pour comble de bonheur, sur la page en regard, une photo nous démontre que dans les champs alentour pointent les asperges ! C’est la sève qui monte, comme dirait Claudi ! En mai fais ce qu’il te plaît ! Le temps est venu, comme disait la chanson, d’aller « fauter dans les bois, dans les près du côté, du côté de Nogent ! »

https://www.youtube.com/watch?v=xzBjR11MQ6Y

Après des années d’errements, la bonne solution a donc enfin été trouvée pour réveiller le centre-ville léthargique de la « Belle Endormie » !

Et cette solution, illustrée par Claudi, la voici : planter au printemps, dans un « climat serein », des mais pleins de sève et foisonnant de feuilles tendres sur les places de Charmoy-City.

Avouez que c’est quand même plus sympa, plus écolo, et surtout plus rigolo, que d’aller planter un hyper en catimini à ses portes !

DE CATIMINI EN CATERPILLAR-du 31 JUILLET 2014

La sève monte en mai à Charmoy-city

La sève monte en mai à Charmoy-city

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 10 mai 2016 (J+2701 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 08:48

L’ŒIL MAGIQUE VEILLE SUR CHARMOY-CITY - du 08 MAI 2016 (J+2699 après le vote négatif fondateur)

Dans Le Bien Public d’hier, sous le titre « Une ville sous surveillance », un article d’une page entière nous fait l’éloge irréfragable de la vertu protectrice de la vidéo surveillance. Chez nous, Big Brother aurait décidément la cote, le chapeau de l’article en atteste qui déclare : « Le système de vidéosurveillance semble convenir à l’ensemble des administrés auxonnais ».

Les déclarations du micro-trottoir viennent confirmer une vraie impression d’apaisement : « C’est rassurant » ; « C’est plus calme » ; « Je suis satisfait » et surtout : « Il y a moins de jeunes en patins à roulettes sous le porche de l’église ».

Parfait, la menace est conjurée, alors au risque de passer pour un Jérémie, rappelons que le prophète Michée, dont la niche est toujours désertée sous ledit porche, bascula en une sombre nuit  pour se fracasser sur le sol une seconde fois après restauration, sans que la vidéosurveillance, alors toute récente, permette d’éclaircir l’affaire….[N.D.L.R. une recherche attentive nous a permis de dater précisément cette nuit : nuit du 31 mars au 1er avril 2012. La vidéo était donc déjà en place.]

L’article se termine sur une note de confidentialité : « Chaque municipalité peut définir son délai de conservation à l’intérieur de cette limite [30 jours]. Celui de la ville d’Auxonne reste confidentiel. ». Inf’Auxonne N° 37 de juillet 2012 annonçait pourtant clairement en page 8 : « Les images filmées sont stockées pendant une durée de 15 jours et visionnées par les forces de l’ordre uniquement dans le cas d’une recherche d’informations ». Quelles « informations » au juste, le terme est en effet assez vague ?

Dans le meilleur des mondes la vidéo peut être la pire ou la meilleure des choses. Elle pourrait être la meilleure en accroissant le droit de regard du citoyen sur les affaires publiques, permettant ainsi de mettre à jour de trop commodes « discrétions ». Soyons constructif et apportons notre pierre à l’édifice en proposant à destination de tous nos concitoyens une diffusion vidéo des séances du Conseil municipal. Imaginez seulement comment un tel dispositif aurait pu jeter un regard éclairant sur la mémorable séance du 17 décembre 2008 ! Finie la « discrétion » mon kiki et les revirements en catimini !

AU CHARMOY : DISCRÉTION ENFUMAGE ET MIRAGES - du 02 MARS 2016

Argos panoptès veille sur Charmoy-City

Argos panoptès veille sur Charmoy-City

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 08 mai 2016 (J+2699 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 07:42

LA « CAROTTE JAUNE DE LA ZONE (DU CHARMOY) A CŒUR DE CENTRE-BOURG AMELIORÉ » - du 06 MAI 2016 (J+2697 après le vote négatif fondateur)

Cet article est dédié à Sigmund Freud qui aurait aujourd’hui 160 ans et qui ne soupçonnait pas la réalité prégnante du complexe de la « Carotte jaune de la zone (du Charmoy) à cœur de centre-bourg amélioré » ;

Le printemps avait mal démarré, mais il semble bien qu’à présent le temps de l’embellie soit advenu. « Au Charmoy ? » demande Claudi naïf et les petits lapins de répondre : « Pourquoi spécialement au Charmoy ? Il fait une névrose obsessionnelle ce Claudi, dirait Papa Sigmund ! »

Alors, il paraît que dans les jardineries, les amateurs s’arrachent les graines de la « Carotte jaune de la zone (du Charmoy) à cœur de centre-bourg amélioré », et puis encore, que dans les mairies de France et de Navarre, on se bouscule et on postule pour un poste d’adjoint aux éclipses de Lune !

BORE-OUT CHEZ LES PETITS LAPINS DU CHARMOY ? - du 03 MAI 2016

Au fait, la « Carotte jaune de la zone (du Charmoy) à cœur de centre-bourg amélioré » doit-elle être semée en Lune montante ou en Lune descendante ? Ne vous compliquez pas ainsi la vie, vous trouverez bien le temps, entre deux éclipses de Lune, de faire quelques bonnes récoltes.

Et à propos, comment cuisiner la « Carotte jaune de la zone (du Charmoy) à cœur de centre-bourg amélioré » ? Comme les autres variétés de carottes elle peut être râpée, consommée en purée ou accommodée à la mode de Vichy, en bœuf-carottes à l’étouffée c’est un régal ! Mais le mieux est encore de l’essuyer dans sa manche et de la croquer toute crue à belles dents, avec un brin d’humour c’est délicieux ! Ça, c’est la recette secrète de nos amis, les petits lapins du Charmoy !

Saint Fiacre, qui va trottinant, jaune avec un cocher blanc, vient d’ajouter la « Carotte jaune de la zone (du Charmoy) à cœur de centre-bourg amélioré » à sa corbeille mythique de fruits de la terre.

Le Saint s’est confié récemment en exclusivité à Grelinette Laplanche du mensuel La Courtilière : « J’ai connu le marché aux Choux-fleurs et puis aussi le Marché aux Asperges qui ne sont plus aujourd’hui que cartes postales jaunies. Je ne désespère cependant pas de voir advenir un jour un marché planétaire de la « Carotte jaune de la zone (du Charmoy) à cœur de centre-bourg amélioré » ». Et le Saint d’ajouter : « On en vendra jusque sur la Lune, entre deux éclipses bien entendu ! »

À la bonne heure ! En version bio ou en version Monsanto, conformément au TAFTA, la « Carotte jaune de la zone (du Charmoy) à cœur de centre-bourg amélioré ® » voilà un cultivar qui a de l’avenir !

Alors ne vous étonnez pas d’apprendre un beau jour que nos petits lapins se sont vu accrocher le « poireau ». Le « poireau » pour la promotion de la « Carotte jaune de la zone (du Charmoy) à cœur de centre-bourg amélioré ® », ça fait certes un peu pot-au-feu, mais une chose est sûre au moins, ils l’auront bien mérité, le « poireau », nos braves petits lapins du Charmoy !

Carotte du Charmoy. On a un marché sur la Lune

Carotte du Charmoy. On a un marché sur la Lune

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 06 mai 2016 (J+2697 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 09:34

DES FOSSÉS QUI ONT LA COTE - du 04 MAI 2016 (J+2695après le vote négatif fondateur)

Le génie rural, ce n’est pas un vain mot. En l’espèce, le génie sert surtout à creuser des fossés qui n’ont rien à voir avec la mare pédagogique grouillant de têtards, de « queues d’quesse », comme disaient les vieux du temps où c’qu’y avait encore des « grebeusses ». Du temps où la biodiversité, qu’on n’avait pas encore inventée, existait encore dans les fossés, les mares et jusque dans les lavoirs.

Aujourd’hui, dans les fossés retaillés à pic comme des fossés antichars, dont vous découvrirez la photo dans Le Bien Public, sous le titre « Auxonne : des fossés prêts pour réguler les eaux » (et les crues aussi peut-être ?), vous ne risquez pas de trouver la queue d’un « queue d’quesse ». De biodiversité, nenni ! Mais de la science et du génie (rural), ça oui, pardi !

Si vous l’ignoriez encore, vous lirez en particulier ce scoop qui va faire le buzz : « les fossés sont des ouvrages artificiels destinés à recueillir les eaux d’écoulement, entre autres ». Décidément la science n’a pas de bornes, on n’arrête pas le progrès ! Vous apprendrez aussi, au centime près, le coût de l’opération.

Une lecture qui vous laissera sans aucun doute tout(e) bucolique et dont votre esprit sortira mutin comme une libellule ! Ce qui est certain, c’est qu’un « Sous-préfet aux champs » à la mode de Daudet ne risque pas de venir faire sa sieste au bord de ce charmant ru, œuvre touchante du génie rural ! Dans son rêve, il risquerait d’y tomber, lui « son bel habit brodé, son petit claque et sa serviette en chagrin gaufré », sans pouvoir jamais en remonter !

Pour l’aider à remonter, et aussi pour vous remonter le moral, nous vous proposons aujourd’hui fidèles lecteurs/trices de découvrir ou de redécouvrir le Bief Pérou, ru mythique, à travers des productions que nous avions diffusées il y a déjà quelques années…

CHANTECLER n° 12 – du 27 janvier 2012

CHARMOY : LE PÉROU POUR LES PÊCHEURS ! - du 23 juin 2013

Claudi surbooké, vous l’en excuserez, est allé pêcher une ancienne illustration dans le Bief Pérou !

Pêche miraculeuse en attendant le génie rural

Pêche miraculeuse en attendant le génie rural

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 mai 2016 (J+2695 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse