Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 10:13

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Album
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 08:59

QUEL PASTIS DANS LE 51 ! (2) : CMJ C’ÉTAIT POURTANT BIEN PARTI ! - du 25 JANVIER 2016 (J+2595 après le vote négatif fondateur)

Dans le numéro 1 de notre série « Quel pastis dans le 51 ! », nous réparions les erreurs malencontreuses, tant de datation que de situation, relevées dans la description de notre patrimoine historique selon Inf’Auxonne, tout comme tailleurs de pierre, couvreurs et maçons réparent actuellement ce patrimoine !

Et force nous est de reconnaître que massettes, ciseaux et truelles accomplissent une tâche plus utile et plus louable que la plume pour le moins approximative de la rédaction dudit magazine ! Si nous regrettons, par souci de vérité, de devoir signaler les erreurs de celle-ci, nous saluons par contre sans réserve le beau travail accompli par ceux-là !

Entamant le propos d’aujourd’hui, nous reprendrons le célèbre postulat déterministe : « les mêmes causes produisent les mêmes effets » cité fort doctement par cette rédaction à propos des effets du temps sur les constructions humaines (page 3), mais pour l’appliquer, cette fois, aux effets d’une communication tronquée, gauchie (rassurez-vous, je n’ai pas dit gauchiste !) voire inexacte sur la réalité des faits.

Communication à propos de quoi, me direz-vous ? À propos de la question du « Conseil municipal des Jeunes » (CMJ). Car il est clair que, tant dans la presse locale que dans Inf’Auxonne N° 51, des informations apparemment contradictoires voire inexactes ont pu être écrites sur le sujet.

Il ne faudrait cependant pas voir dans notre démarche une critique de principe du CMJ. Nous respectons les buts louables de cette institution bientôt trentenaire créée à l’initiative du Ministre Pierre Joxe en 1988. S’il nous est arrivé de la mentionner dans ce blog, notre critique s’adressait, non à cette sympathique et juvénile institution elle-même, mais bien plutôt au caractère problématique de l’exemple que pouvait lui fournir son institution homologue aînée…

« NOUS ENTRERONS DANS LA CARRIÈRE… » - du 18 NOVEMBRE 2015

Précisons tout d’abord, en rédacteur informé et responsable, les sources que nous utiliserons pour rédiger cet article et quelques autres qui devraient suivre.

En ce qui concerne les sources officielles, nous nous référerons aux informations disponibles sur le site officiel de la ville d’Auxonne (en particulier les rubriques « Conseil municipal » et « Vie scolaire »). Relativement à la presse, nous avons feuilleté : Inf’Auxonne N° 44 de mai 2014 page 7 et N° 51 de janvier 2016 page 4 ; Hebdo 39 N° 182 du 16/11/15 page 8 ; Le Bien Public 21 décembre 2015 p. 4.

Mais avant de passer à la question du « Conseil municipal des Jeunes » proprement dite, dont nous tenterons de fournir à l’intention de nos fidèles lecteurs/trices un historique documenté, nous voudrions revenir sur une publication antérieure, réalisée conjointement par la municipalité et la presse locale, et visant à informer les jeunes citoyens

Le dimanche 9 juin 2013, Le Bien public publiait en encart, à l’attention des enfants d’Auxonne, un quatre pages illustré intitulé « Découvre ta ville ». Ce document fut mis à la disposition du public à la mairie. Nous ignorons s’il y est encore disponible, et nous en mettons le PDF à disposition de nos lecteurs/trices

À la lecture de ce document, un fait nous avait à l’époque particulièrement surpris, celui de l’absence radicale du verbe élire (ainsi que ses dérivés : élu, électeur, élection, électoral) dans le document. Le/la jeune Auxonnais(e), futur électeur/trice, devait donc trouver tout(e) seul(e) par quel prodige le maire d’Auxonne, ses huit adjoint(e)s et ses conseiller(e)s s’étaient retrouvé(e)s à « diriger la commune » ! Droit divin sans doute !!

Pour plus de détails, nos lecteurs/trices pourront se reporter à notre article

ALLONS Z’ENFANTS - du 30 juin 2013

Grâce à la récente institution du « Conseil municipal des Jeunes », il est indubitable que cette omission malencontreuse du verbe élire et de ses dérivés est à présent réparée auprès du jeune public des écoles. Nous le démontrerons dans le premier volet de l’historique documenté qui suit. C’est le versant lumineux de l’affaire, aussi l’avons-nous intitulé « CMJ, c’est bien parti ! »

CMJ, C’EST BIEN PARTI !

Initialement, c’est dans le N° 44 d’Inf’Auxonne de mai 2014 en page 7 qu’est manifestée l’intention de créer un « Conseil municipal des Jeunes » par cette question : « Pourquoi pas un Conseil municipal des Jeunes ? ».

Le temps passe et le 9 juillet 2015, le Conseil municipal approuve à l’unanimité la création d’un « Conseil municipal des Jeunes » dans sa délibération 2015-93 : CRÉATION D’UN CONSEIL MUNICIPAL DES JEUNES (CMJ) (pages 9 et 10 du CR sommaire). Selon les termes de cette délibération, le CMJ comptera « 18 membres titulaires, élèves de CM1 jusqu’en 4ème ». Est prévue simultanément la « mise en place des élections à la rentrée scolaire de septembre 2015 pour un démarrage au 1er janvier 2016 ».

À l’issue des vacances d’été, quelque temps après la rentrée scolaire, le site officiel de la Ville d’Auxonne (Vie scolaire → Élémentaire Jean Moulin → Citoyenneté) annonce sans toutefois donner de précisions sur les dates :

« Valérie Engelhard, adjointe jeunesse et sport, et Martine Lassagne, adjointe aux affaires scolaires, sont venues présenter aux CM1-CM2 le projet de la mairie, qui désire constituer un conseil municipal junior.

Elles se rendent dans les trois écoles primaires de la ville, afin d'en expliquer toutes les modalités ».

Dans le même temps, un document municipal d’information à destination des « élèves des classes de CM1, CM2, 6ème, 5ème et 4ème et à leurs familles » est diffusé, qui précise que seront électeurs « tous les élèves scolarisés dans les classes de CM1 et CM2 des écoles primaires d’Auxonne, tous les collégiens auxonnais des classes de 6ème à la 4ème ». Chaque classe concernée (4ème, 5ème, 6ème, CM2, CM1) présente un binôme paritaire de candidats auxonnais. Pour le collège : un seul binôme paritaire de candidats sera élu par niveau [soit 3 binômes]. Pour les écoles élémentaires : un binôme paritaire est élu par école et par niveau (soit 6 binômes au total [pour les écoles élémentaires]». Donc 9 binômes ou 18 élèves pour l’ensemble du Conseil.

Le 16 novembre 2015 Hebdo 39 N° 182 publie en page 8 un article intitulé « Conseil municipal des jeunes à Auxonne : la campagne est lancée ».

L’article, sous la plume de L. Lanni, rappelle d’abord, en termes conformes à la décision 2015-93, le format, la composition, ainsi que l’électorat du CMJ : « Un maire, quatre adjoints et treize conseillers municipaux seront bientôt élus pour deux années parmi les élèves candidats des classes de CM1 et CM2 des trois écoles élémentaires et des classes de 6e, 5e et 4e du collège ».

Il précise ensuite qu’ : « une réunion d’information animée par Valérie Engelhard et destinée aux élèves du primaire [N.D.L.R. Chantecler :c’est nous qui soulignons] s'est déroulée récemment [N.D.L.R. Chantecler : la date de la réunion n’est pas indiquée dans l’article, cependant, de source autorisée, nous pouvons préciser qu’elle s’est tenue le mercredi 4 novembre dernier] en salle du conseil municipal en présence des parents, du maire Raoul Langlois, Martine Lassagne adjointe aux affaires scolaires, Corinne Compayré adjointe aux affaires sociales, Nathalie Roussel adjointe urbanisme et Dominique Arbeltier conseillère municipale et directrice de l'école Jean Moulin ».

Les modalités relatives aux élections sont ensuite précisées par « l'adjointe à la jeunesse », en ces termes : « Dans chaque école un binôme de la classe de CM1 et un de la classe de CM2 seront élus. Les élections se dérouleront le mercredi 9 décembre pour l'école Jean Moulin, le 10 décembre à Pasteur et le 11 décembre à Jean-Jaurès »

L’article se conclut par l’annonce d’une autre réunion concernant, cette fois, les élèves du collège : « Une autre réunion de présentation du CMJ destinée aux élèves de 6e, 5e et 4e du collège aura lieu le mercredi 25 novembre ».

Il est donc bien clair que la réunion du 4 novembre « destinée aux élèves du primaire » n’incluait pas les collégiens dont l’information, selon l’article, était remise à plus tard. Si le processus était bien parti pour les élèves du primaire, nous verrons, dans notre prochain article, qu’il n’en aura pas été de même pour les élus potentiels du collège !

Claudi a le cerveau en écharpe, car, compte tenu du déroulement satisfaisant de cette première phase, il a dû phosphorer pour mettre un peu d’humour satirique dans son illustration du jour. La suite devrait lui fournir davantage de matière ! Au fait, si vous voulez apprécier pleinement l’illustration du jour de Claudi nous vous conseillons une relecture

L’ÉCHARPE RETROUVÉE - du 21 mars 2014

 Conseil municipal jeunes Notin prend l'écharpe

Conseil municipal jeunes Notin prend l'écharpe

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 25 janvier 2016 (J+2595 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 10:07

QUEL PASTIS DANS LE 51 ! (1) - du 21 JANVIER 2016 (J+2591 après le vote négatif fondateur)

Dans quel 51 ? Dans le numéro 51 d’Inf’Auxonne de janvier 2016 bien entendu ! Monsieur le Maire a bien raison de dire, dans son « Édito », que « les repères sont estompés ». Pour sûr qu’ils le sont, il suffit de tourner les pages du magazine pour s’en rendre compte !

Non ! Ne pestez pas ainsi Monsieur Prudhomme ! Ce n’est pas votre Bloc Note Intellectuel auxonnais, cet « outil intellectuel des Auxonnais » (Bloc note intellectuel auxonnais N°7 1er semestre 2006 p. 36), que j’ai l’intention de feuilleter aujourd’hui, mais tout simplement Inf’Auxonne !

Comment ! Vous ne connaissez pas Monsieur Prudhomme, sauveur providentiel et autoproclamé de l’emploi et de l’industrie locale dans les années 90, puis bienfaiteur du monde intellectuel et commercial auxonnais dans la décennie suivante, alors vraiment vous avez tout manqué !

Pour Monsieur Prudhomme, Chantecler n’est qu’un tracassin de Zinzin, qui ne respecte rien ! « Tout y passe, la culture, le commerce, l’économie, les instances municipales, l’urbanisme, l’écologie, le patrimoine, etc. C’est un véritable amalgame de glu sociale, politique et économique. »

Facile à dire ! Mais laissons les lecteurs/trices juger et les libres lois de la concurrence intellectuelle, sinon commerciale, opérer, et revenons au numéro 51 d’Inf’Auxonne de janvier 2016 !

Dans la « Tribune libre », la contribution du groupe majoritaire « Auxonne Passionnément semble une franche volée de bois vert à destination d’une opposition à laquelle on impute : absentéismes divers, péroraisons sur les réseaux sociaux et « questions écrites plus ou moins sensées au maire ». La totale !

À noter que le texte est daté du « 15/09/15 ». Curieux ? Malgré les délais d’impression, voilà une date bien précoce pour présenter ses vœux ! À sa décharge, et au vu de cette date, on ne pourra cependant accuser le groupe majoritaire d’avoir fait une réponse ad hoc, aux contributions de l’opposition datées, elles du 14/12/15.

Coquille me direz-vous, ou séquelle de copier-coller.

Pinaillage me direz-vous, mais il y a plus grave. Publication officielle, il est possible qu’ Inf’Auxonne soit lu attentivement par un nombre significatif de nos concitoyens, et je suis au nombre de ceux-ci. Sans pouvoir prétendre atteindre, comme le Bloc note intellectuel auxonnais, le rang prestigieux d’« outil intellectuel des Auxonnais » (Bloc note intellectuel auxonnais N°7 1er semestre 2006 p. 36), Inf’Auxonne pourrait accessoirement jouer un rôle culturel, en matière d’histoire locale par exemple. Voyons ce qu’il en est…

Bien que je ne sois pas un perdreau du siècle, imaginons donc, par exemple, que je vienne d’être élu au Conseil municipal jeunes, nouvelle institution au sommaire du 51. Nouvel(le) et jeune élu(e), je m’efforcerais, sûr, de connaître mieux l’histoire de ma ville et de son patrimoine, et alors, je lirais les pages qui y sont consacrées dans le dernier Inf’Auxonne.

J’y découvrirais ainsi qu’au Château Louis XI « la toiture de la caserne XVIIIème n’a plus ni grues ni échafaudages » (p. 3). Sauf que ladite caserne, Caserne Vauban, construite en 1688, est en fait du XVIIème siècle.

J’apprendrais en outre que, le long du contre-fossé, la Tour Basse des Moulins, accolée à la Tour Haute nouvellement restaurée, est « plus ancienne que la tour haute » (p. 3). Sauf que, d’après des documents iconographiques conservés aux Archives départementales, ladite Tour Haute (1490) précède d’au moins un demi-siècle la Tour Basse. Précisons que cette dernière est revêtue de pierres convexes dites à bossages caractéristiques du XVIème siècle. Comme quoi, en bossant un peu, tout va mieux !

Du temps où j’étais encore un perdreau du siècle, vers 1960, je jouais avec les copains sur les remparts et au château. On rêvait de souterrains et de tunnels partant du château vers l’église et même jusqu’au Mont-Roland. J’étais encore naïf ! Et voilà qu’aujourd’hui, à en croire du moins Inf’Auxonne : « un tunnel [passe] au travers du rempart du Château Louis XI » (p. 5). Super !

Sauf que ledit « tunnel » en question est à plus de 500 mètres du Château Louis XI et qu’il s’agit en fait initialement, non d’un tunnel, mais d’un souterrain à l’épreuve des bombes (Cf. Bélidor, Dictionnaire portatif de l’ingénieur et de l’artilleur, Paris, 1768, p. 664), destiné à abriter le personnel. Ce vaste abri construit en 1825, dans le massif du Bastion du Béchaux, s’ouvre vers l’actuel Port-Royal par une poterne à travers le mur du bastion, bien loin du Château !

En matière d’architecture militaire, une des richesses de notre patrimoine local, il est dommage quInf’Auxonne n° 51 ait contribué, par ces inexactitudes, à « estomper les repères », notamment de nos jeunes, qui en ont bien besoin !

À suivre ! On reparlera d’Inf’Auxonne, de nos jeunes et pourquoi pas…du Charmoy. Bizarre qu’Inf’Auxonne n° 51 n’en parle pas, du Charmoy ! Du temps d’Inf’Auxonne n° 25, en mai 2009, c’était aut’chose, on parlait que d’ça !

LE NUMÉRO DU SIÈCLE- du 24 FÉVRIER 2015

Pour en revenir au « tunnel » du Château Louis XI, il existe, mais ce n’est pas du tout, du tout celui qu’Inf’Auxonne n° 51 nous montre en photo !

Pour réparer le mal, Claudi nous fait découvrir en image ce vrai « tunnel du Château Louis XI » qui est un passage couvert reliant deux souterrains voutés (communément désignés aujourd’hui sous le nom de caveaux), le tout à l’épreuve des bombes et construit dans la première moitié du XIXème siècle. À l’épreuve des bombes du temps, mais pas des obus de 420 de la Grosse Bertha. Pour ça, adoptez Nénette et Rintintin, et croisez les doigts !

TOUCHATOUT ET ZINZIN - du 18 JANVIER 2016

Le Château Louis XI, ses secrets et son tunnel

Le Château Louis XI, ses secrets et son tunnel

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 21 janvier 2016 (J+2591 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 09:17

TOUCHATOUT ET ZINZIN - du 18 JANVIER 2016 (J+2588 après le vote négatif fondateur)

Sympa ce titre : « Touchatout et Zinzin » ! Comme « Nénette et Rintintin », sûr que pour un album, ça conviendrait bien. Oui, mais je ne suis pas Hergé les copains ! Juste un amateur allergique à l’enfumage et aux embrouilles, qui depuis plus de cinq ans a travaillé par nécessité, pour tenter d’éclairer ses concitoyens quand d’autres les trompaient !

Oui, mais maintenant que Monsieur le Maire a fini par avoir son hyper, c’est fini Chantecler, allez vous me dire, tu n’auras plus rien à écrire ! Pas si sûr ! D’abord, on n’en a jamais fini d’écrire l’histoire, et la conclusion de la longue et tortueuse saga du Charmoy, dans tous ses développements et conséquences, est bien loin encore d’être écrite. Et cette histoire, par la force des choses, j’en suis devenu le spécialiste, et j’ai bien le droit moi aussi, d’avoir mon petit fonds de commerce ! Foin de modestie pour une fois, Monsieur Prudhomme, ce diamant pur strass, aux multiples facettes, nous montre la route, le bonhomme !

Pour en revenir à notre histoire, une chose est sûre au moins, une étape de cette histoire qui avait été entamée par le fameux « vote négatif fondateur » du 17 décembre 2008, vient de se clore le 13 janvier dernier, avec l’ouverture de l’hyper. Ce fameux « vote négatif fondateur », que l’on tordit et retordit comme une fausse-clef, pour finir par justifier cette ouverture, restera l’un des « fleurons » de la longue et tortueuse saga du Charmoy !

Une histoire proprement tintamarresque !

Tintamarresque, voilà qui est nouveau ! Non, détrompez-vous, je n’ai pas inventé ce mot, je l’ai seulement emprunté à Touchatout (Léon-Charles Bienvenu (1835-1910), l’auteur de L’Histoire tintamarresque de Napoléon III.

La lecture de cette histoire non officielle, mais très bien illustrée de « Napoléon le Petit » est carrément désopilante ! Et n’oublions pas que les thèmes impériaux nous intéressent au premier chef (Oui ! Chef !) car nous vivons dans une cité napoléonienne où, même si l’on ne visite plus le chapeau, se côtoient toujours Napoléons petits et grands

NAPOLÉONS, PETITS ET GRANDS - du 02 DÉCEMBRE 2015

Mais revenons-en à L’Histoire tintamarresque de Napoléon III. Dès l’avant-propos de la Première partie, Les années de chance, l’auteur annonce son intention :

« Au fur et à mesure que se dérouleront les évènements, les portraits se placeront d’eux-mêmes ; et simultanément nous photographierons cet astre à fleur de terre et ses satellites. Dans cette œuvre, nous ferons une large part à l’illustration, ce moyen puissant d’éclairer les masses par le manque de respect aux idoles. »

Eh oui ! Le respect s’perd, mon pépère ! Mais on peut dire qu’aujourd’hui comme hier, si le respect s’perd, c’est que d’aucuns l’ont bien cherché car ils ne font jamais que récolter le mauvais grain frelaté qu’ils ont semé !

On connaissait les nouvellistes, je me déclare tintamarriste. Un tintamarriste qui chagrine les « idoles », et pour ces « idoles » quand le respect s’perd, c’est bien triste !

Mais au fait, il y a une deuxième partie à cette histoire tintamarresque ? Oui, elle s’appelle La dégringolade impériale, c’est le revers de la médaille…

Touchatout n’est plus, à présent, et c’est bien attristant ! Mais, rassurez-vous, des « astres à fleur de terre » avec leurs cohortes de « satellites » abondent toujours dans notre ciel médiatique.

Touchatout n’est plus, à présent, mais il a des remplaçants ! Et pour Monsieur Prudhomme, ça c’est bien embêtant !

Pour Monsieur Prudhomme, quel tracassin que ce Zinzin, qui ne respecte rien et ne rectifie même pas la position quand vient à passer, auguste, solennel et bardé d’honneurs qui sont légion, un artiste chargé de décorations.

RAYON DÉCORATION - du 10 NOVEMBRE 2015

Quel tracassin et, surtout, quel jacassin que ce Zinzin ! À preuve :

« Auxonne, est un lieu de prédilection pour Zinzin le perroquet. Sur ce territoire, il fait feu de tout bois.

C’est en quelque sorte un pollueur, dit la Vache en riant bruyamment. »

« Tout y passe, la culture, le commerce, l’économie, les instances municipales, l’urbanisme, l’écologie, le patrimoine, etc. C’est un véritable amalgame de glu sociale, politique et économique. ». Ainsi parlaient Notin et ses copains.

Lu, sans rire (mais je vous avoue que c’est difficile de se retenir), dans un article académique consultable sur l’un des sites intellectuels les plus prisés de la galaxie. Cet article est intitulé « Zinzin sur le radis monumental » et la subtile profondeur de son contenu explique sans doute le taux de fréquentation astronomique (plus de 31000 visiteurs !) dont il jouit aujourd’hui et qui en fait la locomotive du site comme un hyper fait la locomotive d’une zone commerciale et aussi, pour l’instant, du site en question !

SUR LES ÉPAULES DES GÉANTS - du 19 OCTOBRE 2015

Essayez, allez y voir, avec Google c’est un jeu d’enfant, ça ne coûte rien et surtout, ça fait monter le sacro-saint compteur magique que doivent envier les quotidiens nationaux !

Claudi se gratte la tête. Touchatout et Zinzin, c’est pas facile à illustrer ça ! Touchatout est formidable, mais ses dessins ont vieilli. Rien ne vieillit plus vite que le dessin satirique (en revanche son exercice régulier conserve la jeunesse d’esprit !). Quant à Zinzin, vous n’imaginez tout de même pas Claudi copiant l’œuvre originale ! Pareil sacrilège est proprement impensable ! Autant dérober le Graal !

Alors, à défaut de Touchatout et Zinzin, Claudi a flashé sur une vieille carte postale de 14-18 qu’il avait dégottée chez son oncle Seppi de Rouffach près de Colmar.

HYPER-CALIBRE - du 18 février 2014

Sur la carte il a mis nos petits lapins, en Nénette et Rintintin, ces petits fétiches de laine réputés protéger, en 14-18, les poilus, les samies et les tommies, des obus de gros calibres !

Que Nénette et Rintintin vous portent bonheur, fidèles lecteurs/trices !

Bonne chance et à bientôt !

Nénette et Rintintin vous protègent des Bertha au Charmoy

Nénette et Rintintin vous protègent des Bertha au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 janvier 2016 (J+2588 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 11:50

MONSIEUR PRUDHOMME AU CHARMOY - du 16 JANVIER 2016 (J+2586 après le vote négatif fondateur)

« Ce jour, en ma qualité de chef d’entreprise industrielle (à la retraite) une de mes multiples facettes, je salue par un grand bravo, le chef d’entreprise du E. Leclerc d’Auxonne.

NOTIN et ses amis visitent le Centre commercial E. Leclerc d’Auxonne, un des fleurons d’architecture et de l’emploi à Auxonne. »

C’est sur la toile, où il est complaisamment exposé qu’on pouvait lire récemment, ce couplet laudateur. On peut en conclure que décidément, en 2016, Monsieur Prudhomme n’est pas mort !

Vous ne connaissez pas Joseph Prudhomme, le héros d’Henri Monnier ! Quelle lacune ! On peut lire Les Mémoires de Monsieur Prudhomme sur le site de la Bibliothèque Nationale de France qui les a numérisés.

Dès le début de l’œuvre (page 2), Monsieur Prudhomme annonce la couleur :

« Mes contemporains l’ont voulu, je vais poser devant eux, il est temps qu’ils sachent enfin qui je suis, d’où je viens, ce que je veux. La postérité pourrait bien m’oublier ; je prétends, selon l’usage adopté universellement aujourd’hui, me dresser de mon vivant un piédestal sur lequel les siècles futurs pourront me contempler à leur aise. Je serais bien bon de me gêner, et de me marchander la gloire ! On ne la vend même plus dans ce siècle-ci ; chacun en prend ce que bon lui semble »

Tout cela fut imprimé en 1858, et n’a pas pris une ride !

Monsieur Prudhomme est par ailleurs bien connu par ses célèbres citations. L’une d’elles préconise : « On devrait construire les villes à la campagne. L’air y est tellement plus pur »

« L’air y est tellement plus pur ».

C’est comme au Charmoy où « …, le projet aura un impact positif sur la qualité de l’air grâce à la maîtrise de l’évasion de la clientèle » (Cf. page 53 du dossier intitulé « demande d’autorisation de création d’un centre commercial » daté de janvier 2010 et réalisé par la BEMH S.A. (BORDEAUX) au profit de SARL BOUXDIS (COLMAR) travaillant pour le compte du Groupe LECLERC)

Toujours dans le même dossier, autre citation prudhommesque :

« Le centre commercial ne sera pas à l’origine de rejets dans l’atmosphère en dehors de ceux liés à la circulation des véhicules »

CHARMOY LAVE PLUS BLANC QU’UN DIESEL ALLEMAND ! - du 28 SEPTEMBRE 2015

Décidément, tout cela ne manque pas d’air ! Claudi ne s’y est pas trompé !

Un air du bloc note de Monsieur Prudhomme au Charmoy

Un air du bloc note de Monsieur Prudhomme au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 janvier 2016 (J+2586 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 08:20

DIGNE HÉRITIÈRE DU BLOC NOTE, VOICI L’HYPER PUB À BLOC ET EN BLOC - du 14 JANVIER 2016 (J+2584 après le vote négatif fondateur)

Le « Bloc note intellectuel auxonnais » n’est plus aujourd’hui qu’une vieille lune du musée éditorial auxonnais. Une vieille lune oubliée sans doute, dont peut-être quelques commerçants se souviennent, pour s’y être payé un jour un pavé publicitaire haut en couleurs. Une vieille lune oubliée, pour laquelle Monsieur Sanz, un peu optimiste sans doute, et plus vraisemblablement pressé par le génial et coruscant rédacteur, se fendit un jour de ce compliment :

« Cet ouvrage constitue incontestablement un espace privilégié de liaison et de publicité pour notre petit commerce » (Bloc note intellectuel auxonnais 2005 n° 6, page 43 ; voir repro à la fin de l’article)

Cher Antoine, vous deviez être un peu las ce jour-là !

À votre décharge, il faut cependant reconnaître que les ambitions déclarées du rédacteur en imposaient. Comment résister, en effet, à l’ampleur de cette prose qui prend la pose et vous en impose :

« Le Bloc Note c’est l’outil qui s’inscrit dans l’échelle de l’histoire locale afin que les générations du futur puissent découvrir celles et ceux qui ont donné leur temps et un morceau de leur vie pour qu’Auxonne se maintienne et se développe sur le plan économique et culturel.

Le Bloc Note Intellectuel Auxonnais insuffle une démarche directe sans esprit sectaire, politique ou calcul. Tous ensemble vous formez la mémoire directe qui fait le style et la volonté. » (Bloc note intellectuel auxonnais juin 2004 n°3, page 4)

Mazette ! Quelle plume ! C’est pas à l’« Académie de la culture pour tous », mais à la vraie, à la grande, qu’une telle plume devrait siéger !

Une décennie après, nous ne pensons donc pas trahir les intentions du rédacteur du « Bloc-note intellectuel auxonnais » en exhumant ses écrits, et ce « afin que les générations du futur puissent découvrir celles et ceux qui ont donné leur temps et un morceau de leur vie pour qu’Auxonne se maintienne et se développe sur le plan économique et culturel. »

Comme « Napoléon perçait [déjà] sous Bonaparte » on sentait déjà pointer sous le « Bloc note intellectuel auxonnais », l’hyper-pub à bloc et en bloc !

NAPOLÉONS, PETITS ET GRANDS - du 02 DÉCEMBRE 2015

Aléas des urnes, en 2008 Monsieur Sanz dut céder la place à Monsieur Langlois et à ses projets d’hyper. Par « une démarche directe sans esprit sectaire », notre Bloc note intellectuel auxonnais, reconverti en NOTIN, tirant bientôt à 6000 exemplaires, se mit donc rapidement au service du nouveau maire… et de ses projets d’hyper !

En 2013 pourtant, NOTIN finit par disparaître sous sa forme papier. D’aucuns jugèrent la perte irréparable… Quel vide dans le paysage éditorial ! (mais il paraît qu’il en reste un stock pour les vrais amateurs et de toute façon on peut toujours le consulter à la Bibliothèque Nationale).

Cependant, l’esprit de NOTIN, protéiforme, survivait ! Il ne tarda pas à s’investir sous d’autres formes numériques, vantant toujours, et plus que jamais, outre les mille facettes et mérites de sa propre pomme, le maire et son cher projet d’hyper, toujours « sans esprit sectaire » et n’omettant jamais d’entrecouper les articles « surréalistes » de comptes rendus vidéo de cérémonies officielles, histoire sans doute de rectifier la position et de saluer le drapeau en passant entre deux galéjades ! Bel éclectisme ! En plein dans l’esprit des nouveaux gratuits qui vous servent l’info en sandwich entre les pubs les plus triviales !

Bien lui en prit, pourtant, à cet esprit de NOTIN ! Tel un aigle bicéphale, le voilà qui règne à présent dans les colonnes d’un quotidien local et jusque sur l’estrade du conseil municipal.

On n’arrête pas le progrès ! Voilà la marche inexorable et conquérante du nouvellisme ! Les initiateurs de la publication qui, aux dires du brave Monsieur Sanz, « [constituait] incontestablement un espace privilégié de liaison et de publicité pour notre petit commerce » (Bloc note intellectuel auxonnais 2005 n° 6, page 43), ont dû sentir le vent tourner ! Les voilà à présent qui font dans la presse, une tout autre promotion, dont voici le plus récent échantillon :

« Auxonne : l’hypermarché Leclerc fait déjà le plein de clients » « Attendu depuis longtemps par les habitants, redouté par les commerçants auxonnais, l’hypermarché a ouvert ses portes ce mercredi matin et les chalands étaient très nombreux à venir découvrir cette nouvelle enseigne. » (Le Bien Public en ligne d’hier 13 janvier et version papier de ce jour 14 janvier, en page 16)

http://www.bienpublic.com/edition-la-plaine-la-saone/2016/01/13/commerce-l-hypermarche-leclerc-fait-deja-le-plein-de-clients

Voilà un petit compliment d’ouverture bien tourné, assorti d’un diaporama de photos qui vont bien, et qui arrive à point pour couronner le monument iconographique déjà édifié précédemment tout au long d’une dizaine d’articles dédiés à la « sculpture monumentale » qui vient de « décoller sur le tarmac du Charmoy »

ALBUM – DÉCOUVREZ LE NOUVELLISME DU CHARMOY – du 08 JANVIER 2016

Après des années revendiquées de promotion du petit commerce, petit commerce dont les annonces autofinançaient la publication, on peut s’interroger sur les causes objectives et profondes du présent retournement publicitaire exclusif, opiniâtre autant qu’assidu, en faveur d’un géant de la grande distribution. Pour reprendre les propos du Bloc note intellectuel auxonnais juin 2004 n°3, page 4, on est fondé à penser que « C’est l’ouverture des portes d’un avenir économique et commercial nouveau » qui a dû fasciner nos publicitaires !

Cette « ouverture des portes d’un avenir économique et commercial nouveau » aura fini par les conduire de la « séduction enchanteresse » et du « zeste de romantisme surmonté d’une sincérité émotionnelle », du début, à l’hyper-pub d’aujourd’hui, à bloc, et en bloc !

Aujourd’hui, Claudi, qui ne s’est pas foulé, m’a conseillé de jouer la nostalgie et de publier les touchantes images qu’il avait prises de vénérables documents du début de cette belle aventure éditoriale « afin que les générations du futur puissent découvrir celles et ceux qui ont donné leur temps et un morceau de leur vie pour qu’Auxonne se maintienne et se développe sur le plan économique et culturel. »

Et qui, visiblement, à en juger du moins par certain cliché, ont dû en être récompensés !

Aujourd’hui, plus que jamais ils se donnent encore sans compter… À en croire que pour l’ouverture, le « morceau de vie » devait être en promo !!

Bloc note intellectuel (et nouvelliste) auxonnais de SYRIEX Robert Daniel

Bloc note intellectuel (et nouvelliste) auxonnais de SYRIEX Robert Daniel

Pour notre petit commmerce auxonnais

Pour notre petit commmerce auxonnais

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 janvier 2016 (J+2584 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 08:34

DES COURBES ET DES COURBETTES AU CHARMOY- du 13 JANVIER 2016 (J+2583 après le vote négatif fondateur)

Inverser la courbe du chômage reste, plus que jamais, un pari urgent pour notre Président, qui a troqué depuis pas mal temps le casque de moto contre le képi de généralissime.

Mais quel que soit le couvre-chef, demeure par dessous la même question urgente et térébrante : « Où et quand surviendra l’« inflexion » de la maudite courbe ? »

Si du temps de Platon le philosophe était roi, en nos temps de Macron, c’est le patron qui est roi. Péguy tenait en son temps les pères de famille pour les nouveaux héros (citation libre), le vrai héros du jour, c’est maintenant le patron, nouveau ou ancien d’ailleurs. Patron un jour, patron toujours !

Claudi qui n’est même pas l’ombre d’un microMacron, tout au plus un fonctionnaire retraité (donc conjuguant deux tares rédhibitoires !) Claudi qui n’a donc jamais eu l’insigne honneur d’être un patron bienfaisant, large dispensateur de la manne de l’emploi. Claudi ce trublion friand de libations, avait déjà depuis longtemps son idée sur la question de la courbe.

Précisément, il y a deux ans, dans l’épisode 45 de son feuilleton « Journal du Charmoy »

ÉPISODE N° 45 : QUAND LA COURBE S’INVERSE - du 02 février 2014

À la lumière de l’actualité locale, cet épisode, plein d’optimisme, retrouve un peu de sa jeunesse. Comme cet expert autorisé qui fait coin-coin parce qu’il croit avoir découvert l’Amérique à l’horizon de son bassin (d’emploi) ! Et dire qu’il y a des grincheux qui osent prétendre qu’au bout du compte, il n’y aura pas de miracle et qu’en recouvrant Saint-Pierre on risque bien de découvrir Saint-Paul.

Qu’importe, nos économistes locaux misent et conjecturent doctement sur la circulation bienfaisante des billets, sang neuf qui devrait dynamiser notre économie locale, et particulièrement notre centre-ville.

VERS DES LENDEMAINS QUI CHANTENT ? (3) - du 19 DÉCEMBRE 2015

Nous ne sommes pas économiste, ni ingénieur en prospective ! Et il nous faut même avouer que comme Piron, nous ne se sommes rien, pas même académicien ! Rendez-vous compte, quelle misère ! Nu comme un ver !

Et pourtant, sans aigreur et tout en douceur, et quoiqu’il soit fort peu convenable de se citer soi-même, nous reprendrons en ce jour de liesse notre éloge de la courbe de février 2014 qui n’était pas trop mal réussi. Un éloge capable, nous en sommes sûr, d’émouvoir les vrais esthètes, et il en est de par chez nous !

« Le pouvoir de séduction des courbes est une constante universelle : la ligne épurée de l’arche d’un pont, les méandres d’une rivière paisible, les galbes d’un corps, la courbe design d’un casque, il est des courbes qui recueillent tous les suffrages.

L’énarque, s’il ne dédaigne pas, à l’occasion, de partager les émois esthétiques de tout un chacun en matière de courbure, a aussi ses courbes bien à lui : celles de la statistique, construites pour séduire les électeurs. Sans oublier, bien entendu, les courbettes.

Le présent épisode démontre, s’il en était encore besoin, que Charmoy-City est bien le point privilégié de l’espace où vient se décliner, sur tous les modes, le pouvoir de séduction de la COURBE et de son inversion en particulier ! »

Et les courbettes me direz-vous ? Les courbettes, nous en laissons le soin et le monopole aux plumitifs, flagorneurs et autres thuriféraires patentés. Ils ont le vent en poupe sur leur bassin (d’emploi) ! Coin-coin !

Toujours à la manœuvre en promotion ou en auto-promotion, pour sûr ils ne chôment pas et trouvent toujours de l’embauche ! Mais bien entendu, c’est pour inverser la courbe ! Sans oublier les courbettes !

Des courbes et des courbettes au Charmoy

Des courbes et des courbettes au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 13 janvier 2016 (J+2583 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 10:13

POST TENEBRAS, LUX ! - du 12 JANVIER 2016 (J+2582 après le vote négatif fondateur)

Je ne devais pas être très bien réveillé ce matin, lorsque j’ai ouvert notre quotidien local à la rubrique « Temps fort ». Pas bien réveillé ? Pourquoi donc ? Je vous expliquerai plus tard. En attendant, un mot sur cette rubrique dont nous aurons l’occasion de reparler plus tard et plus en détail, mais que nous ne ferons qu’effleurer aujourd’hui.

Une double-page, dont une de photos, réalisées par notre correspondant local (tiens, je croyais que c’était une correspondante ? Pas de souci, grand-père, c’est comme dans la chanson : « Papa pique et Maman coud », la petite boutique en duo !). Ce grand titre s’étalant sur deux pages : « Prêt pour la première mise en rayon avant le grand jour ». Vous avez compris, demain c’est le grand jour au Charmoy, le grand jour avant les lendemains qui chantent !

VERS DES LENDEMAINS QUI CHANTENT ? (1) - du 14 DÉCEMBRE 2015

Oui, pour en revenir au début, je ne devais pas être bien réveillé, ou alors c’était encore à cause de mes libations de la veille, mais croyez-moi si vous voulez, en découvrant la page de photos (c’est quand même pas du Man Ray, ni du Doisneau) j’ai cru apercevoir, penché sur les rayons et parmi les cartons… je vous le donne en mille…notre premier édile ! Pour le coup, j’avais la berlue !

Il est vrai que comme le rapporte L.L. : « le maire s’est considérablement investi » dans « le dossier du Charmoy » (Hebdo 39 n° 189 du 11 janvier 2016 page 8). S’investir dans le dossier d’accord, mais quand même pas jusque dans les rayons, sinon peut-être pour hâter l’ouverture. Qui sait ? C’est vrai que cette ouverture n’interviendra finalement que 2583 jours après le « vote négatif fondateur ». Pour une attente, avouez que c’est une attente ! Le temps de blanchir sous le harnais en s’investissant con-si-dé-ra-ble-ment !

C’était si simple, il y a 2582 jours de voter OUI ! Mais, vous comprenez, dans ce temps-là, c’était pas le moment de mettre en rayon, et encore moins de mettre en lumière ! De divulgation pas question ! Il fallait faire preuve de discrétion ! Et travailler dans l’ombre, en catimini ! Mais aujourd’hui c’est fini, coup de projecteur sur la zone ! POST TENEBRAS, LUX !

Au fait, j’allais oublier : Salut à « David Moreau, de l’UCIAA, [qui] n’est pas serein », qui n’a pas eu droit, lui, à une photo d’artiste, mais qui malgré son inquiétude a tout de même une bonne tête bien sympathique !

Auxonne Leclerc Le Charmoy secret

Auxonne Leclerc Le Charmoy secret

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 janvier 2016 (J+2582 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 07:37

PERSPECTIVES POUR 2016 : DES BILLETS, DES CLIENTS, DES EXTENSIONS ! - du 11 JANVIER 2016 (J+2581 après le vote négatif fondateur)

La presse locale, tout comme la presse gratuite, se fait largement et très régulièrement l’écho de l’activité commerciale et publie périodiquement le bulletin de santé des tiroirs-caisses. Un article du Bien Public du 2 janvier 2016 faisait ainsi le constat d’« une année 2015 « morose » pour les commerces ». Dans cet article, la présidente de l’union des commerçants de Genlis déclarait : « Les problèmes de fréquentation que nous rencontrons sont les mêmes que dans beaucoup d’autres villes »

Au bout du compte, ces « problèmes de fréquentation » ne sont peut-être pas si préoccupants que ça puisque, tout juste une semaine après, on pouvait lire dans le même journal, un nouvel article daté du 9 janvier et cette fois nettement plus optimiste sur l’état du commerce genlisien. Dans cet article, intitulé « Une dynamique commerciale », le rédacteur soulignait en particulier que « les magasins genlisiens réussissent à tirer leur épingle du jeu puisque l’année 2015 reste dans l’ensemble honorable ». En une semaine, nous voilà donc passés, à Genlis du moins, d’une année commerciale « morose » à une année « honorable ».

En attendant qu’un article analogue vienne optimiser, dans la presse locale, le bilan commercial auxonnais 2015 jusqu’à le rendre « honorable », faisons-nous l’avocat du diable et démontrons, preuves à l’appui que l’année 2016 pourrait bien être, pour le petit commerce de centre-ville auxonnais « honorable », voire faste ! (Non ! pas fast-food grand-père !)

Si l’on se réfère attentivement aux sources d’informations autorisées dispensatrices de la bonne parole officielle on peut, sans peine, trouver de nombreuses raisons d’espérer. Commerçant ne suis, et le regrette presque, en lisant ces annonces prometteuses de monnaie, de clientèle, voire d’extension ! « Encaisser, accroître sa clientèle, s’étendre », le rêve, quoi ! Il nous reste à produire des preuves crédibles de nos assertions.

La première se trouve dans l’Édito de l’Agenda AUXONNE 2016, en forme d’exhortation sonnante et trébuchante, autant que réaliste, de notre bon maire :

« Je vais, comme il se doit, remercier nos annonceurs. Grâce à eux, vous avez une nouvelle fois cet agenda entre les mains. Ils font un effort financier. Sachez les en remercier en prenant le temps de pousser la porte de ces commerces. Vous ne sortirez pas sans vous être allégé de quelques billets Vous contribuerez ainsi au dynamisme de la ville. Sans grand discours, vous aurez développé l’économie locale. Vos billets s’ajouteront à beaucoup d’autres et permettront à nos commerçants de vivre ».

D’incurables grincheux oseront prétendre qu’un problème se pose tout de même, que les « billets » ne se multiplient pas par miracle et que mathématiquement l’ouverture de commerces au Charmoy devrait en restreindre le flux vers le centre-ville. Balivernes que tout cela !

Et d’ailleurs, même si les billets ne se multiplient pas par miracle, qu’importe ! Car le nombre de clients « poussant la porte », lui, devrait à coup sûr se multiplier en vertu du « pari langloisien » énoncé sur FR3 le 22 octobre 2014 :

« Notre pari est de dire : si nous avons une grande surface, cela va attirer du monde, si les gens viennent à la grande surface, ils peuvent en profiter pour faire d’autres courses, d’autres achats sur la ville » (déclaration du maire Raoul Langlois sur FR3 le 22 octobre 2014).

Il n’y a d’ailleurs guère que les Zinzins avinés (houps !) pour douter de cette vérité profonde, de ce clientélisme ubiquitaire qui vous rendrait capable de pousser simultanément votre caddie au Charmoy et la porte du petit commerce de centre-ville ! Il n’y a guère que les Zinzins avinés (houps !) pour oser nier la géniale prophétie scientifico-artistico-nouvelliste selon laquelle « la synergie commerciale vient de germer à l’est d’Auxonne, [qu’]elle va très bientôt fleurir et [qu’]à son terme ce sera une profusion de fruits ».

Et d’ailleurs, même si Zinzin avait raison sur ce point contre notre Léonard de Vinci du XXIème siècle, ce qui est fort peu probable, avouons-le, compte-tenu de la pointure du personnage, il resterait encore une raison de se réjouir. Et cette raison, c’est « l’extension » (Non, grand-père, pas « flexion-extension », on n’est pas à la gymnastique volontaire, ici, on parle sérieux d’écônômie avec des accents circonflexes comme icône !)

L’ « extension », c’est le nouveau must, le grand jeu et le grand écart : un pied dans le centre-ville, un pied sur la zone, l’ubiquité parfaite et la vraie synthèse. Eh ! Tu causes comme dans le NOTIN toi ! On y entrave que dalle ! D’accord ! Alors laissons parler notre premier magistrat, lui, il va vous expliquer clairement le concept d’« extension » :

« Fidèlement à ce qui avait été annoncé dès le départ, les quatre ou cinq boutiques de la galerie marchande [N.D.L.R. Chantecler : la galerie marchande de l’hypermarché du Charmoy ] seront réservées en priorité aux commerçants auxonnais. « Il y a quand même des commerçants qui attendent l’implantation de Leclerc. La priorité sera donnée aux extensions. Il n’est pas question de quitter le centre-ville pour s’installer dans la galerie marchande. », insiste Raoul Langlois » (Le Bien Public du 10 septembre 2013 dans l’article titré « Permis attend validation », rubrique « temps fort », page 2 du cahier local)

À l’heure actuelle, de mauvaises langues osent prétendre que si quelques transferts sont déjà connus, aucune « extension », elle, n’est en vue. Mais ce sont de mauvaises langues dont les propos fallacieux seront sans doute bien vite démentis de source autorisée ! Car on ne peut bien entendu mettre en doute la parole de Raoul Langlois, surtout quand cette parole, au surplus, se fait insistante !

Après son hypermarché, il fallait au Charmoy son mage, et à ce mage, son image. Pour vous l’offrir, fidèles lecteurs/trices, Claudi est allé puiser son inspiration à Épinal…dans les Vosges ! Quoi de plus normal, me direz-vous ! Épinal, c’est le pays des images !

Mais quand Claudi va chercher l’inspiration sur la ligne bleue des Vosges, il n’omet pas, lui, de citer ses sources !

CES LIGNES QU’ON EMPRUNTE - du 28 JUILLET 2015

Dernière minute : tombés du lit, Arlette et Gaston ne se sentent plus de joie, ils se sentent pousser des petites ailes de cigogne. C’est qu’ils atterriront sous peu sur le tarmac du Charmoy ! En juin 2010, éclairés par les affiches de LURE et bien conseillés par notre mage, ils avaient dit OUI, aujourd’hui, ils se sont mis à la page ils likent sur le facebook en vogue et ils twitent comme des diables avant de diffuser leur selfie de l’ouverture. On sait jamais…Des fois qu’ils gagneraient la tireuse !

VERS DES LENDEMAINS QUI CHANTENT ? (2) du 16 DÉCEMBRE 2015

Auxonne Leclerc Langlois Le Mage du Charmoy

Auxonne Leclerc Langlois Le Mage du Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 janvier 2016 (J+2581 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 09:06

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Album