Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 06:40

 

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D'HISTOIRE DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (1)- du 11 octobre 2018 (J+3585 après le vote négatif fondateur)

   Avec ce premier numéro de notre nouvelle série « De Combray à Charmoy-City. Exercices d'histoire et de géographie littéraire » nous entamons la recension de l’article en pleine page intitulé : « AUXONNE CULTURE La ville se dévoile dans un livre », paru dans Le Bien Public du 1er octobre dernier. Cette recension sera articulée à celle des publications précédentes traitant du même sujet, et dont nous avions déjà établi un inventaire sommaire dans un récent article.

RÉFLEXIONS  ÉDITORIALES AUTOUR  D’UNE « NOUVELLE GALERIE CHARMOYSIENNE » - du 23 septembre 2018

     Notre propos ne constitue en aucun cas une critique avant la lettre de l’ouvrage annoncé dans l’article cité plus haut. Il n’est pas non plus un avis sur le fond concernant l’opportunité en général d’une telle publication. Avis qui, au demeurant, serait plutôt favorable !

     Il vise simplement à inventorier et à analyser, à travers les sources d’information ouvertes, les déclarations d’intention des acteurs institutionnels locaux qui ont suscité ou encouragé cette publication et contribué financièrement à sa réalisation.

    Il vise encore à expliciter, dans un souci documentaire, et à partir des mêmes sources, la généalogie du projet ainsi que les infléchissements divers survenus au cours de sa concrétisation.

     Sans omettre bien entendu une esquisse des options récentes prises publiquement par les auteurs dont nous déclarons par ailleurs respecter l’entière liberté d’expression et de création, tout comme nous défendons la nôtre à propos d’un projet financé par l’équipe municipale en place sur des fonds publics.

   

     Au fait, on nous a interpellé à propos de l’expression « avec approbation et Privilège du Roy »,  utilisée dans notre précédent article à propos du projet.

     Il est évident que c’est cum grano salis que nous avons utilisé ce terme ressortissant à l’histoire de l’édition d’Ancien Régime.

     La référence à l’Ancien Régime est d’ailleurs tendance dans le paysage satirique du moment, le philosophe Michel Onfray  nous l’a récemment prouvé, avec un brio mordant, dans une lettre jugée scandaleuse.

     Il ne nous paraît cependant pas totalement incongru, sur un  mode librement  métaphorique au moins, et cum grano salis, de rapprocher la  décision du maire n° 32-2018 du 14 mai 2018, d’un « avec approbation et Privilège du Roy ».

     Ce  premier article sera consacré à la définition, d’un point de vue tant géographique que littéraire, des noms de lieux évoqués dans le titre de notre chronique : Charmoy-City et Combray

    Charmoy-City, bourg imaginaire et pourtant bien réel qui fait le sujet de notre blog est beaucoup plus proche littérairement, si j’ose dire, du Chaminadour (1953) de Maurice Jouhandeau.

     Chaminadour n’est en effet que l’appellation jouhandienne  du centre-bourg de Guéret (Creuse) dont l’écrivain, natif du lieu et quelque peu acariâtre, nous livre un portrait humain au vitriol.

    Plus sélectif  que Chaminadour dans ses cibles, et certainement aussi moins méchant, notre blog Chantecler, dans sa chronique de Charmoy-City, pourrait tout aussi bien s’intituler « Ma ville à l’heure des « passionnés » (2008-20..) ». Précisons que ces « passionnés » sont les adeptes et les sectateurs d’« Auxonne-passionnément ».

     Inutile de vous faire un dessin. Pas vrai, Claudi !

    Quant à  ceux qui ne comprendraient pas l’origine toponymique de Charmoy-City qu’ils lisent ou relisent le texte fondateur indispensable et indépassable du Charmoy !

     Combray, c’est vraiment tout autre chose, c’est le monde feutré, complexe et raffiné des réminiscences sensibles de Marcel Proust.

       Combray, c’est aussi le titre de la première partie de Du côté de chez Swann qui ouvre, par ce court incipit : « Longtemps je me suis couché de bonne heure ».

   Du côté de chez Swann, et Combray en particulier, constituent la porte d’entrée d’un monument littéraire en quatre forts volumes à La Pléïade que, lecteur laborieux, j’avoue n’avoir jamais lu que par bribes. J’ai nommé : La recherche du temps perdu.

     Combray est enfin Illiers-en-Beauce (Eure-et-Loir) devenu en 1971 Illiers-Combray. Comme Auxonne deviendra peut-être un jour Auxonne-Charmoy-City, par décision municipale !!

      Rapprocher ainsi Charmoy-City et Combray est, vous l’avouerez, tout à fait incongru ! Aussi incongru que la rencontre d’un caddie charmoysien et de la lanterne magique de Combray sur une table de dissection (encore un clin d’œil littéraire à creuser, cher lecteur !)

      On me dira sans doute aussi : « Mais pourquoi, Chantecler, n’as-tu pas utilisé à propos de Combray l’adjectif qui va bien, comme charmoysien pour Charmoy ? »

     À cette question je répondrai : « C’est que je ne l’ai pas trouvé, quoique je l’aie bien cherché ! »

https://lefoudeproust.fr/2017/01/les-habitants-de-combray-sont-les/

   Je vous jure que je n’aurais jamais pensé, ni surtout osé, faire à un rapprochement entre Charmoy-City et Combray si un auteur n’avait proposé dans l’article « AUXONNE CULTURE La ville se dévoile dans un livre », paru dans Le Bien Public de lundi dernier 1er octobre, un fil d’Ariane aussi prestigieux que La Recherche, pour guider sa présentation littéraire d’un album de photos d’Auxonne.

   Non, je ne divague pas, comme dirait not’bon maire. Je ne fais que lire le journal, où la référence à Combray est explicite, pour ensuite le citer.

    Dans un passage du paragraphe de l’article intitulé « Un clin d’œil à Marcel Proust », la rédactrice de l’article donne  la parole à l’auteur du texte de l’ouvrage projeté qui déclare :

    « Avant de me lancer dans l’écriture, je lisais un livre sur les promenades de Proust. C’est là que j’ai eu l’idée de calquer le livre sur l’œuvre À la recherche du temps perdu. ». La rédactrice de l’article précise à la suite : « Chaque chapitre est un clin d’œil aux tomes de l’œuvre. Son titre sera d’ailleurs : Du côté d’Auxonne »

      En référence sans doute à Du côté de chez Swann que nous avons cité plus haut.

     Il est dommage cependant qu’à la fin de l’article, dans un petit encadré, intitulé « Du côté d’Auxonne » on puisse découvrir ce synopsis, avouons-le, moins littéraire : « C’est l’histoire d’un auteur qui tombe en panne. Contraint de rester une nuit à Auxonne, il se promène [par] les rues et découvre la ville ».

À suivre…

    Pour conclure, un petit clin d’œil graphique de Claudi Du côté de chez Swann.

    Attention fragile ! S’il s’agit, comme le mentionne l’article, de « casser l’image de la ville », il serait dommage, en revanche, de casser les  précieuses plaques de la lanterne magique !

        

De Combray à Charmoy-City : la lanterne magique

De Combray à Charmoy-City : la lanterne magique

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 octobre 2018  (J+3585 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse