Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 09:59

ANNIVERSAIRE AU CHARMOY - du 14 janvier 2017 (J+2950 après le vote négatif fondateur)

Quoiqu’il n’y soit toujours/encore pas question d’une annonce circonstanciée des élections des vice-présidents de la nouvelle com’com CAP Val-de-Saône (fixée, de source sûre, au Mercredi 18 janvier prochain à 18h00 à la Salle événementielle d’Auxonne), la presse quotidienne du jour mérite un petit détour.

Un article en page 16 apporte de l’eau à notre moulin. Non, pas Le Moulin du Cœur au Canton de Saint-Amour, mais notre moulin à nous du Charmoy ! À chacun son moulin qui mouline, et à chacun sa farine ! Et à certains leurs combines !

PARU À LA BIBLIOTHÈQUE IMAGINAIRE DE CHARMOY-CITY - du 13 janvier 2017

À chacun son moulin qui mouline, et à chacun sa farine ! Le soleil luit pour tous et nous nous garderons bien de commenter les projets du patron de l’hyper du Charmoy qui est tout bonnement dans son rôle dans l’interview que lui consacre l’article du Bien Public d’aujourd’hui « AUXONNE COMMERCE E.-leclerc : un drive en vue ».

Pour ceux de nos lecteurs qui ne l’auraient pas compris, ce blog est essentiellement destiné à éclairer les rapports pas toujours transparents entre les grandes enseignes et les élus locaux ! Et au Charmoy, avec Monsieur Langlois, depuis 2008 nous sommes servis !

Avec Monsieur Langlois, depuis 2008 nous sommes servis, c’est sûr ! Il faudrait ajouter à notre maire, son cireur de pompes attitré, indispensable corollaire médiatico-artistique qui vaut son pesant de décorations et qui diffusait il y a un an ces impayables laudes au patron du nouvel hyper. Sans oublier, bien entendu, de faire reluire sa pomme !

Pour notre compte nous retiendrons un seul point du grand article d’aujourd’hui « AUXONNE COMMERCE E.-leclerc : un drive en vue » .

À la dernière question : « D’où vient votre clientèle ? », le patron de l’hyper du Charmoy répond :

« Nos clients sont pour près de la moitié d’entre eux originaires de la Côte-d’Or et pour l’autre moitié du Jura. Cela fait partie également de nos objectifs d’attirer les clients de ce département, qui ne possède qu’un seul E.-Leclerc à Champagnole. Il faut bien qu’ils aient accès à quelqu’un qui ne vend pas cher (rires) »

Auxonne-Champagnole, l’étoile double de l’enseigne dans le Jura !

Deux villes et deux maires dont notre blog à déjà longuement analysé la complaisance à l’égard de l’enseigne. Si vous en avez le courage, relisez le feuilleton que nous y avons consacré. Compliqué mais édifiant !

ALBUM HYPER SOUPE

À l’occasion de l’anniversaire de l’ouverture de l’hyper du Charmoy, Claudi recycle aujourd’hui, une image déjà diffusée. Mille excuses pour ce repassage en remballe !

ATTENTION À LA MARCHE ! - du 06 FÉVRIER 2016

Anniversaire de la première marche pour la revitalisation du centre ville

Anniversaire de la première marche pour la revitalisation du centre ville

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 janvier 2017 (J+2950 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 06:49

PARU À LA BIBLIOTHÈQUE IMAGINAIRE DE CHARMOY-CITY - du 13 janvier 2017 (J+2949 après le vote négatif fondateur)

Alors que les feux de l’actualité locale sont un peu retombés à en juger, du moins, par la discrétion de la presse, donnons libre cours à notre imagination dans cette chronique du premier vendredi 13 de l’année.

Dans notre titre, on chercherait en vain un clin d’œil au Musée imaginaire d’André Malraux. Ce Musée imaginaire qui permet de confronter, par le biais de leurs images reproduites, une quasi-infinité d’œuvres d’art, la technique l’a mis aujourd’hui à la portée de tout un chacun. Son usage iconoclaste permet par exemple à Claudi de transporter sans peine Velasquez au musée de Charmoy-City.

CNACS D’HIER ET DE DEMAIN - du 21 décembre 2016

Notre « bibliothèque imaginaire de Charmoy-City », elle, est purement imaginaire au sens habituel, elle n’est pas consultable en ligne, à part aujourd’hui sur notre blog. C’est donc le moment d’en profiter !

Consulter la « bibliothèque imaginaire de Charmoy-City », ne consiste pas à imaginer les ouvrages que nous aurions pu écrire, notre blog suffit bien déjà. Pas vrai, assommant ce truc !

Cela ne consiste pas non plus à annoncer des ouvrages imaginaires à paraître qui ne paraissent jamais !

Nous avons ‒ je devrais dire à présent nous avions ‒ un auteur à succès pour ça !

Ah ! Le Fanfan ! Non, pas le Fanfan la Tulipe de Hollande ! Ça, il kife pas trop l’artiste, notre Prix de Rome antique et en toc ! Ça y est ! Ils m’auront compris, ses nombreux lecteurs : le Fanfan, le Fanfan, le Fantôme à vapeur !

Alors, à la fin des comptes, elle consiste en quoi ta « bibliothèque imaginaire de Charmoy-City » ?

À imaginer des œuvres qu’auraient pu écrire des auteurs célèbres s’ils avaient eu le bonheur et le privilège de vivre à Charmoy-City.

Tiens, par exemple, Georges Courteline, s’il avait vécu à Charmoy-City, aurait pu écrire Le minibus de 9h47 !

ACTUALITÉ DE COURTELINE, OU LE MINIBUS DE 9h47 - du 16 JUIN 2016

Oui mais ça, Chantecler, c’est du réchauffé, du déjà vu !

Laisse-ça aux politiques, nous on n’aime pas les vieilles resucées, les recettes usées et les plats réchauffés !

C’est qu’il te faut du nouveau, gros ! Alors, on va t’en trouver, gros. Tu sais, gros, que j’aime bien Alphonse Daudet, ce blog en témoigne. Je l’aime d’abord parce qu’il écrit bien, ensuite parce qu’il a du cœur. Choses rares, avouez-le, à Charmoy-City.

Tout le monde connaît les Lettres de mon moulin, ce charmant recueil. Je suis sûr que si ce cher Alphonse vivait encore, il ne nous refuserait pas un inédit pour notre « bibliothèque imaginaire de Charmoy-City ».

Tu rêves Chantecler !

Nenni ! C’est Claudi qui me l’a dit et il a déjà travaillé à une maquette pour habiller cet inédit au titre bizarre de roman rose mâtiné de dictionnaire des communes :

Un moulin du Cœur au Canton de Saint-Amour. Pas mal, dis-moi, ce titre !

Dis, Chantecler , c’est pas plutôt Delly qui l’aurait écrit ton inédit ? Ou un secrétaire de mairie ?

T’occupe gros, l’essentiel, c’est d’avoir un titre vendeur et qui fasse rêver dans les chaumières !

https://www.youtube.com/watch?v=dozmiHL9bIs

Un moulin du Coeur au canton de Saint-Amour

Un moulin du Coeur au canton de Saint-Amour

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 13 janvier 2017 (J+2949 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 08:19

PAS D’HYPER POUR LE MONT-ARDOUX - du 11 janvier 2017 (J+2947 après le vote négatif fondateur)

Dans un précédent article de politique fiction nous avions livré une analyse alternative des motifs qui pouvaient sous-tendre la candidature tardive et inopinée du premier édile de Charmoy-City. Notre titre d’aujourd’hui fait référence à cette analyse

PONTAILLER : UN HYPER RUE DU BELVÉDÈRE ? - du 04 janvier 2017

Une des conséquences ‒ parmi tant d’autres vivement attendues ‒ du récent verdict de Poncey, sera pour nous de devoir renoncer à vérifier une hypothèse hardie formulée à propos d’une candidature itou.

En effet, dans un article intitulé « PONCEY-LÈS-ATHÉE Une présidente (largement) élue et (un peu) émue Le Bien Public rendait compte dimanche dernier 8 janvier de la très large victoire de Marie-Claire Bonnet-Vallet à la présidence de la com’com « CAP Val-de-Saône ».

L’article mentionne que « Marie-Claire Bonnet-Vallet […] a obtenu trente-huit voix, soit les deux tiers des suffrages. Ce qui correspond mathématiquement, à la quasi intégralité des conseillers communautaires non issus du conseil municipal d’Auxonne, dix-huit élus ayant porté leur choix sur Raoul Langlois. »

Cette analyse mathématique mérite d’être un peu affinée. Dix-huit conseillers communautaires sont en effet issus du conseil municipal d’Auxonne. Parmi ces dix-huit, quatorze appartiennent à la majorité Langlois et quatre (en fait trois plus un, les Auxonnais nous comprendrons) aux deux groupes d’opposition. En bonne logique on doit donc penser qu’en plus des suffrages de sa majorité, qui généralement vote pour lui comme un seul homme, le maire d’Auxonne aura glané quelques voix supplémentaires auprès de maires de villages satellites.

Voilà donc une ville centre d’importance indéniable dont l’aura du représentant élu peine visiblement à rayonner sur le territoire.

Notons que le phénomène était déjà bien perceptible lors des cantonales de 2011, où contre toute attente, et malgré le soutien appuyé de François Sauvadet, Raoul Langlois avait été battu au deuxième tour par Dominique Girard, maire de Flammerans et l’actuel « binôme » de Marie-Claire Bonnet-Vallet au conseil départemental issu des élections de 2015.

Lors de ces dernières départementales de 2015, Raoul Langlois, après quelques velléités et atermoiements, avait finalement renoncé à se présenter lui-même ou à mandater un(e) candidat(e). Bien lui en avait pris. Son tout récent score électoral le confirme.

De ce manque de rayonnement évident, nous laissons à chacun, et au premier chef à l’intéressé lui-même, le soin de rechercher les causes. Nous avons quant à nous une petite théorie qui vaut ce qu’elle vaut, et dont les expressions variées alimentent ce blog.

Selon nous, depuis huit ans, notre bonne ville d’Auxonne souffre du syndrome de Charmoy-City. Charmoy-City, tel est d’ailleurs le nom que nous donnons à Auxonne quand nous voulons narrer les déboires de notre bonne ville sous les mandatures Langlois.

Une chose est évidente, pas besoin d’ouvrir le dictionnaire des rimes pour savoir que Langlois rime avec Charmoy. Ajoutons que la rue privée du Charmoy pourrait, tout aussi bien, et à juste titre s’appeler rue Langlois.

MARCHE NUPTIALE AU CHARMOY - du 10 décembre 2016

Depuis 2008, Monsieur Langlois s’est révélé être d’abord l’homme d’un projet et d’une enseigne, le projet de l’enseigne Leclerc au Charmoy.

Ce projet, il l’a initialement défendu avec une adjointe à l’urbanisme, partisane farouche de la lutte contre l’évasion commerciale. Une évasion commerciale qu’elle connaissait d’ailleurs comme sa poche, capable qu’elle était de chiffrer celle-ci à « 69,1 % pour les accessoires automobiles » (voir PV du conseil municipal du 17/12/08 page 21).

Depuis, je vous le donne en mille, cette experte retaillée de l’évasion commerciale…s’est évadée vers d’autres cieux !

SOUVENIR - du 27 février 2014

Si l’on prête l’oreille à certaines rumeurs, il se pourrait même que Monsieur Langlois imite son ex-adjointe à plus ou moins long terme.

L’évasion commerciale est vaincue, mais la fuite des cerveaux nous menace !

Difficile à avaler, un capitaine n’abandonne pas ainsi le navire laissant derrière lui ses administrés se débattre avec les problèmes créés par un projet du Charmoy qui « Ne manquera pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’Auxonne » (2ème attendu) « Contribuera à développer un nouveau pôle périphérique et […] ne participera pas ainsi, à un aménagement harmonieux du territoire de l’agglomération d’Auxonne » (3ème attendu). ( Cf. décision CNAC 317D du 20 janvier 2010)

Mais, pour l’instant, Monsieur Langlois, toujours accroché à la barre du Charmoy-City-Titanic, ne veut rien entendre de tout cela, car il a fait un pari bien à lui. Pari formulé en ces termes en octobre 2014 :

« Notre pari est de dire : si nous avons une grande surface, cela va attirer du monde, si les gens viennent à la grande surface, ils peuvent en profiter pour faire d’autres courses, d’autres achats sur la ville. C’est effectivement le point de désaccord avec l’Union commerciale qui, elle, pense plutôt qu’il y aura évasion. »

UNE MINUTE 38 DE BONHEUR ( 1er épisode) - du 27 OCTOBRE 2014

La grande surface va attirer du monde…En ces temps d’Épiphanie, on serait tenté d’ajouter : comme l’Étoile guidait les Rois Mages.

La comparaison s’arrête là, car pour l’heure, la situation du centre-ville n’est pas brillante et dans le centre-bourg, le petit commerce ne rayonne pas.

Des méchants ne se priveront pas d’ajouter qu’il en est peut-être de même de l’aura de la représentation de notre bonne ville, surtout si l’on mesure celle-ci à l’aune de l’audience de son premier magistrat dans le territoire !

Il est vrai qu’au tirage des Rois de Poncey, notre visionnaire n’a pas risqué de se casser une dent sur la fève ! La galette du petit déjeuner offerte au Charmoy, avouez que c’est quand même plus gratifiant et moins dangereux qu’un scrutin !

Et puis, tout compte fait, notre homme, malgré cette nouvelle déconvenue reste, jusqu’à preuve du contraire, le roi du Charmoy !

CHARMOY : QUI BLOQUE ET QUI DÉBLOQUE ? - du 29 Septembre 2016

Tirage des rois à Charmoy-City

Tirage des rois à Charmoy-City

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 janvier 2017 (J+2947 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 09:40

CHARMOY-CITY : ONE MAN SHOW ET COUTEAU SUISSE - du 09 janvier 2017 (J+2945 après le vote négatif fondateur)

Dans un article intitulé « AUXONNE VOEUX Vers une baisse des impôts ? » Le Bien Public de ce matin rend compte de la cérémonie des vœux du maire : « un one man show d’une heure largement consacré à l’année écoulée » selon le rédacteur.

Comme vous le pensez bien, Chantecler n’était pas convié à ce grand prêche annuel et les lecteurs du journal chercheront vainement sa crête émergeant d’un parterre d’auditeurs triés sur le volet.

À propos de volet, si l’on se réfère à l’article, le volet social semble avoir occupé une place de choix dans le discours de cette année. Les rigueurs de l’hiver et les tribulations de Cristobal n’y sont sans doute pas pour rien. Les mânes de l’Abbé Pierre auront visiblement inspiré notre orateur.

L’Abbé Pierre, qui ne manquait pas de sens pratique, avait à n’en pas douter un couteau suisse dans sa poche. En matière sociale, la seule bonne volonté ne suffit pas, il faut disposer des outils de la débrouillardise et le couteau suisse en est l’image et la synthèse.

Or, ce que ne nous apprend pas l’article, c’est qu’incidemment, au fil de son long discours, notre premier magistrat a confessé avoir toujours un couteau suisse dans sa poche. Il ne semble pas, toutefois, que joignant le geste à la parole, il ait exhibé le précieux objet.

Peut-être en a-t-il fait cadeau récemment à un nécessiteux ? Vous allez me trouver pesant sur le volet social, mais c’est peut-être aussi le sentiment qu’ont eu les auditeurs du parterre et du discours. La lecture de l’article pourrait le suggérer, dont la conclusion s’ouvre sur ces mots : « Enfin, passage obligé, Raoul Langlois a évoqué 2017 ».

Cet « enfin » ne marque-t-il pas rétrospectivement une certaine impatience au terme d’une longue marche au rétroviseur social. Il est possible de s’interroger.

Restons en là, nous pourrions susciter l’ire de notre premier magistrat qui semble avoir quelque peu admonesté en passant « les journalistes » lors de la séance. Ah ! Ces journalistes !

UNE PRESSE SUBVERSIVE À CHARMOY-CITY ? - du 22 Septembre 2016

On peut être certain que notre premier édile, en matière de presse, doit déjà regretter l’inénarrable binôme !

BYE-BYE GREAT TEAM ! - du 30 décembre 2016

Au fait, il semble que le Charmoy, un des nombreux grands absents du discours, s’il était bien représenté à la tribune, ne l’était pas vraiment dans le parterre. Belle reconnaissance pour un dévouement empressé qui n’a jamais compté ses heures !

Offrez un couteau suisse, il n’est pas toujours sûr que l’on vous en soit reconnaissant !

LE COUTEAU SUISSE DU CHARMOY- du 18 novembre 2016

D’un naturel peu rancunier et bon enfant, notre conférencier n’a pas omis pour autant de mentionner le juste principe d’une répartition équitable des flux lumineux festifs. Principe en vertu duquel la D905, voie d’accès au Charmoy, devait briller cette année de tous ses feux durant les fêtes !

De ces lumières, pourtant évoquées lors du discours, il n’est pas question dans l’article. Sûr, notre premier magistrat va encore déplorer que le journaliste ait manqué une occasion de nous éblouir !

ENTOURLOUPES DU CHARMOY, HUIT ANS APRÈS, ON FAIT LA LUMIÈRE - du 17 décembre 2016

Illuminations équitables à Charmoy-City

Illuminations équitables à Charmoy-City

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 09 janvier 2017 (J+2945 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 15:32

VAGUE DE FROID À CHARMOY-CITY - du 07 janvier 2017 (J+2943 après le vote négatif fondateur)

Ce matin, à l’heure de l’apéritif, le site du Bien Public titrait : « CÔTE-D'OR - POLITIQUE Marie-Claire Bonnet-Vallet élue présidente de la com'com CAP Val-de-Saône ».

Un court article précisait : « Marie-Claire Bonnet-Vallet, élue de Pontailler et conseillère départementale divers droite, a été élue en recueillant 38 voix sur les 57 conseillers communautaires participant à l'élection. L'autre candidat, Raoul Langlois, maire d'Auxonne, a recueilli pour sa part 18 voix ».

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 18 voix, ce n’est pas 18/20 mais 18/57 ! Nous aimons notre ville natale et ce résultat pourrait nous affliger.

Cependant, il n’en est rien, vous l’aurez compris, car il nous plaît d’imaginer que, plus que le maire d’Auxonne, c’est celui de Charmoy-City qui a été battu à plate-couture. L’homme du vote retourné du 17 décembre 2008, des amphigouris, des discrétions feutrées et des préemptions véhémentes, l’homme qui partit au feu sous la bannière d’une grande enseigne en prenant les petits commerçants de haut et qui aura bien du mal à présent à revitaliser notre centre-bourg.

Un homme qui dès ce soir ne pèse plus bien lourd dans le territoire comme le démontrent les chiffres de son thermomètre électoral au plus bas.

Un homme duquel je n’envie pas la place à la tribune des vœux ce soir. Cela dit sincèrement.

Coup de gel au pays des Ouillottes

Coup de gel au pays des Ouillottes

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 janvier 2017 (J+2943 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Flash info

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Flash-info
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 07:23

CHARMOY-CITY : LE DEUXIÈME CANDIDAT SORT DU BOIS - du 06 janvier 2017 (J+2942 après le vote négatif fondateur)

Encore une annonce de la presse en ce qui concerne le vote de samedi à Poncey-lès-Athée pour la présidence de la nouvelle communauté de communes CAP Val-de-Saône !

En effet, c’est dès hier soir que Le Bien Public titrait sur son site en ligne : « CÔTE D’OR POLITIQUE Communauté de communes CAP Val-de-Saône : Raoul Langlois candidat à la présidence ».

Le texte de l’article rappelle : « Nous apprenions, mardi, que l’ancien président de la communauté de communes Auxonne – Val-de-Saône, Jean-Paul Vadot, classé à gauche et dont le nom circulait pour se présenter à ce poste, renonçait finalement (voir notre édition du 4 janvier), dégageant ainsi « un boulevard » à une candidate déclarée, élue de Pontailler et conseillère départementale divers-droite, Marie-Claire Bonnet-Vallet ».

Puis le rédacteur ajoute : « Mais une éventualité circulait : qu’une autre candidature émane de l’ex-canton d’Auxonne… On en sait plus, ce jeudi, puisque le maire de droite d’Auxonne, lui-même, Raoul Langlois, sera bien candidat au poste de président ».

Précisons que ce texte n’était pas publié sur l’édition papier de ce matin.

Cette décision de dernière minute, cette irruption inopinée sur le « boulevard » laissé à Marie-Claire Bonnet-Vallet par la défection de Jean-Paul Vadot, n’étonnera que les naïfs.

D'ailleurs les motivations profondes de cette candidature n’ont pas encore été à ce jour exposées publiquement et démocratiquement par le candidat de la dernière heure. Du moins à notre connaissance.

L’évènement, et les conditions dans lesquelles il survient, viennent confirmer les qualités de « discrétion » proverbiales du premier magistrat de Charmoy-City, qualités fort appréciées début 2009 par une grande enseigne.

Une telle discrétion qui confine à l’opacité laisse dès lors au libre citoyen le loisir d’imaginer tous les possibles. C’est donc sans complexe que nous réitérons notre hypothèse de politique-fiction inspirée par une longue expérience charmoysienne. Si nos élucubrations ne traduisent évidemment pas la réalité vraie, elles pourraient toutefois restituer le style inimitable de notre monarque charmoysien !

PONTAILLER : UN HYPER RUE DU BELVÉDÈRE ? - du 04 janvier 2017

Il est vrai que Monsieur Langlois, dans son genre, peut faire merveille. Témoins, le retournement en expert du vote du 17 décembre 2008, ou bien encore les scores mirobolants de la consultation du 27 juin 2010, fabuleux exercice publicitaire de démocratie participatatatative !

Mais il arrive aussi que le vent tourne, comme aux cantonales de 2011 lors desquelles Messieurs Vadot et Langlois furent déçus. Une chose est sûre au moins cette fois, Monsieur Vadot ne sera pas déçu. Quant à monsieur Langlois, nous nous abstiendrons de lui souhaiter bonne route sur le « boulevard » où il vient de débouler en bolide électoral !

https://www.youtube.com/watch?v=-WMz-j70hrs

Claudi est fatigué, du coup il vous ressert un vieux cartoon de son feuilleton du Charmoy. Celui du 17ème épisode relatif aux cantonales de 2011. À la bonne vôtre ! Et sans faux-cul, oh ! pardon ! Sans faux-col, bien entendu !

Quant à ceux qui ne sont pas candidats, ils pourront toujours relire notre feuilleton haut en couleurs, en attendant les résultats !

ALBUM JOURNAL DU CHARMOY

17 - Sans faux-col

17 - Sans faux-col

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 06 janvier 2017(J+2942 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 10:41

UN VOTE AU PAYS DES OUILLOTTES - du 05 janvier 2017 (J+2941après le vote négatif fondateur)

Hier, nous nous étions livré à un exercice de politique fiction sans prétention à propos du prochain vote concernant la présidence de la nouvelle communauté de communes CAP-Val de Saône, après-demain samedi 7, à Poncey-les-Athée.

Cet exercice, qui mettait son grain de sel dans la vraie politique, envisageait cum grano salis une candidature possible du maire de Charmoy-City à la présidence.

La lecture du Bien Public d’aujourd’hui 5 janvier vient confirmer la justesse de notre ton. Il semble en effet, à lire les titres, que l’actualité soit au salé plus qu’au sucré. Nous lisons en effet, en première page : « Du sel pour des routes plus sûres » et en page 11 « AUXONNE ENVIRONNEMENT Eau : une facture salée pour la Ville ».

Normal, fini le sucré, la trêve des confiseurs est terminée, même si Le Bien Public d’aujourd’hui titre cette fois en première page : « AUXONNE La station d’épuration va coûter « bonbon » ». Bonbon au poivre sans doute !

Et quelle est la cause de tout cela : « Il existe une insuffisance dans l’étape de la déshydratation des boues ». Qui sait ? On pourrait peut-être les lyophiliser ?

Mais revenons à nos ouillottes en priant que la grippe aviaire ne nous joue pas un mauvais tour (de scrutin). Rappelons que les ouillottes sont, dans la tradition vernaculaire, les habitants de Poncey.

Les circonstances prévues pour ce vote au pays des ouillottes n’en finissent pas d’évoluer, si l’on en croit du moins la presse.

Le 9 décembre dernier, deux candidatures à la présidence étaient annoncées, hier 4 janvier, l’un des candidats renonçait à briguer la présidence, l’article précisant toutefois « les vice-présidents (quinze au maximum) et le bureau seront également désignés samedi ». Et voilà qu’aujourd’hui 5 janvier on lit ce titre ambigu « AUXONNE Vote samedi : le nombre de vice-présidents seulement ».

Le corps de ce dernier article évoque « différentes interprétations recueillies auprès d’élus [ N.D.L.R. : ?? ] » à la suite de l’annonce de l’article du 4 janvier précisant que « les vice-présidents (quinze au maximum) et le bureau seront également désignés samedi ».

Suivent un certain nombre de précisions émanant de la Préfecture qui permettent au lecteur attentif de penser, qu’en vertu des textes, l’élection des vice-présidents pourrait ne pas avoir lieu nécessairement samedi. « Au risque de retarder la mise en place de la nouvelle communauté de communes » comme, selon le quotidien, le précise la Préfecture.

Tous ces atermoiements prévisibles inquiètent nos ouillottes…

Vote au pays des ouillottes

Vote au pays des ouillottes

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 05 janvier 2017 (J+2941 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 08:12

PONTAILLER : UN HYPER RUE DU BELVÉDÈRE ? - du 04 janvier 2017 (J+2940 après le vote négatif fondateur)

Si la glace ne fond guère par les temps qui courent, une autre fusion est à l’ordre du jour, celle des communautés de communes d’Auxonne et de Pontailler, qui sera marquée samedi prochain 7 janvier par l’élection du/de la président(e) et des vice-président(e)s de la nouvelle communauté élargie.

Pour l’heure, parmi les candidats potentiels, deux se sont publiquement déclarés dans la presse : Marie-Claire Bonnet-Vallet et Jean-Paul Vadot (voir Le Bien Public du 9 décembre dernier)

En avril 2009, Jean-Paul Vadot étant déjà président, la longue geste du Charmoy nous apprend que des frictions s’étaient fait jour entre le maire d’Auxonne et la communauté de communes Auxonne-Val de Saône.

Par la suite, lors de l’enquête publique d’octobre 2013 et des dernières commissions (CDAC) du 16 décembre 2014 et du 13 septembre 2016, les protagonistes avaient accordé leurs violons et leurs pipeaux. L’harmonie régnait, Raoul, bien entendu, donnant la note, et Jean-Paul mettant sagement un bémol et se mettant au diapason !

CHARMOY-CITY : L’ART DE FONDRE EN DOUCEUR - du 6 décembre 2016

N’empêche qu’en 2009 le début du grand concert de l’hyper avait été marqué par une fausse note. Un désagréable couac !

Tout ça parce que « comme tout le monde le sait, l’aménagement d’une zone supérieure à 2 ha relève de la compétence de la Communauté de communes »

Ce n’est pas nous qui l’inventons, c’est Monsieur Langlois, lui-même, qui le déclarait le 18 septembre 2008, donc avant le fameux « couac », en conseil municipal en réponse aux questions orales. Le procès-verbal en fait foi en page 14 :

« 22) QUESTIONS ORALES

1) EST-IL EXACT QU’UNE GRANDE SURFACE VA S’IMPLANTER À AUXONNE ?

Monsieur le Maire répond qu’à ce jour, aucun projet en ce sens n’est arrêté ;

- d’une part, comme tout le monde le sait, l’aménagement d’une zone supérieure à 2 ha relève de la compétence de la Communauté de communes ; […] »

Après ce retour vers le passé, permettez-nous maintenant un peu de politique-fiction à propos d’autres candidatures éventuelles puisque la presse, en ce domaine et jusqu’à ce jour, nous a laissé sur notre faim.

Charmoysiens, Charmoysiennes, notre maire Raoul Langlois sera-t-il candidat ?

Pour camper d’abord le tableau, si nous devions caractériser en deux mots le style de notre maire au cours de son mandat-et-demi nous retiendrions essentiellement, outre une certaine psychorigidité picarde revendiquée, une propension obstinée à placer des hypers sur les points hauts.

Si Bossuet, né dans notre sœur du Val-de-Saône, était l’aigle de Meaux, nous pouvons dire, en somme, que Raoul, le copain de Vesoul, c’est l’aigle du Charmoy !

CHARMOY : QUI BLOQUE ET QUI DÉBLOQUE ? - du 29 Septembre 2016

Mais j’y pense… propension obstinée à placer des hypers sur les points hauts… à Pontailler, deuxième pôle de la comcom élargie, il y a justement un point haut : le Mont Ardoux.

Boudiou !! C’est fou !! Qui dit que notre maire n’y verrait pas d’un bon œil (d’aigle du Charmoy) un autre hyper dominant, à la même enseigne et de la même farine, à dominante alimentaire ? C’est qu’il est bien rôdé dans ce genre d’affaires à dominante alimentaire, le pépère et discret avec ça, il faut voir ça comme il sait faire ! Même qu’il a eu une lettre de félicitations pour sa discrétion !

POST TENEBRAS, LUX ! - du 12 JANVIER 2016

Le coup de la discrétion, il pourrait bien nous le refaire pour le bonheur des promoteurs, et l’intérêt général, car l’intérêt général, bien entendu, c’est capital !

Oui, mais il y a un os car « comme tout le monde le sait, l’aménagement d’une zone supérieure à 2 ha relève de la compétence de la Communauté de communes ».

Alors, pour éviter une fausse note en rejouant le nouveau concert de l’hyper, il se dit peut-être que mieux vaudrait prendre d’abord la présidence d’icelle. Sait-on jamais ? Vous devinez aisément où conduit la suite de nos conjectures….

Bien entendu, tout ça n’est que pure fiction. Pour revenir dans le registre musical, la réalité, samedi prochain, pour nos deux hyper-concertistes (Raoul, bien entendu, qui dans l’hyper-concert avait donné la note et Jean-Paul qui avait mis sagement un bémol !) et quelques-uns de leurs seconds violons et autres clarinettes, pourrait plutôt s’apparenter à la Symphonie des Adieux ! Une retraite, somme toute, bien méritée !

https://www.youtube.com/watch?v=sOF5K6zOaLc (intéressant, en ce qui concerne notre propos, à partir de la quatrième minute de la vidéo)

DERNIÈRE MINUTE ! (04/01/17 10h00)

La lecture du Bien Public de ce matin nous apprend que « Finalement Jean-Paul Vadot ne se présentera pas à la présidence ».

Adieu en demi-teinte donc, pour Jean-Paul Vadot qui dément tardivement aujourd’hui l’article du Bien Public du 9 décembre dernier annonçant sa candidature, mais adieu en demi-teinte seulement puisqu’à défaut de la présidence, il revendique « légitimement une place significative dans la gouvernance de la nouvelle communauté de communes […] »

Quant à monsieur Langlois, sans pour autant se déclarer lui-même candidat, il annonce dans l’article de ce matin : « Il y aura bien un candidat de l’ex-canton d’Auxonne ».

Du Charmoy au Mont Ardoux

Du Charmoy au Mont Ardoux

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 janvier 2017 (J+2940 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 07:38

AU CHARMOY, DES MOULINS À VENT OU DES HYPER-GÉANTS ? - du 02 janvier 2017 (J+2938 après le vote négatif fondateur)

À l’occasion de ses vœux sur facebook pour la nouvelle année, un groupe local d’opposition, écrivait hier :

« Nous savons qu’il est souvent difficile de se battre contre la mondialisation et ce phénomène de désertification commerciale rurale, mais ils sont loin d’être des moulins à vents comme certains pourraient nous le faire croire. »

Cette phrase a retenu notre attention et nous nous en permettrons une petite analyse purement sémantique, en dehors de tout esprit partisan.

Qu’il soit « difficile de se battre contre la mondialisation » est un fait, on nous permettra cependant de douter que ce soit une tâche à la mesure d’un conseil municipal. Autant cracher contre le vent !

Il n’en est pas de même du « phénomène de désertification commerciale rurale », entendu comme le dépérissement du commerce de proximité. Ce pourrait être effectivement une tâche à la mesure d’un conseil municipal. Faudrait-il encore que son maire montre la voie en ce domaine. Force est de constater qu’au-delà des vœux pieux, tel ne semble pas le cas à Charmoy-City !

Notre appréciation de la situation locale, qui est la raison d’être de ce blog, est bien connue depuis bien des années ! En bref, c’est qu’un maire ne peut à la fois servir docilement les desseins d’une grande enseigne et encourager le petit commerce local ! Comme le dit le proverbe : « On ne peut être au four et au moulin » !

ON NE PEUT PAS ÊTRE AU FOUR ET AU MOULIN - du 19 DÉCEMBRE 2014

Et notre maire a beau jeu de faire semblant et d’escamoter la question, comme il vient de le faire récemment dans la presse en déclarant : « On remarque que la difficulté est la même partout, au niveau des petits commerces, qu’il y ait des grandes surfaces ou pas ».

VASEUX COMMUNICANT À CHARMOY-CITY - du 31 décembre 2016

Revenons à présent à notre analyse de la phrase : « Nous savons qu’il est souvent difficile de se battre contre la mondialisation et ce phénomène de désertification commerciale rurale, mais ils sont loin d’être des moulins à vents comme certains pourraient nous le faire croire. »

En ce qui concerne le deuxième membre de la phrase, la référence au Don Quichotte de Cervantès semble évidente. Pour s’en convaincre, il suffit de se reporter au texte :

 

« CHAPITRE VIII.

Du beau succès qu’eut le valeureux Don Quichotte dans l’épouvantable et inimaginable aventure des moulins à vent, avec d’autres événements dignes d’heureuse souvenance.

En ce moment, ils découvrirent trente ou quarante moulins à vent qu’il y a dans cette plaine, et, dès que Don Quichotte les vit, il dit à son écuyer : « La fortune conduit nos affaires mieux que ne pourrait y réussir notre désir même. Regarde, ami Sancho, voilà devant nous au moins trente démesurés géants, auxquels je pense livrer bataille et ôter la vie à tous tant qu’ils sont. Avec leurs dépouilles, nous commencerons à nous enrichir ; car c’est prise de bonne guerre, et c’est grandement servir Dieu que de faire disparaître si mauvaise engeance de la face de la terre. — Quels géants ? demanda Sancho Panza. — Ceux que tu vois là-bas, lui répondit son maître, avec leurs grands bras, car il y en a qui les ont de presque deux lieues de long. — Prenez donc garde, répliqua Sancho ; ce que nous voyons là-bas ne sont pas des géants, mais des moulins à vent, et ce qui paraît leurs bras ce sont leurs ailes, qui, tournées par le vent, font tourner à leur tour la meule du moulin. — On voit bien, répondit Don Quichotte, que tu n’es pas expert en fait d’aventures : ce sont des géants, te dis-je ; si tu as peur, ôte-toi de là, et va te mettre en oraison pendant que je leur livrerai une inégale et terrible bataille. » »

Cette lecture étant faite, la référence aux « moulins à vents comme certains pourraient nous le faire croire » apparaît comme plus problématique.

Certes, la municipalité actuelle a coutume de nous faire prendre les vessies pour des lanternes, mais n’est-ce-pas Don Quichotte tout seul qui prenait lui-même les moulins à vent pour des géants !

C’est pas grave, on aura compris, mais quand même, contre des spécialistes de la confusion et du double langage et, qui plus est, armés de redoutables portes-plumes, il conviendrait d’user à l’avenir d’un instrument sémantique mieux affûté ! Non, ne me faites surtout pas dire ce que je n’ai pas dit, je n’ai pas parlé de couteau suisse !

PLUS FORT QU’UN PORTE-AVIONS, LE PORTE-PLUME - du 13 JUILLET 2016

Dernière minute : Le bien Public titre ce matin « AUXONNE Ils sont enfin prêts pour les élections ». Il s’agit en l’occurrence des présidentielles, car en ce qui concerne l’élection pour la présidence de la comcom élargie, qui aura lieu samedi prochain, de nombreux doutes subsistent encore à propos des candidats potentiels, dont deux seulement se sont pour l’heure publiquement déclarés : Marie-Claire Vallet et Jean-Paul Vadot.

À l’usage de certains présidents et vice-présidents en place, un méchant briseur de rêves nous a suggéré cette belle citation : « En 2017 ne te laisse pas bercer par tes rêves, laisse-toi guider vers la sortie ». Oups !

Don Quichotte au Charmoy

Don Quichotte au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 02 janvier 2017 (J+2938 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 07:07

VASEUX COMMUNICANT À CHARMOY-CITY - du 31 décembre 2016 (J+2936 après le vote négatif fondateur)

Il est un constat communément admis dans notre beau pays, c’est que le développement exponentiel des grandes surfaces périurbaines nuit généralement au commerce traditionnel de centre-ville.

Même s’il ne s’agit pas ici d’appliquer strictement au phénomène le principe des vases communicants, il reste tout de même très difficile de vérifier le pari fait par notre premier magistrat il y a deux ans :

« Notre pari est de dire : si nous avons une grande surface, cela va attirer du monde, si les gens viennent à la grande surface, ils peuvent en profiter pour faire d’autres courses, d’autres achats sur la ville. C’est effectivement le point de désaccord avec l’Union commerciale qui, elle, pense plutôt qu’il y aura évasion. »

UNE MINUTE 38 DE BONHEUR ( 1er épisode) - du 27 OCTOBRE 2014

Le Bien Public d’hier 30 décembre publiait un article intitulé « AUXONNE Est-ce déjà trop tard pour les commerces du centre-bourg ? ». Le titre même de l’article est propre à éveiller l’inquiétude. Aura-t-il éveillé, fût-ce tardivement, celle de notre maire ? À voir… car notre homme a coutume de clamer haut et fort qu’il est un Picard !

Pour nous, qui n’avons point l’honneur et l’avantage d’être Picard, ce titre ramène irrésistiblement à celui du roman tragique de Gilbert Cesbron intitulé « Il est plus tard que tu ne penses ».

Il suffit de lire l’article pour s’en convaincre : « quand on lui parle du projet de revitalisation du centre bourg, lancé par la Ville cette année, elle [N.D.L.R. : Sylvie Kalenitchenko de la boutique Kalinka] craint qu’il ne soit trop tard : « Cela fait sept ans qu’on dit que le centre-ville meurt », lance Sylvie Kalenitchenko »

Dans cet article, pourtant, notre Picard ne semble pas s’émouvoir plus que ça : « On remarque que la difficulté est la même partout, au niveau des petits commerces, qu’il y ait des grandes surfaces ou pas ».

Chacun jugera de la validité de cette déclaration. Ce jugement hâtif de notre premier magistrat ne tient pas la route. Ce qui est certain, c’est qu’on a rarement vu un hyper périurbain ranimer un centre-ville en déclin !

Pour invalider cette affirmation sans fondement, nous nous contenterons simplement de reprendre l’argument de la CNAC 317 D du 20 Janvier 2010 concernant le projet Leclerc au Charmoy :

« Ne manquera pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’Auxonne » (2ème attendu) « Contribuera à développer un nouveau pôle périphérique et […] ne participera pas ainsi, à un aménagement harmonieux du territoire de l’agglomération d’Auxonne » (3ème attendu)

Il est vrai que Monsieur Langlois n’est pas de cet avis et qu’il a défendu son point de vue – qui est celui des promoteurs – avec obstination toujours, sinon avec clarté.

La soirée devant être festive nous épargnerons à nos lecteurs le best off de ses arguments abracadabrantesques dont l’inventaire émaille notre blog.

Bonne année à tous ! Valsez bien au réveillon ! Tourne moulin !

https://www.youtube.com/watch?v=jOR9LauQcR8

Pour terminer, sur une authentique note culturelle, voici un charmant paysage de carte postale dans lequel les germanistes éclairés reconnaîtront sans doute les premières lignes du petit bijou romantique qu’est la nouvelle trop méconnue de Josef von Eichendorff :

“Das Rad an meines Vaters Mühle brauste und rauschte schon wieder recht lustig, der Schnee tröpfelte emsig vom Dache, die Sperlinge zwitscherten und tummelten sich dazwischen; ich saß auf der Türschwelle und wischte mir den Schlaf aus den Augen; mir war so recht wohl in dem warmen Sonnenscheine”

Mais j’y pense, ça tombe à pic ! Le Bien Public annonce justement ce matin : « AUXONNE La bibliothèque a rouvert ses portes ». Tentez le coup, amis lecteurs, vous y dégotterez peut-être la traduction de l’œuvrette de Josef von Eichendorff ! Vous n’en connaissez pas le titre ? Fastoche, montrez-vous interactif ! Avec Google faites travailler vos méninges pour bien commencer l’année !

NO LIBRARY À CHARMOY-CITY - du 6 novembre 2016

Vaseux communicant à Charmoy-City

Vaseux communicant à Charmoy-City

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 31 décembre 2016 (J+2936 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse