Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

21 février 2024 3 21 /02 /février /2024 00:02

AUXONNE : LA PARTIE IMMERGÉE DE L'ICEBERG AU CONSEIL - du 21 février 2024 (J+5543 après le vote négatif fondateur)

Avouez que ce titre est une véritable « curiositerie ».

Lisez quand même, c'est gratuit, et en ces temps de morosité ça pourrait même vous faire rire à vous fendre la « binette » au « passage »  !

Comme nous en avions signalé l'intention dans notre précédent article nous nous sommes rendu avant-hier 19 février, à 19h25 en salle du conseil municipal, muni de notre pliant de campagne impérial.

Toute la galerie des spectateurs étant déjà pleine, notre précaution ne s'est pas révélée inutile. Confortablement installé près de l'entrée, nous avons alors considéré, tel l'Empereur à Waterloo, les forces en présence.

DOLE : RENCONTRE IMPÉRIALE LA VEILLE DU 2S - du 29 novembre 2023

À notre gauche, dans l'arène du conseil, sans toutefois que l'on puisse parler d'affluence, le nombre de présents s'était visiblement accru par rapport au 13 courant. La Saône édilitaire dynamique n'était plus ni en chômage, ni à l'étiage !

AUXONNE : APRÈS L'IMPASSE, LE « PASSAGE » OÙ L'ON N'EST PAS SÛR DE PASSER - du 19 février 2023

À notre droite, l'enfilade-couloir était remarquablement pourvue de spectateurs, ce que notre premier édile devait par la suite constater en se félicitant qu'une telle affluence soit un catalyseur de questions ( de la part des élus bien entendu, car les assistants la galerie sont tenus de rester coits quoi qu'il leur en coûte).

Un zoom rapide sur cette assistance en partant de l'entrée. Sur les strapontins- supplice scellés au mur, d'abord, quelques vétérans de la mandature Langlois et un membre du personnel municipal.

Puis sur divers sièges mobiles, en allant vers le fond, une petite demi-douzaine de membres de « L'Office de la Culture ». Le plus grand producteur de gaufres de la place !

Il y avait donc de la culture dans l'air. Nous étions venu pour cela d'ailleurs et en particulier pour le point 16 de l'ordre du jour : « Appellation de la future médiathèque ».

Avant de nous concentrer expressément sur ce point, délaissant subtilités comptables, stratégie en matière de subventions, îlot de la Place d'Armes, piscine, fête foraine et autres cavalcades, jetons un œil sur l'assemblée des élus en exceptant les deux leaders de la majorité et de l'opposition dont nous parlera sans doute plus en détail un prochain article du Bien Public. À ce propos nous doutons que l'on voie de nouveau « du rififi » à l'affiche.

En bref, quelques taiseux impénitents remarqués du côté de la majorité, en matière d'urbanisme et de commerce notamment, des interventions courageuses, parfois maladroites, des deux côtés. Pour finir, en ce qui concerne la culture une intervention un tantinet formelle et d'une certaine « prétentieuserie » empesée, ainsi qu'une autre, aussi convaincante qu'attachante voire émouvante, qui nous permettra par bonheur d'oublier prestement la première.

Claudi, mon Döppelgänger graphiste qui partout m'accompagne a retenu particulièrement

un épisode proche de la fin de la séance. Narrons l'histoire.

Le leader de l'opposition, Fabrice Vauchey, s'étant enquis du débours actuel potentiel relatif aux réflexions transcendantes sur le nom de la médiathèque (bien entendu il ne l'a pas dit comme ça) s'est vu répondre que la somme n'était pas arrêtée mais qu'elle ne correspondait qu'à une faible partie des émoluments qui devraient s'y ajouter en raison de : logo, charte graphique et tutti quanti. Le meilleur est donc à venir !

Ce que Claudi, qui n'a pas mûri, à l'ombre des Dalloz en fleurs, dans les bureaux d'une préfecture a traduit : « la partie cachée de l'iceberg »

Il est de certaines méninges qui ne se remuent pas pour des prunes !

 

Auxonne, partez en croisière avec La Tytanique

Auxonne, partez en croisière avec La Tytanique

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 21 février 2024 (J+5543 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Culturerie

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans culturerie
19 février 2024 1 19 /02 /février /2024 01:00

AUXONNE : APRÈS L'IMPASSE, LE « PASSAGE » OÙ L'ON N'EST PAS SÛR DE PASSER - du 19 février 2024 (J+5541 après le vote négatif fondateur)

 

Le titre de notre article vous paraîtra sans aucun doute hermétique chers lecteurs. Il est pourtant empreint d'une négativité et d'un pessimisme en adéquation avec la situation tant locale qu'internationale. C'est qu'on est à l'ère de la désorientation mondiale mon colon !

Comme dirait ma crémière, de nos jours nous vivons tous avec, pendue au-dessus de notre tête, l'épée de Madame Oklès !

En attendant, revenons à nos moutons !

 

Dans notre précédent article, nous mentionnions, entre autres, un court article paru dans la presse locale papier du 15 courant à propos de la réunion du CM prévue le mardi 13 courant.

AUXONNE : POLITIQUE DE LA CHAISE VIDE AU CONSEIL ? - du 16 février 2023

Cet article posait une question : « Auxonne Pourquoi le conseil municipal a été reporté à la dernière minute ? » et en apportait aussitôt la réponse : « En effet, avec seulement 13 conseillers présents (le maire, sept des huit adjoints, trois conseillers de la majorité, et deux conseillers d'opposition) sur 29, la majorité des membres en exercice n'était pas atteinte. La séance est donc reportée au lundi 19 février à 19h30, mais elle pourra cette fois se dérouler sans condition de quorum. »

Intrigué par le fait, nous renouvelions alors notre intention d'y assister «  en prenant toutefois la précaution de nous munir d'un pliant de campagne impérial confortable afin d'éviter les sièges torturants scellés au mur à l'usage des spectateurs. »

Tous les citoyens qui se tiennent informés savent qu'à la suite de cette discrète secousse tellurique en Terre de Saône, le ton devait rapidement monter sur l'échelle de Richter avec une réplique en forme de second article, beaucoup plus long que le premier et beaucoup mieux documenté.

  Annoncée à la une et à l'affiche dès le lendemain (16 février ), cette réplique éditoriale, semble avoir fait l'effet d'un drône sur notre cœur de ville en léthargie.

À preuve Le Bien public du 16 février dernier s'est vendu comme des petits pains, puisque m'étant pointé le bec enfariné, après le dessert, au tabac-presse Henry de la rue Émile Gruet, j'en suis sorti bredouille.

Pas de souci, Chantecler connaît la débrouille, et dans l'heure qui suivait, nous lisions attentivement ce papier passionnant qui restera dans les annales et que littérairement parlant nous désignerons du nom « d'article des deux Fabrices ».

Parlons franc, pour une fois, voici de l'encre à bon escient dépensée !

Mais pas question pour nous, simple particulier suranné, de tremper notre plume dans le même encrier et d'entrer dans un débat visiblement complexe dont nous ne maîtrisons pas les tenants et les aboutissants.

En bon vieux sénateur amateur, nous marcherons donc au rétroviseur, délaissant les tranchées de la première ligne, et nous livrant à des considérations rétrospectives relatives à des questions de dénomination de voies et de bâtiments publics.

De là notre titre « AUXONNE : APRÈS L'IMPASSE, LE « PASSAGE » OÙ L'ON N'EST PAS SÛR DE PASSER »

 

Quelques éclaircissements à propos de ce titre : le  « « Passage » où l'on n'est pas sûr de passer », c'est bien entendu le passage Xavier Girault qui permettait, avant les travaux, de passer rapidement de la Place d'Armes à la rue Antoine Masson, sauf la nuit. Il n'est pas du tout sûr que cette commodité sera maintenue.

C'est aussi le nom choisi pour la médiathèque, « binette » et « curiositerie » ayant été blackboulées.

Plus de détails ? Suivez le lien ci-dessous

AUXONNE, NOM DE LA MÉDIATHÈQUE : « VOTE ET TAIS-TOI » ! (2) - du 20 décembre 2023

Revenons-en au titre pour parler de « l'impasse » qui nous ramène à une vieille histoire de dénomination de voie à présent oubliée dans les poubelles de l'histoire. Rendons hommage au passage à notre actuel premier édile pour sa paternité du terme « Impasse du Charmoy ».

Pas si vieille que ça pourtant puisque nombre de ses acteurs, blanchis sous le harnais certes, siègent encore aujourd'hui au CM.

Les sceptiques qui mettent cette affirmation en doute, ainsi que les curieux, pourront assister rétrospectivement au CM du 7 octobre 2015 dans l'ordre du jour duquel figurait le vote pour la dénomination de cette voie.

Ils pourront, par la même occasion, vérifier la paternité de notre actuel premier édile à propos de l'expression « Impasse du Charmoy ».

Ce travail de réflexion n'a toujours pas produit d'effet car la « rue du Charmoy » en question reste toujours inconnue comme adresse validée par la Poste.

Peine perdue donc pour ce remue-méninges méritoire qui, toutefois, à la différence de celui organisé pour la médiathèque, avec le soutien onéreux d'un cabinet de communication, ne vint en rien grever les finances communales.

Claudi offre gratis à notre municipalité la maquette de la plaque de la voie en question où une restauration rapide était il y a peu inaugurée.

CHARMOY-CITY : MACDO, LE MAIRE ET LE 1er VICE-PRÉSIDENT (1) - du 11 août 2023

Auxonne, la rue fantôme de la zone

Auxonne, la rue fantôme de la zone

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 19 février 2024 (J+5541 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
16 février 2024 5 16 /02 /février /2024 01:00

AUXONNE : POLITIQUE DE LA CHAISE VIDE AU CONSEIL ? - du 16 février 2024 (J+5538 après le vote négatif fondateur)

Dans notre précédent article nous avions fait part de notre dilemme de mardi dernier au soir entre l'assistance à la séance du conseil municipal et un fauteuil à l'Empire pour le film « Vivre avec les loups ». Nous avions tranché finalement pour les loups.

AUXONNE : LE NOM DE LA MÉDIATHÈQUE À L'ORDRE DU JOUR DU CM - du 14 février 2024

Bien nous en a pris, car trop de fauteuils étant restés vides dans la salle du conseil, celui-ci n'aura finalement pas pu se tenir.

La presse locale, sous la plume alerte de F.S. titrait en effet ce matin, en forme de question « Auxonne Pourquoi le conseil municipal a été reporté à la dernière minute ? » et en apportait la réponse : « En effet, avec seulement 13 conseillers présents (le maire, sept des huit adjoints, trois conseillers de la majorité, et deux conseillers d'opposition) sur 29, la majorité des membres en exercice n'était pas atteinte. La séance est donc reportée au lundi 19 février à 19h30, mais elle pourra cette fois se dérouler sans condition de quorum. »

Cette fois aussi, sauf imprévu, nous y assisterons, en prenant toutefois la précaution de nous munir d'un pliant de campagne impérial confortable afin d'éviter les sièges torturants scellés au mur à l'usage des spectateurs.

Permettez-moi maintenant, chers fidèles et nombreux (je force un peu, car il faut avouer que ces derniers temps, le client se fait rare, en ville, au conseil et ailleurs...) lecteurs de prendre un peu de distance et de remettre le phénomène de « désertion-désertification » en perspective historique.

À cette fin permettez-nous de citer ces extraits d'un article de notre blog daté du 18 avril 2018 (que d'eau depuis sous le pont a coulé, et que d'amis nous ont quittés!) mais combien d'increvables permanences sont encore d'actualité !

À preuve les extraits qui suivent et leurs pièces justificatives :

 

N.B. Les lignes qui suivent entre guillemets sont de notre plume d'avril 2018

« Beaucoup plus préoccupante que la raréfaction du chaland au centre-bourg, est la quasi extinction du public lors de nos assemblées municipales. Depuis une paire d’années, on s’achemine vers un huis clos sinon de jure, du moins de facto ! […]

La géographie de la nouvelle salle, des strapontins à vous briser les reins, les perspectives visuelles bouchées semblent avoir eu raison de la biodiversité passée, quand quelques citoyens curieux se risquaient encore à venir ouïr bouche close les arrêts solennels de leurs alcades.

Démocratie participatatative, mon bon Monsieur !

Et le marasme semble profond, car même du côté des élus, on peinait avant-hier [10 avril 2018] à atteindre le quorum en un jour, où selon Le Bien Public de ce matin « Le budget était à l’ordre du jour […] L’occasion pour les élus de se pencher sur les gros projets à mener cette année »

(Le Bien Public du 12 avril 2018 article « AUXONNE CONSEIL MUNICIPAL Centre bourg : un projet à 20 millions »)

 

Nos élus revitalisateurs ne devraient-ils pas dès lors se pencher d’urgence sur la revitalisation de leurs propres assemblées ? […]

Ils pourraient, pendant qu’ils y sont, financer pour remédier à la léthargie et à la déréliction de leurs doctes réunions, de coûteuses études qui concluraient sans doute à la nécessité d’un accueil convivial, d’une présentation attractive et claire, d’un mobilier confortable pour les citoyens lambdas, […]

Et pour les potentiels assistants non motorisés éloignés, pourquoi ne pas affréter un bus pour la circonstance ?

LE TAXI DE CHARMOY-CITY, UN TAXI QUI RAOULE POUR LECLERC - du 09 JUIN 2016

Les torts, soyons honnêtes, semblent pourtant partagés. Nos citoyens lambdas sont peu curieux et avouons-le, un peu paresseux. En cela ils sont mal inspirés. »

 

Voici en PDF, et à titre de pièce justificative l'état officiel des présents lors du CM du 10 avril 2018

Au début de 2019, une page facebook (à présent inaccessible) intitulée « infos Auxonne » et émanant de l'actuelle majorité, alors dans l'opposition, critiquait sévèrement les conditions de tenue des séances du CM.

Nous en faisions alors explicitement mention dans un article de notre blog daté du 26 janvier 2019, en ces termes :

« Dans la confusion régnante en matière de communication il convient de ne pas confondre le traditionnel et inimitable Inf’Auxonne disponible sur papier et en téléchargement, qui pour l’heure ne fut jamais imité, sinon dans quelques illustrations de notre blog, avec une page facebook récemment émergente (première publication du 12 janvier dernier) intitulée INFOS AUXONNE. [...]

Aux dernières nouvelles, on peut consulter sur INFOS AUXONNE une statistique des présences et absences des élus aux séances du Conseil municipal. INFOS AUXONNE, le nouveau DRH de nos édiles !?

À propos de cet absentéisme chronique, tant de certains conseillers, que de public en général, le DRH INFOS AUXONNE, [...] attribue une cause :

« Il y aurait peut-être plus de public, et de conseillers, si c'était de vrais conseils, et pas une formalité de votes … ». »

 

Une vérité qui, aujourd'hui, n'a peut-être pas perdu de son actualité !?

Pour terminer, Claudi a recyclé l'image illustrant notre article du 12 avril 2018 cité plus haut et qui exprimait déjà la nostalgie des conseils d'antan si bien garnis de conseillers et de public et que les bouleversements de la planète politique ont amaigris tels les ours blancs décatis affamés par le réchauffement climatique.

Bon sang de bon sang !Tout fout l'camp !

Auxonne, nostalgie d'une salle de conseil comble

Auxonne, nostalgie d'une salle de conseil comble

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 février 2024 (J+5538 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
14 février 2024 3 14 /02 /février /2024 01:28

AUXONNE : LE NOM DE LA MÉDIATHÈQUE À L'ORDRE DU JOUR DU CM - du 14 février 2024 (J+5536 après le vote négatif fondateur)

L'ordre du jour du conseil municipal d'hier soir annonçait au numéro 16 : « Appellation de la future médiathèque ».

Je me tâtais pour assister à la séance, quand le souvenir des sièges torturants scellés au mur à l'usage des spectateurs ainsi que mon goût immodéré pour le cinéma, sous l'empire duquel je succombe à la même fréquence qu'en mon temps lointain d'étudiant se sont montrés les plus forts.

Ayant choisi de « Vivre avec les loups » (nom du film auquel j'ai assisté), je ne m'en prendrai qu'à moi-même et j'attendrai donc la publication du compte-rendu sommaire de la séance qui ne saurait tarder.

Il faut dire aussi que le souvenir du remue-méninges du 6 octobre 2022 et de ses suites a tendance à me donner de l'urticaire et que je ne souhaite qu'une chose : le voir rejoindre prestement « les poubelles de l'histoire » seul réceptacle apte à contenir de telles vésanies ! Vésanies dispendieuses autant qu'oiseuses et à l'occasion injurieuses  !

On trouve parfois des perles dans les poubelles. Si vous avez un peu de temps et que l'exercice vous tente, soulevez le couvercle, le lien suivant pourra vous mettre au « parfum »

AUXONNE, NOM DE LA MÉDIATHÈQUE : « VOTE ET TAIS-TOI » ! (2) - du 20 décembre 2023

Dans un conte de Noël, nous avions mis tout notre cœur à défendre la mémoire de Claude-Xavier Girault, ancien maire d'Auxonne et homme de valeur qui se retrouvait dans cette affaire le dindon de la farce.

AUXONNE, LE NOËL DE CHANTECLER SUIVI D'UN CONTE INÉDIT (6) - du 06 janvier 2024

Nous en reprenons aujourd'hui l'illustration inédite de Claudi en souhaitant que les délibérations de nos élus, revenus à des valeurs plus sûres, nous permettent de tirer un trait définitif sur cette navrante affaire.

 

Auxonne, 24 décembre 2023, Claude et Napoléon

Auxonne, 24 décembre 2023, Claude et Napoléon

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 février 2024 (J+5536 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Culturerie

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans culturerie
12 février 2024 1 12 /02 /février /2024 14:45

AUXONNE : UNE SECONDE POUR LA BINETTE À THÉRÈSE - du 12 février 2024 (J+5534 après le vote négatif fondateur)

Nous ferons court aujourd'hui, après les longues considérations sur Céline et Bruant et le génocide sémantique qui stérilise et anglicise notre belle langue.

AUXONNE : PODIUM ET HYMNE POUR D'IMPAYABLES OLYMPIADES (2) - du 7 février 2023

Nous ferons court aussi aujourd'hui, pour faire mentir le commentateur d'un très récent post facebook de notre bonne ville à propos de Thérèse Figueur dont voici la copie en PDF

Ce commentateur déclarait comme vous l'avez vu : « Je connais un coq qui va nous en faire une plombe »

Je lui répondrai qu'il n'y a vraiment pas de quoi en faire une plombe (ndlr Chantecler : une plombe= une heure, c'est qui cause comme Bruant le gonze !) vu qu'on ne voit la binette à Thérèse Figueur que quelques secondes dans la première minute de la vidéo dans la catégorie « travestie ».

Comme dirait Aristide : « P'têt' ben que l'gonze i va s'déguiser en Thérèse pour Carnaval ! »

Trêve de plaisanterie, Claudi sérieux nous envoie une petite carte de la maison natale de la Thérèse à Talmay.

 

P.S. Vous aimez pédaler à l'ombre des panneaux fleur bleue, alors vous aimerez sans doute

AUXONNE : CE VIEUX « PANNEAU QUI POLLUE LE PAYSAGE » - du 31 janvier 2023

La maison natale de Madame Sans-gêne à Talmay

La maison natale de Madame Sans-gêne à Talmay

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 février 2024 (J+5534 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Culturerie

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans culturerie
7 février 2024 3 07 /02 /février /2024 12:06

AUXONNE : PODIUM ET HYMNE POUR D'IMPAYABLES OLYMPIADES (2) - du 7 février 2024 (J+5529 après le vote négatif fondateur)

Afin de ne pas dérouter nos lecteurs nous les avions déjà avertis de la bizarrerie de notre titre au début du premier article de notre série.

AUXONNE : PODIUM ET HYMNE POUR D'IMPAYABLES OLYMPIADES (1) - du 3 février 2023

Cet avertissement s'applique encore, quoique dans une moindre mesure à ce second article.

Nos lecteurs fidèles autant que studieux qui auront pris le temps et la peine de lire le premier article auront sans doute compris que nous nous y sommes appliqués, avec l'aide de cet infréquentable autant que génialement humain Louis-Ferdinand Céline, à fustiger sans ménagement l'aseptisation et la yankeesation de notre langue.

Convenons aujourd'hui que notre soc polémico-linguistique est largement sorti de son sillon qui était plus spécialement et plus modestement de fustiger nos penseurs promoteurs de « binettes » et autre « curiositeries ».

En langage célinien nous pourrions dire que ce soc à carrément déconné.

Ce second article est donc destiné à revenir à notre but premier. Clamer l'absurdité des gesticulations oiseuses autant qu'onéreuses autour de la « binette ».

Et à ce propos, je vous livrerai tout cru et brut de décoffrage le cheminement initial de mon inspiration dans la poursuite de cet objectif. Ce cheminement, le voici !

De petits refrains populaires et autres expressions imagées entendues dans mon enfance égaient bien souvent ma mémoire dans ce monde matérialiste et « totalement administré », triomphe de la bureaucratie jargonnante et bien pensante.

Et, de cette boîte à musique pleine de petits trésors, m'est revenu ce refrain que fredonnait à l'occasion ma mère espiègle à la vue d'une gueule d'empeigne ou d'un pisse-vinaigre : « Ah! c'tte gueule, c'tte gueule, c'tte binette! Ah! c'tte gueule, c'tte gueule, qu'il [ou elle] a ! »

Je me suis dit qu'elle n'avait sans doute pas inventé ça et j'ai recherché qui avait bien pu  promouvoir cette ritournelle, qu'objectivement on a moult occasions de fredonner dans ce monde aseptisé à la moraline et la bienveillance OGM !

On trouve tout sur la toile, des énarques monarques, des arnaques et de la barbaque, et la baraque de ses rêves, des citations et des néologismes chics à placer dans les discours !

J'ai cherché, en toute modestie... Et....Eurêka ! J'ai trouvé la fameuse ritournelle et son  célèbre interprète !

Et pour Totor, à qui j'avais fait cette promesse dans mon précédent épisode, je vais pouvoir servir sur un plateau mon superbe mentor : Aristide Bruant (1851-1925) un vrai mentor à dézinguer la binette, vit'fait su'l 'zinc !

Fermez vos esgourdes les gigolettes, c'est qu'i cause gras l 'animal !

Avec le lien ci-dessous, notre lecteur curieux trouvera tout (image et son) sur la binette et sur son célèbre chantre : Aristide BRUANT... Et pourra s'en payer une bonne tranche.

Merci au blogueur laborieux que je salue ici et qui m'a bien dépanné !

 

https://mediamus.blogspot.com/2010/07/5-minutes-chez-bruant-ou-lart.html

 

Auxonne, la médiathèque chantée par Aristide

Auxonne, la médiathèque chantée par Aristide

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 7 février 2024 (J+5529 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Culturerie

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais
3 février 2024 6 03 /02 /février /2024 12:52

AUXONNE : PODIUM ET HYMNE POUR D'IMPAYABLES OLYMPIADES (1) - du 3 février 2023 (J+5525 après le vote négatif fondateur)

Un peu bizarre ce titre ! Oui, il nous fut d'abord inspiré par la page facebook de notre bonne ville comme le montre le PDF qui suit.

Et ce titre, nous l'avons gardé ! Mais que nos lecteurs curieux se rassurent, dans les deux épisodes de cette série, nous laisserons tomber ce podium à deux balles et nos fans, pour le coup, en auront pour leurs sous en découvrant des choses beaucoup plus variées et marrantes !

C'est parti mon Kiki ! En voiture Simone ! Attachez vos ceintures !

Nous abordions dernièrement le domaine touristique de notre Val de Saône lieu d'élection de la « petite reine ».

AUXONNE : CE VIEUX « PANNEAU QUI POLLUE LE PAYSAGE » - du 31 janvier 2023

« Petite reine » ? « Petite reine » ?

Te fatigue pas mon gars ! Rien à voir avec la Reine du Carnaval d'Auxonne que l'on devrait élire ce soir comme l'annonce Le Bien Public...

Il ne s 'agit pas de cette reine là, que l'on espère craquante, mais de la vraie « petite reine » celle des rois de la pédale, celle des Bartali, des Coppi, ou des Poupou, celle qu'on s'enfilait l'escalope dans le cuissard dare-dare pour épargner le périnée (te fatigue pas mon gars, rien à voir avec le Tourmalet !), et le pot belge dans le bidon pour empêcher les coups de Calgon !

Oh ! Mais comme i cause ce Chantecler ! I pourrait châtier son langage ce vilain personnage!

Je le châtierai mon langage, quand nos prétendues élites arrêterons de châtrer et d'américaniser notre belle langue française et de prendre une médiathèque pour une binette en se payant la nôtre ! Crénom d'têt' de pioche ! Binette c'est rien moche !

Eh oui ! Si c'est comme ça que j'cause c'est because mes mauvaises fréquentations. Je viens d'entrer en cours de perfectionnement chez un vrai maître du franc-parler !

Parlons-en du franc-parler ! Il est depuis longtemps au musée ! Le franc-parler est une langue en grand danger d'extinction dans ce monde des vaseux communicants, ces nouveaux invalides linguistiques à la langue de bois !

 

« Il faut le voir pour le croire,

Allez y voir, (bis)

Il vous épatera, bourgeois,

L'invalide à la langu'de bois »

 

Au fait, à propos de langu'de bois. Tu veux l'adresse de mon mentor, Totor ?

C'est pas compliqué, Totor, t'auras qu'à lire mon prochain épisode et pour le coup, tu verras, ça te couperas la chique ! (Tu gardes ça pour toi Totor, mais ça y est, moi aussi j'm'y suis mis, je fais du marketinge ! C'est qui faut savoir appâter le client vu qu'par ces temps, comme dans la grande-rue, i s'fait plutôt rare le chaland. Presqu'aussi rare qu'un gland dans les coupes blanches d'not' belle forêt !

Du coup le gland i prend d'la valeur, car chacun sait que ce qui est rare et cher. Le chêne Napoléon est mort, mais le gland i s'ra bientôt au cours du Napoléon d'or !

Je vois que tu phosphores Totor ! Allez Totor encore un effort !

Non t'as perdu Totor, mon mentor c'est pas ce bon vieux Louis-Ferdinand !

C'est vrai aussi qu'i payait pas de mine ce vieux Louis-Ferdinand. Sur la fin, il était même un peu rance et pas très bien r'lingé.

Le jeune Louis-Ferdinand, beaucoup plus craquant et martial, avait morflé sévère à la première guerre mondiale, la Grande, sous l'uniforme de cuirassier, du temps qui s'appelait encore Destouches.

Claudi nous montrera dans son image du jour le maréchal-des-logis au 12ème Cuirs, Louis-Ferdinand Destouches, grièvement blessé et décoré de la Médaille militaire. Pour que vous en preniez plein les mirettes, les arpettes, j'vous la passe en PDF (P....De Ferdinand!)

Des expériences de ce Voyage au bout de la nuit devait naître le célèbre roman du même titre que Louis-Ferdinand publia en 1932 sous le pseudonyme de Céline.

Voilà pour la Grande Guerre.

Quand à la deuxième n'en parlons pas, Céline avait pas placé sa thune, ni sa plume, au bon endroit ! Un vrai massacre ! En matière financière, ce pauv' Louis-Ferdinand, c'était carrément une timbale !

Une chose est sûre au moins, Louis-Ferdinand, c'était pas un invalide à la langu'de bois.

La chanson dev'nue célèbre qu'i chante dans ses vieux jours est certes imbitable et le sujet n'est pas des plus gais, ça renifle assez fort le caveau, mais à l'entendre on a l'impression de faire de l'archéologie, de redécouvrir lors d'une fouille, un monde perdu à jamais, enterré définitivement par nos énarques proprets fabriqués à la chaîne et en série aux usines Macron avec comme (bleu)horizon la nouvelle version blindée pour le réarmement !

Allez, changeons de disque ! Écoutez un peu les amis la complainte et prenez soin de vous, ça risque de vous taper sur la binette ! Pouett ! Pouett !

Règlement

À la fin de la vidéo, les ceusses qu'ont de la « curiositerie » pourront trouver un lien avec une interprétation moderne de « Réglement » plus facilement audible et très bien illustrée.Si tel n'est pas le cas, pour la voir, cliquer sur  

Interprétation moderne

La suite au prochain numéro

Auxonne, bientôt dans les bacs à la binette

Auxonne, bientôt dans les bacs à la binette

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 3 février 2024 (J+5525 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Culturerie

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans culturerie
31 janvier 2024 3 31 /01 /janvier /2024 01:59

AUXONNE : CE VIEUX « PANNEAU QUI POLLUE LE PAYSAGE » - du 31 janvier 2023 (J+5522 après le vote négatif fondateur)

Dans notre article du 24 courant, il était question d'une annonce de la page facebook de notre bonne ville à propos de « vieux panneaux qui polluaient le paysage sur les routes D24, D20 et D905. » et de leur remplacement par « de nouveaux panneaux de signalétique touristique [imaginés par] la Communauté de communes Auxonne-Pontailler Val de Saône le Département et la Commune ».

En fait une opération de remplacement nécessitée par les injures du temps, conséquence inévitable d'une loi d'airain qui s'applique impitoyablement aux choses, comme aux humains.

Cette opération normale de remplacement, dans son évidente autant qu'inéluctable banalité n'aurait pas attiré notre attention, si elle n'avait été le prétexte à un match épique de commentaires facebookiens.

AUXONNE : DEUX PANNEAUX POUR UN MATCH DE VÉLO-SAÔNE - du 24 janvier 2023

La cause de ces joutes de commentateurs est-elle à rechercher dans l' affligeante léthargie qui sévit actuellement dans notre grande-rue où l'on croise statistiquement plus de poubelles « à l'effigie de l'Empereur » que de promeneurs ?

Simple sujet de réflexion proposé à chacun de nos aimables lecteurs.

Une question subsiste cependant : celle du vieux panneau réchappé de l'aggiornamento touristico-esthétique évoqué plus haut et qui pollue encore et toujours à ce jour le paysage de la Voie bleue.

Mais quel vieux panneau mon vieux Claudio !? (prononcez à l'italienne Claoudio)

In cauda venenum,vous en découvrirez la photo en fin d'article dans l'image du jour de Claudi.

En lien avec ce vestige et comme en annonce de la vaine indication de celui-ci nous voudrions feuilleter préalablement le numéro de Côte-d'Or Magazine n°163 dont Claudi avait pris la couverture comme thème de son image illustrant l'article déjà cité plus haut

AUXONNE : DEUX PANNEAUX POUR UN MATCH DE VÉLO-SAÔNE - du 24 janvier 2023

En feuilletant ce Côte-d'Or Magazine nos lecteurs pourront découvrir qu'impression sur papier glacé n'est pas nécessairement parole d'évangile, et que, de l'annonce à la réalité tangible, il s'ouvre parfois un abîme.

Lisons d'abord l'annonce alléchante figurant en page 10 de Côte-d'Or Magazine n°163.

On ne saurait estimer le nombre de déceptions que cette offre aura potentiellement causées sachant qu'en 2016 le Musée Bonaparte était fermé depuis 4 ans !

La cause de cette fermeture, des problèmes divers de normes de sécurité et d'accès et, cerise sur le chapeau, au cours de l'hiver 2013-2014,  l'assaut sournois autant que ravageur d'un régiment de moisissures !

Assaut que devait relater la presse locale en pleine campagne électorale de mars 2014

 

Bien que Musée de France, le Musée Bonaparte n'a pas rouvert depuis, mais, vestige rongé par la xanthorie des murailles, le vieux panneau qui l'indique était encore à son poste l'an dernier, à droite de la sortie du petit pont qui débouche sur le vieux port à gradins.

Ce que nous montre l'image du jour de Claudi.

C'est simple, pour trouver le musée, il vous suffit de suivre la flèche. Puis de suivre le guide, tous unis dans un même Hélian !

https://www.youtube.com/watch?v=l42pOZDqhb8

 

Auxonne, Louis XI propriétaire et Bonaparte, son ex-locataire

Auxonne, Louis XI propriétaire et Bonaparte, son ex-locataire

 

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 31 janvier 2024 (J+5522 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Tourisme

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Tourisme
27 janvier 2024 6 27 /01 /janvier /2024 00:59

AUXONNE : DES TRACTEURS DANS LA GRANDE-RUE ! - du 27 janvier 2023 (J+5518 après le vote négatif fondateur)

Les manifestations paysannes ne pouvaient laisser notre rédaction indifférente.

Nous avons jugé bon d'interrompre un instant nos dernières nouvelles en couleurs de la vélorution verte des pédaleurs sur la voie bleue pour faire place aux tracteurs. Mais promis, juré ! Notre article en lien ci-dessous connaîtra une suite

AUXONNE : DEUX PANNEAUX POUR UN MATCH DE VÉLO-SAÔNE - du 24 janvier 2023

Et nous retrouverons pour votre bonheur les attraits charmeurs de nos revues départementales riches en fleurs et hautes en couleurs !

Mais pour l'heure place aux tracteurs !

Pour sûr, qu'en dehors du Carnaval, qui s'avance à grands pas, on ne risque pas d'en voir la couleur dans notre Grande-rue.

Les temps changent et si l'on en croit les propos de notre premier édile sur K6 l'Auxonnais(e) de longue date se fait de plus en plus rare... Nous ajoutons : comme le passant dans la grande-rue.

Les gens de la terre eux aussi sont devenus de plus en plus rares avec le temps au sein du conseil municipal... Voici venir le temps du CM hors-sol !

Notre modeste blog qui ne coûte rien à personne ne dispose pas, hélas, d 'envoyé spécial sur le front de la paille et du lisier.

Alors encore une fois nous marcherons au rétroviseur comme le prétendent nos des tracteurs...Oh ! Pardon nos détracteurs de la culture qui marchent encore à la « binette » !

Et nous emprunterons notre illustration à un article à un article vieux de deux ans que les curieux pourront relire.

CHARMOY-CITY : PROJETS ET SOUVENIRS DANS LA GRANDE RUE (1) - du 6 janvier 2022 

Auxonne manifestations paysannes 1961

Auxonne manifestations paysannes 1961

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 27 janvier 2024 (J+5518 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Souvenirs

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Souvenirs
23 janvier 2024 2 23 /01 /janvier /2024 17:37

AUXONNE : DEUX PANNEAUX POUR UN MATCH DE VÉLO-SAÔNE - du 24 janvier 2023 (J+5515 après le vote négatif fondateur)

Nous poursuivons aujourd'hui nos réflexions sur le tourisme entamées dans notre précédent article.

AUXONNE : UN RÊVE DE CAPACITÉ HÔTELIÈRE PRESQUE CENTENAIRE ! - du 19 janvier 2023

Et plus particulièrement sur le tourisme extra-urbain car, force est de le constater, notre bonne ville intra-muros semble actuellement plongée dans une affligeante léthargie. Essayez de remonter la grande-rue vous croiserez statistiquement plus de poubelles « à l'effigie de l'Empereur » que de promeneurs.

À propos d'« effigie de l'Empereur », l'un de ses fans qui n'est plus à présenter, vient de lancer justement sur facebook une consultation impériale du plus haut intérêt ! Proprement passionnant ! Un morceau de bravoure à ne pas louper !

Plus sagace qu'Isidore Dédicasse ! Oh pardon ! Isidore Ducasse bien entendu ! En tant que bibliophile je rêve en effet d'un ouvrage dédicacé par Isidore Ducasse, ce qui est paraît-il d'une grande rareté !

Ne pensez-vous pas que ce post constitue un pendant parfait de la fumeuse consultation entre « binette » et « trottinette » ?

AUXONNE, NOM DE LA MÉDIATHÈQUE : « VOTE ET TAIS-TOI » ! (2) - du 20 décembre 2023

Voilà pourquoi votre serviteur, à cette heure, était bien décidé à quitter ces chemins rebattus, tordus autant que bourbeux, pour s'en aller pédaler sur la voie bleue et partir à la rencontre des deux fameux panneaux de notre titre du jour.....

Mais soudain, j'entends Bianca, ma chatte blanche, gratter au carreau, j'y cours, et derrière la douce image de son petit museau rose, je vois le ciel tout gris...et le temps pourri. Il n'y a pas que dans le royaume de Danemark qu'il y ait quelque chose de pourri !

Mince ! Revoilà la pluie, alors plutôt qu'une balade à vélo pour aller voir les panneaux je décide de vous offrir un petit concerto en sol boueux au clavier de mon ordi !

Le thème de mon inspiration : la page facebook de notre bonne ville et une récente annonce en ces termes :

« En 2022, le Département de la Côte-d'Or a démonté de vieux panneaux qui polluaient le paysage sur les routes D24, D20 et D905.

La Communauté de communes Auxonne-Pontailler Val de Saône le Département et la Commune ont alors imaginé de nouveaux panneaux de signalétique touristique.

Les exemplaires ont été posés cette semaine avec l'autorisation du Département et de l’Association Foncière de Remembrement d'Auxonne. »

Autrement dit : « du passé (qui pollue le paysage) faisons table rase », « l'imagination au pouvoir » et « tout nouveau tout beau ! ».

Décidément la vélorution est en marche ! Panneaux et Napo semblent être les deux mamelles de notre bonne ville. Sans oublier bien entendu la « binette » et la « curiositerie », chefs-d’œuvres dispendieux de la culture locale à deux balles !

Cette nouvelle sans grande importance lâchée sur le net semble pourtant avoir fait l'effet d'un ballon de foot lâché sur un terrain vague d'une favela.

Des commentateurs de tous bords ont saisi la balle au bond, dont certains avaient visiblement oublié le fair-play au vestiaire.

Du coup voilà, pour l'observation de notre microcosme local, la naissance d'un nouveau concept : « le panier de crabes de Saône ».

Et qui sait ? Bientôt aussi la naissance d'un nouveau mets : « Le Panier de crabes de Saône à l'oignon » sur les cartes de nos restaurants ???

Compte-rendu du match en PDF

Décidément, nos concitoyens s'ennuient et l'ennui rend mauvais !

La suite au prochain numéro...

Claudi a puisé l'inspiration dans le fonds de nos revues départementales riches en fleurs et hautes en couleurs !

Côte-d'Or, la vélorution permanente

Côte-d'Or, la vélorution permanente

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 23 janvier 2024 (J+5515 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Tourisme

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Tourisme