Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

10 janvier 2019 4 10 /01 /janvier /2019 14:32

CHARMOY-CITY, AGENDA 2019  : TRAQUE À LA COQUILLE,  PUMP TRACK ET TRACKER  D’ACTIVITÉ - du 11 janvier 2019 (J+3677 après le vote négatif fondateur)

     Notre précédent article visait à une information  rigoureusement documentée de nos lecteurs.

CHARMOY-CITY : LA COMMISSION DE LA DÉCEPTION - du 09 janvier 2019

     Après l’étude, la récré ! Il ne faut surtout pas que le titre de notre article vous donne le trac !

    Il vise simplement à vous informer dans la bonne humeur ! Même si pour le coup, Rex risque encore de grogner !

    

    L’Agenda 2019, libéralement offert par notre municipalité grâce aux concours des généreux annonceurs, est tombé lundi dernier dans notre boîte aux lettres.

      À présent, tous les ans, depuis la parution de l’Agenda 2016, nous attendons avec impatience la sortie du précieux opuscule.

      Il n’y a vraiment pas de quoi, nous rétorqueront en faisant la moue, les blasés qui, sans même les lire, classent verticalement les parutions municipales.

      Ces indifférents ont bien tort, car le lecteur attentif et avisé peut y trouver constamment, et sans bourse délier, matière à réflexion voire à…. distraction !

     Le plaisir de la lecture est à la mesure de l’imagination du lecteur !!

  Tiens voilà un bon précepte à graver sur l’auguste fronton de notre future médiathèque, quand, en matière de lecture, nos décideurs nous parlent surtout de millions !!!

    Le plaisir de la lecture est à la mesure de l’imagination du lecteur !!

    Voilà pourquoi, depuis des années, abeille industrieuse et sans complexe, nous faisons notre miel des fleurs de rhétorique qui s’épanouissent dans les parterres de ces municipales publications, bien à tort dédaignées.

        Citons, pour mémoire, l’inénarrable précepte formulé par notre premier édile dans l’édito de l’Agenda Auxonne 2016 :

« Je vais, comme il se doit, remercier nos annonceurs. Grâce à eux, vous avez une nouvelle fois cet agenda entre les mains. Ils font un effort financier. Sachez les en remercier en prenant le temps de pousser la porte de ces commerces. Vous ne sortirez pas sans vous être allégé de quelques billets Vous contribuerez ainsi au dynamisme de la ville. Sans grand discours, vous aurez développé l’économie locale. Vos billets s’ajouteront à beaucoup d’autres et permettront à nos commerçants de vivre ».

     Vous avouerez quand même que le couplet vaut le détour ! Quelle belle sollicitude à l’égard de notre petit commerce !

      Qu’en est-il aujourd’hui dans l’Agenda Auxonne 2019 ?

      Allons voir….

      La brièveté de l’édito nous permet  une citation in extenso :

 

« Bonjour,

      La revitalisation avance. Fin 2019 début 2020, les travaux sur la grande rue seront engagés.

C’est un engagement que nous allons tenir. Les travaux préparatoires prennent du temps. Aujourd’hui, ils aboutissent. Cela occasionnera de la gêne pour les commerces.

      Nous espérons les réduire au maximum. C’est à ce prix que nous développerons notre centre-ville.

Bonne et heureuse année 2019.

                                                                                              

Raoul LANGLOIS »

   

    Parmi les rares lecteurs de cet édito, il s’en trouvera sans doute une majorité qui ne verront rien à redire car l’exercice rigoureux de la lecture (tout comme de l’écriture) est devenu chose rare.

      Parmi les vrais lecteurs attentifs, les âmes indulgentes corrigeront d’elles-mêmes et liront : « Nous espérons la réduire au maximum »   

     Ceux qui savent lire, enfin,  entre les lignes, et à qui on ne la fait pas, s’interrogeront : « Coquille ou lapsus révélateur ? »

      Dans la deuxième hypothèse, le lapsus révèle que ce sont les (commerces) qu’il s’agirait de « réduire au maximum ». 

     Notre premier édile va encore m’accuser de divaguer, mais la question reste ouverte quand on connaît son obstination, tout au long d’une décennie, à servir la soupe à une  grande enseigne au Charmoy.

    Rappelez-vous l’inénarrable  séance du conseil du 17 décembre 2018 et ses suites !

   Avec ses conséquence prévisibles pour la vitalité du centre-ville, prévues dès 2010 dans la décision 317 D de la CNAC du 20 Janvier 2010 à propos du projet Leclerc au Charmoy, conséquences exprimées en ces termes :

     « Impact significatif sur l’activité des commerces et services traditionnels situés en centre-ville » (2ème attendu).

      « Ne manquera pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’Auxonne » (2ème attendu).

    Ces impacts prévus par la CNAC dès 2010, n’ont-ils pas été logiquement susceptibles d’entraîner une réduction des commerces ?

    D’aucuns prétendent le contraire…

    Quoiqu’il en soit, des signes tangibles peuvent inquiéter.

   Témoin, ce processus de désertification commerciale accélérée dans la rue Thiers (Voir les liens ci-dessous).

CHARMOY-CITY : NOËL BIZARRE DANS LA RUE THIERS- du 29 décembre 2018

Et pour les amateurs de poésie :

L’OGNON ET LA MADELEINE (DE PROUST)

   

    Et pourtant, cruelle ironie du sort, la rue Thiers n’est-elle pas justement cette portion de la grand’rue où « fin 2019 début 2020, les travaux sur la grande rue seront engagés ».

    Dans quel but, au fait ?

     Pour nous permettre sans doute de visiter, sans risquer de trébucher sur les trottoirs enfin rénovés, une très attractive galerie de rideaux baissés !

 

     Voilà pour la traque à la coquille, qui n’est peut-être après tout, à y bien réfléchir, qu’un lapsus révélateur ?!

  

Et le tracker d’activité ?

On veut le tracker d’activité !!! On veut notre tracker d’activité !!! 

Vous le trouverez juste à l’opposé de l’édito, en fin d’opuscule.

C’est un tableau à double entrée qui réserve une petite case pour chaque jour de l’année 2019. Une case d’environ 0,25 cm2….

     Au risque d’avouer notre ringardise nous confessons ne pas avoir bien compris la nature et l’usage de cet objet à visée statistique, ouvertement intitulé « TRACKER D’ACTIVITÉ »

    Nous avons donc cherché secours sur Wikipédia où nous avons pu lire :

 « Moniteur d'activité physique

Un moniteur d'activité physique (aussi appelé moniteur d'activité ou moniteur sportif ou traqueur d'activité ; en anglais, activity tracker) est un appareil électronique ou une application qui permet de mesurer l'intensité et la quantité d'activité physique effectuée par un individu tels que la distance marchée ou courue, la consommation et la dépense de calories, et dans certains cas, le rythme cardiaque et la qualité du sommeil. Le but du moniteur est d'augmenter la motivation de son utilisateur et de lui permettre d'améliorer ses performances. »

     Eurêka ! Dans notre cité « active et sportive », et bientôt dotée d’un pump track (patatrac !), le dit tracker d’activité trouvera évidemment toute sa place au sein d’une équipe municipale passionnée et dynamique soucieuse « d'améliorer ses performances » !

RÉVEIL MUSCULAIRE À CHARMOY-CITY - du 03 février 2017

CHARMOY-CITY : LA MOBILITÉ ET LA BOUGEOTTE…. TER, TROTTINETTES,  DRAISIENNES, ETC… - du 29 novembre 2018

  Claudi, encore une fois, ne s’y est pas trompé !

Charmoy-CITY 2019, ici comme au pump track le tracker est de rigueur

Charmoy-CITY 2019, ici comme au pump track le tracker est de rigueur

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11  janvier 2019 (J+3677 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
9 janvier 2019 3 09 /01 /janvier /2019 07:25

CHARMOY-CITY : LA COMMISSION DE LA DÉCEPTION - du 09 janvier 2019 (J+3675 après le vote négatif fondateur)

     Alors que le processus de revitalisation du centre-bourg semblait connaître quelques aléas de calendrier, nous avions annoncé dans un précédent article la « revitalisation » commerciale projetée d’une artère périphérique privée :

CHARMOY-CITY : LA « REVITALISATION DE LA RUE DU CHARMOY »  EN BONNE VOIE - du 31 octobre 2018

     L’obtention d’un permis de construire pour la réalisation du projet était conditionnée par l’accord de la CDAC (Commission départementale d’Aménagement Commercial).

     Cette commission s’est tenue le 21 décembre dernier.

     L’avis défavorable émis par la commission n’a pas manqué de susciter la déception de notre premier édile revitalologue.

CHARMOY-CITY : UNE RÉCEPTION CONTRE UNE DÉCEPTION DE FIN D’ANNÉE ? - du 31 décembre 2018

    Il fut un temps (avant 2015) où, conformément à la formalité de publicité prévue par l’article R. 752-25 du code de commerce, la décision devait être affichée en mairie.

    Cette formalité n’est plus prévue, mais la décision est toujours consultable en préfecture, aux services de laquelle on peut la demander.

    Il est donc inutile d’aller rôder autour du tableau d’affichage. Le fond de l’air est frais et humide. Et puis Rex, sur son siège arrière pourrait bien vous faire un beau concert !

     Sans rhume et sans concert canin, nos lecteurs malins pourront donc prendre connaissance tranquillement du document

    Les attendus de la décision sont assez maigres.

    À noter toutefois cet attendu, prudent, certes, dans sa formulation, et manquant peut-être un peu de vigueur :

« CONSIDERANT que le projet d'extension du centre commercial E. LECLERC peut présenter un risque pour les commerces de centre-ville »

    Il  vient néanmoins contredire les thèses illusionnistes communément professées et défendues par notre premier édile  

CHARMOY-CITY : QUAND L’HYPERMARCHÉ « REVITALISE » LE PETIT COMMERCE - du 22 octobre 2017

     À noter encore que, contrairement à ce que l’on a coutume de lire dans ce genre de document de synthèse, aucun attendu en faveur du projet n’a été développé.

    .

    Le fait est à noter  car ce caractère laconique contraste avec les argumentaires très fournis, développés lors des 4 CDAC « charmoysiennes » précédentes.

Il est plausible sans doute d’entrevoir la cause de cette absence dans « la fragilité des éléments d'analyse du dossier » soulignée dans le premier attendu, mais pourquoi pas aussi dans le manque de conviction, voire de crédibilité des plaideurs.

   Conséquence : Le fatras des inusables arguments  environnementaux et de création d’emplois, étant mis de côté, le laconisme argumentaire ne permet pas, pour une fois,  de faire oublier ce constat évident :

« le projet d'extension du centre commercial E. LECLERC peut présenter un risque pour les commerces de centre-ville »*

 

   Il est probable, sinon certain, qu’un recours soit tenté et que la liste des commissions s’allonge encore.

    Toutefois, en pleine vague pré-électorale de revitalisation du centre-bourg, il incombera maintenant à nos responsables de choisir entre la rue du Charmoy et la rue Thiers ! Entre le beurre et l’argent du beurre !

 

INFO : « Une réunion publique concernant la revitalisation du centre-bourg aura lieu jeudi 17 janvier à 20 h30 à la salle événementielle »  (Cf. Le Bien Public  du 07/01/18 page 13)

Charmoy-City, tout est bien qui finit bien

Charmoy-City, tout est bien qui finit bien

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 09 janvier 2019  (J+3675 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
7 janvier 2019 1 07 /01 /janvier /2019 07:25

CHARMOY-CITY : JANVIER 2017 UN SIGNAL POUR MARS 2020 ? - du 07 janvier 2019 (J+3673 après le vote négatif fondateur)

 

    L’année 2019 commence et l’on pressent bien qu’en coulisses les acteurs potentiels des municipales 2020 commencent à répéter leur rôle, à composer leur personnage.

    Et comme, selon les principes démocratiques, la direction municipale n’est pas censée être l’affaire d’un seul homme mais de 29 représentants, les leaders potentiels des équipes diverses commencent aussi à rechercher, non seulement le concours d’une dizaine de collaborateurs dévoués mais encore, pour que le compte y soit, à enrôler dans la troupe une vingtaine de figurants aux bouilles sympathiques et représentatives, de surcroît bien  connues à divers titres des électeurs.

    Car il s’agit, pour le jour J, de remplir avantageusement le trombinoscope obligé, composante incontournable de l’exercice !

    Dans ce monde de l’entreprise du spectacle municipal qui monte ses tréteaux une fois tous les six ans sur les places de notre beau pays de France, il arrive qu’on voie  poindre un jeune premier, mais le plus souvent revient la vieille star, ses inusables ficelles, sa vieille troupe, et ses figurants patentés.

    Le populaire justifiera la situation en vous disant : « La place est bonne ».

    Le titulaire sortant vous rétorquera, indigné, que celui qui veut la lui prendre n’en mesure « ni la grandeur ni la servitude ».

     Tel fut du moins le cas avéré de notre premier édile qui s’insurgeait en ces termes pompeux contre son adversaire, avec au surplus l’appui d’un ancien ministre et d’un médecin aujourd’hui à la retraite, dans un tract diffusé à la veille du deuxième tour des municipales de mars 2014 !

    Le terme de servitude s’applique sans doute au maire de village dont l’exercice précaire semble devenir un véritable sacerdoce dont les conditions  sont propres à faire hésiter, sinon à rebuter.

     Cependant, même si l’on ne peut parler à proprement de grandeur, il ne semble pas en être ainsi dans un bourg de belle taille, où la superstructure édilitaire correctement indemnisée, peut s’appuyer confortablement sur une infrastructure administrative à sa main.

      C’est ainsi que dans ces bourgs de belle taille, toujours dépérissant, mais toujours en voie de revitalisation, via l’adjonction de zones commerciales périphériques, on voit se dérouler d’interminables carrières au long cours de maires et d’adjoints blanchis sous le harnais, supporters  déclarés de grandes enseignes, dont le plus grand projet est, au bout du compte, de vouloir se maintenir en place pour le plus grand bonheur des dites enseignes !

KIOSQUE DE CHARMOY-CITY : LE CONCERT QUI N’EN FINIT PAS - du 09 novembre 2017

     Voilà d’interminables carrières qui exhalent un fort parfum de fin de règne !

     Parfum de fin de règne  dont il semble bien qu’en janvier 2017 on ait déjà pressenti quelques puissantes bouffées annonciatrices de la fin.

    En souhaitant ne pas nous fourvoyer totalement dans notre analyse nous vous proposons de revivre ce terrible mois de janvier 2017, véritable « Bérézina dans les urnes qui nous fait déjà beaucoup espérer du printemps 2020 !

Et dont nous avons archivé quelques bonnes coupures de presse.

Et surtout, ne manquez pas de consulter notre nouvel album, formidable pour garder le moral !

 

ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »

 

Flash dernière : Le site du Bien Public affichait, ce matin, le titre suivant

« COTE-D'OR – URBANISME Auxonne : 2019 sera une année sport et culture »

       Titre accompagné d’une photo représentant notre premier édile sur la traditionnelle tribune des vœux encore récemment représentée dans notre blog

CHARMOY-CITY : UNE RÉCEPTION CONTRE UNE DÉCEPTION DE FIN D’ANNÉE ? - du 31 décembre 2018

. Amateur, comme notre premier magistrat, de la lecture papier (voir lien ci-dessous, garanti très culturel), nous ne manquerons pas de faire l’emplette de la feuille pour vous en offrir, si nécessaire, un commentaire…

CHARMOY-CITY, RETOUR SUR LE PSC - du 10 FÉVRIER 2018

 

Charmoy-City, l'avenir de la revitalologie en question

Charmoy-City, l'avenir de la revitalologie en question

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 janvier 2019  (J+3673 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
6 janvier 2019 7 06 /01 /janvier /2019 17:49
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »

Amis lecteurs, ne manquez surtout pas, si ça vous tente, d’écouter le refrain d’introduction de cet album, présenté et chanté  par son auteur, en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

RETOUR EN CANADIENNE

 

Vous pouvez à présent dérouler la suite de l'album

 

ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »
Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Album
4 janvier 2019 5 04 /01 /janvier /2019 06:17
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »

Amis lecteurs, ne manquez surtout pas, si ça vous tente, d’écouter le poème d’introduction de cet album, présenté et lu par son auteur, en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

L’OGNON ET LA MADELEINE (DE PROUST)

 

Vous pouvez à présent dérouler la suite de l'album

ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »
ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »

Chaque image de cet album a été publiée dans un article dont la lecture ou la relecture pourra vous en dire plus !

RÉFLEXIONS  ÉDITORIALES AUTOUR  D’UNE « NOUVELLE GALERIE CHARMOYSIENNE » - du 23 septembre 2018

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (1)- du 11 octobre 2018

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (2)- du 17 octobre 2018

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (3)- du 23 octobre 2018

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (4)- du 08 novembre 2018

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (5) - du 14 novembre 2018

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (6)- du 26 novembre 2018

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (7)- du 4 décembre 2018

CHARMOY-CITY : ÉTRENNES LITTÉRAIRES - du 02 janvier 2019

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (8) - du 25 janvier 2019

CHARMOY-CITY : Du côté d’Auxonne, À QUAND LE LANCEMENT DU LIVRE ?- du 20 mars 2019

CHARMOY-CITY : Du côté d’Auxonne, PARUTION IMMINENTE ?- du 29 mars 2019

CHARMOY-CITY  LITTÉRAIRE,  UNE RÉMINISCENCE POSSIBLE DE BENJAMIN VALLOTTON ?- du 05 avril 2019

CHARMOY-CITY : ENTRER DANS PROUST COMME DANS UN MOULIN - du 30 avril 2019

CHARMOY-CITY : LES ÉDITIONS « RENCONTRE » À LA « LIBRAIRIE PROUSTIENNE »- du 2 mai 2019

CHARMOY-CITY : FLACHE RIMBALDIENNE ET FLAQUES PROUSTIENNES - du 4 mai 2019

CHARMOY-CITY : DU GRAND HÔTEL DE BALBEC À L’HOTEL DU CHARMOY - du 6 mai 2019

DE CHARMOY-CITY  À BESANÇON ET DE PROUST À MAUPASSANT - du 15 mai 2019

CHARMOY-CITY : EUPHRASIE  À LA RECHERCHE DE PROUST - du 6 juin 2019

CHARMOY-CITY : À LA RECHERCHE DE PROUST PERDU…  -  du 10 août 2019

CHARMOY-CITY : COUP DE CŒUR À L’OMBRE DES ÉCOLIER(E)S EN FLEURS - du 03 février  2020

 

CLIQUER SUR LE TITRE DE CHAQUE ARTICLE POUR LE LIRE

Publié par Claude Speranza le 4 janvier 2019, modifié le 25 janvier, le 20 mars, le 2 avril et les 9 et 21 août 2019, et le 24 mars 2020

dans la catégorie Album

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Album
2 janvier 2019 3 02 /01 /janvier /2019 07:51

CHARMOY-CITY : ÉTRENNES LITTÉRAIRES - du 02 janvier 2019 (J+3668 après le vote négatif fondateur)

     Voilà franchi le seuil de la nouvelle année. Voici venu le temps des vœux et des étrennes. Bonne et heureuse année à nos lecteurs !

    Au seuil de la nouvelle année, pour nos élus, se profile une corvée, celle des vœux, un pensum pour nos orateurs et une mine pour nos journaleux en mal de copie dans cette saison du blanc qui coïncide souvent avec celle de la page blanche.

     Un publiciste lorrain du dix-huitième siècle, mi avocat, mi chevalier d’industrie, François de Chevrier (1721-1762) brosse en ouverture de ses Étrennes littéraires ( Bruxelles, 1751) un portrait sans indulgence des usages de janvier. Sinon dans la forme, ses vers ne nous paraissent pas avoir tellement vieilli !

Notre salle événementielle sera bientôt le cadre d’une cérémonie de vœux très zattendue. Monsieur de Chevrier, depuis longtemps décédé, n’aura pas la peine d’y assister. Et votre serviteur non plus, qui n’y est pas convié !

    Il espère seulement que dans le discours ne transpirera aucune déception !

CHARMOY-CITY : UNE RÉCEPTION CONTRE UNE DÉCEPTION DE FIN D’ANNÉE ? - du 31 décembre 2018   

     Et puis, qui sait ? Les assistants auront peut-être la joie d’y recevoir des « étrennes littéraires » qui se font attendre….

     Vous plaisantez Chantecler, nous sommes gens sérieux et ne venons pas aux vœux pour écouter notre premier magistrat déclamer les mauvais vers de Chevrier.

     Tout doux mon ami, vous ne m’avez pas compris, Monsieur de Chevrier n’a pas le monopole des « Étrennes littéraires », tout comme Monsieur Mitterrand, d’ailleurs, n’a pas le monopole du cœur.

MONOPOLE DES CARACTÈRES ET MONOPOLE DU CŒUR  À CHARMOY-CITY ? - du 10 mars 2018

    Nous voulons du concret, nous voulons des projets : une D 905 embellie avec gazons artificiels 100% naturels pour monter dans la joie au Charmoy ! Alleluia !

    Et un pump-track patatrac ! À roulettes sous La Houlette on va s’éclater entre friche industrielle et voie ferrée !

    Et sans doute aussi un centre-bourg revitalisé avec une rue Thiers où reprennent les affaires ! Pour le moment, pourtant, on ne peut pas vraiment dire que, rue Thiers, l’affaire soit dans le sac !

CHARMOY-CITY : NOËL BIZARRE DANS LA RUE THIERS- du 29 décembre 2018

    Tenez, mon ami, en guise d’ « Étrennes littéraires », notre premier magistrat pourrait fort bien annoncer en primeur la parution d’un ouvrage dont il a décidé lui-même la publication  par décision N° 32-2018 du 14 mai 2018, ouvrage dont la livraison était prévue pour le 5 novembre dernier et dont le retard fait piaffer d’impatience les cercles littéraires charmoysiens et tous les proustiens de France et de Navarre !

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (1)- du 11 octobre 2018

    Des cercles littéraires que n’ont pas manqué, par ailleurs, d’inquiéter les dernières nouvelles concernant la médiathèque, annoncées dans un article du Bien Public du 29 décembre dernier intitulé : «  CÔTE-D'OR [POLITIQUE] À Auxonne, les projets 2018 ont-ils été réalisés ? »

    Inquiétude à double titre. Pour les plus pressés et les plus enthousiastes des partisans de la médiathèque d’abord, car comme l’annonce l’article : « Enfin, concernant le lancement des travaux de la médiathèque, il n’est pas prévu avant la fin de l’année [ N.D.L.R. Chantecler : année 2019], voire début 2020 »

     Pour les plus pressés, il va donc leur falloir encore attendre.

    Les plus curieux pourront se reporter à l’un de nos articles dressant, entre autres, un état des annonces diverses et variées concernant les délais d’ouverture de la médiathèque.

CHARMOY-CITY, VŒUX DU MAIRE, LES « PETITS PROTÉGÉS » N’ONT PAS ÉTÉ NOMINÉS- du 28 janvier 2018

      Nos impatients s’arrangeront avec toutes ces annonces et se consoleront sans doute en relisant le fameux vers de Corneille dans Polyeucte (Acte I Scène 1 vers 42) : « Et le désir s’accroît, quand l’effet se recule »

 

N.B. Depuis début septembre dernier (dernier marché nocturne), la page facebook du groupe Auxonne Passionnément 21 semble être entrée en léthargie. Se pourrait-il que cette année, il ne retransmette plus verbatim, comme il le faisait pourtant en 2018 les discours de notre premier édile et en particulier, celui des vœux ?!

    Reprenant le sujet de la médiathèque, passons à présent à une autre inquiétude  qui pourrait se faire jour…Celle des conservateurs amis du passé et du fonds ancien de la bibliothèque, qui s’inquiètent déjà de l’opération annoncée dans l’article du Bien Public du 29 décembre dernier intitulé : «  CÔTE-D'OR – POLITIQUE À Auxonne, les projets 2018 ont-ils été réalisés ? », et consistant à « transférer les 13000 livres de la bibliothèque » dans « un local en rez-de-chaussée pour les stocker avec une bonne hygrométrie ». On s’inquiète pour les vénérables volumes transférés…

    Et quand on se souvient des mésaventures passées des collections du musée, on se dit qu’ « une bonne hygrométrie », c’est vraiment capital !!

   S’il en est qui en douteraient encore, l’article suivant suffira à en convaincre nos lecteurs !

Claudi, quant à lui, n’a pas moisi pour illustrer l’actualité littéraire tant charmoysienne qu’hexagonale (Attention deux images aujourd’hui) !

    Parmi les bests-sellaires littéraires chacun trouvera saussure à son pied ! Car, pour le coup, cette nouvelle année, c’est le pied !

 

Charmoy-City littéraire : des bests-sellaires pour 2019

Charmoy-City littéraire : des bests-sellaires pour 2019

Charmoy-City : petits lapins proustiens, de Marcel à Emmanuel

Charmoy-City : petits lapins proustiens, de Marcel à Emmanuel

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 02 janvier 2019  (J+3668 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
31 décembre 2018 1 31 /12 /décembre /2018 07:29

CHARMOY-CITY : UNE RÉCEPTION CONTRE UNE DÉCEPTION DE FIN D’ANNÉE ? - du 31 décembre 2018 (J+3666 après le vote négatif fondateur)

        La déception  de fin d’année, c’est celle que notre premier édile, exprime dans l’article du  Bien Public du 22 décembre dernier, intitulé : « AUXONNE ÉCONOMIE  Extension commerciale : un refus vendredi »la CDAC du 21 décembre vient de refuser un projet d’extension »

     Déception exprimée en ces termes : « Je suis déçu pour deux entreprises locales qui souhaitaient se développer ».

     Précisons, tout de même, eu égard à la taille du projet, que « ces deux entreprises locales » n’en constituaient à vrai dire qu’une faible part et pour ainsi dire la cerise sur le gâteau.

        Quant au reste du projet, c’est-à-dire l’essentiel, il ne semblait pas, à proprement parler, s’inscrire dans un plan de développement de petites entreprises locales ;

    

    La déception est un sentiment négatif et une passion triste.  Nous serions donc proprement désolé que cette « déception » assombrisse l’entrée dans la nouvelle année de notre premier édile, allant même jusqu’à transpirer dans son traditionnel discours de vœux.

     Car une déception qui transpire, comme le pense sans doute notre Président, ce n’est pas toujours marrant, ça peut même devenir gênant !

     À toutes fins utiles proposons donc  un remède à cette transpiration. Un remède qui n’est pas au Codex, mais un remède quand même !

    Quel remède ? 

     Évident ! Une réception, tout bonnement !

     Non ! Pas une réception de cérémonie des vœux ! Ces corvées incontournables ne sont pas le meilleur remède à la déception, surtout si la déception, dans le discours transpire !

    Non, nous voulons parler d’une autre réception annoncée à cors et à cris en 2009 dans l’inénarrable Inf’Auxonne N° 25 !

    Mais avant de préciser de quelle « réception » il s’agit, ouvrons d’abord à notre lecteur l’accès à notre Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009, cette « bible » et « catéchisme » du Charmoy qui, hélas, n’est plus en ligne !

     Rendez-vous compte, plus en ligne !

     Inaccessibles, ces mémorables et immarcescibles lignes !

    Non sans armer préventivement notre lecteur de quelques réflexions et arguments critiques qui lui permettront de s’orienter dans cette prose dialectico-pipo-hyperdithyrambique !

LE NUMÉRO DU SIÈCLE- du 24 FÉVRIER 2015

    Revenons-en  maintenant à notre « réception » annoncée dans la langloisienne « bible » de Vesoul ! Et qui n’est autre que la réception d’un hypermarché en zone du Charmoy avec, à la clef, 45 clefs !

    45 clefs ? Une entreprise de serrurerie alors ? En voilà une petite entreprise locale au moins qui ne sera pas « déçue » ! Avec de l’emploi à la clef !

    Mais non vous n’y êtes pas mon ami ! Les 45 clefs sont bien alignées à la réception de l’hôtel promis, à la clef  et clefs en main, avec le projet d’hypermarché !

    Rappelez-vous cette argumentation impeccable et quasi-apodictique de notre Inf’Auxonne N° 25 :   

« Cet hôtel sera-t-il viable ?

« OUI. Aucun investisseur n’engagerait des fonds privés dans un projet non viable. Cet équipement, de classe moyenne, comblera les manques locaux en matière de bus de passage sur l’axe Dole-Dijon, très fréquenté, et participera au développement économique de la Commune. » (Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009 page 3 début 2ème colonne)

     Pensez donc à tous ces autocaristes en transit dans notre contrée, pour admirer notre musée, réjouis de pouvoir décrocher toutes ces clefs pour aller se reposer dans leurs chambres avec vue imprenable sur le parking ! Et remerciant au passage notre premier édile de cet accueil hospitalier !

    Alors contre la déception, il est urgent de faire cette réception et du même coup l’hôtel promis !

    Sûr que pour un tel projet, développeur de tourisme et d’emploi, et qui plus est, depuis longtemps promis, la commission changera d’avis !

    Gilets ZONE ! Contre la déception, exigeons la construction de l’hôtel promis au Charmoy, et de sa réception !

    Ah ! Décidément cet Hôtel du Charmoy, c’est vraiment la clef du problème !

CHARMOY-CITY : HÔTEL DE LA RUE DU CHARMOY. ON SOLDE !!! (1) - du 2 décembre 2018    

    Et puis, pour les amateurs de contes, l’histoire de cet hôtel, c’est aussi une longue et belle histoire !!!

PRÉEMPTEZ DÈS MAINTENANT  VOTRE CHAMBRE À L’HÔTEL DU CHARMOY ! - du 12 décembre 2016

    Au fait, hormis la déception liée à la CDAC du 21 décembre dernier, d’autres éléments pourraient influencer le discours attendu pour le 5 janvier, ne parlons pas d’éléments imprévisibles et contingents tels qu’un effet larsen, une panne de micro ou un banal rhume, mais d’éléments prévisibles tels que les bilans figurant au programme de l’article du Bien Public de samedi dernier 29 décembre, intitulé « AUXONNE [POLITIQUE] Les projets ont-ils été réalisés ? » dont nous avons déjà dit un mot dans notre précédent article

CHARMOY-CITY : NOËL BIZARRE DANS LA RUE THIERS- du 29 décembre 2018

    Et dont nous reparlerons sans doute.

    En ce qui concerne maintenant la « déception », Claudi a tout compris !

    Si, par malheur, une déception charmoysienne devait transpirer dans le discours de samedi prochain, l’illustration du jour nous livre, en image et clefs en main, la clef du problème !

 

Flash dernière

    Le Bien Public de ce matin 31 décembre titrait :

« CÔTE-D'OR - MÉTÉO

Rétrospective juin 2018 : la ville [Auxonne] frappée par la vague orageuse »

    Une  photo sylvestre illustre l’article.

    Notre premier édile prenant la pose devant le déversoir du bassin écrêteur commente l’évènement hydraulique.

   Si vous n'avez pas peur de l'eau,, retrouvez, au coin du feu, notre reportage sur l’évènement !

ALBUM EXCURSION AU BASSIN ÉCRÊTEUR NUMÉRO 4

ALBUM CHARMOY-CITY : DÉBORDEMENTS EN TOUS GENRES 

 

N.B. : À l’heure actuelle, c’est la communauté de communes CAP Val de Saône qui assure la gestion de ce bassin dans le cadre de ses compétences sur l’eau.

Charmoy-City, hôtel du Charmoy, décrochez la clé à la récption

Charmoy-City, hôtel du Charmoy, décrochez la clé à la récption

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 31 décembre 2018  (J+3666 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 08:00

CHARMOY-CITY : NOËL BIZARRE DANS LA RUE THIERS- du 29 décembre 2018 (J+3664 après le vote négatif fondateur)

    « Noël, cette année, est très bizarre », cette appréciation nous l’avons lue récemment dans Le Bien Public du 26 décembre dernier, dans l’article intitulé « AUXONNE COMMERCE Achats de Noël : après les cadeaux, place aux échanges ».

    La remarque, faite par la gérante d’un commerce de la rue Thiers était suivie de cette précision pour le moins préoccupante : « Par rapport à l’an dernier, j’ai fait moins 40 % de chiffre d’affaires et là, je ne les rattraperai pas ».

    Il y a deux ans déjà, dans un article du Bien Public du 13 décembre 2016, intitulé « AUXONNE CONSOMMATION La grande inconnue de Noël », le journal faisait remarquer, à propos du même commerce : « depuis quatre ans aucun Noël ne ressemble à un autre, non seulement en matière de chiffre d’affaires, mais aussi de tendances ».

    Les aléas ne datent donc pas d’hier….

    Cette année cependant, l’annonce d’une baisse aussi importante des recettes du commerce à l’occasion des fêtes, suivi d’une prévision pour le moins pessimiste a de quoi inquiéter. 

   La vague de labellisations de 2017, bien qu’ayant connu un grand écho médiatique, ne semble donc pas, au bout du compte, avoir impulsé de façon significative l’activité du petit commerce traditionnel de centre-bourg.

CHARMOY-CITY : UN LABEL À NE PAS OUBLIER - du 25 mars 2017

     À l’aube de la nouvelle année 2019, an I de la revitalisation,  on aimerait lire des nouvelles plus rassurantes sur l’avenir commercial d’une rue jadis très commerçante et qui, en dépit, de l’installation, il y a plus de deux ans, de la « Maison du Projet » (de revitalisation) dans une cellule commerciale (vide) vient de voir encore  très récemment plusieurs fermetures de commerces.

    En 2016, déjà, un article du Bien Public du 7 juin posait, dans son titre, cette question préoccupante : « AUXONNE COMMERCES Rue Thiers, une portion de centre-ville délaissée ? ».

   Deux ans ont passé depuis, et la relecture de l’article reste intéressante à plus d’un titre.

   Dans le courant de l’été dernier, la fermeture d’un restaurant ranimait le  débat sur la situation de la rue Thiers.  Un article du Bien Public daté du 15 août dernier avait annoncé la nouvelle par ce titre évocateur : « AUXONNE COMMERCES La rue Thiers perd une nouvelle enseigne ».

CHARMOY-CITY : MORT D’UN PROJET DANS LA RUE THIERS (2)- du 23 août 2018

   Pour l’heure, ne désespérons pas, et n’allons pas jeter le manche après la cognée, attendons patiemment l’agenda 2019 !

   Sûr que notre premier édile, comme il le fit naguère dans l’Agenda 2016, saura nous y donner le conseil adéquat pour relancer notre petit commerce de proximité !

À CHARMOY-CITY, ON POUSSE LA PORTE DE L’ANNÉE NOUVELLE- du 29 décembre 2016

 

Flash dernière : Si le projet de revitalisation fait attendre ses effets précurseurs sur l’état du commerce dans la rue Thiers et ailleurs,  pour la presse, les projets sont d’actualité.

    Le Bien Public d’aujourd’hui titre ainsi : «  CÔTE-D'OR – POLITIQUE À Auxonne, les projets 2018 ont-ils été réalisés ? »

     Sous une photo d’archives on peut ainsi lire : « Le musée Bonaparte, installé dans la tour du château Louis XI, sera aménagé une fois la médiathèque achevée. Photo archives Anne-Françoise BAILLY »

    Cette photo d’archives, célèbre dans les annales napoléoniennes de Charmoy-City était parue la première fois le samedi 15 mars 2014, en pleine campagne des municipales 2014, dans un article intitulé : « Un projet pour le musée malade »

   Dans cet article, l’adjoint à la culture lançait ce cri d’alarme : « On ne peut continuer à laisser les œuvres dans un bâtiment ouvert à l’humidité ! ».

     Il est donc évident que, contrairement à la légende de la photo  à nouveau publiée dans l’article de ce jour, le musée Bonaparte n’est plus actuellement « installé dans la tour du château Louis XI ».

   Mais quelles péripéties depuis ! Nous en reparlerons sans doute après une lecture attentive de l’article.

   En attendant, nous renvoyons nos lecteurs à un article dont l’illustration reprenait à sa façon la photo d’archive désormais célèbre… et qui donne, par son dernier  lien, quelques points de vue intéressants sur la question ! Une bonne lecture pour le coin du feu.

PROSES DE PICARDIE DANS UN MONDE EN CHOCOLAT - du 17 avril 2018

Charmoy-City : la boutique qui tourne dans la rue Thiers

Charmoy-City : la boutique qui tourne dans la rue Thiers

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 29 décembre 2018  (J+3664 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
27 décembre 2018 4 27 /12 /décembre /2018 07:25

TERRITOIRES ET GRANDE DISTRIBUTION : DE CHARMOY-CITY À LA CITÉ DES DUCS - du 27 décembre 2018 (J+3662 après le vote négatif fondateur)

    Nos lecteurs habituels ne méconnaissaient sans doute pas le rôle d’arbitrage joué par les Commissions d’Aménagement Commercial, tant au niveau départemental (CDAC), qu’au niveau national (CNAC), dans le développement des zones commerciales

     Très récemment ils ont encore eu l'occasion de découvrir un nouveau cas d’école concernant un projet local au Charmoy.

Ils auront pu aussi prendre connaissance tant dans la presse locale, que dans notre blog, du résultat de l’exercice

CHARMOY-CITY : LA ZONE DU CHARMOY, THÉÂTRE  PERMANENT  DE L’AMBIGU ! - du 23 décembre 2018

   Une CDAC, telle que celle qui s’est tenue vendredi dernier est constituée d’un groupe d’une dizaine de personnes présidé par le Préfet ou son représentant. Parmi ces personnes figurent un certain nombre d’élus locaux censés représenter les territoires concernés par le projet.

   Un encadré de l’article du Bien Public du 22 décembre dernier, intitulé : « AUXONNE ÉCONOMIE  Extension commerciale : un refus vendredi », renseigne d’ailleurs le lecteur sur la composition d’une CDAC.

   À noter que la Ville de Dijon n’était pas représentée dans la CDAC du 21 décembre dernier. Ce détail n’est pas inutile à préciser en raison du thème que nous envisageons de développer dans la suite du présent article.

   Tel était déjà d’ailleurs le cas pour la CDAC  du 13 septembre 2016 qui approuva une extension de l’hypermarché LECLERC d’Auxonne d’environ 1000 m2 .

   Ces préliminaires pédagogiques ayant été rappelés, chacun sera mieux armé pour comprendre qu’une étude des votes des élus siégeant en CDAC est susceptible de révéler, voire de souligner, certaines divergences d’appréhension entre les divers niveaux territoriaux, à propos de nouvelles implantations ou d’extensions commerciales.

    Tel fut le cas en 2009 et 2011 entre la Ville d’Auxonne et la Ville de Dijon, alors que la Ville de Dijon était encore représentée dans les CDAC concernant les projets commerciaux à Auxonne, comme peuvent en attester les procès-verbaux des décisions des CDAC du 7 octobre 2009 et du 8 mars 2011 qui révèlent tous deux un vote charmoysien positif et un vote dijonnais négatif. 

    Des années plus tard, en octobre 2014 pour Raoul Langlois, et en janvier 2018 pour François Rebsamen, les maires protagonistes concernés devaient s’exprimer à nouveau sur ces décisions.

    C’est lors d’un reportage mémorable, en octobre 2014, que Raoul Langlois déclare :

 « Je me souviens de la première CDAC. Ce sont des arguments politiques qui ont prévalu plus que des arguments réellement techniques. Par exemple, la ville de Dijon a refusé une implantation de 3500 m² à Auxonne et quelque temps après a accepté 11000 m² à la Fontaine d’Ouche et La Toison d’Or »

Plus de détails sur

http://youtu.be/4PMrRymYg5s

Et dans notre article

UNE MINUTE 38 DE BONHEUR ( 2ième  épisode) - du 29 OCTOBRE 2014

   François Rebsamen, quant à lui, revendiquant le vote dijonnais négatif, condamnait encore récemment l’implantation de l’hyper à Auxonne, dans un entretien du 21 janvier 2018 diffusé par «  InfosDijon ». C’est en réponse à une question  qu’il s’exprime sur ce point particulier. Cette question est la suivante :

« Comment faire pour que la Métropole n'accentue pas la fracture territoriale ? »  

Voici un extrait de sa réponse :

 « Il faut aussi réfléchir sur le fait que les maires de ces communes arrêtent de construire des grandes surfaces… Regardez ce qui se passe à Auxonne, c'est une catastrophe, excusez-moi de le dire comme ça. Je m'y étais opposé car je pense que quand on fait une grande surface dans une ville comme ça, on vide le centre-ville. Alors là pour le coup, quand j'entends parler de Dijon, je souris : les gens viennent ici faire leurs courses parce qu'il n'y a plus de centre-ville dans ces communes-là. »

Plus de détails sur

http://www.infos-dijon.com/news/dijon-metropole/dijon-metropole/entretien-francois-rebsamen-le-test-ce-seront-les-elections-municipales.html

    Pour illustrer ces divergences de vues entre les deux maires, Claudi n’a pas manqué de teinter d’histoire la rencontre qu’il imagine sous de vénérables ogives.

Charmoy-City, l'hypermarché et la Toison

Charmoy-City, l'hypermarché et la Toison

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 27 décembre 2018  (J+3662 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
24 décembre 2018 1 24 /12 /décembre /2018 11:04

VASEUX COMMUNICANT À CHARMOY-CITY (RELECTURE 2018) - du 24 décembre 2018 (J+3659 après le vote négatif fondateur)

     Quoique nous touchions déjà  au seuil de la trêve des confiseurs, votre serviteur, éditorialiste et pamphlétaire impénitent, ne peut se retenir de commettre un ultime article en attendant, peut-être, de changer de braquet dans les jours  qui viennent.

     

    En consultant nos archives de fin 2016, nous avons retrouvé un article méritant, deux ans plus tard, et à plusieurs titres, une relecture.

VASEUX COMMUNICANT À CHARMOY-CITY - du 31 décembre 2016

      Relecture motivée d’abord par la permanence, sinon l’accélération, du phénomène qu’il évoque, celui du dépérissement général des commerces de centre-ville,  plus particulièrement dans sa version charmoysienne.

    Relecture motivée ensuite par le fait que notre ancien article s’appuie sur un article du Bien Public du  30 décembre 2016 intitulé « AUXONNE Est-ce déjà trop tard pour les commerces du centre-bourg ? » et donnant largement la parole à une commerçante regrettée dont le commerce allait fermer.

   Mais aussi à notre premier édile : « « Nous sommes en train de faire des diagnostics grâce à des questionnaires. Nous prendrons connaissance des résultats, et nous établirons, en 2017, un plan d’actions qui comprendra le commerce », assure Raoul Langlois précisant que la commune compte travailler de pair avec la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre des Métiers et l’UCIAA pour tenter d’améliorer le dynamisme commercial ».

   Dernier motif enfin de relire cet article, c’est qu’on y entend la voix des commerçants et de l’UCIAA qui, il y a deux ans pouvaient sembler l’objet d’une attention particulière de notre maire ainsi que de la presse. Est-ce bien toujours le cas ? La lecture de la presse, n’en doutons pas, devrait nous rassurer bientôt sur ce point !

    Il convient maintenant de replacer cet article, déjà ancien, dans son contexte aux lendemains d’une extension de près de 1000 m2 de l’hypermarché Leclerc du Charmoy acceptée en CDAC en septembre 2016, puis confirmée en CNAC le 22 décembre !

 

   Aujourd’hui le vent tourne, des membres de la CDAC de vendredi dernier 21 décembre  se ressaisissent, lâchant la politique du développement périphérique sans fin, ils refusent de nouvelles extensions au Charmoy.

CHARMOY-CITY : LA ZONE DU CHARMOY, THÉÂTRE  PERMANENT  DE L’AMBIGU ! - du 23 décembre 2018

    Dans l’article du  Bien Public d’avant-hier  22 décembre, notre premier édile « déçu » par la décision argumente : 

    « Le maire d’Auxonne rejette l’idée que ce projet est en contradiction avec celui de la redynamisation du centre-bourg. « Ce sont deux dossiers différents qui ne s’opposent pas du tout ». On ne parle pas d’un agrandissement de l’hypermarché Leclerc mais de l’implantation de nouveaux commerces. Il existe des villes qui n’ont pas de grandes surfaces et dont le centre-bourg souffre aussi. »

    Certes, il ne s’agit pas comme il y a deux ans de 1000 m2 en plus  pour l’hypermarché Leclerc, mais il est aussi un constat de plus en plus généralement admis dans notre beau pays, c’est que le développement exponentiel des commerces périurbains peut nuire au commerce traditionnel de centre-ville.

    Même s’il ne s’agit pas en l’occurrence d’appliquer strictement au phénomène le principe des vases communicants, il est très difficile de  vérifier le pari fait par notre premier magistrat il y a quatre ans :

« Notre pari est de dire : si nous avons une grande surface, cela va attirer du monde, si les gens viennent à la grande surface, ils peuvent en profiter pour faire d’autres courses, d’autres achats sur la ville. C’est effectivement le point de désaccord avec l’Union commerciale qui, elle, pense plutôt qu’il y aura évasion. »

UNE MINUTE 38 DE BONHEUR ( 1er épisode) - du 27 OCTOBRE 2014

     Dans l’article du Bien Public du  30 décembre 2016 intitulé « AUXONNE Est-ce déjà trop tard pour les commerces du centre-bourg ? » notre premier magistrat avançait cet argument : « On remarque que la difficulté est la même partout, au niveau des petits commerces, qu’il y ait des grandes surfaces ou pas ».

   Comme nous l’avons déjà vu, il le reprend presque à l’identique dans l’article du  Bien Public d’avant-hier  22 décembre : 

    « Il existe des villes qui n’ont pas de grandes surfaces et dont le centre-bourg souffre aussi. »

      Chacun jugera de la validité de ce genre de déclarations. Ce  jugement hâtif de notre premier magistrat ne tient pas la route. Ce qui est certain, c’est  qu’on a rarement vu un hyper périurbain et ses satellites ranimer un centre-ville en déclin !

     Pour invalider cet argument faible et sans fondement il nous suffira de reprendre l’argument de la CNAC 317 D du 20 Janvier 2010 concernant le projet Leclerc au Charmoy :

      « Ne manquera pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’Auxonne » (2ème attendu)  « Contribuera à développer un nouveau pôle périphérique et […] ne participera pas ainsi, à un aménagement harmonieux du territoire de l’agglomération d’Auxonne » (3ème attendu)

     Il est vrai que Monsieur Langlois n’est pas de cet avis et qu’il a défendu son point de vue – qui est celui des promoteurs – avec obstination toujours, sinon avec clarté. Il n’est pas Picard pour rien !

    Il est vrai aussi, que certaines instances, dans leurs argumentations, ne sont pas exemptes elles-mêmes, d’incohérences ! Localement, il faut dire que nous sommes particulièrement bien servis !!

LES CHARMOISES DE SCHRÖDINGER-du 28 août 2013

    La soirée devant être festive nous épargnerons à nos lecteurs le best off des arguments abracadabrantesques dont l’inventaire émaille notre blog.

Joyeux Noêl à tous !

Tournez moulins !

https://www.youtube.com/watch?v=jOR9LauQcR8

Au fait, Claudi se repose, alors on ressert l’image d’il y a deux ans, comme Monsieur le Maire, ses arguments !

Vaseux communicant à Charmoy-City-Edition 2018

Vaseux communicant à Charmoy-City-Edition 2018

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 24 décembre 2018  (J+3659 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions