Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

25 janvier 2019 5 25 /01 /janvier /2019 06:17

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (8) - du 25 janvier 2019 (J+3691 après le vote négatif fondateur)

     Comme nous l’avons déjà signalé, nous n’envisagions pas de consacrer autant de numéros dans l’attente de la parution d’un ouvrage photographique annoncé  officiellement par décision édilitaire N° 32-2018 du 14 mai 2018, pour une livraison à 1000 exemplaires prévue le 5 novembre 2018, sous le titre initial « Portraits d’Auxonne ».

RÉFLEXIONS  ÉDITORIALES AUTOUR  D’UNE « NOUVELLE GALERIE CHARMOYSIENNE » - du 23 septembre 2018

   Depuis, l’ouvrage programmé a changé de titre. Exit « Portraits d’Auxonne », bonjour « Du côté d’Auxonne ».

    Le quidam chenu s’interroge sur ce nouveau titre et, bonhomme, se dit : « « Du côté d’Auxonne » c’est bien entendu une référence au « petit vin blanc » et à son refrain « Du côté de Nogent ». Eurêka ! J’ai trouvé ! Voilà une référence aux super-guinguettes de l’été ! »

https://www.youtube.com/watch?v=xzBjR11MQ6Y

   Tu erres Pépère ! T’es pu dans l’coup Papa ! Tu lis donc pas le journal ! On en apprend pourtant beaucoup dans le journal et puis surtout les « Portraits d’Auxonne » n’y manquent pas ! Le poids des mots, le choc des photos ! Et des sujets de poids aussi parfois !

LIRE LE JOURNAL À CHARMOY-CITY  - du 4 août 2018

    Après les « Portraits d’Auxonne » revenons « Du côté d’Auxonne » !

    Non et non ! Pas « Du côté de Nogent » Pépère !

    Laisse tomber ton accordéon, les guinguettes et les gisquettes, Pépère !

  « Du côté d’Auxonne », ça rime avec « Du côté de chez Swann » ! Une fois pour toutes, tu n’as qu’à lire le journal !

   Votre serviteur lit le journal et Proust aussi pas mal ! Il faut savoir être éclectique ! Il lit même Inf’Auxonne et ses superbes éditos !

    De sa lecture de Proust et du journal, il a tiré un feuilleton passionnant rassemblé dans un grand album, où il reste sans doute encore pas mal d’images à coller au train où vont les choses !

ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY  À LA MADELEINE DE COMBRAY »

    Assez de baratin, mon gros lapin ! Passons à la nouveauté !

    Dernières nouvelles littéraires donc !

    Enfin du nouveau ! Une maquette de l’ouvrage à paraître intitulé « Du côté d’Auxonne »,  a donc fait le tour de la table de nos conseillers réunis mardi dernier. Ils ont pu la feuilleter à loisir…ou presque.  L’un deux m’a confié y avoir découvert une magnifique photo de chasse à courre.

    Et voilà, je n’en sais pas plus ! Sauf que le titre n’a pas changé, il est toujours un rien proustien et fait toujours écho, sinon aux trompes de chasse « Taïaut ! Taïaut ! », du moins à « Du côté de chez Swann » !

    Pour la date parution, on n’en sait pas plus, toujours pas de bon à tirer. 

    Lors du conseil, toujours, il a été précisé que la parution pourrait coïncider avec un évènement d’importance. Cet évènement, semble-t-il, reste à trouver…

    Le 250ème anniversaire de la naissance de Bonaparte (15 août 1769) peut-être ?

     Mais est-ce vraiment probable quand notre adjoint à la Culture déclare tout bonnement envisager de ne plus lier le nom de notre  futur musée à celui de Bonaparte ! Musée Lapostolle peut-être ?

    On reste dans le vague et l’expectative !

    Ne pouvant toutefois rester indifférente à cette première apparition quasi publique de l’ouvrage, notre rédaction marque l’évènement en ajoutant un nouvel épisode à notre feuilleton proustien ! 

    Cet épisode sera un clin d’œil, tout à la fois, au troisième tome de La Recherche, Le Côté de Guermantes, et à la chasse à courre qui par les temps qui courent, n’a pas trop bonne presse.

   Nous y retrouverons aussi une vieille connaissance de nos fidèles lecteurs : Robert de Saint-Loup.

    Citons d’abord le passage du Côté de Guermantes dont nous nous sommes inspiré :

« Mais alors, j’avais connu Saint-Loup ; il m’avait appris que le château ne s’appelait Guermantes que depuis le XVIIe siècle où sa famille l’avait acquis. Elle avait jusque-là résidé dans le voisinage, et son titre ne venait pas de cette région. Le village de Guermantes avait reçu son nom du château auprès duquel il avait été construit […]. Quant aux tapisseries, elles étaient de Boucher, achetées au XIXe siècle par un Guermantes amateur, et étaient placées, à côté de tableaux de chasse médiocres qu’il avait peints lui-même, dans un fort vilain salon drapé d’andrinople et de peluche » ((À la recherche du temps perdu Tome II, p. 314-315 Édition de la Pléïade, 1988)

    Voilà donc Saint-Loup conduisant le narrateur dans le château de sa famille et lui en présentant les célèbres tapisseries voisinant avec les médiocres tableaux de chasse d’un ancêtre.

    Ce Château de Guermantes de fiction aurait été inspiré à Proust par un château normand bien réel, le château de Balleroy. Proust aurait découvert ce Château en compagnie du peintre Helleu lors de son voyage de Normandie en 1907.

     Le jeune monégasque Agostinelli, alors âgé de dix-neuf ans chauffeur et secrétaire fort apprécié de l’écrivain, conduisait Marcel souffrant,  relevant du deuil de sa mère, et âgé d’à peu près le double, sur les lieux touristiques de la province.

    L’ancêtre Guermantes auteur de « tableaux de chasse médiocres » pourrait donc bien avoir été inspiré à Marcel Proust par le peintre animalier Albert de Balleroy (1828-1872) dont les scènes de chasse à courre ont toujours une certaine cote dans les ventes.

http://www.artnet.fr/artistes/albert-de-balleroy/

     Voici donc les rêveries et développements que nous pouvons d’avance proposer aux futurs lecteurs de l’ouvrage toujours à paraître « Du côté d’Auxonne », le jour où ils pourront enfin admirer la photo de chasse à courre entrevue mardi dernier par nos happy fiew charmoysiens.

    À l’œuvre cynégético-animalière de l’artiste Guermantes-Balleroy, Claudi a librement ajouté et mis en scène un chef-d’œuvre inédit d’inspiration sylvatico-charmoysienne, présenté et commenté pour vous par l’inimitable maréchal-des-logis du 8ème Chasseurs à Cheval, Robert de Saint-Loup.

À suivre ?

 

De Combray à Charmoy-City, tableau de chasse à courre en Crochères

De Combray à Charmoy-City, tableau de chasse à courre en Crochères

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 25 janvier 2018  (J+3691 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Culture

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Culture
23 janvier 2019 3 23 /01 /janvier /2019 08:35

CHARMOY-CITY : PAR BONHEUR,  L’ONCLE MACQUART N’AVAIT PAS DE PANHARD (2ème ÉDITION)  - - du 23 janvier 2019 (J+3689 après le vote négatif fondateur)

     Une petite resucée de Zola déjà parue il y a un peu plus d'un an (le 20 janvier 2018) à l’occasion d’une nuit brûlante.

    L’actualité des dernières 48 heures : « Feux de poubelles à Chenôve et Dijon et incendie de voiture à Auxonne, les sapeurs-pompiers ont eu fort à faire lundi soir. » (Cf. Le Bien Public ) nous ramène aujourd’hui à Zola.

    Mais pourquoi Zola, alors que depuis plusieurs mois on ne parle que de Proust.

    Oui ! Vous n’êtes pas au courant ? Pas possible ?!

    On ne parle que de ça dans les salons culturels charmoysiens, à propos d’un ouvrage programmé  par décision édilitaire N° 32-2018 du 14 mai 2018, ouvrage dont la livraison était prévue pour le 5 novembre dernier et dont le retard fait piaffer d’impatience les cercles littéraires charmoysiens et tous les proustiens de France et de Navarre !

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (1)- du 11 octobre 2018

     Hier soir, quand même, la maquette a fait le tour de la table de nos conseillers réunis. L’un deux a pu y découvrir une magnifique photo de chasse à courre : « Taïäut ! Taïaut ! ». Un sujet qui était justement en débat chez nos édiles ! Bien vu dans le paysage charmoysien !

     Pour le quidam, il faudra encore attendre. Vous me direz, y’a pas l’feu au lac !

     Alors en attendant Marcel, et Du côté d’Auxonne,  un p’tit coup d’Émile, les copains !

 

      La saga des Rougon-Macquart d’Émile Zola se déroule sur un cycle de vingt  romans, de La fortune des Rougon (1871) au Docteur Pascal (1893) en passant par L’Assommoir (1877) et Germinal (1885).

      C’est au Docteur Pascal que nous emprunterons l’argument de notre article, de pure fantasy, non sans avoir rappelé au préalable les préoccupations hygiénistes autour de l’hérédité qui sous-tendent les romans naturalistes de Zola, au premier chef desquelles le problème social de l’alcoolisme.

     Posons le décor de la scène du roman qui nous intéresse. L’été à la campagne, la charmante propriété des Tulettes de l’Oncle Macquart, épicurien et solide buveur de 84 ans, oncle du  Docteur Pascal. Le docteur arrive en visite chez son oncle accompagné de sa nièce Clotilde et du petit Charles. Ils trouvent la porte du vestibule grande ouverte et, geignant sur le seuil, le chien du maître des lieux. Où est donc passé l’Oncle Macquart ?

   Laissons la parole à Zola :

« Pascal, envahi d’une crainte, ne put retenir l’appel inquiet qui lui montait aux lèvres.

‒ Macquart !...Macquart !

   Personne ne répondit, la maison gardait un silence de mort avec sa seule porte grande ouverte, qui creusait un trou noir. Le chien hurlait toujours.

Et il s’impatienta, il cria plus haut :

‒ Macquart !...Macquart !

[…] Peut-être l’oncle dormait-il »

   Cependant, ayant poussé la porte de la cuisine, Pascal est suffoqué par une atroce odeur de brûlé. Il ouvre les volets et le spectacle qu’il découvre l’emplit d’étonnement

    « Chaque objet se trouvait à sa place ; le verre et la bouteille de trois-six [N.D.L.R. : alcool très fort, à environ 80° G.L.]  vide étaient sur la table ;  seule la chaise où l’oncle avait dû s’asseoir, portait des traces d’incendie, les pieds de devant noircis, la paille à demi brûlée. Qu’était devenu l’oncle ? Où donc pouvait-il être passé ? Et, devant la chaise, il n’y avait, sur le carreau, taché d’une mare de graisse, qu’un petit tas de cendre, à côté duquel gisait la pipe, une pipe noire, qui ne s’était pas même cassée en tombant. Tout l’oncle était là, dans cette poignée de cendre fine […]

      « C’était le plus beau cas de combustion spontanée qu’un médecin eût jamais observé. Le docteur en avait bien lu de surprenants, dans certains mémoires, […]. Lui-même, jusque-là, s’était méfié, n’avait pu admettre, comme les anciens, qu’un corps, imprégné d’alcool, dégageât un gaz inconnu, capable de s’enflammer spontanément et de dévorer la chair et les os. Mais il ne niait plus, il expliquait tout d’ailleurs, en rétablissant les faits : le coma de l’ivresse, l’insensibilité absolue, la pipe tombée sur les vêtements qui prenaient feu, la chair saturée de boisson qui brûlait […] » (Émile Zola, Le Docteur Pascal, Paris, Charpentier, 1893, pp. 231-232)

       Comme dit Zola « C’était le plus beau cas de combustion spontanée qu’un médecin eût jamais observé ». Combustion spontanée. À la différence de Jeanne la Pucelle, l’oncle Macquart avait donc pris feu tout seul, autrement dit spontanément.

     Par bonheur l’oncle Macquart n’avait pas de Panhard ! Passe pour la combustion « spontanée » de  l’oncle Macquart, mais imaginez un peu la combustion « spontanée » de sa Panhard ! Zola n’avait pas prévu ça !

Les nuits de Charmoy-City...Zola n'avait pas tout prévu

Les nuits de Charmoy-City...Zola n'avait pas tout prévu

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 23 janvier 2019  (J+3689 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Culture

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Culture
22 janvier 2019 2 22 /01 /janvier /2019 09:39

CHARMOY-CITY : HUMBLE SUGGESTION, PLUTÔT QUE DOLÉANCE,  POUR UN CAHIER DES CHARGES - du 22 janvier 2019 (J+3688 après le vote négatif fondateur)

     Sur le site de notre bonne ville, nous n’avons pas manqué de noter, apparu hier, un avis de mise à disposition par notre municipalité, d’un cahier de doléances, désormais disponible « dans la salle d’attente du CCAS aux heures d’ouverture du service ».

    La page facebook d’un conseiller d’opposition, qui avait déjà installé ses cahiers à lui, n’a pas manqué de relayer cette information avec une appréciation que l’on pourrait résumer ainsi : « C’est pas trop tôt ! », mais beaucoup plus courtoise néanmoins.

CHARMOY-CITY : « LES CAHIERS DE L’AVENUE » - du 14 janvier 2019

     Dans un autre registre, le lieu de dépôt du nouveau « registre »,  dans la salle d’attente du CCAS, qui marque sans doute le caractère social de la démarche, a inspiré ce couplet à votre serviteur, ainsi que les réflexions qui le suivent ;

 

      Stances pour une doléance

      

      Dans la salle d’attente, c’est là qu’il vous attend

      Celui que l’on attendait tant !

      Le nouveau porte-voix du beau pays de France,

      Du peuple souverain la chance !

 

      Sur l’auguste registre, à l’État on s’adresse

      Afin que le débat progresse !

      Je doute des effets de ce registre ouvert

      À notre Président je viens le dire en vers !

   

   Moins poétiquement maintenant, et plus prosaïquement, j’écris cette petite remarque sur le cahier de doléances municipal.

   Notre adjointe multi-fonctions, aux compétences aussi nombreuses qu’étoiles au firmament, oui maman !, n’est-elle pas toute désignée pour engerber, dans son cahier des charges télescopique autant qu’extensible, cette nouvelle mission « cahier de doléances ».

CHARMOY-CITY : REVUE DE PRESSE EN NÉGATIF- du 13 décembre 2018

 

P.S. : petite remarque en passant, le fameux questionnaire concernant un livre à paraître a disparu dans le même temps que l’annonce « cahiers » apparaissait…

     Le petit oiseau proustien tant attendu, serait-il enfin sur le point de sortir ?

CHARMOY-CITY : ÉTRENNES LITTÉRAIRES - du 02 janvier 2019

 

Charmoy-City, : stances au cahier pour  une doléance

Charmoy-City, : stances au cahier pour une doléance

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22  janvier 2019 (J+3688 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
21 janvier 2019 1 21 /01 /janvier /2019 08:21

CHARMOY-CITY : COMME… COMME UN COUP DE FROID AU CAVEAU - du 21 janvier 2019 (J+3687 après le vote négatif fondateur)

   « Comme… Comme un coup de froid au caveau », ne  trouvez-vous pas pas que ce titre bégayant a de quoi faire trembler ? Il sonne comme un titre de polar ou de comédie dramatique !

     Tiens ! À propos de comédie dramatique nous assistions samedi soir au spectacle annuel de « Diverti’Saône ».  Salle bondée et ambiance assurée !

     Voilà qui console de certains fours revitalisants !

CHARMOY-CITY : CONCERTATION, QUAND LES GILETS JAUNES FONT  L’APPOINT  - du 18 janvier 2019

     Une fois encore, je tirerai mon chapeau bien bas au Conseiller Michel-Pierre dont j’envie sincèrement les talents de scène et le cran !

     Il avoue ne pas aimer le saut à l’élastique, mais je suis certain que le punching-ball et la corde à sauter n’ont plus de secret pour lui ! Bravo encore et merci pour ses prestations de tous ordres sur scène !

https://www.youtube.com/watch?v=pi_Uj2OjP-0

     Ne voyez dans cet enthousiasme aucune flagornerie de ma part, une chose est sûre, le kiné sait faire son ciné ! Quand d’autres passionnés préfèrent travailler en coulisses, le Conseiller Michel-Pierre affronte sans complexes les feux de la rampe ! Bravo ! Bravissimo !

ENTOURLOUPES DU CHARMOY, HUIT ANS APRÈS, ON FAIT LA LUMIÈRE - du 17 décembre 2016

     Il y a deux ans déjà, d’ailleurs, en marge d’un « mariage amer », nous avions, sans le nommer, félicité notre artiste !

CHARMOY-CITY : LES JOIES DU MARIAGE - du 23 janvier 2017

     Pour ne pas faire trop de jaloux, citons la somptueuse prestation musicale de l’Harmonie Auxonne Val de Saône, vigoureuse charpente sonore du spectacle, ainsi que quelques belles prestations chorégraphiques, notamment la deuxième partie de « Pirates ».

      À noter, qu’en maître de ballet fort placide, notre ami Serge conduisait sur fond d’affiche de voyage hellène, un précautionneux sirtaki spécial arthrose, en référence à Zorbec le Gras.

     Mais, s’il sirtakise pépère, notre Serge a plus d’une corde à son arc ! Il sait encore égrener, avec une diction inimitable, tout un chapelet de citations d’emballage de papillotes, sentences pathético-désopilantes au fort parfum existentiel !

    Du genre : « Familles recomposées, on ne parle plus que d’ça ! Chez moi, c’est la famille décomposée, ils sont tous morts ! »

    Une bouffée d’air frais dans le caveau de famille !

    Nous y voilà presque. Oui, nous y voilà presque…Mais où donc ??? Au caveau, pardi !

    Notre transition est tirée par les cheveux, certes, mais nous pouvons enfin justifier notre titre bizarre ! Une citation y pourvoira !

    « Ce caveau […] qui est une très belle salle, nous saisit un peu par la température qui y règne quand on arrive. Mais  je ne doute pas que l’ambiance se réchauffe et fasse l’essentiel »

    Non, ne vous fiez pas aux apparences ! Ce n’est pas une réplique de Juliette dans la célèbre pièce de l’immortel Shakespeare !

    Vous donnez votre langue au chat ? Oui ?

     Parfait !  Vous trouverez ces paroles rapportées dans…Le Bien Public d’hier dimanche 20 janvier. Plus précisément dans un article intitulé « AUXONNE  INTERCOMMUNALITÉ Des chantiers ambitieux cette année ».

     Le chapeau de l’article pose le décor : « Mercredi soir, Marie-Claire Bonnet-Vallet, présidente de la communauté de communes Auxonne-Pontailler-Val de Saône, a présenté ses vœux pour 2019 au caveau du château Louis XI à Auxonne. »

     Les thèmes abordés habituellement dans notre blog, n’occupant pas une place notable dans l’article nous ne ferons pas de celui-ci un commentaire détaillé.

       Tiens ! À propos de détail, l’article est illustré par une photo légendée : « Les vice-présidents entouraient la présidente lors de son discours »

    Peut-être aurait-il été plus judicieux et prudent d’user de l’article indéfini et d’écrire : « Des vice-présidents entouraient la présidente lors de son discours »

     C’est vrai, que les familles recomposées, ça ne convient pas à tout le monde…

     Il arrive même que l’élargissement d’une famille vienne bouleverser les petits arrangements consensuels qu’on avait fini par y établir.

     Pour illustrer notre article, Claudi a choisi de mettre une petite touche de nostalgie. Il recycle en la rafraîchissant l’illustration d’un article d’avant l’élargissement de la famille Val de Saône…

    Quand les votes en commission sur le Charmoy résonnaient encore d’une seule voix !

BILAN : DES POULES,  DU COMPOST ET UN HYPER AU CHARMOY - du 27 décembre 2016

 

Flash dernière :

   Le Progrès (édition Dole et Jura) publiait samedi dernier l’information suivante ;

« Jura

Le groupe Leclerc rachète l’hypermarché Géant de Dole

C’est un coup de tonnerre dans l’univers de la grande distribution à Dole. Les groupes de distribution Casino et Leclerc viennent de tomber d’accord pour que ce dernier rachète six hypermarchés à son concurrent de Saint-Etienne.

Et parmi eux, le magasin Géant de Dole. C’est l’épilogue d’un feuilleton qui dure depuis des années, celui de la tentative, jusque-là vaine, du groupe Leclerc de s’implanter dans la première ville du Jura. »

     Quand on sait que le site du Charmoy avait été finalement choisi, il y a plus de dix ans, suite aux refus dolois, cela donne à réfléchir.

     Après le coup de froid au caveau,  verra-t-on le coup de tonnerre au Charmoy !

     Pour les curieux d’histoire :

DIX ANS D’HISTOIRE DU CHARMOY OU LE CHARMOY POUR LES MULES ÉDITION 2018- du 19 novembre 2018

Charmoy, regrets sur une harmonie perdue

Charmoy, regrets sur une harmonie perdue

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 21  janvier 2019 (J+3687 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
19 janvier 2019 6 19 /01 /janvier /2019 10:27

CHARMOY-CITY : EXCELLENT COMPTE-RENDU D’UNE RÉUNION MANQUÉE - du 19 janvier 2019 (J+3685 après le vote négatif fondateur)

    

     Dans un grand article pleine page Le Bien Public rend compte ce matin, sous le titre « AUXONNE POLITIQUE LOCALE Revitalisation du centre-ville : stationnement et mobilité font débat » de la réunion publique d’information et de débat du 17 janvier dernier en salle événementielle.

     Sous la plume de Catherine BONNET, le lecteur qui n’était pas présent à la réunion (et ils sont probablement très nombreux compte-tenu du nombre impressionnant de chaises vides) trouvera un compte-rendu de qualité détaillé, équilibré et fidèle.

    Il est certain qu’en tête d’article, une photo de la Grande-Rue vient remplacer avantageusement un cliché d’ensemble de la maigrelette assistance. Mais nous reconnaissons que la mission d’un correspondant de presse locale est d’informer au mieux et non de tirer sur les ambulances.

CHARMOY-CITY : VERS UNE REVITALISATION DES RITES DE VŒUX ?  - du 17 janvier 2019

    Un encadré rend compte sur un mode très circonstancié de la visite inopinée des Gilets Jaunes et des réactions de la salle à ce propos : quelques chaises vides de plus !

    Sur le cliché montrant notre premier édile et son adjointe à l’urbanisme entourés de gilets jaunes, notre lecteur dubitatif pourra vérifier la réalité du paquet cadeau doré dont nous évoquions la remise dans notre dernier article.

CHARMOY-CITY : CONCERTATION, QUAND LES GILETS JAUNES FONT  L’APPOINT  - du 18 janvier 2019

   Un mot pour finir sur la fin de l’article rapportant les propos de notre premier édile en réponse aux questions inquiètes des commerçants dans la perspective des travaux : « Les travaux seront faits en plusieurs tranches et par étapes. Il y aura des désagréments, on le sait, mais on essayera de les réduire au maximum. »

    On notera donc ce souci de réduction des désagréments et non des commerces de centre-ville comme l’a prétendu un impénitent farceur. Souci déjà fort clairement exprimé par notre premier magistrat dans  son Édito de l’Agenda 2019.

CHARMOY-CITY, AGENDA 2019 : TRAQUE À LA COQUILLE,  PUMP TRACK ET TRACKER  D’ACTIVITÉ - du 11 janvier 2019

    L’article de Catherine BONNET ne rapporte pas la question posée en réunion à propos du « clocher en vrille ». Bien normal, nous avons démontré qu’elle était hors-sujet car, en général, on ne stationne ni ne circule sur un clocher.

     Entre nous, en matière de querelles de clocher, c’est une autre question qui commence à passionner les charmoysiens et que nous avions déjà évoquée.

CHARMOY-CITY, KOUROU DE LA REVITALISATION ? - du 07 septembre 2018

   Claudi l’évoque à nouveau en image.

Charmoy-City : quelle fusée pour mars 2020 ?

Charmoy-City : quelle fusée pour mars 2020 ?

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 19  janvier 2019 (J+3685 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
18 janvier 2019 5 18 /01 /janvier /2019 01:04

CHARMOY-CITY : CONCERTATION, QUAND LES GILETS JAUNES FONT  L’APPOINT  - du 18 janvier 2019 (J+3684 après le vote négatif fondateur)

     Une réunion publique concernant la revitalisation du centre-bourg s’est tenue, hier soir, à 20 h 30 à la salle événementielle. Au programme les problèmes de stationnement et de mobilité.

      Cette fois, contrairement à la réunion du 27 février dernier, où on l’avait tant attendu, Rémi n’est pas venu. Il est vrai que nous sommes en pleine période de vœux, rendez-vous incontournable de l’élu qui se respecte.

CHARMOY-CITY : LE GRAND OUBLIÉ DU 27 FÉVRIER  - du 12 mars  2018

      La charmante Caroline, devenue, lors de son séjour charmoysien, organisatrice experte en chasses au trésor chocolatées et en concours photo, brillait aussi par son absence.

ALBUM DU CHOCOLAT CHARMOY

     Dommage ! Elle savait vous tendre avec une grâce inimitable le micro ! Du coup, pour une fois, votre serviteur a carrément boudé le micro ! Silence radio !

     Il est vrai que l’auditoire était plutôt réduit, à part le gros carré obligé de Compagnons Passionnés. Anciens et Modernes. Les montants et les descendants. Un problème de mobilité et de stationnement prolongé qui mériterait une petite étude.

     Quelques commerçants se sont fait entendre, bouleversant un peu l’étude chiadée et peaufinée avec graphiques et photos à la clef d’un Cabinet d’Ile-de-France venu chasser la voiture ventouse et dénicher les tourneurs  perpétuels de disque en zone bleue.

    Tout cela vous avait un petit air de déjà entendu. La surprise du début de la soirée fut l’irruption d’une compagnie de gilets jaunes, drapeau tricolore et cahiers de doléances apportés en paquet cadeau doré à notre premier édile qui ne pourra même pas les revendre sur ebay.

    La compagnie se retira en entonnant une tonitruante Marseillaise. Pour une fois, elle n’était pas confisquée par nos Républicains.

    Et les discours reprirent, un peu gênés, après qu’un ange fut passé. Ouf !

    Avouons quand même, que sans Caroline et avec les Gilets, les organisateurs de la soirée n’ont pas été très gâtés.

    Un assistant, par ailleurs très loquace et qui à plusieurs reprises réclama le micro, s’est même inquiété que la flèche de l’église soit vrillée. Il est tors, répondit Monsieur le Maire, mais l’intervenant n’avait pas tort.

   Avouons que la remarque était quand même hors-sujet, car, sauf exception, on ne circule pas beaucoup là-haut et hormis le coq, notre fétiche, on y stationne encore moins !

BONAPARTE ET LES GRIMPEURS DE LA LIBÉRATION - du 09 septembre 2017

     La remarque était hors-sujet, mais elle nous offre une conclusion. Entre nous, la concertation sur la revitalisation, ça part un peu en vrille, comme notre belle flèche !

    À l’heure du grand débat, c’est quand même un comble !

    Claudi a sommeil, en hommage à Caroline, il vous offre une image qui marche bien !

Hommage à Caroline

Hommage à Caroline

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18  janvier 2019 (J+3684 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Brèves

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Brèves
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 07:41

CHARMOY-CITY : VERS UNE REVITALISATION DES RITES DE VŒUX ?  - du 17 janvier 2019 (J+3683 après le vote négatif fondateur)

    L’actualité brûlante des cahiers… (bizarrement, en écrivant ces mots j’entends mon garnement intérieur fredonner : « vivent les vacances, plus de pénitence, les cahiers au feu, le maître au milieu, pendu par la…)

PROPOS DE RENTRÉE - du 07 Septembre 2016     

    L’actualité brûlante des cahiers disions-nous, plus brûlante même que l’embrasement des palettes sur les ronds-points, a fini par réveiller la page facebook ensommeillée des passionnés,  qui vient de reprendre sa fonction de panneau d’affichage virtuel de la mairie

     Mais le plus grave n’est pas là ! Cette actualité brûlante, jointe à l’annonce de l’extinction prochaine d’un des derniers foyers commerciaux de la rue Thiers ont eu pour conséquence  d’interrompre notre revue de presse de routine.

CHARMOY-CITY : LE COMMERCE DE LA RUE THIERS NE SERA-T-IL BIENTÔT PLUS QU’UN SOUVENIR ? - du 16 janvier 2019

CHARMOY-CITY : CHASUBLES BLANCHES ET GILETS JAUNES   - du 12 janvier 2019

  

      Ainsi, mille excuses à nos lecteurs, pour n’avoir pas rendu compte de l’article du Bien Public,  du 7 janvier dernier, commentant la cérémonie officielle de vœux du maire du samedi 5.

     Lacune impardonnable de notre part, quand on sait l’importance de cette nouvelle année qui débouchera en direct sur les municipales 2020. Lacune que nous réparons donc aujourd’hui, à l’aube d’une journée qui verra à nouveau notre salle événementielle résonner des discours édilitaires.

Juste le jour de l’anniversaire de Dalida

https://www.youtube.com/watch?v=_ifJapuqYiU

     Rappelons d’abord le titre l’article du Bien Public en question : « AUXONNE  URBANISME  2019 sera une année sport et culture ».

    Remarquons au passage, bien que cela ne concerne ni le « sport », ni la « culture », que dans cet article notre premier édile apporte une réponse à une question posée par le titre d’un de nos articles

CHARMOY-CITY : « RESTOS » - EN RETARD D’UNE GUERRE ? - du 15 décembre 2018

    Tout est clair à présent, la réponse a été apportée à la tribune des vœux en ces termes que rapporte  Le Bien Public : « Concernant l’association des Restos du Cœur, un nouveau local sera créé rue Guébriant. L’équipe de bénévoles prendra possession des lieux dès la saison hivernale terminée »

   Conclusion : en retard d’une campagne d’hiver, donc, mais pas vraiment en retard d’une guerre !

    À part ça, au rayon « sport » : « la création du « pump track », un terrain de cross réservé aux amateurs d’acrobaties sur deux roues non motorisés (vélos tout-terrain , BMX etc.) est en bonne voie de finalisation et devrait être mis à la disposition des jeunes dès ce printemps »

CHARMOY-CITY : LA MOBILITÉ ET LA BOUGEOTTE…. TER, TROTTINETTES,  DRAISIENNES, ETC… - du 29 novembre 2018

    Ajoutons quand même, au rayon « revitalisation », le rappel de la définition du projet de revitalisation de centre-bourg, grande affaire de la décennie à venir, énoncée en ces termes par notre revitalologue : « C’est un projet de territoire, afin de redonner vie au centre-ville »

    Comme le Docteur Frankenstein à sa créature sans doute…..

    

     Et la rédacteure de l’article de préciser les premières réalisations attendues dans le but d’atteindre  cet objectif:

« de nouvelles poches de stationnement […] aux abords du cœur de la bourgade, ainsi que des liaisons douces sécurisées qui permettront de s’y rendre à pied ».

     Vous  n’en apprendrez pas plus dans cet article sur la grande affaire de la revitalisation à part cette annonce en fin d’article

INFO : « Une réunion publique concernant la revitalisation du centre-bourg aura lieu jeudi 17 janvier à 20 h 30 à la salle événementielle »  (Cf. Le Bien Public  du 07/01/18 page 13)

    Un coup d’œil en passant sur la photo de la tribune officielle un peu tristounette avec un premier magistrat pris de trois-quarts et quelque peu guindé, et une toute petite poignée d’élus. Le cliché  porte cette légende : « Raoul Langlois a présenté ses vœux aux forces vives de la commune » 

Moralité : « Le poids des mots, le choc des photos ! »

     On voudrait voir les « forces vives  » maintenant !

     Pas de souci, Claudi, non invité, n’assistait pas à la réunion, mais il vous a trouvé sur facebook ce qu’il fallait !

     Remarquez bien que le paquet bons vœux Flagey-Auxonne du BP n’est pas mal non plus :

https://www.bienpublic.com/edition-la-plaine-la-saone/2019/01/06/retour-en-images-sur-les-voeux-a-auxonne-et-flagey-les-auxonne

     Sur notre illustration, qu’on ne pourrait soupçonner d’être puisée à des sources subversives, on pourra constater quelques îlots de désertification et de nombreux sièges vacants.

     La désertification et la vacance, ne sont-elles pas justement les deux plaies qui minent la vitalité de nos centres-bourgs ?

        À ce propos, le 27 février 2018 une grande réunion publique, présentant la revitalisation, s’était tenue à la salle événementielle..

    Nous n’avions pas manqué d’en rendre compte.

     Pour illustrer l’un des articles consacrés à l’évènement, Claudi avait représenté l’orateur du jour, annonçant la revitalisation sur le mode d’un garde-champêtre d’antan battant tambour à chaque carrefour…

CHARMOY-CITY : AVIS DE REVITALISATION À LA POPULATION - du 17 mars 2018

      À présent, comme l’ont écrit récemment les « Compagnons »,  dans leur organe en ligne,  voilà la campagne de revitalisation conduite « tambour battants ».

      Par Monsieur le Maire ? Apparemment non, du moins selon nos « Compagnons », qui voient en tête de la manœuvre menée « tambour battants », Madame la Conseillère de Région, leur égérie et leur mascotte semble-t-il…. « Avec le soutien de la majorité » quand même…

     Galant homme, Claudi n’a pas manqué de mettre Madame la Conseillère de Région en bonne place dans sa composition du jour.

     Ne pensez-vous pas  que tout en prononçant son allocution, elle ait pu déplorer in petto toutes ces chaises vacantes dans le parterre !

    Dès lors, une revitalisation des rites de vœux ne devrait-elle pas être envisagée et conduite « tambour battants » ??

    D’ailleurs, notre ami le Conseiller Wilfried, encore et toujours de bon secours, a déjà entrevu la solution à cette désaffection, solution aussi simple qu’évidente, qu’il n’a d’ailleurs pas manqué de proposer lors d’un récent conseil ! Les vœux c’est comme les cahiers ça demande un peu d’ouverture !

    Gens de peu de foi, oseriez-vous en doutez ?

    Eh bien ! En voici l’irréfutable preuve !

Charmoy-City, à l'orée de 2019, clairières dans la forêt des forces vives

Charmoy-City, à l'orée de 2019, clairières dans la forêt des forces vives

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 17  janvier 2019 (J+3683 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
16 janvier 2019 3 16 /01 /janvier /2019 06:42

CHARMOY-CITY : LE COMMERCE DE LA RUE THIERS NE SERA-T-IL BIENTÔT PLUS QU’UN SOUVENIR ? - du 16 janvier 2019 (J+3682 après le vote négatif fondateur)

   

   Une photo circulant sur la toile montre une boutique de la rue Thiers, dont la vitrine opacifiée par du papier porte une affiche « LIQUIDATION TOTALE ». L’image est ainsi légendée :

«  Voilà une page d'un livre qui se tourne et une belle aventure pour moi à vos côtés pendant six belles années, une conjoncture très difficile me force à arrêter pour limiter les dégâts. je pense que vous avez compris »

    C’est clair, chacun aura compris, et le triste évènement était prévisible. Nous le redoutions déjà.

CHARMOY-CITY : NOËL BIZARRE DANS LA RUE THIERS- du 29 décembre 2018

    Voilà bien de quoi faire douter de tous les beaux discours sur la revitalisation !

    Tout comme on ne peut être au four et au moulin, la prospérité commerciale ne peut être au centre-ville et au Charmoy !

    J’en pleurerais presque, moi qui ai plein de vieux souvenirs dans la rue Thiers et en premier lieu l’Épicerie parisienne Raison-Mougin où mes parents, jeunes employés du magasin, se connurent au seuil de la  deuxième guerre.

     Ma mère quitta ensuite l’épicerie pour travailler un temps …à la Mairie, mais  mon père y resta jusqu’en 1961 à faire les tournées en campagne, jusqu’à ce que s’annoncent les premiers signes du déclin du petit commerce… Entre temps, j’avais chipé pas mal de bonbons dans les rayons. Mais ça n’a pas suffi à couler l’épicerie !

       La petite madeleine de Proust, que j’ai découverte plus tard , suffit peut-être à raviver les souvenirs. Elle ne suffira pas à revitaliser la rue Thiers. Cliquez et vous comprendrez !

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (3)- du 23 octobre 2018

    Et l’on repense à Kalinka et à son affiche

ALBUM LE RÉVEIL DU CENTRE-BOURG

 

Flash dernière    

    Réveil de la page facebook des passionnés, ensommeillée depuis début septembre dernier !

Il semblerait bien que notre premier édile ait pris quelque ombrage des Cahiers de l’Avenue, comme nous les avions nommés dans notre article, du moins à lire sa publication sur la page  facebook « Auxonne-passionnément 21 » revitalisée !

CHARMOY-CITY : « LES CAHIERS DE L’AVENUE » - du 14 janvier 2019

     Les Compagnons ont promptement relayé

 

Ce matin, le site du Bien Public titrait :

 

« Côte-d'or - politique

Région dijonnaise : des cahiers de doléances au cœur du débat »

     Sous ce titre on pouvait lire :    

« Le maire d’Auxonne, Raoul Langlois, avait indiqué vendredi, par le biais de son adjoint Jacques Combépine, ne pas vouloir ouvrir de cahiers de doléances en mairie, à la suite de la manifestation des gilets jaunes devant l’hôtel de ville ce jour-ci. Le conseiller municipal d’opposition Jacques-François Coiquil (LREM) a alors décidé de créer lui-même un cahier de doléances. Celui-ci sera accessible les samedis 19 et 26 janvier, de 10 à 13 heures au 84, avenue du Général-de-Gaulle à Auxonne. »

 

Une affaire à suivre…

 

Mais en attendant, en conformité avec notre titre,  place aux souvenirs !

La rue Thiers avant Charmoy-City

La rue Thiers avant Charmoy-City

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16  janvier 2019 (J+3682 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Brèves

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Brèves
15 janvier 2019 2 15 /01 /janvier /2019 07:21

CHARMOY-CITY : « CAUSE TOUJOURS, TU M’INTÉRESSES » (1) - du 15 janvier 2019 (J+3681 après le vote négatif fondateur)

    Il y a une dizaine d’années de cela, notre premier magistrat après avoir, dans les mois qui précédaient, réglé discrètement le sort de la Zone du Charmoy avec les responsables d’une grande enseigne, demanda à ses services d’ouvrir un blog afin que ses concitoyens puissent enfin s’exprimer devant le fait accompli.

      En avril 2009 déjà, à Charmoy-City, c’était le grand débat !

      On en connaît l’heureuse gestion ultérieure des résultats ainsi que l’issue fructueuse…. pour la grande enseigne.

      Toute ressemblance avec des faits actuels serait bien entendu une pure coïncidence !

      Nous mettons à la disposition de nos lecteurs le contenu du blog ouvert en avril 2009. Un document brut de décoffrage d’expression citoyenne !

      Toujours intéressant à relire par les temps qui courent !

Et pour mieux se repérer dans cet embrouillamini participatatatatif

Charmoy-City 2009, démocratie participatatative

Charmoy-City 2009, démocratie participatatative

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15  janvier 2019 (J+3681 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
14 janvier 2019 1 14 /01 /janvier /2019 07:10

CHARMOY-CITY : « LES CAHIERS DE L’AVENUE » - du 14 janvier 2019 (J+3680 après le vote négatif fondateur)

   

     Les Cahiers de l’Avenue ! Voilà un titre qui, pour le coup, conviendrait bien à une revue littéraire charmoysienne, voilà une pépite d’art à inscrire dans les projets de notre Office de la Culture.

   Comme dirait Roquentin (oui j’ai bien dit Roquentin) : « A la bibliothèque de Bouville on a les carnets de Gustave Impétraz, alors la médiathèque en gestation de Charmoy-City mérite bien Les Cahiers de l’Avenue !

DE CHARMOY-CITY À BOUVILLE : RÉFLEXIONS SUR LA CULTURE - du 26 novembre 2017

     Tiens, à propos de nouvelles littéraires, on attend encore et toujours, dans les sphères proustiennes charmoysiennes, la parution annoncée dans Le Bien Public du 1er octobre dernier :

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (6)- du 26 novembre 2018

   Cessons enfin de jouer la Pénélope inspirée de Revue des deux Mondes et essayons de sortir du champ littéraire, où nous nous embourbons  plus qu’à notre tour, pour en venir au fait !

    Que signifie d’abord ce titre énigmatique : « Charmoy-City : « Les Cahiers de l’Avenue » ?

   Charmoy-City, tout le monde connaît, et bien au-delà des limites du canton, surtout depuis, que sous l’effet de la magie littéraire proustienne, Charmoy-City sera bientôt le « Combray du Val de Saône », fleuron proustien estampillé de la Région qui ne sent plus l’oignon.

   Quant à l’Avenue, c’est notre seule Avenue à nous, l’Avenue du Général de Gaulle, cette artère récemment relookée style rocaille et gazons synthétiques qui conduit tout droit à Dole en passant par le Charmoy (en oua oua) ! Une avenue littéraire si l’on veut, car le Général avait une plume et comme Charles Trénet, il aimait bien le Canada !

CHARMOY-CITY : DÉBORDEMENTS EN TOUS GENRES (6) - du 10 août 2018

 

– Et les Cahiers alors ?

– Allez ne faites pas l’ignorant, vous savez bien de quoi il s’agit !

–  Maître ! Moi je sais ! C’est le cahier de roulement ! m’ssieu !

–  Très bien Jules, tu auras un bon point ! Allez on copie : «  Le cahier de roulement est un cahier tenu chaque jour par un élève différent. Un coup d'œil de Monsieur l’Inspecteur sur ce cahier  lui permet à la fois de voir si le programme est bien suivi, si les sujets de devoirs et de leçons s'enchaînent bien, et, en même temps, si chaque élève suit avec fruit, dans la mesure de ses aptitudes, le cours fait pour tous. »

Allez, les enfants, encore un effort, Jules a fait le sien mais j’attendais une autre réponse. Hier en histoire, sur le Petit Lavisse on a parlé du Tiers-État et j’attendais un autre cahier.

– Les cahiers de doléances ! m’ssieu !

– Bravo ! Très bien, Maximilien !

 

  Amis lecteurs (sans oublier les lectrices), vous voilà donc au fait !

 Les Cahiers de l’Avenue, c’est les cahiers de doléances qui seront mis en place les samedis 19 et 26 janvier Avenue du Général de Gaulle, plus précisément au 84, à l’initiative d’un conseiller municipal d’opposition (municipale).

–  Ça serait pas plutôt au 89  m’ssieu ?     

– Arrête de faire le malin, Maximilien !

 

Sur son illustration, Claudi a extrait une citation du Cahiers des doléances et réclamations des femmes par Madame B***B***, 1789, citation qui mériterait une « concordance des temps » selon l’expression de J.-N. Jeanneney.

   Compte tenu des variantes typographiques de l’époque, nous en donnons la transcription dans la typo actuelle :

« Quelle confiance ne devons-nous pas avoir depuis que le monarque a manifesté à son peuple ses sentiments paternels ; qu’il a permis à chaque individu de porter ses réclamations, de communiquer ses idées, de traiter, de discuter, par la voie de presse, tous ces objets qui vont bientôt passer sous les yeux de l’auguste assemblée qui se prépare ? »

     Ce matin, à la différence des bonnes dames de 1789, on dirait bien que tout ça n’a pas pris une ride !

Charmoy-City, les petits lapins du CMJ adorent les Cahiers de l'Avenue

Charmoy-City, les petits lapins du CMJ adorent les Cahiers de l'Avenue

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14  janvier 2019 (J+3680 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres