Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

7 mai 2022 6 07 /05 /mai /2022 08:22

CHARMOY-CITY, DERNIÈRES NOUVELLES DE LA ZONE- du 07 mai 2022 (J+4889 après le vote négatif fondateur)

Notre précédent article déplorait, sur un mode nostalgique, l’étiolement des foires et marchés traditionnels.

AUXONNE, QUAND LES FOIRES FOIRENT- du 04 mai 2022

Si le petit commerce de centre-bourg, tout comme les foires et marchés est à la peine, il n’en est pas de même des hypermarchés périurbains.

En effet, vous aurez pu le remarquer, un chantier de terrassement vient d’être ouvert sur la zone du Charmoy !

Hier, dans l’heure de midi, aucun permis concernant cette nouvelle activité n’était cependant affiché et visible depuis la voie publique.

Il est permis néanmoins de supposer que cette activité est justifiée par le PC 021 038 19 S 0007 obtenu en décembre 2019 et affiché au cours de l’été 2020.

Encore visible dans le courant de l’été 2020, le panneau de ce permis avait depuis disparu...

Petit retour sur l’histoire de ce permis.

Le 22 octobre 2018, la SCI HPS déposait une demande initiale de permis de construire PC 021 038 18 S 0022 pour une nouvelle construction de 2569,95 m2 au sol (3 cellules commerciales + une cellule de service) Avenue Général de Gaulle. Le dépôt était affiché en mairie le 24 octobre 2018.

Ce permis, modifié en 2019 au terme d’une modification parcellaire n’en changeant pas la teneur était à nouveau déposé le 4 mars 2019 et affiché le 8 mars. Il était finalement accordé le 20 décembre 2019.

Entre temps, deux CDAC (21 décembre 2018 et 27 mai 2019) avaient fait tanguer, au cours du premier semestre 2019, les relations entre la CAP Val de Saône et la municipalité auxonnaise d’alors.

Le démarrage des travaux observé ces jours derniers pourrait, deux après, annoncer une prochaine concrétisation du projet. Voilà, n’en doutons pas, de quoi réjouir les petits commerces de la Grande rue en plein lifting !

Précisons, par ailleurs, qu’une autre vague de permis, concernant un autre projet, a été observée depuis.

CHARMOY-CITY : LE POINT SUR LES PERMIS (2)- du 23 mars 2022

De quoi réjouir encore les petits commerces de la Grande rue en plein lifting !

 

P.S.

Les hirondelles tardent à revenir dans notre ciel…, mais, à la bonne heure, les rites de nettoyage urbain malin sont de retour.

Entre mille réjouissances printanières, le facebook de notre bonne ville annonce une opération « Nettoyons la Ville » pour le 26 mai.

Youpi ! La nature va être sauvée 0 déchets et 0 pesticides !!! Photo assurée dans le journal et bonne conscience écologique à prix  cassés!

À lire ou à relire

CHARMOY-CITY : PAS D’ARMISTICE POUR LA GUERRE MÉNAGÈRE -  du 10 MAI 2021 

Zone du Charmoy, une épidémie de permis.JPG

Zone du Charmoy, une épidémie de permis.JPG

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 mai 2022 (J+4889 après le vote négatif fondateur)

Documents

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 09:39

CHARMOY-CITY : LE POINT SUR LES PERMIS (2)- du 23 mars 2022 (J+4844 après le vote négatif fondateur)

Avec l’arrivée du printemps, les débats budgétaires fleurissent dans la presse locale gratuite.

Hebdo 39 titrait ainsi avant-hier : « Auxonne : le Rapport d’Orientations Budgétaires fait débat »

Nous n’aborderons pas ces questions qui dépassent nos compétences et nous laisserons ces joutes comptables aux experts en la matière.

Il est clair néanmoins que, demain, personne ne rasera gratis et qu’il faudra bien trouver des « cochons de payants » !

Revenons à présent à notre point concernant les dépôts de permis au Charmoy entamé dans notre précédent article.

CHARMOY-CITY : LE POINT SUR LES PERMIS (1)- du 20 mars 2022

Comme prévu, nous apportons aujourd’hui quelques éclaircissements à propos du dernier permis PC 021 038 21 S0026 déposé le 21 décembre dernier et affiché le 11 janvier suivant. permis dont nous rappelons en lien ci-dessous l’objet et le contenu.

Une étude comparative complémentaire permettra à nos lecteurs de suivre les derniers avatars d’un permis plusieurs fois déposé.

Une question se pose à présent :

Où est passée la parcelle AX368 décidément introuvable sur la documentation cadastrale en ligne ?! (NB : opter pour recherche par référence cadastrale compléter les cases à remplir et entrer 000 dans la case préfixe)

https://www.cadastre.gouv.fr/scpc/afficherRechercherPlanCad.do?CSRF_TOKEN=J0SS-9UNG-KPDT-03SQ-6WFW-BD9O-PEVF-22XI

Nous reprendrons notre série IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES interrompue en raison d’une actualité locale torride dès notre prochain numéro !

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (6)- du 14 mars 2022

 

 

FLASH DERNIÈRE (24 mars 11h00)

Des permis de construire au permis de chasse !

Le grand-veneur de Chambord, ami politique de notre premier édile, viendra demain en notre Château Louis XI chasser les voix sur les terres dynamiques.

Pour le coup, cette chasse à courre, c’était couru !

Quelques images d’un passé proche

CHARMOY-CITY : AU CREUX DE LA VAGUE DYNAMIQUE…  - du 18 août 2020

CHARMOY-CITY : CHASSE EN FORÊT DES CROCHÈRES POUR  LE « COMTE DE CHAMBORD » ?  - du 20 août  2020

Charmoy-City, la parcelle AX 368 introuvable.jpg

Charmoy-City, la parcelle AX 368 introuvable.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 23 mars 2022 (J+4844 après le vote négatif fondateur)

Documents

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
20 mars 2022 7 20 /03 /mars /2022 05:00

CHARMOY-CITY : LE POINT SUR LES PERMIS (1)- du 20 mars 2022 (J+4841 après le vote négatif fondateur)

Les fans de notre série IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES vont encore une fois devoir patienter !

Ah bon !?

Mille excuses chers lecteurs ! Dans la fièvre des jours que nous vivons depuis quelque temps, notre rédaction avait oublié sa vocation initiale de 2010

Vocation initiale de 2010 ??

Oui c’est une vieille histoire que la naissance de Chantecler en juin 2010. Chantecler naquit sur la zone du Charmoy, le terrain de jeu privilégié de ses jeunes années !

Son City-stade ?

En quelque sorte, mais un Hyper city stade, avec plein de matchs ! Redécouvrez à travers le lien ci-dessous, en gros et en détail, la saga du Charmoy !

DIX ANS D’HISTOIRE DU CHARMOY OU LE CHARMOY POUR LES MULES ÉDITION 2018- du 19 novembre 2018

Et ses derniers échos avant le basculement de notre ville dans l’ère de la dynamique et du clic...

CHARMOY-CITY : HYPER-CONFUSION SUR LA ZONE - du 17 mai 2019

En cette ère de la dynamique et du clic, le Charmoy est passé au second plan… Mais l’histoire n’est pas finie pour autant !

CHARMOY-CITY : RÉFLEXIONS AUTOUR D’UN AVIS DE DÉPÔT DE  PERMIS AU CHARMOY (3) - du 18 septembre 2020 

CHARMOY-CITY : QUOI DE NEUF SUR LA ZONE DU CHARMOY ? (2) -  du 17 MAI 2021

Il bat son plein aujourd’hui, le marché dominical des locavores ! Mais au Charmoy, là-haut, on pense à s’étendre encore !

Car voilà qu’ayant récemment consulté le panneau d’affichage de notre maison commune, nous y avons découvert que l’histoire oubliée du Charmoy s’y était à nouveau invitée en ce début d’année. Discrètement il est vrai…

Au temps pour nous ! Nous devions réparer ce loupé, cette négligence de n’avoir pas informé nos habitués de la nouvelle  ! Une nouvelle introuvable sur facebook !

Avant d’apporter un commentaire et quelques éclaircissements à ce document brut de décoffrage, notre rédaction a jugé opportun de laisser à ses fidèles lecteurs le temps de se retremper dans un bain quelque peu compliqué !

La suite au prochain numéro !

En cas d’allergie aux investigations cadastrales, carnavalez-vous, ça vaut le coup !

INTERMÈDE CARNAVALESQUE- du 17 mars 2022

Zone du Charmoy, une épidémie de permis 2022.jpg

Zone du Charmoy, une épidémie de permis 2022.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 mars 2022 (J+4841 après le vote négatif fondateur)

Documents

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 19:00

CHARMOY-CITY : NOUVEAUX BULLETINS POUR DE NOUVEAUX DÉPARTS - du 16 janvier 2022 (J+4778 après le vote négatif fondateur)

Tous les bons citoyens charmoysiens connaissent à présent cette citation de Proust : « Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. »

Plus prosaïquement nous leur proposerons aujourd’hui cet adage : «  À nouveau maire, nouveau bulletin »

La page facebook officielle de notre bonne ville nous permettait hier de le vérifier, qui annonçait la parution et la distribution prochaine du bulletin Inf’Auxonne n° 73 dans une nouvelle présentation.

La page de couverture de ce numéro « new look » figure d’ailleurs déjà dans l’illustration du post à la suite d’une série de couvertures de bulletins municipaux parus dans les dernières décennies.

Parmi celles-ci, les plus anciennes remontent aux années 1990 et concernent le bulletin AUXONNE d’aujourd’hui et demain lancé par la municipalité Camille Deschamps dès sa victoire aux municipales de 1989. À noter que ce bulletin était en partie financé par la contribution d’annonceurs privés.

En son temps, et à en croire le discours du nouveau maire d’alors, ce magazine constituait une nouveauté radicale pour un nouveau départ d’un bon pied.

En bonne archiviste notre rédaction vous propose de redécouvrir les couvertures des deux premiers numéros du bulletin AUXONNE d’aujourd’hui et demain parus au cours du deuxième semestre 1989 (absentes de l’illustration mentionnée plus haut) et les « mot du maire » correspondants.

 

Tel celui-ci : «  Sachons concilier le dynamisme de nos réalisations avec la prudence de nos décisions ».

Un adage dynamique et plein de prudence... et qui n’a pas pris une ride !

 

Charmoy-City, nouveau bulletin pour un nouveau départ.jpg

Charmoy-City, nouveau bulletin pour un nouveau départ.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 janvier 2022 (J+4778 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
2 décembre 2020 3 02 /12 /décembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (5) - du 02 décembre 2020 (J+4368 après le vote négatif fondateur)

        Nous terminons aujourd’hui notre série consacrée à « L’Écho de la place d’armes », version papier dactylographiée et photocopiée, par le numéro de janvier 1989, probablement le dernier de la mandature 1983-1989.

       Les vœux du Maire Jean HUGON  pour l’année 1989 publiés dans cette brochure sont intéressants à plus d’un titre, c’est pourquoi nous en proposons la relecture à nos concitoyens.

     Discours d’espoir, discours bilan d’une longue période de 4 mandats consécutifs qu’ont marqués l’avènement de nombreux équipements, réflexion aussi sur les changements intervenus dans le rôle de maire et l’émergence d’une nouvelle donne économique et sociale.

    Discours préélectoral enfin, dont l’issue viendra clore une  longue carrière municipale puisque les élections suivantes de mars 1989 marqueront un virage avec l’avènement des deux mandats Camille DESCHAMPS (1989-2001) ;

    L’usure du pouvoir, et sans doute aussi l’irruption dans le paysage commercial de la grande distribution venant concurrencer un électorat de petits commerçants alors encore nombreux et résidant, en majorité, sur place, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, auront pu faire pencher la balance.

    Car en 1989, le petit commerce local, considérablement réduit aujourd’hui, avait encore de beaux restes

     Citons à ce propos un article du JDD (Journal du Dimanche) du 20 septembre 2015, qui témoignait du fait.

     Et qui est toujours en ligne

http://www.lejdd.fr/Politique/Regionales-en-Bourgogne-Franche-Comte-un-mariage-de-raison-751981

     Nous en tirons cette citation :

« Christiane Manteau a fait le calcul : il ne reste que deux bouchers et un traiteur sur les 13 qu'elle a connus enfant. Ses parents avaient deux boucheries dans la cité et 15 employés… "Il y avait 33 cafés dans les années 1950, se souvient-elle, aujourd'hui je suis sûre qu'il n'en subsiste pas la moitié, kebabs compris." Christiane évoque un temps que les moins de 50 ans ne peuvent imaginer. Trois grandes surfaces ont sapé la vitalité de la ville. "Ils vont en ouvrir une quatrième, peste un des derniers commerçants du centre-ville, on va tous mourir. Il n'y a même plus de boutique de téléphone, c'est dire!" »

   Revenons, pour terminer, sur la conclusion de circonstance, et très républicaine, du discours de 1989 :

   « Comment l’oublier en cette année où l’on va fêter l’anniversaire de la Révolution ? Comment oublier qu’en ce temps-là des écrivains, des penseurs, des philosophes, des scientifiques ont imaginé une nouvelle forme de Société, basée sur l’égalité, la liberté, rejetant des siècles d’intolérance d’injustice, j’allais dire d’obscurantisme. Avec toutes nos connaissances, tous les progrès de la science, de la technologie, serions-nous à notre tour incapables de concevoir pour l’an 2000 une société plus humaine, plus fraternelle ?

   Voilà ce que je voulais livrer à votre réflexion en cette année 89 qui devrait être, je le souhaite, un millésime d’espoir. »

    Les vœux de cette conclusion inspirée des penseurs des Lumières restent plus que jamais à l’ordre du jour ! Il est clair que l’humanisme progressiste est aujourd’hui à la peine…

    Et dans une civilisation de masse, l’homme providentiel n’est plus à la mode, sinon dans une forme caricaturale et  totalement dégradée.

   En juin 1788, celui qui devait devenir, à sa manière unique et terrible, un homme providentiel, arrivait dans notre ville en la personne du jeune Bonaparte.

    Il était sans doute plus dans la ligne de pensée politique de Jean Hugon de célébrer 89 que de rappeler cette arrivée. Notre ville venait pourtant d’en célébrer officiellement et brillamment le bicentenaire six mois auparavant, en juin 1988.

    Diverses manifestations devaient marquer cette commémoration. Une grande exposition se tint aux halles tout l’été, accompagnée de l’impression  du Journal de l’exposition  "Bonaparte à Auxonne" disponible aujourd’hui en ligne dans une nouvelle édition.

http://www.auxonne-patrimoine.net/2017/09/bonaparte-version-2017.html

    Nous sommes aujourd’hui le 2 décembre, date napoléonienne par excellence

« VAINCU PAR SA CONQUÊTE » - du 02 DÉCEMBRE 2014

    Claudi nous rappelle en ce jour et en image que le 19 juin 1988, les grenadiers du 27ème RI défilaient dans la rue du 8ème Chasseurs à Cheval.

   Voir ses grenadiers défiler dans la rue du 8ème Chasseurs à Cheval, belle surprise pour Napoléon dont l’uniforme préféré était justement celui de colonel de Chasseurs à Cheval !

Auxonne avant Charmoy-City, le bicentenaire Bonaparte, 19 juin 1988.jpg

Auxonne avant Charmoy-City, le bicentenaire Bonaparte, 19 juin 1988.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 02 décembre 2020 (J+4368 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (4) - du 30 novembre 2020 (J+4366 après le vote négatif fondateur)

     Dans le précédent article de la série, nous avions abordé le budget de l’année 1985 en alexandrins

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (3) - du 27 novembre 2020

         Les années 1987 et 1988, nous ramènerons aujourd’hui à des considérations plus prosaïques, bien qu’essentielles, motivées par l’irruption d’importants remous dans les secteurs industriel et commercial de l’économie locale au cours de cette période.

        En ce qui concerne le secteur industriel, les Aciéries, entreprise implantée dès le début du siècle dernier, voient s’accentuer les sérieuses difficultés liées aux mutations de la filière sidérurgique.

CHARMOY-CITY : ADIEU AUX ACIÉRIES D’AUXONNE  - du 30 OCTOBRE  2019

      L’entreprise électronique Oréga, filiale du Groupe Thomson, implantée au début de la décennie 1970 à La Colombière, subissant, quant à elle, la concurrence du Japon et de l’Asie du sud-Est, va connaître, dans le même temps, restructuration et licenciements.

    Ces problèmes sont évoqués dans un article du Bien Public du 5 janvier 1988, au titre évocateur : « AUXONNE-VAL DE SAÔNE Vœux du maire : « En cette période pleine d’incertitudes gardons confiance et espoir en des jours meilleurs »

    Nous retiendrons de cet article le passage suivant : « Une note d’espoir dans ce pessimisme, devait-il ajouter [N.D.L.R. le maire d’Auxonne] avec la création d’une quarantaine d’emplois lors de l’ouverture d’une grande surface en février prochain, et d’un Bricomarché, sans doute en avril »

   En résumé, la mauvaise posture conjoncturelle de l’emploi industriel semblait pouvoir être alors compensée par des embauches dans la grande distribution

    « L’Écho de la place d’armes », version papier dactylographiée et photocopiée de juillet 1988 reprendra ce thème dans l’éditorial du maire dont une bonne partie sera tirée du discours d’inauguration de Bricomarché

 

   Nous donnons un extrait de ce discours qui, vingt ans avant les débats sur la zone du Charmoy, expose quelques « mérites » possibles de l’implantation de grandes surfaces : « créations d’emploi », maîtrise de l’évasion commerciale et attractivité », « adaptation du commerce traditionnel » :

     « C'est 15 emplois nouveaux aujourd'hui dans notre Ville. Ce n'est pas négligeable dans ta conjoncture économique actuelle.

     Je suis persuadé que ce nouveau magasin retiendra sur place, AUXONNE, des clients habitués des "promenade-achats" du samedi dans les Centres Commerciaux de DIJON ou DOLE. Et qu'il attirera aussi de l'extérieur un peu plus d'acheteurs dans notre Ville.

     Bien sûr, certains commerces connaîtront un peu plus de difficultés, comme beaucoup d'autres, qui les ont connues en leur temps, et comme beaucoup d'autres professions. Mais l'esprit d'initiative et d'adaptation du Commerçant l'emportera. »

    Comment ne pas rapprocher cet optimisme de celui, beaucoup plus proche de nous, de Raoul Langlois lors d’un interview mémorable en octobre 2014

http://youtu.be/4PMrRymYg5s

    « Notre pari est de dire : si nous avons une grande surface, cela va attirer du monde, si les gens viennent à la grande surface, ils peuvent en profiter pour faire d’autres courses, d’autres achats sur la ville. C’est effectivement le point de désaccord avec l’Union commerciale qui, elle, pense plutôt qu’il y aura évasion. »

    Après la publication du prochain et dernier  épisode de notre série « APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN », nous reviendrons sur le débat passionnant petits commerces versus grandes surfaces en proposant une esquisse, d’après archives, du bilan « grande distribution » local des  années 1987-88.

     Rappelons que le débat petits commerces versus grandes surfaces, thème d’actualité de la fin des années 1980, fut aussi le thème récurrent de la décennie qui s’achève.

    Et qui sait ? Rien n’exclut qu’il soit encore d’actualité dans le courant de la prochaine !?

CHARMOY-CITY : RÉFLEXIONS AUTOUR D’UN AVIS DE DÉPÔT DE  PERMIS AU CHARMOY (3) - du 18 septembre 2020

  À toutes fins utiles, Claudi a joint un petit plan pour suivre les évolutions auxquelles on peut s’attendre.

Présent, avenir et passé du Charmoy.jpg

Présent, avenir et passé du Charmoy.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 30  novembre 2020 (J+4366 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (3) - du 27 novembre 2020 (J+4363 après le vote négatif fondateur)

    Interrompue momentanément par l’actualité en ligne, notre série « APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN », entamée  le 18 courant, reprend aujourd’hui.

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (1) - du 18 novembre 2020

    Au menu du précédent article de la série, nos fidèles lecteurs avaient pu déguster une succulente timbale forestière. 

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (2) - du 20 novembre 2020

   À la fin de ce long article nous avions ajouté, en ce temps funeste aux libraires, un « magazine littéraire » à destination de nos fidèles lectrices.

    Pour faire suite à ce « magazine littéraire », vantant d’incontournables œuvres à mettre sous le sapin, ou dans la cheminée, nous ouvrirons aujourd’hui un numéro inédit de L’Almanach des muses : L’Almanach des muses municipal !

   En l’espèce « L’Écho de la place d’armes », version papier dactylographiée et photocopiée de mai 1985.

     Nous n’en retiendrons que la première page, celle du poète, les suivantes, plus indigestes, étant celles du comptable égrenant son budget.

    L’adjoint à l’information d’alors, sympathique instituteur, comme on les appelait alors encore, à la vieille école – celle qui n’avait pas encore été démolie par Jospin, ce Calvin assassin instigateur d’une triste réforme –  s’y révélait un versificateur fort présentable !

 

« Pour ce nouveau bulletin, je veux vous présenter,

Le budget de la Ville, bien qu'un peu simplifié,

Pour que chacun comprenne, qu'avec tout cet argent

Ce que nous pouvons faire, tout en le bien gérant.

Ce n'est pas très facile, la bonne volonté

Est toujours bien utile ; il faut savoir jongler

Avec tous les articles, avec tous les chapitres,

Et c'est Monsieur le Maire qui a le rôle d'arbitre.

Mats venons-en au fait, que je vous dise, en somme,

Les taxes augmenteront, sans que l'on vous assomme,

A neuf pour cent prévus, ce ne sera que six;

Afin de ne pas rendre l'impôt prohibitif.

Voici donc le budget, et tout son exercice,

Avec tous ses décomptes, placés à notre actif. »

 

      Une idée-force à retenir pour la présentation du prochain budget, celui de la dure année 2021 ! Une cuillerée de miel, butiné dans le Jardin des Muses, pour faire passer l’amère pilule !

     Pour l’heure, en vue d’égayer nos sombres jours et nos longues nuits, il semblerait que l’on s’active et que toutes sortes de concours soient à l’ordre du jour (dessins, guirlandes, sapins et compagnie…) !

    Alors Patrice, oublie ton spleen,  tout ça existe et c’est pas triste !

    Et si ça sent le sapin, c’est le sapin de Noël que ça sent !

    Respire bien fort, alors dans l’air tu sentiras comme un fumet de foie gras !

 

       Qui sait lire entre les lignes et respirer sous le masque, saura trouver encore un peu de poésie dans l’air.

        Claudi l’a bien senti qui n’a pas manqué d’illustrer encore aujourd’hui notre couple à la mode, qui déjà se télépode, et demain pourrait taquiner les Muses ! 

CHARMOY-CITY : LE TÉLÉPOD AU SECOURS DU CM DU 26 PROCHAIN - du 23 novembre 2020

  À bientôt pour notre prochain épisode, celui-là garanti sans poésie et sans OGM !

POST-SCRIPTUM

     Pour Noël, des sapins ont poussé et des rennes sont venus crécher sur la Place d’Armes. Claudi, pas chien, ne veut pas être en reste, il adore les rennes au nez rouge  et vous offre un petit poster des neiges d’antan que vous ne trouverez pas chez vos commerçants.

Charmoy-City, concours, une lyre pour Arlette, un pinceau pour Gaston.jpg

Charmoy-City, concours, une lyre pour Arlette, un pinceau pour Gaston.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 27 novembre 2020 (J+4363 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (2) - du 20 novembre 2020 (J+4356 après le vote négatif fondateur)

     Nous poursuivons aujourd’hui la nouvelle série rétrospective entamée dans notre précédent article

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (1) - du 18 novembre 2020

    Il est possible, pourvu que Dieu nous prête vie en ces temps de péril, qu’elle nous conduise jusqu’aux premiers jours de l’Avent.

     Nous pénétrerons aujourd’hui, avec « L’Écho de la place d’armes », version papier dactylographiée et photocopiée de juillet 1983, ne comportant qu’une seule feuille, sous les frondaisons de notre belle forêt communale des Crochères.

    Chaussez auparavant vos bottes pour nous accompagner sous la ramée, dans l’automne fraîchissant qui voit s’achever le doux été de la Saint-Martin

Entrons dans cette belle forêt, que naguère encore notre ancien maire vantait

CHARMOY-CITY, UN DISCOURS QUI NE MANQUE PAS D’AIR - du 06 octobre 2018

   Et dont deux chênes ont déjà été offerts pour restaurer la charpente de Notre-Dame de Paris.

CHARMOY-CITY : DEUX CHÊNES POUR NOTRE-DAME - du 24 mai 2019

   Cette forêt, votre serviteur la fréquenta beaucoup du milieu des années 1970 au début des années 1980 en qualité d’affouagiste à l’ancienne.

      Il n’avait pas manqué d’y remarquer en particulier les clairières spectaculaires des « coupes blanches » évoquées dans « L’Écho de la place d’armes », version papier de juillet 1983.

      Avec la crise pétrolière, la pratique de l’affouage connut une quasi-résurrection au cours de ces années, le nombre d’affouagistes passant très vite d’une vingtaine à la centaine.

    En 1975, la cognée était encore largement utilisée par les affouagistes ancien style, même si la tronçonneuse se faisait entendre dans le sous-bois. Je dois à mon voisin de lot, de l’automne 1975, un Monsieur Servelle, d’avoir appris à faire de belles souches avec mon’ hache, à construire ma « bique » pour scier les perches au chant du coucou, et à faire des piles de bois présentables. Il avait alors 70 ans et ce fut mon meilleur professeur en la matière.

     Je fis par la suite cinq ou six saisons, entre taillis et têtes de chênes, et au bout du compte quelques bonnes dizaines de stères, à la main. Je faisais les trajets en vélo car j’étais déjà « écolo » ! Ce n’était pas encore très à la mode et si vous aviez alors prononcé l’expression « développement durable » on vous aurait à coup sûr pris pour un éleveur de lapins !

   Les rédacteurs de « L’Écho de la place d’armes », version papier de juillet 1983, n’étaient probablement pas des écolos purs et durs comme le démontre ce paragraphe en fin de texte :

   « L’emploi des engins de débardage choquent [sic] les écologistes sensibles. Hélas, il n’existe pas encore, à l’heure actuelle d’autre moyen pour pénétrer dans la forêt afin de l’exploiter. Une reconversion de l’élevage de la région pour la promotion du cheval de trait et de l’âne de bât serait peut être une bonne idée…. »

    Paragraphe qui a inspiré Claudi pour son illustration du jour.

    En 1983, les mares de la forêt et leur faune n’étaient pas encore choyées comme elles le sont aujourd’hui

CHARMOY-CITY : «NOUS N’IRONS PLUS AU BOIS»  - du 21 août  2020

     En revanche, il semble à la lecture  de « L’Écho de la place d’armes », version papier de juillet 1983, que le peuplement en résineux n’était déjà pas très fructueux !

    Depuis, les choses ne semblent pas vraiment s’être  arrangées !

 https://www.onf.fr/+/2e0::epidemie-de-scolytes-les-forestiers-de-lonf-sur-le-front.html

   Quant aux « chênes rouges » américains qui croissent plus vite que les chênes indigènes et dont il est aussi question dans « L’Écho de la place d’armes », version papier de juillet 1983, ils devraient avoir à présent une belle taille.

        Revers de la médaille, l’utilisation de cette essence, selon Wikipédia, « est de plus en plus déconseillée en Europe, car il produit de nombreux glands dès l'âge de 20 ans et peut se montrer envahissant et se substituer aux chênes autochtones. »

    Vous imaginez notre « Chêne Napoléon » remplacé par un chêne rouge ! Encore une Coca-colonisation !

    Heureusement, il semble que les repeuplements opérés dans les années 1980 aient été réalisés essentiellement  avec des chênes pédonculés autochtones comme le prouve cet article du Bien Public de l’époque

Une idée, en passant, à l’attention de la rédaction d’Inf’Auxonne : après tous ces confinements pourquoi pas une grande balade en forêt, avec état des lieux et perspectives (en drone), dans le prochain numéro de janvier !

     La suite, quant à nous, au prochain numéro, où vous découvrirez  « L’Écho de la place d’armes », version papier et en alexandrins !

   Temps lointain des années 80 où, étant adjoint, on pouvait néanmoins faire des rimes !

MAGAZINE LITTÉRAIRE

    Lu sur la toile :

      « « Qui sont les femmes qui vous inspirent ? » A cette question, la figure imposée appelle le plus souvent l’image de quelque icône du passé, admirable et incontestable. Les femmes de chair et d’os inspirent davantage Marlène Schiappa. Ce sont elles que, dans un livre généreux et porteur d’espoir, la Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes a rencontrées, non seulement pour leur rendre hommage, mais aussi pour en tirer un livre qui ait valeur d’exemple. Dix rencontres, dix rencontres exceptionnelles entre femmes. »

    Encore un ouvrage qui devrait faire date dans la ligne éditoriale féconde et éclectique d’une auteure, « femme de chair et d’os », qui n’est plus à présenter et que nous avons déjà croisée dans les pages de notre blog « porteur d’espoir » !

QUITTONS CHARMOY-CITY ET L’ENNUI, POUR UN PETIT  RETOUR CHEZ LES « BOBOS MONTPARNOS » - du 13 juin 2020

  Un titre d’article qui, comme les nouilles,  colle très bien à l’ambiance régnant à Charmoy-City, et qui tentera plus d’une lectrice déprimée par le confinement !

   

   

Charmoy-City, débardage malin d'hier et de demain .jpg

Charmoy-City, débardage malin d'hier et de demain .jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 novembre 2020 (J+4356 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : RÉFLEXIONS AUTOUR D’UN AVIS DE DÉPÔT DE  PERMIS AU CHARMOY (3) - du 18 septembre 2020 (J+4293 après le vote négatif fondateur)

      Notre série continue à propos du Charmoy, notre sujet traditionnel de prédilection.

      Notre prestation trouvera-t-elle des lecteurs alors que par ailleurs, la question des créations de postes par la nouvelle municipalité commence à devenir le nouveau feuilleton des réseaux sociaux.

     Une image vient ainsi d’apparaître, montrant notre mairie dans un épais brouillard ! Premiers brouillards d’automne emboîtant le pas aux colchiques ? C’est chic !

   Pour le coup, les drones vont devoir marcher au radar !

   Le « débat » sur facebook concerne, pour l’heure, un poste d’attaché territorial.  

   Rappelons-nous quand même au passage (à niveau) cette célèbre mise en garde ferroviaire qui dit : « Un train peut en cacher un autre » !

     Prudence donc, car si l’attachée territoriale arrivera bientôt en deuxième (non pas en deuxième classe pépère !) mais en « deuxième délibération revue et corrigée », n’oublions pas pour autant une autre arrivée de taille : celle d’une  possible future chef de cabinet annoncée nommément par les  potins de l’Écho !

  Premier contact non officiel et sans protocole en vidéo avec la cheffe saisie sur le net et sur le vif.

https://www.facebook.com/watch/?v=2157270410984522

    Après ces potins de postes, reprenons notre poste et notre faction au Charmoy comme naguère la fidèle sentinelle Raoul veillant sur les intérêts de Vesoul !

UNE HISTOIRE POUR LA RUE DU CHARMOY (4) - du 16 septembre 2016

   Nos lecteurs curieux des projets du Charmoy, n’auront pas manqué de lire notre précédent épisode.  Pour les autres, il en est encore temps.

CHARMOY-CITY : RÉFLEXIONS AUTOUR D’UN AVIS DE DÉPÔT DE  PERMIS AU CHARMOY (2) - du 15 septembre 2020

    À propos des deux projets actuellement à l’ordre du jour pour le Charmoy, nous écrivions

« Le permis PC 021 038 20 S0009, actuellement à l’étude, annonce  cette fois une nouvelle « couche » de 2803 m2 qui pourrait venir encore s’ajouter aux 2 175 m2 dont la réalisation, sur le « terrain A », est à présent imminente. » 

     Notre contribution d’aujourd’hui vise essentiellement à offrir à nos lecteurs une vision claire de ces deux projets sur le terrain à travers un plan détaillé et commenté.

Sur ce plan nous avons par ailleurs mentionné la parcelle BV 82, objet, naguère, d’une préemption par la municipalité conformément à la Décision n° 43 du maire en date du 25/08/2016.

    Cette décision avait alors fait couler beaucoup d’encre dans la presse (cf. article du Bien Public du 28 septembre 2016 « AUXONNE POLITIQUE LOCALE Charmoy : la municipalité a brandi son droit de préemption »)

   Il importerait, dans un souci de transparence et d’information sur un sujet qui revient dans l’actualité, que la municipalité actuelle précise le devenir ultérieur de cette décision et le statut actuel de la parcelle en regard de celle-ci.

   Claudi comme à l’ordinaire se fait mousser dans son illustration du jour, il nous met un peu la « pression » en opposant l’hyper d’en haut et les petits marchés d’en bas.

   Et la rentrée n’étant pas si loin derrière nous, pour tous les fanas de pédagogie  nos réflexions d’ancien du métier en forme de fable pédagogique. Un radotage pathétique où chacun(e) pourra trouver son miel !

L’ÉCHEC SCOLAIRE N’EXISTE PAS, MAIS LES FABLES PÉDAGOGIQUES EXISTENT - du 7 septembre 2020

Charmoy-City, troubles bipolaires dans le commerce.jpg

Charmoy-City, troubles bipolaires dans le commerce.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 septembre 2020  (J+4293 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 12:46

CHARMOY-CITY : RÉFLEXIONS AUTOUR D’UN AVIS DE DÉPÔT DE  PERMIS AU CHARMOY (2) - du 15 septembre 2020 (J+4290 après le vote négatif fondateur)

    Interrompons nos escapades pédagogiques, qui ont sans doute fait bâiller nos concitoyen(ne)s charmoysien(ne)s, pour rejoindre un inépuisable sujet : la zone du Charmoy !

    Nous reviendrons aux souvenirs locaux de la Maternelle un peu plus tard…Promis !

    Dans un récent article nous avions évoqué la publication d’un avis de dépôt de permis de construire concernant le Charmoy

CHARMOY-CITY : RÉFLEXIONS AUTOUR D’UN AVIS DE DÉPÔT DE  PERMIS AU CHARMOY (1) - du 10 septembre 2020

   Cet avis de dépôt présente la particularité d’avoir été affiché successivement deux fois la même journée en raison de nécessaires rectifications. C’est donc, en quelque sorte le brouillon et la mise au propre que l’on aura vu s’afficher successivement !

    De mesquins railleurs ont d’ailleurs profité de l’occasion sur les réseaux sociaux sans même avoir consulté le panneau d’affichage. Plus sérieusement, nous éclaircirons aujourd’hui certains points des nécessaires corrections intervenues dans la journée du 3 septembre et dont nous avions déjà établi l’inventaire dans le PDF suivant

   Examinons les deux points les plus intéressants sur lesquels diffèrent les deux avis de dépôt successivement affichés le même jour du 3 septembre dernier :

- Surface de plancher créée : elle passe de 0 m2 à 2803 m2

      Correction évidemment nécessaire en toute logique puisque dans les deux versions il est question d’EXTENSION et qu’une extension de 0 m2 n’en est pas une !

- Superficie du terrain : elle passe de 46332 m2 à 38089 m2

       Dans ce dernier cas, pour le quidam, le mystère s’épaissit, d’autant plus que l’énumération des parcelles cadastrales concernées apparaît ne varietur dans les deux versions !

      L’explication en est en fait à rechercher à la lumière d’un précédent projet qui aura fait couler beaucoup d’encre en 2018 et 2019. et dont le permis de construire a été dûment affiché sur le terrain en juillet dernier. Plus de détails dans l’article en lien ci-dessous

CHARMOY-CITY : DERNIÈRES NOUVELLES DU CHARMOY - du 22 juillet 2020

    Ce projet avait d’ailleurs motivé, à quelques mois d’intervalle cette fois, deux avis de dépôt successifs (PC 021 038 18 S0022,  avis déposé le 24/10/18 et PC 021 038 19 S00007,  avis déposé le 04/03/19) pour deux permis relatifs au même projet de création de surface de plancher créée de 2569,95 m2

    Dans la deuxième version de 2019 on notera cette précision : une « division parcellaire » est intervenue, dégageant un « terrain A » de « 9453 m2 »,  spécifiquement affecté au projet, et dégagé d’une superficie totale initiale de « 47542 m2 »

   Eurêka !

47542 – 9453 = 38089 !

 Les personnes attentives l’auront bien compris :

    La nouvelle demande d’extension dont le permis PC 021 038 20 S0009 est actuellement à l’étude ne concerne évidemment pas le « terrain A » et le projet  défini par le PC 021 038 19 S00007 avalisé par la CDAC du 27 mai 2019 autorisant

« l'extension de 2 175 m2 de la surface de vente de l'ensemble commercial E. LECLERC situé avenue du Général de Gaulle à AUXONNE, par la création d'un magasin spécialisé dans la solderie de 1 500 m' de surface de vente, d'un magasin spécialisé non alimentaire de 550 m2 de surface de vente, et d'une boutique spécialisée dans l'équipement de la maison d'une surface de vente de 125 m2, portant la surface totale de vente de l'ensemble commercial à 7 155 m2. »

   Le permis PC 021 038 20 S0009, actuellement à l’étude, annonce  cette fois une nouvelle « couche » de 2803 m2 qui pourrait venir encore s’ajouter aux 2 175 m2 dont la réalisation, sur le « terrain A », est à présent imminente.

  QUE DU BONHEUR POUR LE PETIT COMMERCE DE CENTRE-VILLE !

Zone du Charmoy, une épidémie de permis.jpg.

Zone du Charmoy, une épidémie de permis.jpg.

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15 septembre 2020  (J+4290 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents