Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 10:56

LES BLÉS D’OR - du 21 JUIN 2015 (J+2377 après le vote négatif fondateur)

Les maïs ne pousseront plus au Charmoy, mais en ville nous avons à présent une petite emblavure. Non pas, une bavure, grand-père ! Une petite em-bla-vure! Une pièce de blé si t’aimes mieux. Une petite emblavure en dur j’te jure, avec dorure, des épis d’or, un vrai trésor !

CHARMOY : QUE SONT LES VERTS MAÏS DEVENUS ? - du 02 SEPTEMBRE 2014

Ah oui p’tiot, je m’rappelle : « Travaillez, prenez de la peine, c’est le fonds qui manque le moins » et peuh, les andins, les javelles, l’battouère. Ah l’battouère, c’étô pas l’moment d’lôner. Et peuh après l’battouère, quand on avait sifflé trois douzaines de litres à douze pour faire passer la pousrotte, on chantait La Chanson des blés d’or : « Mignonne quand le soir descendra sur la terre / Et que le rossignol viendra chanter encor / Quand le vent soufflera sur la verte bruyère / Nous irons écouter la chanson des blés d’or (bis)»

Tu retardes d’une paye grand-père, t’es bon pour le musée du Vivi, ça se chante plus comme ça, c’est nase tes trucs de vieux, depuis un artiste, un vrai, a créé de nouvelles paroles : « Simone quand y’aura des promos à l’hyper / Et que les prospectus feront vraiment très fort / Quand j’aurai rustiné, regonflé mon Lapierre / Nous monterons là-haut ça nous fera du sport (bis)».

PER ASPERA AD ASTRA du 11 septembre 2012

Allez, lâche-toi grand-père, t’es encore djeune, fais pas cette tête-là, chante avec moi, c’est la Fête de la Musique ! « Simone quand y’aura des promos à l’hyper…

Le petit caporal

Le petit caporal

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 21 juin 2015 (J+2377 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 08:55

CHANTECLER A CINQ ANS - du 18 JUIN 2015 (J+2374 après le vote négatif fondateur)

Une consultation peut être, dans le cas idéal, un acte de démocratie participative. Mais en juin 2010, lors de la consultation pour la « zone commerciale du Charmoy », dénomination vague, et faux-nez d’une enseigne bien connue, nous étions dans un tout autre cas. Et c’est l’examen attentif de cette situation qui a motivé, au seuil de l’été 2010, la création de notre blog.

Le 18 juin 2010 paraissait Chantecler N°1 en réaction au climat de propagande effrénée qu’entretenait alors la « bande des quatre » pour un OUI à la «consultation ».

Derrière le galimatias administratif de sa présentation officielle, en dépit des couplets naïfs sur son sens et sa valeur démocratique, quels étaient au fond, pour ses organisateurs, la cause et le motif profonds de cette consultation ? Obtenir un coup de pouce à l’applaudimètre au profit du promoteur et aussi, sans doute, de son soutien local !

En effet, des difficultés d’implantation étant apparues pour celui-ci à la suite des décisions négatives de deux commissions consécutives. (CDAC du 7 octobre 2009 et CNAC du 20 janvier 2010), il semble bien que le but recherché ait été en fait d’obtenir, après-coup, le soutien d’une population tenue à l’écart de la décision initiale et de surcroît objectivement mal informée, sinon par des slogans publicitaires.

Car le projet, pour lequel un soutien populaire était maintenant escompté, n’avait-il pas d’abord été décidé en catimini, plus d’un an avant dans le courant de l’hiver 2008-2009, et ce, en dépit du vote négatif du 17 décembre 2008 ! Ajoutons encore que sur le terrain, et dès avril 2009 le promoteur avait déclaré détenir la « maîtrise foncière de la zone » tout en remerciant le maire pour sa collaboration et surtout, sa « discrétion » ! (voir Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009).

Nos lecteurs/trices qui ne connaissent pas, ou qui auraient oublié les slogans de la fameuse consultation pourront les découvrir ou les redécouvrir à travers les tracts et les affiches dans notre

ALBUM IMPRESSIONS DE LA CONSULTATION 2010

Nos murs étaient alors investis par une campagne d’affichage sauvage en jaune-fluo dont le matériel portait la signature de LURE.

La moindre des choses était de dénoncer cet état de fait, cette publicité voyante et tapageuse qui mêlait sans complexes les affaires privées et l’outil démocratique ! (le fait n’est pas rare de nos jours).

Face à cette floraison de propagande sur nos murs Chantecler, qui « chante clair afin qu’il fasse clair », devait dessiller les yeux des honnêtes gens et rappeler quelques vérités factuelles !

Aujourd’hui Chantecler a cinq ans, et n’envisage toujours pas de prendre sa retraite !

Attiré par les couvertures multicolores des numéros du NOTIN© que j’avais ressortis de mes rayons pour y rechercher le « projet de tramway », Claudi y a mis son nez, il a y dégotté quelques perles rares, dans le N°1 en page 28 : « Fred Hypaire piquant une polka du Charmoy », en page 29 : « Hercule et le Poirot » – ces légendes sont de son cru – et dans le N°2 en page 64 une photo de la « Manifestation du dimanche 27 septembre 2009 contre l’implantation d’un Centre Leclerc à Auxonne . Et sous cette photo, un commentaire sui generis dont quelques commerçants se souviendront !

J’ai vu soudain Claudi tout songeur, il pensait sans doute à ses légendes à lui. Je lui ai dit rassure-toi, nous n’avons pas d’annonceurs, et surtout, ce qui compte, nous avons beaucoup d’amis même si nous ne sommes pas sur facebook, cette foire aux amis faciles dont on met les binettes en vitrine ! Où l’on exhibe son « réseau » de zozos comme un philatéliste exhiberait son album de timbres !

CONNECTEZ-VOUS ! - du 06 MAI 2015

Et, ce disant, juste à gauche de la fameuse photo, en page 64, j’ai posé mon index pour lui montrer cette phrase (ce sont des animaux qui parlent) : « Nous profitons que nous avons la parole, pour dire que nous sommes tristes pour notre ami le Coq. En effet certains humains veulent lui tordre le coup [sic], car il chante un peu trop fort ». Devant ce témoignage de sympathie évident, Claudi, tout requinqué, a vite retrouvé le moral !

CHANTECLER A CINQ ANS - du 18 JUIN 2015 (J+2374 après le vote négatif fondateur)

Oui, aujourd’hui Chantecler a cinq ans, et presque toutes ses dents !

Aujourd’hui Chantecler a juste cinq ans et Waterloo juste deux cents…Encore un coq à l’âne me direz-vous ! Pas tout à fait ! Ce matin, devant le quartier Bonaparte, j’ai surpris un groupe de rosbifs tout excités, ils venaient de débarquer et flashaient déjà joyeusement la nouvelle statue du rond-point qui brillait de tous ses ors dans un soleil levant qui n’était pas vraiment celui d’Austerlitz ! À preuve, ils ont déjà trouvé un surnom au bonhomme : « Very, very nice ! His name is Arthur ! »

Arthur ? Arthur ? Je restais perplexe… Ils m’ont mis au parfum : Arthur Wellesley, duc de Wellington, bien entendu ! Arthur Wellesley, duc de Wellington, le grand faucheur de Waterloo faisant la nique, sous son nez, au Petit Caporal ! Pas mal !!

En consolation de cet affront de la perfide Albion vous pouvez toujours revoir

ALBUM NAPOLEON ET LE CRAYON

Chantecler a juste cinq ans, Waterloo juste deux cents, et cet article, beaucoup trop long, environ 5000 caractères…

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 juin 2015 (J+2374 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 08:46

LE TRAIN A DÉRAILLÉ, VIVE LE TRAMWAY ! - du 15 JUIN 2015 (J+2371 après le vote négatif fondateur)

Le déraillement que nous relatons aujourd’hui n’a pas fait la une de l’info, et pour cause, il concerne seulement le train de commissionnaires du Charmoy que nous avions évoqué dans un récent article.

« Paul-Louis-Marie », l’« ancien du PLM », interviewé par Charles de La Voye du Lien pudique avait vu juste, le voyage s’est mal terminé. Trop chargé, le train de commissionnaires aura fini par dérailler.

TANT VA LA CRUCHE À L’EAU… - du 05 JUIN 2015

Si le train de commissionnaires a fini par dérailler, le « tramway », quant à lui, semble de retour. Rappelons tout d’abord la première apparition, déjà ancienne, de « la ligne A » du « Tramway à Auxonne » qui « dessert le carrefour de la poste et la zone d’activité du Charmoy » en page 54 du N°3 de NOTIN © de septembre 2010.

NOTIN © ? Kézaco ? N’allez pas me dire que vous ne connaissez pas ce magazine universellement connu à Auxonne et bien au-delà ! Bien en cour auprès du maire d’Auxonne, auquel il offre une tribune, il connaît une large diffusion. Lisez-le donc, c’est le plus simple, je vous assure que vous ne serez pas déçu (publicité gratuite ! chez nous, du moins !). En ce qui concerne les productions de NOTIN © relatives à la question spécifique du Charmoy vous pouvez aussi vous reporter directement à la recension que nous en avions faite lors de la parution du numéro 6 de septembre 2013. Ce numéro est d’ailleurs, à notre connaissance, le dernier tirage papier paru à ce jour.

« OMBRES NOIRES » ET ANNONCEURS-FANTÔMES - du 17 septembre 2013

Et le « tramway » alors, « c’est du sérieux » ? comme dirait l’autre. Sur la toile, oui, c’est du sérieux. Lors d’une récente recherche sur Google, j’en ai ramené dans mes filets une image toute frétillante, parmi de nombreuses illustrations de Chantecler.

Essayez donc vous-même en allant sur Google et tapez par exemple « Auxonne tramway Gare ligne A » vous finirez bien par dégotter le tramway… et sa gare.

Car, c’est nouveau, le tramway a maintenant sa gare au Charmoy et cette gare a elle-même un nom. Elle s’appelle, je vous le donne en mille : « Au charme de la Rosière » ©. C’est parfait, il ne manque donc plus à présent au tramway qu’une confortable voie de garage !

En attendant, Claudi s’est mis dans la peau des imprimeurs lurons qui travaillent déjà en vue de l’ouverture…de la ligne A !

LE TRAIN A DÉRAILLÉ, VIVE LE TRAMWAY ! - du 15 JUIN 2015 (J+2371 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15 juin 2015 (J+2371 après le vote négatif fondateur)

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 09:17

DES CISEAUX ET UN DISCOURS - du 06 JUIN 2015 (J+2362 après le vote négatif fondateur)

À présent que le train de commissionnaires est passé, il est temps de passer aux choses sérieuses ! Vite, des ciseaux et un discours !

Encore un discours ! Rassurez-vous cher(e)s lecteurs/trices, nous ne sommes pas (du moins pas encore) au Panthéon et le discours ne sera pas long, il ne sera pas question non plus, comme l’an dernier à cette même date, de l’anniversaire du débarquement

CHARMOY-BEACH - du 6 juin 2014

Des ciseaux et un discours… vous l’avez bien compris il s’agit, bien sûr, d’inauguration, et pas d’inauguration de chrysanthèmes, mais bien sûr d’hyper-inauguration. Rassurez-vous cependant, un hyper-discours, ça peut être court !

Voilà bientôt un an de cela, notre premier magistrat, annonçait en son Conseil à propos du Charmoy : « Les travaux ont démarré. […]. L’inauguration pourrait se faire en juin 2015. » [p. 3 du PV du CM du 10/07/14 § 4 « Informations de Monsieur le Maire »]

Cette prédiction, que la réalité tangible de ce mois de juin vient mettre en défaut, s’ajoutait ainsi à une longue série d’autres prédictions non réalisées. Permettez-nous, en préambule, à l’hyper-discours d’en rappeler les plus marquantes.

Il y a plus de six ans, le 26 mars 2009, Le Bien public titrait « IMPLANTATION COMMERCIALE À AUXONNE LECLERC ARRIVE AVEC 250 EMPLOIS D’ICI 24 MOIS ».

Presque deux ans plus tard, dans Le Bien public du 13 janvier 2011, Raoul Langlois déclarait : « Si on remporte cette bataille, le début des travaux est prévu pour 2012 ; Le terrain est prêt, il ne reste plus qu’à construire ».

Un an plus tard, dans Le Bien public du 23 janvier 2012, notre premier magistrat déclarait : « la création d’un centre commercial composé d’un hypermarché Leclerc et d’une galerie marchande […] n’est plus hypothétique mais bel et bien prévue à l’horizon 2013 ».

On scruta donc l’horizon 2013… Le début de l’année 2013 apporta, avec les vœux cette déclaration municipale dans l’article du Bien public du 9 janvier 2013 : « Le début des travaux devrait être envisagé d’ici la fin de l’année 2013 ».

L’automne 2013 approchant, un grand article du Bien public du 10 septembre 2013, nous apprit cette profonde vérité énoncée par notre premier magistrat : « On n’a jamais été aussi proche de voir le projet Leclerc se concrétiser ».

Un an après, le 17 septembre 2014 enfin, toujours dans Le Bien public, notre premier édile déclarait : « l’été 2014 a définitivement mis fin à des années de déboires judiciaires entre la municipalité et les commerçants au sujet de la construction d’un centre commercial Leclerc […] La construction de ce dernier a démarré en juin dernier et les Auxonnais devraient encore patienter quelques mois avant de pouvoir y faire leurs courses. »

Pour l’heure, en matière d’annonces de presse, nous en sommes resté à celle du 1er avril dernier (sans blague !) dans laquelle Le Bien Public du même jour publiait un article d’une demi-page intitulé « Leclerc est sorti de terre » (cahier local (page 4)).

POISSON D’AVRIL (BIS) - du 02 AVRIL 2015

Dans un style allégorique, Claudi nous livre sa version graphique du jour tant attendu.

Hyper-ciseaux au Charmoy

Hyper-ciseaux au Charmoy

Ce charmant tableau ne nous renseigne cependant pas, ni sur la date de l’évènement, ni sur les discours qui y seront tenus. Pour la date, il convient de rester prudent…

Quant aux discours on ne risque pas trop de se tromper en prenant modèle sur Wasselonne (67) où fut inauguré le 26 avril 2014, un établissement similaire. D’ailleurs, Auxonne, dans sa consonance qui sonne, ne rime-t-il pas avec Wasselonne ? Nous avons donc pris la liberté d’adapter les discours de Wasselonne disponibles en ligne en changeant simplement Wasselonne en Auxonne. Auxonne, où dans un avenir plus ou moins proche, pourraient ainsi résonner, sur la zone du Charmoy ces discours :

« D’une manière générale, dans un pays qui est en crise, quand on est chef d’entreprise, on a des responsabilités sociales qu’on doit assumer, mais qu’on doit assumer aussi positivement et pas seulement sous la contrainte. [Ce devoir] c’est celui de la création d’emplois, emplois créés bien sûr à [Auxonne], pour ce magasin et dans cette zone commerciale, mais emplois qui vont être développés dans l’enseigne Leclerc, puisqu’il y aura près de 2500 emplois en 2014 dans les centres Leclerc nouvellement créés et encore plus de 2000 emplois en 2015. »

« Il existait des petits commerces et il existe toujours des petits commerces à [Auxonne] et il existera toujours des petits commerces à [Auxonne]. L’implantation [de ce magasin] est pour sédentariser les consommateurs sur certaines familles de produits, mais ces gens-là qui vont rester sur la commune iront dans ces commerces-là consommer des produits que nous, on peut peut-être pas offrir, que nous on n’a pas dans les rayons parce-que ça reste un petit hypermarché, ou parce-que les gens ont ces affinités-là. Donc, les petits commerces, j’espère et j’en suis persuadé, profiteront de cette sédentarisation des clients. »

Les curieux et les sceptiques pourront vérifier la conformité de la copie à l’original :

http://www.dailymotion.com/video/x1rgf9b_michel-edouard-leclerc-de-passage-en-alsace_news

http://www.wat.tv/video/michel-edouard-leclerc-passage-6rkn7_3klpr_.html

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 6 juin 2015 (J+2362 après le vote négatif fondateur)

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 09:46

ENTRACTE : LES REMPARTS DU CHARMOY- du 22 MAI 2015 (J+2347 après le vote négatif fondateur)

Pour le confort de nos distingué(e)s lecteurs/trices, nous interrompons la projection de notre film « Hyper-soupe » par un petit entracte. Comme autrefois à l’Aiglon, je crois entendre l’annonce qui suivait les actualités, quand le rideau publicitaire Havas, constellé d’annonces colorées de petits commerces locaux et dijonnais, retombait, avant le grand film, devant l’écran : « Quinze minutes d’entracte, la buvette est ouverte au sous-sol ! ». À l’Aiglon on ne projette plus, mais l’on transpire des abdos, et la buvette est devenue la salle du Jeu de Paume (ou des paumés ?) où se tiennent épisodiquement les joutes électorales.

Après ce tout petit clin d’œil historique, chacun attend l’ouvreuse et son panier de friandises en bandoulière, son pop-corn ou son Miko. C’est pourquoi, pour cet entracte, nous resterons encore dans l’alimentaire, et même dans l’hyper-alimentaire. Sachez donc qu’au Charmoy, ça pousse, même si l’actualité n’est pas très loquace sur le sujet qui n’alimente guère pour le moment la chronique locale.

Les enthousiasmes du printemps 2009 semblent donc avoir rejoint définitivement les poubelles de l’histoire ! Le Bien public ne témoigne plus, en pleine page, comme dans son indépassable article du 26 mars 2009 de la fébrilité presque adolescente du trio édilitaire, artisan du projet : « avec ses deux adjoints, il [notre maire] examine les implantations sur une carte. Ils sont aussi excités qu’impressionnés par l’ampleur du projet ». C’est qu’elle est passée, l’hyper-jeunesse et les doux émois avec.

LA BONNE BLAGUE DU BLOG - du 22 FÉVRIER 2015

Ne disputant pas à notre trio, le rôle de chantre officiel du projet, sinon en négatif (tout est en négatif dans cette affaire, à commencer par leur vote en négatif du 17 décembre 2008 !), je m’en tiendrai donc à dire, qu’effectivement là-haut : ça pousse !

Dans Le Bien Public-Dimanche du 10 mai dernier, un élu esquissait récemment, quoique timidement, le volet développement touristique de son rêve charmoysien : « on voudrait voir davantage d’hôtels-restaurants mais il n’y a pas assez de place. Les bus ne pourraient pas déposer de touristes au centre-ville, on essaiera de le faire plutôt du côté du Charmoy ».

Passant, il y a peu, à vélo derrière le chantier, Claudi plein d’imagination a donné corps et vigueur à cette inspiration : « Les autocaristes débarquent ! Ils veulent voir les remparts du Charmoy ! »

Décidément, comme dit Claudi, le Charmoy, c’est Ninive, Alésia et Cinecittà réunies !

FELLINI AU CHARMOY - du 14 OCTOBRE 2014

Le Charmoy, un nouvel Alesia

Le Charmoy, un nouvel Alesia

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 mai 2015 (J+2347 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 10:01

CONNECTEZ-VOUS ! - du 06 MAI 2015 (J+2331 après le vote négatif fondateur)

     En mai, fais ce qu’il te plaît ! Le temps fait des siennes, le temps n’est pas clément : que d’eau ! Que d’eau ! Le temps n’est pas Clément,  c’est trop d’eau sans Pernot ! (après le tee-shirt du 10ème Tour du Jura, un petit clin d’œil à la santé de Champagnole, notre hyper-jumelle !).

      Vous devez sentir comme moi, entre averses et ponts, un certain clapotis, un flottement certain. N’est-ce pas un flottement idéal pour aborder les îles innombrables de l’archipel Facebook. En route donc, vers les Îles Fortunées !

       Fidèle aux pôles d’intérêt de notre blog, nous restreindrons cependant notre croisière au petit groupe d’îles Facebook de nos élus locaux.   

      Un sujet qu’abordait déjà Le Bien public du 25 octobre dernier, qui publiait, sous la plume alerte de Nicolas Rouillard, un article intitulé : « Les élus sont-ils « connectés » à Auxonne et à Genlis ? » (cahier local p. 2 rubrique « Temps fort »).

   La relecture de l’article de Nicolas Rouillard, bien qu’elle nous en apprenne assez peu sur la situation locale en la matière, constituera néanmoins le point de départ de notre croisière d’aujourd’hui vers un tout petit secteur  de l’archipel Facebook.

    Signalons d’emblée que, ne suivant pas en cela l’exemple de notre premier magistrat qui, selon Nicolas Rouillard, « lui aussi a pris le pli des réseaux sociaux » et donc mis les voiles vers l’archipel Facebook, nous ne sommes pas un adepte actif de Facebook. Rien d’humain ne nous étant étranger, nous gardons néanmoins un œil très attentif sur les contenus publics qui peuvent y circuler. Dans ce sens, nous pourrions reprendre à notre compte les propos de notre premier magistrat exprimés, toujours, dans l’article de Nicolas Rouillard : « Facebook me permet de m’informer de ce qui est publié au sujet d’Auxonne ».

   Nous avions ainsi observé, à la suite des attentats du 7 janvier dernier, un « scénario » local Facebook  typique dont nous avions rendu compte dans ce blog dès le 9 janvier.

L’ESPOIR FAIT VIVRE - du 09 JANVIER 2015

   À l’heure où Emmanuel Todd ose revenir, en l’égratignant, sur l’unanimisme du 11 janvier, mais où Inf’auxonne N° 48, gravant l’évènement dans le marbre, titre en page 5 « Attentat contre Charlie Hebdo… Auxonne se mobilise », nous ne renions pas, quant à nous, notre scepticisme d’alors. Comme le déclare Emmanuel Todd dans L’OBS n° 2634 du 30 avril au 6 mai 2015 (p. 74) : « Il faut aller au-delà du mensonge, au-delà des bons sentiments et des histoires merveilleuses que les gens se racontent sur eux-mêmes »   

     Facebook n’est-ce-pas le lieu idéal « des bons sentiments et des histoires merveilleuses que les gens se racontent sur eux-mêmes » ?   

    Même si, pour reprendre les propos de Nicolas Rouillard, « Le réseau social est aussi un lieu où ferraillent parfois les élus ». Inspirée sans doute du monde de l’escrime qui semble être l’un de ses pôles d’intérêt, cette incise du journaliste à propos des échanges entre le maire d’Auxonne et son opposition pouvait sans doute s’appliquer à la période des dernières municipales. À présent, bien calée dans son fauteuil pour un lustre, engoncée dans ses gilets matelassés la majorité semble se gausser des assauts des fleurets trop bien mouchetés des « trublions » !

     Bien que n’ayant pas l’honneur d’être élu, nous ne répugnons pas pour autant à « ferrailler ». Diverses raisons nous maintiennent néanmoins hors des salles d’escrime de Facebook. Parmi ces raisons, citons au premier chef, le conformisme moutonnier, l’exhibitionnisme de mauvais goût ainsi que le simplisme qui y président assez généralement.

      Sans exhibitionnisme exagéré, je vous fais une confidence : comme le Cardinal, j’aime beaucoup les chats ! Mais vous n’imaginez tout de même pas la photo de votre serviteur trônant réjoui et comblé,  portant ses huit chats et chattes sur ses genoux et ses épaules, en vrai Léautaud de la Capitale de l’Oignon : un tel chromo digne des plus grands classiques du calendrier des postes, ne manquerait pourtant pas de faire monter ma cote dans les chaumières numériques, mais je dis non, merci !

     Une autre raison de mon absence sur Facebook, c’est le peu de crédit que j’apporte aux like et autres approbations, fondées la plupart du temps sur des réactions épidermiques, plus que sur un véritable travail de réflexion documentée.

     Beaucoup trop de « coups de cœur » sans cervelle donc, mais aussi,  parfois, de coups de poignards anonymes. Le commentaire anonyme, voilà la maladie honteuse des réseaux sociaux. Une dernière raison pour moi de ne pas m’exprimer sur ces réseaux, c’est que j’estime qu’un argumentaire sérieux ne se développe pas en quatre lignes mal ficelées et bourrées de fautes, prises en sandwich entre la photo de Mirza, un « plein de bisous tout partout » à la grosse Georgette pour son anniversaire et la republication systématique de toutes les affiches qui traînent dans les vitrines du Val de Saône.

     Cependant, je dois bien l’avouer, il me coûte parfois d’être seul à l’écart, hors de la grande cour de récréation des réseaux sociaux où pullulent tant d’« ami(e)s » aux vécus passionnants. Alors je me prends à rêver d’avoir, comme certain(e)s, des centaines d’ami(e)s. Don Juan ne  revendiquait-il pas avant l’heure «mille e tre !», 1003 amies, bien entendu ! Était-il pour autant heureux ? L’histoire locale nous rapporte que 1664 ami(e)s, s’ils peuvent parfois vous faire mousser, ne suffisent pas pour autant à vous faire parvenir !

    Et pourtant, comme ils me manquent ces « amis » et ces « amies » pour partager leurs photos de vacances à Honolulu, celle des noces d’or de leur grand-mère, leurs maximes à trois balles pêchées sur le net, ou encore leurs recettes inédites de soupe à l’oignon. À propos d’oignon, je vous avoue sans fard que je me prends parfois à pleurer de ne pouvoir partager tous ces « trésors » d’humanité…

    Pleurer de rire bien entendu ! Claudi, qui n’a pas vu le rire entre les larmes, a naïvement imaginé un remède à ma mélancolie. Claudi, le pauvre, qui est mon seul ami, n’a vraiment rien compris, il m’a tout bonnement dessiné, non… pas un mouton, mais une page Facebook bien à moi pour me consoler ! Merci Claudi, me voilà enfin comme tout le monde ! Je sens  que l’on va enfin « m’inviter » et que je vais pouvoir « partager » quelques bonnes photos !

    En attendant d’en revenir à des choses plus sérieuses, c’est promis !

 

Facebook Chantecler

Facebook Chantecler

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 06 mai 2015  (J+2331 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 09:14

VIES PARALLÈLES (2) : LES PARIS STUPIDES - du 14 AVRIL 2015 (J+2309 après le vote négatif fondateur)

Nous dédions cet article aux courageux personnels du Casino de Champagnole qui osent contredire certains discours « mortels »

       Après notre impromptu hôtelier, nous reprenons  aujourd’hui notre étude comparative d’Auxonne et Champagnole. Notre premier article sur le sujet, « Vies parallèles (1) », tout en soulignant les traits qui les différencient, avait dégagé une inclination commune des deux premiers magistrats des deux villes : celle à multiplier hors-de-propos le nombre de grandes surfaces – et tout particulièrement de grandes surfaces à dominante alimentaire  – sur leurs communes.

       Dans cette course, Champagnole est d’ailleurs en avance sur Auxonne. Le Progrès du mardi 31 mars, qui nous a inspiré cet article,  nous apprend, en effet, en page 30 que 7 grandes surfaces sont actuellement implantées à Champagnole : « Aldi, Casino, Colruyt, Intermarché, Leclerc, Lidl et Super U ». À Auxonne, nous n’en comptons, pour l’instant, que 4 : Casino, Intermarché, Lidl et Netto.

      Mais ces bilans vont bientôt changer. C’est déjà certain pour Champagnole, Casino devant très bientôt disparaître de la liste. Probable, dans un avenir plus ou moins éloigné, pour Auxonne où l’enseigne Leclerc, bénéficiant depuis sept ans du soutien aveugle et inconditionnel du maire, risque bien de parvenir à ses fins.

    Le Progrès du mardi 31 mars dernier titrait en page 30 à la rubrique Champagnole « Le passage de Casino sous l’enseigne Leader Price inquiète les salariés ». En effet « Casino deviendra Leader Price, et cela dès le mois de mai » explique Patrice Tissot, délégué du personnel du magasin,  qui voit dans cette mutation le premier effet « d’une course folle aux commerces qui ne crée pas d’emplois mais en supprime ». Patrice Tissot rappelle : « Nous étions 29 salariés lorsque Super U s’est agrandi avec son village U en 2012. Nous sommes 17, aujourd’hui, en comptant la jeune apprentie ». La station-service du supermarché est déjà en cours de démantèlement. Pour le personnel, le changement d’enseigne est bien une fermeture : « Ce n’est pas un transfert. C’est la fin de Casino [N.D.L.R. « Chantecler » : c’est nous qui soulignons] et la création d’un Leader Price. Pour l’instant, nous avons la chance d’avoir ce repreneur pour sauver nos emplois. Mais le problème reste entier. Forcément, il y a une grande surface qui cédera. Sans parler des commerces du centre-ville [N.D.L.R. « Chantecler » : c’est nous qui soulignons] ».

     Et Patrick Tissot de poursuivre : « L’attractivité souhaitée au départ devient un piège mortel pour tous les commerçants de la ville  [N.D.L.R. « Chantecler » : c’est nous qui soulignons] »

    Il peut être utile de confronter ce discours d’un responsable syndical confronté dans l’urgence, avec ses collègues, à la réalité des faits, et les éléments de langage, téléphonés et peu crédibles que le maire d’Auxonne et ses adjoints ont sans doute rapportés de leurs visites en Haute-Saône… : « Notre pari est de dire : si nous avons une grande surface, cela va attirer du monde, si les gens viennent à la grande surface, ils peuvent en profiter pour faire d’autres courses, d’autres achats sur la ville » (déclaration sur FR3 le 22 octobre dernier) . Voilà un discours stéréotypé que nos recherches nous ont amené à retrouver partout où une grande surface voulait s’installer avec la bénédiction du maire.

    Comment ne pas mettre en parallèle ce discours formaté avec celui relevé sur un tract de la mémorable consultation de juin 2010 imprimé par l’AAC (Auxonne Avenir Consommateurs), association-croupion créée pour la circonstance, et dont le Président est entré depuis au conseil municipal.

 

A Star Is Born !!!

A Star Is Born !!!

    Nous vous livrons la profonde « pensée » du Président de cette association-croupion, exprimée dans un tract diffusé lors de la consultation de juin 2010, en parallèle avec l’affichage intensif des OUI imprimés à LURE :

   « Je pense que commercialement, il y a de la place pour tout le monde, et que, s’ils savent s’adapter, les commerçants de centre ville profiteront de la nouvelle clientèle qui arrivera de l’extérieur pour s’approvisionner sur la zone commerciale »

       C’est clair, on reconnaît le même disque « La Voix de son Maître ». Vous en doutez encore ? Alors, écoutez…. et comparez !

        « Il existait des petits commerces et il existe toujours des petits commerces à Wasselonne et il existera toujours des petits commerces à Wasselonne. L’implantation [de ce magasin] est pour sédentariser les consommateurs sur certaines familles de produits, mais ces gens-là qui vont rester sur la commune iront dans ces commerces-là consommer des produits que nous, on peut peut-être pas offrir, que nous on n’a pas dans les rayons parce-que ça reste un petit hypermarché, ou parce-que les gens ont ces affinités-là. Donc, les petits commerces, j’espère et j’en suis persuadé, profiteront de cette sédentarisation des clients. »

     Voilà un discours qui fait autorité, puisqu’il a été prononcé le 24 avril 2014, au LECLERC de Wasselonne (Bas-Rhin),  par le patron  de ce LECLERC, qui s’exprimait ce jour-là après MEL venu inaugurer son magasin, enfin ouvert après plus de dix années de procédures.

http://www.wat.tv/video/michel-edouard-leclerc-passage-6rkn7_3klpr_.html

        Apparemment, tous ces discours stéréotypés et  lénifiants ne semblent pas avoir rassuré, jusqu’à présent, les personnels du Casino de Champagnole ainsi que les commerçants du centre-ville.

      Et le consommateur, ce soi-disant « consomm’acteur » qu’est censé défendre l’association-croupion AAC, déclarée en Préfecture en janvier 2010, montée en épingle par l’équipe Langlois (voir le texte de notre illustration ci-dessus : « A Star Is Born !!! »,  tirée d’Inf’auxonne N° 27 de janvier 2010 p. 2) et finalement mise en veilleuse depuis sa contribution à la CNAC du 17 janvier 2012, le vrai consommateur, je le répète, que devient-il dans tout cela ?

       Plus soucieuse sans doute de ce vrai consommateur, que notre Président auxonnais de l’association-croupion AAC, assistant désormais silencieux et bien sage aux séances du Conseil municipal, une employée du Casino de Champagnole déclare : « Nos clients sont fidèles et nous les en remercions. […]. On sait que nos clients, souvent des personnes âgées, très attachées à Casino seront désappointés. On pourrait se taire, mais il faut que nos clients soient informés des changements »

      Madame, vous faites bien de ne pas vous taire et votre déclaration vous honore ! Elle réjouira sans doute tous/tes les Auxonnais(e)s lassé(e)s de l’enfumage qu’ils subissent depuis bientôt sept ans à propos d’une  prétendue « attractivité » ! Cette « attractivité souhaitée au départ  [et qui au bout du compte] devient un piège mortel pour tous les commerçants de la ville » dont l’article du Progrès nous informe que tel est déjà le cas à Champagnole !

Paris d'en haut, paris d'en bas !

Paris d'en haut, paris d'en bas !

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 Avril 2015  (J+2309 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 09:04

CHAR OU CHARMOY ? - du 06 AVRIL 2015 (J+2301 après le vote négatif fondateur)

      Claudi, nostalgique, évoquait hier soir ses souvenirs :

– C’était au temps où l’orthographe était encore en promo. Je me rappelle mon vieil instituteur qui nous répétait : « Tous les noms de la famille de char prennent deux R sauf char et chariot ». Aujourd’hui je pense que la règle est devenue incomplète et qu’on devrait ajouter à char et chariot :  Charmoy !

 – Ça va pas Claudi, Charmoy, ça vient de charme, Carpinus Betulus L., l’arbre, bien entendu : le roi des affouages ! Si t’es pas convaincu demande au Doudou, il en connaît un rayon en matière de charme et surtout de Charmoy !

– Pas d’accord, tu retardes d’une paye ! Charmoy ça vient pas de charme, c’est de la famille de char, de char LECLERC, bien entendu, et si on peut admettre aussi que ça vienne de charme, il ne s’agit pas de l’arbre du même nom, bon sang de bois ! Il s’agit seulement du charme convaincant et trompeur des promesses qui n’engagent que ceux qui y croient !

   Cette petite conversation à bâtons rompus, sous les charmilles avec Claudi, pour introduire notre article d’aujourd’hui dans lequel nous traiterons de presse municipale. Et particulièrement du numéro de printemps en instance de parution, et que tous nos concitoyens attendent, retenant leur haleine, avec la foi du charbonnier et une impatience seule comparable à celle des bourgeons de charme attendant la sève qui monte. Au préalable, passons en revue les numéros de printemps, précédemment parus, du captivant magazine.

     Le numéro de printemps de l’année 2009, le meilleur, le plus grand, l’indépassable inf’Auxonne N°25 de mai 2009, chantait avec une conviction renversante – que seules pourraient peut-être égaler les promesses de lendemains qui chantent, sorties de la moustache du Petit Père des Peuples– les louanges d’un Charmoy servi sur un plateau à un promoteur unique et thaumaturge :

LE NUMÉRO DU SIÈCLE- du 24 FÉVRIER 2015  

      Poursuivons notre inventaire : le N° 28 de mai 2010  célébrait l’embarquement au port, le N° 32 d’avril 2011, Fillon aux p’tits oignons, le N° 36 d’avril 2012, un char de Carnaval, le N° 40 d’avril 2013, un  autre char de Carnaval, le N° 44 d’avril 2014, la reconduite du char de la municipalité, et le N° 48 d’avril ou mai 2015 que nous réserve-t-il ? Un char ou le Charmoy ? Émoi !  Émoi ! Émoi ! Mais au fait, connaissez-vous la Reine du Charmoy… et son Roi

REINE DU CHARMOY - du 11 FÉVRIER 2015

     Inspiré par le charme de la Reine du Charmoy, Claudi s’est attelé à la tâche. Conséquence : c’est la maquette rêvée de la « une » idéale du prochain L’Info’bonne  qui paraît aujourd’hui en avant-première dans notre blog. Elle concilie avec bonheur les deux options, non pas char ou Charmoy, mais char et Charmoy, avec un seul R bien entendu, comme LURE !

     Réflexion faite, Claudi n’a pas manqué de prévoir quand même une alternative plus musclée, les  « fervents défenseurs » du projet pouvant juger cette « une » char et Charmoy un peu faible. La « une » bis, qui recueillera sans doute leurs suffrages enthousiastes, représente, dans sa version moderne – fer et béton contre labours et périphérie contre centre-ville – la fameuse victoire du « pot de fer contre le pot de terre »,  dans « l’intérêt général » bien entendu !              

       Enfin, à destination des vrais amateurs, chaque Une est donnée en feuille avec sa quatrième de couverture surprise jointe !

Les unes d'Info'bonne 48
Les unes d'Info'bonne 48
Les unes d'Info'bonne 48

Les unes d'Info'bonne 48

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 06 Avril 2015  (J+2301 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 07:00

POISSON D’AVRIL (TER) - du 04 AVRIL 2015 (J+2299 après le vote négatif fondateur)

   L’article du  Bien Public du 1er avril dernier annonçant – pour reprendre le registre potager d’un binôme candidat aux récentes départementales – la présente levée de la « graine » déposée au Charmoy début 2009 par un semeur « fervent » autant que « discret » nous avait amené, dans notre dernier article, à quitter le monde piscicole prématurément. Nous le rejoignons aujourd’hui, et pour tous/toutes ceux/celles qui aiment taquiner le goujon ou ferrer le brochet, nous proposons en relecture un article déjà ancien :

CHARMOY : LE  PÉROU  POUR  LES PÊCHEURS ! - du  23 juin 2013

     À l’usage des gens pressés, que nous savons de plus en plus nombreux, et qui n’ont pas la patience de démêler les lignes, nous reprenons directement cet extrait d’Inf’Auxonne, N° 31 de janvier 2011 reproduit dans l’article cité.  Cet extrait, véritable morceau de bravoure, n’est autre que la leçon de morale surplombante et péremptoire  que le semeur « fervent » autant que « discret » s’autorisa à donner après coup aux commerçants du centre ville légitimement étonnés, voire écœurés, des revirements survenus entre le vote négatif fondateur du 17 décembre 2008 et l’annonce fracassante du 26 mars 2009 :

        « Malheureusement, jusqu’à présent nos appels n’ont pas reçu l’écho qu’ils méritaient. En effet, les représentants du commerce auxonnais, obnubilés par la lutte contre l’implantation d’une troisième grande surface se sont fourvoyés dans une alliance contre nature avec les grandes surfaces locales. Se mêlant ainsi d’un combat qui de toute évidence ne les concernaient [sic] pas, en scellant cette alliance de la carpe et du lapin, ils ont fait perdre de vue à leurs mandants les questions essentielles… »

      Bravo, Monsieur le donneur de leçons de morale ! Belle pièce, pas vrai, cette carpe !

      Parole de Capitaine Brochet : croyez-moi, il vaut mieux s’allier en sous-marin avec un gros si LURE. Ça au moins, c’est pas une alliance contre-nature !! Et mieux vaut être téléguidé qu’  « obnubilé » et louvoyer plutôt que « se fourvoyer » !

        À propos de brochet, Inf’Auxonne N° 36 de mai 2012 nous apprend très pédagogiquement que  « Le brochet, espèce emblématique du Val de Saône se reproduit sur les prairies inondées durant l’hiver. Il utilise la végétation comme support de ponte. Plus largement, les cyprinidés se reproduisent dans des zones peu profondes, calmes et enherbées ». Nous pourrions ajouter qu’au cours de l’hiver 2008-2009, un brochet « fervent », revenu tout ébloui et émoustillé d’un fabuleux périple en Haute-Saône, remonta discrètement le Bief Pérou, jusqu’aux prairies du Charmoy.

       Vous conter ce fait en cette vigile de Pâques, est proprement de circonstance puisque c’est au cours de cet hiver 2008-2009 précisément, que notre brochet pondit très discrètement, en ces prairies, l’œuf réputé non alimentaire bien qu’à prédominance alimentaire d’un hyper-projet pharaonique qui ne tarda pas à éclore avec le printemps, dans la presse du moins ! Et qui, à retardement, vient d’éclore enfin aujourd’hui.

    Cet œuf n’était pourtant pas, à proprement parler, un œuf de Pâques. Il se révéla, à l’usage,  n’être pas non plus un œuf à raccommoder, du moins à raccommoder les relations improbables entre notre brochet et « la carpe et le lapin » ! Penser, au surplus, que cet œuf pourrait aider à raccommoder le tissu socio-urbain fatigué du centre-ville, ne pourrait être que le pari d’une bien piètre couturière !

    À preuve, la CNAC du 20 janvier 2010, dans sa décision 317D  posait elle-même, en experte, ce diagnostic suffisamment clair : « Impact significatif sur l’activité des commerces et services traditionnels situés en centre-ville […] Ne manquera pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’Auxonne[…] contribuera à développer un nouveau pôle périphérique et […] ne participera pas ainsi, à un aménagement harmonieux du territoire de l’agglomération d’Auxonne ».

La frayère à brochet

La frayère à brochet

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 avril 2015 (J+2299 après le vote négatif fondateur)

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 07:00

POISSONS D’AVRIL D’AUJOURD’HUI ET D’HIER… - du 01 AVRIL 2015 (J+2296 après le vote négatif fondateur)

         Au Charmoy, « Les travaux ont démarré. […]. L’inauguration pourrait se faire en juin 2015. ».

     Juin 2015 ?!  Poisson d’avril ! Je dirais même plus, poisson pas très frais, puisqu’il s’agit d’une déclaration du maire d’Auxonne à la séance du Conseil municipal du 10/07/14 [p. 3 du PV du CM du 10/07/14  § 4 « Informations de Monsieur le Maire »]

      Les exemples ne manquent d’ailleurs pas de déclarations optimistes du même tonneau !    

    C’est ainsi qu’il y a plus de six ans, le 26 mars 2009, Le Bien public  titrait « IMPLANTATION COMMERCIALE À AUXONNE LECLERC ARRIVE AVEC 250 EMPLOIS D’ICI 24 MOIS ». Ça c’était le gros poisson d’avril 2009, après le vote négatif fondateur du 17 décembre 2008 ! Merci, Capitaine Brochet !

     Presque deux ans plus tard, dans Le Bien public  du 13 janvier 2011, Raoul Langlois, martial, déclarait : « Si on remporte cette bataille, le début des travaux est prévu pour 2012 ; Le terrain est prêt, il ne reste plus qu’à construire ».

    Un an plus tard, dans Le Bien public du 23 janvier 2012, notre premier magistrat déclarait : « la création d’un centre commercial composé d’un hypermarché Leclerc et d’une galerie marchande […] n’est plus hypothétique mais bel et bien prévue à l’horizon 2013 ».

      Le début de l’année 2013 apporta, avec les vœux,  cette déclaration municipale dans l’article du Bien public du 9 janvier 2013 : « Le début des travaux devrait être envisagé d’ici la fin de l’année 2013 ».

     L’automne approchant, le 10 septembre 2013,  un grand article du Bien public nous apprit cette profonde évidence énoncée, sans grand risque, par notre premier magistrat : « On n’a jamais été aussi proche de voir le projet Leclerc se concrétiser ».

      Le 17 septembre 2014 enfin, toujours dans Le Bien public, notre premier édile déclarait : « l’été 2014 a définitivement mis fin à des années de déboires judiciaires entre la municipalité et les commerçants au sujet de la construction d’un centre commercial Leclerc […] La construction de ce dernier a démarré en juin dernier et les Auxonnais devraient encore patienter quelques mois avant de pouvoir y faire leurs courses. » 

      Pour l’heure, malgré un redémarrage en flèche (de grue) du chantier, la presse se montre avare en informations charmoysiennes. Nous ne désespérons pas pour autant de pouvoir bientôt allonger notre liste de pronostics historiques. Et notre liste de courses, bien entendu !

      En attendant, Claudi a ressorti de son congélateur d’archives un très vieux poisson d’avril 2009 en promo, à vrai dire, pas vraiment pêché en eau claire !

       Dans le ventre du carnassier on a retrouvé ce message :

 « Le Maire a-t-il, comme les opposants au projet le prétendent, changé d’avis ?

NON. Sa position a évolué avec le dossier lui-même. En effet, initialement « à prédominance alimentaire», le projet a ensuite subi des adaptations majeures pour le mettre en adéquation avec le vote du 17/12/2008. (Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009 p. 2) »

  Voilà qui a de l’à LURE ! Ça c’est vraiment une HYPER découverte !!! Ça, c’est les lois l’évolution revues et corrigées par le darwinisme vésulien, et ça mérite au moins une communication à l’Académie des Sciences !

Je sui si Lure

Je sui si Lure

 

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er avril 2015  (J+2296 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres