Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 00:00

LA BONNE BLAGUE DU BLOG - du 22 FÉVRIER 2015 (J+2258  après le vote négatif fondateur)

         Nous terminions ainsi notre dernier article :

   «…nos édiles démontraient qu’ils venaient de faire le job au service du promoteur, assurant à ce dernier la maîtrise foncière de la zone convoitée, avec discrétion, dévouement et diligence.

     Ayant bien mérité du promoteur, ils pouvaient, la chose faite, lâcher magnanimement un os à ronger à leurs électeurs sous la forme d’un blog de libre expression. Ce qui ne mange pas de pain et qui fut fait dès le 26 mars 2009, jour de l’annonce « LECLERC ARRIVE AVEC 250 EMPLOIS D’ICI 24 MOIS » dans Le Bien Public.

     Ce document a disparu de la toile au début 2013, comme nous le faisions remarquer en ces termes dans notre article

OÙ EST PASSÉE LA ZONE DU CHARMOY ? – du 27 janvier 2013

        Dans cet article, nous écrivions alors :

     « Coïncidence fortuite, ou autre souci de « discrétion », le blog municipal http://auxonne.b-blog.fr/billet-12634.html  que nous recommandions à nos lecteurs dans nos « ARCHIVES » numéro 3 et 4 et qui était encore très récemment  accessible, est devenu brusquement inatteignable. Que nos lecteurs se rassurent, ils pourront  accéder à son contenu sur notre blog grâce à une copie en PDF, et apprécier le « débat riche et fructueux ». »

    Réouvrons donc, six ans après, l’archive de ce blog, trésor de démocratie participatatatative offert à l’expression du bon peuple après la bataille.

     Au tout premier chef, le « chapeau » introductif en est édifiant :

« Lors du Conseil Municipal en date du 17 décembre 2008, M. le Maire avait soumis la question suivante au vote des élus : « êtes-vous favorable à l’implantation d’une grande surface à dominante alimentaire supérieure à 1000 m² sur la zone du Charmoy ? »

Un projet répondant aux exigences du vote du  Conseil Municipal avec, notamment une surface alimentaire inférieure à 1000 m², […]  a été proposé »

    Il peut être instructif de le commenter en détail. Passons rapidement sur le fait que la question posée « lors du Conseil Municipal en date du 17 décembre 2008 » n’était pas exactement celle qui est mentionnée ci-dessus, mais en réalité la suivante : « êtes-vous favorable à l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire sur la zone du Charmoy ? » (voir procès-verbal du CM du 17/12/08 p. 25). Une petite interversion, après tout ce que l’on vient de voir, il n’y a vraiment pas là de quoi fouetter un chat !

     Plus inquiétant et beaucoup plus symptomatique est le fait que la réponse au vote n’ait même pas été mentionnée dans ce « chapeau ». Cela souligne toute l’importance accordée au résultat du vote par le rédacteur de ce chapeau !

      Ce vote, il était pourtant clairement négatif et, en bonne logique, devait s’opposer à « l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire sur la zone du Charmoy » comme avaient d’ailleurs cru le comprendre le journaliste rédacteur de l’article du  Bien Public du 19 décembre 2008 et tous les gens qui n’ont pas l’esprit tordu ou à double-fond. 

     Dès le lancement du projet, l’attention du citoyen a donc été abusée par une rhétorique à géométrie variable, approximative ou biaisée ! Comment ne pas supposer dès lors, que tout n’ait pas été  décidé à l’avance, en confidence avec le promoteur, en suite de quoi, les jeux étant faits sur le terrain par l’obtention de « la maîtrise foncière de la zone », on ait fait mine de donner la parole à l’électeur sur un blog ouvert après la bataille précisément le 26 mars 2009 !

     Les curieux pourront prendre connaissance du résultat de cet exercice de libre expression, modéré au demeurant par une censure quelque peu tatillonne : une cinquantaine de contributions produites par une trentaine d’intervenants, s’exprimant en général sous le couvert de l’anonymat, de mars 2009 à février 2010 inclus. Les 4/5 ont été produits en mars avril 2009 et aucune synthèse sérieuse ne fut jamais produite de cet exercice de libre expression, preuve de son caractère purement gratuit et dérivatif : « Cause toujours, tu m’intéresses ! »

CLIQUER ICI POUR LIRE LE BLOG DU 26 MARS 2009   

      De telles pratiques sont sans doute de celles qui, décrédibilisant les institutions, amènent l’électeur à douter de celles-ci et à se tourner, en désespoir de cause, vers des alternatives parfois discutables. Les grands discours, la main sur le cœur, n’y changeront rien ! Il faut cesser tout bonnement d’enfumer les gens et de se moquer du monde !

     La lecture de la presse locale n’a d’ailleurs rien pour rassurer. Le Bien Public d’hier, 21 février, dans son « Coup de zoom sur le canton d’Auxonne » faisait, en première page du cahier local, ce constat peu enthousiaste : « Des concitoyens loin des futurs enjeux électoraux ». Et comme pour souligner le pessimisme du premier, un autre titre beaucoup plus swing et motivant  figurait juste au-dessus : « Les Grenouilles prêtent [sic] à bondir ». Ce dernier ne concernait ni des binômes ni même des « quadrinômes » de batraciens, mais le Carnaval, adrénaline des léthargies auxonnaises. Défiler ce jour-là, voilà une vraie motivation, défiler ce jour-là et être de surcroit candidat aux départementales, voilà le must, sous réserve toutefois d’éviter de mélanger les genres !  « Les Grenouilles prêtent [sic] à bondir », comme dirait Le Canard enchaîné », voilà enfin un  titre qui prête à bondir et qui mérite de figurer au carnaval de l’orthographe !

      Mais revenons-en au Bien Public. Tournons la page pour découvrir, en page 2, le « temps fort » relatif au Canton d’Auxonne (nouvelle édition revue, et augmentée du canton de Pontailler) : celle-ci s’ouvre sur un titre dont la tonalité désolante semble sans appel : « Un désintérêt profond ». Le ton général de l’article semble enfin se quintessencier dans cette déclaration d’ « un client d’un bar auxonnais » : « Les gens sont globalement dégoûtés de la politique. Il n’y a plus de conscience démocratique ».

       Pas étonnant, et ce qui n’arrange rien, c’est que le thème du Charmoy, totalement ringardisé, « trivialisé » comme dirait un expert en la matière qui se reconnaîtra, ne risque pas de pimenter la campagne comme ce fut le cas en 2011.

  Fuyant ce marasme 2015, Claudi nous ramène donc au printemps 2009, le vrai printemps du Charmoy, plein d’espoirs printaniers, de sèves montantes et d’excitations fébriles, quand les titres  du Bien Public étaient encore pleins de promesses ! Quand Zorro allait arriver fissa de Vesoul et que notre trio de décideurs, tout excité, exultait !

Trinité charmoysienne

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 Février 2015  (J+2258 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Légendes du Charmoy