Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 00:00

PETITE ARITHMÉTIQUE  DU CHARMOY  - du 08 DÉCEMBRE 2014 (J+2182 après le vote négatif fondateur)

  L’arithmétique est petite, mais l’article est long. Amateurs de tweets et cerveaux lents,  passez votre chemin !

   Dans notre précédent article, nous avons annoncé la tenue d’une CDAC le 16 décembre prochain. D’ici à cette date, nous reviendrons en détail sur le sujet, mais, pour l’heure, nous voudrions évoquer le Charmoy en chiffres. À propos de chiffres, rappelons que cette commission sera la sixième à être réunie. Cette fois, vraiment, il y a du Guinness dans l’air !

   Nos fidèles lecteurs/trices qui souhaiteraient, à l’approche de la prochaine CDAC, revoir le bilan des précédentes commissions pourront accéder aux décisions correspondantes disponibles en PDF à partir de l’article :

LA « LOCOMOTIVE » DU CHARMOY ALLONGE SON TRAIN DE COMMISSIONS - du 05 DÉCEMBRE 2014

    Passons à présent à notre « Petite arithmétique du Charmoy »

   Un premier constat tout d’abord, qui sera un constat de carence… Les autorités de notre bonne ville sont un peu fâchées avec les chiffres et il aura fallu l’intervention récente du Savant Cosinus…de LURE pour que soit rectifié, après plusieurs semaines, un affichage officiel qui annonçait sans sourciller une surface de plancher de 46308 m² pour un projet réputé, par ailleurs, en compter désormais moins de 10000 !

LE CHARMOY COMME ATOUT ET COMME TRACAS - du 26 NOVEMBRE 2014

     Errare humanum est !On nous reprochera, à juste titre pour cette fois, notre intransigeance pointilleuse.

    Pointilleuse sans doute, mais ô combien fondée, car c’est bien dès le départ du projet que la réalité des chiffres fut malmenée et cette fois-là,  sûrement pas par inadvertance !

    Pour en faire la démonstration, déplaçons-nous sur l’axe des temps pour en revenir au jour J du vote négatif fondateur : ce fameux soir du 17 décembre 2008.

     Répétons encore une fois, qu’avant de connaître les rebondissements et péripéties que l’on connaît, le projet du Charmoy fut d’abord « fondé », de façon totalement incongrue, sur un vote négatif !  Ce vote, qui eut lieu lors de la soirée mouvementée du 17 décembre 2008, il faut en rappeler d’abord  les données factuelles :

« Question : « Etes vous favorable à l’implantationd’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire sur la zone du Charmoy ? »

Résultat du vote :

- Nombre d’électeurs : 22 ;

- Nombre d’enveloppes : 22 ;

- Nombre de suffrages exprimés : 21 ;

- 21 bulletins « non » ;

- 1 vote blanc »

(Cf. PV du conseil du 17/12/08)

Conclusion : 21 « non » sur 22 votants, un non quasi unanime contre « l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire ». Tout est clair ! Les nombres parlent d’eux-mêmes !

Et Le Bien Public, lui-même ne s’y est pas trompé – si l’on peut dire – qui titrait le surlendemain : « Une nouvelle grande surface, le Conseil municipal dit « non » » (Le Bien Public du 19/12/08).

Point n’est besoin d’être agrégé de grammaire pour comprendre, à la lecture de la question, que le résultat de ce vote ne pouvait permettre en aucun cas de justifier l’installation d’un hypermarché, grande surface à prédominance alimentaire d’une surface de vente supérieure à 2500 m². Ce qui pourtant fut fait !

      D’aucuns pourraient qualifier l’auteur d’une telle action d’éclat, d’« audacieux », ce que fit d’ailleurs un représentant du promoteur dans notre quotidien local : « Faire un hypermarché sur sa commune, c’est partir au feu » avait ainsi lancé un responsable Leclerc au maire d’Auxonne « audacieux » » (Le Bien Public du 12/10/09).

      Ah ! la belle audace que voilà ! Supposons que Monsieur Raoul Langlois, inspiré généreusement par un sens aigu de l’intérêt général, ait pris tout de go la décision d’installer un hypermarché au Charmoy « sous son bonnet ». Admettons aussi qu’il ait jugé que la fonction de maire dont il était investi lui en donnait le droit, une telle attitude eût été sans doute jugée arbitraire mais, on aurait pu quand même admettre qu’elle était audacieuse.

      Tel ne fut pas cependant le cas, et de loin ! L’attitude de notre premier magistrat dans ces circonstances n’a pas révélé chez lui une quelconque audace. Nous allons le démontrer sur pièces.

      Tout d’abord, un audacieux se serait-il embarrassé de toutes ces assurances préalables données lors de précédentes séances du conseil municipal, assurances relatives à « la compétence de la Communauté de communes » en la matière, et à l’engagement du maire de « se plier à la décision du Conseil Municipal » ? Sûrement pas !

     De telles assurances figurent pourtant explicitement dans les procès-verbaux dont nous rapportons ici quelques citations littérales :

  «  Est-il exact qu’une grande surface va s’implanter à Auxonne ?

        Monsieur le Maire répond qu’à ce jour, aucun projet en ce sens n’est arrêté ;

                - d’une part, comme tout le monde le sait, l’aménagement d’une zone supérieure à 2 ha relève de la compétence de la Communauté de communes [N.D.L.R. C’est nous qui soulignons];

                - D’autre part, si un tel projet était envisagé, il va de soi que l’ensemble des acteurs du commerce sur Auxonne ainsi que les élus du Conseil Municipal seraient concertés sur cette question.

[Procès-verbal du Conseil du 18/09/08 page 6 § 22 Questions orales].

 « Sur ce sujet, c’est le Conseil Municipal qui se prononcera pour ou contre, non le Maire, avec un vote à bulletins secrets. Cela ne se fera pas en catimini [N.D.L.R. C’est nous qui soulignons]. Il faut qu’un maximum de personnes ait les informations nécessaires pour se prononcer, M. le Maire précise qu’il donnera son point de vue mais il se pliera à la décision du Conseil Municipal [N.D.L.R. C’est nous qui soulignons]».

[Procès-verbal du Conseil du 21/10/08 page 6].

       Après le vote, alors que des manœuvres foncières « discrètes » battaient déjà leur plein sur le terrain, au profit d’un seul promoteur, un audacieux se serait-il donné la peine d’échafauder cette casuistique entortillée, de produire ces exégèses laborieuses autour d’un prétendu « sens du vote » du 17 décembre dans le seul but de justifier après coup ces manœuvres. Sûrement pas ! De telles interprétations, aussi laborieuses qu’infondées,  furent pourtant avancées.

    Une première fois timidement,  lors du Conseil municipal du 26 février 2009, à propos d’une question posée par la liste « Ensemble Autrement ».

  Cette question était la suivante : « Implantations d’entreprises : quels sont les moyens aujourd’hui utilisés par la commune, pour faire connaître auprès des entreprises potentiellement candidates à une implantation les possibilités et disponibilités foncières ? »

  Voici des extraits de la réponse : «  […] Par ailleurs, il y a la zone du Charmoy. Une entreprise [N.D.L.R. c’est-à-dire LECLERC] a fait une proposition pour s’implanter à Auxonne avec moins de mille mètres carrés alimentaires. [N.D.L.R. C’est nous qui soulignons] […] La réponse négative du Conseil Municipal à la question posée en décembre 2008 « Etes vous favorable à l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire sur la zone du Charmoy ? » ne signifie pas un refus de toute grande surface [N.D.L.R. mais pour le moins « d’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire », donc d’un hypermarché], il faut pouvoir se développer. […]»

[Source : PV du Conseil municipal du 26 février 2009 INFORMATION DE M. LE MAIRE Questions diverses pages 2 et 3]

     Ce timide essai du 26 février fut transformé ultérieurement en affirmation péremptoire lors d’une déclaration de presse : « Auxonne doit se développer mais ce développement ne doit pas détruire ce qui existe. C'est pourquoi, la municipalité soutiendra toute implantation nouvelle sous réserve que la part « alimentation » n'excède pas 1 000 m2. C'est le sens du vote du conseil municipal du 17 décembre 2008 [N.D.L.R. C’est nous qui soulignons]». (Le Bien Public du 2 mars 2009)

    Ainsi était donné au « vote du conseil municipal du 17 décembre 2008 » le nouveau sens ad hoc permettant, tant bien que mal,  de justifier dans la foulée l’accueil  d’un hypermarché de 3500 m² ! Le coup est, reconnaissons-le, plus fumeux que fumant !

Pour une étude plus fouillée des exégèses du vote du 17/12/08 voir notre long dossier

RETOURNER AU CHARMOY - du 9 mai 2013

    En conclusion, ces assurances pleines d’humilité, mais non tenues, cette réinterprétation du vote a posteriori, amphigourique  et sans fondement,  nous placent, à l’évidence, dans un  tout autre  registre que celui de l’audace, un registre beaucoup plus trouble, celui du tripatouillage et de l’embrouillamini !

   Que le caractère pour le moins contestable de cette attitude et de ces propos n’ait rencontré,  sur le moment, et même dans la suite, qu’un timide désaveu faiblement argumenté et beaucoup plus symbolique que pugnace, ne prouve ni leur bien-fondé, ni leur bonne foi. C’est tout au plus la preuve du règne d’une indolence et d’une paresse  intellectuelle endémiques  au sein de nos assemblées, diablement vulnérables en matière d’enfumage (il est urgent d’installer un détecteur de fumée !).  Les conséquences de cet état de fait ne manquent pas, d’ailleurs, de peser sur notre ville, comme une chape de plomb !

   Décidément, le projet du Charmoy n’est pas né sous une bonne étoile,  c’est plutôt la triste nébuleuse des cachotteries et des embrouillaminis qui  a présidé à sa naissance ! Pas étonnant, dès lors, que toute l’affaire ait pris depuis un tour plutôt calamiteux et osons le dire  franchement grotesque !

   Des   affiches de la « consultation » de juin 2010 imprimées à LURE, en passant par la puissante dialectique du  tract de Monsieur Montial, président de la fantomatique AAC lors des dernières cantonales de 2011, pour continuer par le « tête-à-queue » de la CNAC de janvier 2012, jusqu’aux récentes péripéties de l’affichage du permis modificatif, le grand collier du Charmoy s’orne déjà de quelques perles rares et de la plus belle eau !

   Passons à présent à l’arithmétique des promesses d’emplois juteuses que l’on a fait miroiter à la population. De « 250 emplois « équivalents temps plein » pérennes […] créés sur la zone »  ( Inf’Auxonne N° 25 de Mai 2009) et « 300 emplois en comptant les CDD » (Le Bien Public du 30 mars 2009) on passe en février 2014 à 90 emplois annoncés par un panneau encore en place sur le site : « ICI prochainement OUVERTURE d’un centre E. LECLERC. Création de 90 emplois », puis à 50, si l’on en croit Pays Dolois N°164 d’octobre 2014 annonçant en page 4 « actu  « la création d’une cinquantaine d’équivalents temps plein sur Auxonne » et pour finir à « plusieurs dizaines » selon les dires du maire d’Auxonne annonçant « la création de plusieurs dizaines d’emploi » dans Le Bien Public du 22 octobre dernier…

    Reste une arithmétique, la seule qui vaille, au fond, en cette matière, celle des M€. Elle est en veilleuse à présent et l’on aurait du mal à en trouver trace. Elle s’affichait pourtant crânement début 2009 : « en investissant 20 millions d’euros dans cette implantation [l’enseigne] espère réaliser un chiffre d’affaires de 25 M€ [N.D.L.R. Ça nous fait vraiment une belle jambe !] » (Le Bien Public du 30 mars 2009) et jusqu’au début de 2011 : « On veut le conquérir [le marché] et aller titiller nos concurrents. Il y a tout de même une potentialité de 28 millions d’euros à prendre » (Le Bien Public du 13 janvier 2011).

    Des « millions d’euros à prendre » !  Toute l’arithmétique de cette affaire n’est-elle pas, au bout du compte, la seule arithmétique du tiroir-caisse ! Business is business !

Le Charmoy à la manière de CollodiC.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 8 Décembre 2014  (J+2182 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Documents