Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 06:43

CHARMOY-CITY : LULLY, VAUBAN ET…LA FONTAINE ! - du 19 octobre 2018 (J+3593 après le vote négatif fondateur)

         Ce titre n’est pas celui d’une fable, il n’est qu’un humble pendant  littéraire ajouté par Chantecler à la fantaisie baroque qui devrait conduire en foule demain soir ses auditeurs des voûtes séculaires de l’église aux puissantes charpentes de l’arsenal de Vauban et vice-versa, entre concert et apéritif dînatoire…

   Le Bien Public titrait ce matin « AUXONNE L’Opéra du Roy joué en l’église d’Auxonne »

   L’Opéra du Roy ! Pour le coup, ça  change un peu de Barzingault mon Pierrot, et  du caboulot à julots au bord de l’eau.

CHARMOY-CITY : LA GUINGUETTE FERME SES VOLETS - du 01 septembre 2018

      On ne peut faire plaisir à tout le monde, et les proustiens ne nous en voudront pas d’interrompre encore une fois leur série préférée « De Combray à Charmoy-City. Exercices d’histoire et de géographie littéraire » au profit de l’actualité, et surtout d’un écrivain et moraliste réputé du Grand Siècle, qui plus est, contemporain de Lully (1632-1687) et de Vauban (1633-1707) : Jean de La Fontaine (1621-1695)

     Il est vrai, reconnaissons-le tout de même, que nous avons déjà abusé de leur patience à plusieurs reprises.

    Mais c’est ainsi, l’actualité surtout lorsqu’elle est brûlante, n’attend pas.

     Nous ne pouvions ainsi priver nos lecteurs d’une actualité culturelle et sportive qui, telle un salutaire défibrillateur revitalisant fait vibrer sans cesse le cœur de notre centre-bourg en bonne voie de revitalisation grâce aux soins prodigués par le bon Docteur Raoul, revitalologue diplômé de la Faculté de Vesoul. Tels sont les motifs de deux articles précédents :

CHARMOY-CITY : DES PHOTOS POUR ATTIRER LE CHALAND- du 13 octobre 2018

CHARMOY-CITY : DES COULOIRS DU TEMPS AUX COULISSES DU POUVOIR ? - du 15 octobre 2018

    Venons-en au fait, maintenant.

     La page officielle de notre ville annonçait déjà depuis quelque temps, pour ce samedi 20 octobre, une  manifestation qui, partie de Besançon, vieille ville espagnole, citadelle de Vauban et de la région, venait, après un parcours régional, achever son périple en notre garnison.

    Oyez, bonnes gens !

 

"Lully s'invite chez Vauban"

L'Opéra du Roy

Synopsis : Nés en 1632 et 1633, Lully et Vauban ont en commun des origines modestes ; l'un fils de meunier, l'autre de marchands. Musicien prodige pour Lully, architecte militaire pour Vauban, tout les sépare. Ils parviendront, à force de travail et de talent, aux plus hautes fonctions du royaume.

Un monde les sépare et c'est la raison pour laquelle le Festival "Les Jeux du Baroque" a été séduit par une rencontre imaginaire entre ces deux personnages qui ont illuminé la France et la future Europe des Lumières. »

     

     Ajoutons, de source officielle, que nous devons l’organisation de cette manifestation à l’association « Musiques et patrimoines » qui, par vote à l’unanimité du conseil municipal du 13 septembre dernier, bénéficie dans le cadre de l’évènement, d’une participation financière de la Ville.

    « Le diable est dans les détails », et c’est un détail biographique relatif à Lully, mentionné dans cette présentation et  précisant qu’il était « fils de meunier » (ajoutons que sa mère aussi était fille de meunier), qui nous a suggéré d’inviter le célèbre Jean de La Fontaine, contemporain de Lully et Vauban, et de présenter à cette occasion une fable de jeunesse, assez peu connue de son répertoire, intitulée  « Le meunier, son fils et l’âne »

    L’argument de la fable, d’une construction assez complexe, pourrait se résumer ainsi : « bien faire et laisser braire », raccourci grossier me direz-vous, mais que vient confirmer la morale de la fable :

« Le Meunier répartit :

Je suis Âne il est vrai, j’en conviens je l’avoue ;

Mais que dorénavant on me blâme, on me loue :

Qu’on dise quelque chose ou qu’on ne dise rien,

J’en veux faire à ma tête. Il le fit et fit bien. »

    Les curieux pourront écouter, s’ils le désirent, le texte de la fable, sans son introduction, dont nous reparlons ci-dessous :

https://www.youtube.com/watch?v=hGse82biy-g

 

     Cette réflexion cocasse du jeune La Fontaine à propos d’un âne et des façons de le conduire et de le monter est en fait une réponse aux questions torturantes que se posent tous les jeunes démarrant dans la vie, mais aussi, quel que soit leur âge,  tous les candidats à une charge, un poste ou un mandat.

     Ces questions, l’auteur les exprime dans un prélude très littéraire à la fable proprement dite. À la fin de cette introduction, il s’interroge, prêtant les propos au poète Racan, son aîné de plus de trente ans, dont la carrière oscilla entre les armes et les lettres,  et surtout dont l’indépendance et la liberté de ton lui étaient chères :

 

« A quoi me résoudrai-je? Il est temps que j'y pense.

 Vous connaissez mon bien, mon talent, ma naissance :

 Dois-je dans la province établir mon séjour,

 Prendre emploi dans l'armée, ou bien charge à la Cour ?

 Tout au monde est mêlé d'amertume et de charmes :

 La guerre a ses douceurs, l'hymen a ses alarmes.

 Si je suivais mon goût, je saurais où buter,

 Mais j'ai les miens, la Cour, le peuple, à contenter ».

 

   Pour en revenir à "Lully s'invite chez Vauban" , notre sujet du jour, signalons que L’Écho des communes, comme il se doit, n’avait pas manqué pas de répercuter l’annonce de l’évènement

http://www.echodescommunes.fr/rdv_7597_concert-baroque-exceptionnel-lully-s-invite-chez-vauban.html

 Tout en rappelant en conclusion que « l’élégante église gothique Notre-Dame des XIIIe et XVe s, où aura lieu le concert, comporte deux œuvres majeures : le buffet d’orgue de Callinet (1790) et l’exceptionnelle « Vierge aux raisins  » (école bourguignone du XVe s.) »

   Décidément cette vierge au raisin (sans s) a vraiment la cote depuis qu’elle a été présentée avec brio par notre premier édile !

CHARMOY-CITY : ON A DES MERVEILLES À VOUS MONTRER - du 02 novembre 2017

http://www.echodescommunes.fr/coeur_36_auxonne-enquete-dans-la-capitale-du-val-de-saone.html

      Lâche-nous donc la grappe Chantecler, avec ces raisins un peu trop verts !

      D’accord, laissons-là cette désopilante fable et ses raisins trop verts, pour en revenir à La Fontaine  au meunier, à son fils et à l’âne »

. Relisons sa moralité

« Je suis Âne il est vrai, j’en conviens je l’avoue ;

Mais que dorénavant on me blâme, on me loue :

Qu’on dise quelque chose ou qu’on ne dise rien,

J’en veux faire à ma tête […]»

      Le meunier, comme l’Âne, s’y montre modeste, mais entêté.

      Vous avouerez quand même que cette indifférence à l’opinion, et que cette détermination  têtue ne sont pas sans rappeler certain couplet d’un « cavalier seul », rapporté dans la presse et qui, jadis, n’en fit, fort démocratiquement, qu’à sa tête…. Dans l’intérêt général !!!

Claudi, inspiré par la fable et sa moralité, en tire à sa façon, dans son illustration, de libres conclusions, d’aucuns diront « divagations ».

        Au fait, à propos de « divagations », notre Inf’Auxonne préféré et ses tribunes du pauvre à 330 caractères, dans notre boîte à lettres, n’est toujours pas tombé.

     Nous sommes pourtant entrés dans la mélancolique saison, où dans le vent qui les emporte, tombent les feuilles mortes !

Charmoy-City : fantaisie baroque avec La Fontaine...et Vauban

Charmoy-City : fantaisie baroque avec La Fontaine...et Vauban

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 19 octobre 2018  (J+3593 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Culture

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Culture