Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 00:00

C’EST DANS LES VIEUX POTS - du 18 avril 2014 (J+1948 après le vote négatif fondateur)

   Dans un article intitulé « des « com com » très disputées », Le Bien Public d’hier 17 avril, sous la plume de Nicolas Rouillard et Inès de la Grange, écrivait à propos des candidatures à la présidence de la communauté de communes Auxonne-Val de Saône : « On compte, a priori, trois candidats à la présidence. Il s’agit de Raoul Langlois, maire d’Auxonne, Fabrice Vauchey, membre de l’opposition municipale et Jean-Paul Vadot, président sortant. »

       Afin de parfaire sa connaissance des mécanismes d’une institution encore mal connue à bien des égards et dont l’importance ne cesse pourtant de croître dans les strates inférieures du mille-feuilles administratif, votre serviteur s’est donc rendu hier soir à la Salle des fêtes de Villers-les-Pots, ancienne « Cité de la Joie » pour assister à l’élection du bureau renouvelé de la « com com ».

       Dans une vaste salle bien chauffée, et aux murs peints dans une tonalité verte très apaisante, était dressée une grande table en U : au centre, la présidence de séance et les urnes, à droite du président, les 19 délégué(e)s des villages, à gauche du président les 18 délégué(e)s de la ville-centre, moins une absente qui avait donné procuration. Partant de son socle présidentiel, le U développait donc une branche urbaine et une branche rurale et à l’extrémité de ces deux branches, fleurissait tel un lilas printanier un parterre de public assez nombreux séparé en deux par une large allée.

     C’est dans cet espace bien ordonné que s’est déroulée pendant près de quatre heures une série de scrutins à bulletins secrets permettant d’élire les douze membres du bureau : un président, 5 vice-présidents, 6 autres membres. Au total, ce sont 14 scrutins entrecoupés de plusieurs interruptions de séance qui auront occupé ces 4 heures assez éprouvantes, heureusement conclues par un sympathique pot offert par la municipalité hôte de Villers-les-Pots.

     Une surprise initiale : ce ne sont pas 3 candidats à la présidence qui se sont présentés, mais deux et à vrai dire, un seul, car si Monsieur Vadot, président sortant s’est bien présenté lui-même, Monsieur Combépine, premier adjoint auxonnais, a été présenté par son maire Monsieur Langlois qui voyait sans doute en son bras droit « quelqu’un qui puisse convenir à tout le monde », oiseau rare s’il en est, qu’il avait avoué chercher dans l’article du Bien Public cité plus haut.

      Un long moment de suspense a ouvert la soirée et c’est après deux tours ex-aequo à 17/17 puis 18/18 que Monsieur Vadot a fini par l’emporter sur Monsieur Combépine à 19/18.

     Ont suivi les 5 scrutins des 5 vice-présidents proposés et répartis d’un commun accord ainsi : 3 « urbains » (MM. Langlois, Lapostolle, Zrizou), 2 « ruraux » (MM. Sordel, maire de Tréclun et Vautier)

      Et pour terminer,  6 autres membres du bureau ont été élus : 5 ruraux (MM. Sturer, Perron, Deveaux, Hacquin, Rousseau) et un « urbain » (M. Combépine contre MM. Vauchey et Coiquil).

     Conclusion : un bureau exclusivement masculin. La parité, mon bon seigneur !!

     Les derniers scrutins n’étaient pas empreints du sérieux des premiers et le passe-temps favori consistait à voter pour des non-candidats dont les noms revenaient souvent déclenchant sourires et mimiques entendues. Un peu potache tout cela après l’entrée en matière dramatique où une ambiance « à l’ukrainienne » (toutes proportions gardées) pleine de menaces, flottait presque.

    Le crémant était bien frais, mais à part les noms des heureux élus, dont quelques-uns sont déjà « des grands classiques » de l’appareil, et les qualités requises pour être un bon assesseur, je n’aurai pas appris grand-chose sur notre « com com », et ses projets pour le territoire !

     Dans ce genre de réunions, tout comme dans celles des conseils municipaux, le citoyen assistant est dans la position du spectateur d’un théâtre d’ombres chinoises qui ne peut passer derrière la toile sur laquelle se reflètent les ombres ou bien encore dans celle d’un client de restaurant qui ne peut ni voir la cuisine, ni y accéder. Il faut faire confiance aux « spécialistes » et ne pas importuner le Chef ! Et pourtant c’est à la cuisine, électorale ou autre que tout se prépare. Et vu la persévérance du personnel à y demeurer jusqu’à un âge vénérable et chenu on finira  bien par croire que c’est dans les vieux pots que l’on fait la bonne soupe ! Les vieux pots de Villers, bien entendu !

uraniumC.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 avril 2014  (J+1948 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Revue de presse