Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 08:04

BONAPARTE AU CABINET DES MÉDAILLES - du 12 MARS 2016 (J+2642 après le vote négatif fondateur)

Nos lecteurs et surtout nos lectrices ont été séduit(e)s par la belle figure du Général Boulanger, héros de la revue. Et voilà qu’ils en redemandent ! On nous a posé des questions à propos de la médaille figurée dans l’article

UN HÉROS DERRIÈRE L’OBJECTIF- du 08 MARS 2016

Cette « médaille du Général Boulanger pour blessures reçues à la revue » n’a en fait jamais existé. C’est un faux ! La médaille en question est un gros sou de cuivre du Second Empire, à l’effigie de Napoléon III, habilement trafiqué par un graveur boulangiste qui a remplacé le profil de Napoléon le Petit par celui du populaire Général. D’ailleurs, aucune confusion n’est possible avec une décoration existante ou ayant existé. Il faudrait être franchement naïf pour ne pas déceler notre canular au carré !

Tel n’est pas toujours le cas et d’autres questions se posent à propos d’un figuratif de décoration épinglé sur le côté gauche d’une photographie en buste du rédacteur du Bloc Note Intellectuel Auxonnais (Bloc note intellectuel auxonnais juin 2004 n°3, page 4).

Cette revue, aux dires de son éditeur, ayant été diffusée à de nombreux exemplaires et, qui plus est, déposée à la Bibliothèque Nationale de France, on est en droit de s’interroger sur la pertinence, la signification et la légitimité de ce figuratif. En effet, un examen attentif montre une ressemblance pour le moins troublante avec une décoration existante qui, à la différence de notre « médaille du Général Boulanger pour blessures reçues à la revue », n’est pas des moindres !

Bonaparte ne s’y serait pas trompé comme nous le démontre Claudi, qui va même jusqu’à prétendre, en prenant quelques libertés chronologiques, que le Petit Caporal se serait inspiré du « gri-gri » pour créer une décoration destinée à mettre en valeur ses grognards éminemment méritants.

Un peu comme le Bloc Note mettait « en valeur et en lumière » les Auxonnais et surtout le meilleur d’entre nous !!

Compte-tenu de la présence récurrente de « rougeurs » dans divers numéros du Bloc Note Intellectuel Auxonnais, puis du Notin son successeur, on reste pour le moins perplexe et l’on en viendrait presque à diagnostiquer, chez le rédacteur, un terrain propice aux éruptions phaléristiques spontanées d’origine interne !

Bonaparte nouvelliste en matière de croix d'honneur

Bonaparte nouvelliste en matière de croix d'honneur

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 mars 2016 (J+2642 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 07:35

UN ZOUAVE ET DES CRUES - du 10 MARS 2016 (J+2640 après le vote négatif fondateur)

Nos lecteurs et surtout nos lectrices ont été séduit(e)s par la belle figure du Général Boulanger, héros de la revue. Et voilà qu’ils en redemandent ! C’est vrai que cette revue du 14 juillet 1886 est restée célèbre, on n’en finissait pas alors de compter bataillons et escadrons ! De nos jours, les effectifs ont fondu, mais le défilé en boucle d’un peloton suffira bien vite, à un inventeur de renom, à accroître le compteur de son blog de l’effectif d’une division ! Notre génial inventeur espère sans doute, comme Boulanger, obtenir un jour le portefeuille de la Guerre ?

COMBIEN DE VISITEURS AU COMPTEUR ? - du 07 MARS 2016

Mais laissons notre inventeur aux grandes manœuvres de son compteur et revenons à nos lecteurs. Nous leur parlerons aujourd’hui ‒ par temps de crue, c’est indiqué ‒ du zouave du Pont de l’Alma.

Le Général Boulanger, que nous avons évoqué dans notre dernier article, n’a jamais servi, lui, dans les zouaves ; il a cependant commencé sa carrière de jeune officier dans les turcos (tirailleurs algériens). C’est dans ce corps, en Italie, qu’il est grièvement blessé à 22 ans en 1859, ce qui lui vaudra, dès son jeune âge, la plus haute décoration, et il sera encore plusieurs fois blessé au combat. Même si sa revue de 1886 est restée célèbre, il n’était pas de ces héros de revue qui craignent le feu mais supportent la décoration !

Il était cependant né trop tôt pour participer à la bataille de l’Alma (1854) où s’illustrèrent les zouaves, dont l’un au moins est resté célèbre : le fameux zouave du Pont de l’Alma.

https://www.youtube.com/watch?v=Xiqk-GSPPVw

À part le lien que ce zouave entretient avec les crues parisiennes, dont il est l’indicateur bien connu, le terme de zouave est chargé d’une connotation ironique. On dit ainsi couramment : « arrête de faire le zouave », « c’est un drôle de zouave », de façon plus salace « la main de ma sœur dans la culotte d’un zouave ».

Le pantalon du zouave est spacieux et très large, à l’orientale. Les deux jambes en sont munies à la base d’un trou, le fameux trou de Lamoricière, destiné à l’écoulement de l’eau après le franchissement des oueds. Et pour le zouave du Pont de l’Alma, lors de la décrue.

Ce trou ingénieux (fut-il à l’époque l’objet d’un dépôt de brevet et de créations d’emplois ?) emprunte son nom au Général de Lamoricière, grand organisateur de l’Armée d’Afrique, qui créa, par ailleurs, en 1860 les zouaves pontificaux au service du Vatican menacé. Les territoires du Pape étaient en effet convoités par le jeune état italien et les garibaldiens.

Pour nos lecteurs amateurs d’histoire et d’iconographie militaire, Claudi a dressé un tableau réjouissant et inédit de nos zouaves. Une question reste ouverte : l’Armée de tous les Français serait-elle un bataillon de Zouaves Pontificaux dédié à la promotion médiatique et commerciale du Pape autoproclamé du nouvellisme ?

Dernière minute : Un diaporama du Bien Public publié hier en fin de journée titrait « Auxonne : la décrue de la Saône a commencé mais l’eau reste encore dans le port ». Il est heureux et normal que « l’eau reste encore dans le port ». Comment peut-on publier de telles platitudes ! Passe encore pour la « décrue » qui est une info, mais « l’eau reste encore dans le port », celle-là vous me la copierez !

On a envie de dire au rédacteur : « Arrête de faire le zouave ! ». Vous me direz aussi que le papier journal c’est bien utile pour bourrer dans ses godillots pour les faire sécher quand on a eu les pieds bien gaugés !

Le pape-zouave du nouvellisme au Charmoy

Le pape-zouave du nouvellisme au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 10 mars 2016 (J+2640 après le vote négatif)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 10:41

DES CRUES ET DES CUITES - du 25 FÉVRIER 2016 (J+2626 après le vote négatif fondateur)

Depuis le début de l’année, il ne se passe presque pas de semaine sans que le lecteur assidu de la presse locale ne découvre que notre région est le théâtre de crues.

Crues de tous ordres, d’ailleurs dont les conséquences les plus spectaculaires sont l’« envahissement » du port par la Saône qui, contre toute attente sans doute, « se déverse » ou « pénètre » dans le port (Le Bien Public du 17 février dernier). Dans un autre registre « impressionnant » certains parkings sont envahis par les chalands et ne désemplissent pas. Sur un site artistique de pointure internationale, c’est une véritable crue de visiteurs, à en croire du moins l’affichage au compteur ! Crue soudaine et à vrai dire inexplicable !

Crue factice et de pure fantaisie sans doute, comme celle que vient d’imaginer Claudi, inspiré par la photo d’une barque parue dans Le Bien Public du 22 février dernier

À CHARMOY-CITY, LA DISCRÉTION FAIT PARTIE DU PAYSAGE - du 22 FÉVRIER 2016

Claudi voit grand et, dans une vision stimulée par les libations, c’est une péniche qui se retrouve « en fâcheuse posture »…sur le rond point de l’Innovation.

La péniche « OUI », descendue de Haute-Saône, et portée par la crue des voix de juin 2010, s’est retrouvée perchée, en véritable Arche de Noé, sur son Ararat-Charmoy.

Et perché là-haut Noé, le vigneron précurseur bien aviné, peut trinquer tout son soûl avec Zinzin sur son radis monumental. Vous ne connaissez pas « Zinzin sur le radis monumental », le buzz de l’été aux plus de 30 000 entrées ! Quelle lacune !

« NOMBREUX » ET « MULTIPLES » - du 23 OCTOBRE 2015

Le OUI de LURE perché sur le Charmoy

Le OUI de LURE perché sur le Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 25 février 2016 (J+2626 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 08:30

HOMME SANS QUALITÉS ? - du 20 FÉVRIER 2016 (J+2621 après le vote négatif fondateur)

Rassurez-vous, fidèles lecteurs/trices, il ne sera pas question pour moi de vous présenter par le menu, et en 37 épisodes, mes notes de lecture du célèbre roman de Robert !

Quel donc Robert et quel roman ? Robert Musil pardi ! Ingénieur et écrivain, Robert Musil (1880-1942) qui connaissait aussi bien l’âme humaine que le Cycle de Carnot – qui n’est pas un vélo ! – est l’auteur du célèbre roman Der Mann ohne Eigenschaften (« L’homme sans qualités »). De ce roman-somme, le plus grand du XXème siècle selon Thomas Mann, nous empruntons aujourd’hui, sans trop de modestie, le titre !

Si j’ai cherché Musil sur Wikipédia c’est sans doute, me direz-vous, pour me faire mousser à bon compte (et en pure perte comme d’habitude), mais aussi et surtout parce que mes petits lapins du CMJ de Charmoy-City m’avaient interrogé sur un « homme sans qualité connue » qu’ils avaient dégotté sur Wikipédia, et je voyais bien que les povres en étaient tout intrigués et tout contristés !

Une petite balade guidée sur la toile devait enfin les rassurer.

Trop compliqué à expliquer ! Un bon croquis valant mieux qu’un long discours, Claudi rend compte en image du débat, de sa loyauté et de sa qualité ! En matière de recherche de qualité, il importe donc de positiver !

Les lecteurs/trices peu averti(e)s pourront consulter utilement

UNE STATUE POUR LE DÉFENSEUR - du 23 AOÛT 2014

POST TENEBRAS, LUX ! - du 12 JANVIER 2016

LE NUMÉRO DU SIÈCLE- du 24 FÉVRIER 2015

Ça leur prendra tout de même moins de temps que la lecture des trois tomes de L’homme sans qualités ! Toutes mes excuses à Robert Musil pour mes emprunts cavaliers !

Homme sans qualités vu par les lapins du CMJ

Homme sans qualités vu par les lapins du CMJ

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 février 2016 (J+2621 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 09:44

SAINT-VALENTIN POUR LES AMOUREUX DU CHARMOY - du 14 FÉVRIER 2016 (J+2615 après le vote négatif fondateur)

Quand l’amour se fait paresseux, Saint Valentin vient à son secours. Pour Arlette et Gaston, il faudra sans doute une Saint-Valentin prolongée !

Dans notre petite boutique, pour les amateurs de presse du cœur et de brûlantes déclarations d’amour, nous avons encore divers articles en rayon

AU SECOURS DU COMMERCE DE CENTRE-VILLE ? - du 04 JANVIER 2016

ZINZIN ÉCRIT UN SONNET MONUMENTAL POUR LE RADIS - du 28 OCTOBRE 2015

Au fait fidèles lecteurs/trices, vous tous/tes qui aimez ou maudissez ce blog, je vous sens, ces derniers temps, un peu paresseux/ses.

Vous qui m’avez souvent confié savourer, consommer, voire imprimer régulièrement mon blog avec délices, ne soyez pas égoïstes, profitez de la Saint-Valentin, pour ranimer votre flamme et la faire partager sans modération ! Osez l’échangisme !

Amour et Charmoy

Amour et Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 février 2016 (J+2615 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 09:24

DES RENNES ET DES OURS - du 11 FÉVRIER 2016 (J+2612 après le vote négatif fondateur)

Les amis des bêtes seront sans doute déçus du contenu de notre article, dans lequel nous ne parlerons en détail ni des rennes ni des ours.

Nous saluerons seulement Nénette et Rintintin auteurs d’un malicieux dessin qui contredit certains desseins !

Oui d’accord, allez vous me dire fidèles lecteurs/trices, on a vu l’ours et même l’homme qu’a vu l’homme qu’a vu l’ours, mais où sont les rennes ?

Vous les trouverez dans Le Bien Public du jour, mais aussi dans notre blog !!

NEZ ROUGE - du 28 DÉCEMBRE 2015

Oui, c’est vrai, aujourd’hui c’est un peu court, jeune homme !

Pour les "rennes" du SDIS on pourra voir aussi

http://www.sdis21.fr/?q=actualit%C3%A9s/auxonne-%C3%A9galement

 

Le nouvellisme de Nénette et Rintintin au Charmoy

Le nouvellisme de Nénette et Rintintin au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 février 2016 (J+2612 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 09:17

TOUCHATOUT ET ZINZIN - du 18 JANVIER 2016 (J+2588 après le vote négatif fondateur)

Sympa ce titre : « Touchatout et Zinzin » ! Comme « Nénette et Rintintin », sûr que pour un album, ça conviendrait bien. Oui, mais je ne suis pas Hergé les copains ! Juste un amateur allergique à l’enfumage et aux embrouilles, qui depuis plus de cinq ans a travaillé par nécessité, pour tenter d’éclairer ses concitoyens quand d’autres les trompaient !

Oui, mais maintenant que Monsieur le Maire a fini par avoir son hyper, c’est fini Chantecler, allez vous me dire, tu n’auras plus rien à écrire ! Pas si sûr ! D’abord, on n’en a jamais fini d’écrire l’histoire, et la conclusion de la longue et tortueuse saga du Charmoy, dans tous ses développements et conséquences, est bien loin encore d’être écrite. Et cette histoire, par la force des choses, j’en suis devenu le spécialiste, et j’ai bien le droit moi aussi, d’avoir mon petit fonds de commerce ! Foin de modestie pour une fois, Monsieur Prudhomme, ce diamant pur strass, aux multiples facettes, nous montre la route, le bonhomme !

Pour en revenir à notre histoire, une chose est sûre au moins, une étape de cette histoire qui avait été entamée par le fameux « vote négatif fondateur » du 17 décembre 2008, vient de se clore le 13 janvier dernier, avec l’ouverture de l’hyper. Ce fameux « vote négatif fondateur », que l’on tordit et retordit comme une fausse-clef, pour finir par justifier cette ouverture, restera l’un des « fleurons » de la longue et tortueuse saga du Charmoy !

Une histoire proprement tintamarresque !

Tintamarresque, voilà qui est nouveau ! Non, détrompez-vous, je n’ai pas inventé ce mot, je l’ai seulement emprunté à Touchatout (Léon-Charles Bienvenu (1835-1910), l’auteur de L’Histoire tintamarresque de Napoléon III.

La lecture de cette histoire non officielle, mais très bien illustrée de « Napoléon le Petit » est carrément désopilante ! Et n’oublions pas que les thèmes impériaux nous intéressent au premier chef (Oui ! Chef !) car nous vivons dans une cité napoléonienne où, même si l’on ne visite plus le chapeau, se côtoient toujours Napoléons petits et grands

NAPOLÉONS, PETITS ET GRANDS - du 02 DÉCEMBRE 2015

Mais revenons-en à L’Histoire tintamarresque de Napoléon III. Dès l’avant-propos de la Première partie, Les années de chance, l’auteur annonce son intention :

« Au fur et à mesure que se dérouleront les évènements, les portraits se placeront d’eux-mêmes ; et simultanément nous photographierons cet astre à fleur de terre et ses satellites. Dans cette œuvre, nous ferons une large part à l’illustration, ce moyen puissant d’éclairer les masses par le manque de respect aux idoles. »

Eh oui ! Le respect s’perd, mon pépère ! Mais on peut dire qu’aujourd’hui comme hier, si le respect s’perd, c’est que d’aucuns l’ont bien cherché car ils ne font jamais que récolter le mauvais grain frelaté qu’ils ont semé !

On connaissait les nouvellistes, je me déclare tintamarriste. Un tintamarriste qui chagrine les « idoles », et pour ces « idoles » quand le respect s’perd, c’est bien triste !

Mais au fait, il y a une deuxième partie à cette histoire tintamarresque ? Oui, elle s’appelle La dégringolade impériale, c’est le revers de la médaille…

Touchatout n’est plus, à présent, et c’est bien attristant ! Mais, rassurez-vous, des « astres à fleur de terre » avec leurs cohortes de « satellites » abondent toujours dans notre ciel médiatique.

Touchatout n’est plus, à présent, mais il a des remplaçants ! Et pour Monsieur Prudhomme, ça c’est bien embêtant !

Pour Monsieur Prudhomme, quel tracassin que ce Zinzin, qui ne respecte rien et ne rectifie même pas la position quand vient à passer, auguste, solennel et bardé d’honneurs qui sont légion, un artiste chargé de décorations.

RAYON DÉCORATION - du 10 NOVEMBRE 2015

Quel tracassin et, surtout, quel jacassin que ce Zinzin ! À preuve :

« Auxonne, est un lieu de prédilection pour Zinzin le perroquet. Sur ce territoire, il fait feu de tout bois.

C’est en quelque sorte un pollueur, dit la Vache en riant bruyamment. »

« Tout y passe, la culture, le commerce, l’économie, les instances municipales, l’urbanisme, l’écologie, le patrimoine, etc. C’est un véritable amalgame de glu sociale, politique et économique. ». Ainsi parlaient Notin et ses copains.

Lu, sans rire (mais je vous avoue que c’est difficile de se retenir), dans un article académique consultable sur l’un des sites intellectuels les plus prisés de la galaxie. Cet article est intitulé « Zinzin sur le radis monumental » et la subtile profondeur de son contenu explique sans doute le taux de fréquentation astronomique (plus de 31000 visiteurs !) dont il jouit aujourd’hui et qui en fait la locomotive du site comme un hyper fait la locomotive d’une zone commerciale et aussi, pour l’instant, du site en question !

SUR LES ÉPAULES DES GÉANTS - du 19 OCTOBRE 2015

Essayez, allez y voir, avec Google c’est un jeu d’enfant, ça ne coûte rien et surtout, ça fait monter le sacro-saint compteur magique que doivent envier les quotidiens nationaux !

Claudi se gratte la tête. Touchatout et Zinzin, c’est pas facile à illustrer ça ! Touchatout est formidable, mais ses dessins ont vieilli. Rien ne vieillit plus vite que le dessin satirique (en revanche son exercice régulier conserve la jeunesse d’esprit !). Quant à Zinzin, vous n’imaginez tout de même pas Claudi copiant l’œuvre originale ! Pareil sacrilège est proprement impensable ! Autant dérober le Graal !

Alors, à défaut de Touchatout et Zinzin, Claudi a flashé sur une vieille carte postale de 14-18 qu’il avait dégottée chez son oncle Seppi de Rouffach près de Colmar.

HYPER-CALIBRE - du 18 février 2014

Sur la carte il a mis nos petits lapins, en Nénette et Rintintin, ces petits fétiches de laine réputés protéger, en 14-18, les poilus, les samies et les tommies, des obus de gros calibres !

Que Nénette et Rintintin vous portent bonheur, fidèles lecteurs/trices !

Bonne chance et à bientôt !

Nénette et Rintintin vous protègent des Bertha au Charmoy

Nénette et Rintintin vous protègent des Bertha au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 janvier 2016 (J+2588 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 11:50

MONSIEUR PRUDHOMME AU CHARMOY - du 16 JANVIER 2016 (J+2586 après le vote négatif fondateur)

« Ce jour, en ma qualité de chef d’entreprise industrielle (à la retraite) une de mes multiples facettes, je salue par un grand bravo, le chef d’entreprise du E. Leclerc d’Auxonne.

NOTIN et ses amis visitent le Centre commercial E. Leclerc d’Auxonne, un des fleurons d’architecture et de l’emploi à Auxonne. »

C’est sur la toile, où il est complaisamment exposé qu’on pouvait lire récemment, ce couplet laudateur. On peut en conclure que décidément, en 2016, Monsieur Prudhomme n’est pas mort !

Vous ne connaissez pas Joseph Prudhomme, le héros d’Henri Monnier ! Quelle lacune ! On peut lire Les Mémoires de Monsieur Prudhomme sur le site de la Bibliothèque Nationale de France qui les a numérisés.

Dès le début de l’œuvre (page 2), Monsieur Prudhomme annonce la couleur :

« Mes contemporains l’ont voulu, je vais poser devant eux, il est temps qu’ils sachent enfin qui je suis, d’où je viens, ce que je veux. La postérité pourrait bien m’oublier ; je prétends, selon l’usage adopté universellement aujourd’hui, me dresser de mon vivant un piédestal sur lequel les siècles futurs pourront me contempler à leur aise. Je serais bien bon de me gêner, et de me marchander la gloire ! On ne la vend même plus dans ce siècle-ci ; chacun en prend ce que bon lui semble »

Tout cela fut imprimé en 1858, et n’a pas pris une ride !

Monsieur Prudhomme est par ailleurs bien connu par ses célèbres citations. L’une d’elles préconise : « On devrait construire les villes à la campagne. L’air y est tellement plus pur »

« L’air y est tellement plus pur ».

C’est comme au Charmoy où « …, le projet aura un impact positif sur la qualité de l’air grâce à la maîtrise de l’évasion de la clientèle » (Cf. page 53 du dossier intitulé « demande d’autorisation de création d’un centre commercial » daté de janvier 2010 et réalisé par la BEMH S.A. (BORDEAUX) au profit de SARL BOUXDIS (COLMAR) travaillant pour le compte du Groupe LECLERC)

Toujours dans le même dossier, autre citation prudhommesque :

« Le centre commercial ne sera pas à l’origine de rejets dans l’atmosphère en dehors de ceux liés à la circulation des véhicules »

CHARMOY LAVE PLUS BLANC QU’UN DIESEL ALLEMAND ! - du 28 SEPTEMBRE 2015

Décidément, tout cela ne manque pas d’air ! Claudi ne s’y est pas trompé !

Un air du bloc note de Monsieur Prudhomme au Charmoy

Un air du bloc note de Monsieur Prudhomme au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 janvier 2016 (J+2586 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 08:34

DES COURBES ET DES COURBETTES AU CHARMOY- du 13 JANVIER 2016 (J+2583 après le vote négatif fondateur)

Inverser la courbe du chômage reste, plus que jamais, un pari urgent pour notre Président, qui a troqué depuis pas mal temps le casque de moto contre le képi de généralissime.

Mais quel que soit le couvre-chef, demeure par dessous la même question urgente et térébrante : « Où et quand surviendra l’« inflexion » de la maudite courbe ? »

Si du temps de Platon le philosophe était roi, en nos temps de Macron, c’est le patron qui est roi. Péguy tenait en son temps les pères de famille pour les nouveaux héros (citation libre), le vrai héros du jour, c’est maintenant le patron, nouveau ou ancien d’ailleurs. Patron un jour, patron toujours !

Claudi qui n’est même pas l’ombre d’un microMacron, tout au plus un fonctionnaire retraité (donc conjuguant deux tares rédhibitoires !) Claudi qui n’a donc jamais eu l’insigne honneur d’être un patron bienfaisant, large dispensateur de la manne de l’emploi. Claudi ce trublion friand de libations, avait déjà depuis longtemps son idée sur la question de la courbe.

Précisément, il y a deux ans, dans l’épisode 45 de son feuilleton « Journal du Charmoy »

ÉPISODE N° 45 : QUAND LA COURBE S’INVERSE - du 02 février 2014

À la lumière de l’actualité locale, cet épisode, plein d’optimisme, retrouve un peu de sa jeunesse. Comme cet expert autorisé qui fait coin-coin parce qu’il croit avoir découvert l’Amérique à l’horizon de son bassin (d’emploi) ! Et dire qu’il y a des grincheux qui osent prétendre qu’au bout du compte, il n’y aura pas de miracle et qu’en recouvrant Saint-Pierre on risque bien de découvrir Saint-Paul.

Qu’importe, nos économistes locaux misent et conjecturent doctement sur la circulation bienfaisante des billets, sang neuf qui devrait dynamiser notre économie locale, et particulièrement notre centre-ville.

VERS DES LENDEMAINS QUI CHANTENT ? (3) - du 19 DÉCEMBRE 2015

Nous ne sommes pas économiste, ni ingénieur en prospective ! Et il nous faut même avouer que comme Piron, nous ne se sommes rien, pas même académicien ! Rendez-vous compte, quelle misère ! Nu comme un ver !

Et pourtant, sans aigreur et tout en douceur, et quoiqu’il soit fort peu convenable de se citer soi-même, nous reprendrons en ce jour de liesse notre éloge de la courbe de février 2014 qui n’était pas trop mal réussi. Un éloge capable, nous en sommes sûr, d’émouvoir les vrais esthètes, et il en est de par chez nous !

« Le pouvoir de séduction des courbes est une constante universelle : la ligne épurée de l’arche d’un pont, les méandres d’une rivière paisible, les galbes d’un corps, la courbe design d’un casque, il est des courbes qui recueillent tous les suffrages.

L’énarque, s’il ne dédaigne pas, à l’occasion, de partager les émois esthétiques de tout un chacun en matière de courbure, a aussi ses courbes bien à lui : celles de la statistique, construites pour séduire les électeurs. Sans oublier, bien entendu, les courbettes.

Le présent épisode démontre, s’il en était encore besoin, que Charmoy-City est bien le point privilégié de l’espace où vient se décliner, sur tous les modes, le pouvoir de séduction de la COURBE et de son inversion en particulier ! »

Et les courbettes me direz-vous ? Les courbettes, nous en laissons le soin et le monopole aux plumitifs, flagorneurs et autres thuriféraires patentés. Ils ont le vent en poupe sur leur bassin (d’emploi) ! Coin-coin !

Toujours à la manœuvre en promotion ou en auto-promotion, pour sûr ils ne chôment pas et trouvent toujours de l’embauche ! Mais bien entendu, c’est pour inverser la courbe ! Sans oublier les courbettes !

Des courbes et des courbettes au Charmoy

Des courbes et des courbettes au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 13 janvier 2016 (J+2583 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 11:35

NEZ ROUGE - du 28 DÉCEMBRE 2015 (J+2567 après le vote négatif fondateur)

Nez rouge ! Je sais à quoi ça vous fait penser : aux rennes du Père Noël !

Pas d’accord ? Alors c’est que vous avez un gros rhume, ou bien encore que comme Zinzin, le fameux perroquet d’Auxonne, protagoniste du génial article « Zinzin sur le radis monumental », les « libations les plus chaotiques » ont de nouveau rubéfié votre appendice nasal.

Dans ce cas, quand votre nez s’allume, suivez prudemment le conseil de nos amis canadiens : « Un petit dring avant de partir »

https://www.youtube.com/watch?v=sMq7DHVT-k8

Vous n’êtes pas dans ce cas ? Je l’aurais parié ! Nos lecteurs/trices sont gens éclairés sans pour autant que leur nez s’allume !

Ce sont aussi des curieux/ses qui aiment avoir des lumières sur un peu tous les sujets et qui ne seront pas indifférent(e)s aux particularités de la muqueuse nasale de Rangifer tarandus (le renne). De doctes savants se sont en effet penchés sur le problème…

http://www.gurumed.org/2012/12/19/pourquoi-les-rennes-du-pre-nol-ont-ils-le-nez-rouge/

Revenons à des choses plus classiques. Soucieux d’enrichir l’iconographie des Rennes de Noël, Claudi a sorti de ses archives une vieille carte du temps où il neigeait encore sur le Charmoy.

Et les cadeaux ? Oui les cadeaux, qu’on nous a promis ! Pas de soucis ! Y’en aura vraiment pour tout le monde. Vous êtes sceptique voire incrédule ? Qu’importe ! Découvrez-en la liste détaillée dans

LE PÈRE NOËL VENU DE LURE – du 24 décembre 2013

Rennes et Noël au Charmoy

Rennes et Noël au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 28 décembre 2015 (J+2567 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres