Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 00:00

CE QUI SE CONÇOIT BIEN… - du 28 mars 2014 (J+1927 après le vote négatif fondateur)

         Cette campagne va se clore et je voudrais clore aujourd’hui mon cycle d’articles de campagne avant le deuxième tour. Pour la suite, nous aviserons…

        Au caveau du Château, à la salle du Vannois, certain Docteur, certain Ministre ont tenté de me clore le bec, sans grand succès, ni grande élégance d’ailleurs. La logorrhée de tribune est un mal répandu dont une épidémie sévit actuellement, peut-être en raison de la « désertification médicale » ? Elle se traduit dans la forme banale par un psittacisme exacerbé, dont les symptômes sont bien identifiables et s’accompagne d’une gestuelle stéréotypée : coups de menton, effets de manche…Une forme aiguë a été observée dans certains cas, elle se caractérise par des emportements colériques dont les prodromes annonciateurs sont une pâleur faciale accompagnée de mimiques caractéristiques l’ensemble réalise ce que le Professeur Trémolo-Danlavoye dans son ouvrage célèbre « Les tribulations et les trémulations du tribun » désigne sous le nom  de faciès du prêcheur contrarié ainsi que de troubles de la phonation.

     Mais, comme dirait l’Vivi, arrête de faire des thèses ! Les Auxonnais ont soif de simplicité, il faut dire les choses comme elles sont ! D’accord Vivi, tu as raison, le malheur c’est que si le parler simpliste est assez répandu, le parler simple authentique est chose plutôt rare et qu’en matière de thèses fumeuses, en ce moment, on est servi. J’avoue en être fatigué et je constate ne pas être le seul !

     D’ailleurs le mal est profond et ne date pas d’hier. Pour s’en convaincre, il suffira de relire certains procès verbaux du Conseil municipal de notre bonne ville ! Il est vrai que, pas plus que les œuvres complètes de Victor Hugo ou de Lamartine (qui n’est pas la bibliothécaire), les bon.ne.s Auxonnais.e.s ne lisent les procès-verbaux du Conseil municipal, où ils pourraient pourtant découvrir des monuments de clarté.

    Inf’Auxonne  N° 25 de mai 2009 annonçait : « Lors du Conseil Municipal du 17 décembre 2008, un débat a eu lieu en toute transparence (plus de 5 pages retranscrites dans le Procès Verbal) ». Donnons un aperçu de cette transparence qui ne transparaît pas vraiment dans le procès-verbal. Au préalable, rappelons que la question à l’ordre du jour un jour qui est à -1927 jours d’aujourd’hui était la suivante : « Etes vous favorable à l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m² à dominante alimentaire sur la zone du Charmoy ? ».

À présent, quelques extraits du PV relatifs à la suite à donner à cette question :

   « M. le Maire répond que le débat concerne le principe d’implantation et si la réponse est négative, il n’y a pas lieu de dévoiler telle ou telle chose. Si la réponse est non, le dossier est terminé. Si la réponse est oui, il y aura discussion à la communauté de communes où la Ville d’Auxonne ne représente pas la majorité. [fin de la page 22] 

       M. le Maire rappelle que le vote est consultatif et sera fait à bulletins secrets pour que certains puissent s’exprimer. Si le vote est négatif, il sera transmis à la Communauté de communes et s’il est favorable, il y aura une implantation en concertation avec les commerçants et les représentants des consommateurs. [fin de la page 24]

   Comprenne qui pourra ! Qu’importe d’ailleurs que l’on comprenne ou non, car la suite démontrera que Monsieur le Maire avait déjà son idée ; ainsi, à l’issue du vote pourtant négatif de sa majorité, il s’empressa, en toute discrétion d’assurer la maîtrise foncière de 19 ha du Charmoy à Leclerc.

    Mon Cher Vivi, si la lecture de Chantecler, qui est un blog personnel, que personne n’est obligé de lire, peut être à l’occasion complexe, que dire, alors, de ces textes  officiels publics destinés à l’information des citoyens !

     Que dire enfin de ces petits bijoux de prose glanés au hasard du tract-trombinoscope d’une liste aujourd’hui sortie du jeu :

« L’avenir d’une ville elle ne se base que sur l’action, la participation et la pugnacité »

« Je n’ai jamais vu un entreprise vilipender de l’argent, mais investir son argent pour en retirer un bénéfice pour lui-même et pour ses salariés »

Et pour ses colistiers aussi sans doute… qui vont se cotiser pour lui offrir un dictionnaire !

      Tu vois Vivi, la confusion qui règne dans l’expression publique. Si parfois, comme dans ce dernier cas, elle est involontaire, elle peut être aussi savamment entretenue, comme le rideau fumigène devant la vague d’assaut ! Ainsi de la conquête « discrète » du Charmoy, ainsi sans doute d’une certaine vague céruléenne (prends ton dico Vivi !). Elle n’est pas nouvelle, cette vague, les dauphins (dauphin est trop faible mais requin serait trop fort) qu’elle emporte n’ont pas de vague à l’âme, je l’aurai constaté mercredi soir au Vannois ! Après le coup du Charmoy, le coup du Vannois ? À suivre…

  Surfons  

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 28 mars 2014  (J+1927 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Analyses et réflexions