Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 00:00

NETTOYONS LA PUB DE LURE (1) – du 13 janvier 2014 (J+1853 après le vote négatif fondateur)

       Avant de passer au sujet environnemental de notre article, rappelons d’abord que nous savions déjà, à la lumière d’un exemple local, que le green-washing n’avait plus de secrets pour le Groupe E.LECLERC. En effet, certains documents officiels et publics concernant le projet d’hypermarché au Charmoy visent rien de moins qu’à nous présenter celui-ci comme un bienfait pour  l’environnement. À l’intention de nos lecteurs qui en douteraient, nous résumons le best of  des arguments divers et variés mis en avant :

« La modification de l’usage du terrain du projet, actuellement utilisé en production agricole, devrait permettre une réduction des émissions de nitrates et pesticides dans les eaux souterraines ».

[Origine : Page 16 du rapport du commissaire enquêteur]

 « Le projet n’aura donc pas d’impact significatif sur la circulation aux abords du site. Au contraire, en limitant l’évasion commerciale, il contribuera à réduire le trafic sur les grands axes routiers. »

[Origine : p.44 du dossier relatif au projet, daté de janvier 2011 et destiné à la CDAC]

 « le projet aura un impact positif sur la qualité de l’air grâce à la maîtrise de l’évasion commerciale ».

[Origine : p. 53 du dossier relatif au projet, daté de janvier 2011 et destiné à la CDAC]

 « Afin de tenir compte de la protection de cette espèce [chauve-souris], l’enseigne lumineuse de la façade sera éteinte à 21 h. Rappelons que cette enseigne ne sera pas apposée sur la toiture mais en façade, d’où une gêne réduite pour les oiseaux et les chauves-souris ».

[Origine : p. 61 du dossier relatif au projet, daté de janvier 2011 et destiné à la CDAC]

Moralité : Plus vert, tu meurs !

    Notre article d’aujourd’hui, le premier de la série « Nettoyons la pub de LURE », examinera plus particulièrement le volet pédagogique de cette volonté verte.

         Une image parmi d’autres, tirée du site « Nettoyons la nature » résume le monde de bisounours proposé par le mouvement E.LECLERC aux maîtres et maîtresses pour leurs écoliers et écolières. Un seul mot d’ordre : « Faîtes [sic] de vos élèves les ÉCO CITOYENS DE DEMAIN ! ». Nos maître(esse)s devraient-ils(elles) donc prendre à présent leurs consignes pédagogiques à l’épicerie ?! Voilà qui est fort de café ! Et puis, cet impératif est incorrect : « faîtes ! »,  et avec un chapeau, s’il-vous-plaît ! Bravo ! Si nous ne touchons pas au faîte de l’orthographe, nous atteignons au moins celui de la publicité invasive ! 

Document Nettoyons la nature

   La journée nationale « Stop pub à l’école » du vendredi 27 septembre 2013 a réagi en décernant aux promoteurs de cette publicité « le prix de l’intrusion publicitaire la plus dégoûtante au titre de leur opération « nettoyons la nature »».

      Dans son dernier numéro du 8 janvier, Le Canard Enchaîné rend compte du fait dans un article titré « Elle est poubelle la vie chez Leclerc ? ». Le rédacteur de l’article remarque fort justement : « Mais, plus que la pub, l’objectif de Leclerc est de prendre pied à l’école. Et de se forger une image sympathique auprès des enfants, consommateurs de demain. Pour cela, l’entreprise drague les membres du corps enseignant, les incitant à inscrire leur classe à « Nettoyons la nature » et leur proposant du  matériel pédagogique ».

     La volonté de Leclerc de prendre pied à l’école pourrait d’ailleurs être confirmée si l’on en doutait encore par cette déclaration de Monsieur Michel-Edouard Leclerc, publiée  le 25 mai 2013, sur le site du journal  Le Parisien :

« […] si la crise s’amplifiait, si un gouvernement d’union nationale était formé, je n’hésiterais pas à sacrifier ma carrière à la vie publique.

La distribution est un formidable observatoire des mutations sociales et technologiques. Je pourrais mettre à profit cette expérience dans un secteur comme l’Education nationale, qui vit encore à l’ancienne alors que la révolution Internet a radicalement modifié les modes d’accès aux savoirs.

Ou dans la culture, afin de chercher de nouveaux modes de financement pour des projets musicaux ou dans les arts vivants, par exemple. Je me verrais bien, aussi, aider les collectivités locales à réduire drastiquement leurs dépenses.

J’ai bien conscience qu’être ministre est un métier très difficile, mais j’ai le sens du devoir et de l’intérêt collectif. »

       Pour en rester au plan local, il est de notoriété publique à Auxonne, que les discours de LECLERC ont depuis belle lurette « dragué » et séduit la municipalité. Nous ignorons par contre si le corps enseignant local enseigne « l’éco citoyenneté » sous le patronage de la très attractive enseigne et s’il aspire à l’accession de Michel Édouard aux fonctions de ministre, rue de Grenelle….

     À titre de mesure prophylactique, et en attendant la suite, nous rediffusons à l’intention de tous les pédagogues un document pédagogique alternatif labellisé  Chantecler et intitulé « Les petits lapins au Charmoy ». Bonne lecture ! À suivre !

Carotte

 C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 13 janvier 2014  (J+1853 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Revue de presse