Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 00:00

LE CHARMOY À LA CATALANE - du 11 NOVEMBRE 2014 (J+2154 après le vote négatif fondateur)

  J’imagine déjà le sourire gourmand de mes lecteurs/trices à l’annonce de cette recette originale : « Le Charmoy à la catalane »…et, dans le même temps je me repens de les décevoir, car ils vont devoir ranger plancha, paella et autres ustensiles !

    Il sera en effet question, non de cuisine, mais de la consultation du « 9N » (9 novembre) sur l’indépendance de la Catalogne qui a eu lieu dimanche dernier. Une lecture attentive des grands quotidiens nous a permis de relever, à propos de cette consultation catalane, quelques commentaires applicables à notre consultation auxonnaise du 27 juin 2010. Vous vous rappelez, sans doute, ce fameux exercice de démocratie « participatatative » !

     Adieu donc, recette exotique alléchante, nous allons entreprendre, toutes proportions gardées et avec tout le respect que nous devons à nos amis catalans, de comparer les deux consultations.

    Il s’agissait en effet, dans les deux cas, de consultation et non de référendum ayant valeur de décision. Une différence est à souligner toutefois entre les deux consultations : la catalane a été réalisée sans le recours officiel aux listes électorales, recours dont disposaient les organisateurs de la consultation auxonnaise.

   Notre comparaison ne prétend pas à une quelconque pertinence politique, elle vise seulement à mettre en évidence certains traits communs à deux évènements en apparence très différents, mais lors desquels il est apparu clairement que les partisans du OUI se sont montrés beaucoup plus actifs, voir activistes, que les partisans du NON !

   Actifs, en matière de « rameutage » et de publicité, tout d’abord, comme semble le montrer cet  article de Libération daté du 9 novembre. Sous le titre« Consultation en Catalogne : rameuter à tout prix » nous pouvons lire en effet : « REPORTAGE Les associations nationalistes ont tenté de mobiliser au maximum pour ce référendum sans valeur légale sur l'indépendance de leur région ».[…] il s’agissait de ratisser large pour faire en sorte que la participation soit massive pour le «9N» […] Jusqu’au dernier moment des dizaines de volontaires ont épluché les pages de l’annuaire pour appeler au hasard, converser et tenter de convaincre l’interlocuteur d’aller jeter un bulletin dans l’urne La campagne de mobilisation ne s’est pas limitée aux appels téléphoniques. De Barcelone jusqu’aux petites bourgades pyrénéennes, des volontaires sont allés faire du porte à porte pour convaincre. Ce ratissage est favorisé par le fait que la quasi-totalité des municipalités de Catalogne (942 sur 947) ont approuvé la tenue de la consultation et ont mis à disposition leurs locaux et certains fonctionnaires pour effectuer un travail logistique et de «propagande». [N.D.L.R. : souligné par nous] ».

     À Auxonne, comme à Barcelone, c’est clair, la municipalité  a approuvé la tenue de la consultation et a mis à disposition ses locaux et certains fonctionnaires pour effectuer un travail logistique et de «propagande» et certains de ses membres n’ont pas lésiné sur le « ratissage ».

   Actifs, en matière de participation ensuite. Dans un article intitulé « Les Catalans disent oui à l'indépendance »,  Le Figaro écrit : « Selon des résultats provisoires diffusés dans la nuit, 80,7% des votants - environ 2 millions de personnes - se sont finalement prononcés pour le «oui» à l'indépendance. Quelque 5,4 millions de Catalans pouvaient en théorie participer au vote. Ce sont essentiellement des sympathisants de la cause indépendantiste qui se sont déplacés, tandis que les opposants ont boudé les urnes ».

 À rapprocher ce commentaire de celui du maire d’Auxonne dans Inf’Auxonne N° 29 de juillet 2010 :

 « La Consultation des électeurs du 27 juin a révélé la véritable implication des citoyens dans la vie de leur cité : 38,25 % de participation, taux plus élevé que pour les élections européennes et régionales. Avec près de 80 % de OUI à la question posée, les auxonnais se sont clairement déterminés pour le développement d’Auxonne et de son Canton »

(Inf’Auxonne N° 29 de juillet 2010 p. 1)

   Dans les deux cas : un peu plus d’un tiers des inscrits se déplacent. Les partisans du NON boudant le scrutin, il en résulte un score faramineux pour le OUI, voisin de 80%. Mais au bout du compte, et dans les deux cas, le calcul démontre que c’est tout au plus un tiers des inscrits qui se sont prononcés pour le OUI. (1533 OUI pour 5061 inscrits à Auxonne le 27 juin 2010 soit 30,29 % des citoyens)

      Nous arrêterons là notre parallèle Auxonne/Barcelone, car les deux consultations, outre une énorme différence d’échelle, diffèrent encore radicalement par leurs motivations profondes. En effet si en Catalogne, c’est essentiellement une dynamique indépendantiste qui s’est manifestée, nous pourrions dire qu’à Auxonne, c’est une volonté d’allégeance active de la majorité en place, et de ses satellites, aux visées locales d’un grand promoteur privé qui est à l’œuvre depuis 2008.

    Suffiraient à en témoigner l’origine de l’abondant  matériel publicitaire d’affichage, imprimé à LURE, diffusé lors de la consultation, ainsi que ce titre éloquent du Bien Public du jeudi 1er juillet 2010, annonçant « en clair » le véritable objet du scrutin : « AUXONNE Les habitants disent « oui » au Leclerc » (page 1 du cahier région dijonnaise). Toute la manœuvre visait donc à plébisciter le projet Leclerc en panne !

       Quand Barcelone vise à s’affranchir du pouvoir central de Madrid, Auxonne, ou du moins sa municipalité, séduite par de belles promesses de développement et d’emploi,, n’a de cesse de placer son avenir économique entre les mains d’un « Madrid » commercial et immobilier privé régnant sur le grand-est.Comme l’a bien souligné Pays dolois N° 164 d’octobre 2014 (page 4) : « Les échanges entre la direction du grand-est du groupe et la mairie qui a délivré le permis  sont réguliers et fructueux »   

    Aujourd’hui, Claudi ayant pris quelques libertés avec la bannière catalane pour illustrer notre propos, nous présentons par avance nos excuses au Señor Presidente Artur Mas et à tous les Catalan(e)s !

Consultations historiques

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 novembre 2014  (J+2154 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Revue de presse