Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 00:00

UNE MINUTE 38 DE BONHEUR ( 1er épisode) - du 27 OCTOBRE 2014 (J+2139 après le vote négatif fondateur)

 

   Une minute 38, c’est la durée du reportage  que France 3 Bourgogne a diffusé le 22 octobre dernier. Au cours de ce reportage de Michel Gillot et Cécile Claveaux, le maire d’Auxonne s’était exprimé sur la question du Charmoy.

http://youtu.be/4PMrRymYg5s

     Nous vous avions promis un commentaire détaillé de ce reportage, nous tenons la promesse. Au préalable, nous prions les fidèles lecteurs/trices qui auraient pu être déconcerté(e)s par le fait que nous ayons commencé par la conclusion du reporter, de nous en excuser. Ce n’est pourtant pas notre habitude de mettre la charrue avant les bœufs, mais la conclusion pour le moins « paradoxale » de l’interview avait vraiment le mérite de mettre les pendules à l’heure (j’espère que vous n’avez pas oublié de le faire !). Conclusion brève mais claire ! Rappelons-la :

 

« Paradoxalement cet hypermarché va sortir de terre à un moment où ce type de magasins géants inventé en 1963 par Carrefour semble avoir son avenir derrière lui. Les Français jugent désormais les hypers trop grands et trop éloignés et 55% ne pensent pas qu’ils fassent gagner du pouvoir d’achat ».

 

    C’est bien clair, en matière de critères d’aménagement commercial, nos édiles auxonnais sont en retard d’une guerre, leur options obsolètes le démontrent assez. Du coup,  notre maire qui « partit au feu » pour BOUXDIS dès 2008 n’est pas encore arrivé. C’est pourquoi, pressentant l’impatience qui commençait à monter – ce qui n’est pas le cas de la construction–Claudi avait invité Madame la Ministre NKM dès avant-hier sur la zone du Charmoy comme pour les fastes d’une inauguration dont l’horizon s’avère encore incertain !

 

      À ce propos, le promoteur contacté « n’a pas été [selon le journaliste Nicolas Rouillard] en mesure de répondre dans les temps » (Le Bien Public du 22 octobre). Qu’importe, le maire d’Auxonne, sa fidèle succursale et cheville ouvrière locale, avait déjà affirmé que celui-ci « n’[avait] pas l’intention de reculer » (Le Bien Public du 21 octobre).

 

       Passons à présent à notre commentaire du reportage. Pour plus de carté, présentons d’abord le découpage en 8 parties que nous avons adopté :

 

Introduction du reporter : « Le chantier de l’hypermarché est désert » (7 s)

 

Première intervention du maire d’Auxonne : « Le projet continue… » (9 s)

 

Le reporter présente les débuts du projet : « C’est en 2009… » (12 s)

 

Deuxième intervention du maire d’Auxonne : « Je me souviens… » (16 s)

 

Le reporter présente les modifications du projet : « Le projet sera revu … » (8 s)

 

Troisième intervention du maire d’Auxonne : « Notre pari est de dire… » (17 s)

 

Le reporter présente la position des commerçants : « Si l’Union Commerciale… » (10 s)

 

Conclusion du reporter : « Paradoxalement cet hypermarché… » (17s)

 

        Aujourd’hui,  nous commenterons, après les avoir citées, les trois premières de ces parties.

 

Introduction : « Le chantier de l’hypermarché est désert, mais pour le maire d’Auxonne, cette ènième péripétie ne remet pas en cause le projet »

 

Notre commentaire : « Nous ne doutons pas de l’optimisme de notre maire qui déclarait déjà à la suite d’un deuxième refus en CDAC : « On ne baisse pas les bras, mais même sans Leclerc on aménagera cette zone » (Le Bien Public du 10/03/11 article intitulé « Leclerc à Auxonne c’est fini »)

 

Première intervention du maire d’Auxonne : « Le projet continue. Il y aura donc certainement un permis modificatif qui sera déposé pour tenir compte de cette situation »

 

Notre commentaire : Tout cela est très vague et ne concorde pas vraiment avec la déclaration du maire dansLe Bien Public du 22 octobre dernier qui précisait : « On va demander la suspension de la décision sur le fond, le temps de démarrer une nouvelle enquête publique qui prenne en compte l’étude acoustique. Cela pourrait prendre au moins six mois ». Une seule chose est donc sûre, ça risque de durer longtemps.

 

Le reporter présente les débuts du projet : « C’est en 2009 que ce projet d’implantation a vu le jour. Outre l’hypermarché, il prévoyait une grande surface de bricolage, mais la Commission Départementale d’Aménagement Commercial le rejette, le maire siégeait alors dans cette commission »

 

Notre commentaire : En ce qui concerne la description du projet et son rejet en CDAC, rien à dire pour l’instant, nous en reparlerons dans le commentaire de la quatrième partie : « Deuxième intervention du maire d’Auxonne : « Je me souviens… » » En ce qui concerne la date de naissance du projet, elle est en fait beaucoup plus ancienne, puisqu’elle remonte à 2005. Dans un article déjà ancien nous avions démontré que la précédente municipalité (à quelques exceptions près) n’avait pas alors accueilli favorablement le « bébé ».

RENDONS À CÉSAR- du 11 octobre 2013

 Par contre, en ce qui concerne la municipalité actuelle dans son précédent mandat, les contacts avec le promoteur et les « débats » autour du projet ont démarré dare-dare dès 2008. Des procès-verbaux de séances du Conseil municipal de 2008 en témoignent (18/09/08 ; 21/10/08  et surtout 17/12/08). En matière d’aménagement commercial local, l’élection de Raoul Langlois marque donc le début du « règne Leclerc » sur  la zone du Charmoy.

 

         Le 17 décembre 2008 eut lieu le fameux « vote négatif fondateur » du projet concernant la décision d’implantation d’une grande surface sur la zone du Charmoy. Avertis par l’ordre du jour de la séance, commerçants et d’employés du secteur commercial s’étaient réunis autour de la statue de Bonaparte, devant la mairie, avant d’y pénétrer en nombre. Nos illustrations du jour montrent ce rassemblement. Un deuxième rassemblement devait à nouveau avoir lieu au même endroit lors de la séance du Conseil municipal du 26 mars 2009, et cette fois, FR3 était là. De cette séance du 26 mars, nous reparlerons plus tard quand nous commenterons les images de la manifestation des commerçants dans la vidéo de la 7ième partie du reportage : « Le reporter présente la position des commerçants : « Si l’Union Commerciale… » » Pour l’heure, nos illustrations du jour démontrent assez clairement que, du NON du 17 décembre 2008, notre maire finit par faire, sans grands complexes, un OUI. [dans un  souci d’exactitude « historique » nous avons dû modifier ce paragraphe le 28 octobre 2014. Nous prions nos lecteurs/trices de nous en excuser]

 

Scrutins encombrants triez recyclezLe 26 mars 2009, enfin,  le revirement, d’abord « discret », devait éclater au grand jour comme un « coup de tonnerre dans le ciel auxonnais » : « LECLERC ARRIVE AVEC 250 EMPLOIS D’ICI 24 MOIS » !!!

De la suite dans les idées

À suivre…

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 27 Octobre 2014  (J+2139 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Revue de presse