Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 00:00

REVUE DE PRESSE CHAMPAGNOLAISE (1) - du 3 OCTOBRE 2014 (J+2115 après le vote négatif fondateur)

     En préalable, et à l’adresse de ceux/celles qui jugeraient notre thème d’aujourd’hui incongru, nous répondrons qu’il est parfaitement justifié par le fort tropisme jurassien de notre ville. Le fait a d’ailleurs été souligné il y a peu  par  la presse locale qui, le 22 septembre dernier, titrait « Le regard tourné vers le Jura » un grand article à propos d’Auxonne, et de sa municipalité en particulier. Nous avions rendu compte de ce passionnant article dans

DOLE ET AUXONNE,  OU LA RETOQUEUSE ET LA  RÉCHAQUEUSE - du 25 SEPTEMBRE 2014

       Si Dole est proche d’Auxonne par la distance, Champagnole l’est encore plus par la substance : même taille et même structure démographique, même teinte de majorité municipale, même appétence de cette dernière pour la grande distribution, et, corollaire logique, même doublement, réalisé ou imminent, de la densité commerciale en grandes surfaces alimentaires.

       Ce qui rapproche essentiellement ces deux villes c’est donc le rôle spécifique de leurs municipalités en matière d’implantations d’enseignes.  Grâce à elles, le département du Jura dépourvu, jusqu’à une date récente, de centres Leclerc, comblera cette lacune criante et l’on peut donc dire : Champagnole c’est dès maintenant Leclerc au « cœur du Jura », Auxonne ce sera bientôt Leclerc aux portes du Jura et au cœur de la nouvelle région !

   Puisqu’Auxonne semble emboîter le pas à Champagnole retenons bien cet adage : « regarder Champagnole d’aujourd’hui, c’est voir Auxonne de demain ». Il y a peu, le directeur avisé d’une grande surface auxonnaise prêtait ainsi une oreille attentive à notre témoignage sur la chronologie du chantier Leclerc à Champagnole de février 2013 à mars 2014.

       La « Perle du Jura » et la « Capitale de l’Oignon »  (ce dernier terme consacré est employé dans le Dossier-de-candidature-ami p. 7), si elles ne sont pas de vraies jumelles, partagent tout de même quelques beaux brins d’ADN !

     Dans le cadre de ces « vies parallèles », nous consacrerons ce premier article à un rapide examen de la presse municipale champagnolaise. À la différence de la nôtre, cette presse est riche de deux titres : « Champa’info Le journal bimestriel de la Ville de Champagnole » et « Champa’Mag Le magazine de la ville de Champagnole » de moindre fréquence. Coïncidence, alors qu’un nouveau format d’Inf’Auxonne est annoncé, Champa’Mag a déjà opéré sa mue. En matière d’hyper comme en matière de relookage de presse municipale, la « Perle du Jura » précède encore une fois la « Capitale de l’Oignon ».

     Champa’Mag N° 54 d’août 2014 s’ouvre en page 3 sur un édito du maire qui annonce à ses lecteurs : « Enfin, vous découvrez un nouveau Champa’Mag, rafraîchi, coloré, acidulé, dynamique, avec un contenu à la fois clarifié et densifié pour vous apporter toujours davantage d’informations sur notre Ville de Champagnole ! »     

    Notre nouvel Inf’Auxonne  sera-t-il lui aussi « rafraîchi, coloré, acidulé, dynamique, clarifié et densifié » ? Une chose est sûre, les tribunes libres seront courtes, voir lapidaires,  car réduites à 1250 caractères (Cf. PV du Conseil municipal du 23 septembre 2014 p. 10).

   Champa’Mag a aussi sa « tribune » en page 29. Il est intéressant d’en donner un aperçu :

     Côté majorité, c’est la presse locale qui est mise en cause dans « le mot de la majorité » :

 « Depuis plusieurs semaines, vous êtes nombreux à nous faire part de votre étonnement, de votre indignation, de votre colère, au sujet du traitement dans la presse locale de l’action municipale et associative.

Comme vous, il nous semble que depuis quelques mois ce qui faisait l’intérêt d’une information locale construite sur la bonne foi, la sincérité des propos, la prudence et l’objectivité plutôt que le parti pris agressif ou tendancieux, l’investigation sérieuse préférée aux témoignages douteux ou non représentatifs, paraît se perdre.

Jusqu’alors, sur consigne de Monsieur le Maire, nous n’avions pas réagi mais l’accumulation de ces mauvaises manières nous obligent, tant notre respect pour notre journal, partie intégrante de notre ADN locale [sic], est grand lorsqu’il est de talent. Il n’est pas trop tard pour se ressaisir...! »

Dans l’attente nous vous invitons à retrouver et à suivre l’actualité de Champagnole sur le site internet de la Ville et sur sa page Facebook. Au delà de ces propos, passons à des choses plus constructives, comme les investissements qui se réalisent sur nos zones industrielles et commerciales.

On dénombre actuellement huit projets d’importance: MacDo, Lidl, Norauto, […] »

Notre commentaire : Devant une telle dérive supposée, faudra-t-il, dans une mesure de salut public, rétablir la censure de la presse dans la « Perle du Jura » ? Pour l’heure dans la « Capitale de l’Oignon », si l’on omet notre chronique du moins, le problème  des « mauvaises manières » de la presse locale ne semble pas vraiment se poser. 

Côté minorité à présent, on notera dans « le mot de la minorité », une protestation en faveur de la laïcité,  ainsi qu’une invitation à une assistance plus nombreuse du public aux séances du conseil :

« […] vous avez remarqué le nouvel édicule qui, devant la Mairie, affiche les avis de décès. Edifiée sur la voie publique, cette petite construction est de bonne facture, sa conception est intelligente. Un seul regret : elle ne respecte pas les lois de la République car elle porte un signe religieux. […] »

« Vous êtes déjà quelques-uns à venir assister aux séances du Conseil municipal. Nous vous invitons à y venir plus nombreux encore, pour vous rendre compte, de visu,comment nous nous efforçons de maintenir une démocratie locale. »

  En apparence, dans la « Perle du Jura », pas plus d’ailleurs que dans   la « Capitale de l’Oignon », le public ne se bouscule aux séances du conseil municipal. Problème d’attractivité ? La salle du Conseil de Champagnole est-elle, comme l’est celle d’Auxonne, dotée de strapontins-sellettes ?

      Une chose reste sûre au moins, les « tribunes » champagnolaises, dont nous n’avons donné que des extraits, excèdent, et de loin les 1250 caractères.

     Pour terminer le premier volet de cette revue de presse, et pour répondre d’avance aux critiques éventuelles, nous rassurons nos lecteurs en leur précisant que notre second volet de notre « revue de presse champagnolaise »  abordera de façon moins marginale une question actuellement en plein débat dans nos contrées : l’art de ménager la chèvre et le chou, c’est-à-dire l’hypermarché de périphérie et l’épicier du coin, quadrature du cercle dont il semble que notre « sœur du Jura » ait déjà trouvé la solution !

    Dernière minute. Nous assistions hier soir au conseil communautaire de la Communauté de Communes d’Auxonne et du Val de Saône. Au programme, la candidature AMI pour la revitalisation des centres bourgs qui fut évoquée en ouverture par un survol général des objectifs avec projection. Manifestement, aucun effort de publicité n’avait été fait pour tirer parti de cette occasion d’informer les citoyen(ne)s sur l’AMI, car le public se comptait sur deux doigts d’une main, deux doigts de démocratie participative !

     Nos conseillers ont donc débattu très sagement entre AMIS ! Je m’ennuyais ferme et, hormis la superbe cravate céruléennne du Président, je ne garde aucun souvenir marquant de la soirée. Ah ! Si, quand même, attendez… : amenée par la question d’un conseiller dont l’état de vigilance était manifeste (ça existe !), la zone du Charmoy et son Leclerc (les deux coïncidant d’ailleurs pour le moment puisque c’est Leclerc qui a tout payé !) furent l’objet d’un commentaire avisé de notre premier magistrat.

  Selon ce commentaire, on ne pourrait imputer les cellules commerciales vides actuelles du centre ville au Leclerc en construction. Argument imparable ! Ce qui est moins certain par contre, c’est que l’ouverture du Leclerc favorise la revitalisation de ces dents creuses et surtout la santé des autres !

     Notre article dépassant déjà les 8000 caractères, nous devons en rester là pour aujourd’hui au risque d’épuiser nos bienveillant(e)s lecteurs/trices. À bientôt pour un article où nous reviendrons sur le Leclerc et la comcom, différant de quelques jours notre suite champagnolaise !

 

N.B. : Cet article compte environ 8500 caractères espaces compris

Oignon et perle 

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 3 octobre 2014  (J+2115 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Revue de presse