Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 00:00

LA FRACTURE LECLERC – du 14 mars 2011

 

      C’est bien le titre que suggère l’article du Bien Public Dimanche du 13 mars. Trois candidats aux prochaines cantonales, les trois « lourds », s’expriment, les quatre autres n’étant mentionnés que pour mémoire. Il est vrai aussi que parmi ces quatre, il en est un qui se révèle tout de même bien présent, sans paroles et sans photo, dans chacun des trois interviews, le FN. Enfin, le « huitième candidat », véritable « statue du Commandeur » (voir notre article « du 27 juin au 27 mars ») confirme à nouveau sa présence insistante.

      Avant de vous proposer une analyse rapide des déclarations du « tiercé », nous rapporterons tout d’abord leurs titres :

 « Favorable à une zone commerciale » pour Raoul Langlois

« Priorité aux commerces locaux » pour Jean-Paul Vadot

« Etre rassemblés pour faire réussir ce canton » pour Dominique Girard

      De toute évidence, ces seuls titres soulignent la fracture LECLERC  qui passe clairement entre les deux premiers. Cette fracture, le troisième la dépasse et l’ignore presque.  Partisan du rassemblement, s’il porte une appréciation succincte à l’égard des positions des deux autres relativement  à la question LECLERC, il ne se positionne pas personnellement. 

      Parmi les trois questions posées aux trois candidats on notera la seconde : « Quelle est votre position sur l’implantation de l’hypermarché Leclerc ? »

      Cette question imposait aux candidats d’aborder le thème LECLERC dans l’interview mais il peut être très instructif de comparer leurs réactions respectives.

      Pour Raoul Langlois, le thème LECLERC est présent presque à chaque ligne de l’interview et décliné sur tous les tons. Pour Jean-Paul Vadot, il est envisagé négativement, et de façon argumentée, dans le cadre strict de la réponse à la question spécifique. Pour Dominique Girard enfin, il est à peine abordé, voire prudemment éludé.

       Il semblerait donc bien que Raoul Langlois ne soit pas vraiment en campagne pour les cantonales, mais bien toujours en CDAC. Il est vrai que confortablement embarqué dans la caravane Sauvadet qui le porte, il peut se consacrer « passionnément » à son enseigne locale préférée, appelée selon lui « par 80% d’avis favorables exprimés lors de la consultation des électeurs d’Auxonne, représentatifs du canton »

Dominique Girard, pour être prudent, n’est pas dupe pour autant de cette unanimité supposée, qui déclare que « le Maire d’Auxonne (…) a mené ce projet en solitaire, sans consulter les élus des autres communes ».

       Cette « solitude », il convient pourtant d’en analyser la nature. Nous préférerions, quant à nous, l’appeler « jeu personnel », car il ce n’est pas solitaire celui qui, estampillé du label Sauvadet, peut compter en plus sur la clientèle de divers groupes de pression locaux.

       Ces groupes qui se sont manifestés encore physiquement et très récemment lors du conseil de ComCom du 7 mars dernier, ont révélé des capacités de tractage, d’affichage et de démarchage évidentes. Sans homogénéité sociale apparente, ils mêlent le vétéran UNR convaincu et le sportif du dimanche, le propriétaire terrien et le travailleur précaire. La consultation du 27 juin dernier a révélé leur activisme. Ces groupes sont quatre, comme les mousquetaires et  rêvent sans doute d’étendre au canton, le noyautage « à la hussarde » qu’ils ont entrepris partout à Auxonne.

       Quant à la consultation du 27 juin dernier, tant vantée par le Maire d’Auxonne, elle est bien le modèle de ce qu’il faut éviter lors d’un scrutin démocratique. En produisant la « fracture Leclerc », elle a montré le caractère destructeur d’un certain usage de la démocratie. Un usage personnel appuyé sur un clan, « passionné » plutôt que raisonné, diviseur plutôt que rassembleur.

       De son origine à sa fin, sans doute prochaine, l’affaire de la zone du Charmoy aura révélé le catalogue affligeant des erreurs à éviter par un élu responsable au service de tous ses électeurs. Ce catalogue, Chantecler s’est donné mission de le constituer tout au long des derniers mois.

      Permettez-nous, pour terminer, de joindre une perle rare à ce catalogue, celle d’une analyse politique exprimée dans l’article cité en référence :

     « Craignez-vous le vote FN ?

« Je crains comme tout le monde un vote FN défouloir, en réaction au mépris de la démocratie dont a fait preuve le président de la ComCom en votant contre le projet [LECLERC] sans tenir compte ni de l’avis favorable exprimé lors d’un conseil la veille de la CDAC d’une très large majorité d’élus communautaires, ni des 80% d’avis favorables exprimés lors de la consultation des électeurs d’Auxonne représentatifs du canton »

        Je vous laisse le soin de découvrir l’auteur de cette analyse, pour le moins originale, des causes possibles d’un vote frontiste dimanche prochain. Pendant qu’on y est, le président de la ComCom est peut-être aussi responsable du tremblement de terre au Japon.

       Auxonnais libre et chantant clair, pour notre compte,  et quoi qu’il advienne, « vague bleu marine » ou pluie de grenouilles,  plus rien ne nous étonnera désormais à Auxonne après le tsunami « jaune-fluo » de juin dernier dont l’épicentre était à LURE-VESOUL.

 

C. S. Rédacteur de Chantecler,

à Auxonne le  14 mars 2011

Partager cet article

Repost 0
Publié par C.S. - dans Revue de presse