Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 08:50

UNE PANACÉE POUR CHARMOY-CITY ? - du 4 juin 2019 (J+3821 après le vote négatif fondateur)

   Ce matin la page Auxonne Info - Actus & Débats flirte avec Diafoirus et aborde les questions sanitaires et d’hygiène bucco-dentaire, sur un mode original…

CHARMOY-CITY : SOURIEZ À PLEINES DENTS ! - du 25 avril 2018

    Aurions-nous donc au sein de notre conseil municipal, le remède à tous nos maux et à tous nos bobos ? Un couteau suisse thérapeutique !

    La panacée, en quelque sorte ?

    Pour Chantecler, ce n’est pas vraiment une nouvelle ! Mais ça rafraîchit opportunément la memoire !

    Claudi recycle aujourd’hui pour votre plaisir une image toujours d’actualité !

P.S.

  Pour nos lecteurs curieux d’histoire de la pharmacie, quelques détails sur la THÉRIAQUE dont il est question dans l’illustration du jour.

 

     La THÉRIAQUE, en bref, c’était le réconfort des souffrants, la panacée, l’antidote à tout faire, le factotum des apothicaires, en un  mot, le couteau suisse des Codex de nos aïeux.    

      Ses vertus étaient essentiellement dues à l’opium qu’elle contenait. Un « opium du Peuple » avant la lettre, en quelque sorte !

   Coïncidence ? La THÉRIAQUE devait tomber définitivement en désuétude dans les pharmacies au moment même où le fameux couteau suisse faisait son apparition dans le paquetage du soldat helvète, et ce, vers la fin du dix-neuvième siècle.

   « Lorsque la THÉRIAQUE est récente, elle est plus somnifère que la vieille » écrivait en 1811 un homme de l’art, J.-J. Virey, Pharmacien en Chef à l’Hôpital militaire de Paris. À propos de la longévité du remède, sinon de ses utilisateurs, il poursuivait :

« La vieille THÉRIAQUE qui a fermenté et qui peut se garder près d’un siècle sans être détruite, possède encore des qualités »

    Conclusion, la THÉRIAQUE a la vie dure ! Elle peut faire longtemps de l’usage ! À propos de la complexité de la composition de la THÉRIAQUE, Virey ajoutait enfin :  

      « Il nous semble que ce qui a fait entasser tant de drogues dans cet électuaire [N.D.L.R. : électuaire : mélange de divers médicaments dans un excipient plus ou moins fluide et généralement sucré et aromatisé (miel, sirop, vin liquoreux) pour « faire passer la pilule »], c’est la crainte que tel ou tel médicament ne suffit pas, et afin d’obtenir de plusieurs, ce qu’on n’attendait pas de quelques-uns ; c’est pour mettre à couvert la responsabilité du médecin, qui se rejette alors sur l’insuffisance des remèdes. On crut frapper un coup héroïque contre la maladie, en réunissant dans cette composition presque toutes les puissances de la thérapeutique. »  (VIREY, J.-J., Traité de pharmacie, Paris, 1811, tome 2,  pp. 7 et 8)

Une panacée pour Charmoy-City, le retour

Une panacée pour Charmoy-City, le retour

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 juin 2019 (J+3821 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Brèves

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Brèves