Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

20 septembre 2018 4 20 /09 /septembre /2018 07:20

CHARMOY-CITY : MORT D’UN PROJET DANS LA RUE THIERS (3)- du 20 septembre 2018 (J+3564 après le vote négatif fondateur)

        Notre chronique « Mort d’un projet dans la rue Thiers », entamée en août, a été interrompue pendant un mois.

          Cette interruption est liée à l’actualité festive des bords de Saône, à un regain du  tourisme ascensionnel dans la tour de notre église, à la récente Mostra au cinéma l’Empire, au déferlement médiatique autour du  lancement de la fusée Revitalisation.

            Elle a été liée encore – cerise sur le gâteau – à l’annonce d’une récidive annoncée, pour la fin de ce mois, d’une campagne annuelle de green washing publicitaire sous la Houlette, et finalement prolongée, merci mon chien, par le grand hommage patrimonial de Chantecler au meilleur ami de l’homme.

      Après toutes ces interruptions inopinées mais nécessaires, redescendons enfin aujourd’hui  sur la terre ferme à la rencontre des dures réalités de la rue Thiers.

      Avouons, en passant, qu’il serait difficile de descendre plus bas.

       Rue Thiers, c’est le nom de la première portion de la rue principale du centre ancien de Charmoy-City quand on entre par le Pont de France. Elle s’appelait jadis « rue Entre-deux-Ponts ». Au vu du présent naufrage du petit commerce, on pourrait la nommer aujourd’hui « rue Entre-deux-Eaux ».

    Après la rue Thiers, viennent ensuite la rue Gustave Noblemaire, la rue Antoine Masson et pour finir la rue Émile Gruet qui s’arrête au Rond-Point de la Poste.

      Pourquoi cette géographie urbaine ? Tout simplement pour se repérer dans les citations que nous allons vous présenter en poursuivant maintenant l’analyse des propos de notre premier édile rapportés  dans l’article du Bien Public du 15 août dernier, article déjà cité dans les précédents articles de notre chronique « Mort d’un projet dans la rue Thiers », et intitulé  « AUXONNE COMMERCES La rue Thiers perd une nouvelle enseigne ».

 

     Rappelons que cet article comportait un encadré intitulé « On travaille avec eux » [N.D.L.R. CHANTECLER : « on » désigne la municipalité s’exprimant ici par la voix de son maire, et « eux » désigne les commerçants],  dans lequel notre premier magistrat soulignait d’abord, en ouverture, la grande vague référendaire du 27 juin 2010 à l’occasion de laquelle « 80 % des Auxonnais s’étaient déplacés ».

CHARMOY-CITY : MORT D’UN PROJET DANS LA RUE THIERS (2)- du 23 août 2018

     Il évoquait ensuite un autre « déplacement », celui-là d’une autre nature, en ces termes :

     « Il [N.D.L.R. le maire d’Auxonne] constate également qu’au sein même de la commune, plusieurs secteurs, plus ou moins dynamiques existent. Il remarque par exemple un déplacement de l’activité économique à l’opposé de la rue Thiers, « au niveau du rond-point de la Poste » »

    Inspiré par les digressions d’un peintre nouvelliste et échotier local, protégé du prince, nous avions nous-même déjà évoqué ce déplacement de l’activité économique en direction de Dole, mais bien au-delà du « rond-point de la Poste ». 

CHARMOY-CITY : 9 ANS APRÈS LE VOTE CENTRIFUGE DE 2008, LE VOTE CENTRIPÈTE DE 2017 - du 15 décembre 2017

    En dépit de la remarque de notre maire signalant « un déplacement de l’activité économique à l’opposé de la rue Thiers » ,  force est pourtant de constater que même dans le secteur rue Émile Gruet-Rond-point de la Poste, ultime réduit de résistance, dans notre centre-bourg, d’un petit commerce de proximité varié digne de ce nom, les cellules commerciales vacantes ne manquent pas.

     L’une d’elle, à vocation capillaire, a d’ailleurs été vidée (Chauve qui peut !) à la suite de son installation au Charmoy, contredisant en cela les assurances passées de notre premier édile dans la presse : « Il y a quand même des commerçants qui attendent l’implantation de Leclerc. La priorité sera donnée aux extensions, il n’est pas question de quitter le centre-ville pour s’installer dans la galerie marchande » (Cf. Le Bien Public du 10/09/15 article sous le titre « AUXONNE Une enquête publique se tient actuellement en mairie concernant l’implantation de Leclerc. Permis attend validation »).

     Au train où vont les choses, et avec le handicap qui se profile de travaux longs et lourds à venir dans l’artère principale du centre-ville il n’est pas interdit de craindre le risque d’une « ruthiérisation » généralisée de la grande rue.

        À chacun, sa maladie urbanistique : certaines rues des centres des grandes villes sont vouées à une « gentrification » qui pousse ces « salauds de pauvres », inopportuns, dans des ghettos périphériques. Il est vrai que chez nous, le bobo gentrificateur ne semble pas courir les rues du centre,  mais c’est plutôt  la « ruthiérisation » qui sévit ! Et  bien chanceux qui trouvera le vaccin de ce processus malin !

    Par bonheur, notre revitalologue patenté, qui ne craint les paradoxes,  semble avoir trouvé un remède homéopathique miracle à cette hémorragie de clients vers la zone périphérique du Charmoy en direction de Dole

ALBUM  REVITALOLOGIE À CHARMOY-CITY

    C’est qu’en  matière de revitalologie, à Charmoy-City, on connaît pas le désert médical, car chez nous, Monsieur à Charmoy-City, on a un revitalologue hors-pair !

     Il vous installe d’abord « discrètement » un hypermarché en périphérie et, dans la foulée,  il vous entonne sans sourciller le grand air préformaté et subventionné de la revitalisation.

     C’est que, Monsieur, revitaliser un cœur de ville, c’est tout un art et les voies de nos édiles sont souvent impénétrables !

     Pour son illustration, Claudi a mis le petit père Thiers dans le coup !

     Un petit père Thiers, comme on ne le connaît guère, dans sa jeunesse, et tel que le grand Daumier le croqua en 1833 dans Le Charivari !

Charmoy-City : coeur de centre-bourg contre coeur artificiel périphérique

Charmoy-City : coeur de centre-bourg contre coeur artificiel périphérique

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 septembre 2018  (J+3564 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse