Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

15 mars 2022 2 15 /03 /mars /2022 10:25

INTERMÈDE PATRIMONIAL NAPOLÉONIEN ET CANIN- du 15 mars 2022 (J+4836 après le vote négatif fondateur)

Quittons à nouveau l’histoire et la Guerre de Crimée pour un retour au présent dans notre bonne ville, loin des horreurs de la guerre.

La fièvre communicante de notre municipalité offrait hier, 14 mars, sur les rézosocios, deux thèmes de réflexion fort divers aux commentateurs.

Nos lecteurs pourront les redécouvrir dans notre précédent article

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (6)- du 14 mars 2022

Et bien entendu sur le facebook officiel de notre bonne ville !

 

L’un de ces thèmes était canin,

Et l’autre napoléonien

Le premier fit un vrai tabac

Mais le second n’en parlons pas

Le premier fit un Marengo

Mais le second un Waterloo …

 

Il y a quelques années de cela notre blog, jamais en reste, offrait une réflexion illustrée destinée tant aux amis des chiens qu’aux amateurs napoléoniens.

Les curieux et les vrais amateurs pourront la retrouver à partir du lien ci-dessous

QUAND CHANTECLER CHANTE LE PATRIMOINE CANIN - du 16 septembre 2018

Moustache, un chien napoléonien et décoré.jpg

Moustache, un chien napoléonien et décoré.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15 mars 2022 (J+4836 après le vote négatif fondateur)

Visions d’histoire

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 13:22

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (6)- du 14 mars 2022 (J+4835 après le vote négatif fondateur)

Quittons un instant l’histoire et la Guerre de Crimée pour un retour au présent dans notre bonne ville, loin des horreurs de la guerre.

Le printemps arrive et voilà à présent une semaine, qu’au cœur de notre bonne ville, la gestation de la nouvelle Grande rue est en route et que « 9 mois de travaux afin de rendre notre centre-ville plus attractif pour les commerçants, les habitants et les touristes » ont été entamés.

CHARMOY-CITY : L’IMAGINATION AU POUVOIR ?- du 25 janvier 2022

Par bonheur, dans notre bonne ville, le danger ne vient pas du ciel et des rockets. Il semble pourtant qu’un fléau nauséabond, récurent autant que glissant, subsiste qui vient du sol et des roquets.

RELENTS PARFUMÉS DU PASSÉ DE CHARMOY-CITY - du 23 MAI 2021

Au temps du masque et du pass vaccinal qui touche à sa fin, il semble que, dans notre bonne ville, qui n’est pourtant pas Dogville, doive succéder celui de l’ausweis canin.

Mais tout ça, me direz-vous n’a rien de bien napoléonien ni de bien franco-russe !

Nous nous sommes en effet égaré, et c’est un article de presse du journal La Croix qui nous permettra de reprendre le fil rouge, tant napoléonien que franco-russe, de la présente série.

Le 6 octobre 2020, ce quotidien diffusait sous le titre « En Crimée, les funérailles très politiques des soldats français » un reportage historico-politique ainsi présenté :

« À Sébastopol, les autorités russes ont enterré 155 soldats français morts pendant la guerre de Crimée. Un siècle et demi après le conflit, des fouilles ont été lancées pour trouver d’autres corps. Entre hommage aux combattants du passé et tensions géopolitiques franco-russes. »

https://www.la-croix.com/Monde/En-Crimee-funerailles-tres-politiques-soldats-francais-2020-10-06-1201117892

La lecture de cet article ne manque pas d’intérêt tant politique qu’historique. Sur le plan historique, qui nous intéresse plus particulièrement, il souligne le caractère meurtrier de la Guerre de Crimée (1853-1856) pour le corps expéditionnaire français.

Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point dans nos prochains épisodes.

Comme toutes les guerres des derniers siècles, la guerre de Crimée aura tué beaucoup d’hommes et fait beaucoup vendre de papier.

On peut s’imaginer qu’au début de l’année 1856 les Auxonnais devaient s’arracher L’almanach de Napoléon pour l’année 1856 à la librairie-imprimerie Saunié pour y découvrir en gravure double-page la prise de Sébastopol et celle du Mamelon vert de laquelle nous aurons l’occasion de reparler plus en détail.

Claudi a choisi le prospectus de cet almanach pour son illustration du jour .

Nos fidèles lecteurs pourront retrouver les précédents épisodes de notre série en suivant le lien ci-dessous.

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (5)- du 11 mars 2022

La suite au prochain numéro...

FLASH DERNIÈRE (14 mars 16h00)

La fièvre communicante de notre municipalité sur les rézosocios vient de mettre nos amis les chiens à la niche pour nous replonger dans le monde de bronze de la statuaire impériale ! S’en sont suivis des commentaires relatifs à la main dans le gilet et aux maux d’estomac de l’Empereur.

À la bonne heure !

À quand la main de ma sœur, s’interroge le zouave du Pont de l’Alma !

Notre rédaction ne pouvait évidemment rester indifférente à ces débats passionnants.

CHARMOY-CITY : NAPOLÉON, DE BRONZE, DE PIERRE, ET DE FER- DU 26 FEVRIER 2021

Un succès de librairie auxonnais en 1856.jpg

Un succès de librairie auxonnais en 1856.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 mars 2022 (J+4835 après le vote négatif fondateur)

Visions d’histoire

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 08:29

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (5)- du 11 mars 2022 (J+4832 après le vote négatif fondateur)

Après la remise de médaille de l’épisode précédent, fermons le ban !

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (4)- du 07 mars 2022

Fermons le ban et revenons à notre commentaire de l’« Histoire de la Sainte Russie » de l’illustre dessinateur Gustave Doré parue, comme nous l’avons déjà indiqué, en pleine guerre de Crimée.

Passé leur contexte immédiat, les caricatures, comme la rose éclose, vieillissent très vite. Tel est le cas des deux dernières gravures qui terminent le recueil « Histoire de la Sainte Russie ».

Tentons quand même l’exercice !

À notre sens et à bien y regarder il se pourrait que le thème qu’elles semblent aborder, ait gardé un soupçon d’actualité.

Dans ces deux gravures, un personnage semble avoir la vedette.

Un certain « Champavert  », dont le nom, pour tout dire, ne nous parle guère.

Il devait cependant parler à Gustave Doré et à ses contemporains. C’est en effet le nom d’emprunt de Petrus Borel un romantique échevelé tout en contrastes et difficile à cerner.

Le rêve de « Champavert » tel que semblent nous le dessiner à grands traits les deux gravures pourrait être défini comme un interventionnisme light sans douleur

Gageons que des « Champavert  » ̶ bien entendus actualisés ̶ existent encore dans notre paysage politico-médiatique.

Quittons ces réflexions nébuleuses pour retrouver plus concrètement le 14ème bataillon de Chasseurs à pied avec lequel nous avions fait connaissance dans notre précédent épisode.

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (4)- du 07 mars 2022

Si l’on se réfère aux différentes éditions de l’« Annuaire militaire de l’Empire français » pour les différentes années 1854, 1855, 1856, on constate que sa présence dans la garnison d’Auxonne se limite à quelques mois de l’année 1854 et que c’est Toulouse qu’il rejoindra à son retour de la Guerre de Crimée en 1856.

Claudi, en bon citoyen de notre « ville impériale », se devait d’apporter une contribution au bref passage du 14ème Bataillon de Chasseurs à pied dans nos murs.

Il offre à ses lecteurs une composition originale « napoléonienne et franco-russe ».

La suite au prochain numéro…

FLASH DERNIÈRE

Contrairement à une rumeur insistante, les houppiers de chêne proposés par notre bonne ville "impériale" ne sont pas des houppiers de chêne Napoléon !

 Pas plus que les violettes qui bientôt fleuriront sous la ramée ne seront des violettes impériales

Auxonne 1854 chasseurs à pied pour la Crimée.jpg

Auxonne 1854 chasseurs à pied pour la Crimée.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 mars 2022 (J+4832 après le vote négatif fondateur)

Visions d’histoire

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 13:19

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (4)- du 07 mars 2022 (J+4828 après le vote négatif fondateur)

Notre rédaction tient le pari de poursuivre ses investigations historiques tant napoléoniennes que franco-russes.

En référence à la Guerre de Crimée (1853-1855) notre précédent épisode avait lancé cette question :

« La statue du grenadier du Pont de l’Alma qui s’ennuie au bord du Lac Kir ne trouverait-elle pas une place de choix aux rives de notre Saône où elle pourrait jouer, au gré des crues, le même rôle que son frère d’armes, le zouave, regardant la Seine au Pont de l’Alma ? »

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (3)- du 04 mars 2022

Dans le présent épisode, il nous incombait de rechercher plus précisément quelle contribution avait apporté la garnison d’Auxonne au corps expéditionnaire de l’armée d’Orient, embarqué pour la Crimée au printemps 1854 sous les ordres du Maréchal de Saint-Arnaud, un personnage que ne semblaient pas embarrasser les préoccupations humanitaires.

L’Annuaire militaire de l’Empire français pour l’année 1854 nous renseigne sur les troupes en garnison à Auxonne à cette date.

Deux escadrons de cavalerie : le 4ème escadron du 6ème Régiment de cuirassiers, et le 5ème escadron du 4ème Régiment de dragons.

Un bataillon de Chasseurs à pied, le 14ème.

Ce bataillon formé en 1853 était sans doute logé à la Caserne Napoléon (actuel Quartier Bonaparte) et ses chasseurs empruntaient la rue Louis-Napoléon Bonaparte (actuelle rue Carnot) pour se rendre en ville.

L’historique du 14ème bataillon de Chasseurs à pied mentionne : « Guerre de Crimée 1854-56 : le 14e bataillon combat à côté des Britanniques. Certains de ses Chasseurs (dont Pascal Bouyer) reçoivent la médaille de la Reine Victoria, Crimée (avec barrette "Sebastopol") gravée de leur nom et du 14e bataillon. »

Nous terminerons aujourd’hui sur ce fait d’armes, renvoyant à un prochain épisode la suite de notre commentaire de l’« Histoire de la Sainte Russie » de l’illustre dessinateur Gustave Doré entamé dans nos précédents épisodes.

Saluons pour finir l’ouverture des travaux de requalification de notre grande rue qui commencent aujourd’hui au bout de la rue Thiers, du nom d’Adolphe Thiers, un grand humaniste versaillais !

Le lecteur avisé trouvera une abondante documentation historique sur la grande rue en suivant le lien ci-dessous

CHARMOY-CITY : PROJETS ET SOUVENIRS DANS LA GRANDE RUE (4) - du 09 février 2022

 

FLASH DERNIÈRE (8 mars 2022 11h15)

Dans le cadre de notre série IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES nous ne pouvions nous dispenser de saluer à notre manière la journée de la femme 2022

Une médaille rapportée de la Guerre de Crimée.jpg

Une médaille rapportée de la Guerre de Crimée.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 mars 2022 (J+4828 après le vote négatif fondateur)

Visions d’histoire

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 05:00

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (3)- du 04 mars 2022 (J+4825 après le vote négatif fondateur)

Notre précédent article ne constituait qu’un intermède humoristique

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (2)- du 01 mars 2022

Nous reprenons aujourd’hui notre série historique d’analyse par l’image des relations franco-russes au dix-neuvième siècle.

Rappelons notre intention affichée dans le premier numéro de la série :

« Heureux citoyens d’une cité napoléonienne, nous sommes bien placés pour savoir que les règnes de l’oncle Napoléon Ier et du neveu Napoléon III ne furent pas une partie de plaisir pour le Kremlin !

Le célèbre et tragique incendie de Moscou en 1812 viendra donc aujourd’hui illustrer à point nommé notre article.

Voilà pour l’oncle Napoléon Ier !

Et le neveu alors ?

Il ne fut pas en reste lui non plus avec la Guerre de Crimée (1853-1855) qui vit trois empires : le français, le britannique et l’ottoman, unis contre l’empire russe. »

Depuis que nous avons écrit ces lignes, de l’eau à coulé sous le Pont de France et sous le Pont de l’Alma !

Et surtout, un scoop napoléonien de taille est venu s’afficher sur le facebook de notre premier édile.

https://www.facebook.com/jacquesfrancois.coiquil

Nous voilà à présent heureux citoyens d’une « ville impériale »... et dynamique !

Cette bonne nouvelle vient d’inspirer Claudi pour l’illustration du jour.

Une illustration qui pose tout bonnement cette question :

« La statue du grenadier du Pont de l’Alma qui s’ennuie au bord du Lac Kir ne trouverait-elle pas une place de choix aux rives de notre Saône où elle pourrait jouer, au gré des crues, le même rôle que son frère d’armes, le zouave, regardant la Seine au Pont de l’Alma ? »

Ajoutons que les deux statues ont un même père artistique, le sculpteur dijonnais Diebolt, et que notre premier édile est lui-même un enfant de la Cité des Ducs ! Entre Dijonnais on devrait pouvoir s’entendre !

Pour notre compte, loin des ors et des lauriers impériaux, reprenons notre examen de l’histoire par le petit bout de notre lorgnette en retrouvant Gustave Doré et son impertinente « Histoire de la Sainte Russie », parue en 1854 en pleine Guerre de Crimée (1853-1855).

Une bande dessinée libre et originale, un peu datée sans doute, mais qui pourrait bien encore nous parler !

La suite au prochain numéro

Post scriptum

Une vidéo fort indiquée pour l’album dynamique de notre cité impériale berceau de l'oignonade !

https://www.youtube.com/watch?v=YE70jrhOrjk

Charmoy-City, du Pont de l'alma aux rives de Saône.jpg

Charmoy-City, du Pont de l'alma aux rives de Saône.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 mars 2022 (J+4825 après le vote négatif fondateur)

Visions d’histoire

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
1 mars 2022 2 01 /03 /mars /2022 11:48

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (2)- du 01 mars 2022 (J+4822 après le vote négatif fondateur)

Le présent article constitue un intermède humoristique indispensable dans notre série historique d’analyse par l’image des relations franco-russes au dix-neuvième siècle.

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (1) - du 26 février 2022

Passons au vingtième ! Le vingtième siècle et l’avènement des soviets devait inspirer le dessinateur Hergé, auteur de Tintin aux pays des soviets.

Plus près de nous, dans l’incontournable Écho de la place d’Armes (n° 37 du 13 juin 2021), c’est Lucette que nous retrouvions aux pays des soviets !

L’article s’ouvrait en effet sur cette question : « Bientôt la réouverture du goulag ? » et se terminait par cette annonce prometteuse : « A bientôt pour de nouvelles aventures au pays du Soviet Suprême Dynamique ! »

Nous n’avions pas manqué d’y faire écho ( de la place d’Armes!) dans deux de nos articles des 25 et 15 juin 2021 que nos lecteurs pourront retrouver en lien

CHARMOY-CITY, PAYS DES SOVIETS : QUAND LA CHENILLE MORD SUR LE ROND-POINT - du 25 juin 2021

Claudi avait illustré notre propos par des images dont il nous a semblé qu’elles prenaient un nouveau relief avec la présente actualité….

Chers lecteurs, pardon pour cet abandon momentané de Gustave Doré, nous ne résistons pas à la tentation de repasser l’une d’elles en remballe !

Promis ! À la prochaine on retrouve l’« Histoire de la Sainte Russie » et Gustave Doré !

 

Charmoy-City, pays des soviets, quand la chenille mord sur le rond-point .JPG

Charmoy-City, pays des soviets, quand la chenille mord sur le rond-point .JPG

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 01 mars 2022 (J+4822 après le vote négatif fondateur)

Visions d’histoire

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 17:20

IMAGES NAPOLÉONIENNES ET FRANCO-RUSSES (1) - du 26 février 2022 (J+4819 après le vote négatif fondateur)

L’actualité guerrière nous fait interrompre notre série documentaire sur la statuaire de la rue Thiers.

CHARMOY-CITY : LA « VIERGE » DE LA RUE THIERS BIENTÔT EN LUMIÈRE (2) - du 22 février 2022

Dans cette actualité guerrière, une vieille publicité d’entremets et son slogan : « FrancOrusse au dessert c’est un régal que l’on sert » viennent de prendre un sacré coup de vieux.

Heureux citoyens d’une cité napoléonienne, nous sommes bien placés pour savoir que les règnes de l’oncle Napoléon Ier et du neveu Napoléon III ne furent pas une partie de plaisir pour le Kremlin !

Le célèbre et tragique incendie de Moscou en 1812 viendra donc aujourd’hui illustrer à point nommé notre article.

Voilà pour l’oncle Napoléon Ier !

Et le neveu alors ?

Il ne fut pas en reste lui non plus avec la Guerre de Crimée (1853-1855) qui vit trois empires : le français, le britannique et l’ottoman, unis contre l’empire russe.

En 1812, pourtant, l’empire britannique allié de l’empire russe dans la coalition contre Napoléon jouait un autre jeu et ses caricaturistes ne faisaient pas la vie belle à notre Napoléon.

Quand les rézossocios bredouillent, un certain recul historique permet parfois de mieux comprendre le présent…

Dans cette perspective, une bonne caricature vaut souvent mieux qu’un long discours.

Dans son impertinente « Histoire de la Sainte Russie », parue en 1854 en pleine Guerre de Crimée (1853-1855), l’illustre dessinateur Gustave Doré l’a bien compris.

Il traite sans ménagement le rigide et conservateur tsar Nicolas Ier, son contemporain.

Nous verrons dans un épisode ultérieur, qu’il ne ménage pas pour autant ses concitoyens ainsi que leurs alliés.

 

FLASH DERNIÈRE (26 février 23h30)

Le drapeau jaune et bleu flotte à présent sur le pull de notre premier édile (voir son dernier post facebook) !

Napoléon Bonaparte, d'Auxonne à Moscou.jpg

Napoléon Bonaparte, d'Auxonne à Moscou.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 26 février 2022 (J+4819 après le vote négatif fondateur)

Visions d’histoire

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
30 octobre 2021 6 30 /10 /octobre /2021 11:20

RETROUVEZ  LE GÉNÉRAL CRÉMER À HEUILLEY AUJOURD’HUI 30 OCTOBRE - du 30 octobre 2021 (J+4700 après le vote négatif fondateur)

       Aujourd’hui, en la Salle Espace rencontres Loisirs d’HEUILLEY S/SAÖNE,

de 15h00 à 17h00, se tiendra la conférence "Le Général Crémer, victorieux durant la campagne d'hiver 1870-1871 en Côte d'Or" prononcée par Patrick SERRE.

     Votre serviteur a eu le plaisir et le privilège d’assister à cette même conférence dans notre bonne ville le dimanche 26 septembre dernier, au Salon d’honneur des Halles à 17h00. À vrai dire dans des circonstances un peu particulières qu’il a relaté dans deux précédents articles que ne manqueront pas de lire ou de relire les curieux et les férus d’histoire…

UNE SOIRÉE MÉMORABLE AVEC LE GÉNÉRAL CRÉMER - du 27 septembre 2021

UNE SOIRÉE MÉMORABLE AVEC LE GÉNÉRAL CRÉMER (2) - du 02 octobre 2021

     Fan du Général Crémer et du talent de son conférencier, votre serviteur se rendra à Heuilley cet après-midi. Non, pas à bicyclette, ne riez pas moqueurs, mais dans les fourgons de l’Armée de l’Est !

     Il se réjouit d’avance de pouvoir y saluer de nombreux concitoyen(ne)s !

     Aujourd’hui 30 octobre, c’est par ailleurs le 151ème anniversaire de la Défense de Dijon contre l’invasion allemande, évènement que commémore la Place du 30 octobre, nommée familièrement place du 30 par les vieux Dijonnais. 

    Claudi a emprunté une illustration d’Édouard Paupion datant de la fin du dix-neuvième   siècle et représentant un épisode de cette défense de Dijon :  la barricade de la rue Jeannin à Dijon, dressée au débouché de l’actuelle place du 30 octobre, le 30 octobre 1870.

   À tout à l’heure cher(e)s concitoyen(ne)s !

Dijon, 30 octobre 1870, la barricade de la rue Jeannin.jpg

Dijon, 30 octobre 1870, la barricade de la rue Jeannin.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 30 octobre 2021 (J+4700 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Visions d’histoire

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 09:42

CHARMOY-CITY : LE MANNEQUIN DE 1988 PREND SES QUARTIERS  À BONAPARTE (2) - du 27 octobre 2021 (J+4697 après le vote négatif fondateur)

     Chers lecteurs,  bien conscient d’avoir  abusé de votre patience !

      Après un détour trop long, de la galerie des faux-profils aux réalités virtuelles du Val de Saône, sans oublier de passer par l’incontournable « conseil citoyen » et la traditionnelle foire d’automne nous revenons enfin à Napoléon Bonaparte et à la suite de notre précédent article sur le sujet.

CHARMOY-CITY : LE MANNEQUIN DE 1988 PREND SES QUARTIERS  À BONAPARTE (1) - du 09 octobre 2021

    Retrouvons donc Napoléon Bonaparte !

    Napoléon Bonaparte  le vrai, bien entendu, car les faux Napoléon, faux profils de l’époque, ne manquèrent pas d’abuser de la crédulité des bonnes gens de la France profonde après le départ en exil de l’Empereur pour Sainte-Hélène !

      En 1988 — année du bicentenaire de l’arrivée de Bonaparte à Auxonne qui sera notre sujet d’aujourd’hui — ce sont, en revanche, d’honnêtes et fidèles reconstitutions, qui rejoignirent les collections du Musée Bonaparte, après plusieurs mois d’une grande exposition ouverte au public au premier étage des Halles.

       La première de ces reconstitutions, mentionnée dans l’article du Bien Public du mercredi 6 octobre dernier intitulé « AUXONNE Des dons et une convention font évoluer la chambre Bonaparte », est l’uniforme porté par celui que nous avons baptisé le « mannequin de 1988 », et qui, prêté par notre municipalité, vient récemment de prendre ses quartiers à Bonaparte comme l’indique notre titre !

     La seconde reconstitution de 1988 est le drapeau du Régiment de la Fère, corps dans lequel servit le jeune Bonaparte lors de son séjour auxonnais. Ce drapeau demeure, pour l’heure, « dans les coulisses du musée Bonaparte ». On nous le montrera peut-être après « le fer de pique ». apparu le 13 courant sur la page facebook de notre bonne ville et tiré des mêmes « coulisses ».

   En attendant, dans le PDF ci-dessous tiré, avec l’autorisation de l’auteure, du journal Bonaparte à Auxonne réalisé par Martine Speranza à l’occasion  du bicentenaire de l’arrivée de Bonaparte à Auxonne, les amateurs  pourront découvrir en détail l’histoire et les modalités de la reconstitution de ces deux objets en 1988.

     Les plus curieux d’entre eux pourront même retrouver en lien l’intégralité de la version numérique 2017 du journal Bonaparte à Auxonne

http://www.auxonne-patrimoine.net/2018/09/quand-rex-portait-une-medaille.html

    Claudi suivit de près les reconstitutions de 1988. À ce propos, il a même quelques anecdotes inédites à narrer à propos de l’uniforme et du drapeau.

     Pour aujourd’hui, il s’en tiendra au drapeau qu’il tenait fièrement et sans complexe quelques jours avant l’ouverture officielle de l’exposition devant une des portes de l’Arsenal.

    Voici à présent l’anecdote, que l’on pourrait pompeusement intituler « L’affaire du drapeau de La Fère ».

     Quelques jours avant la prise de cette photo confidentielle, une autre, plus officielle, avait été prise devant la même porte, montrant le « mannequin de 1988 » tenant le drapeau tout frais cousu. On s’aperçut alors qu’une erreur d’assemblage avait été faite dans l’ordre de montage des quatre quartiers de taffetas de soie colorés du drapeau !

    Il fallut donc de toute urgence découdre, démonter et remonter ces quartiers mal montés.

    Dans son illustration du jour Claudi montre à gauche la photo officielle et le drapeau mal monté. Par le miracle « photofiltre », il a réparé, à droite, l’erreur de montage en beaucoup moins de temps qu’il n’en fallut alors à l’atelier du maître-tailleur pour remettre les quartiers en bon ordre.

 

Auxonne, bicentenaire 1788-1988, l''affaire du drapeau de La Fère.jpg

Auxonne, bicentenaire 1788-1988, l''affaire du drapeau de La Fère.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 27 octobre 2021 (J+4697 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Visions d’histoire

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
11 octobre 2021 1 11 /10 /octobre /2021 09:25

CHARMOY-CITY : LE MANNEQUIN DE 1988 PREND SES QUARTIERS  À BONAPARTE (1) - du 11 octobre 2021 (J+4681 après le vote négatif fondateur)

      Le Bien Public du mercredi 6 octobre dernier titrait en page 13 : « AUXONNE Des dons et une convention font évoluer la chambre Bonaparte ».

      Dans le paragraphe intitulé « Des dons d’objets historiques », on apprenait qu’à la suite de la signature d’une convention, « un mannequin à hauteur parfaite de Bonaparte, habillé d’une tenue d’officier artilleur d’époque » prêté par la municipalité d’Auxonne avait rejoint la célèbre chambre de Bonaparte située dans les locaux du Quartier Bonaparte, occupés actuellement par le 511ème Régiment du Train.

    Le rédacteur de l’article indiquait par ailleurs que « ce mannequin vient du musée de la ville, actuellement en travaux, et sera restitué une fois les travaux terminés »

   Effectivement, la mannequin en question provient bien de la Collection du Musée Bonaparte. Le lecteur curieux trouvera sa photo et son numéro d’inventaire en page 12 d’In,f’Auxonne N° 70 d’avril-mai-juin 2021

    En ce qui concerne d’éventuels travaux au musée, il semble là que nous soyons dans le domaine des conjectures plutôt que de la réalité.

   À la fin de l’année 2018, le 29 décembre précisément, Le Bien Public publiait en effet un article-bilan, intitulé « Côte-d'Or – Politique À Auxonne, les projets 2018 ont-ils été réalisés ? »

   Dans cet article, le précédent maire déclarait :

«  Quant à l’aménagement du musée Bonaparte, il sera fait, selon le maire, « bien après la médiathèque. […] Nous y travaillons toujours, poursuit-il, mais financièrement, nous ne pouvions pas faire la médiathèque et le musée en même temps. Nous avons fait ce choix. Mais les deux projets ne s’opposent pas. Ils seront tous deux réalisés, l’un après l’autre. »

    Chacun connaît les échos médiatiques récents relatifs à l’aménagement de la médiathèque

EXPLOSION MÉDIATIQUE À CHARMOY-CITY - du 29 septembre 2021

    Dans une telle conjoncture, et nonobstant le changement de municipalité, vous nous permettrez de douter que le musée soit « actuellement en travaux », sinon sur le papier…

    Rendons néanmoins à César ce qui est à César et citons, pour mémoire, à travers le PDF qui suit, les grands projets culturels pour le château présentés par le groupe Une dynamique pour Auxonne dans sa profession de foi : plusieurs musées au château, au nombre desquels un « Musée Napoléon »

   Ce « Musée Napoléon » terminé, le mannequin pourrait donc un jour quitter la Chambre de Bonaparte pour rejoindre le musée.

     Gageons toutefois que son séjour dans les murs de l’ex-École d’Artillerie d’Auxonne pourrait s’avérer plus long que celui du jeune Bonaparte de 1788 à 1791 dans ces mêmes murs (vacances en Corse comprises).

   Notons que ce n’est pas là le premier emprunt du mannequin au musée, puisque la précédente municipalité — celle-là  même qui prit la décision de  fermer le musée en 2012 —  n’avait pas dédaigné, à partir de 2017, d’user de la photographie dudit mannequin pour agrémenter la photo de profil de la page facebook de son  groupe majoritaire « Auxonne Passionnément 21 ».

CHARMOY-CITY : AVATAR(S) POUR UN MUSÉE (1)  - du 09 octobre 2017

    Dans le prochain article de cette série nous reviendrons beaucoup plus en détail sur la reconstitution, en 1988, année du bicentenaire de l’arrivée de Bonaparte à Auxonne, de l’uniforme porté par le « mannequin de 1988 » et de son drapeau figurant tous deux, avec la chèvre, sur la photo de profil des ex-passionnés.

    La chèvre ?? Mais oui, une chèvre sur facebouc, quoi de plus naturel !! Comme les faux-profils !!!

CHARMOY-CITY : APRÈS LA VRAIE PANNE, RETOUR DES FAUX-PROFILS ! (2) - du 08 octobre 2021

    Claudi, sans trop se fatiguer a ressorti pour l’occasion la photo de profil de nos « passionnés », remplacés aujourd’hui à la tête de notre bonne ville — un clou chasse l’autre — par les « dynamiques !!

 

   

FLASH DERNIÈRE

   Dernières nouvelles du front des faux-profils : Pierre Vd, contempteur attitré de Fabrice Vauchey a changé sa photo de profil ! Disons qu’il l'a « ripolinée » !!!

    Mais pas le Marquis qui dialogue avec lui sur sa page. Si Lucette lit ce dialogue de deux authentiques pointures, elle risque de se retrouver avec  un moral dans les chaussettes !

    Quelle passe d’armes contre L’Écho de la place d’Armes !

    Quant au « trublion local », qui signe de son nom, chacun connaît sa position relativement  à ces courageuses querelles d’égos plus ou moins identifiés !!

    À l’occasion de ce profond dialogue avec Pierre Vd relooké, le Marquis a pondu un nouveau néologisme : « responsivité » pour responsabilité sans doute.

    La responsivité est en fait une grandeur physique !

2017 Auxonne passionnément 21 enrôle le Lieutenant Bonaparte .jpg

2017 Auxonne passionnément 21 enrôle le Lieutenant Bonaparte .jpg

 

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 octobre 2021 (J+4681 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Visions d’histoire

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire