Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 00:00

LE JOUR OÙ  LA COMCOM  FUT ASSIÉGÉE - du 06 OCTOBRE 2014 (J+2118 après le vote négatif fondateur)

         Pas de panique ! Que l’on se rassure ! Ce n’est pas lors de son dernier conseil du 2 courant que la Comcom fut assiégée. Et pour cause, le public se limitait à… deux personnes, votre serviteur inclus !

       L’histoire croquignolesque de la « question Leclerc » à Auxonne est à présent sous le boisseau (mais toujours inscrite dans les pages notre blog) et si quelques importuns n’étaient pas là pour rappeler l’impact futur probable de ce projet sur l’activité du centre ville, on n’en parlerait déjà plus du tout. La mémoire labile fait le politicien habile !

     Pourtant, la CNAC du 20 janvier 2010 avait clairement mentionné dans ses conclusions que le projet « aura un impact significatif sur l’activité des commerces et services traditionnels situés en centre ville ; qu’ainsi ce projet ne manquera pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’Auxonne ; […] le projet, qui n’est pas desservi par les transports collectifs, est situé en limite de zone agglomérée sur des parcelles agricoles, à l’écart du centre ville ; […] il contribuera à développer un nouveau pôle périphérique et […] ne participera pas, ainsi, à un aménagement harmonieux de l’agglomération d’Auxonne ». Voilà des effets, et qui plus est prévus par des experts, qui semblent difficilement compatibles avec une authentique revitalisation du centre ville !

    Et nonobstant cette analyse alarmante « à présent, M. VADOT juge que l’ambiance autour du projet [N.D.L.R. : projet du Charmoy] est apaisée. Il estime par ailleurs que si le projet [N.D.L.R. : projet du Charmoy]  vient à son terme ce sera bénéfique pour les entreprises du secteur et qu’il y aura des retombées fiscales à partager. » ! [page 85 du rapport de l’enquête publique de fin 2013 sur le projet]. Et nous ajouterons même que notre Président conciliant semble désormais marcher main dans la main avec le maire d’Auxonne partisan acharné du projet. La mémoire labile fait le politicien habile !

   Et pourtant, il n’en fut pas toujours ainsi. Dans un précédent article, nous avions déjà vu, qu’en 2009, à propos de ce projet, la Communauté de communes « s’était senti trahie » par qui vous savez, qui, avant de se montrer disert et intarissable sur la question (Cf. Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009), avait d’abord fait preuve d’une discrétion remarquée et remerciée par le staff colmarien de la boutique !

QUAND LA COMCOM « MONTAIT AU CRÉNEAU » - du 22 septembre 2014

      Nous ajouterons aujourd’hui quela Communauté de communes fut non seulement « trahie » en 2009, mais encore assiégée deux ans plus tard en 2011, toujours au sujet du même projet dont les mêmes hérauts portaient toujours la bannière haut et fort. Par ces hérauts véhéments, le Président de la Communauté de communes devait être finalement accusé à son tour de « trahison » !

           De tout cela, un article du Bien Public du 10 mars 2011 fait foi. Cet article, auquel nous joignons un tract corroborant les informations du journal, constituera notre illustration d’aujourd’hui et permettra à nos lecteurs/trices de vérifier nos assertions.

Tract Bleu CG Elections 

  Ils pourront lire en particulier, dans le tract d’abord, mais aussi dans l’article, que selon Raoul Langlois «Les intérêts des habitants du canton d’Auxonne [ont été] trahis par le président de la Communauté de communes ». 

BP 11-03-10

    Toujours selon l’article, Jean-Paul Vadot joint par téléphone a déclaré que le projet « n’avait jamais été concerté, alors que la Communauté de communes a une compétence économique obligatoire. Nous avons été tenus à l’écart. Ce projet et excentré et il n’obéit pas à une logique d’aménagement du territoire qui doit favoriser la proximité des services et des commerces. À Auxonne il y a déjà deux supermarchés, un discount et bientôt un Lidl ». Cette analyse – oubliée semble-t-il depuis par son auteur – corrobore celle de la CNAC qui avait déjà souligné cette situation « de nouveau pôle périphérique [qui] ne participera pas […] à un aménagement harmonieux de l’agglomération d’Auxonne ». Voilà une situation excentrée bien peu susceptible de revitaliser l’activité d’un centre déclinant ! Il est bon de le redire  aujourd’hui ! À la décharge de Monsieur Vadot, signalons quand même que les experts de la CNAC devaient eux aussi se déjuger et se contredire, et de façon proprement caricaturale, dès janvier 2012. La mémoire labile fait le politicien habile !

   Toujours à propos de l’article cité, nous pouvons lire que, revenant sur les conditions particulières d’une réunion provoquée de la communauté [N.D.L.R. Chantecler : précisément le lundi 7 mars 2011 à la Salle des fêtes de Tillenay], Jean-Paul Vadot déclare : « On a subi la pression des associations de consommateurs. On est continuellement mis sous pression.» 

      Le lundi 7 mars 2011 en effet, le conseil communautaire réuni fut littéralement assiégé et envahi par une foule rameutée et remontée de partisans du projet. Les curieux trouveront dans Chantecler N°13 une reproduction de tracts évocateurs, ainsi que d’autres pièces justificatives démontrant les incidences de l’affaire sur  toute la campagne des cantonales de 2011.

CHANTECLER n° 13 – du 1er février 2012

    Qu’en sera-t-il des cantonales de  mars 2015 à présent officiellement annoncées ? Une chose est certaine, c’est que nous ne manquerons pas, comme nous l’avions déjà fait en 2011 d’apporter notre contribution pour une information objective et alternative des électeurs.

     En conclusion de nos réflexions du jour, nous reprendrons la conclusion de Chantecler N°13,  toujours valide à notre sens, et qui, à la différence de certaines postures incertaines, a résisté au temps :

    « L’avenir nous dira si le « pragmatisme» conquérant de LECLERC l’emportera au bout du compte et dans quels délais. La conquête des marchés est une chose, l’administration harmonieuse d’une commune en est une autre. Le fait que LECLERC finisse peut-être un jour par l’emporter ne prouvera que l’agressivité conquérante de cette firme, mais en aucun cas le mérite ou la valeur civique de ceux qui l’auront aidé dans son entreprise. L’intérêt de tous ne peut être confondu avec la défense des intérêts d’une puissante firme privée dont le but premier est d’abord le profit de quelques-uns ».

N.B. : cet article comporte environ 6500 caractères espaces compris.

 C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 06 octobre 2014  (J+2118 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Revue de presse