Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

4 septembre 2022 7 04 /09 /septembre /2022 08:34

NAPOLÉON BONAPARTE ENTRE AUXONNE ET DOLE (2) - du 04 septembre 2022 (J+5009 après le vote négatif fondateur)

Il y a tout juste 152 ans, le 4 septembre 1870, deux jours après la capitulation de Sedan, sur les ruines fumantes du Second Empire, était proclamée la République (la Troisième).

Mais sur le sol français, les Prussiens et leurs alliés avançaient...

13 NOVEMBRE 1870 : QUAND LES FUSILIERS POMÉRANIENS MARCHAIENT SUR AUXONNE (2) - du 25 septembre 2021

Aujourd’hui sous la Cinquième, le cœur de notre cité nouvellement impériale en pleine rénovation vibre toujours au nom de Napoléon.

Poursuivons donc notre feuilleton avec Napoléon. Et pour cette napoléonâtrie invétérée, de Gambetta, Jules Vallès et Jean-Baptiste Millière implorons le pardon !

Dans un précédent article de cette série, consacrée aux relations doloises de Bonaparte, nous nous étions interrogé sur la pertinence d’une note en bas de page de l’ouvrage du Chef de bataillon Maurice Bois intitulé Napoléon Bonaparte Lieutenant d’Artillerie à Auxonne.

Cette note en page 120, faisant référence au Baron Coston, évoquait un duel entre Napoléon Bonaparte et le Dolois Grosey en ces termes : « 1. Coston. Napoléon Bonaparte se battit en duel, avec un Dôlois nommé Denis Grosey, sur le rempart situé derrière la Tour du Signe. Bonaparte reçut un léger coup d’épée ».

NAPOLÉON BONAPARTE ENTRE AUXONNE ET DOLE (1) - du 28 août 2022

Rappelons qu’une recherche à propos de ce duel dans l’ouvrage du Baron Coston Biographie des premières années de Napoléon, Bonaparte, Paris et Valence, 1840 s’est révélée pour nous infructueuse tant sur l’exemplaire papier que par la voie numérique. Tel n’est pas le cas des onze autres notes en référence à Coston présentes dans l’ouvrage de Bois que nous avons pris le soin de vérifier.

Nous ferons grâce à nos lecteurs des résultats détaillés de notre recherche que nous tenons à leur disposition !

Bref ! Nous restons sur notre faim quant à l’origine et à l’authenticité de l’information suivante : « Napoléon Bonaparte se battit en duel, avec un Dôlois nommé Denis Grosey, sur le rempart situé derrière la Tour du Signe. Bonaparte reçut un léger coup d’épée ».

Nous n’avons pas la prétention de nous faire l’émule de Frédéric Masson (1847-1923), cet éminent spécialiste très pointilleux de Napoléon, dont nous avions déjà parlé cum grano salis dans un précédent article.

CHARMOY-CITY : NAPOLÉON CHEZ LES  LAPONS (4) - du 07 janvier 2021

À l’intention des curieux, nous joignons en PDF deux pages de son ouvrage Napoléon dans sa jeunesse excellent échantillon de la chasse aux « légendes » menée par l’historien scrupuleux.

Plutôt que de citer hasardeusement Coston, nous nous demandons à présent pourquoi , nom d’une pipe, Maurice Bois, qui le cite largement par ailleurs, n’a pas cité, toujours à propos du fameux duel, Claude Pichard, ancien maire d’Auxonne et son ouvrage Napoléon Bonaparte à Auxonne (Auxonne, 1857).

En effet, en page 34 de cet ouvrage, la note suivante occupe une grande partie de la page :

« Ajoutons ici la notice suivante recueillie par le savant bibliothécaire de Dole, M. Pallu, et insérée dans l'Album Dolois du dimanche 3 décembre 1843 ? : Louis-Denis-Catherin Grosey, né à Dole le 25 novembre 1750, ancien président du tribunal civil de Lure, mort à Crissey près Dole, en 1817, avait eu dans sa jeunesse un goût très-vif pour faire des armes ; aussi avait-il la réputation d'un bretteur. Un jour qu'il était à Auxonne, il se prit de querelle avec Bonaparte et se battit en duel avec lui. Lorsque Bonaparte fut arrivé au pouvoir, Grosey lui demanda un emploi. Sa requête contenait ce singulier passage : Si tu ne me reconnais pas, tu te rappelleras du jeune Dolois qui t'a donné un coup d'épée, sur le rempart du Cygne à Auxonne. — Bonaparte, au lieu de se fâcher, fit droit à la requête de Grosey et le nomma procureur impérial à Béfort. »

Nos lecteurs pourront lire eux-mêmes, dans sa forme originale, « la notice suivante recueillie par le savant bibliothécaire de Dole, M. Pallu, et insérée dans l'Album Dolois du dimanche 3 décembre 1843 ? » sur le PDF ci-dessous réalisé à leur intention. Ils comprendront le point d’interrogation ajouté par Claude Pichard derrière la date. Renseignements pris, cet album dolois est bien de 1843

Cette notice, sa large diffusion dans les gazettes du temps, la réalité ou non des faits qu’elle rapporte, feront l’objet, dans les pas du géant Frédéric Masson, de nos prochaines investigations.

En attendant, pour son illustration, Claudi a dégotté une photo de Frédéric Masson… dans sa bibliothèque (celle de Masson) !

Dans son illustration, il rend hommage à sa façon à Frédéric Masson, un modèle indépassable pour tous les admirateurs du grand homme !

Image jointe en PDF

Hommage à Frédéric Masson (1857-1923).jpg

Hommage à Frédéric Masson (1857-1923).jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 septembre 2022 (J+5009 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Visions d’histoire

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire