Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 00:00

GUINGUETTES - du 12 AOÛT 2014 (J+2064 après le vote négatif fondateur)

   Guinguettes…La vallée de la Marne fut réputée pour ce genre d’établissements où l’on « guinchait » et canotait. Aux dires des spécialistes (Association Culture-Guinguettes) : « ils étaient très nombreux et ont eu une activité florissante jusqu’à la seconde guerre mondiale pour la plupart ». Mais ces mêmes spécialistes d’ajouter : « Tel n’est plus le cas aujourd’hui. Après une renaissance certaine dans les années 1990, plusieurs de ces établissements ont fermé très récemment, et non des moindres : « Chez Mimi la Sardine » à Noisy-le-Grand. « Le Restaurant de l’Ile du Moulin-Bateau » à Bonneuil, une ancienne guinguette qui existait depuis plus de 100 ans. Et enfin « Le Petit Robinson » à Joinville-le-Pont »

     La guinguette connaîtrait-elle la concurrence des hyper-guinguettes ?

     Dans la vallée de la Saône, il semble que l’on soit plus optimiste, en effet, le 28 juillet dernier, « Une dynamique pour Auxonne » annonçait sur facebook : « info ou intox, il semblerait que des discussions seraient en cours afin de mettre en place une "guinguette" vers le port pour l'année prochaine ».

    Verrons-nous donc renaître, au pied du Bastion Royal, l’animation que connut, autour de 1950, la guinguette-dancing de la « Plage Malandin », dont la végétation envahit aujourd’hui les ruines, entre canal et Saône. Sic transit… Jeunes joggers et joggeuses n’imaginent pas les fêtes joyeuses que connurent les tristes vestiges, qu’ils découvrent distraitement en contrebas du chemin. La grande prairie connaissait alors des dimanches animés, je me rappelle encore un meeting aérien auquel participaient Pierre Jouchoux, futur conseiller général du canton, et son Jodel, il me souvient aussi d’une attraction avec un fakir. Hélas, j’étais alors beaucoup trop jeune pour boire « le petit vin blanc sous les tonnelles » et surtout pour « fauter dans les bois, dans les prés », comme disait alors une chanson en vogue, dont je ne saisissais pas bien tout le sens.

    Comme la sardine est à l’huile, la guinguette est au bord de l’eau. Pareils au nénuphar et au canard, la guinguette et son hôte affectionnent l’élément liquide. La guinguette a pour tout dire un tropisme aquatique. Et il est vrai que dans le port, il y a beaucoup d’eau. H2O !

    Mais avec l’hypermarché, avec l’hôtel Overlook, le pôle d’attractivité de l’Auxonne du 21ème siècle va se déplacer inéluctablement en direction de Dole. Négliger ce facteur urbanistique serait une erreur impardonnable. La zone du port pourrait bien être, par ailleurs, inondable.  C’est ce que semblerait indiquer cette précision apportée par « Une dynamique pour Auxonne » dans l’article précédemment cité : « Dans notre projet pour les municipales, nous avons envisagé ce projet [N.D.L.R. : projet de guinguette] à proximité du port, tant décrié par la majorité, annonçant l'impossibilité de le mettre en place en raison des risques d'inondations ».

    Chantecler et ses conseillers en matière d’urbanisme ont donc repris la question d’une guinguette à nouveaux frais. Que faut-il pour assurer le succès et la pérennité d’un tel établissement ? De l’eau tout d’abord, mais point jusqu’au genou à certaines périodes, de la fréquentation ensuite et chacun sait que  la fréquentation est le corollaire de l’attractivité.

    Au Charmoy nous aurons tout. Nous aurons l’eau tout d’abord. Rappelons que, justifiant l’acceptation du projet LECLERC en CNAC le 18 janvier 2012, Raoul Langlois déclarait: « L’aspect environnemental a fait la différence au niveau du vote final. La société s’est notamment engagée à préserver un ruisseau et à respecter quelques contraintes architecturales ». (Communiqué du Bien public sur son site le 19 janvier 2012, l’article papier du 20 janvier intitulé « Feu vert pour le projet Leclerc » confirme la « préservation d’un ruisseau »).

    Au Charmoy, murmure l’onde pure d’un « ruisseau  préservé ». Au Charmoy affluera bientôt le chaland attiré par les bonnes affaires, et de l’attractivité naîtra la fréquentation. Sur les rives du Bief Pérou, on trouvera bientôt, non seulement les prix les plus bas, mais encore l’air le plus pur, car « le projet aura un impact positif sur la qualité de l’air grâce à la maîtrise de l’évasion commerciale » (Dossier Leclerc de janvier 2011 p. 53). Et puis s’il cherche la bonne affaire, le chaland ne dédaigne pas, à l’occasion, les petits plaisirs. C’est donc là-haut, dans ce cadre privilégié, qu’il convient d’établir une guinguette. Là-haut, sous un air pur, murmure une onde pure ; et pas de risque de crue car  l’altitude y surpasse, et de loin, la plus haute de toutes les cotes des crues séculaires de la Saône.                     

      Julot l’Ablette a tout compris et son projet devrait bientôt voir le jour au fond du thalweg de verdure du Bief Pérou. À deux pas du petit pont sur l’ancienne nationale, consommateurs, osez quelques pas de danse ! Chez Julot l’Ablette à La Grenouillère, le petit vin blanc est frais et quand Léon est à l’accordéon, c’est l’émotion garantie au moins cher !

Guinguette

 C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 Août 2014  (J+2064 après le vote négatif fondateur)

Repost 0
Publié par Cl. S., Auxonnais - dans Loisirs