Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 05:00

À CHARMOY-CITY, « LES TEMPS CHANGENT »…OU PRESQUE (3) - DU 13 MARS 2021 (J+4469 après le vote négatif fondateur)

     Même si le changement, actuellement en marche dans notre bonne ville, devrait continuer à dispenser la manne de ses nouveaux bienfaits, cet article sera le dernier de la série.

       Comités Théodule que tout cela,  clamera haut et fort L’Écho de la Place d’Armes !

CHARMOY-CITY : 2021, UNE ANNÉE SANS CARNAVAL (1) - DU 04 MARS 2021

   Comités Théodule ou pas ? Qui vivra verra ! 

   Il est clair néanmoins que rien n’est parfait en ce bas monde !

   À ce propos,  nous avions souligné, dans notre précédent article,  d’inquiétantes résurgences rappelant des temps honnis.

À CHARMOY-CITY, « LES TEMPS CHANGENT »…OU PRESQUE (2) - DU 11 MARS 2021

   D’aucuns nous accuserons sans doute à ce propos de « désespérer Billancourt ».

   Nous rétorquerons à ces censeurs que le premier article de cette série démontrait sans barguigner l’effectivité du changement en cours.

À CHARMOY-CITY, « LES TEMPS CHANGENT »…OU PRESQUE (1) - DU 09 MARS 2021

    Et pourtant, en dépit de ces bonnes nouvelles, de nouvelles tensions sont récemment apparues au sein de la CAP Val de Saône renouvelée.

     Nouvelles tensions récemment apparues au sein de la CAP Val de Saône ? Déjà ? En finirons nous jamais avec ces luttes intestines ?

     De cette réalité crue, Le Bien Public du 6 mars dernier rendait compte sous le titre :

« AUXONNE-PONTAILLER Un vote du budget sous tension »

    Il est urgent de tuer dans l’œuf cette récidive possible d’un mal qui empoisonna les quatre dernières années !

    Nous pensons pouvoir proposer un remède. Ce remède nous n’en sommes ni l’inventeur, ni le promoteur, nous nous sommes contenté d’en rechercher la formule dans la presse.

       Reportons-nous, à cet effet, au début de l’année 2019, époque à laquelle les débats à propos d’une extension commerciale sur la zone du Charmoy vont exacerber la tension entre la CAP Val de Saône et la majorité municipale de la ville-centre.

   Sans nous perdre dans les méandres de cette affaire, par ailleurs largement évoquée, en son temps, dans les pages de notre blog, nous ne retiendrons ici que l’élément déclencheur du conflit : un tract incendiaire signé et diffusé courant janvier 2019 dans notre bonne ville par la majorité municipale d’alors.

    À nos lecteurs qui auront pris la peine de prendre connaissance de ce tract, nous proposons d’intituler rétrospectivement la dernière partie de celui-ci : Mon shopping à moi, c’est au Charmoy !

    Réactions à ce tract dans la presse !

     À la une du Bien Public du 1er février 2019 : « RÉGION AUXONNAISE Rififi entre Auxonne et la com’com’ »

    Dans le même numéro, en page « Région dijonnaise », sous le titre « AUXONNE POLITIQUE LOCALE Des tensions entre la majorité et l’intercommunalité », on apprend que : « Les relations entre la majorité d’Auxonne et la communauté de communes Auxonne-Pontailler Val de Saône (CAP Val de Saône) ne sont pas au beau fixe. Preuve en est, la publication, mardi [N.D.L.R. Chantecler : 29 janvier] sur la page facebook du groupe Auxonne Passionnément-21, d’une lettre ouverte assez salée, à destination des maires et des délégués communautaires de la CAP Val de Saône »

   Le 25 février, HEBDO 39 titre à son tour : « VAL DE SAÔNE  Différent entre la majorité municipale d’Auxonne et la communauté de Communes : les trois groupes d’opposition du conseil municipal donnent leur point de vue »

     Au terme de la lecture rétrospective autant qu’instructive de cet article d’Hebdo 39 nous avons retenu en particulier la remarque judicieuse d’un leader d’opposition d’alors, devenu depuis notre présent maire. Voici cette remarque :

           « Il est indéniable aussi que dans l’esprit, la majorité municipale d’Auxonne semble s’être positionnée en « groupe d’opposition » alors que dans une telle instance [N.D.L.R. Chantecler : La CAP Val de Saône] on ne peut opposer la majorité municipale de la ville centre et l’ensemble des communes de l’intercommunalité. Il en va du bon sens et de l’intérêt général »

   Une mise en pratique effective de cette remarque frappée au coin du bon sens devrait, telle une « vaccination » salvatrice, permettre de porter un regard plus serein sur un règlement prochain des conflits récemment constatés au sein de la CAP Val de Saône.

     Un petit bémol quand même ! Le virus de la discorde semble  avoir muté depuis 2019. Du coup, le problème se complique par rapport à la précédente situation, car cette fois, la ville-centre n’est plus isolée…

   En effet, dans sa dissidence contre la présidente de la CAP Val de Saône, la majorité municipale de la ville centre semble avoir entraîné cette fois une autre commune de taille non négligeable (Villers-les-Pots) en la personne de son maire 4ème vice-président en charge de l'environnement et des déchets.

      Un fait qui mérite d’être observé et qui n’a pas manqué  d’inspirer Claudi pour son illustration du jour dans une version plus astronomique que médicale….

Observatoire du Charmoy, une planète-double dans le Système CAP-VDS.jpg

Observatoire du Charmoy, une planète-double dans le Système CAP-VDS.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 13 mars 2021  (J+4469 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Album
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 05:00

À CHARMOY-CITY, « LES TEMPS CHANGENT »…OU PRESQUE (2) - DU 11 MARS 2021 (J+4467 après le vote négatif fondateur)

    Le précédent article de notre série présentait, sans prétention d’exhaustivité, quelques exemples de changements observés dans notre bonne ville à la suite du changement de mandature municipale intervenu au début de l’été dernier.

À CHARMOY-CITY, « LES TEMPS CHANGENT »…OU PRESQUE (1) - DU 09 MARS 2021

    Mais comme toute médaille a son revers, un travers de la précédente municipalité, vient de faire, contre toute attente, une résurgence remarquée.

    Avant d’examiner plus en détail cette résurgence d’un travers des temps honnis, opérons un survol des dernières années de la précédente municipalité qui nous permettront de situer son origine.

     Est-il besoin de rappeler que dès la naissance, début 2017, de la nouvelle communauté de commune CAP Val de Saône, coïncidant avec celle d’un nouveau canton d’Auxonne élargi, notre ancien premier édile, maire de la commune-centre, aura entretenu avec la nouvelle institution, et sa présidente, des relations que nous qualifierons de difficiles ?

   De nombreux témoignages du fait jalonnent la presse des quatre dernières années, et ce, dès les élections à la présidence et à la vice-présidence début 2017.

    Rapide survol des échos de la presse…

   Le jour-même de l’élection à la présidence, le 7 janvier 2017,  Le Bien Public titrait en ligne: « CÔTE-D'OR - POLITIQUE Marie-Claire Bonnet-Vallet élue présidente de la com'com CAP Val-de-Saône ».

   Sous ce titre, un court article précisait : « Marie-Claire Bonnet-Vallet, élue de Pontailler et conseillère départementale divers droite, a été élue en recueillant 38 voix sur les 57 conseillers communautaires participant à l'élection. L'autre candidat, Raoul Langlois, maire d'Auxonne, a recueilli pour sa part 18 voix ».

    La déception causée par le faible score obtenu par le maire de la ville-centre devait être encore exacerbée par les résultats de l’élection des vice-présidents le 18 janvier suivant.

   À propos de ce scrutin, Le Bien Public titrait le 20 janvier 2017 « CÔTE-D’OR INTERCOMMUNALITÉ Auxonne des élus auxonnais de plus en plus isolés » précisant en tête d’article : « Lors de l’élection des vice-présidents de la communauté de communes, l’équipe de Raoul Langlois a vu lui échapper au moins un des sièges « prévus ». Un véritable camouflet »

  Comme on peut le penser, ces débuts difficiles devaient plomber durablement les relations entre la communauté de communes et la majorité municipale de sa ville-centre.

CHARMOY-CITY : QUAND LES CANADIENNES ONT DE LA MÉMOIRE - du 20 avril 2017

  Une des premières conséquences de cette tension se révéla être un  refus, de la part de la majorité auxonnaise, du vote du budget 2017 de la CAP Val de Saône.

       Affaire évoquée dans Le Bien Public du 20 avril 2017 sous le titre : « Côte-d’or-Intercommunalité Auxonne : quand le 1er vice-président rejette le budget »

    Dans cet article, on pouvait lire : « neuf membres de la majorité auxonnaise ont suivi le maire d’Auxonne, Raoul Langlois, également 1er vice-président de la Com’com pour voter contre [le budget général] »

    Or, voici que quatre ans plus tard, aujourd’hui en 2021, alors qu’en apparence les dernières élections à la Com’com s’étaient déroulées sans tension notable, on voit le scénario de refus de vote du budget se reproduire dans la majorité municipale de la ville-centre.

  L’Histoire semble un éternel recommencement : en 2017, un budget contré par 1er vice-président et maire d’alors ; en 2021, le budget contré par le nouveau 1er vice-président et nouveau maire d’Auxonne.

    Le Bien Public du 6 mars 2021 rendait compte du dernier évènement sous le titre :

« AUXONNE-PONTAILLER Un vote du budget sous tension »

     Le corps de l’article précisait : « En fait, tous les membres de la majorité municipale d’Auxonne (15 élus) ont voté contre. »

    Nullement versé dans les affaires comptables, nous nous contentons de rapporter le fait.

    Pour le citoyen lambda, ce vote ne manquera pas, dans sa réalité factuelle et crue, d’en  rappeler un autre évoqué plus haut, survenu en avril 2017 et rapporté en ces termes dans la presse :

      « neuf membres de la majorité auxonnaise ont suivi le maire d’Auxonne, Raoul Langlois, également 1er vice-président de la Com’com pour voter contre [le budget général] »

    À destination  des amateur(e)s impénitent(e)s de citations, osons celle-ci : « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. » – Héraclite

     Et pourtant, à en juger par les apparences, seules accessibles au citoyen lambda, la dernière péripétie communautaire ressemble comme une sœur à la zizanie de 2017 et semble venir démentir cette citation, le fleuve étant précisément la Saône de Pontailler à Auxonne !

    Sans contredire le grand Héraclite, nous nous bornerons à citer le Maréchal Pétain : « Français, vous avez la mémoire courte ! »

    En conclusion, on ne saurait affirmer en l’espèce et sur ce point particulier, que le « changement » soit véritablement en marche dans notre bonne ville !

    À suivre…

Charmoy-City, des écueils entre Auxonne et Pontailler.jpg

Charmoy-City, des écueils entre Auxonne et Pontailler.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 mars 2021  (J+4467 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 11:49

À CHARMOY-CITY, « LES TEMPS CHANGENT »…OU PRESQUE (1) - DU 09 MARS 2021 (J+4465 après le vote négatif fondateur)

    Voilà, à présent,  plus de huit mois que des élections perturbées par la pandémie ont porté une nouvelle équipe municipale à la barre.

    Et avec elle, une volonté affirmée de changement exprimée, sans ambages, par son leader dans l’Édito de l’Agenda Auxonne 2021 par ce mot d’ordre : « 2021 : « Les temps changent, ensemble portons ce changement »

    Mot d’ordre remarqué et « mis en musique » et en images par notre rédaction

CHARMOY-CITY : BOB DERRIÈRE L’ÉCHAUGUETTE (3) - du 26 janvier 2021

    La présente série d’articles qui s’ouvre aujourd’hui visera, sans souci d’exhaustivité, à donner un aperçu de ce changement annoncé et puisque, rien n’est parfait en ce bas monde, de ses limites.

    Dès le début de la mandature, le conseil municipal du 10 juillet inaugure (non, pas les chrysanthèmes, grand-père !) un changement de taille dans l’approche de la question environnementale : la carafe de verre vient chasser la bouteille plastique ! Vade retro PVC !

   Notre rédaction n’avait pas été insensible à l’importance de l’évènement que célébrait dans la foulée l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats, engloutie à présent, comme la bouteille plastique, dans les poubelles de l’histoire.

CHARMOY-CITY : LE CONSEIL DU 10 PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE - du 12 juillet 2020

    Deuxième changement : le traditionnel marché du vendredi voit naître un petit frère new look : le marché du dimanche, triomphe proclamé du locavore à travers le slogan consacré : « Pour eux, pour vous, mangez local »

    Ce « mangez local », sans rigorisme exclusif, se colore à l’occasion  d'un certain exotisme. Après tout, même si le locavore pur sucre ne mange pas les perroquets, il a le droit d’apprécier leurs belles couleurs et de reprendre le couplet de cette chanson que nous proposions, pour l’occasion, en karaoké :

 

« Ils sont vraiment super ces marchés du Dimanche
Où chacun le matin retrouve ses amis

Pour vider en terrass’, deux ou trois bons demis

Assuré pour le coup de s’en payer une tranche.

La deuxième édition était encor’ plus belle
J’ai vu des perroquets ! Tu me crois pas papa !

Des jacquots colorés, plus local on peut pas

J’étais  émerveillé, que la vie était belle,
Ce dimanche au marché »

 

CHARMOY-CITY : ÉCHOS DU DERNIER MARCHÉ DU DIMANCHE SUR UN AIR DE BÉCAUD - du 21 septembre 2020

 

   Après le marché, et pour rester dans le rayon commerce remarquons que la politique de volonté d’expansion de la zone du Charmoy, tant prônée par la précédente municipalité, ne semble plus, pour le moment, dans l’air du temps du changement.

     Le petit commerçant de centre-ville, semble à présent bénéficier d’une sollicitude et d’un appui affichés par la nouvelle municipalité.

    La pandémie de COVID  est ainsi l’occasion pour la municipalité, de mettre en œuvre, au profit du petit commerce, une formule qui fait actuellement la une de l’actualité :

Ma ville, mon shopping   

   On peut ainsi commander son vin en ligne « depuis son canapé » comme nous l’apprend l’article mis en lien.

   Dernier changement enfin, à propos de la météo du premier dimanche de mars, jour traditionnel du Carnaval qui n’a pas eu lieu cette année pour cause de COVID

CHARMOY-CITY : 2021, UNE ANNÉE SANS CARNAVAL (2) - DU 07 MARS 2021   

    Changement souligné rageusement, dimanche dernier 7 mars par la page facebook Ville d’Auxonne en ces termes : « Comme par provocation, après 3 années pluvieuses, le soleil aurait été au rendez-vous »

     Décidément, tout s’y met !!

     Dans notre prochain épisode, nous verrons qu’en dépit du changement, certaines permanences subsistent. Et pour reprendre (pardon pour cette minute culturelle !) un thème évoqué dans le célèbre film de Visconti, Le Guépard, et les paroles du jeune-loup « progressiste » joué par Delon : « il faut parfois que tout change pour que rien ne change »

https://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19177097&cfilm=1766.html

    Tant pis pour le changement. Pour aujourd’hui, Claudi recycle Bob !

   La suite au prochain numéro !

 

Charmoy-city, 2021, les temps changent.jpg

Charmoy-city, 2021, les temps changent.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 09 mars 2021  (J+4465 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 05:00

CHARMOY-CITY : 2021, UNE ANNÉE SANS CARNAVAL (2) - DU 07 MARS 2021 (J+4463 après le vote négatif fondateur)

    Dans notre précédent article relatif à la suppression exceptionnelle de notre Carnaval local cette année, nous avions annoncé un second article sur le sujet pour aujourd’hui.

CHARMOY-CITY : 2021, UNE ANNÉE SANS CARNAVAL (1) - DU 04 MARS 2021

    Chose promise, chose due ! Au risque de décevoir nos lecteurs friands d’actualité, nous tenons notre engagement en rappelant les termes de notre annonce : « pour ce dimanche prochain 7 mars sans carnaval notre rédaction prépare un article original à propos d’un carnaval très ancien dont votre serviteur, encore en culottes courtes, fut le spectateur, et qui se passait justement un 7 mars ».

    Il est vrai, cependant, que des titres d’actualité pourraient sembler, à juste titre plus appropriés.

     Tenez ! Pour les nostalgiques proustiens amis des arbres À l’ombre des robiniers en fleurs.

    Et pour les amateurs de cuisine chinoise : du riz à la cantonaise au Rififi cantonal

    Mais notre engagement était pris, et nous le tenons !

    En route, donc, dans notre machine à remonter le temps,  vers  le 7 mars 1954. C’était le Carnaval ce jour-là, un des premiers carnavals auxquels, gamin en culotte courte, je devais assister, et c’est le seul de mes carnavals d’enfance, dont j’aie gardé le souvenir d’un détail particulièrement précis et disons-le, assez cru, comme nous le verrons plus tard.

    Ce détail, en effet je m’en suis toujours souvenu ! Je n’aurais pu cependant jurer de l’année précise… Si, par bonheur, un vieux numéro jauni du Bien Public n’était venu récemment à mon secours !

     Par la vertu de l’archive je vous propose de découvrir, sans les bruits, les odeurs et les couleurs, hélas, le défilé du 7 mars 1954 

Vous y découvrirez en photo le « Fonfonse » juché sur le char des Sioux, avec 20 ans de moins que dans notre précédent article. Et peut-être d’autres souvenirs, si vous avez de la bouteille !

    Les enfants et les jeunes-loups, car chez Chantecler il n’y en a pas que pour les croulants, pourront découvrir dans le texte, un nom de char propre à les faire rêver: « Ramu enfant-loup ».

     Avec « Ramu enfant-loup » ou mieux, « Ramu l’enfant-loup », nous entrons, c’est le cas de le dire, dans le vif du sujet…

     Voilà l’histoire….

     Un communiqué Associated press relayé à la une par Le Bien Public du 10 février 1954 relatait la découverte, en Inde, d’un enfant-loup.

     Au bout du compte, ce soi-disant « enfant-loup » devait se révéler n’être qu’un malheureux enfant hémiplégique abandonné.

     Mais la nouvelle était lancée, elle devait défrayer la chronique et, surtout, inspirer nos carnavaliers !!

    D’où le char, saignant, de « Ramu l’enfant-loup », dont j’ai gardé le souvenir.

    Revenons en cette fin d’hiver 1954, un hiver particulièrement rigoureux, celui de l’appel de l’Abbé Pierre au profit des sans-logis. Imaginez une France pauvre et tristounette à peine sortie des restrictions de la guerre, sur fond de guerre d’Indochine, de tractions-avant, de grands pardessus, de gabardines, de canadiennes, de bérets et de chapeaux mous.

     Et dans ce décor, sur un trottoir bondé de la rue Thiers, un gamin de sept ans un peu palot venu avec papa maman et le petit frère regarder le carnaval.

     Il fait encore frisquet, le gamin n’a pas bien chaud, les grosses têtes en carton chalonnaises qui dominent les assistants lui paraissent effrayantes, les grosses caisses des fanfares l’assourdissent et vibrent dans sa poitrine, et voilà que dans le défilé il voit venir le char de Ramu !

    Ramu, pour le coup, c’est le Popol Larue, qui n’a plus rien d’un enfant, sinon la petite taille qu’accentue encore un dos voûté. Je le reconnais aussitôt, c’est une des vedettes du jeu de boules de l’Iliotte que fréquente assidument mon père, lui aussi fana de la « lyonnaise », tout comme le Colonel Maurice et tant d’autres…

     Le populaire Popol était aussi un fameux pêcheur, qui savait à point nommé récolter la manne, du temps que le Père Darche, avec maître Taupenot, faisait des pêches miraculeuses au carrelet dans le contre-fossé. C’étaient des temps bibliques que l’on peut à peine imaginer.

LES BOUTIQUES ÉPHÉMÉRES, UNE MANNE POUR LE COMMERCE DE CENTRE-BOURG ? - du 30 juin 2017

     Ce jour-là, juché sur son char, le petit Popol ne pointe pas le cochonnet, n’embrasse pas la Fanny, et ne ferre pas le gros poisson, mais le nez sous une guirlande d’authentiques lambeaux de bidoche, il fait mine de les mâchonner, visiblement avec plaisir.

    Imaginez l’effet produit sur un enfant qui n’aime pas la viande, et la mâche sans fin jusqu’à la recracher, ce qui lui vaut la vindicte paternelle et la compassion maternelle qui lui mouline son steak pour le mêler à la purée !

   Claudi n’a pas trouvé de photo du char pour s’en inspirer. Il s’est rabattu sur la couverture du numéro 263 du 21 février 1954 du magazine à sensation Radar

    Pas en reste, Paris-Match  n° 256 du 20 février parlait aussi de ce pauvre Ramu.     

FLASH DERNIÈRE

    Un clin d’œil rétrospectif à l’actualité récente dans notre PQL, entre « Ma cabane au Canada » et le TOP budget cantonal. Préludes à une nouvelle glaciation ?

SCRUTIN GLACIAL À DAWSON-CITY ? - du 16 janvier 2017

Charmoy-City, pas de carnaval 2021, et pas de repas végane pour Ramu.jpg

Charmoy-City, pas de carnaval 2021, et pas de repas végane pour Ramu.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 mars 2021  (J+4463 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
4 mars 2021 4 04 /03 /mars /2021 08:58

CHARMOY-CITY : 2021, UNE ANNÉE SANS CARNAVAL (1) - DU 04 MARS 2021 (J+4460après le vote négatif fondateur)

    Avant d’entrer dans le vif du sujet, permettez tout d’abord à notre rédaction d’adresser un salut oxygéné à une personnalité locale en marche par monts et par vaux, et qui se reconnaîtra

https://www.youtube.com/watch?v=dkTWHSWA3aU

    Rappelons, à ce propos, les exploits de Monsieur Langlois

CHARMOY-CITY : QUAND MONSIEUR LE MAIRE S’ESCLAFFE (2) - du 2 juillet 2019

   Et entrons enfin dans le vif du sujet !  

Hebdo 39 du lundi 1er mars dernier publiait un article ainsi intitulé : « Dans l’attente du 100ème Carnaval d’Auxonne » ;

    On pouvait y lire en particulier : « la crise est passée par là, avec annulation du Carnaval 2020 et annulation du Carnaval 2021 ».

    Une chose est certaine, l’édition 2021 est définitivement annulée, mais en revanche l’édition 2020 avait bien eu lieu le 1er mars 2020, même si une météo venteuse et pluvieuse avait écourté la fête n’autorisant qu’un seul tour de ville...

    Nous avions même commis un court article sur le sujet

CHARMOY-CITY : IL CONDUIRA LE CHAR DU CHARMOY POUR LA DERNIÈRE FOIS - du 01 mars  2020

    À partir de cet article, et grâce aux liens, nos fidèles lecteurs pourront remonter à des articles plus anciens sur le même thème.

    Revenons un moment sur ce Carnaval 2020 qui aura eu chaud ! Il est certain qu’il a eu la chance de passer entre les gouttes et le virus !

      Cumulant la menace météorologique nous sentions confusément que pesait, déjà suspendue  sur nos têtes, l’épée de Damoclès sanitaire !!

    Et pourtant, à l’abri des rafales de vent mouillé, on se serrait très fort, on buvait sec et on parlait haut dans les bistrots. Écrivant cela aujourd’hui, il nous semble rêver d’un temps très ancien…

    On comprend, dès lors, mieux cette  « attente du 100ème Carnaval d’Auxonne »

exprimée dans l’article cité plus haut.

    Voilà à présent une année que la situation sanitaire nous impose des « jours sans » et le dimanche qui vient sera, pour le coup, sans Carnaval…

    Au fait, pour ce dimanche prochain 7 mars sans carnaval notre rédaction prépare un article original à propos d’un carnaval très ancien dont votre serviteur, encore en culottes courtes, fut le spectateur et qui se passait justement un 7 mars. À bientôt ! Et n’oubliez pas les masques !!

   Dans l’illustration du jour, Claudi rend hommage à une grande figure des carnavals auxonnais des Trois Glorieuses qui marqua son temps : le « Fonfonse » !

   FLASH DERNIÈRE (05/03/21 09h00)

    Une image pieuse à destination de L’Écho dont Théodule semble l’idole et le saint patron

Charmoy-City, une grande figure carnavalesque de  l'autre siècle.jpg

Charmoy-City, une grande figure carnavalesque de l'autre siècle.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 04 mars 2021  (J+4460 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 08:48

CHARMOY-CITY : L’ « EX-LOCATAIRE » DU CHÂTEAU LOUIS XI - DU 1er MARS 2021 (J+4457 après le vote négatif fondateur)

      Précisons d’entrée que cet « ex-locataire » du Château Louis XI n’a rien à voir avec « le locataire de la Places d’Armes » si cher à l’Écho éponyme, et pourrait-on dire, anonyme…

      Écho qui ne résonne plus guère ces temps derniers, atteint comme tant d’autres tribunes locales de  l’asthénie chronique communicante contagieuse qui semble sévir en cette fin d’hiver sur la planète facebook ! L’inspiration, comme le moral, serait-elle dans les chaussettes ?

       Cette précision nécessaire ayant été apportée, confions à nos fidèles lecteurs les motifs qui nous ont inspiré cet article, et en premier lieu sa cause anecdotique déclenchante.

     Le soleil était généreux ces jours-ci et invitait à la promenade.

      C’est au cours d’une de ces promenades que nous avons découvert l’existence d’une vénérable pancarte à l’entrée du port à gradins, sur la gauche, juste au débouché du petit pont.

    Cette pancarte défraîchie, où commence à prospérer la xanthorie des murailles porte l’inscription suivante : « 0,1 [km] CHÂTEAU LOUIS XI  MUSÉE NAPOLÉON »

    Cette pancarte mériterait, ainsi que son indication, une petite actualisation.

    En 1972, le Musée Bonaparte, installé au premier étage de l’ex-école maternelle PRIEUR (Actuelle Trésorerie) fut transféré dans la Tour Notre-Dame du Château Louis XI. Là, il fut ouvert aux visiteurs jusqu’en 2012.

     Victime fin 2013 d’une infestation par les moisissures, il devait connaître à la suite de ce fait, et après décontamination, une fermeture définitive et un transfert de ses collections dans diverses réserves.

   Pour plus de détails sur l’histoire du Musée Bonaparte et nos souvenirs personnels autour de celle-ci :

 CHARMOY-CITY : LA RETRAITE ET LE MUSÉE ! - du 15 juillet 2017

    En résumé, si le Château Louis XI a connu dans la dernière décennie d’importants travaux de restauration, le Musée Bonaparte, son « ex-locataire », ne s’y trouve plus.

    Cette fermeture du Musée Bonaparte, ignorée par la vénérable la pancarte à laquelle on pardonnera le fait, n’a pas, depuis, toujours bien été prise en compte par la presse.

     « Côte-d’Or magazine » N° 163 de juillet-août 2016 annonçait ainsi : « Dans l’une des tours du château, Auxonne conserve précieusement et fièrement […] le chapeau du célèbre Corse. De quoi exciter l’imagination sur le chemin du retour. »

LE TOUR DES TOURS DE BÉCANINE - du 24 Août 2016

      Et encore aujourd’hui, fermé depuis bientôt dix ans, le Musée Bonaparte a toujours bonne presse !

   Un tout récent article du Bien Public, intitulé « CÔTE-D’OR Napoléon Bonaparte, fierté d’Auxonne ».  indiquait ainsi, à la fin du mois dernier : « D’ailleurs, un musée, placé dans la tour Notre-Dame au château d’Auxonne a été aménagé sur quatre étages, pour se souvenir de mon passage. »

CHARMOY-CITY : BONAPARTE    MENACÉ PAR LES DÈBOULONNEURS ? (2) - DU 23 FEVRIER 2021

    Hélas, ce musée n’est plus aujourd’hui, et depuis longtemps,  qu’un souvenir !

    À titre de consolation, Claudi offre à nos lecteurs la rencontre impromptue d’un roi et d’un empereur autour d’une pancarte. Une visite à ne pas manquer !

    À défaut de musée, les fans de l’Empereur pourront retrouver sa statue dans notre article

CHARMOY-CITY : NAPOLÉON, DE BRONZE, DE PIERRE, ET DE FER- DU 26 FEVRIER 2021

 

Charmoy-City, Louis XI propriétaire et Bonaparte, son ex-locataire.jpg

Charmoy-City, Louis XI propriétaire et Bonaparte, son ex-locataire.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er mars 2021  (J+4457 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
26 février 2021 5 26 /02 /février /2021 11:49

CHARMOY-CITY : NAPOLÉON, DE BRONZE, DE PIERRE, ET DE FER- DU 26 FEVRIER 2021 (J+4454 après le vote négatif fondateur)

    Dans notre précédente publication, nous évoquions un article paru dimanche dernier dans Le Bien Public dans la rubrique LOISIRS COTE-D’OR ET RÉGION (page 36) et intitulé : « CÔTE-D’OR Napoléon Bonaparte, fierté d’Auxonne ».

CHARMOY-CITY : BONAPARTE    MENACÉ PAR LES DÈBOULONNEURS ? (2) - DU 23 FEVRIER 2021

     Cet article était relayé dès le lendemain par la page facebook de notre bonne ville et ce n’est que ce matin, en raison de la pollution atmosphérique, qu’il vient de passer au second plan.

     Aujourd’hui, notre rédaction poursuit, quant à elle, ses réflexions napoléoniennes avec ce titre « NAPOLÉON, DE BRONZE, DE PIERRE, ET DE FER ».

    Tout un chacun connaît les trois âges consacrés par l’archéologie et qui balisent le développement des civilisations : âge de pierre, âge du bronze, âge de fer.

     Nous ignorons encore, pour notre compte, comment les générations futures nommeront cet âge critique que nous vivons aujourd’hui !

    Laissons, pour l’heure, cette incise à la réflexion de nos lecteurs pour en revenir à Napoléon Bonaparte !

    Le monument qui lui rend hommage sur notre Place d’Armes, « fierté d’Auxonne », conjugue le bronze, la pierre et le fer. Et chacun de ces matériaux, sous le regard d’un observateur attentif, révèle son âge. Son âge, au sens où l’on dit qu’ « un homme a l’âge de ses artères ».

      La statue et les bas-reliefs, très largement centenaires, sont verts dans tous les sens du terme, sous la couche d’hydrocarbonate de cuivre qui donne sa patine caractéristique au bronze exposé aux intempéries.

     Cette fine couche de patine qui les recouvre ne leur est en rien préjudiciable, même si elle vient verdir, çà-et-là, de quelques coulures, la pierre qui les porte. Seuls quelques maniaques du récurage à blanc pourraient se plaindre du fait.

      Si la maçonnerie peut souffrir, ce n’est pas de cela, mais bien des fissures et des érosions, certaines préoccupantes,  qui viennent révéler, par endroits, l’injure du temps sur le piédestal et son soubassement.

      Quant à la grille octogonale de fer ceignant l’ensemble, comme la couronne de fer du roi des Lombards ceignait le chef de notre Empereur, un examen attentif vient révéler bien des points faibles.

   En plusieurs endroits, les liaisons entre les huit panneaux grillés et les huit canons de fer coulé présentent des déformations visibles, voire des ruptures.

     Certaines rosaces sur lesquelles viennent reposer les boutons de culasse des canons verticaux manquent, d’autres sont mutilées. Ces signes traduisent des déformations qui mériteraient, à notre sens, un examen approfondi, et peut-être  une remédiation urgente.

    En conclusion, si le bronze est toujours vert, la pierre et le fer présentent quelques symptômes de vieillissement, pour certains préoccupants.

    Un sujet de réflexion qui tombe à pic en cette année du bicentenaire de la mort de l’Empereur, et que nous avons souhaité évoquer, car il s’agit de soigner notre « fierté » locale.

   Claudi a illustré librement notre propos…

Charmoy-City, Bonaparte, de bronze de pierre de fer.jpg

Charmoy-City, Bonaparte, de bronze de pierre de fer.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 26 février 2021  (J+4454 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 08:43

CHARMOY-CITY : BONAPARTE    MENACÉ PAR LES DÈBOULONNEURS ? (2) - DU 23 FEVRIER 2021 (J+4451 après le vote négatif fondateur)

     À l’heure où une vague de déboulonnages de statues défrayait la chronique dans notre beau pays et de par le monde, nous nous étions interrogé sur l’éventualité de menaces pesant sur la statue de Bonaparte, fleuron de notre Place d’Armes (et de son Écho !!!)

CHARMOY-CITY : BONAPARTE    MENACÉ PAR LES DÈBOULONNEURS ? (1) - du 15 juin 2020

       Il est bon de rappeler à ce propos qu’en mai 2020, on avait pu lire, entre autres,  ce titre dans la presse : « Deux statues de Victor Schœlcher brisées par des manifestants en Martinique »

        Dès lors, il pouvait paraître pertinent, dans une conjoncture aussi surchauffée, de s’interroger à propos d’une vindicte potentielle contre les statues de Napoléon Bonaparte,  ne serait-ce qu’au titre de vainqueur de Toussaint-Louverture en Haïti.

     Pour l’heure, la fièvre déboulonneuse semble marquer le pas.

    Autre signe encourageant, notre statue de Bonaparte connaîtrait plutôt un regain d’audience dans la presse.

    Presse nationale tout d’abord.  Le n°1 du magazine Le Point Hors-série de décembre 2020, consacre en effet un article aux années d’apprentissage du jeune Napoléon dans notre bonne ville sous le titre « Auxonne (Côte d’Or) Le discret héritage napoléonien » (pp. 49-50).

     Les premiers mots de l’article viennent cependant souligner le caractère « discret » de notre  « héritage napoléonien » : « En quête de Napoléon, nous n’explorons pas Auxonne comme nous avons parcouru Brienne. Difficile d’y trouver un héritage ostensible de l’Empereur ». Comparaison peu flatteuse pour notre ville !

      Par bonheur, en tête d’article, un cliché en couleurs de notre statue de Bonaparte légendée « La statue de Bonaparte l’une des dernières traces de Napoléon à Auxonne » vient sauver la mise !!!

     Presse quotidienne locale ensuite, et ce, tout récemment.

   Dimanche dernier, Le Bien Public titrait dans sa rubrique LOISIRS COTE-D’OR ET RÉGION (page 36) : « CÔTE-D’OR Napoléon Bonaparte, fierté d’Auxonne ». Une « Bona-pride » en quelque sorte et un « coming-out » en contrepoint de la « discrétion » soulignée par l’article du Point Hors-série de décembre 2020 !

     Un cliché en couleurs illustre l’article dont l’abondante érudition, visiblement puisée aux bonnes sources, est toutefois tempérée par la forme adoptée : celle d’un dialogue  entre le rédacteur et la statue.

    Nous retiendrons la dernière question posée à la statue : « Et tout là-haut, les dernières baisses de température ne vous ont pas glacé le sang … », ainsi que cette partie de l’impériale réponse : « Souvenez-vous tout de même que j’ai mené la douloureuse et cruelle campagne de Russie »

    De cette « douloureuse et cruelle campagne de Russie », nos lecteurs curieux trouveront une illustration, à l’anglaise, dans notre article en lien ci-dessous :

CHARMOY-CITY : NAPOLÉON CHEZ LES  LAPONS (1) - du 28 décembre 2020

   Donnant toujours la parole à Bonaparte et joignant passé et présent, l’article « CÔTE-D’OR Napoléon Bonaparte, fierté d’Auxonne »  se termine opportunément par des considérations d’actualité : « …j’ai surtout hâte de revoir du monde. Depuis quelque temps, avec cette maudite pandémie, la place est bien vide. »

     Bonaparte en aurait-il ras-le-bol du masque et autres mascarades ?

CHARMOY-CITY : UN MASQUE POUR BONAPARTE  - du 24 mars 2020

   Un seul bémol pourtant,  à propos de cette citation apocryphe, placée bien en vue au centre de la page occupée tout entière par l’article, et explicitement attribuée à Napoléon Bonaparte :

      « C’est le sculpteur François Jouffroy qui m’a représenté. Il me connaissait car il avait déjà réalisé un buste à mon effigie »

    Avec les immenses ressources offertes par le net, l’emploi de la citation a été mis à la portée de tous. Du sénateur à la crémière, chacun(e) peut citer sans peur Schopenhauer  …

     Qui sait si quelque internaute en mal de statufication n’ira pas un jour agrémenter sa page facebook  de la dernière citation attribuée à Napoléon : « C’est le sculpteur François Jouffroy qui m’a représenté. Il me connaissait car il avait déjà réalisé un buste à mon effigie »

   À cette citation apocryphe, Claudi répond par une illustration apocryphe déjà publiée dans l’un de nos précédents articles.

CHARMOY-CITY : NAPOLÉON CHEZ LES  LAPONS (4) - du 07 janvier 2021

    Une preuve évidente, qu’en matière d’inspiration, la figure de Bonaparte demeure vraiment un sujet incontournable  et un marronnier deux fois centenaire !

    Un dernier mot pour conclure par une réflexion dans l’air du temps : gardons-nous de déboulonner les statues existantes car il n’est pas sûr, à l’âge de la fonte des glaces, que la forte empreinte carbone laissée par la fonte d’une statue, nous permette encore longtemps d’en ériger de nouvelles, sinon sur un mode virtuel !!!

 

A Charmoy-City, un peintre conjugue l'amour du renne et le souvenir de Bonaparte.jpg

A Charmoy-City, un peintre conjugue l'amour du renne et le souvenir de Bonaparte.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 23 février 2021  (J+4451 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
20 février 2021 6 20 /02 /février /2021 08:41

CHARMOY-CITY, DYNAMIQUE RÉPUBLIQUE DES BOÎTES AUX LETTRES - du 20 février 2021 (J+4448 après le vote négatif fondateur)

       Il serait pédant, autant que prétentieux, de qualifier notre bonne ville de République des Lettres . Toutefois, divers articles parus dans la presse locale, semblent nous autoriser à la qualifier de République des Boîtes aux Lettres.

    Le Bien Public titrait ainsi le 4 décembre dernier « Auxonne Une boîte aux lettres du Père Noël installée sur le parvis de la mairie ». Publication remarquée que nous n’avions pas manqué de saluer dans un article

CHARMOY-CITY, ENTRE PÈRE NOËL ET PÈRE FOUETTARD (1) - du 12 décembre 2020

      Avant-hier 18 février, Le Bien Public annonçait en ligne et dans la soirée  « Auxonne Une nouvelle boîte aux lettres pour la mairie »

    Les lecteurs apprenaient ainsi que « Le courrier était jusqu’alors déposé via  une fente à clapet dans la porte. Plus adaptée mais moins charmante, une boîte externe répondant aux normes en vigueur a été installée à côté de la porte. »

    À l’heure où la communauté terrienne salue les exploits astronautiques sur Mars, saluons cette véritable révolution copernicienne dans le dépôt du courrier par laquelle la boîte aux normes vient remplacer la « fente à clapet dans la porte » !

       Voilà un aménagement qui vient justifier pleinement ce nouveau titre mis en ligne hier soir à la suite du dernier conseil municipal du 18 : « Auxonne Après « l’attentisme », le maire mise sur l’investissement »

    À la lecture des lignes du premier titre, « Auxonne Une nouvelle boîte aux lettres pour la mairie », l’envie nous avait  pris  soudain de déposer notre article dans la nouvelle « boîte externe répondant aux normes en vigueur ».

    Mais esclave des usages du temps, nous nous sommes lâchement résigné à le diffuser en ligne !

   Heureusement, Claudi, touché au cœur, est venu pallier notre négligence ! Pour une Saint-Valentin à peine tardive…

 

Charmoy-City, la nouvelle boîte pour un courrier qui vient du coeur.jpg

Charmoy-City, la nouvelle boîte pour un courrier qui vient du coeur.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 février 2021 (J+4448 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Courrier du cœur

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans courrier du coeur
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 13:06

CHARMOY-CITY AQUATIQUE : HORIZON 2023, PISCINE OUVERTE OU PISCINE COUVERTE ?- du 18 février 2021 (J+4446 après le vote négatif fondateur)

    Nous interrompons momentanément aujourd’hui notre série Charmoy-City : pour patienter un peu dans les queues de la rue Émile Gruet dont nous étions resté au deuxième épisode.

CHARMOY-CITY : POUR PATIENTER UN PEU DANS LES QUEUES DE LA RUE ÉMILE GRUET (2)- du 16 février 2021

     Qu’ils se désolent, ou qu’ils se réjouissent, de cette interruption, que nos lecteurs se rassurent ! La fin des queues n’est pas à l’ordre du jour et nous aurons, n’en doutons pas l’occasion de revenir faire la queue rue Émile Gruet !

    Notre plongée d’aujourd’hui dans l’élément aqueux est motivée par une communication récente de la page facebook Ville d’Auxonne.

   Pas plus tard qu’hier, en effet, cette page remettait à l’ordre du jour un article d’Inf’Auxonne n° 69

    Nous avions, pour notre part, consacré un article à la parution de ce dernier Inf’Auxonne n° 69. Il est possible, néanmoins que la longue exégèse diffusée à propos du contenu de ce magazine par L’Écho de la Place d’Armes ait éclipsé notre modeste contribution.

Pour mémoire :

CHARMOY-CITY AU-DESSUS DE LA MÊLÉE - du 28 janvier 2021

   Passons à présent à la communication faite hier sur la page facebook Ville d’Auxonne

   Comme on peut le penser, cette communication n’aura pas manqué de susciter de nombreux commentaires plus ou moins amènes.

   Nous laissons à nos lecteurs le soin d’en prendre connaissance.

   La rédaction de Chantecler ne se joindra pas à la partie de water-polo…

   Et plutôt que de tirer des plans sur la nouvelle piscine, rappellera l’avènement du bassin-école au début des années 1950.

    Dans son ouvrage autobiographique A.E.T. Ancien Enfant de Troupe (Belfort, 1964), Marcel LINDEN, officier en retraite et premier président du syndicat d’initiative en 1948 évoque son œuvre au sein de celui-ci :

  • la création du Camping de l'Arquebuse,
  • l'installation d'un bassin école rive droite en amont du CNVS,
  • la réinstallation du musée Bonaparte dans ses locaux après la guerre
  • la définition d'un véritable projet de développement touristique pour la ville, visant à lui donner un nouvel essor.

C’est en ces temps bénis que naquirent les échauguettes !

CHARMOY-CITY : BOB DERRIÈRE L’ÉCHAUGUETTE (3) - du 26 janvier 2021

      Mais laissons là les échauguettes, dont Marcel Linden ne parle pas dans son livre, pour reprendre ses mots à propos du « bassin-école ».

    Sur la même page 303 de l’ouvrage, sur un mode militaire, il définit l’objectif : « Acheter un bassin-École pour la jeunesse avec financement par emprunt » et rend compte de la mission accomplie : « le bassin-école forma et entraîna bientôt des centaines de jeunes nageurs. Mais que d’efforts ne fallut-il pas dépenser »

     Souhaitons à nos élus, à propos d’une piscine qui fait tant de vagues,  la même pugnacité que celle dont fit preuve Marcel LINDEN dans la réalisation de ses projets pour Auxonne.

    En hommage au personnage, Claudi diffuse l’image de l’inauguration du bassin-école, tirée de son ouvrage cité plus haut.

 En attendant l’ouverture de la piscine, couverte ou non, mais enfin ouverte !

FLASH DERNIÈRE (18/02/21 à 16h00)

    Oubliée déjà la piscine, bonjour la sécurité grâce au CLSPD, dernier post de la page facebook Ville d’Auxonne, publié il y a  2 heures. C’est L’Écho de la Place d’Armes qui va être content !!!

    Il est minuit ! Dormez en paix bonnes gens !!

Charmoy-City, quand on pouvait se baigner en toute sécurité.jpg

Charmoy-City, quand on pouvait se baigner en toute sécurité.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 février 2021 (J+4446 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres