Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 08:43

CHARMOY-CITY : LE MARQUIS POURSUIVI PAR LA POLICE… DES CARACTÈRES - du 23 juin 2020 (J+4206 après le vote négatif fondateur)

     

     Nous avions vu hier comment un commentaire innocent, mais non sans fautes, avait déclenché récemment chez notre Marquis une nouvelle crise d’urticaire !  

CHARMOY-CITY : CHANTECLER, ALLUMEUR DE RÉVERBÈRE ? - du 22 juin 2020

    Vous avouerez que la campagne n’est pas proprement passionnante. Et voilà qu’à présent une bande de jeunes (et moins jeunes) thuriféraires dynamiques chantent les louanges de leur leader charismatique, et laissant le programme au placard, nous  promettent une nouvelle mentalité !

   Non ! Je vous le garantis, ce culte n’est pas à confondre avec celui que célèbrent les sectateurs du Marquis !

       Célébrer le culte du Marquis, un culte adapté au pseudo sulfureux qu’il a choisi, c’est l’affaire de Chantecler. Sur un mode très sadien, Chantecler avait provoqué en février dernier, une première crise d’urticaire littéraire sous la forme d’une défense et illustration du pseudo !

      Aujourd’hui votre serviteur, « bloggeur hyper-obsédé » (merci Marquis !),  fait en toute libéralité la promotion gratuite de ce texte canonique du Marquis, post diffusé le 14 février 2020 sur sa page facebook :

 

« MARQUIS NE SORT PAS DU MAQUIS !

 

Pour faire suite à ce titre transformé, du 12 février dernier par un bloggeur hyper-obsédé, nous voici plongés dans l’obscurité du « pseudonymat ».

 

Mais que diable ! Pourquoi s’exprimer au travers un pseudonyme ?

 

 En fait, tout dépend des motivations.

 Si nous excluons toutes les visées malsaines, telles les insultes ou le harcèlement, celui-ci a l’avantage de vous plonger à la fois dans un espace de liberté et de sécurité.

 S’il permet plus de liberté d'expression et surtout beaucoup moins d'autocensure, il assure également de pouvoir témoigner sans craindre des répercussions sur sa vie privée ou professionnelle.

 

Qui mettrait son véritable nom sur un site de rencontres ?

 

Mais passé outre ces propos, le plus important reste avant tout le débat.

 

Ainsi prétexter l’anonymat pour réfuter tout dialogue avec un pseudonyme est une occasion inespérée pour masquer à son tour son incapacité intellectuelle d’argumenter.

 (Le greffon du cœur de région se reconnaîtra)

 

Que vous vous appelez Fabrice, Jacques ou Donatien, ce n’est uniquement que le débat qui importe.

 Le nom ne sert que de cible aux opposants de la liberté d’expression et de l’évolution intellectuelle ».

   

     Chacun (e) jugera, selon ses critères, de la pertinence du propos qui tentait de répondre à notre article du 12 février dernier.

CHARMOY-CITY : MARQUIS, SORS DU MAQUIS !  - du 12 février 2020

    Ne soyons cependant pas trop sévère, faisons preuve de largeur d’idées. Après tout, les temps et les mentalités  changent et entre un « site de rencontres » et une campagne électorale il n’y a peut-être qu’un pas !

    Avec Claudi, aujourd’hui, découvrez Justine, qui s’y entend en matière d’obsessions, et le « bloggeur hyper-obsédé ». La police des caractères s’est déjà saisie de l’affaire !

 

Charmoy-City, Justine et le bloggeur hyper-obsédé.jpg

Charmoy-City, Justine et le bloggeur hyper-obsédé.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, du 23 juin 2020 (J+4206 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Billet d’humeur

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Billets d'humeur
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 05:00

CHARMOY-CITY : CHANTECLER, ALLUMEUR DE RÉVERBÈRE ? - du 22 juin 2020 (J+4205 après le vote négatif fondateur)

 

Petit prélude indispensable

     Chacun se souvient de l’évènement…. 

     Le 9 juin dernier à 08h22 l’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats postait :

« Une pause s'impose [….] Reprise le 28 au soir avec l'annonce des résultats ».

     Compte-tenu de sa haute portée (non, pas la  portée de chatons, ils sont adorables les mignons ! Et ça change un peu de la bouillie pour les chats qu’on nous sert au menu sur cette page), compte-tenu de sa haute portée, donc, nous réagissions alors à l’évènement

CHARMOY-CITY : LA RADIO « LIBRE » FEUILLÉE, CŒUR DE CHÊNE SUSPEND SES ÉMISSIONS - du 10 juin 2020

    Mais chassez le naturel, comme le « poulain », mon gros lapin, il revient au galop !

    En effet, nonobstant cette pause annoncée, une quinzaine de commentaires continuèrent de s’agréger au « dernier post » avant la « pause », qui se révéla au bout du compte ne pas être le dernier !

     Quelle histoire ! Le dernier post, c’est comme le dernier verre, il est toujours long à venir, on a toujours tendance à remettre ça ! On arrose, on arrose, la vie n’est pas si rose !

     Trêve de plaisanterie ! Fermez le ban !

https://www.youtube.com/watch?v=y0zhqkDe1n4

     Au nombre de cette quinzaine de commentaires, les 3 derniers datés du 19 devaient retenir notre attention et motiver l’actuel article et son titre.

 

    Le premier de ces trois derniers commentaires était une longue analyse de notre anonyme et docte Marquis.

    Faisant suite à ce long discours,  mais dans une forme beaucoup plus libre et concise, Madame D.G. posait cette question à  l’anonyme et docte Marquis :

« Sa vous gêne pas de vous faire toujours allumé par chantecler ? »

 

Très à l’aise, notre anonyme et docte Marquis répliquait alors en termes recherchés et sybillins :

 

« Bonsoir

Pas du tout.

Certaines personnes sont brillantes aux yeux des autres.

Pour cela, elles utilisent leur sens de l’analyse, leur créativité et leur énergie.

 

Certaines personnes voudraient être brillantes aux yeux des autres.

Pour cela, elles utilisent seulement le génie de nos illustres disparus pour s’éclabousser d’un peu de leur génie.

Elles pensent ainsi sûrement être brillantes aux yeux des autres.

 

Dans la vie, il y a ce que l’on est, ce que l’on voudrait être, ce que l’on croit être et ce que vous êtes pour les autres. 

Ne vous trompez pas, jamais aucune de ces appréciations ne coïncide. »

 

    Se non è vero è ben trovato !  Ou plus simplement pour que tout le monde pige bien : « Wouahhh ! Pareil baratin, ça vous en bouche un coin ! »

    Coin ! Coin ! fait le coq Chantecler, pour le coup « allumeur de réverbère ».

    Allumeur de réverbère ? Oui, allumeur de réverbère, car pour reprendre les termes de la question de Madame D.G., si Chantecler « allume » l’anonyme et docte Marquis, c’est pour éclairer la campagne, car en allumant l’anonyme et docte Marquis, c’est  un prestigieux réverbère qu’il « allume », un réverbère qui éclaire brillamment  la campagne ! Car aux dires même du Marquis dans sa réponse à  Madame D.G. :

« Certaines personnes sont brillantes aux yeux des autres.

Pour cela, elles utilisent leur sens de l’analyse, leur créativité et leur énergie. »

     Et par cette lumière brillante nous voilà tous subjugués, éblouis, éclaboussés par le génie qui, anonymement, verbeusement, objectivement et gratuitement la dispense !

     Rappelons maintenant que Chantecler, personnage de la pièce éponyme d’Edmond Rostand (1910), n’est, au demeurant qu’un coq,  un peu naïf, allumeur d’un réverbère cosmique, et qui croit que c’est son chant qui fait se lever le soleil !! Quel benêt ce Chantecler !

   Alors votre serviteur, fidèle à son coq-fétiche, trop benêt lui aussi pour jouir des commodités de l’anonymat sous un pseudo sulfureux qui sent plus la frousse que le soufre, s’écrie à son tour, ravi : « Et si j’allume ainsi l’anonyme Marquis, c’est pour que  ses lumières, si doctes, nous éclairent »

       Je dédie, pour finir, cet article à Madame D.G. qui en dépit de son orthographe approximative m’a profondément inspiré !

    Ce qui vient à point nommé faire mentir ce méchant trait si mal ajusté de l’anonyme et docte Marquis selon lequel :

« Certaines personnes voudraient être brillantes aux yeux des autres.

Pour cela, elles utilisent seulement le génie de nos illustres disparus pour s’éclabousser d’un peu de leur génie.

Elles pensent ainsi sûrement être brillantes aux yeux des autres. »

    Pour le coup, voilà notre éclabousseur, éclaboussé et son pompeux discours (anonyme) bien cabossé !

  

    Pendant que nous y sommes, rappelons à propos de lumières, de soleil et de réverbère ce proverbe :

« Le passé est un phare et non un port » qui plaît sans doute beaucoup à notre « réverbère »

CHARMOY-CITY : CONTRE L’IMMOBILISME, DÉCOLLEZ AVEC COROL’AIR- du 8 juin 2020

Charmoy-city, Chantecler dévoile sa version 2020.jpg

Charmoy-city, Chantecler dévoile sa version 2020.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 juin 2020 (J+4205 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres   

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 00:41

CHARMOY-CITY : LE PETIT TRAIN S’EN VA DANS LA CAMPAGNE - du 20 juin 2020 (J+4203 après le vote négatif fondateur)

   Côtoyant la boutique éphémère, la métaphore ferroviaire incisive est une des dernières trouvailles de notre liste dynamique.

   À la tête de son convoi, toutefois, le « mécano de la dynamique », se montre beaucoup moins captivant que Le mécano de la générale !!

     Et ce, même si le Marquis incognito  peaufine d’impeccables analyses objectives autant que créatives, confortablement calé à l’écart dans le fauteuil d’une voiture pullman !

https://benshi.fr/films/le-mecano-de-la-generale/141

    On dit qu’en France tout finit plutôt par des chansons !

    C’est peut-être vrai, et c’est en tout cas plus gai que des analyses de chef de cabinet !

    Aussi proposons-nous à notre « mécano de la dynamique » et à sa « locomotive », une  petite chanson pour accompagner son périple vers une voie royale ou de garage ! Tout ça, c’est affaire d’orientation au poste d’aiguillage des urnes. Pas vrai, mon poulain ?

CHARMOY-CITY : LE CHEVAL DE TROIE DE LECLERC NE MISERA PAS SUR LE « POULAIN DE MACRON » - du 19 juin 2020

    Écoutez-la bien, elle vaut son pesant de bulletins !

https://www.youtube.com/watch?v=UOm4gCZca-w

 

P.S.

    Ne soyons pas sectaires, notre Raoul, lui aussi, aime bien les locomotives

UNE  VÉRITABLE  LOCOMOTIVE - du 02 novembre 2012

CHARMOY-CITY : HÔTEL DE LA RUE DU CHARMOY. ON SOLDE !!! (2) - du 10 décembre 2018

Charmoy-City, le petit train s'en va dans la campagne.jpg

Charmoy-City, le petit train s'en va dans la campagne.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 juin 2020 (J+4203 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Chansons

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Chansons
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 03:00

CHARMOY-CITY : LE CHEVAL DE TROIE DE LECLERC NE MISERA PAS SUR LE « POULAIN DE MACRON » - du 19 juin 2020 (J+4202 après le vote négatif fondateur)

 

     Le Bien Public publiait hier un court article en ligne intitulé « Second tour à Auxonne : le maire sortant a fait son choix »

     Selon les termes de l’article, ce vote de monsieur Langlois sera un vote « contre » puisqu’il y déclare :   « Je ne voterai pas pour un candidat mais contre l’un d’entre eux ».

     Et de préciser pour conclure : «  […] Je ne voterai pas pour Emmanuel Macron dont Jacques-François Coiquil est le poulain au niveau local ».

     Pour le derby municipal du 28 prochain, Monsieur Langlois ne misera donc pas sur le candidat qu’il qualifie de « poulain de Macron ».

CHARMOY-CITY : FAUT-IL CLASSER DÉFINITIVEMENT LE STÉRÉOTYPE « EN MARCHE » ?- du 09 mars  2020

    Le « Flambi local » de 2014 est devenu le « poulain de Macron ».  Je vous suggère à ce propos une intéressante marche au rétroviseur

MÉTAMORPHOSES  - du 26 février 2014

     On attend à présent le résultat des courses.

     Inspiré par la métaphore hippique de Raoul, Claudi  a  sorti de son magasin d’accessoires un vieux cheval de Troie.

     Dans ce cheval de Troie, ma foi très matois, chacun  reconnaîtra un serviteur indéfectible de l’enseigne Leclerc qui apporta toujours de l’eau au moulin de l’enseigne, et qui,  par des prodiges d’industrie déployés pendant la douzaine d’années de son  double-règne, prétendit revitaliser notre centre-bourg en posant dans sa périphérie un complexe commercial qui devrait bientôt atteindre plus de 7 000 m2 !!!

CHARMOY-CITY : « DEUX POIDS, DEUX MESURES » AU CHARMOY ? (3)  - du 21 DÉCEMBRE  2019

FLASH DERNIÈRE

   Relayé par Radio Feuillée qui fait une fausse pause, le Marquis masqué, toujours sous les apparences de l’objectivité, continue de remplir le picotin du « poulain ». Et les gogos aux ordres likent aussitôt le laïus, impressionné(e)s sans doute par la correction de la forme du discours, si rare en nos contrées !

      Qu’est-ce-qui cause bien not’Marquis du châtiau, not’bon maître ! C’est pas le genre à confondre « quoi qu’il » et « quoiqu’il » !

    Au fait, Marquis, le programme dynamique ne prévoit pas d’écurie pour le « poulain » !

« Allo, Martin, quelle nouvelle ? »

https://www.youtube.com/watch?v=T5WdpSPeQUE

 

 

Charmoy-City, Le cheval de Troie de Leclerc ne misera pas sur  le poulain de Macron.jpg

Charmoy-City, Le cheval de Troie de Leclerc ne misera pas sur le poulain de Macron.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 19 juin 2020 (J+4202 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 08:11

CHARMOY-CITY : À L’AVENIR, PLUS DE VICE-PRÉSIDENCE HORS-MAJORITÉ À LA COM-COM ! - du 18 juin 2020 (J+4201 après le vote négatif fondateur)

     Le Bien Public publiait hier un grand article sur deux pages intitulé « AUXONNE Politique Ils dévoilent leur programme pour le deuxième tour ».

     Les deux candidats pour le deuxième tour, Jacques-François Coiquil et Fabrice Vauchey présentaient à cette occasion leurs programmes respectifs.

     Il n’est pas question pour nous de paraphraser Le Bien Public, auquel nous renvoyons nos lecteur(e)s pour plus de détails.

     Remarquons simplement que l’appréciation sévère concernant le candidat Vauchey y est réitérée par notre revitalologue en puissance.

CHARMOY-CITY, UN REVITALOLOGUE POSTULANT, AUTANT QUE VIRULENT, VEUT GUÉRIR NOTRE BONNE VILLE - du 4 juin  2020

     Le volet communauté de communes, abordé pour chaque candidat dans un encart rose respectif en bas de chacune de leurs pages, a cependant retenu toute notre attention.

       Et la déclaration de Monsieur Coiquil à ce propos, en particulier, que nous citons ici :

« Une chose est certaine, je ne souhaite pas retrouver à l’avenir, une élection d’une vice-présidence qui serait issue de l’opposition. Ce serait incompréhensible. Quand on a un programme à déployer au niveau d’une ville qui doit être la locomotive d’une communauté de communes, on peut difficilement imaginer une vice-présidence à l’intercommunalité qui soit en opposition avec la ville-centre »

      La pensée de Monsieur Coiquil, en la matière s’accorde parfaitement avec celle de Monsieur Langlois en janvier 2017 qui pourtant, lors de l’élection des vice-présidents, trouva, dans le camouflet infligé à l’un de ses adjoints, la pilule franchement amère (on ne parlait pourtant pas encore de la chloroquine !)

      Nos lecteur(e)s pourront s’en assurer en relisant notre article du temps. Ils comprendront ainsi quelle « vice-présidence […] issue de l’opposition » vise Monsieur Coiquil.

DEUX CANADIENNES POUR LE PRIX D’UNE À CHARMOY-CITY - du 19 janvier 2017

       Cette déclaration laisse par ailleurs à penser que notre candidat dynamique y va « les doigts dans le nez ». L’éventualité d’une défaite ne l’aura sans doute pas effleuré. Assuré de la victoire, il brûle ses vaisseaux

    L’ « arithmétique », c’est bon pour les comptables, et comme Monsieur Langlois, notre candidat dynamique est un fondu de passion ! La fusion, mon colon, c’est bon pour les calculateurs !

         Bien qu’elles ne soient (presque) plus de saison, Claudi s’est inspiré, pour son illustration du jour, de sa fameuse image des « deux canadiennes ».

     Après l’appel du 18 juin, verrons-nous la « pelle » du 28 juin ?

P.S.

    Notre Marquis anonyme semble à présent clairement « embedded » dans la dynamique équipe ! Maud adore !

     Pour les vrais amateurs, nous offrons en prime un superbe album avec  tout plein de canadiennes et une chanson exclusive créée et interprétée par votre serviteur…

ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »

 

Charmoy-City, une canadienne qui vous irait com-com un gant.jpg

Charmoy-City, une canadienne qui vous irait com-com un gant.jpg

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 09:58

DIJON : BIENTÔT UNE STATUE DE LERMONTOV AUX GRÉSILLES ? - du 17 juin 2020 (J+4200 après le vote négatif fondateur)

     On attribue au « poète du Caucase » Mikhaïl Lermontov (1814-1841) les paroles d’une célèbre berceuse, la « Berceuse Cosaque ».

     À l’heure où Dijon ne dort que d’un œil, cette berceuse, outre sa beauté, nous a semblé prendre un certain relief. Nous en proposons une vidéo de la version russe originale, dont la mélodie est très belle et dont les images situent bien le cadre de l’action.

https://www.youtube.com/watch?v=qGGQuvrxBZ8

    Quant aux paroles, largement édulcorées dans les traductions françaises, vous pourrez les découvrir en intégralité (français et russe) dans la version suivante et, avec un peu d’attention et de patience, faire enfin le rapport entre Lermontov et les Grésilles.

https://www.youtube.com/watch?v=2Nfvv0AhjPY

    L’érection d’une statue du poète dans le quartier pourrait, outre son caractère culturel, devenir un gage de sécurité retrouvée…

    Une idée à saisir  pour le programme des municipales !

    Mais attention ! Pas de déboulonnage !

CHARMOY-CITY : BONAPARTE    MENACÉ PAR LES DÈBOULONNEURS ? (1) - du 15 juin 2020

 

Dijon, bientôt une statue de Lermontov aux Grésilles.jpg

Dijon, bientôt une statue de Lermontov aux Grésilles.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 17 juin 2020 (J+4200 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 05:00

CHARMOY-CITY : UNE BOUTIQUE FMR GOURMANDE DANS LA CAMPAGNE - du 16  juin 2020 (J+4199 après le vote négatif fondateur)

      

    Avec le départ de la campagne du deuxième tour, les boutiques éphémères resurgissent dans le paysage commercial virtuel de notre centre-bourg aux rues couturées de tranchées ouvertes ou fermées.

      Ouvertes ou fermées, voilà un point commun que partagent boutiques et tranchées. Mais s’il est aussi des boutiques éphémères, il est néanmoins des tranchées qui le sont moins !

     Claudi, dans son illustration du jour, lance aujourd’hui le concept de boutique FMR gourmande !

      

    Sur facebook, la campagne se poursuit dans un profond ennui et sur le mode de l’auto- confinement. Dans chacun des deux clusters, on repasse les plats du premier tour et chacune des deux équipes s’auto-like et s’auto-congratule…

QUITTONS CHARMOY-CITY ET L’ENNUI, POUR UN PETIT  RETOUR CHEZ LES « BOBOS MONTPARNOS » - du 13 juin 2020

     Pour les fans d’éphémères en tout genre, une formidable archive à lire ou à relire…

CHARMOY-CITY : LES BOUTIQUES ÉPHÉMÈRES, UNE MANNE COMMERCIALE ? - du 23 Février 2020

    Et la statue de Bonaparte alors ? Patience, la suite viendra à point !

CHARMOY-CITY : BONAPARTE    MENACÉ PAR LES DÈBOULONNEURS ? (1) - du 15 juin 2020

   Trêve de plaisanterie ! Retrouvons à présent Arlette et Gaston dans la campagne électorale…vue par un proustien !

FLASH DERNIÈRE( 16 juin 08h00)

     Un dernier slogan  vient de tomber dans la campagne

« La sécurité pour tous.
Une ville sécurisée où il fait bon vivre. »

     À l’image de Dijon sans doute, grande inspiratrice d’une tête de  liste dynamique.

CHARMOY-CITY :  LE SALON  DE LA VIDÉOSURVEILLANCE  BAT SON PLEIN  -  du 16 Janvier  2020

 

 

Charmoy-City, une boutique FMR gourmande dans la campagne.jpg

Charmoy-City, une boutique FMR gourmande dans la campagne.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 juin 2020 (J+4199 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 03:00

CHARMOY-CITY : BONAPARTE    MENACÉ PAR LES DÈBOULONNEURS ? (1) - du 15 juin 2020 (J+4198 après le vote négatif fondateur)

     De l‘allocution prononcée hier soir par le Président de la République Claudi a retenu ce point particulier : « La République n’effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire, elle n’oubliera aucune de ses œuvres, elle ne déboulonnera pas de statue ».

    Claudi n’a pas de statue, du moins pas encore, mais il a pensé à la statue de Bonaparte sur notre place. Comment imaginer qu’elle puisse être déboulonnée alors qu’en 1939-45, même les Allemands l’ont épargnée et ne l’ont pas envoyée à la fonte, contrairement à beaucoup d’autres…

   Et puis qui pourrait trouver de bonnes raisons pour déboulonner Bonaparte.

   Alboise de Pontoise, Seine-et-Oise, le vieux grognard que Michel Simon incarna dans l’Austerlitz d’Abel Gance semble pourtant avoir de bonnes raisons de s’inquiéter.

     Rappelons en passant, qu’à la chute du Second Empire déjà, la statue perdit les quatre aigles qui ornaient son piédestal

CHARMOY-CITY : DES AIGLES QUI POURRAIENT FAIRE LA DIFFÉRENCE - du 21 SEPTEMBRE 2019

    Et puis, nous verrons dans une suite prévue à cet article, le bien-fondé des craintes d’   Alboise de Pontoise, Seine-et-Oise et les bonnes raisons que les détracteurs de Colbert et Schœlcher, auraient de se plaindre de la présence de ce Bonaparte de bronze sur notre place.

    Un Bonaparte qui s’inscrit pourtant si bien, par les soins de Claudi dans l’histoire passée et présente de notre ville

CHARMOY-CITY : V COMME VANNOIS,  COMME VIDÉO… ET COMME VICTOIRE ? - du 11 mars  2020

    En ces temps de menaces d’épuration glyptique, nos candidats aux municipales nous rassureront en ne manquant pas d’ajouter à leurs programmes, la garantie du maintien de Bonaparte sur la place.

     Projet certes immobiliste, et pas vraiment dynamique, mais, grands dieux, ô combien peu dispendieux ! Scrongneugneu !

Charmoy-City, Bonaparte menacé par les déboulonneurs (1).jpg

Charmoy-City, Bonaparte menacé par les déboulonneurs (1).jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15 juin 2020 (J+4198 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Visions d’histoire

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 07:00

QUITTONS CHARMOY-CITY ET L’ENNUI, POUR UN PETIT  RETOUR CHEZ LES « BOBOS MONTPARNOS » - du 13 juin 2020 (J+4196 après le vote négatif fondateur)

    Nous examinions hier la reprise laborieuse de la campagne pour le deuxième tour dans notre bonne ville et nous en soulignions toute la difficulté après la longue parenthèse (non encore vraiment refermée) du COVID 19.

    Il faut bien l’avouer, pour les  deux têtes restant en lice après fusion, faire campagne dans ces conditions inédites n’est pas chose facile et tient de la gageure. Et pour les marchands de rêve, en gros ou au détail, la conjoncture n’est pas franchement favorable.

       Aussi, dans notre article d’hier, filant la métaphore gastronomique à propos de la préparation de ce deuxième tour différé,  nous permettions nous  de remarquer :

« Voilà une tâche ingrate qui s’apparente quelque peu au service, après la longue interruption d’un banquet, d’un soufflé retombé, d’un sorbet fondu ou d’un champagne éventé. »

UNE PLAGE OUBLIÉE  À CHARMOY-CITY (2ème diffusion) - du 12 juin 2020

     Le phénomène n’est pas propre à Charmoy-City et se fait sentir jusqu’à Paris où l’on ne peut dire d’Agnès Buzyn,  autre candidate LREM, qu’elle fasse vraiment le buzz.

     On se souvient que Madame Buzyn, ex-Ministre de la Santé et candidate actuelle à la mairie de Paris, avait démissionné de son poste le 17 février dernier pour remplacer au pied levé Benjamin Griveaux, le Bourguignon de Chalon mis brusquement d’en l’embarras…

    

     Petit retour sur cette péripétie parisienne

     Au mois de janvier dernier, déjà, quittant notre province profonde, nous étions allé faire un tour dans le 14ème arrondissement chez les « bobos montparnos » où Benjamin Griveaux, le Bourguignon de Chalon, était soutenu lors d’ « apéros Griveaux » par la coruscante et tonitruante Marlène, elle aussi Bourguignonne d’origine !

CHARMOY-CITY : EN MARCHE, DE BOBINO À L’EMPIRE ? - du 30 Janvier  2020

     L’idylle électorale devait cependant connaître une fin inattendue au tournant de la Saint-Valentin.

SAINT-VALENTIN PARISIENNE, PLUS GRIVOISE QUE GLAMOUR  - du 15 février 2020

     En regard de cette malheureuse affaire, les derniers rebondissements charmoysiens, montés en épingle par une officine actuellement en sommeil, ne sont, avouons-le, que roupie de sansonnet.

CHARMOY-CITY : LA RADIO « LIBRE » FEUILLÉE, CŒUR DE CHÊNE SUSPEND SES ÉMISSIONS - du 10 juin 2020

     Depuis ce printemps surprenant, et bien que notre Marlène soit toujours candidate chez les « bobos montparnos »,  dans le 14ème arrondissement, sur la liste « Ensemble pour Paris » menée par  Éric Azière, le cœur n’y est plus vraiment. Là encore, l’ambiance générale du prochain banquet électoral est  dans le ton soufflé retombé, sorbet fondu et  champagne éventé. 

 

     Voilà du moins, ce que l’actualité semblerait démontrer, qui note que les préoccupations actuelles de la secrétaire d’état paraissent davantage tournées vers le remaniement ministériel qui s’annonce. Pas folle la guêpe !

 

  Nos lecteurs, que nous avons sans doute profondément ennuyés avec cette incursion chez les « bobos montparnos » – motivée, rappelons-le, par l’ampleur désolante de l’actuel marasme local charmoysien – vont s’interroger à présent, à propos de notre intérêt pour la coruscante et tonitruante Marlène.

      Nous leur devons une explication. L’origine de cette « passion » est liée à la parution, sous sa direction en 2016, alors qu’elle n’était pas encore secrétaire d’état, mais que « déjà Napoléon perçait sous Bonaparte », d’un ouvrage intitulé Lettres à mon utérus (Paris, La Musardine, 2016).

      Ce recueil épistolaire, pour un curieux destinataire, et que semble nouer un charmant ruban matrimonial et gentiment familial, puisqu’il est dirigé par Madame et postfacé par Monsieur (Cédric Bruguière n’est autre que l’époux de Madame),  constitue un petit tiroir, pas vraiment secret, de correspondance utérine émanant d’auteures variées à découvrir ! Une délicieuse curiosité littéraire, ma chèèèère !

     Amateur impénitent de curiosités, je fis aussitôt l’acquisition de ce parangon de littérature gynéco-épistolaire, ma chèèèère !   Mais pour quelle secrète raison ?

    Vous la découvrirez en parcourant attentivement la couverture en rose de l’ouvrage.

     Couverture qui décline les noms de toute une palanquée d’auteures « femmes influentes et représentatives de la nouvelle vague féministe », dont l’une d’elles, précisément, partage avec votre serviteur, sinon les mêmes orientations, du moins un  patronyme italien assez présentable et dont la traduction dans notre belle langue française permet de concevoir pour qui le porte, les plus grands espoirs ! Il est entendu que votre serviteur, triste bougon hors d’âge instruit par la vie, ne s’arrête pas, en ce qui le concerne, à de telles fantaisies d’horoscope !

     Parmi les autres auteures, « femmes influentes et représentatives de la nouvelle vague féministe », remarquons au passage un autre patronyme italien : Marie Minelli.

    Peut-être un pseudonyme…

Ecco il trio perfetto ! SMS : Schiappa, Minelli, Speranza

      Claudi rediffuse aujourd’hui, une illustration publiée en janvier dernier. Bis repetita placent !

    Nos lecteur(e)s, à présent mieux informé(e)s apprécieront sans doute  à sa juste valeur cette illustration soignée autant qu’originale, mais qui dut leur paraître, lors de sa première publication, insolite, autant qu’énigmatique!

      Ah ! Ce Chantecler, quel vieux  coq radoteur ! Et surtout, quel désespoir pour les bonnes poires !

 

 

   

FLASH DERNIÈRE(14h30)

     Le pseudo-Marquis, disparu depuis quelques jours, vient de quitter son manoir de Lafenêtre des Posées, pour faire un retour fantômatique dans l’officine désertée de La Feuillée,  et pour y mettre son grain de sel anonyme !

    Un commentaire à vous faire dresser les cheveux sur la tête et que voici ;

« Sans cette association lunaire, je reste persuadé que M. Vauchey avait toutes ses chances.

Dommage.

Dans mon entourage, plusieurs personnes qui avaient voté la liste "Auxonne ville d'avenir", n'iront pas voter ou voteront blanc au 2ème tour.

Quelle erreur stratégique ! »

      À défaut de connaître son visage, on aimerait bien découvrir cet « entourage » du Marquis, stratège de l’ombre !

      Il est probable d’ailleurs, qu’avec ou sans Marquis, avec ou sans « entourage », avec ou sans enfumage, c’est  l’abstention qui décrochera le pompon !

     Moralité : notre premier édile en puissance n’a pas pour nom  Alain Proviste mais bien Bastien Sabstien  Et pas besoin d’être stratège pour trouver ça tout seul !

Trésors de la bibliothèque rose d'hier... et d'aujourd'hui (2ème diffusion).jpg

Trésors de la bibliothèque rose d'hier... et d'aujourd'hui (2ème diffusion).jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 13 juin 2020 (J+4196 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
12 juin 2020 5 12 /06 /juin /2020 07:00

UNE PLAGE OUBLIÉE  À CHARMOY-CITY (2ème diffusion) - du 12 juin 2020 (J+4195 après le vote négatif fondateur)

 

   Les deux listes restées en lice pour le deuxième tour commencent à rediffuser leurs programmes après une longue interruption de la campagne.

      Voilà une tâche ingrate qui s’apparente quelque peu au service, après la longue interruption d’un banquet, d’un soufflé retombé, d’un sorbet fondu ou d’un champagne éventé.

       Rattraper la mayonnaise n’est certes pas une tâche facile, et l’art d’accommoder les restes requiert un véritable talent culinaire qui n’est pas donné à tout le monde.

     Et pour comble de malheur le snack forestier de La Feuillée vient de fermer.

CHARMOY-CITY : LA RADIO « LIBRE » FEUILLÉE, CŒUR DE CHÊNE SUSPEND SES ÉMISSIONS - du 10 juin 2020

    En cette fin de  semaine, chers lecteurs, vous comprendrez  donc bien que les bons produits frais ayant déserté le marché, il nous soit impossible de vous proposer un frischti acceptable.

    Aussi, sans faire la pause, avons-nous décidé d’abandonner momentanément le buffet réchauffé de la campagne pour vous  proposer un petit « retour à la plage » publié en première diffusion le 29 septembre dernier sur ce blog.

  

 

UNE PLAGE OUBLIÉE  À CHARMOY-CITY

Je dédie ce texte à la mémoire d’André Malandain et de René Roy,  pionniers des sports nautiques à Auxonne.   

    Retrouvons le temps où Auxonne n’était pas encore devenu, sous le règne de Raoul Langlois, Charmoy-City.

    Le promeneur empruntant le chemin de droite en allant vers l’Écluse d’Auxonne sur le talus du canal, pourra découvrir au quart du trajet, et sur sa droite en contrebas du talus, un ensemble de ruines enfouies dans les ronces et les fourrés. Ces ruines faisaient partie, vers le milieu du siècle dernier, d’un complexe nautique modeste, mais très apprécié.

     C’est André Malandain, un Normand, installé à Auxonne et fana de sport nautique, qui créa la plage de l’Ermitage en 1941. La plage comportait 3 bassins (grand, moyen, petit). Au bout du ponton du grand bassin, se trouvait le formidable plongeoir construit par l’entreprise Saunié.

  Baigneurs et baigneuses se changeaient dans des cabines en bois, de l’autre côté du chemin en face de la plage, contre la butte du canal (non visibles sur notre illustration). Un peu plus loin en aval, on consommait sur une terrasse en plein air et on pouvait aussi se restaurer dans la petite guinguette en dur visible sur notre illustration (son pignon est caché par le plongeoir).     

      Jusqu’en 1945, Madame Malandain tenait les fourneaux  et servait aux clients une cuisine simple, souvent d’inspiration normande. Monsieur et Madame Malandain étaient en effet tous deux normands. Il n’est pas donné à tout le monde d’être picard !

        À cette date, le grand bâtiment à gauche de cette guinguette sur notre illustration n’était pas encore construit.

      En 1945, pour des raisons familiales, André Malandain céda son établissement à René Roy qui travaillait avec son père, Jules Roy, dans l’entreprise familiale de scierie située route de Dole à l’emplacement actuel du Comptoir des matériaux.

     C’est René Roy qui fit construire vers 1947-48 le bâtiment situé au centre de notre illustration. Des prisonniers allemands de la deuxième guerre mondiale, encore présents à cette époque furent employés à la construction du bâtiment dont la partie charpente et menuiserie fut particulièrement soignée, on le comprend.

    On conserve dans la famille Roy le lustre en bois de la grande salle, réalisé par un ébéniste allemand.

 Une vingtaine d’années plus tard, gardant sans doute un bon souvenir de son séjour, notre ébéniste revint  visiter Auxonne et la famille Roy.

    La grande salle d’environ 150 m2 était construite en surélévation hors-niveau des crues, on y accédait par un escalier central en façade.

   Elle s’ouvrait sur une terrasse découverte d’une trentaine de mètres carrés à l’avant du bâtiment

   Bar,  restaurant, dancing tels étaient les usages de cette magnifique salle.

   On se baignait, on pagayait, on se restaurait, on dansait à la Plage de l’Ermitage

   À partir de 1955 la fatalité devait priver les Auxonnais, et les Dijonnais, de ces agréables distractions.

   Au cours de l’année 1955, René Roy trouvait la mort avec son épouse dans un terrible accident sur la RN5, laissant deux enfants.

   La famille voulant racheter l’établissement, il se révéla que, probablement en vertu d’un accord à l’amiable, le terrain sur lequel il avait été construit n’avait pas fait l’objet d’un acte de vente notarié.

    La propriétaire légale refusa alors de le vendre le terrain et, le fonds l’emportant sur le bâti, le bâtiment, qui avait en outre perdu son promoteur et avec lui son âme, fut vidé, par la famille, d’une partie de son mobilier, fermé, abandonné et progressivement pillé puis  ruiné.

      Quant à la petite guinguette Malandain, elle aussi aujourd’hui en ruine, elle était située sur une autre parcelle contiguë acquise par acte.

    Elle hébergea jusque vers le milieu des années 70, une petite dame seule, la Marie, qui élevait des poules, vendait ses œufs et surtout, n’avait pas froid aux yeux, de vivre seule en un tel lieu.

    Petites anecdotes personnelles : je me rappelle enfant avoir vu André Malandain, un homme souriant, ranger ses canoés et kayaks dans un garage qu’il avait dans l’actuelle rue d’Heidesheim (actuelle rue Prieur). Nous habitions alors au 13 rue de l’Hôpital (actuelle rue Gaston Roussel), dans la « maison Olive » et la cour de l’immeuble débouchait sur la rue Prieur. J’étais toujours étonné de voir deux des esquifs porter les noms  Speranza I et Speranza II. J’appris plus tard que cette appellation est prisée des navigateurs.

   À peu près à la même époque, je n’étais pas encore devenu, par les soins d’Henri Berger qui dispensait ses leçons de natation au bas des gradins du port, un nageur confirmé.

   Je me souviens alors m’être aventuré dans le grand bassin de la plage Malandain, et avoir perdu pied.

     Je revois encore les bulles dans l’eau verte monter en grappe au-dessus de moi. Seule la proximité du ponton auquel je me suis raccroché – mais aussi un petit travail d’enquête – me permet, plus de soixante ans après, de vous conter ces souvenirs.

 

N.B. : La reconstruction des ruines sur l’illustration de Claudi a été réalisée d’après nos mesures faites sur le terrain et à partir d’une photo publiée dans l’ouvrage collectif : AUXONNE VOYAGE DANS LE TEMPS…édité en 2015 par L’Association Écomusée du Maraîchage et des Traditions populaires du Val de Saône.

 

Charmoy-City, revitalisation rêvée d'une plage oubliée.jpg

Charmoy-City, revitalisation rêvée d'une plage oubliée.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 juin 2020 (J+4195 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Visions d’histoire

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Visions d'histoire