Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 11:54

CHARMOY-CITY : COURRIER DU CŒUR (DE BOURG)-  du 22 MAI 2021 (J+4539 après le vote négatif fondateur)

   Ouvrir sa boîte aux lettres et y trouver une lettre affectueuse est devenu un plaisir rare depuis que règnent facebook et le mel.

    Il semblerait pourtant que notre bonne ville échappe, dans une certaine mesure, à cette loi d’airain.

    Nous l’avions souligné dans l’un de nos précédents articles.

CHARMOY-CITY, DYNAMIQUE RÉPUBLIQUE DES BOÎTES AUX LETTRES - du 20 février 2021

   Il y a quelques jours encore, la page facebook de notre bonne ville faisait un splendide écho à la réception d’une lettre enfantine adressée à notre bon maire, en ces termes :

 « Un grand merci à Louise pour son message : "Merci monsieur le maire d'avoir dit aux gens d'arrêter de laisser trainer les crottes et les masques et tous les déchets" »

    En dépit du caractère prosaïque du message, on sent bien… que le cœur y est, et nous nous devions d’adresser un compliment, à ce propos, au service communication de notre bonne ville !

    Tel est le principal objet de notre article.

     Comme disait le Maréchal Boulganine : « Rien de pire que la déjection canine ! ».

     Encore une citation rare, et qui ne manque pas de saveur, à destination des amateur(e)s !

     De son côté, Claudi que la pluie désespère, incite notre belle jeunesse à poster de nombreuses lettres pour que cela cesse !

    Vous en conviendrez : il ne suffit pas « d'arrêter de laisser trainer les crottes [de chien] », il est temps maintenant qu’il s’arrête de pleuvoir comme vache qui pisse !

    Le peuple aspire à se mouiller le gosier en masse et en terrasse sous les rascasses, il est donc temps d’arrêter les rabasses !

CHARMOY-CITY 1900 : EN TERRASSE  AU CAFÉ BROCHET-  du 20 MAI 2021

   Alors,  mes chers enfants, écrivez en masse !

Charmoy-City, une pluie de lettres enfantines.jpg

Charmoy-City, une pluie de lettres enfantines.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 mai 2021 (J+4539 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 08:16

CHARMOY-CITY 1900 : EN TERRASSE  AU CAFÉ BROCHET-  du 20 MAI 2021 (J+4537 après le vote négatif fondateur)

  

    Hier, un seul mot s’imprimait dans tous les journaux, faisant un tabac dans tous les médias et résonnant dans toutes les bouches.

    Quel mot ?

    Vous n’avez pas deviné, alors vous n’êtes pas dans le coup ! Car il faut savoir prendre le train de l’Histoire en marche, sous peine d’être ringardisé…

    Petit flash-back pour vous montrer qu’un mot suffit parfois à changer le monde. Avant-hier, c’était COVID, et en  1492, tombant des hunes des caravelles de Cristobal Colombo, c’était le mot « Terre » annonçant l’approche d’un monde nouveau, véritable Eldorado.

    Le monde est ainsi fait que toujours on nous mène en bateau, disait le Capitaine Nemo. Et il n’avait pas vraiment tort !

     Et le mot d’hier alors ?

     Hier ? C’est bien entendu le mot « terrasse » qui était à la une !   

     Hier malheureusement, l’on eut aussi des éclairs qui n’étaient pas au chocolat. Et de méchants petits grêlons tombant en mitraille, comme à la bataille. On aurait pu en ramasser des kilos, les mettre en sac et au frigo.

CHARMOY-CITY : PAS D’ARMISTICE POUR LA GUERRE MÉNAGÈRE -  du 10 MAI 2021

  Et puis encore,  « Que d’eau ! Que d’eau ! » comme aurait pu dire Mac-Mahon, s’il avait été là…

 . On ne put donc s’étonner que terrasse rimât souvent avec rabasse, sous les rascasses, loin de la mer des Sargasses où les anguilles s’enlacent et s’embarquent pour Cythère !

CHARMOY-CITY : POISSONS DU BOURG -  du 15 MAI 2021

    On ne peut que le déplorer, l’actualité météorologique reste désespérément fraiche et humide comme la truffe du meilleur ami de l’homme ! Et le jardin est une misère, ma chère !

    Claudi, qui en est désolé, a décidé malgré tout de vous payer un pot en terrasse. Il est monté fissa dans sa machine à remonter le temps  sans oublier son parapluie, et son « parad »

UN PARAD AU CHARMOY ? - du 16 JUIN 2015

    Bienvenue donc à une terrasse 1900, celle du Café du Commerce tenu par le Sieur Brochet ! Un roi de la cuiller…à absinthe !

   Après avoir connu divers avatars, l’endroit est devenu depuis le siège de l’épicerie de Fabienne Moreau. En fond de tableau, de l’autre côté de la rue de l’Hôpital (devenue rue Gaston Roussel) on devine la vitrine d’une petite épicerie, devenue depuis, le magasin « Aux Frivolités ». Toute boutique, comme les jours de l’homme, n’est-elle pas éphémère ?

    À votre santé quand même, en terrasse, en attendant que le virus COVID soit définitivement terrassé !

   Et que les verres qu’on vide, l’aient définitivement chassé !

Auxonne 1900, un quatuor souriant en terrasse.jpg

Auxonne 1900, un quatuor souriant en terrasse.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 mai 2021 (J+4537 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 09:20

CHARMOY-CITY : QUOI DE NEUF SUR LA ZONE DU CHARMOY ? (2) -  du 17 MAI 2021 (J+4534 après le vote négatif fondateur)

    Un petit point météo pour commencer. Si le maréchal Mac-Mahon vivait encore il dirait : « Que d’eau ! Que d’eau ! »

     Du coup, les poissons du Bourg sont dans leur élément…aqueux !

CHARMOY-CITY : POISSONS DU BOURG -  du 15 MAI 2021

    Et côté Zone du Charmoy, les permis, ça baigne !

    Dans le premier article de cette série « CHARMOY-CITY : QUOI DE NEUF SUR LA ZONE DU CHARMOY ? », destinée à faire le point sur les derniers projets connus  concernant la zone du Charmoy, nous avions évoqué la dernière extension de surface commerciale  projetée sous la précédente mandature. Pour l’heure, cette extension, ayant obtenu un avis favorable en CDAC et s’étant vu accorder le permis de construire, n’a pas encore été réalisée.

CHARMOY-CITY : QUOI DE NEUF SUR LA ZONE DU CHARMOY ? (1) -  du 14 MAI 2021

    Et pourtant d’autres projets sont déjà dans les tuyaux. Ainsi, le 3 septembre dernier, le panneau d’affichage de la mairie voyait l’affichage successif, dans la même journée, de deux versions de l’avis de dépôt d’une même demande de permis de construire dans deux formulations différentes. Comprenne qui pourra !

Le PDF qui suit vous y aidera peut-être.

   Notons que la dernière version affichée, celle qui compte, prévoyait une surface de plancher créée de 2803 m2 sur une superficie de terrain de 38089 m2

    Des suites de ce dépôt, nous ne disposons d’aucune information officielle ouverte.

    Nous en sommes donc réduit à supposer que le projet a dû être arrêté dans la chaîne administrative d’instruction que suivent les dépôts de permis de construire.

   Peut-être au niveau du PETR (Pôle d’Équilibre Territorial et Rural) Val de Saône Vingeanne dont la compétence en matière du droit des sols inclut l’examen des permis de construire déposés  dans la zone de son ressort.

    Le dépôt récent d’une nouvelle demande concernant le même projet tendrait à confirmer ce qui n’est, bien entendu, qu’une hypothèse de notre part.

    Un nouveau permis a en effet été déposé le 31 mars dernier et affiché le 4 avril

     Une comparaison avec la deuxième version affichée du permis précédemment déposé le 31 août dernier nous a paru intéressante.

     Tel est le but du PDF qui suit

     Restait à visualiser et à situer sur le terrain les parcelles concernées par les deux  dépôts de permis évoqués dans le présent article ainsi que la zone relative au permis validé par la CDAC d’avril 2019.

    Un autre PDF y pourvoira

   Les années 2008-2009 sont loin, qui virent le rôle occulte et majeur de la municipalité Langlois dans l’implantation d’un hypermarché au Charmoy.

     Rôle occulte et majeur attesté par la publication d’une lettre dans Inf’Auxonne n° 25 de mai 2009. Ce  morceau de choix est entré depuis dans les annales.

Attesté aussi dans la presse du temps, avec force esbaudissements et promesses !

       On est en droit d’espérer que la nouvelle municipalité, dans la limite de ses compétences, jouera un tout autre rôle !

     À l’heure ou la presse locale célèbre, ce matin, les « poissons colorés dans la rue du Bourg » et où « le collectif de la rue du Bourg propose une nouvelle animation visuelle à l’artère de la ville », ce sont d’autres poissons d’un autre temps et pleins de « discrétion » qui ont inspiré Claudi !

Charmoy-City,les poissons de la zone du Charmoy.jpg

Charmoy-City,les poissons de la zone du Charmoy.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 17 mai 2021 (J+4534 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 17:19

CHARMOY-CITY : POISSONS DU BOURG -  du 15 MAI 2021 (J+4532 après le vote négatif fondateur)

   Nous parlions hier de la zone du Charmoy et de grande distribution

CHARMOY-CITY : QUOI DE NEUF SUR LA ZONE DU CHARMOY ? (1) -  du 15 MAI 2021    

     Avant de poursuivre plus avant, penchons-nous aujourd’hui sur la rue du Bourg et son petit commerce auquel nous dédions  ce couplet :

 

POISSONS DU BOURG

 

Mai de pluie, tu fais monter le pluviomètre

Et briller le pavé mouillé de la rue du Bourg

Où flottent les  gentils poissons qu’on vient d’y mettre.

Le touriste mouillé qui vient y faire un tour

Lève le nez contrit dessous son parapluie

Sans bistrots ni terrasses, la rue du Bourg s’ennuie.

Du soleil qui reviendra, elle attend le jour

Où le populo repeuplera  ses  terrasses

À l’ombre des rougets en fleurs et des rascasses.

Pour  enfin siroter le blancasse ou la Suze

Au fil de l’apéro, à deux pas des méduses

 

    Vous trouverez en PDF l’image de Claudi à partager sans modération comme « le blancasse ou la Suze, au fil de l’apéro, à deux pas des méduses »

Charmoy-City, poissons du Bourg.jpg

Charmoy-City, poissons du Bourg.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 15 mai 2021 (J+4532 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
14 mai 2021 5 14 /05 /mai /2021 09:27

CHARMOY-CITY : QUOI DE NEUF SUR LA ZONE DU CHARMOY ? (1) -  du 14 MAI 2021 (J+4531 après le vote négatif fondateur)

    Nos vieux lecteurs le savent bien : si la Loire prend sa source au Mont Gerbier de Jonc, le blog Chantecler prit la sienne en juin 2010, sur les hauteurs du Charmoy.

     Si depuis, le cours de son inspiration s’est élargi, venant battre les rives de l’actualité générale de notre riant Val de Saône, son rédacteur n’omet jamais pourtant de jeter un œil rétrospectif sur l’aire incubatrice qui vit naître Chantecler : la zone du Charmoy et ses projets portés par Raoul Langlois.

    Ainsi, la zone du Charmoy, fleuron périphérique de Charmoy-City, constitua pendant longtemps le « fonds de commerce » de Chantecler. Voilà qui peut paraître paradoxal pour une petite boutique éditoriale indépendante de centre-bourg !   

    Et voilà  qu’à présent, Chantecler rouvre pour un temps son « fonds de commerce » ! Ne sommes-nous pas à l’ère des boutiques éphémères ?

    En matière de Charmoy,  les archives de Chantecler, comme le riz, sont  incollables !

    Avant que nous prenions le temps de les mettre à jour, les curieux pourront trouver dans la dernière édition de 2018, pas mal de matière à fouiner !

DIX ANS D’HISTOIRE DU CHARMOY OU LE CHARMOY POUR LES MULES ÉDITION 2018- du 19 novembre 2018

    Le dernier fait relaté dans cette édition de 2018 reste d’ailleurs toujours d’actualité !

    Le voici : le 22 octobre 2018 « La SCI HPS dépose une demande  de permis de construire PC 021 038 18 S 0022 pour une nouvelle construction de 2569,95 m2 au sol (3 cellules commerciales + une cellule de service Avenue Général de Gaulle (affichage le 24/10/18) »

      Ce permis, finalement accepté au terme d’une modification parcellaire n’en changeant pas la teneur, et de deux CDAC (21 décembre 2018 et   27 mai 2019) fit tanguer, à la charnière des années 2018 et 2019, les relations entre la CAP Val de Saône et la municipalité d’alors.  

    Pour plus de détails, voir les PDF ci-dessous

     Le panneau du permis obtenu fut affiché un temps durant l’année dernière. Il a disparu depuis…

    Il serait infondé d’en inférer qu’il en soit de même de ce qui est le dernier  « projet Charmoy » conçu sous l’Ère Langlois.

    Depuis, la pandémie est arrivée, et une page municipale a été tournée, mais le « changement » n’a pas pour autant interrompu  la valse des dépôts de permis.

     Force est de reconnaître, que depuis plus de dix ans, les dépôts de permis auront déferlé comme autant de vagues, sur la zone du Charmoy

   À très bientôt le plaisir de vous en entretenir, toujours au coin du feu, en ce printemps pluvieux !

    En parlant de vagues, chers lecteurs, soyez rassurés, depuis mercredi dernier, votre serviteur est bi-vacciné

ESCULAPE, HYGÉE, LA VACHE ET LA VACCINE (2) - du 15 AVRIL 2021

   À bientôt donc, dans nos prochains épisodes, où nous ferons le point sur trois demandes de « permis Charmoy » déposées sous la nouvelle mandature municipale.

   Et qui, comme le montre l’illustration de Claudi, inquiètent déjà Gaston !

Zone du Charmoy, une épidémie de permis.JPG

Zone du Charmoy, une épidémie de permis.JPG

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 mai 2021 (J+4531 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 09:16

CHARMOY-CITY : CMJ D’AUJOURD’HUI…ET D’HIER -  du 12 MAI 2021 (J+4529 après le vote négatif fondateur)

     Notre précédent article avait pour objet l’opération « Nettoyons la Ville » désignée, selon un article en ligne du Bien Public du 8 mai comme étant une « initiative du conseil municipal des jeunes d’Auxonne »

CHARMOY-CITY : PAS D’ARMISTICE POUR LA GUERRE MÉNAGÈRE -  du 10 MAI 2021

    En citoyen responsable et soucieux de s’informer, nous avons souhaité prendre connaissance du compte-rendu de la séance du CMJ  lors de laquelle cette initiative aurait pu être proposée, débattue, puis démocratiquement mise aux voix pour validation.

    À cet effet, nous avons consulté le site officiel de la Ville d’Auxonne.

   À la date du 10 mai, un seul CR de conseil était mis en ligne : celui de la séance N°1 du 23 janvier dernier relatif à la mise en place et aux élections du nouveau CMJ. Pas moins de 26 pages !

   En revanche, pas de trace de CR circonstancié d’une séance du CMJ consacrée  à une éventuelle décision d’organiser cette opération « Nettoyons la Ville », « initiative du conseil municipal des jeunes d’Auxonne »

https://www.auxonne.fr/conseil-municipal-des-jeunes

   Inf’Auxonne n° 70 nous apprend cependant en page 4 que « La deuxième réunion du conseil municipal des jeunes s’est tenue le 20 mars ».

   Le nettoyage était peut-être à l’ordre du jour, mais pour l’heure, c’est une simple supposition car sept semaines plus tard rien n’était encore publié. Les ramasseurs de vieux papiers ont sans doute horreur de la paperasse !

   En attendant que cet oubli soit bien vite réparé nous avons pris une copie d’écran…

   C’est en revanche sans délai et dans l’urgence que la page facebook « Ville d’Auxonne »,  portait ce scoop à notre connaissance : « pas moins de 180 kg » de déchets avaient été ramassés dimanche dernier !

   En référence à notre titre, voilà les dernières nouvelles du « CMJ d’aujourd’hui ».

  

   Passons à présent au « CMJ d’hier » ;

   Sa création fut annoncée début 2015  en page 4 du N° 48 d’avril 2015 d’Inf’Auxonne.

Retenons l’essentiel du propos :

« Qu’est-ce qu’un C.M.J., et à quoi sert-il ? » 

« Il s’agit avant tout d’un lieu de débat, d’écoute et de participation à la vie de la Ville afin que les adultes de demain puissent faire entendre leurs voix. Il permettra entre autres de sensibiliser les jeunes à l’intérêt général, de mettre en place des projets, d’éduquer à la citoyenneté et au civisme,... »

      Voilà un beau et généreux projet qui met en exergue les mots-clefs d’une vraie démocratie : « débat », « écoute »,  « citoyenneté »,  « civisme ».

    Promouvoir de telles valeurs, c’est poursuivre un but louable, mais la meilleure pédagogie sera toujours, au bout du compte, celle de l’exemple.

     Déroulons à présent l’histoire du CMJ d’hier.

     Prévue en avril 2015 pour une « installation en septembre 2015 », la mise en place effective tarda un peu et  fut finalement annoncée en janvier 2016  en page 4 du N° 51 d’Inf’Auxonne.

Le texte de l’article précisait : « Avec un fonctionnement semblable à celui des adultes, le CMJ aura pour mission de proposer des projets afin d’améliorer la vie de la commune, mais aussi d’être le porte-parole des élèves des écoles d’Auxonne »

    Notons bien le fonctionnement du CMJ  est censé être « semblable à celui des adultes », ce qui implique nécessairement : proposition, débat et vote mais aussi, en toute rigueur, la publication dans les meilleurs délais des comptes rendus y afférents permettant au citoyen lambda de s’assurer du sérieux du bon fonctionnement du CMJ réputé « semblable à celui des adultes »  

     En janvier 2018, nous consultions le site de la Ville d’Auxonne.

    Il indiquait, pour l’année 2016, trois CR de réunions du CMJ les 11 mai, 8 juin et 7 septembre… tous accessibles en lien mais aucun pour 2017 !

    On se demande  dès lors dans quelle réunion du CMJ, la décision de participer à l’opération « Nettoyons la Nature » de septembre 2017 fut envisagée, débattue et prise !

    Un seul document en référence à cette participation, une annonce intempestive faite sur le site de la Ville d’Auxonne et dont nous avions pris, le 1er septembre 2017, la copie d’écran qui suit

    D’hier à aujourd’hui, l’histoire serait-elle un éternel recommencement ?

   Se pourrait-il que le CMJ, plus qu’un  « lieu de débat, d’écoute et de participation à la vie de la Ville afin que les adultes de demain puissent faire entendre leurs voix », se trouve réduit à n’être en fait qu’une ressource opportune dans la politique de communication des municipalités successives en place ?

    La jeunesse est toujours sympathique et très  photogénique, et c’est évidemment ce qu’ont toujours compris les politiques. Pas besoin de vous faire un dessin !

    Une question se pose à présent : des opérations ponctuelles de nettoyage, fussent-elles médiatisées et likées à tout rompre sur les réseaux sociaux constituent-elles les seuls objectifs à proposer à une belle jeunesse pour motiver et développer en elle de vrais idéaux ?

    Claudi dédie aux jeunes du CMJ,  une illustration inspirée des fastes du CMJ d’hier, très occupé lui aussi de nettoyage,  quoique sous d’autres « houlettes » !

    Mais que voulez-vous, c’est peut-être cela le vrai changement en marche !!  Même s’il ne fait pas vraiment rêver !

 

P.S.

    La presse locale n’a pas manqué de faire écho à la journée du 8 mai en publiant un article en ligne hier sous le titre « Auxonne 180 kilos de déchets ramassés par des habitants »

    Au menu, un inventaire à la Prévert :

     « Samedi 8 mai, 180 kilos de mégots, masques, bouteilles et canettes, papiers et cartons d’emballage, sacs de déjections canines, mais aussi un manche de parapluie, un marteau, un cutter, des jouets et même une ridelle arrière de remorque ont été récoltés par des bénévoles… »

     Pour reprendre le mot célèbre d’Isidore Ducasse-Lautréamont dans Les chants de Maldoror, nous dirions que tout cela est « beau […] comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie ».

    Nos petits lapins du CMJ, sous la houlette de leur adjointe, feraient-ils de l’art brut sans le savoir ?

     Ce qui n’exclut pas pour antant une forte conscience des enjeux environnementaux comme en atteste cette déclaration optimiste :

« Ils sont déjà très conscients des enjeux environnementaux », soulignait Anne Busi-Barthelet, adjointe aux affaires scolaires, tout en distribuant sacs-poubelles et gants aux dix groupes formés avec les volontaires. »

   Il est vrai que ramasser des crottes de chien, ça pourrait bien sauver la Planète ! Pouett ! Pouett !

    Emballez, c’est pesé !!  Sac à papier !!!

   

Charmoy-City, ramasseurs de légende.jpg

Charmoy-City, ramasseurs de légende.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12 mai 2021 (J+4529 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions
10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 05:00

CHARMOY-CITY : PAS D’ARMISTICE POUR LA GUERRE MÉNAGÈRE -  du 10 MAI 2021 (J+4527 après le vote négatif fondateur)

    En dépit de son titre, le présent article n’abordera pas le sujet brûlant du partage des tâches ménagères et les débats passionnants qu’il suscite. Notre Marlène nationale est missionnée pour ça !

    Mais il traitera pourtant de nouveaux rites de  nettoyage.

     Nul doute que les ethnologues parleront plus tard, à propos de notre société contemporaine, reine insurpassée de la production de déchets, de l’irruption d’une nouvelle manie expiatoire : le ramassage bénévole, organisé et médiatisé, des déchets !

      Aux nombre de ces nouvelles grand-messes, de ces pèlerinages vers des emballages hors d’usage ils retiendront sans doute l’émergence, à la fin du siècle dernier, d’une   institution imaginée par une chaîne de la grande distribution sous le logo « Nettoyons la Nature », habile green-washing  publicitaire créé  en 1998 et vite plébiscité par le panurgisme ambiant toujours croissant.

   Sous la précédente municipalité, l’activité annuelle marquante du CMJ,  aura ainsi consisté en une participation à la dite opération « Nettoyons la Nature », sous la chasuble Leclerc et sous la houlette de quelques conseillers ou conseillères, voire de Monsieur le Maire.

    À l’issue de l’opération, consacrée au ramassage en divers lieux de divers déchets, ces derniers étaient dûment pesés et mesurés. S’ensuivait un article dans la presse locale ou municipale avec photo des participants à l’appui et annonce du score du ramassage

  Un sujet récurrent pour notre blog que l’on ne peut accuser d’avoir ignoré cette action pleine de bonnes intentions !!

ALBUM - Et si on nettoyait la nature ?

        Lors de la dernière séance du 28 avril du CM des « moins jeunes », à laquelle nous assistions, nous apprenions, par la voix de Monsieur le Maire, que le CMJ (ou du moins, selon nous, ses responsables adultes) avait prévu et organisé pour le 8 mai (sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire), une opération « Nettoyons la Ville » et Monsieur le Maire de préciser, à l’intention des bons entendeurs sans doute : « sans chasuble ».

    Faut-il en conclure que pour la nouvelle municipalité, cette opération « Nettoyons la Ville »  deviendra l’activité annuelle marquante du CMJ, remplaçant l’opération « Nettoyons la Nature » sous la chasuble Leclerc de la précédente ? 

    Voilà une question que l’on est en droit de se poser alors que l’on ne cesse de nous affirmer que le changement est en marche !

CHARMOY-CITY : BOB DERRIÈRE L’ÉCHAUGUETTE (3) - du 26 janvier 2021

    Un changement dans la continuité : on  nettoie, sans chasuble à présent, mais avec ardeur toujours ! 

     C’est ce qui ressort du moins de l’activité sur les réseaux sociaux et de la revue de presse.

   À en croire la presse, la cérémonie de l’Armistice s’est déroulée  en « comité restreint ».

 Le Bien Public en ligne du 8 mai titrait ainsi

 « Auxonne Commémoration du 8 mai 1945 : une cérémonie sans public » et précisait :

« Ce samedi matin, c'est dans un contexte encore particulier que se sont déroulées les cérémonies de commémoration du 8 mai 1945. Ainsi, c'est sans public que les autorités civiles et militaires accompagnées par les représentants des associations patriotiques locales et leur porte-drapeau se sont rendus d'abord au monument Rhin et Danube puis au square du Souvenir pour un moment de recueillement.»

     « Cérémonie sans public » pour l’Armistice, mais pour le grand ménage, mes cocos,  plein de populo !

     Toujours à en croire un autre article en ligne du même jour et du même journal titrant :

« Auxonne Des habitants ont relevé les manches pour ramasser les déchets » et précisant :

« Ce samedi, plus d’une centaine de personnes : jeunes, parents, bénévoles ont arpenté les différents quartiers de la ville, équipés de sacs-poubelles et de gants pour ramasser les différents déchets qui jonchent le sol. Cette opération est une initiative du conseil municipal des jeunes d’Auxonne. »

    C’est une photo tirée du diaporama de cet article qui a inspiré Claudi !

FLASH DERNIÈRE (Lundi 10 mai 09h00)

    Pluie…. On entend par les rues de la « ville nettoyée » le boucan de la balayeuse qui laisse son empreinte sonore et son empreinte carbone …

    Et pourtant, la Ville n’a-t-elle pas été nettoyée samedi ?

    T’as rien compris Chantecler, c’était pour le fun et les photos, et la vidéo quand Madame Busi fait le buzz !!

    Nous saurons bientôt combien ils ont ramassé de kilos…

    En attendant, ils en ont déjà fait des tonnes !!!

 

Charmoy-City, les déchets traqués jusque sous les voitures.jpg

Charmoy-City, les déchets traqués jusque sous les voitures.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 10 mai 2021 (J+4527 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
7 mai 2021 5 07 /05 /mai /2021 09:07

CHARMOY-CITY : L’EMPEREUR ET LE CHANOINE - du 07 mai 2021 (J+4524 après le vote négatif fondateur)

   Le 5 mai dernier la page facebook « Ville d’Auxonne » publiait le post suivant dont nous publions un extrait :

   « Il y a 200 ans, le 5 mai 1821, Napoléon Ier s'éteint sur l'île de Sainte-Hélène, où il était exilé depuis 1815 […]

     La municipalité a procédé cet hiver à la plantation d'un "nouveau" chêne Napoléon, suite à la mort de celui sous lequel le jeune officier venait alors méditer

A l'occasion de ce bicentenaire, une structure vient d'être installée à proximité du nouveau chêne.

    Cette structure est inspirée d'une statue de Napoléon Ier qui figure dans la collection du musée d'Auxonne. Sculptée par Aristide Petrilli au 19e siècle, cette œuvre en marbre de Carrare faisait auparavant partie de la collection privée du Chanoine Kir […] »

   Nos lecteurs auront maintenant compris notre titre du jour, très concordataire…

   La structure en question, réalisée en acier (acier corten sans doute) présente un ajourage figurant, outre des inscriptions, une silhouette inspirée d’une statue réalisée par Aristide Petrilli (1868-1930) et ayant jadis fait partie  « de la collection privée du Chanoine Kir »

   Cette coïncidence justifie-t-elle pour autant notre titre ? Évidemment pas !

   Le lecteur doué d’un peu d’esprit critique l’aura bien compris !

   Mais ce n’est pas tout ! Une telle coïncidence s’est déjà produite en un autre point de notre canton, plus précisément à Villers-Rotin, une précédente rencontre de l’Empereur et du Chanoine, à propos justement d’une autre structure en acier !

    Résumons l’histoire que nous avons  déjà en grande partie relatée dans le cadre de ce blog.

    Le 31 janvier 2019,  Le Bien Public titrait « VILLERS-ROTIN VŒUX Un agencement remémorant le tilleul de Sully »

       Le premier édile rotinien y déclarait : «  [pour 2019] nous allons privilégier selon nos possibilités, un agencement remémorant notre vénérable tilleul [N.D.L.R. Chantecler : à présent disparu] qui fut pendant des années le point d’orgue de notre village. Cette année, ce sera aussi les 150 ans [sic] de la mort de Napoléon qui venait courtiser une Rotinienne »

   L’ « agencement remémorant [le] vénérable tilleul » se révèlera être une structure en acier qui prendra la place de l’arbre disparu, au début de l’année 2020, peu avant l’irruption de la pandémie. Comme un croquis vaut mieux qu’un long discours deux illustrations parues précédemment dans notre blog, vous montreront le tilleul, la Rotinienne, Napoléon et la structure !

   Et le Chanoine Kir dans tout ça ? Sorti du séminaire de Dijon et ordonné prêtre, il prendra sa première fonction de vicaire à Auxonne vers 1900, où il sera chargé des paroisses de Tillenay et Villers-Rotin.

    Voilà pourquoi le panneau explicatif relatif à la « structure », réalisé par les soins de la CAP Val de Saône, mentionne conjointement dans son texte les deux noms de Napoléon Bonaparte (1769-1821) et de Félix Kir (1876-1968), qui lui aussi visiblement appréciait le village au tilleul et ses habitants !

    L’histoire ne dit pas si, comme le lieutenant Bonaparte, le jeune vicaire aimait à boire du lait…

    Mais pour nous, mission accomplie, voilà l’Empereur et le Chanoine encore une fois réunis !

 Et notre titre justifié !

    Claudi associe, dans son illustration du jour, les mémoires de l’Empereur qui créa le Concordat (1801) et du Chanoine qui le vit disparaître (1905) peu après son vicariat à Auxonne après lequel il avait rejoint Dijon. En 1906, alors que le nouveau  pape Pie X publiera son encyclique Vehementer nos (Nous, avec véhémence), l’Abbé Kir, vicaire à Saint-Michel digressera longuement en chaire, et avec un talent politique consommé, de la rupture du « pacte séculaire ».

    L’Église fut alors séparée de l’État, mais les mémoires des deux personnages resteront désormais associées, du moins pour le visiteur en Val de Saône !

     À propos de Chêne Napoléon et de Bonaparte marcheur, on pourra lire ou relire

CHARMOY-CITY : « MARCHEURS » D’HIER ET D’AUJOURD’HUI - du 05 MAI 2021

 

 

Charmoy-City, l'Empereur et le Chanoine.jpg

Charmoy-City, l'Empereur et le Chanoine.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 mai 2021 (J+4524 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Lieux de mémoire

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Lieux de mémoire
5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 07:22

CHARMOY-CITY : « MARCHEURS » D’HIER ET D’AUJOURD’HUI - du 05 MAI 2021 (J+4522 après le vote négatif fondateur)

    À tout seigneur, tout honneur ! Au nombre des marcheurs célèbres nous citerons Bonaparte et ce titre d’un article du Bien Public publié en ligne le 25 avril dernier : « Quand Bonaparte marchait d’Auxonne à Dole pour aller voir son imprimeur »

   Rappelons que le jour présent, 5 mai, marque le 200ème anniversaire de la mort de l’Empereur, la publication récente de  cet article du Bien Public, n’avait donc rien pour surprendre.

    Pas plus que celle, avant-hier, toujours par Le Bien Public,  d’un article en double-page intérieure, avec grande photo à la une.

     Un article au titre aguichant : « AUXONNE Mise aux arrêts, duel…  les secrets de Napoléon en val de Saône ».

    Dans l’article, un encadré mentionne, qu’à Auxonne le jeune Bonaparte « échappe trois fois à la mort ».

    Une seule chose est certaine au moins, c’est à Sainte-Hélène, il y a 200 ans précisément que la mort finalement l’attendait !  

    Après le suspense, revenons plus modestement à la marche à pied et à l’écriture, pratiques constantes du jeune Bonaparte à Auxonne, et  à l’article du Bien Public publié en ligne le 25 avril dernier intitulé : « Quand Bonaparte marchait d’Auxonne à Dole pour aller voir son imprimeur »

   Avec un peu d’avance, nous avions nous-même abordé dans les pages de notre blog, ce thème du jeune Bonaparte  pamphlétaire enflammé et marcheur confirmé. 

BONAPARTE À AUXONNE ou le Promeneur Solitaire Corse (12) - du 03 janvier 2018

   Et nous le reprenons aujourd’hui pour l’occasion.

    Quand le jeune Bonaparte marchait vers Dole, ce n’était pas seulement pour le plaisir de marcher et d’user ses souliers.

   L’objet principal de ses trajets Auxonne-Dole était la publication de sa Lettre à Buttafoco chez l’imprimeur dolois Joseph- François-Xavier Joly.

  Quel était maintenant le motif de la lettre ?

       Ce n’était pas une lettre personnelle mais plutôt un réquisitoire au nom de la patrie corse. Les récentes insultes diffusées par l’« infâme Buttafuoco »  traitant Paoli, le Père de la Corse de « charlatan politique », constituaient certes la cause immédiate de la lettre, mais Bonaparte s’y improvisait surtout le héraut lyrique du camp autonomiste de Paoli contre celui aristocratique et clérical de Buttafuoco.

       En longues litanies, il égrenait la carrière de Buttafuoco, instrument intéressé de la puissance royale française et bras armé impitoyable de celle-ci. Il opposait ainsi crûment la cupidité du fourbe mercenaire à la solde des oppresseurs (les Français), aux mérites de Paoli l’exilé éloigné de son peuple.

    Il fustigeait ainsi le traître à la mère-patrie : « Eh quoi ! Fils de cette même patrie ne sentîtes-vous jamais rien pour elle ? Eh quoi ! votre cœur fut-il sans mouvement à la vue des rochers, des arbres, des maisons,  des sites, théâtres des jeux de votre enfance ? arrivé au monde, elle vous porta sur son sein, elle vous nourrit de ses fruits : arrivé à l’âge de raison, elle mit en vous son espoir ; elle vous honora de sa confiance […] Eh bien ! un peu d’or vous fit trahir sa confiance ; et bientôt, pour un peu d’or,  l’on vous vit, le fer parricide à la main, entre-déchirer ses entrailles »

      En un mot,  le fougueux Bonaparte, formé sur le continent dans les écoles royales de France prenait, pour un temps, le parti de Paoli l’anglophile, et des autonomistes d’alors.

BONAPARTE À AUXONNE ou le Promeneur Solitaire Corse (11) - du 12 décembre 2017

     Mais nous parlons ici de temps révolus…

      De nos jours, ce genre de pamphlet n’a plus cours, mais des marcheurs, il y en a toujours.

À la tête de notre ville en particulier.     

     On écrivait ainsi naguère, dans L’Écho des Communes ; à propos de notre ancien premier édile

« Randonneur invétéré, c’est au bord du canal avec son chien... en laisse comme il se doit... ou dans la forêt qu’il régénère les batteries. 6h pour aller à Dijon, à pieds forcément, des parcours qu’il choisit là où il y a une gare... pour rentrer !! Rando du Club Alpin, 50km, Raoul Langlois, carte d’état-major en main, ne recule devant aucun chemin »

https://www.echodescommunes.fr/coeur_43_si-nous-commenaons-a-parler-d-auxonne-nous-n-avons-pas-fini-s-esclaffe-monsieur-le-maire-raoul-langlois.html   

     Vous aurez bien noté : « Raoul Langlois, carte d’état-major en main, ne recule devant aucun chemin »

     Bonaparte marchait vers Dole, son pamphlet à la main et Raoul Langlois, qui « ne recule devant rien », sa carte d’état-major à la main …

CHARMOY-CITY : QUAND MONSIEUR LE MAIRE S’ESCLAFFE (2) - du 2 juillet 2019

     Quid à présent de notre nouveau premier édile, élu par temps de pandémie ?

      Un article du Bien Public  mis en ligne le 22 avril dernier sous le titre « CÔTE-D’OR

Ils misent sur la marque “majorité présidentielle’’ » et précisant « La majorité présidentielle a présenté, jeudi à Sainte-Marie-la-Blanche, sa liste côte-d’orienne pour les prochaines élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté. », nous apprend sla mise « en marche » de notre premier édile pour les régionales.

     Dans la liste des candidats, sous la houlette de « Didier Paris (LREM), député de la Côte-d’Or. », on le trouve en 17ème position : « 17. Jacques-François Coiquil (SE), cadre commercial, maire d’Auxonne, 1er vice-président de la communauté de communes CAP Val de Saône. ».

     Bonaparte marchait vers Dole son pamphlet à la main, notre ancien maire, quant à lui, marchait « carte d’état-major en main »

    Et le nouveau alors ?

    C’est bien clair, il se met « En marche », sans étiquette,  mais avec le dossard 17 encore une fois très proche du vénérable sénateur fermant la marche : « 19. François Patriat (LREM), sénateur de la Côte-d’Or, ancien ministre, ancien président du conseil régional de Bourgogne. » !

   Ancien ministre, ancien président de conseil régional, mais toujours en marche !

CHARMOY-CITY : AU CREUX DE LA VAGUE DYNAMIQUE…  - du 18 août 2020

    Comme quoi, dans notre monde « en marche », « Les temps changent » sans vraiment changer en même temps ! 

À CHARMOY-CITY, « LES TEMPS CHANGENT »…OU PRESQUE (3) - DU 13 MARS 2021

FLASH DERNIÈRE

https://www.facebook.com/vauchey.fabrice

https://www.facebook.com/VilleAuxonne

Charmoy-City, en marche vers les élections, en passant par le Chêne Napoléon.jpg

Charmoy-City, en marche vers les élections, en passant par le Chêne Napoléon.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 05 mai 2021 (J+4522 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
2 mai 2021 7 02 /05 /mai /2021 08:22

ESCULAPE, HYGÉE, LA VACHE ET LA VACCINE (5) - du 02 MAI 2021 (J+4519 après le vote négatif fondateur)

    En un temps où la vaccination est devenue la troisième mamelle de la France, nous reprenons sans complexe la publication de notre série « ESCULAPE, HYGÉE, LA VACHE ET LA VACCINE » consacrée à Jean-Baptiste Bolut (1798-1873), médecin auxonnais et vaccinateur zélé.

ESCULAPE, HYGÉE, LA VACHE ET LA VACCINE (4) - du 20 AVRIL 2021      

   Cet article –– qui pourrait ne pas être le dernier de la série en raison de l’abondante documentation que nous avons collectée –– sera néanmoins consacré à la dernière demeure de Jean-Baptiste, dont nous avons  récemment découvert l’existence au cimetière d’Auxonne.

    À propos de cette découverte, il nous faut remercier les services municipaux responsables de la gestion des concessions qui nous ont, en quelque sorte, facilité la tâche.

    Sur le site officiel de la Ville d’Auxonne, au paragraphe « Avis de constat d'abandon de concessions dans le cimetière communal », nous avons tiré, pour info, le document PDF qui suit

    Nos lecteurs pourront le constater : on y retrouve en bonne posture Jean-Baptiste Bolut et quelques membres de sa famille (son épouse, une fille morte encore enfant, et sa belle-mère).

    Cette découverte a été pour nous l’occasion d’une Promenade sentimentale et pittoresque au cimetière d’Auxonne.

      Nous reprenons ici le titre d’une brochure de Claude Pichard (1795-1883), un ancien maire d’Auxonne, figure sympathique, attachante et à l’occasion truculente, dont nous aimons à l’occasion rappeler la mémoire;

CHARMOY-CITY : UN FUTUR MAIRE D’ANTAN AU SERVICE DE L’EMPEREUR- du 20 septembre 2019

CHARMOY-CITY : RETOUR AU JARDIN… DE CLAUDE PICHARD - du 17 avril 2020

    Mettant nos  pas dans ceux de Claude Pichard,  nous avons donc entrepris une visite patrimoniale du cimetière dans les premiers jours d’avril, les jours glacés des gelées noires. Brrr !!

    Les membres de la famille Bolut y reposent sous trois grandes pierres tombales calcaires aux épitaphes usées par le temps.

    Entrant au cimetière, le visiteur est en quelque sorte accueilli par ces trois grandes pierres tombales contigües, à l’angle sud-est du carré 1. Elles  ne peuvent  donc échapper à sa vue. Celle du Docteur Bolut est la troisième en partant de cet angle. Pour permettre une meilleure lecture nous avons converti l’illustration de Claudi en PDF

Dans sa Promenade sentimentale et pittoresque au cimetière d’Auxonne (Auxonne, Cival, 1865) Claude Pichard précise que la « première fosse en a été ouverte le 14 mai 1843 » (p. 40). L’emplacement du  cimetière précédent, ouvert en 1769, coïncidait avec celui de ce que l’on nomme communément l’« ancienne gendarmerie ».

    À propos de cet ancien cimetière, Pichard, qui l’avait connu et visité, écrit : « Fermé depuis 1843, ses monuments, ses croix et ses tombes ont été enlevés en 1864, emportant le souvenir de familles aimées, d’hommes qui occupèrent de belles positions, qui furent utiles au pays » (p. 15).

    Ce passage de Claude Pichard fait venir à l’esprit le rôle du cimetière comme lieu de mémoire monumental où le curieux peut découvrir au détour d’une allée, un nom de l’histoire locale qui lui parle.

     Même si le temps a privé la sépulture des soins d’une famille à présent disparue, il appartient néanmoins aux responsables d’envisager cet aspect de la question. Une gestion drastique et purement administrative de l’espace d’un cimetière risquerait de priver le lieu de souvenirs tangibles accessibles à la curiosité du chercheur ou à l’émotion du simple promeneur.

    La découverte de la tombe de Jean-Baptiste Bolut, le soin que nous avons pris à en relever l’épitaphe sous le soleil déclinant, les propos que nous avons échangés avec les rares passants endeuillés dans un après-midi venteux et frisquet, nous ont conduit à cette réflexion.

    À destination des  visiteurs potentiels dont notre article aurait pu éveiller l’intérêt et la curiosité nous joignons en PDF la transcription des épitaphes que nous avons relevées sur les pierres tombales de Jean-Baptiste Bolut et de sa famille.

Les tombes du Docteur Bolut et de sa famille.JPG

Les tombes du Docteur Bolut et de sa famille.JPG

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 02 mai 2021 (J+4519 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Lieux de mémoire

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Lieux de mémoire