Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : DERNIÈRES NOUVELLES DE « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’AUJOURD’HUI - du 22 novembre 2020 (J+4358 après le vote négatif fondateur)

    Interrompons aujourd’hui notre série « APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN » pour dire un mot du Bulletin N° 15 de « L’Écho de la place d’armes »  actuel publié avant-hier, vendredi 20 novembre.

     Le thème général de cette longue communication est une lecture critique du dernier Inf’Auxonne n° 68 paru, rappelons-le, en octobre dernier.

    Une lecture partisane certes, mais pas pour autant dénuée d’intérêt…

     Pour notre part, nous avions commis en temps utile trois articles illustrés pour commenter la parution du magazine.

    Nous en proposons aujourd’hui une relecture

CHARMOY-CITY : INF’AUXONNE, LA RÉVOLUTION DU 68 ! - du 20 octobre 2020

CHARMOY-CITY : UN COMMENTAIRE PAS PIQUÉ DES VERS - du 21 octobre 2020

CHARMOY-CITY LYRIQUE : QUAND LE TÉNOR NE SE JOINT PAS AU CHŒUR DYNAMIQUE - du 23 octobre 2020

    Claudi qui a beaucoup travaillé ces temps derniers sur les illustrations de notre série « APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN », série qui devrait comporter encore au moins deux articles, s’est contenté de rediffuser l’image du dernier article en lien ci-dessus.

    En ces temps où le spectacle vivant semble tant manquer, petite soirée lyrique très indiquée pour Arlette et Gaston !

LES BONNES IDÉES

   La pages facebook officielle de la Ville d’Auxonne lançait hier soir cette offre en lien :

« Les partenaires du programme de prévention "Les Ateliers Bons Jours" proposent des conférences et des activités quotidiennes en ligne pour permettre aux retraités bourguignons de rester en forme ! »

  Dans un souci de diversité, pourquoi ne pas mettre Chantecler en lien ?

  Gaston et Arlette sont pour !!!

FLASH DERNIÈRE

   Un vrai scoop pour éclaircir le commentaire d’un faux-profil à propos  du Bulletin N° 15 de « L’Écho de la place d’armes »

Charmoy-City, l'hélico Number One de la mairie se pose.jpg

Charmoy-City, l'hélico Number One de la mairie se pose.jpg

Charmoy-City, soirée lyrique à l'opéra dynamique.jpg

Charmoy-City, soirée lyrique à l'opéra dynamique.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 novembre 2020 (J+4358 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (2) - du 20 novembre 2020 (J+4356 après le vote négatif fondateur)

     Nous poursuivons aujourd’hui la nouvelle série rétrospective entamée dans notre précédent article

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (1) - du 18 novembre 2020

    Il est possible, pourvu que Dieu nous prête vie en ces temps de péril, qu’elle nous conduise jusqu’aux premiers jours de l’Avent.

     Nous pénétrerons aujourd’hui, avec « L’Écho de la place d’armes », version papier dactylographiée et photocopiée de juillet 1983, ne comportant qu’une seule feuille, sous les frondaisons de notre belle forêt communale des Crochères.

    Chaussez auparavant vos bottes pour nous accompagner sous la ramée, dans l’automne fraîchissant qui voit s’achever le doux été de la Saint-Martin

Entrons dans cette belle forêt, que naguère encore notre ancien maire vantait

CHARMOY-CITY, UN DISCOURS QUI NE MANQUE PAS D’AIR - du 06 octobre 2018

   Et dont deux chênes ont déjà été offerts pour restaurer la charpente de Notre-Dame de Paris.

CHARMOY-CITY : DEUX CHÊNES POUR NOTRE-DAME - du 24 mai 2019

   Cette forêt, votre serviteur la fréquenta beaucoup du milieu des années 1970 au début des années 1980 en qualité d’affouagiste à l’ancienne.

      Il n’avait pas manqué d’y remarquer en particulier les clairières spectaculaires des « coupes blanches » évoquées dans « L’Écho de la place d’armes », version papier de juillet 1983.

      Avec la crise pétrolière, la pratique de l’affouage connut une quasi-résurrection au cours de ces années, le nombre d’affouagistes passant très vite d’une vingtaine à la centaine.

    En 1975, la cognée était encore largement utilisée par les affouagistes ancien style, même si la tronçonneuse se faisait entendre dans le sous-bois. Je dois à mon voisin de lot, de l’automne 1975, un Monsieur Servelle, d’avoir appris à faire de belles souches avec mon’ hache, à construire ma « bique » pour scier les perches au chant du coucou, et à faire des piles de bois présentables. Il avait alors 70 ans et ce fut mon meilleur professeur en la matière.

     Je fis par la suite cinq ou six saisons, entre taillis et têtes de chênes, et au bout du compte quelques bonnes dizaines de stères, à la main. Je faisais les trajets en vélo car j’étais déjà « écolo » ! Ce n’était pas encore très à la mode et si vous aviez alors prononcé l’expression « développement durable » on vous aurait à coup sûr pris pour un éleveur de lapins !

   Les rédacteurs de « L’Écho de la place d’armes », version papier de juillet 1983, n’étaient probablement pas des écolos purs et durs comme le démontre ce paragraphe en fin de texte :

   « L’emploi des engins de débardage choquent [sic] les écologistes sensibles. Hélas, il n’existe pas encore, à l’heure actuelle d’autre moyen pour pénétrer dans la forêt afin de l’exploiter. Une reconversion de l’élevage de la région pour la promotion du cheval de trait et de l’âne de bât serait peut être une bonne idée…. »

    Paragraphe qui a inspiré Claudi pour son illustration du jour.

    En 1983, les mares de la forêt et leur faune n’étaient pas encore choyées comme elles le sont aujourd’hui

CHARMOY-CITY : «NOUS N’IRONS PLUS AU BOIS»  - du 21 août  2020

     En revanche, il semble à la lecture  de « L’Écho de la place d’armes », version papier de juillet 1983, que le peuplement en résineux n’était déjà pas très fructueux !

    Depuis, les choses ne semblent pas vraiment s’être  arrangées !

 https://www.onf.fr/+/2e0::epidemie-de-scolytes-les-forestiers-de-lonf-sur-le-front.html

   Quant aux « chênes rouges » américains qui croissent plus vite que les chênes indigènes et dont il est aussi question dans « L’Écho de la place d’armes », version papier de juillet 1983, ils devraient avoir à présent une belle taille.

        Revers de la médaille, l’utilisation de cette essence, selon Wikipédia, « est de plus en plus déconseillée en Europe, car il produit de nombreux glands dès l'âge de 20 ans et peut se montrer envahissant et se substituer aux chênes autochtones. »

    Vous imaginez notre « Chêne Napoléon » remplacé par un chêne rouge ! Encore une Coca-colonisation !

    Heureusement, il semble que les repeuplements opérés dans les années 1980 aient été réalisés essentiellement  avec des chênes pédonculés autochtones comme le prouve cet article du Bien Public de l’époque

Une idée, en passant, à l’attention de la rédaction d’Inf’Auxonne : après tous ces confinements pourquoi pas une grande balade en forêt, avec état des lieux et perspectives (en drone), dans le prochain numéro de janvier !

     La suite, quant à nous, au prochain numéro, où vous découvrirez  « L’Écho de la place d’armes », version papier et en alexandrins !

   Temps lointain des années 80 où, étant adjoint, on pouvait néanmoins faire des rimes !

MAGAZINE LITTÉRAIRE

    Lu sur la toile :

      « « Qui sont les femmes qui vous inspirent ? » A cette question, la figure imposée appelle le plus souvent l’image de quelque icône du passé, admirable et incontestable. Les femmes de chair et d’os inspirent davantage Marlène Schiappa. Ce sont elles que, dans un livre généreux et porteur d’espoir, la Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes a rencontrées, non seulement pour leur rendre hommage, mais aussi pour en tirer un livre qui ait valeur d’exemple. Dix rencontres, dix rencontres exceptionnelles entre femmes. »

    Encore un ouvrage qui devrait faire date dans la ligne éditoriale féconde et éclectique d’une auteure, « femme de chair et d’os », qui n’est plus à présenter et que nous avons déjà croisée dans les pages de notre blog « porteur d’espoir » !

QUITTONS CHARMOY-CITY ET L’ENNUI, POUR UN PETIT  RETOUR CHEZ LES « BOBOS MONTPARNOS » - du 13 juin 2020

  Un titre d’article qui, comme les nouilles,  colle très bien à l’ambiance régnant à Charmoy-City, et qui tentera plus d’une lectrice déprimée par le confinement !

   

   

Charmoy-City, débardage malin d'hier et de demain .jpg

Charmoy-City, débardage malin d'hier et de demain .jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 novembre 2020 (J+4356 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents
18 novembre 2020 3 18 /11 /novembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : APERÇUS SUR « L’ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » D’ANTAN (1) - du 18 novembre 2020 (J+4354 après le vote négatif fondateur)

     Nos lecteurs, gens de la toile, ne peuvent ignorer l’existence de la page facebook « L’Écho de la place d’armes », née dans les premiers jours de juillet dernier, et dont les bulletins assassins sont autant de « tracassins » à destination du « locataire de la place d’Armes ».

CHARMOY-CITY : À LA DÉCOUVERTE  DU SAINT DE L’ « ÉCHO DE LA PLACE D’ARMES » - du 10 juillet 2020

    Dans un temps où la toile ne jouait encore pratiquement aucun rôle « L’Écho de la place d’armes », version papier dactylographiée, photocopiée et agrafée existait déjà. C’est en classant, par temps de confinement, de vieilles archives, au rayon « toile d’araignées » que nous en avons retrouvé quelques exemplaires : le plus ancien est daté juillet 1983, le plus récent de janvier 1989.

      Par les temps qui courent, surfer sur les toiles d’araignées, ça change un peu les idées ! Car, il faut bien l’avouer, sur la toile, les idées sont un peu en panne !

    À l’heure donc,  où les idées concours se bousculent sur la toile, nous nous  sommes proposé d’explorer avec vous, en quelques épisodes, le petit trésor éditorial découvert au rayon « toile d’araignées » et pas sur Amazon !

      Remarquons tout d’abord que « L’Écho de la place d’armes » page facebook, ne saurait se réclamer d’une quelconque ascendance en rapport avec « L’Écho de la place d’armes », version papier dactylographiée, photocopiée et agrafée.

     Sous le même titre, c’est en effet le bulletin d’information municipal auxonnais de la mandature 1983-1989, Monsieur Jean HUGON étant maire, que l’on peut découvrir !

    Petite révision à propos des précédentes mandatures pour les jeunes ou les vieux plus ou moins oublieux.

CHARMOY-CITY : LE NOUVEAU CHÊNE DYNAMIQUE  DE LA FORÊT DE BROCÉLIANDE - du 29 juin 2020

    On ne pourrait donc soupçonner, tant dans l’esprit que dans la lettre, tant dans le fond que dans la forme,  « L’Écho de la place d’armes » numérique actuel de s’inspirer, en dépit du même titre, de « L’Écho de la place d’armes », version papier dactylographiée, photocopiée et agrafée du siècle passé.

   Pour autant, nonobstant sa présentation désormais surannée, la relecture du vénérable bulletin ne nous a pas semblé dépourvue d’intérêt.

    Dans nos prochains articles nous nous attacherons donc à donner un bref aperçu de quelques-uns de ses exemplaires (datés mais non numérotés) en notre possession afin d’y retrouver tout à la fois certaines permanences et les inévitables décalages dus au cours du temps ainsi qu’au basculement dans le troisième millénaire. 

   « L’Écho de la place d’armes » simple bulletin dactylographié ne comportait pas d’images. C’est, en effet, à la première mandature Deschamps (1989-1995) qui fit suite à la dernière mandature Hugon, qu’il revint de publier le premier magazine d’information municipale illustré sur papier glacé intitulé « Auxonne d’aujourd’hui et demain »

    À propos d’illustration, Claudi s’est donc interrogé.

   Refait, du coup, pour le concours de dessins ! Le petit malin  ne pouvait évidemment s’inspirer des illustrations, inexistantes, de « L’Écho de la place d’armes » simple bulletin dactylographié ne comportant pas d’images.

   Il s’est alors souvenu  d’une certaine ligne éditoriale d’histoire municipale, déjà adoptée par notre blog, et qui avait fait revivre quelques campagnes du siècle dernier à travers leurs trombinoscopes… 

    Le lecteur curieux pourra les découvrir ou les redécouvrir en lien

CHARMOY-CITY : LA CAMPAGNE VUE PAR LES « VRAIES GENS »  - du 18 février 2020  [liste Deschamps 1989]    

CHARMOY-CITY : PLUS DE RAPPEL POUR NOTRE TÊTE D’AFFICHE - du 27 Janvier  2020 [liste Bompy 1977]

CHARMOY-CITY : À PROPOS DE JOCONDE ET DE TROMBINOSCOPES - du 18 Janvier  2019 [liste Moreau 1965]

     Dans cette continuité, un tantinet « album de famille  et galerie des ancêtres », Claudi offre à nos lecteurs d’aujourd’hui le trombinoscope de la liste « AUXONNE… D’ABORD » qui remporta les municipales de 1983 et qui créa dans la foulée « L’Écho de la place d’armes » simple bulletin dactylographié ne comportant pas d’images.

    Pour plus de lisibilité le dépliant A4  recto-verso figurant le trombinoscope ainsi que le programme de la liste « AUXONNE… D’ABORD » sont accessibles en PDF. Lecture conseillée pour vous mettre dans l’ambiance d’alors…

   La suite au prochain numéro avec une balade hygiénique en forêt pour y entendre la voix des chênes en écho !

 

Charmoy-City, 1983, une liste pour un 4èmé mandat.jpg

Charmoy-City, 1983, une liste pour un 4èmé mandat.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 18 novembre 2020 (J+4354 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 10:00

CHARMOY-CITY : CHRYSANTHÈMES ( nouvelle réédition) - du 16 novembre 2020 (J+4352 après le vote négatif fondateur)

    L’an dernier, à cette même date, nous avions déjà publié une réédition de notre article du 2 novembre 2014 intitulé « CHRYSANTHÈMES » 

    Ce 16 novembre 2019, nous avions alors exprimé nos motifs de rééditer un article ancien, et quelque peu mélancolique, par ces mots :

    « Faire une fleur au rédacteur mystère de la  page facebook Auxonne Info - Actus & Débats qui nous conduit aujourd’hui dans un cimetière vu par des yeux décidément très critiques.

      Le lieu est mélancolique certes, mais pas aussi désespérant qu’il nous le suggère, nous le voyons avec d’autres yeux… »

     Un an a passé depuis, les municipales sont arrivées, avec elles la pandémie, et, après divers avatars,  « la  page facebook Auxonne Info - Actus & Débats » a définitivement disparu…

CHARMOY-CITY : DES CHRYSANTHÈMES POUR AUXONNE LIVE ?- du 31 octobre 2020

    Auxonne Info - Actus & Débats a vécu mais  notre article du 2 novembre 2014, de son côté, nous semble encore aujourd’hui avoir très bien vieilli.

CHRYSANTHÈMES - du 02 NOVEMBRE 2014

     Bien vieilli ?

    Mais oui !  Nonobstant sa tonalité mélancolique, il nous a semblé qu’il exprimait déjà fort clairement la défense du petit producteur local contre les géants de la grande distribution, thème particulièrement en vogue dans le discours de notre municipalité d’aujourd’hui.

   Voilà pourquoi, sans complexe, dans la période difficile que nous traversons nous le republions élagué seulement des rameaux qui ont un peu séché depuis

CHRYSANTHÈMES (version élaguée de l’article du 02 novembre 2014)

 

 Chrysanthème, étymologiquement : fleur d’or.

     LURE, patrie du Sapeur Camember et du Savant Cosinus était déjà connue pour ses belles affiches jaune-fluo, elle le sera sans doute bientôt pour les chrysanthèmes jaune d’or de son Brico Jardi Leclerc.

      En effet « La Sarl Lure Brico a reçu, le 11 janvier 2013, l'accord de la CDAC de Haute-Saône pour la création d'un Brico Jardi Leclerc à Lure. Ce point de vente aura une surface de 7500m2, dont 2285m2 extérieurs. Ces derniers seront dédiés à une pépinière et une cour des matériaux. Le magasin sera situé : rue de l'Entreprise, Zone Industrielle aux Cloyes, à Lure ».

( Source : « Rayons-brico-jardin.com»).

     Vendredi dernier, je suis allé fleurir mes tombes, l’air était printanier, j’ai garé mon vélo sur le parking du cimetière, dans le champ d’en face, le nouveau gardien du cimetière arrachait ses pommes de terre, on s’affairait derrière l’arracheuse. Il est toujours émouvant de voir des hommes récolter les fruits de la terre, j’ai repensé au 15 septembre 2012 et à l’arrachage des patates à Champagnole

DU MILLET POUR LES PETITS OISEAUX - du 17 septembre 2012

     La terre, où nous finissons tous,  dispense ainsi ses bienfaits : des pommes de terre pour les vivants, des chrysanthèmes pour les disparus. J’ai retrouvé mon vieux copain Yves au beau milieu de ses chrysanthèmes ; rassurez-vous il était bien vivant ; choisissant mes pots, j’ai échangé avec lui quelques mots ! C’est qu’il était bien occupé, notre horticulteur ! Quand je suis sorti du cimetière, je me suis d’abord réjoui à l’idée que, pour le moment,  je pouvais encore en sortir après y être entré. Sur le parking, avec mon vélo,  j’ai retrouvé Yves qui discutait avec un vieux cousin de la tradition qui se perdait … les jeunes, tout ça, ça ne les intéressait plus guère. Eh oui ! Tout change !

    À l’horizon deux mille …vingt, trente (?), quand ils auront eux aussi un  Brico Jardi Leclerc les Auxonnais(e)s ne connaîtront plus cet heureux temps. Les chrysanthèmes, pour peu que la tradition en persiste, seront peut-être moins chers, mais le plaisir de discuter à la bonne franquette avec un vieux copain du terroir travailleur indépendant aura sans doute disparu.

     En illustration, Claudi nous a dégotté une vieille photo du temps de la fameuse consultation « participatatative » de juin 2010 et des belles affiches jaune-fluo de LURE. De quoi se retourner dans sa tombe !

 

IMPRESSIONS DE LA CONSULTATION 2010 - du 14 février 2013

 

CHarmoy-City, afficher jusqu'au cimetière.jpg

CHarmoy-City, afficher jusqu'au cimetière.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 novembre 2020 (J+4352 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Relecture

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Relecture
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 05:00

MARCHÉ DE CHARMOY-CITY : UN POT DE MIEL POUR ADOUCIR LES COMMENTAIRES - du 14 novembre 2020 (J+4350 après le vote négatif fondateur)

     L’annonce du marché dominical de demain, mise en ligne le 12 courant sur la page facebook Ville d’Auxonne aura été très commentée. C’est en effet pas moins de 70 commentaires et réponses qu’aura suscité l’annonce.

    Préférant ne pas allonger la liste déjà longue des commentaires sur le marché, nous nous permettrons cependant un  bref commentaire, nécessairement incomplet, sur les commentaires.

     L’annonce officielle précisait : « En soutien à l'économie locale, le marché de ce dimanche est maintenu. Toutefois, seuls des exposants proposant des produits alimentaires pourront être présents »

  Cette annonce nécessairement, restrictive en raison du confinement n’aura pas manqué de susciter quelques réactions amères.

    On peut le comprendre, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne (commerciale ou non),  chacun voit midi à sa porte, l’oignon fait la soupe et l’union fait la force !

    La politique partisane n’a pas manqué, par ailleurs, de montrer son nez dans le débat, phénomène inévitable mais particulièrement détestable lorsque le locuteur se masque derrière un faux-profil qui peut nous rendre dub…itatif !

    L’inénarrable Marquis, notre faux-profil préféré, s’est contenté, quant à lui, de planer au-dessus de la mêlée en déclarant tout de go : « Si nous faisions [sic] que des choix rationnels, nous ne fumerions pas, nous ne boirions pas, nous ne nous droguerions pas. Nous prenons souvent des décisions qui n'ont pas de rationalité, mais cela est notre nature. Nous sommes des êtres de pulsions avant tout. ».

      Bonjour à présent les achats compulsifs !              

      Finis les grands travaux pharaoniques, fumons à présent la moquette.

CHARMOY-CITY : LE MARQUIS A PONDU SON DERNIER RAPPORT - du 30 juin 2020

    Et le pot de miel alors ?

    Vous le trouverez au marché chez un petit producteur local dûment répertorié sur la liste officielle. Du bon miel pour adoucir la gorge et sucrer vos grogs bien arrosés !

     Et qui sait ?  Peut-être encore de la gelée royale pour remonter une libido dans les chaussettes et peut-être aussi de la propolis qui vous consolera des propos pas trop lisses des commentateurs sous profils factices.

    Et de la cire encore pour faire reluire le vieux bahut en noyer pour qu’il éclaire vos tristes soirées de novembre.

    Vous aurez dû renoncer au demi en terrasse ? Qu’importe, achetez du miel pour préparer votre hydromel que vous garderez pour Noël !

      Français, encore un effort ! Tous locavores !

CHARMOY-CITY : LOCAVORES DE TOUS LES PAYS UNISSEZ-VOUS ! - du 09 octobre 2020

    J’entends déjà les faux-profils, comme autant de faux-bourdons, chanter en chœur : « Chantecler tu nous enfumes ! ». L’apiculteur enfume bien les abeilles !  

    Alors, c’est promis, tous happy, chargez l’appli : « Tous chez l’api »

 

    Les amateurs éventuels de poésie inspirée par la rûche trouveront leur compte dans l’un de nos précédents articles à visée pédagogique. Une rûche-école en quelque sorte, où vous n’apprendrez toutefois pas à faire du miel !

ÉCHEC SCOLAIRE ET MISE EN SCÈNE - du 13 octobre 2020

   Claudi aura mérité un grog au miel bien arrosé 

Charmoy-City, bonne chance à l'apiculteur du marché.jpg

Charmoy-City, bonne chance à l'apiculteur du marché.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 14 novembre 2020 (J+4350 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : LE MYSTÈRE DE L’ÉLU INCONNU - du 12 novembre 2020 (J+4348 après le vote négatif fondateur)

     Nous publiions hier un article qui visait à rappeler, hors du cadre du protocole officiel, la mémoire de l’armistice du 11 novembre 1918.

    Pour ce faire,  nous mettions en scène un objet d’artisanat de tranchée suivant le principe que si les discours parlent, d’humbles objets peuvent nous parler aussi

CHARMOY-CITY : UNE LAMPE DE POILU POUR ÉCLAIRER NOTRE PRÉSENT - du 11 novembre 2020

   Nous n’avions pas prévu, à l’heure où nous publiions cet article d’hier, qu’à propos d’une certaine discrétion de la communication locale concernant la cérémonie officielle, un débat quelque peu polémique s’engagerait en fin de matinée sur facebook.

    Surpris par le fait, nous avons alors ajouté un post scriptum à notre article pour en rendre compte, sans parti pris, mais cum grano salis.

    En début d’après-midi la communication municipale, puis la presse ne tardèrent pas à attester de la réalité de la tenue effective d’une cérémonie, quoique restreinte, en raison des conditions sanitaires.

     Le Bien Public publiait ainsi à 15 heures, un article en ligne annonçant.

« Commémoration

Le 102e anniversaire de l'Armistice du 11 novembre 1918 commémoré à Auxonne

     En cette période de confinement, les cérémonies patriotiques se déroulent sans public et dans le respect des mesures sanitaires. Ainsi à Auxonne, seuls les représentants de la municipalité, de l'UNC et des Médaillés Militaires, de la gendarmerie et du 511e Régiment du Train ont rendu hommage [N.D.L.R. Chantecler : c’est nous qui soulignons] à tous ces hommes et à toutes ces femmes engagés dans le premier conflit mondial. »

    Un diaporama donnant de nombreuses vues de la cérémonie accompagnait le texte l’article.

    La septième vue de ce diaporama, montrant un groupe de 4 hommes,  précisait en légende :

   «  La cérémonie s’est déroulée sans public seuls les élus étaient présents »

    Une observation attentive du cliché nous a révélé la présence de trois élus effectifs et d’un élu inconnu, du moins des listes officielles.

     Notre rédaction peut donc attester de la présence à la cérémonie d’un représentant « lambda » (il nous pardonnera ce qualificatif) de la population qui ne nous est pas inconnu par ailleurs, que nous saluons ici, et qui se reconnaîtra !

    Merci de cette présence qui fait mentir la légende de la photo.

    Claudi, très respectueux de la commémoration de l’Armistice vous offre en illustration la photographie  d’un authentique cadeau publicitaire offert par un commerçant auxonnais dans le courant des années 1920.

    Le Monument aux Morts qui y figure venait d’être construit en 1922 et le thème illustratif de ce cadeau publicitaire en carton est un témoignage de la place que devait occuper dans l’esprit et le cœur  des gens d’alors, voire pour beaucoup d’entre eux dans leur chair,  le souvenir des sacrifices de la Grande Guerre.

    La maison « Au printemps », Nouveautés, Confection & Chapellerie, tenue par la famille DUROT-MALTERRE, qui offrait ce cadeau il y a presque un siècle, est actuellement remplacée par Milucy.

    Pour avoir connu, enfant, les derniers moments de la maison Durot, je peux vous assurer que le lieu était alors plus austère et moins riant qu’il ne l’est actuellement (publicité gratuite).

   Dernière remarque pour conclure, à destination de nos lecteurs qui pourraient confondre notre illustration du jour avec la photo de profil d’un certain Pierre Vd, faux-profil notoire. Nous pouvons les assurer que le dit Pierre Vd et ses productions  très orientées n’ont rien à voir, c’est évident, avec la maison Chantecler !

ON EST PRIÉ DE FERMER LA PORTE

    La page facebook de notre premier édile relayée par la page Ville d’Auxonne, faisait référence hier à un « hommage à huis clos ». Doit-on en conclure que la Porte de Comté avait été fermée ?

 

 

Charmoy-City, commerce 1920, une photo du Monument aux Morts en prime .jpg

Charmoy-City, commerce 1920, une photo du Monument aux Morts en prime .jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 12  novembre 2020 (J+4348 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Lieux de mémoire

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Lieux de mémoire
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 09:23

CHARMOY-CITY : UNE LAMPE DE POILU POUR ÉCLAIRER NOTRE PRÉSENT - du 11 novembre 2020 (J+4347 après le vote négatif fondateur)

     Juste « avant la onzième heure du onzième jour du onzième mois de l’année », selon l’expression de Churchill plus que jamais à l’ordre du jour, je voudrais vous présenter, à nouveau, la fumeuse petite lampe à huile de tranchée que j’avais dégottée à la « bourse aux souvenirs » de début novembre 2018  à la Salle du Vannois.

     Deux ans après l’évènement, il n’est pas inutile de rappeler les circonstances de cette découverte. 

CHARMOY-CITY : LE BALADIN DE LA BOURSE ET SA LAMPE MERVEILLEUSE - du 06 novembre 2018

     La lecture de l’article en lien ci-dessus montrera comme le temps a passé depuis, et comme tant de choses ont changé.

https://www.youtube.com/watch?v=QJlcdfjhPr0

   Nous n’imaginions pas alors nous retrouver aujourd’hui confinés comme des Poilus dans leur cagnas, le masque à portée de main, attendant le Clairon de l’Armistice pour retourner à la vraie vie.

    Le parallèle est sans doute osé, il n’est pas pour autant absurde !

    Pour éclairer modestement la journée de nos concitoyens, nous n’avons trouvé que cette petite lampe à huile de tranchée.

    Claudi  a mis l’objet en scène dans sa composition du jour. Permettez-nous de vous le décrire avec quelques détails.

    À noter d’abord que la facture grossière de l’objet signe son caractère d’authentique objet de tranchée.

    Le corps pyriforme a été réalisé à partir d’éléments de feuille de  laiton prise sur des douilles d’obus et assemblés par soudure à l’étain.

    Les organes de préhension, une anse de panier et une petite poignée, sont façonnés dans des tronçons de ceintures d’obus en cuivre rouge récupérées sur des obus tirés et tombés au sol comme en témoignent les rayures hélicoïdales qu’elles portent.

     Ces rayures permettent d’identifier le type du projectile : obus de 77 allemand pour l’anse et obus de 75 français pour la poignée. Un rapprochement franco-allemand avant l’heure, auquel n’a sûrement pas pensé l’artisan de tranchée qui a fait avec les moyens du bord !

    Les extrémités des ceintures,  soudées au corps en laiton, sont aplaties, façonnées et gravées grossièrement en forme de feuilles de chêne, motif très couramment utilisé.

    Profitant d’un répit, le combattant sous la lampe, sans doute un chef de section, normalien peut-être comme Maurice Genevoix, l’auteur remis en lumière de Ceux de 14, écrit à « sa chère Hélène ».

    À portée de lecture, un numéro de l’Illustration de février 1910 consacré à Chantecler, la célèbre pièce d’Edmond Rostand dont le titre, est notre emblème et notre mascotte.

    Le chef de section n’a pas apporté le magazine dans sa cantine et c’est sans doute un de ses subordonnés plein d’attention et de respect pour son chef, et qui connaît ses goûts, qui l’a ramassé pour lui dans l’immense vide-greniers de la zone de front dévastée, séduit – qui sait – par la fière image du coq…

      Cette fière image du coq, menacée à présent par la grippe aviaire !

     Mais gardons espoir et confiance, après le tocsin, voici le vaccin (contre la COVID 19) dont tout le monde parle et qui déjà fait monter la Bourse !!

     Les amateurs de souvenirs pourront se reporter à l’article en lien ci-dessus :

http://www.auxonne-patrimoine.net/2015/12/guerre-de-1914-1918-lieux-de-memoire.html

    À titre anecdotique, votre serviteur avait contribué pour cette exposition à la collecte, au nettoyage, et à la présentation des objets d’artisanat de tranchée qui y étaient présentés en image. La petite lampe à huile restait à découvrir…

FLASH DERNIÈRE

    Sur le coup de midi, le clairon ayant donc déjà sonné, un Écho vengeur a résonné, tel un canon d’alarme, depuis la Place d’Armes…

https://www.facebook.com/Auxonne-lEcho-de-la-Place-dArmes-103459568104103

    Dommage, sur l'image, le Poilu pose et ce sont les Tommies qui partent à l'assaut (encore un coup des Anglois, en Somme !)

LA DERNIÈRE DÉPÊCHE

   Vers 14h00, cette dernière dépêche tombait enfin.

https://www.facebook.com/jacquesfrancois.coiquil

    Une question pour finir :

   Le marché de dimanche prochain se passera-t-il, lui aussi et selon le même schéma, sans tambour ni trompettes et à huis clos, en présence seulement de quelques happy fews, au risque de connaître un faible écho ?

 

CHARMOY-CITY : UNE LAMPE DE POILU POUR ÉCLAIRER NOTRE PRÉSENT - du 11 novembre 2020 (J+4347 après le vote négatif fondateur)

CHARMOY-CITY : UNE LAMPE DE POILU POUR ÉCLAIRER NOTRE PRÉSENT - du 11 novembre 2020 (J+4347 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 novembre 2020 (J+4347 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Lieux de mémoire

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Lieux de mémoire
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : TOUTES LES NOURRITURES DU MONDE EN LIGNE - du 09 novembre 2020 (J+4345 après le vote négatif fondateur)

          Les temps sont durs, on nous pardonnera donc la futilité de notre propos du jour.

        Les temps sont durs, un bref tour d’horizon des réseaux sociaux suffit à étayer l’assertion.

       Et pourtant, toutes les nourritures du monde sont au bout de la ligne. Sauf, sans doute, pour le pêcheur à la ligne qui ne peut lancer celle-ci en Saône pour cause de COVID. Et depuis peu, sur Auxonne live.

CHARMOY-CITY : L’INFORMATION EN LIVE CONFINÉE - du 07 novembre 2020

      Les exceptions ci-dessus ne font cependant que confirmer la règle. En effet, terrestres ou spirituelles, toutes les nourritures sont en ligne. On peut même commander en ligne, et en Click & collect, dans toute bonne librairie, Les Nourritures terrestres d’André Gide.

     Les Nourritures terrestres d’André Gide avaient d’ailleurs été, en partie, l’objet d’un de nos précédents articles en ligne, et en lien ci-dessous !

     À profiter, c’est en ligne !

CHARMOY-CITY : « RESTOS » - EN RETARD D’UNE GUERRE ?- du 15 décembre 2018

     Permettez-nous, à l’appui de notre assertion « toutes les nourritures du monde  sont au bout de la ligne », de citer une page facebook digne de foi, celle de notre premier édile…

      On y trouvait hier au soir, à la suite d’un partage concernant l’offre en ligne de nos commerçants du centre-ville, un autre partage relatif à une offre  en ligne de cours prestigieux du Collège de France. (C.Q.F.D.)

       Ce dernier partage était pris en compte dans la foulée par la page facebook dynamique, bonne élève ! Une pépinière de futurs doctorants sans doute ?!

      Nos amis Arlette et Gaston, dans leur intérieur confinés, vont enfin cesser de se regarder en chiens de faïence au coin du feu, de l’aube tardive au crépuscule précoce.

     Une issue se présente enfin à eux ! Un soupirail de lumière vient éclairer le sombre carmel conjugal où l’on se regarde dans le blanc des yeux : l’offre en ligne !

     Claudi dédie à nos Robinsons flapis, confinés sur leur îlot domestique, son illustration du jour.

    Allez !! Comme Arlette et Gaston, tous bons élèves en ligne ! Sinon vous me ferez 100 lignes !

https://www.youtube.com/watch?v=9qSGXi8kYVQ

    Et avec les cours en ligne du Collège de France, l’échec scolaire c’est fini d’avance !

PAUSE PÉDAGOGIQUE À L’APPROCHE DES VACANCES - du 10 octobre 2020  

Charmoy-City, terrestres ou spirituelles, toutes les nourritures  en ligne.jpg

Charmoy-City, terrestres ou spirituelles, toutes les nourritures en ligne.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 09 novembre 2020 (J+4345 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Brève

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Brèves
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 09:32

CHARMOY-CITY : L’INFORMATION EN LIVE CONFINÉE - du 07 novembre 2020 (J+4343 après le vote négatif fondateur)

    Il y a quelque temps, nous avions fait part à nos lecteurs de la disparition subite d’un organe d’information municipal

CHARMOY-CITY : DES CHRYSANTHÈMES POUR AUXONNE LIVE ?- du 31 octobre 2020

    Refondée il y a un peu plus de deux mois sur un doublon, un Castor et Pollux de l’information, notre information municipale travaille désormais en solo.

CHARMOY-CITY : LA RENTRÉE COM, C’ÉTAIT HIER, POUR LE DOUBLON MUNICIPAL - du 1er septembre 2020

    Un malheur ne vient jamais seul et avec le retour du confinement une des deux mamelles de l’information municipale vient de se tarir au grand dam des passionnés d’information !

CHARMOY-CITY : LE SPECTACLE VA CONTINUER- du 02 octobre 2020

    Claudi a tenté de traduire en image le désarroi légitime qu’engendre cette disparition cruelle autant qu’inopinée (inopinée du chef ?)

 

Charmoy-City, l'information en live confinée.jpg

Charmoy-City, l'information en live confinée.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 07 novembre 2020 (J+4343 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Billet d’humeur

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Billets d'humeur
6 novembre 2020 5 06 /11 /novembre /2020 05:00

CHARMOY-CITY : BONNE NOUVELLE POUR LES POIREAUX DU JARDIN - du 06 novembre 2020 (J+4342 après le vote négatif fondateur)

     Avant-hier, Le Bien Public publiait un article en ligne intitulé :

« Questions/Réponses Confinement : puis-je me rendre dans mon potager situé à plus de 1 km de chez moi »

     Si l’on se fie à la réponse fournie par le quotidien, la réponse est OUI.

     Et cette réponse ne manque pas de détails et d’arguments. Nous la citons in extenso :

« Puis-je me rendre dans mon jardin ou potager situé à plus de 1 km de chez moi ?

   C'est une question que vous nous avez posée à plusieurs reprises. Après une longue incertitude lors du premier confinement, la question avait finalement été tranchée en avril dernier. Oui, aller ramasser vos fruits et légumes dans votre jardin ou potager est possible durant ce confinement.

    Et cela sans limite kilométrique puisque cette possibilité entre dans le cadre de ''l’acquisition à titre gratuit de produits de première nécessité". Il vous faudra donc cocher la deuxième case de l'attestation de déplacement dérogatoire lors de chaque déplacement vers votre jardin/potager. »

     À la bonne heure, les jardiniers amateurs pourront aller patauger dans leur potager pour y quérir des poireaux pour la soupe !!!

      Et tant pis pour les délateurs de tout poil qui n’auront pas manqué de pulluler lors du premier confinement !

TOUS VIDOCQ AVEC LE COVID - du 1er mai 2020

           Par ailleurs, afin d’aider le petit commerce traditionnel et la consommation locale,  la municipalité d'Auxonne a mis en place le service 3R ("Regarde, Réserve, Récupère").

     Ce service en ligne permet, dans une certaine mesure, au chausseur de vendre ses chaussures…

CHARMOY-CITY : LE DÉPUTÉ ET LE CHAUSSEUR - du 04 novembre 2020      

     Le jardinier amateur, quant à lui, continuera à s’approvisionner sous le label 3P (« Plante, Pioche, Prélève »).

    En d’autres temps de peine, le petit bout de jardin n’a-t-il pas connu ses heures de gloire ? Ces heures de gloire,  nous les avions sommairement contées l’automne dernier, quand on ne parlait pas encore de COVID.

CHARMOY-CITY : DES JARDINS OUVRIERS AU PORT ROYAL  - du 13 OCTOBRE  2019

    On ne voit pas pour quelles raisons le petit carré (ou le petit triangle !) qui rattache aux réalités de la terre devrait s’incliner au profit du rayon légumes de l’hypermarché ?

Floraison de Vidocq bénévoles par temps de COVID.jpg

Floraison de Vidocq bénévoles par temps de COVID.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 06 novembre 2020 (J+4342 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse