Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 07:56

CHARMOY-CITY, CES CLICHÉS DE TROTTOIRS QU’ON NOUS RESSERT - du 17 août 2017 (J+3165 après le vote négatif fondateur)

     Alors qu’à Bure, dans la Meuse, on manifeste contre l’enfouissement des déchets nucléaires, l’actualité de Charmoy-City s’émeut du problème persistant des déjections canines. La crotte de chien c’est sans doute plus dangereux que les transuraniens ! De Canigou à Hiroshima, il n’y a sans doute qu’un pas !

    Le Bien Public d’hier 16 août titrait en effet sur une pleine page  « AUXONNE PROPRETÉ Déjections canines dans les rues : un fléau toujours pas éradiqué ».

    Aux grands maux les grands remèdes !

    À l’ampleur du fléau constaté résonne, dans le même article, un mot d’ordre édilitaire marqué au coin du   bon sens : « Quand on a un chien on s’en occupe »

     Nous voilà rassurés.

     Un cliché d’archives illustrant l’article a toutefois retenu notre attention. Ce cliché montrant  un riverain accompagné de son petit chien blanc tout mélancolique  nous  rappelait quelque chose…

      Ça y est, j’y suis ! Il me rappelait un vieil article du Bien Public du 24 novembre 2016 intitulé « AUXONNE Voirie Le mauvais état d’un trottoir inquiète les riverains ».

      Mais, j’y pense, nous avions justement consacré un article à ce numéro du Bien Public

INQUIÉTANTE ÉROSION À CHARMOY-CITY - du 26 novembre 2016

      Du coup, pourquoi se gêner, Claudi ne s’est pas trop fatigué en refourguant son illustration du 26 novembre réadaptée au thème du jour. Il peut être parfois utile de s’inspirer des vrais pros !

Moralité : « Quand on a un chien on s’en occupe » et « Quand on a des trottoirs défectueux on s’en préoccupe »

Charmoy-City, des trottoirs ou des crottoirs

Charmoy-City, des trottoirs ou des crottoirs

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 17 août 2017 (J+3165 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 07:37

CARTE POSTALE DE MON MOULIN - du 16 août 2017 (J+3164 après le vote négatif fondateur)

     Chacun connaît les Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet et les figures émouvantes ou cocasses qui y sont décrites dans un style inégalable.

        Cet auteur sensible et imaginatif est pour nous un modèle indépassable. Nous l’avons d’ailleurs cité à plusieurs reprises dans ce blog.

PARU À LA BIBLIOTHÈQUE IMAGINAIRE DE CHARMOY-CITY - du 13 janvier 2017

     Aujourd’hui, plus personne ou presque n’écrit de vraies belles lettres. Le goût s’en est perdu. C’est que le mauvais goût fesseboucard généralisé règne à présent en maître !

    La carte postale, ce morceau de vacances heureuses, elle-même s’étiole et ne vient plus tapisser en rangs serrés les murs du bureau de la secrétaire rentrée toute bronzée, fraîche et dispose, derrière son ordinateur.

    La belle époque de la carte postale, c’est du passé. Finies les marques d’affection du cousin Jules en vacances. Bonjour la collection ! La carte postale sera sous peu un objet de musée, un paragraphe du PSC !

ALBUM UN PSC POUR BONAPARTE

    Heureusement il y aura toujours de braves gens pour vous en envoyer. Tenez ! J’en attendais une de la Creuse, mais c’est  finalement d’Ardèche qu’elle vient de me parvenir !

    Arlette et Gaston, qui ne sont plus à présenter, sont passés récemment par Antraïgues, le patelin d’adoption du regretté Jean Ferrat, et même s’ils préfèrent Verchüren, ils ont pensé à moi qui aime bien Ferrat

https://www.youtube.com/watch?v=XAbbzXe8NwM

   À quelques kilomètres de là, ils ont découvert le joli moulin du Raoul et m’ont écrit une gentille carte. Ah ! Les braves gens ! Quelle délicate attention ! En voilà deux au moins qui ne font pas l’âne pour avoir du son !

    Et si vous pensez que j’affabule, lisez plutôt ceci

     Pas de souci, nous retrouverons sous peu Bonaparte, du moins dès que les feux éditoriaux de l’actualité estivale locale seront éteints ! C’est encore pas mal aujourd’hui ! Déjection spéciale ! Il faut faire quelque chose !

     Mais au fait, à propos de moulins célèbres,  le 20 septembre 1792, Bonaparte était peut-être au moulin de Valmy, où la canonnade fut mémorable ?

     Non, il n’y était pas, car comme on dit « on ne peut pas être au four et au moulin » !

      En effet, le 20 septembre 1792, ayant quitté Paris pour un nième congé en Corse, il venait de débarquer à Ajaccio ! Pas mal !

Arlette et Gaston au moulin du Raoul

Arlette et Gaston au moulin du Raoul

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 août 2017 (J+3164 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:40
Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans album
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 07:25

CHARMOY-CITY : L’ART (ÉPHÉMÈRE) DE REMPLIR LES VITRINES VIDES - du 11 août 2017 (J+3159 après le vote négatif fondateur)

      Le Bien Public d’avant-hier 9 août publiait un article sous le titre : « AUXONNE PORTRAIT Quand l’art remplit les vitrines vides »

      L’article précise : « 17  C’est le nombre de dessins que Yannick Haff expose depuis la semaine dernière, derrière la vitrine vacante rue du Bourg ».

     La rédaction de notre blog souhaite en passant bonne chance au jeune artiste qui déclare à propos de « sa passion pour l’héroïc fantasy » : « Ce n’est pas de la provocation. C’est mon style ».

     Claudi Hoffnung, notre illustrateur, délaissant momentanément Bonaparte et son PSC, reprend volontiers cette déclaration à son actif !

     Il a d’ailleurs largement mis en scène, depuis quelques mois, cette fameuse vitrine vacante de la rue du Bourg et son indécollable affiche sur la porte. La richesse de son album en témoigne à elle seule !

ALBUM LE RÉVEIL DU CENTRE-BOURG

     Cet album s’enrichira sous peu de la production que lui a inspirée aujourd’hui le voisinage particulièrement réussi de l’un des dessins de Y.H. et de l’affiche de Kalinka très judicieusement préservée dans l’opération de revitalisation artistique de la vitrine.

     Le voisinage incongru et génial  de l’ancienne affiche et des récents dessins, comme la rencontre « d’un parapluie et d’une machine à coudre sur une table de dissection » stimule ainsi et féconde l’imagination du passant !

     Petite remarque en passant à propos du chapeau (de l’article, bien entendu, pas de Napoléon) : précisons qu’avant de prendre « des allures de galerie d’art éphémère » cette « ancienne vitrine d’un magasin de chaussures », exposa d’abord pendant quelques années les charmantes fanfreluches de la sympathique Kalinka dont la courageuse affiche, à présent mise en art, perpétue heureusement la mémoire !

     Ah ! Dieu que tout est éphémère !

LES BOUTIQUES ÉPHÉMÉRES, UNE MANNE POUR LE COMMERCE DE CENTRE-BOURG ? - du 30 juin 2017

Charmoy-City, l'affiche de Kalinka vue par des yeux d'artiste

Charmoy-City, l'affiche de Kalinka vue par des yeux d'artiste

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 11 août 2017 (J+3159 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 07:45

CHARMOY-CITY : VOUS AVEZ DIT « BONAPARTE AU RABAIS » ? - du 9 août 2017 (J+3157 après le vote négatif fondateur)

    Une consultation récente du site facebook de notre député nous a permis de constater qu’après une période difficile, il avait repris quelques couleurs. À la bonne heure !     

      Heureusement partagées entre préoccupations locales et politique nationale les publications du site recueillent de nombreux commentaires de qualités très diverses.

     Dans les commentaires du 19 juillet relatifs à la démission du Général de Villiers, l’un d’eux, parmi tant d’autres, a retenu notre attention, et ce pour trois raisons.

     La première de ces raisons est qu’il fait mention de Bonaparte, la seconde est qu’il émane d’un conseiller de la majorité municipale actuelle, et la troisième  est que, dans la forme au moins, sa qualité contraste avec beaucoup d’autres commentaires. 

    Le commentaire se termine en effet par cette phrase bien balancée : « Les Français croyaient avoir élu un homme providentiel, au final ils n'auront élu qu'un Bonaparte au rabais... »

    L’ « homme providentiel en question », comparé plus haut, dans le même commentaire,  à Poutine,  est, vous l’aurez déjà compris, le Président Macron.

   Une remarque en passant sur la comparaison. Un parallèle avec Napoléon III (Louis-Napoléon Bonaparte),  neveu de Napoléon Bonaparte, nous aurait semblé plus réaliste et mieux adapté.

        Élu le 10 décembre 1848, à 40 ans, premier et unique président de la Seconde République, champion et favori des puissances d’argent, Louis-Napoléon, le neveu de l’impérial tonton paraît mieux tenir la comparaison. Telle est du moins notre impression.

    Cependant, n’étant pas sur ce blog dans les commodités de facebook où tout un chacun peut lâcher ce que bon lui semble en deux lignes approximatives et mal ficelées, il nous faudrait développer notre argument, convenons-en, un peu facilement lancé.

       Tel n’étant pas le but du présent article, nous renvoyons le lecteur curieux à une publication précédente

NAPOLÉONS, PETITS ET GRANDS - du 02 DÉCEMBRE 2015

    Revenons-en à  Napoléon Bonaparte, et plus particulièrement à « Bonaparte au rabais ».

   Relativement au thème local actuellement abordé dans les colonnes de notre blog, un  « Bonaparte au rabais », ne serait-il pas plutôt à rechercher dans le cheminement long et difficile du Musée Bonaparte vers sa réouverture ainsi qu’au peu d’empressement des autorités responsables à reconnaître les contributions apportées dans ce but.

CHARMOY-CITY : UN PSC POUR BONAPARTE ! (ÉPISODE N°6) - du 03 août 2017

    Pour illustrer ce « Bonaparte au rabais », Claudi s’est inspiré plus simplement d’un article paru dans les M émoires de la Societé Bourguignonne de Géographie et d’Histoire : A. Cornereau, Une supercherie de l’histoire d’Auxonne, La chambre de Bonaparte, Dijon, 1904

    L’article relate la reconstitution quelque peu folklorique et cocasse, en plein Second Empire, du mobilier d’une supposée « chambre de Bonaparte » rue Vauban.

Auxonne 1864,  une chambre de Bonaparte au rabais

Auxonne 1864, une chambre de Bonaparte au rabais

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 9 août 2017 (J+3157 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 06:52

LE RÔTI BRÛLE À CHARMOY-CITY (suite et fin) - du 6 août 2017 (J+3154 après le vote négatif fondateur)

    Dans notre précédent article nous avions évoqué le  triste sort d’un rôti dont une activité aussi passionnante qu’absorbante avait retenu le convive destinataire. Conséquence immanquable : le rôti s’était retrouvé brûlé ! Au feu, les pompiers !

LE RÔTI BRÛLE À CHARMOY-CITY - du 2 août 2017

    Reprenons aujourd’hui le témoignage de Coston, l’un des biographes les plus intéressants du jeune Bonaparte :

         « Plus tard Bonaparte fut en pension chez un M. Aumont [en fait Dumont], qui habitait vis-à-vis la maison Phal ou Lombard. On l’appelait souvent pour les repas, il se faisait fréquemment attendre et s’excusait avec beaucoup de politesse sur sa lenteur à arriver. » (Coston, Biographie des premières années de Napoléon  Bonaparte, Tome 1 p. 123)

       Encore une fois, Bonaparte, retenu chez le Professeur Lombard, s’est mis en retard. Il se résout enfin à descendre et à traverser la rue pour rejoindre la pension du traiteur Dumont.

    Trop tard, le rôti commence à brûler. Agacé, le cuisinier entraîne le distrait dans la cuisine pour lui désigner sans ménagement l’objet du délit.

      Dans la cheminée, le tournebroche entraîne, selon les lois de la mécanique, si chères au Professeur Lombard et à son élève, un rôti dont la cuisson commence à tourner à la carbonisation !

     Conclusion : un mentor ou un cicerone passionnants, peuvent être la cause involontaire de désastres culinaires !

    Rassurez-vous quand même, ces gens passionnants, chez nous, ne sont pas légion !    

Bonaparte arrive enfin chez Dumont, mais le rôti est brûlé

Bonaparte arrive enfin chez Dumont, mais le rôti est brûlé

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 6 août 2017 (J+3154 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 06:27

CHARMOY-CITY : UN PSC POUR BONAPARTE ! (ÉPISODE N°6) - du 03 août 2017 (J+3151 après le vote négatif fondateur)

      Voilà placée la dernière pièce du puzzle. C’était un jeu d’enfant !

        Les petits lapins ont lu aussi toutes les lettres, en cachette ! Ils ont particulièrement adoré la dernière de la série. Inspirée !

LETTRE MAIRE D’AUXONNE-M.SPERANZA 10 FÉVRIER 2014

      Les petits lapins du CMJ ont tout compris : c’est bien clair maintenant, et l’Empereur n’est pas content. Mais pas content du tout ! On ne risque pas de le voir tirer son fameux chapeau !

       Oublions à présent les peines et les tracas, et trinquons à la santé de l’Empereur !

      L’aventure est finie, jusqu’à la prochaine série !

      À la fin des comptes, tout est bien qui finit bien. Tous, petits et grands ont adoré notre puzzle et les lettres z’aussi, et même le rôti trop cuit !

       Alors, pour conclure, ils disent tous en chœur, comme il y a tout juste un an : Bon anniversaire Martine !

CONVERSATIONS AVEC PHILOMÈNE (5) - du 03 Août 2016

     Si vous l’avez oubliée, redécouvrez notre série des vacances d’été de l’an dernier qui, mine de rien, nous parlait déjà de Bonaparte !

ALBUM PHILOMÉNAL

Charmoy-City, un PSC pour Bonaparte, épisode 6

Charmoy-City, un PSC pour Bonaparte, épisode 6

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 03 août 2017 (J+3151 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Jeux

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Jeux
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 07:24

LE RÔTI BRÛLE À CHARMOY-CITY - du 2 août 2017 (J+3150 après le vote négatif fondateur)

    Le rôti brûle à Charmoy-City, voilà un titre digne d’un western spaghetti !

   Vous n’y êtes pas, il s’agit seulement de rendre hommage à un site facebook, l’un des rares   dont la lecture mérite le détour. Quand il y est question de rôti, ce n’est pas pour nous infliger la photo d’un rôti sorti du four, ou pire encore, d’un bronzage supposé gagné dans des vacances de rêve !

    Je vous en conseille la lecture, vous ne serez pas déçus

https://www.facebook.com/search/top/?q=auxonne%2C%20territoire%20d'avenir

     En hommage à ce « rôti » cuit plus qu’à point, et qui tombe à point, notre blog se devait d’en servir une bonne tranche !

    Merci au lieutenant Bonaparte, à son biographe Coston, et au traiteur Dumont, pour l’aide précieuse qu’ils nous ont apportée, et aussi à Claudi pour la mise en images.

     Place à l’histoire à présent ! Comme l’indique une plaque en façade, le professeur de mathématiques Lombard, de l’École royale d’Artillerie,  demeurait dans le bâtiment qui abrite aujourd’hui l’administration de l’actuel lycée Prieur (ex-collège Bonaparte) rue Vauban (ex-rue de Saône). Bonaparte se rendait souvent chez ce professeur.

    Coston, l’un des biographes les plus intéressants du jeune Bonaparte écrit à ce propos :

 « Bonaparte était très studieux et très assidu aux leçons du célèbre Lombard il donnait au travail presque tout le temps que son service n’exigeait pas ; et pour être moins souvent dérangé, il allait sans façon manger un peu de bouillie de maïs, de millet et quelquefois de riz chez une bonne femme qui demeurait dans la maison […] » (Coston, Biographie des premières années de Napoléon  Bonaparte, Tome 1 pp. 122-123)

    Et le rôti alors ? Patience il arrive !

    Deux lignes plus bas l’auteur poursuit :

« Plus tard Bonaparte fut en pension chez un M. Aumont [en fait Dumont], qui habitait vis-à-vis la maison Phal ou Lombard. On l’appelait souvent pour les repas, il se faisait fréquemment attendre et s’excusait avec beaucoup de politesse sur sa lenteur à arriver. » (Coston, Biographie des premières années de Napoléon  Bonaparte, Tome 1 p. 123)

      Merci à Claudi et encore à Fabrice pour son rôti !

      Stendhal immortalisa Fabrice à Waterloo, Chantecler vous recommande Fabrice à Charmoy-City !

      Les lecteurs intéressés par les contributions originales à la mémoire du Petit Caporal, apportées par notre blog depuis début 2014, pourront revoir entre autres : 

Album - Napoleon et le crayon

      Dernière minute : Le Bien Public titrait ce matin « AUXONNE ENTREPRISE Un espace bien-être et nutrition va s’installer au centre-ville ».

       « Nutrifit 511 », c’est le nom de l’entreprise « en clin d’œil à la caserne d’Auxonne », un concept que notre frugal Bonaparte aurait sans doute apprécié !

 

Bonaparte rêve chez Lombard et le rôti va brûler chez le traiteur Dumont

Bonaparte rêve chez Lombard et le rôti va brûler chez le traiteur Dumont

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 2 août 2017 (J+3150 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Figures libres
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 07:38

CHARMOY-CITY : UN PSC POUR BONAPARTE ! (ÉPISODE N°5) - du 1er août 2017 (J+3149 après le vote négatif fondateur)

    Voilà posée la cinquième pièce du puzzle et avec elle un nouveau cliché de la galerie des anecdotes napoléoniennes : celui du rapport de l’Empereur aux oreilles de ses grenadiers.

       Votre serviteur vous le dit : « Croyez m’en, il y a de l’oreille dans l’air : des oreilles dures et même des oreilles qui tintent !»

       Pour la petite histoire, si l’Empereur tirait avec bonhomie les oreilles, il savait aussi reconnaître les vrais mérites ! Il avait en effet beaucoup de charisme et beaucoup d’attention à l’égard de ses personnels.

     Et ses vieux soldats le lui rendaient bien. Les adieux de Fontainebleau à la Vieille Garde (20 avril 1814) montrent bien l’attachement réciproque, fondé sur la confiance, du grand chef et de ses soldats. L’Empereur savait renvoyer l’ascenseur !

     Tout comme le jeune Bonaparte à Auxonne, talentueux bombardier, avait su bombarder le baron de Münchhausen au dessus de notre clocher en vrille. Il n’était pas encore reconstruit me direz-vous…Mais est-ce donc si grave ?

CHARMOY-CITY, UN TOURISTE DANS NOTRE CIEL - du 30 juillet 2017

     Une chose est sûre au moins, l’Empereur savait renvoyer l’ascenseur !

    Autres temps, autres mœurs, me direz-vous…

    Une chose est sûre, le clocher est à présent en vrille… il peut en être de même de certaines descentes !

LETTRE M.SPERANZA-MAIRE D’AUXONNE 18 NOVEMBRE 2013

LETTRE MAIRE D’AUXONNE-M.SPERANZA 10 FÉVRIER 2014

    Et surtout, n’oubliez pas : rendez-vous sans faute le 3 août pour notre dernier épisode de la série qui décoiffe ! Même Napoléon, qui pour le coup, va nous tirer son chapeau !

Charmoy-City, un PSC pour Bonaparte, épisode 5

Charmoy-City, un PSC pour Bonaparte, épisode 5

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 1er août 2017 (J+3149 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Jeux

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 07:58

CHARMOY-CITY, UN TOURISTE DANS NOTRE CIEL - du 30 juillet 2017 (J+3147 après le vote négatif fondateur)

    Encore pas de puzzle aujourd’hui.

     Et pour cause, nous devons suivre l’actualité de la presse.

     Encore pas de puzzle, mais patience, la dernière pièce est prévue pour le jeudi 3 août sans faute ! Pourquoi ce délai impératif ? Patience, la réponse viendra en son temps !

    Tout vient à point pour qui sait attendre !

    Venons-en maintenant à l’actualité de la presse. Le Bien Public d’hier 29 juillet titrait sur une pleine page : « AUXONNE DÉCOUVERTE Le patrimoine auxonnais vu du ciel ».

      Outre de nombreuses photos, le texte de présentation nous fait découvrir « le passage de hauts personnages de l’Histoire, de Vauban, chargé d’édifier la tour [?] et la Porte Royale, à Napoléon Bonaparte venu jusqu’aux confins du département faire ses classes militaires, à partir de juin 1788 »

     Vauban n’a jamais édifié de tour à Auxonne. Foin de pédantisme ! Ça n’empêche pas pour autant d’admirer d’en haut le paysage ou, à défaut, d’admirer les photos.

     Le baron de Münchhausen, grand touriste devant l’Éternel, l’a bien compris, qui ne pouvait pas admirer les photos et pour cause ! Il a donc convaincu le lieutenant Bonaparte, artilleur hors-pair, de le bombarder au-dessus de notre clocher !

     On connaissait l’expression « jeter son bonnet par-dessus les moulins » – qu’est-ce qui ne va pas, elle ne nous plaît pas cette expression, vous n’aimez donc pas les moulins à vent, ou alors vous préférez peut-être les moulins à eau ? – en voilà une autre créée : « bombarder Münchhausen par-dessus le clocher ». Et que pourrait bien signifier cette expression ? C'est simple : user et abuser de ses fonctions ou compétences professionnelles pour complaire à un copain…

     Bonaparte qui n’est pas un naïf et qui s’impatiente de voir rouvrir son musée, lui a confié au passage un PSC à déposer, auprès de qui-vous-savez !

Münchhausen en touriste chez Bonaparte

Münchhausen en touriste chez Bonaparte

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 30 juillet 2017 (J+3147 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse