Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 00:00

 

UN TRACT PEAUFINÉ – du 25 mars 2011

(25 mars - Second article)

   

    Je viens de lire le denier tract en bleu de Monsieur Raoul Langlois. Il est particulièrement long et l’électeur moyen en soutiendra difficilement la lecture. Monsieur Montial, lui, fait plus court !

 Je l’ai lu attentivement et, persuadé qu’il sera peu lu, sinon par des Auxonnais(e)s déjà convaincu(e)s, je m’épargnerai donc la tâche d’en faire l’analyse détaillée. On pourrait la résumer  ainsi de façon neutre et objective

 

- Mon bilan à Auxonne

- Ma légitimité dans le département

- Les insuffisances de mon concurrent

 

     Un lecteur plus critique proposerait plutôt

 

- Un esprit de clocher (le plus haut du canton)

- Un esprit d’appareil

- Un manque évident de fair-play  

 

     Si je prends aujourd’hui la peine d’écrire cette courte note, malgré le beau soleil qui brille et l’attrait d’autres plaisirs, c’est particulièrement à propos de trois lignes de ce tract : 

« Je viens d’apprendre par un article du Bien Public que ce candidat n’est pas favorable à l’aménagement de la zone commerciale du Charmois (sic !) à Auxonne »

 

      Monsieur Langlois puise donc à la même source d’inspiration et d’information que son ami Monsieur Montial et ce, avec la même  foi aveugle du charbonnier. Cette vérité irréfutable concernant Monsieur Girard, il la tire

 

d’un article de Catherine Vachon, sous le titre « AUXONNE Duel à droite » paru dans Le Bien public du 21 mars dernier

     Un article opportun sans doute pour nos deux compères Langlois et Montial, mais dont la véracité entière reste pourtant à confirmer.

      Depuis quand les écrits du Bien Public seraient-ils donc le parangon et la caution de toute vérité  absolue en Côte-d’Or ?

      Il est vrai que les colonnes  de ce journal furent noircies pendant des années par la plume alerte de Monsieur François Sauvadet, journaliste au dit quotidien…

      Pour finir, à propos du lapsus calami de Monsieur Langlois : Charmois au lieu de Charmoy, je proposerai une explication lacanienne.

       De la « peau de Charmois » à la « peau de banane », il n’y a qu’un pas, (trop) vite franchi ! Avouons-le, la ficelle est de taille. Elle confirme pourtant nos précédentes analyses.

 

C. S. Rédacteur de Chantecler,

à Auxonne le  25 mars 2011

Partager cet article

Repost 0
Publié par C.S. - dans Billets d'humeur