Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 00:00

LE CACTUS DU CHARMOY (SUITE) - du 08 FÉVRIER 2015 (J+2244  après le vote négatif fondateur)

      Dans un récent article, intitulé « Le cactus du Charmoy » nous avions fait l’état de la situation au Charmoy et nous avions abouti à la conclusion selon laquelle deux voies de recours avaient été jusqu’à présent mises en œuvre en réaction à la suspension du permis de construire ayant entraîné l’arrêt des travaux au Charmoy :

      La  première, celle du permis modificatif, avait abouti à l’attribution d’un permis modificatif le 30 décembre dernier.

     La seconde, celle du dépôt d’un nouveau dossier en CDAC, avait abouti à l’acceptation de ce nouveau dossier en CDAC le 16 décembre dernier.

     L’aboutissement relativement rapide  de ces deux actions en termes d’affichage officiel, sinon de résultats concrets sur le terrain, nous a conduit à négliger l’existence d’une troisième voie concurrente possible que nous avons seulement citée en passant, sans prendre la peine, jusqu’à présent, d’en envisager les suites. Il s’agit, pour reprendre les termes de notre premier magistrat, de la voie de « la suspension de la décision [de suspension du permis] sur le fond ».

     Elle avait été pourtant explicitement envisagée par l’édile dans Le Bien Public du 22 octobre dernier en ces termes :« On va demander la suspension de la décision sur le fond, le temps de démarrer une nouvelle enquête publique qui prenne en compte l’étude acoustique. Cela pourrait prendre au moins six mois ».

     Qu’aucune suite n’ait été donnée pour le moment à cette déclaration, n’implique en rien qu’aucune démarche n’ait été faite dans ce sens. Notre inventaire, pour être complet, sinon exhaustif, se devait donc de prendre en compte l’éventualité d’une mise en œuvre de cette troisième voie de recours pouvant aboutir à plus ou moins long terme.

     En clair, ce sont vraiment les grandes manœuvres du Charmoy  qui se jouent sous les yeux morts ou indifférents des Auxonnais moyens entrés à présent en phase carnavalesque et privés d’ailleurs de toute information digne de ce nom sur le sujet depuis plus de trois mois, le clou de l’information restant le Pont de la Brizotte, à présent plus célèbre que celui de la Rivière Kwaï !                   

     Certes le crayon de la « Libre expression » trône sur la place : librexprime-toi nous ferons le reste, voilà le nouveau mot d’ordre ! Quand on aura besoin de vous on vous pondra une belle circulaire (« Saisissez l’opportunité de vous exprimer ! » « déplacez-vous en masse et VOTEZ !!! »), on fera marcher les imprimeries à LURE et on   vous « consultera » comme en juin 2010 !

   D’ailleurs, il y a belle lurette que le charmoysien moyen a perdu son peu de latin dans les méandres du labyrinthe du Charmoy. Cependant, pour qui se donne la peine de l’observer, le déploiement de toutes ces actions en parallèle pour la reprise au Charmoy n’en est pas moins impressionnant.  Comme en publicité, ce déploiement simultané ne pourrait-il pas viser à obtenir un effet de synergie, chaque action boostant  opportunément les autres ?

      Au vu des récents avis des instances de décision ( Cf. les dernières CDCEA et CDAC), le projet, pourtant clairement refusé par le vote du 17 décembre 2008, ainsi que par trois commissions d’aménagement commercial (2009, 2010, 2011) recueille à présent des suffrages inattendus et semble acquérir comme jamais,  sous l’effet de la pugnacité démontrée de ses promoteurs, un caractère de légitimité et de nécessité évident ! C’est çà la force de vente ! À croire vraiment que les trois premières commissions s’étaient franchement gourées et que les conseillers du 17 décembre 2008 avaient fumé la moquette et les rideaux ! On finit par comprendre de mieux en mieux, à quel genre de stratégie répondait la célèbre formule : « Faire un hypermarché sur sa commune, c’est partir au feu ! »

      Et le cactus du Charmoy dans tout cela ? Il n’existe pas, simple produit d’appel, comme les 250 emplois promis en 2009 ! Le cactus du Charmoy, comme le hêtre-crayon de la place, n’est, vous l’aurez compris, qu’une métaphore !

     Mais Célestin le jardinier, il a la main verte, c’est des vrais cactus qu’il veut, lui ! Qu’il patiente et se rassure, il en trouvera bien vite dans la jardinerie qui ne manquera pas, avec tout le reste, de s’installer dans la foulée au Charmoy ! Pour le plus grand bien du centre-bourg et « dans l’intérêt général » évidemment ! Pour aller à l’hyperjardinerie de Célestin vous pourrez dès demain emprunter le pont sur la Brizotte !

L'Eden au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 8 Février 2014  (J+2244 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Analyses et réflexions