Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 00:00

LACAN AU CHARMOY  – du 3 septembre 2012 (J+230 après la CNAC)

         Nous avons eu le plaisir d’entendre quelques commentaires élogieux à propos de notre série  « Décodeur d’affiches ». A cela rien d’étonnant, l’image est toujours plus séduisante que l’écrit, surtout en ces temps d’illettrisme, où le quidam répugne à suivre le fil d’un texte imprimé dépassant le format d’un slogan. Et puis, nos affiches sont hautes en couleur et, comme disait le père Bouchard, notre prof d’électricité à la fac de Dijon à l’aube de la tourmente de 68 qui fut grande inspiratrice d’affiches : « La pédagogie, c’est la couleur ! ». Conseil de rentrée à ne pas négliger, chers collègues !

         Et bien, le croiriez-vous, malgré tout ce chromatisme pédagogique, il s’est trouvé quelques grincheux pour s’indigner du caractère incongru voire « absurde » de l’affiche réalisée par Pub Bis Au poil avec le slogan « Pour l’hyper votez OUI mais NON alimentaire ».

        A ces indignés, nous devions quelques explications qui feront l’objet de cet article. Et d’abord, que vient faire Lacan au Charmoy ? Réponse : Lacan, que tout le monde cite et que personne ne lit, n’est-il pas un véritable hyper de bons mots. Le consommateur de bons mots veut un Lacan au Charmoy car, en la matière, notre Val de Saône reste une zone sinistrée ! Avant qu’un Lacan ne vienne enrichir chez nous une offre ridiculement pauvre en ce domaine, nous vous proposons une petite évasion commerciale dans un Lacan du Grand Dijon afin d’y faire quelques emplettes par anticipation.

      En promo aujourd’hui cette barquette lacanienne : « Tout le monde n’a pas le bonheur de parler chinois dans sa propre langue ».

     Cela ne pourrait-il pas s’appliquer au slogan de notre affiche « Pour l’hyper votez OUI mais NON alimentaire » ?

     Cela s’applique surtout aux débats autour du  vote du 17 décembre 2008 qui a inspiré, dans la réalisation de la dite affiche,  les concepteurs de Pub Bis Au poil ! Retour sur ce vote !

        Cet épisode fondateur fameux est ainsi relaté  dans Inf’Auxonne N° 25 de mai 2009 (page 2)

/http://www.auxonne.fr/telechargements

       « Lors du Conseil municipal du 17 décembre 2008, un débat a eu lieu en toute transparence (plus de 5 pages retranscrites dans le Procès Verbal) [….] Un vote s’est ensuite déroulé selon les modalités prévues à l’ordre du jour (à bulletins secrets). M. le Maire a soumis la question suivante à l’appréciation des élus : « êtes-vous favorable à l’implantation d’une grande surface à dominante alimentaire supérieure à 1000 m2 sur la zone du Charmoy ? » 21 élus de la majorité ont alors répondu NON, ceux de l’opposition refusant de prendre part au vote ».

    Reprenons à présent les termes du procès-verbal officiel du Conseil municipal du 17 décembre 2008.

        Il faut se rapporter en page 25 pour connaître la question mise aux voix : « Etes-vous favorable à l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m2 à dominante alimentaire sur la zone du Charmoy ? ». Rappelons qu’un NON massif entraîna, en bonne logique (!) et dans la foulée, le démarrage du projet CHARMOY ! Dialectique oblige !

           Il est utile d’ajouter que cette question précise qui devait être mise aux voix ne fut formulée qu’à l’issue du débat et après une interruption de séance d’un quart d’heure. A peine une préfiguration de cette question apparaît-elle au cours du débat sous forme d'une prise de position du Maire « M. le Maire  s’opposera à l’implantation d’une grande surface supérieure à 1000 m2 à dominante alimentaire » (page 22). Comment peut-on imaginer un débat « en toute transparence »  sur une question non encore clairement définie ?

        Sur les réponses à cette question, restée pourtant implicite, on ne s’empêche pas néanmoins de faire diverses  hypothèses de suite à donner :

   « Monsieur le Maire répond [à propos de questions sur l’intitulé de l’enseigne pressentie] que le débat concerne le principe d’implantation et si la réponse est négative, il n’y a pas lieu de dévoiler telle ou telle chose. Si la réponse est non, le dossier est terminé. Si la réponse est oui, il y aura discussion à la communauté de communes où la Ville d’Auxonne ne représente pas la majorité. Dans cette perspective, des discussions seront entamées avec l’éventualité de mettre en place des contraintes qui viseraient à limiter la vente de certains produits » (bas de la page 22)

     « M. le Maire rappelle que le vote est consultatif et sera fait à bulletins secrets pour que certains puissent s’exprimer. Si le vote est négatif, il sera transmis à la Communauté de communes et s’il est favorable, il y aura une implantation en concertation avec les commerçants et les représentants des consommateurs ». (bas de la page 24)

 « Tout le monde n’a pas le bonheur de parler chinois dans sa propre langue ».  Il semble pourtant que le 17 décembre 2008, le bonheur était au rendez-vous !

      Il est probable que nos « indignés » m’accuseront à présent de falsification. A ces incrédules je propose donc de consulter l’original, censé être disponible sur la toile

http://www.auxonne.fr/conseil-municipal

    Sous l’intitulé « Rapports du Conseil municipal », je leur laisse le soin de chercher le « rapport » du 17 décembre 2008. En l’état actuel des choses, il se pourrait bien qu’ils restent sur leur faim.

      De guerre lasse, ils ne manqueront pas alors de faire du Lacan sans le vouloir : « Il n’y a pas de rapport… ».

      Oui, hélas, entre les draps comme sur la toile,  « il n’y a pas de rapport » !

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 3 septembre 2012 (J+230 après la CNAC)

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl. S., Auxonnais - dans Analyses et réflexions