Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 00:00

 LA CHEVRE ET LE CHOU – du 07 mars 2011

 

Demain, à Dijon, en CDAC, le Maire d’Auxonne défendra, avec acharnement sans doute, et pour la troisième fois, son projet d’Hypermarché LECLERC de 3500 m² au Charmoy.

 La mention du Charmoy reste pourtant très discrète et son statut très vague dans le 8 pages A4  sur papier glacé « Raoul LANGLOIS », récemment distribué à l’occasion des cantonales. En dernière page, sous la photo paisible d’un paysage de Saône, plus proprice à la rêverie qu’au « réveil » ou à la « passion » et qui pourrait même inviter les électeurs à aller à la pêche les 20 et 27 mars, on peut lire :

« …mes engagements pour réveiller le canton d’Auxonne en tant que représentant des habitants du canton…

1. Faire de la future Zone d’Activité de Tillenay-Villers Les Pots et de la Zone Commerciale du Charmoy à Auxonne des pôles générateurs d’emplois pour le canton. »

 

En ce qui concerne Tillenay-Villers-les-Pots tout reste à faire, mais au Charmoy tout est déjà combiné avec LECLERC depuis deux ans au moins, par le zèle empressé du Maire d’Auxonne, comme le prouvent les termes explicites de la lettre de remerciement datée du 14 avril 2009 que lui a envoyé le Groupe LECLERC et à laquelle, sans complexes, il a donné lui-même une grande publicité dans Le Bien Public du 21 avril 2009 et dans Inf’Auxonne n° 25 de mai 2009 :

 « A ce jour la maîtrise foncière de la zone est concrétisée grâce à votre discrétion. Nous sommes conscients des difficultés que vous rencontrez, mais l’enjeu est de taille. La divulgation aurait fait échoué (sic) le projet »

Conseiller général ou pas, Monsieur Langlois a donc déjà scellé l’avenir du Charmoy pour le canton. Discrètement d’abord et en catimini, puis après les deux refus en commissions, avec « passion » et sans trop de complexes.

Alors, après tant de battage communal, cette discrétion neutre et feutrée sur papier glacé à usage  cantonal  a de quoi étonner.

 

Nous tenons peut-être une réponse possible.

Dans le même 8 pages A4  sur papier glacé « Raoul LANGLOIS », François Sauvadet, le patron de l’équipe, répond aux questions en page 6 et termine ainsi :

« Avec Raoul LANGLOIS, qui a toute ma confiance, nous avons besoin de votre soutien pour confirmer cette vision que nous avons et que nous voulons pour la Côte d’Or »

Après le satisfecit de LECLERC, la « confiance » de François Sauvadet : Monsieur LANGLOIS a vraiment de l’entregent ! Ses relations sont, à n’en pas douter, éclectiques, et il ne craint pas le grand écart.

En effet, sans embrasser dans sa totalité la « vision » panoramique que François Sauvadet « veut pour la Côte d’Or » , nous zoomerons seulement, en référence à la presse écrite,  sur un point de vue qu’il a exprimé récemment et qui est rapporté en page 88 du Nouvel Observateur N° 2414 du 10 au 16 février 2011 :

« Leclerc : épinglé

Les oreilles de Michel-Edouard Leclerc ont dû tinter le 3 février. François Sauvadet, député de Côte-d’Or et président du Nouveau Centre, a affirmé, au congrès annuel des éleveurs bovins : « Il n’est pas acceptable de voir Leclerc jouer les héros du consommateur alors qu’il est en train de détruire des pans entiers de notre économie ! » Tonnerre d’applaudissements. »

 

Sûr qu’après cette sortie courageuse, Monsieur Sauvadet ne risque  pas, comme son poulain Raoul Langlois, de recevoir un satisfecit du Groupe LECLERC pour sa discrétion. On ne peut avoir de son côté les éleveurs et ceux qui les tondent.

On peut  comprendre dès lors, la « discrétion » de Raoul Langlois, démarcheur zélé et partisan déclaré de LECLERC dans sa ville d’Auxonne, lorsqu’il s’exprime au sein de l’« Ecurie Sauvadet ».

Quand on veut le beurre et l’argent du beurre, il faut bien ménager le chou de la proximité rurale préservée à visage humain et la chèvre de la grande distribution prête à le boulotter tout cru. On proteste contre la concentration de l’« axe Dijon-Beaune » désertificateur de Côte-d’Or et on milite pour l’Hyper LECLERC videur de centre-ville. Voilà le Nouveau Centre qui décentre !

 

C. S. Rédacteur de Chantecler,

à Auxonne le  7 mars 2011

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par C.S. - dans Analyses et réflexions