Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 00:00

 ET DE TROIS ! – du 4 mars 2011

 

            Avant-hier, 2 mars 2011, en milieu de journée, le site de la Préfecture de la Côte d’Or publiait officiellement l’annonce d’une CDAC devant se tenir le 8 mars à 10h00 et ayant pour objet :

Création d’un centre commercial LECLERC à AUXONNE

 

                Le projet commercial de la zone du Charmoy va donc repasser pour la troisième fois en commission. Il peut être utile de rappeler l’historique de ces démarches

 

           

COMMISSION

DEMANDEUR

SURFACE DE VENTE

COMMENTAIRES

CDAC du 07 octobre 2009 DIJON

SARL BOUXDIS (LECLERC)

Hypermarché E.LECLERC

d’une surface de vente totale

de 3500 m²

Galerie marchande de 600 m²

BRICO E. LECLERC

de 5000 m²

REFUS

CNAC du 20 janvier 2010

PARIS

SARL BOUXDIS (LECLERC)

Hypermarché E.LECLERC

d’une surface de vente totale

de 3500 m²

Galerie marchande de 600 m²

BRICO E. LECLERC

de 5000 m²

PROJET INCHANGE

REFUS

CDAC du 08 mars 2011 DIJON

 

SARL BOUXDIS (LECLERC)

Hypermarché E.LECLERC

d’une surface de vente totale

de 3500 m²

Galerie marchande de 500 m²

BRICO E.LECLERCabandonné LE RESTE MAINTENU
DECISION  LE  8  MARS

 De ce tableau on peut conclure que le cœur du projet

Hypermarché  E. LECLERC d’une surface de vente totale de 3500 m²

s’est maintenu identique à lui-même depuis fin 2008. LECLERC maintient le cap en lâchant du lest, mais garde l’essentiel, quitte à solliciter par la suite une extension.

 

Donc les conclusions défavorables de la CNAC du 20 janvier 2010 (Voir Chantecler N° 6) devraient rester pour l’essentiel valides.

 

Hormis quelques considérations environnementales liées au caractère plus restreint du  projet, un seul argument nouveau pourrait être invoqué : les résultats de la  consultation du 27 juin 2010.

 

Or, nous avons déjà longuement évoqué les faiblesses de cet argument que l’on peut résumer ainsi :

            - défaut d’information  objective de l’électeur sur la nature exacte du projet et en particulier sur sa composante majeure Hypermarché  E. LECLERC d’une surface de vente totale de 3500 m²

            - création dans l’urgence d’une association ad hoc, lobbying, soutien par affichage sauvage privé réalisé à LURE…

            - forme critiquable des documents administratifs reçus par les électeurs. 

Toute référence aux résultats de cette consultation par les parties prenantes dans le but de soutenir le projet fixé depuis fin 2008 par SARL BOUXDIS (LECLERC) d’installer un Hypermarché  E. LECLERC d’une surface de vente totale de 3500 m² ne pourrait donc constituer qu’un usage abusif de l’avis émis par des électeurs mal informés qui, à plus des deux-tiers des inscrits se sont abstenus ou ont dit NON.

 Enfin début 2009, lors de l’élaboration du projet, les électeurs, hormis les propriétaires fonciers intéressés, avaient été systématiquement tenus à l’écart. On ne les a finalement sollicités, en désespoir de cause qu’après le double refus en commission, et dans les conditions que l’on sait. Ce recours tardif au vote en souligne le caractère opportuniste.

            En toute cohérence, et compte tenu de la faiblesse de cet « argument démocratique » on est donc bien en droit d’en contester la valeur et de s’attendre à un troisième refus !

                                                                                           

 C. S. Rédacteur de Chantecler,

 à Auxonne le  4 mars 2011

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par C.S. - dans Analyses et réflexions