Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 00:00

 ESPRIT DE CLOCHER - du 25 octobre 2012 (J+282 après la CNAC)

 

      Sous le titre,  « A la rencontre d’un canton », Le Bien Public du 23 courant relate la récente visite pastorale de Monseigneur l’Archevêque de Dijon à Auxonne.

http://www.bienpublic.com/region-dijonnaise/2012/10/23/auxonne-a-la-rencontre-d-un-canton?

     Dans notre article du 17 août dernier, intitulé « Un sous-préfet aux champs », nous avions entrepris d’ajouter un libre appendice imaginaire au programme d’une précédente visite de Monsieur le sous-préfet relatée dans la presse sous le titre « La commune de fond en comble ».

        La récente visite pastorale offrait donc à Chantecler, soucieux de traiter avec une égale attention les représentants des autorités temporelles et spirituelles, une opportunité à saisir. En ces temps de disette d’information, où se mettre un grain de maïs (du Charmoy) sous la dent est devenu presque une gageure,  cette opportunité devenait même providentielle !

    D’une lecture attentive de l’article cité, il ressort, qu’à la différence de Monsieur le sous-préfet, Monseigneur l’Archevêque n’a probablement pas été convié à une ascension au belvédère de la Tour de l’Eglise. Nous ne courons donc pas le risque de lasser notre lecteur en rééditant le « tour d’horizon » imaginaire évoqué dans notre libre appendice précédent.

      A défaut de tour, de tour d’horizon et même d’ « horizon 2013 », il nous reste cependant un thème d’une belle ampleur : celui du clocher, et il se trouve aussi, qu’en matière de « clocher », nous avons  quelques documents d’archives. De clocher, il fut en effet question, dans au moins deux de nos articles : « L’or du Bief Pérou » du 12 octobre 2010 retiré (voir « Chantecler au caviar » du 1er juin 2012) et republié après censure le 31 mai 2012 et « Du Millet pour les petits oiseaux » du 17 septembre 2012.

       Dans un souci d’interactivité et de libre création, nous proposons donc à nos aimables lecteurs un petit exercice d’imagination pour lequel ils disposeront de quelques matériaux tirés des articles précédemment cités.

     Il s’agira, pour chacun(e) d’entre vous   d’improviser à partir des documents ci-dessous le scénario imaginaire d’une excursion pastorale sur les hauteurs du Charmoy. L’exercice est tout autre qu’invraisemblable. Il est probable en effet, que l’aggiornamento (ou le schisme ?) commercial auxonnais attendu de cette zone n’ait pu laisser indifférent un grand responsable, nécessairement ouvert sur les questions d’actualité.

      Créateurs, à vos plumes ! Et sans doute à très bientôt le plaisir de vous lire ou de vous entendre, et peut être, enfin, d’entendre à nouveau les volées de notre clocher, devenu, comme certains organes d’information, désespérément silencieux.

 

 

DOCUMENT N°1

 

     «  Ayant appris en outre, sous la plume de Sylvain Clément, que le projet risquait de mettre à mal la perspective sur « le clocher de l’église de la ville qui serait masqué sous certains angles par cette implantation », je m’autorise un ton biblique pour exhorter tous les défenseurs de notre patrimoine à conjurer l’érection du masque.

      A propos de clocher enfin, et pour faire écho à toutes les rumeurs évoquées par Sylvain Clément, je voudrais en ajouter une qui ne lui pas été rapportée : les échafaudages couvriraient une opération de démontage systématique de l’église en vue d’une reconstruction…au Bief  Pérou ! »

                                        Tiré de notre article « L’or du Bief Pérou » du 12 octobre 2010 

 

DOCUMENT N°2

     « Ainsi transportés par la vertu de l’art, Gustave et Rosalie, paysans inspirés, comme ils l’étaient tous en ce temps-là, ont pris la seule pose que puissent prendre naturellement deux êtres simples dans un champ récolté de pommes de terres après le labeur de la journée, celle d’un instant de repos et de méditation bien mérité.

 Gustave et Rosalie

« Au Charmoy, quand le soir descendra sur la terre

Gustave et Rosalie au chant du rossignol 

Oubliant leur labeur et la journée austère

S’en iront à la soupe au vieux chemin de Dole. »

                                   Fernand Charrue (de la JAC) Sonnets de nos campagnes, tiré de La joie au village

 

       Il y manque le clocher me direz-vous… laïcité oblige ! Mais cherchez bien, vous finirez par le trouver !

      Vu, le « clocher » ? Moins élégant, certes, que celui que découvre encore, par-delà les maïs et les toits, le voyageur venant du Jura ».

   Le clocher

 Mais à l’« horizon 2013 », le point de vue devrait se restreindre et des deux clochers, seule la version béton devrait être encore visible. Moralité : Ne faisons pas les difficiles, on a le patrimoine qu’on veut ! »

 

                   Tiré de notre article « Du Millet pour les petits oiseaux » du 12 octobre 2010 

 

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 25 octobre 2012 (J+282 après la CNAC)

 

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl. S., Auxonnais - dans Figures libres