Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 00:00

 

EN RETARD D’UNE GUERRE  –  du 25 février 2011

 

            Vous connaissez l’histoire de Ligne Maginot construite dans les années 1930, à grand renfort de béton et d’acier, dans l’Est de notre pays. A l’heure où à l’Est de chez nous on veut construire un hypermarché lorgnant vers Dole et la « ligne bleue » du Jura, il peut être utile de rappeler que, telles des Pyramides, d’amples constructions venues à contretemps n’ont jamais servi qu’à ensevelir les prétentions de leurs promoteurs.

            Le monde change vite et la reproduction de modèles surannés qui triomphèrent au cours des « Trente Glorieuses » peut être aujourd’hui un aveuglement coupable. Qui prétendrait construire à présent les grandes barres d’immeubles promises au dynamitage ?

            La lecture d’un article du  Bien Public du 21 février dernier, d’une façon nuancée certes, peut venir à l’appui de notre point de vue.

            Sous le titre

COMMERCE. Pour enrayer la désaffection des Français pour les hypermarchés des périphéries urbaines, les grandes enseignes réagissent en investissant dans les centres-villes

La grande distribution dans la course aux centres-villes

 Nicolas Desroches et Berty Robert  examinent un certain nombre d’exemples pris à Dijon ou à Chalon-sur-Saône.

            Ainsi dans une supérette de Chalon dont les « clients habitent les rues voisines » on fait « de la livraison à domicile, et ce gratuitement, dès le premier euro d’achat, quand nos clients, souvent âgés, n’arrivent pas à se déplacer parce qu’ils sont fatigués, malades… ». Un petit coup de pouce qui n’est peut-être pas à négliger !

            A Dijon dans le quartier des Halles, le marché traditionnel et les petites surfaces vivent en harmonie, deux patrons de supérettes témoignent : « la proximité des halles est plus attractive que concurrentielle et leur clientèle a une autre approche des courses qu’en hypermarché. Ses achats sont plus justement calibrés ».

            Les auteurs de l’article estiment même que « ce débarquement de la grande distribution en ville n’est pas forcément contradictoire avec l’idée même de petit commerce », opinion confirmée par le témoignage d’une gérante. Pour notre compte, nous retiendrons surtout qu’il est facteur possible de services de proximité pour les personnes à mobilité restreinte.

            Chiffres à l’appui, on constate que parallèlement au développement général du hard-discount (déjà présent à Auxonne : Netto et bientôt Lidl) « on assiste [en Saône-et-Loire] à un essoufflement dans la création des très grandes surfaces » « on préfère les supermarchés aux hypermarchés ».

                Dans « dijOnscOpe Maintenant, vous savez », journal en ligne, du 24 février, qui interroge cinq candidats aux cantonales sur les sept, et qui semble aussi oublier le « huitième » (voir notre article d’hier), on peut lire les déclarations d’un partisan de l’hypermarché E. LECLERC : « Je travaille pour que puissent s’implanter sur notre territoire des zones d’activités économiques complémentaires comme le sont celle de Tillenay-Villers les Pots et celle du Charmoy à Auxonne ». En ce qui concerne la zone du Charmoy, nous pouvons l’assurer en toute connaissance, il y a eu beaucoup de travail. Ce passage d’une lettre de la hiérarchie LECLERC au « travailleur », publiée par lui-même dans InfAuxonne N° 25 de mai 2009 en page 4, l’atteste : « A ce jour la maîtrise foncière de la zone est concrétisée grâce à votre discrétion. Nous sommes conscients des difficultés que vous rencontrez, mais l’enjeu est de taille. La divulgation aurait fait échoué (sic) le projet »

 

           Pour en revenir à l’article du Bien Public du 21 février dernier  si « on assiste [en Saône-et-Loire] à un essoufflement dans la création des très grandes surfaces » et si « on préfère les supermarchés aux hypermarchés », ce n’est toutefois pas le cas à Auxonne, où la municipalité en place, de commissions de recalage en consultation racoleuse, soutient toujours sans réserve un projet d’hypermarché E. LECLERC, sur des terres agricoles, loin du centre-ville et hors de la zone urbanisée. Pourtant la Ligne Maginot c’est dépassé ! Alors, il nous prend l’envie de chanter « T’es pas dans l’coup Papa ! »       

                                         

C. S. Rédacteur de Chantecler,

à Auxonne le  25  février 2011

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par C.S. - dans Revue de presse