Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 00:00

DES COMMISSIONS PETITES ET GROSSES - du 27 novembre 2012 (J+315 après la CNAC)

 

        Cocoe, Commission de recours, Commission du dialogue, de la jungle des primaires de l’UMP au bocage de Notre-Dame des Landes, on voit fleurir les commissions. Chrysanthèmes ou fleurs d’espoir, immortelles déjà séchées pour problèmes résolus par la mise au placard, l’avenir nous le dira.

     En matière de résolution de problèmes, la commission n’est bien souvent qu’une manière polie de noyer le poisson, un expédient visant à s’exonérer d’une affaire pressante ou gênante, qui peut, par certains côtés, rappeler le sens de cet euphémisme désuet qu’employaient jadis les petits enfants bien élevés : il faut que je fasse ma commission ; laquelle mon petit,  la « grosse » ou la « petite » commission ?

      On a vu cependant des commissions faire merveille dans la résolution des problèmes et sortir de l’ornière des affaires bien embourbées, dans le précédent article nous citions le cas de cette commission qui jugea successivement, dans les termes qui suivent, de l’opportunité de la réalisation d’un projet commercial :

Version A : « [le projet] en limite de zone agglomérée sur des parcelles agricoles […] ne manquera pas de nuire à l’animation urbaine de l’agglomération d’A*** »

Version B : «  [le projet situé] à proximité de zones d’habitat[…] participera à l’animation de la vie urbaine et rurale ».

     Il est vrai que le projet avait subi quelques modifications entre-temps, modifications qui, toutefois, laissaient subsister le cœur du projet initial intact. Les commis ont dû se mettre en quatre pour trouver la solution.

    Pourrait-il en être de même pour les deux cas évoqués en début de notre article : Notre-Dame des Landes et les primaires de l’UMP ? Y-a-t-il d’abord un quelconque rapport entre les deux affaires ? Nous en voyons au moins un : c’est le duo François Fillon/Borloo qui signa le décret d’utilité publique du projet en 2008 à la grande satisfaction du maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000018089991

       Aujourd’hui Jean-Marc Ayrault n’est plus maire de Nantes, mais il est devenu Premier ministre,  le voici donc en bonne place pour faire enfin décoller son projet. Il est probable qu’en commission le greenwashing tournera à plein, et que quelques plantes vertes de ministères avaleront des couleuvres de zone humide.  On pourrait s’attendre à une prose de ce genre : « les dizaines de kilomètres de haies plantées autour du site restitueront à la zone son caractère bocager initial, contribueront à la biodiversité, au confort des espèces aviaires ainsi qu’à celui des chiroptères, elles assureront en outre le maintien au pays d’agriculteurs-paysagers indigènes ; les produits des tailles et élagages constitueront en outre une source d’énergie renouvelable issue de la biomasse, inestimable pour le chauffage urbain de Nantes ».

   En ce qui concerne le match à l’UMP, l’affaire nous semble plus complexe, une chose semble pour le moins certaine, c’est que Monsieur François Fillon ne peut certainement pas compter, pour décoller (ou pour atterrir), sur un renvoi d’ascenseur de Monsieur Jean-Marc Ayrault, actuellement très occupé à sa tour de contrôle. Quant à l’ex-président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, il s’est déjà exprimé sans ambages à ce propos en janvier dernier :

« A la question de savoir ce qu’il choisirait entre le Carmel et l’UMP, après sa vie de président, Nicolas Sarkozy sourit : «Je préfère encore le Carmel. Au Carmel au moins, il y a de l’espérance.» Lu dans Libération du 25 janvier 2012

http://www.liberation.fr/politiques/01012385625-sarkozy-defaitiste-un-truc-de-off

 

   Dernière minute : A défaut de piste d’atterrissage, bientôt une piste cyclable sur la D905 ! « A l’horizon 2013 », sans aucun doute… Au Charmoy, comme au Carmel, y aurait-il plus d’espérance qu’à l’UMP ? « A l’horizon 2013 », Prosper (voir notre article Per aspera ad astra du 11 septembre dernier)  pourra enfin aller faire ses commissions là-haut en vélo. Les « grosses » et les « petites », bien entendu !

 

C. S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 27 novembre 2012 (J+315 après la CNAC)

 

                                                    

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Analyses et réflexions