Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 00:00

« COUP DE TONNERRE DANS LE CIEL AUXONNAIS » - du 22 OCTOBRE 2014 (J+2134 après le vote négatif fondateur)

     Notre titre emprunté à un article du Bien Public d’hier 21 octobre – article dont nous reparlerons plus loin – ne fait pas référence, et pour cause,  à la parution du numéro 46 d’Inf’Auxonne. En effet, depuis l’inoubliable numéro 25 de mai 2009, ce magazine a définitivement perdu sa capacité à nous étonner. Même la « tribune » prend un goût  de réchauffé à présent que les comptes se règlent en temps réel sur les réseaux sociaux entre notre premier magistrat et l’opposition. Il faut encore ajouter que bientôt, outre que réchauffé, le menu de cette tribune sera allégé ! Vous imaginez : un coupe-faim rassis à vous couper l’appétit ! Une seule question nous préoccupe donc à propos de la passionnante gazette : 47, 48, 49, 50, 51…quel sera le numéro à venir d’Inf’Auxonne qui nous annoncera la fin de l’entracte et, comme un «coup de tonnerre dans le ciel auxonnais », puisque l’expression a la cote, la reprise du concert des « engins de chantier [qui]se sont tus ».

     Le Bien Public d’hier 21 octobre nous annonçait donc : « Les travaux du Leclerc sont suspendus ». Le « gros Guy », feu mon professeur d’allemand aurait ajouté, suspendus comme « l’épée de Madame Oclès », et il n’aurait pas manqué d’ajouter « C’est assez, j’me cache à l’eau dit la baleine ». Ce qui, après tout, est plutôt de circonstance !

   Il faudra en effet attendre « plusieurs mois » avant que le géant du Charmoy ne refasse surface.

    Ce délai de « plusieurs mois », notre premier magistrat le précise dans l’article, chose qu’il n’avait pas faite lors du Conseil municipal du 08 octobre dernier, se contentant alors d’annoncer :

« Affaire BOUXDIS : le permis de construire est suspendu car l’étude complémentaire acoustique aurait dû être transmise pendant l’enquête publique. Le projet est retardé »

[PV du CM du 08 octobre § 3 Informations de Monsieur le Maire p. 2]

    Dans l’article du Bien Public du 21 octobre le terme « Affaire BOUXDIS », au demeurant peu approprié n’est pas repris. Le fait semble normal puisque l’affaire concerne en fait un particulier et l’autorité décisionnaire qui a signé le permis de construire. À preuve, dans le PV du CM du 23 avril 2014 la dite « affaire » avait été explicitement libellée : « Affaire [X] c/ Commune d’Auxonne ».

 Toujours dans le même article, le maire d’Auxonne reformule ainsi l’argument du recours : « Ce recours repose sur le fait que le dossier d’une étude acoustique supplémentaire a été remis après l’enquête publique relative à la construction de l’hypermarché ».

    Compte tenu du rôle majeur que semble jouer le problème acoustique, nous retranscrivons un extrait des conclusions du rapport du commissaire-enquêteur, rédigé à l’issue de l’enquête publique :

« Rapport du commissaire-enquêteur », partie  « conclusions et avis motivé du commissaire enquêteur »  [extrait] :

 « - Les nuisances sonores

Le dossier d’enquête n’apporte aucun élément permettant d’affirmer que le projet sera, dans ce domaine, conforme à la réglementation en vigueur. Dans ces conditions, il semble indispensable que l’autorité décisionnaire dispose, au préalable, des éléments d’appréciation nécessaires du point de vue acoustique pour éclairer sa décision.

Par ailleurs, lors de la phase d’exploitation du centre commercial, il y aura lieu de réaliser des mesures acoustiques pour s’assurer de la conformité du site par rapport aux impératifs fixés par la réglementation en vigueur. » [Rapport p. 92 partie conclusion]

« Observant toutefois que :

[…]- le dossier ne comporte pas une analyse détaillée de l’impact sonore du futur centre commercial garantissant que le projet respectera la réglementation en vigueur, […]

émet un AVIS FAVORABLE à la demande présentée le 25 avril 2013 par la SARL BOUXDIS sise rue du Ladhof 68025 Colmar Cedex en vue d’obtenir l’autorisation de construire une surface de plancher nouvelle à usage de commerce supérieure à 10 000 m2 sur le territoire de la commune d’Auxonne (Côte d’Or).

Avec la réserve suivante :

- Réaliser, préalablement à la délivrance de l’autorisation de construire, une étude acoustique afin de vérifier la compatibilité du projet avec la réglementation en vigueur et proposer, si nécessaire, des mesures destinées à réduire l’impact sonore sur l’environnement, »

[Rapport p. 96 partie conclusion]

On remarquera que dans l’article du Bien Public du 21 octobre, pas plus que dans le procès-verbal du Conseil municipal du 8 octobre dernier, il n’est fait mention de la réserve émise par le commissaire-enquêteur

    Ce fait nous amène à poser la question suivante : une telle étude a-t-elle été réalisée et ses conclusions prises en compte avant la signature du permis le 23 décembre 2013 par l’adjointe déléguée aux travaux ?

    Ce matin même Le Bien Public de ce jour, 22 octobre, fait entendre un nouveau « coup de tonnerre ». Une lecture en diagonale de ce nouvel article, que nous approfondirons ultérieurement, nous apprend aux dires du maire d’Auxonne que l’installation du Leclerc entraînera « la création de plusieurs dizaines d’emploi ». Et la suppression de combien ? La belle affaire ! Nous sommes loin de ce « coup de tonnerre » du 26 mars 2009 quand Le Bien Public  titrait « IMPLANTATION COMMERCIALE À AUXONNE LECLERC ARRIVE AVEC 250 EMPLOIS D’ICI 24 MOIS » !!!

      L’illustration de Claudi résumera le parcours chaotique de toute cette « affaire » dans laquelle la « discrétion » d’abord, l’absence de concertation et de transparence ensuite, un usage « original » de la consultation après-coup enfin, tous faits préjudiciables à l’intérêt général, risqueraient bien en fin de compte pouvoir se révéler avoir été doublés d’un amateurisme impatient  qui aura fini par empêtrer le promoteur lui-même !

N.B. : Par temps d’orage, on ne compte plus les caractères !

Conjectures sur le cosmodrome 

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 Octobre 2014  (J+2134 après le vote négatif fondateur)

Partager cet article

Repost0
Publié par Cl.S., Auxonnais - dans Revue de presse