Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 11:01

CHARMOY-CITY : LA FÊTE PATRONALE, NOTRE-DAME ET LES CONSCRITS - du 8 septembre 2020 (J+4283 après le vote négatif fondateur)

      Par un heureux hasard, le jour de la fête patronale de notre bonne ville coïncide avec l’anniversaire de sa libération de l’occupation allemande le 8 septembre 1944. Cette fête a lieu le jour-même du 8 septembre si ce jour est un dimanche, et le dimanche suivant dans le cas contraire.

    Précisons qu’une fête patronale, n’est pas une fête offerte par un patron à ses ouvriers, mais la fête qui a lieu en l’honneur du Saint patron d’une ville ou d’un village. Pour Auxonne, Notre-Dame.

    Notre bon curé en exercice en 1944 (et jusqu’au milieu des années 60),  le Chanoine Cornier, ancien de 14 et homme plein d’autorité et de dynamisme dont je garde un très  vif souvenir et auquel je rends ici un hommage sincère, profita de  la coïncidence pour rehausser la solennité du 8 septembre, Fête de la Nativité au calendrier catholique.

     C’est ainsi qu’à la veille du dimanche 8 septembre ou du dimanche suivant la date, le centre-ville s’animait d’une procession du soir. À la lueur des cierges, Ave et hauts parleurs sur véhicule des maisons de radio Jean Fourcault ou Hosmalin  résonnaient de la Place de l’Église à la Cour du vieil Hôpital.

    Cette fête était aussi un grand jour pour les conscrits (jeunes gens et jeunes filles dans l’année de leurs 18 ans).

    Les conscrits (futurs appelés au service militaire obligatoire), qui avaient bien bamboché, fait des bêtises et traîné en ville nuit et jour une semaine durant, participaient le dimanche de la fête à un banquet dans un restaurant de la ville et à un bal, auxquels les conscrites étaient invitées. Les conscrits portaient cocarde tricolore et les conscrites, cocarde blanche.

    D’où venait l’argent pour  les bamboches arrosées entre garçons et pour le banquet mixte, mieux tenu, du jour de fête.

    D’une quête au porte à porte chez les particuliers et les nombreux commerçants d’alors.    

    Contre une image de la Vierge de la Nativité, preuve du passage qu’on affichait sur sa porte, le bon citoyen payait généralement son obole qu’il arrosait souvent d’un canon.

    Votre serviteur a vécu tout ça,  en 1964, avec ses copains et copines de la classe 1966 qu’il salue ici.

    Je vous passerai les détails !

    Le rite était alors près de se terminer. Arrivaient déjà,  les supermarchés, les transistors, la pilule et le yéyé, la tradition ne survécut pas au-delà de 1968….On ne va pas pour autant pleurer !

     Comme Pierre Dac, nous avons pris Le parti d’en rire. Nous le prenions, hier encore,  en tant qu’obscur retraité de l’éducation nationale, à propos des prétendues révolutions qui agitent le bocal de la corporation.

L’ÉCHEC SCOLAIRE N’EXISTE PAS, MAIS LES FABLES PÉDAGOGIQUES EXISTENT - du 7 septembre 2020

      Mais revenons à nos conscrit(e)s !

      Pour son illustration du jour, Claudi vous ressort une très ancienne image de conscrit avec la Vierge de la Nativité, dénichée il y a près d’un demi-siècle chez un broc Elle n’a pas servi et ne porte pas l’inscription rapportée précisant l’année de la classe à l’encre noire (dans le cas présent, autour de 1900 sans doute).

    Cadeau à nos lecteurs, en PDF un souvenir de la classe 1912, une de celles qui morflèrent en 1914-18

    Claudi a ressorti aussi l’image distribuée en  septembre 1964 par les conscrits de la classe 1966. Elle a été imprimée chez Pillois (rue Marin) et diffusée par la Librairie Bonnetain (rue du Bourg). Les liserés tricolores qu’elle porte étaient réservés aux conscrits. Épinglé sur l’image, l’insigne de la classe.

   Vive la Classe ! Et bonne fête à tous et à toutes !

 

FLASH DERNIÈRES (08/09/20 à 14h30 B)

    Grand calme sur les réseaux !

     C’est pus vraiment rigolo !

     L’incontournable page facebook Auxonne Info - Actus & Débats rebaptisée, devant Monsieur le Maire,  Auxonne Live est en stand by.

    La dynamique surfe toujours en drone sur la Saône.

    Sans parler de L’Égout, publication du meilleur goût, devenue subitement introuvable !!

     Karchérisée à la vapeur ???

     A la bonne heure !

CHARMOY-CITY : L’ «ÉGOUT DE LA PLACE DRAME » BIENTÔT ASSAINI ? - du 13 août 2020

   Charmoy-City,images du temps enfui des Conscrits.jpg

Charmoy-City,images du temps enfui des Conscrits.jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 8 septembre 2020 (J+4283 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

 

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents