Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

2 février 2019 6 02 /02 /février /2019 06:37

CHARMOY-CITY ET ENVIRONS : IMAGES DE L’EMPEREUR ET PERSISTANCES  ROTINIENNES - du 02 février 2019 (J+3699 après le vote négatif fondateur)

    Rassurez-vous cet article n’est pas extrait d’une thèse d’optique !!!

     Il est destiné à détendre un peu nos lecteurs alors que le torchon brûle dans le Val de Saône.

    À prendre aussi  un peu de recul avant de poursuivre plus avant l’analyse de ce que Le Bien Public d’hier 1er février qualifiait de « Rififi entre Auxonne et la com’com’».

     Il est permis de penser que les causes lointaines de cette polémique sont à rechercher dans une rancœur mal digérée relativement aux scores électoraux désastreux obtenus en janvier 2017 par certains élus charmoysiens, s’estimant sans doute titulaires à vie de leurs charges électives.

   Dans cet équilibre instable, une goutte devait donc suffire à faire déborder le vase…

   Et cette goutte, ce fut le récent clash en CDAC,  impardonnable couac dans la symphonie décennale du soutien inconditionnel à une enseigne, morceau favori du maestro Raoul et de son orchestre de passionnés.

      Délaissant les pipeaux convenus et les trémolos de circonstance, des trublions importuns ont osé prétendre jouer leur propre partie et troubler l’hyper-harmonie du Val de Saône…Inqualifiable !

       Laissant passer les fêtes, (Cf. article du Bien Public d’hier) le maestro s’est donc fâché tout rouge.

      Si je n’avais pas le plus grand respect pour Arturo Toscanini dont les colères sont restées proverbiales, j’oserais dire que notre Toscanini du caddie, riboulant des yeux, a fini par casser sa baguette et  par morigéner l’orchestre dissonant qui avait fait une fausse note dans le concert idyllique du Charmoy !

TERRITOIRES ET GRANDE DISTRIBUTION : DE CHARMOY-CITY À LA CITÉ DES DUCS - du 27 décembre 2018

    Restons-en là pour l’actualité brûlante et passons à l’Histoire !

   Le Bien Public du 31 janvier dernier consacrait une page entière aux nouvelles napoléoniennes de Charmoy-City et des environs. Nous avions déjà évoqué la nouvelle en passant, dans un précédent article : 

CHARMOY-CITY : QUAND LES DÉSAPPOINTÉS NE POINTENT PLUS- du 31 janvier 2019    

     Ce 31 janvier dernier,  Le Bien Public titrait donc : « AUXONNE POLITIQUE LOCALE La municipalité aux petits soins pour le musée Bonaparte ».

    À la bonne heure !  Allant jusqu’à  sortir de notre réserve, nous oserons dire qu’il est temps pour le musée de sortir de ses réserves !

     Ou plutôt de ses sept coins, puisque ces réserves sont sept comme les Sept Nains, comme l’indique l’article !

     Espérons aussi qu’elles sont sèches ces sept réserves, aussi sèches que les chaussettes de l’archiduchesse !

    Après Toscanini, Offenbach et la grande duchesse de Gerolstein

https://www.youtube.com/watch?v=U1lQJ4Oc_VY

   En attendant l’ouverture de ce musée, nous proposons à nos fidèles lecteurs une lecture, ou une relecture, de notre modeste contribution à l’histoire de Napoléon Bonaparte…et, bien entendu, de son musée !

ALBUM BONAPARTE À AUXONNE ou le Promeneur Solitaire Corse

     Pour entrer dans le registre des anniversaires et commémorations, assez voisin de celui des musées, rappelons que l’année 2019 sera celle du 250ème anniversaire de la naissance de Bonaparte (15 août 1769). 

      Nous l’avions déjà précisé, toujours à propos du musée, dans un article précédent :

DE COMBRAY À CHARMOY-CITY. EXERCICES D’HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE (8) - du 25 janvier 2019

     Revenons à présent au Bien Public du 31 janvier dernier. Après avoir dit un mot de l’article consacré à Bonaparte et placé sous le signe de l’aigle impérial, passons en bas de page, et sous le signe de la poule au pot, à un autre sujet.

      Il y est en effet question de Sully le ministre du bon Roy Henry IV, et de son tilleul, dans un article titré « VILLERS-ROTIN VŒUX Un agencement remémorant le tilleul de Sully »

     Mais quel rapport me direz-vous, entre Bonaparte et Henry IV, modèle de la Restauration qui succéda à l’Aigle abattu. Nous verrons, dans l’article, qu’il y en a un.

       Mais auparavant, une petite pause musicale rare, conjuguant elle aussi Bonaparte et Henry IV, et  tirée du film russe Guerre et Paix de Serguieï Bondartchouk (1966).

     La scène montre, durant la retraite de Russie, une nuit de novembre ou décembre 1812 dans une forêt de bouleaux.

     Des prisonniers français trinquent et fraternisent avec leurs camarades russes sur l’air de Vive Henry IV. Voyant au ciel de nombreuses étoiles, des soldats russes prédisent de bonnes moissons pour l’année qui vient.

 https ://www.youtube.com/watch?v=TeDuQCjyPeo

       Un morceau de cinéma plein d’humanité et une scène de réconciliation digne d’émouvoir le plus chagrin des « désappointés », car ce n’est pas une « Bérézina dans les urnes » que les braves grognards venaient alors de subir !

ALBUM « JANVIER 2017, OU LA BÉRÉZINA DANS LES URNES »

Un morceau qui devrait plaire à notre rassembleur Conseiller Wilfried !

Et puis, avouez que cette scène de film vous a un petit air de GJ avant l’heure !

      

     Quittant les bouleaux russes pour le tilleul rotinien, revenons à présent à notre article « VILLERS-ROTIN VŒUX Un agencement remémorant le tilleul de Sully ».

       Le premier édile rotinien y déclare : «  [pour 2019] nous allons privilégier selon nos possibilités, un agencement remémorant notre vénérable tilleul [N.D.L.R. Chantecler : à présent abattu] qui fut pendant des années le point d’orgue de notre village. Cette année, ce sera aussi les 150 ans de la mort de Napoléon qui venait courtiser une Rotinienne »

       Persistance rotinienne prévue donc, pour le tilleul.

     En adaptant un bon mot de pure tradition rotinienne, qui nous a été rapporté, nous osons dire : « Villers-Rotin sera-t-il le seul village de Bourgogne où les corbeaux volent sur le dos pour ne pas voir le tilleul en zinc ? »

      Quant au jeune artilleur soupirant de la Rotinienne, dont on sait qu’il mourut prématurément, c’est seulement en 2021 et non cette année que l’on commémorera les 150 ans de sa mort.

    Il est vrai qu’Hudson Love, son geôlier anglois aurait été bien trop heureux qu’il mourût en 1819, ne serait-ce que pour donner raison à l’édile rotinien.

    Claudi qui n’est ni « désappointé », ni « appointé » par personne,  vous offre une image attendrissante d’un village de notre belle Communauté CAP Val de Saône. Le temps des idylles avant celui du « Rififi » !

 

P.S. : nous saluons la patience et la pédagogie d’INFOS AUXONNE confronté, sur sa page facebook, à un débat sur la chasse au sanglier et à la bécasse !

Tiens, tiens...Encore un sujet très boisé !

CHARMOY-CITY : EN ATTENDANT Inf’Auxonne, ON PEUT LIRE INFOS AUXONNE - du 26 janvier 2019

Ajoutons qu’un compagnon censeur vient de déconseiller cette page. Nous posons cette question : un censeur peut-il être crédible lorsque dans ses arguments il semble confondre allègrement crédulité et crédibilité !!

     Ça, c’est pas croyable ! Il faut le voir pour y croire ! C'est les amateurs du français bien parlé qui vont être pour le coup DÉSAPPOINTÉS !

Villers-Rotin près Charmoy-City : Bonaparte et la petite Marie

Villers-Rotin près Charmoy-City : Bonaparte et la petite Marie

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 02 février 2019

(J+3699 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse